VOTE | 651 fans

#716 : Un parfum d'antan

:

Réalisé par : John Showalter
Ecrit par : Robert Singer & Jenny Klein

 

Après qu'une danseuse étoile ait été retrouvée morte d'avoir trop dansé, Sam et Dean s'occupent de l'affaire et découvrent que les ballerines de la jeune femme ont été ensorcelées. Lorsque Dean touche accidentellement les chaussures, il se retrouve victime du sortilège.

 

 

>>Photos promo<<

Popularité


3.5 - 4 votes

Titre VO
Out With The Old

Titre VF
Un parfum d'antan

Première diffusion
16.03.2012

Vidéos

Promo #1

Promo #1

  

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

promo#2 CHCH

promo#2 CHCH

  

Preview by Robert Singer

Preview by Robert Singer

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Des danseuses de ballet viennent de terminer leur cours, et se préparent pour partir. Elles se moquent de l’une de leurs amie Irina, qui ne fait plus de cours avec elles. Irina fini par arriver et tout le monde s’en va. Il ne reste que l’homme à tout faire dans le couloir qui est en train de passer la serpillère. Irina mets de beaux chaussons, et commence son échauffement. Elle met ensuite un peu de musique et se met à danser. Soudain, elle ne peut plus s’arrêter, et elle commence à tourbillonner dans tout les sens. Irina hurle et fini par tomber. L’homme à tout faire, entend les hurlements, il ouvre la porte et voit du sang de partout sur les murs. Irina est étendue au sol, et ces deux pieds ont été arrachés. Les chaussons de la jeune fille eux restent intactes.

SUPERNATURAL

Dean est au téléphone avec Frank, il apprend quelques trucs sur Dick Roman. Dean s’énerve un peu sur Frank car celui-ci ne se focalise pas assez sur les coordonnés que Bobby à laissé avant de mourir. Frank s’énerve aussi et préfère lui raccrocher au nez. 

Sam arrive près de son frère et pense tenir une nouvelle enquête. Quand Dean se rend compte que ce sont des danseuses il semble très emballé. Mais Dean semble aussi s’inquiéter pour le manque de sommeil de son frère. Sam lui dit qu’il voit Lucifer à chaque fois qu’il ferme les yeux, et qu’il préfère donc éviter de dormir.

Les Winchester se rendent à Portland, en arrivant au commissariat, ils expliquent qu’ils n’ont pas trouvés de signe EMF, ni de souffre et pas de sort non plus. Ils récupèrent alors le dossier de Irina pour se renseigner.

Dans la salle des preuves, un policier range les chaussures de Irina. Sa fille semble adorer les chaussures, mais il refuse qu’elle les touche. Elle s’en va aux toilettes. En arrivant elle découvre que les chaussures sont dans les toilettes. Toute contente, elle passe donc les chaussons à ces pieds. Et comme par enchantement, la paire de chaussons devient pile poil sa pointure. 

Dean et Sam arrivent dans la salle des preuves et demande à voir les chaussures. Le policier ne les trouve pas et pense que c’est sa fille qui a pris la paire. Les Winchester se rendent alors immédiatement dans les toilettes. La petite fille est surprise et constate que ces chaussons ont quelque chose de spécial. Les deux frères font tout ce qu’ils peuvent pour lui retirer les chaussons. Ils finissent par réussir à lui les enlever, et pensent de suite à un objet ensorcelé.

Sam récupère les chaussures et décide de se rendre à la boutique où elles ont été vendues. En arrivant sur place, il découvre que les chaussures sont sur la banquette arrière et plus dans le coffre. De même, elles ont la même pointure que celle de Dean, qui ce dernier à une terrible envie de les mettre. Dean à été ensorcelé. 

Dans la ville, des agents immobilier Joyce et George, tentent de racheter toutes les boutiques de la ville. Mais Monsieur Marshall ne semble pas très intéressé par leur offre.

Dean et Sam se rendent dans la boutique, Scott le propriétaire vient de vendre la boutique aux agents immobilier depuis une semaine, et voulait se débarrasser de tout ce que sa mère avait gardée et collectionné dans des boîtes. Car sa mère est décédée également une semaine auparavant. Dean et Sam découvrent donc que Scott a vendu d’autres objets ensorcelés.

Une femme est en train de faire la cuisine, elle coupe des légumes. Elle entend ensuite la théière faire du bruit. Elle prend donc la théière et finit par boire l’eau bouillante qu’elle contenait.

Au magasin, Dean et Sam expliquent à Scott, que si ces objets étaient enfermés dans un coffre fort, c’était pour une bonne raison. Ils veulent obtenir alors l’adresse de tout les clients qui ont achetés des objets provenant de ce coffre fort.
Ils se rendent chez la dame qui a achetée la théière. Mais quand ils rentrent chez elle, ils découvrent qu’ils sont arrivés trop tard. Les Winchester décident donc de se séparer pour se rendre chez les autres clients. Sam va se rendre chez Brenda Gluck qui a achetée un gramophone, pendant que Dean ira chez Peter Yankit qui a acheté un vieux magasine érotique. 

Chez Brenda, elle allume le gramophone, et laisse son fils seul quelques instants. Le jeune garçon pense entendre son prénom. Il se lève et semble écouter un message provenant de l’objet. Il va donc dans la cuisine et s’empare d’un couteau. Brenda, ne se doutant de rien, s’installe dans son canapé. Timmy s’approche d’elle et au moment où il allait la frapper avec le couteau. Sam fait une entrée fracassante, et évite le drame. Il récupère le gramophone et s’en va. Dean appelle Sam et lui confirme qu’il a récupéré le magasine. 

Dean se rend de nouveau dans la boutique de Scott pour ranger les objets ensorcelés. Scott finit par expliquer à Dean, que sa mère ne voulait pas du tout vendre sa boutique, mais qu’il a insisté. Mais il ne pense pas qu’il est réussit à la convaincre, mais Joyce elle semblait insister encore plus que lui. Et bizarrement quand sa mère a acceptée de vendre, elle est morte le jour suivant d’un accident de la route. Scott se sent quelque peu coupable, mais Dean lui explique qu’il ne devrait pas se sentir responsable et qu‘il devrait au contraire vivre sa vie en essayant de rendre fière sa mère. Il lui demande de ne pas toucher au coffre, tant qu’il ne sera pas de retour. 

En sortant dehors, Dean se rend compte que cette fameuse agence immobilière a achetée pas mal de boutiques de la ville.

Au bureau de Joyce, elle tente encore et toujours de forcer la vente de la boutique de Monsieur Marshall. Devant son refus, Joyce prend son apparence et le tue. Elle signe le contrat à sa place. Elle demande à George de ramener Monsieur Marshall chez lui, et de bien laisser un de ces cigares allumé. George et Joyce sont en réalité des Léviathans. Et Joyce à également tuée la mère de Scott. Plus tard, Joyce demande à George de lui prendre un café à l’autre bout de la ville. Elle est plutôt ingrate avec lui.

Sam est en voiture, et a du mal à rester réveillé. Il reçoit alors un appel de son frère. Dean est installé dans un café et se renseigne sur l’agence immobilière. Il en parle à Sam. Pour lui quelque chose de louche se cache là-dessous. Il explique aussi la coïncidence pour la mère de Scott. Mais Sam ne fait pas très attention à ce que lui dit son frère. Dean lui demande si tout vas bien, mais Sam lui explique que le manque de sommeil lui joue des tours, et que c’est de la torture. Il fini par raccrocher.

Dean tente de rentrer dans le site internet, mais il y’a un pare-feu. Il appelle donc Frank pour lui demander de l’aide. 

Sam tente de rester éveillé tout en conduisant, mais ce dernier fini par s’endormir et à dévier vers un semi-remorque. Il se réveille en sursaut et évite le drame.

George récupère le café pour Joyce, mais en repartant il repère Sam qui lui aussi est venu prendre un café. Il décide de le suivre. George appelle Joyce et lui explique la situation. Cette dernière ne pense pas que les Winchester soient là pour eux. Mais elle a un plan pour les faire venir. George est ravi de ce petit repas improvisé, mais Joyce n’a pas l’intention de le laisser faire. Si quelqu’un doit manger un Winchester, c’est elle et surement pas lui.

Frank rappelle Dean et lui explique que l’agence immobilière appartient à ce cher Dick Roman. Le chasseur ne comprend pas ce que les Léviathans tentent de faire avec le champs dans le Wisconsin et toutes ces boutiques à Portland. Il va tenter d’en savoir plus. Il raccroche, et Sam débarque dans le café.

Dean lui explique la situation, mais il voit très bien que son frère a besoin de sommeil. Mais il ne veut rien entendre, et lui explique que Lucifer est toujours là. Sam reçoit un appel de Scott, il lui dit qu’il est en danger. Les Winchester décident d’aller l’aider. Mais bien sur, il s’agit d’un piège de Joyce et George.

Joyce veut que George prenne l’apparence de Scott, afin que personne ne constate qu’il soit mort. George n’est vraiment pas emballé par ce plan. Quand les Winchester débarquent à la boutique, ils comprennent qu’ils ont été piégés. La bagarre éclate vite entre les Winchester et les Léviaths. Sam se bat avec George, pendant que Dean s’occupe de Joyce. George fini par donner un coup de pouce à Sam pour qu’il tue sa boss. Sam coupe la tête de Joyce, pour le grand plaisir de George.

Dean et Sam demandent à Scott de s’en aller le plus loin possible de la ville. George les a aidé uniquement pour pouvoir manger Joyce. Les Winchester l’interrogent alors pour connaitre les intentions de Dick. Ce dernier leur explique que Roman veut faire de cette ville, un centre de recherches contre le cancer. George explique aux deux chasseurs que les Léviathans sont ici uniquement pour aider.

Dean et Sam chargent le coffre fort de Scott et ne comprennent toujours pas les intentions de Dick. Ils décident d’aller rendre une petite visite à Frank. Dean ordonne à son frère de se reposer pendant le trajet. 

En arrivant vers le camping-car de Frank, Dean n’a aucunes réponses en frappant. Les Winchester rentrent donc à l’intérieur, découvrent du sang de partout, et que le matériel de Frank a été saccagé. Dean et Sam comprennent que tout ceci ne présage rien de bon … 

 

Ecrit par Bibou.

Un parfum d'antan 

Des danseuses se préparent pour rentrer.

Fille 1 : On n’a toujours pas vu Irina, j'imagine qu'on est pas assez bien pour elle.

Fille 2: Non, c'est parce que madame Follet est toute seule. (elles rient)

Fille 1 : Irina, tu ne crois pas être un peu en retard au cour.

Irina : Il n'est jamais trop tard, je m'entraîne quand bon me semble, c'est ça d'avoir du talent. (elle enlève sa veste et mes ses ballerines. Elle met de la musique et commence à danser, un homme nettoie le couloir en même temps, elle veut s'arrêter mais n'y arrive pas, l'homme entend la jeune femme hurler et entre dans la salle et retrouve la femme morte sur le sol).

Supernatural

Dehors, Dean est en train de parler au téléphone avec Frank.

Dean : Alors maintenant, Dick finance des fouilles archéologiques. A moins qu'il soit en train de creuser sa propre tombe, je ne vois pas à quoi ça va nous servir, pareil pour la construction d'une usine en Arabie Saoudite ou une société de pêche à Jakarta. Ça nous aide pas, Frank.

Frank : J'ai quand même dû faire un grand écart entre le Moyen-Orient et l’Asie du sud-est. Tu sais qu'en ce moment je pourrais me la couler douce à Tromso, il n'y'a aucune activité léviathan là-bas.

Dean: C'est où ça, Tromso ?

Frank : C'est en Norvège, imbécile heureux. Ah pendant que j'y suis, ils ont ouvert un autre Biggerson à Butte.

Dean : On est pas dans le Montana.

Frank : Ah alors tu sais où se trouve Butte, c'est très encouragent; bon où est-ce que vous êtes ?   

Dean : Dans l'Oregon.

Frank : Non, ce n'est rien du tout, dans l'Oregon.

Dean : Et pour le Wisconsin ?

Frank : De quoi tu parles ?

Dean : Les coordonnées que Bobby nous a donné.

Frank : Bobby ? ah oui oui, c'est vrai, non rien de nouveau, je n'ai enregistré aucune activité.

Dean : Continuez les recherches !

Frank : Hé, depuis quand monsieur ce prend pour le patron, c'est ce que je fais. T'as cas te le carrer dans le Montana.

Dean : Hey ça va, pas la peine d'être grossier.

Frank : Ha en faites, j'allais oublier... (il raccroche le téléphone).

Dean : Frank, allô, Frank ? (Sam arrive) Le type est complétement givré.

Sam : Frank ?

Dean : Se faire indiquer la marche à suivre par un type soupe au lait et parano c'est complétement, je sais pas comment le décrire. Tu cherches à battre le record du monde de consommation de caféine, c'est dont ça que tu aimes ce matin.

Sam : Je sais mais quand je faire les yeux, Lucifer me crie dans la tête comme un dingue. Je lui ai parlé une fois et je n'arrive plus à m'en défaire.

Dean : Tu sais qu'il n'est pas vraiment...

Sam : Oui je sais, je suis au courant mais il essaie de dire ça à la corne de brume que j'ai dans la caboche.

Dean : T'as essayé de te pincer ?

Sam : Oui, enfin bref, donc je suis éveillé maintenant prends ça, la police dit que c'est lié à la drogue mais quand on y regarde de plus près, on dirait qu'elle a dansé à s'en faire éclater les pieds, c'est peut-être une affaire pour nous.

Dean : Une danseuse, ces nanas ont toutes les fils qui se touchent.

Sam : Comment tu peux savoir ça ?

Dean : J'ai vu Black Swan, deux fois, il y'a des scènes tutu contre tutu, je te rappelle, ça tourne pas rond chez toi ?

Sam : J'ai oublié à quel point tu... Bon, ça s’est passé à Portland, c'est à deux heures de route, qu'est-ce que tu en dis ?

Dean : Va pour les danseuses, allons-y. Tu feras une sieste en chemin.

Sam : Ouais, qui sais. (ils entrent dans la voiture et s'en vont)

*****

Sam et Dean arrivent au poste de police.


Sam : Comme d'habitude, on n'a ni champs magnétiques ni souffre ni amulette.

Dean : Et si, on n’a pas de danseuses à interroger, on sera peut-être venu pour rien. Enfin, ils ont le meilleur café du pays à Portland.

Sam : Non, il y'a Seattle, demandons le dossier, qu'on en finisse. (Sam fait un signe de la main au policier pour le saluer).

Policier 1 : Enfin bref, je te tiens au courant.

Policier 2 : D'accord et merci

Policier 1 : De rien.

Le premier policier s'en va.

Sam : Bonjour

Policier : Oui.

Sam : Je voudrais voir les photos de la scène de crime sur l'affaire Irina Koganzon, s'il vous plaît.

Policier : Et qui les demande ? (Sam et Dean sortent leur badge de FBI).Ça va, je reviens.

Dean : Et prenez votre temps.  

********

Un policier pose les ballerines d'Irina sur une table et sa fille qui dessinait les voit et veut les prendre.

Policier : Non, faut pas toucher à ça chérie, c'est pour mon travail.

Fille : Papa, il faut que j'aille aux petits coins.

Policier : Vas-y ma chérie, t'as besoin de moi, tu connais le chemin ?

La petite fille se lève et s'en va.

*******

Le policier donne le dossier aux frères et ils regardent les photos.

Dean : C'est pas du tout bizarre ça.

******

La petite fille va au toilettes et retrouve les ballerines sur le sol et les mets, les ballerines rétrécissent pour être à la taille de ses pieds.

****** 

Sam et Dean vont voir le policier et demandent les chaussons de la danseuse.


Sam : Bonjour, ça va ?

Policier : Oui, ça va. Vous désirez messieurs ?

Sam : On voudrait voir les chaussons de la danseuse classique qui vient de mourir.

Policier : Je ne pensais pas que ça intéresserait les fédéraux. Pas de problème, je vous les donne tous de suite. (Il voit qu'elles ne sont pas là) C'est pas vrai Tracy,

Dean : Qui est Tracy ?

Policier : C'est ma fille, elle adore la danse classique.

******

Sam et Dean entrent dans les toilettes et aperçoivent Tracy en train de lacer les chaussures et elle commence à danser.

Sam : Enlève vite ses chaussures. (Sam attrape la fille pendant que Dean essaie de lui retirer les chaussons) Retire-lui les chaussons.

Dean : C'est ce que j'essaie de faire.

Tracy :(en donnant accidentellement un coup à Dean) Désolé.

Sam : Dépêche-toi Dean.

Dean : Je fais ce que je peux.

Sam : Mais t'es fou.

Dean : Je les ai.

Sam : Enfin, je vote pour un objet maudit.

Dean : Sans dec'.

Sam :(à Tracy) T'as rien ?

******

Dans le couloir.

Sam : Prochaine étape, adieux à l'ancien. J'imagine que ça serai drôlement deg' que ces chaussons soient les seules objets de la boutique à poser un problème.

Dean : Je savais que tu étais un rêveur.

******

Sur la banquette arrière de la voiture, Dean retrouve les chaussons de la même taille que ses pieds.

Dean : Hé, on les avait pas mis dans le coffre ?

Sam : Comment ils ont fait pour venir.

Dean : Je suis maudit Sam.

Sam : Attend, c'est moi ou ils ont l'air à ta taille.

Dean : Ho, tais toi.

Sam : Quoi ? Tu veux dire que...

Dean : Je ressens un besoin urgent de faire des pointes à m'en péter les orteils comme princesse Audette, oui.

Sam : Toi, t'es vraiment fan de Black Swan.

*******

Un homme et une femme essayant de vendre..

Femme : Ça m'a fait très plaisir de vous voir monsieur Marshall. N'hésitez pas à m'appeler pour poser des questions sur mon offre.

Client : Oui je vous ferai savoir.

Homme : Je ne pense pas qu'il va vendre.

Femme : Ça n’a jamais été votre point fort George. George ? La portière. (George vient lui ouvrir la portière).

On voit Sam et Dean aller à la boutique

Sam : Bonjour, ça vient de chez vous, ça ?

Homme : Euh oui.

Sam : Où vous les avez eus ?

Homme : Ma mère les gardait dans la boîte qui est là. (Sam va voir la boîte) Je ne comprends pas. Qu'est-ce qui ce passe ?

Sam : Elle les gardait là-dedans ? (Dean prend et observe les chaussons) hé, donne-moi ça (il prend les chaussons et les range dans la boîte). Tout va bien, Barychnikov ?

Dean : Ha, disons que tu t'es pointé juste à temps.

Homme : Désolé de vous interrompre mais ça vous ennuierai de me dire ce qu'il se passe ?

Sam : (en montrant son badge) Vous vous appelez comment ?

Homme : Scott, Scott Freeman.

Sam : Et ces chaussons étaient à votre mère ? Où se les ai-t-elle procuré ?

Scott : Je ne sais pas, je les ai trouvés dans l'arrière-boutique.

Dean : Je vais voir.

Sam : Où est votre mère ?

Scott : Elle est morte la semaine dernière.

Sam : Je suis désolé pour vous. Que savez vous sur ces, sur ces chaussons ?

Scott : Il faisait partie des objets qu'elle collectionnait, j'essaie de les revendre tous.

Sam : Tous ? Ça veut dire qu'il y'en a d'autres ?

Dean : Sam ! (en montrant les autres boîtes). 

Sam : Scott, y'avait quoi dans ces boîtes ?

******

On voit une femme cuisiner, elle coupe des courgettes et prend une pomme et sursaute quand elle entend la bouilloire siffler, elle s'en approche doucement, elle prend la bouilloire bouillante et boit.

******

Scott : Quel genre d'agent du FBI vous êtes ?

Dean : Du genre à essayer de réparer le foutoir que vous avez causé. Vous savez où votre mère les a eus ?

Scott : Pas du tout, je les ai trouvé dans son coffre.

Sam : Ça ne vous ai jamais venu à l'idée que ces objets n'étaient peut-être pas dans un coffre pour rien ?

Scott : Non, je me suis dit que c'était de la camelote, qu'elle collectionnait depuis des années. Je savais qu'elle aimait les trucs un peu bizarre mais que...

Dean : Pour être bizarre, c'est bizarre. Ces fameux trucs sont des objets qui tuent. 

Scott : Quoi ? Non mais qu'est-ce que ça veut dire ?

Sam : T'occupe. Il faut qu’on sache exactement quels objets de ce coffre, vous avez vendus, ainsi que le nom et l'adresse de leurs acheteurs.

*****

Sam et Dean descendent de la voiture devant une maison.   

Dean : Qu'est-ce qu'elle a acheté ?

Sam : Une vieille bouilloire.

Dean : Une bouilloire ?

Sam : Ouais. Avec un sortilège assez puissant, on peut faire d’un simple crayon une arme de destruction massive.

Dean : Ça fait peur.

Ils entrent dans la maison et découvrent le corps de la femme par terre et ramassent la bouilloire avec des gants. 

Dean : On ferait mieux de le signaler.

Sam : Allô, je voudrai signaler un accident au 23 Gorham Road. Mon nom, bien sûr, Je m'appelle Richard Marx.

Dean : (en sortant de la maison) Qui est le suivant sur la liste ?

Sam :(en sortant la liste) On a un phonographe vendu à Brenda Gluck au 413 River Street et un magazine spécialisé pour messieurs à Peter Yankit au 27 Johnson Lane.

Dean : Sans déc' ! 

Sam : Ouais.

Dean : Bon bah c'est parti, tu t'occupes du phonographe et moi du magazine.

Sam : Un conseil, évite de feuilleter le magazine, rappelle-toi les choses sont long.

Dean : Je me rappelle, t'inquiète. Je me demande comment fait du vieux porno pour tuer.

Sam : J'ai des crampes rien que d'y penser.

Dean : Ça, c'est le manque de pratique. 

Sam : C'est ça.

*****

Une femme allume un phonographe et son fils qui écoute en jouant sur sa tablette. 

Femme : Je vais lancer une lessive, je reviens tout de suite.

Garçon : D'accord, à tout de suite. (il entend son nom sortir du phonographe pendant que Sam cherche la maison. La mère est dans l'autre pièce et lit un magazine, son fils s'approche doucement avec un couteau entre les mains et Sam arrive et stoppe le bras de Timmy et sa mère prend peur). 

Sam : Où est votre phonographe ? (la femme le montre du doigt). 

Timmy : Hé, c'est à moi.

Sam : Écoutes, tu mérites une petite leçon pour ton manque de reconnaissance mais heureusement pour toi, je suis trop fatigué.

Dean : C'est bon, j'ai le magazine, je suis venu juste à temps.

Sam : Qu'est-ce qu'il faisait ?

Dean : Ho, c'était pas beau à voir. T'en est où, toi ?

Sam : J'ai récupéré le phonographe, je suis à l'autre bout de la ville, je te rejoins.

 *******

Dans la boutique de Scott. 

Scott : Alors comme ça, ma mère n'avait pas d'araignée au plafond, tous ces trucs sont bien réels.

Dean : Ouais.

Scott : Je me sens vraiment mal maintenant.

Dean : Ha oui. Pourquoi ?

Scott : C'est moi qui ai poussé à vendre la boutique. Au départ, elle était contre mais j'ai bien insisté, j'ai fait comprendre qu'elle gagnerai beaucoup d'argent.

Dean : C'est vous qui l'avez convaincu ?

Scott : Je ne sais pas, elle a eu des tas de visite de la part d'une femme agent immobilier et un jour, ma mère a fini par accepter ensuite elle a eu son accident et elle n'a même pas profité de l'argent de la vente.

Dean : C'est arrivé longtemps après ?

Scott : Le lendemain.

Dean : Comment est morte votre mère ?

Scott : Dans un accident de voiture. Je me dis que si je ne l'avais pas poussé à vendre, elle serait peut-être encore là.

Dean : Vous voulez un petit conseil ? Vous culpabiliser ne la fera pas revenir. La meilleure façon de réagir est de continuer à vivre en faisant des choses qui auraient pu la rendre fière ou au moins de ne pas lui mettre la super honte.

Scott : Oui 

Dean : Oh et pas besoin de vous le dire hein ? Ne touchez à rien dans les coffres, une fois qu'on aura tout récupéré, on viendra avec une remorque et on vous en débarrassera.

Scott : D'accord, j'ai compris.

Dean sort de la boutique et aperçoit le panneau publicitaire de l'agence immobilière et en aperçoit d'autres.

******

L'agent immobilier est avec M Marshall dans sa boutique.   

Femme : Croyez-moi, monsieur Marshall, votre cher quartier ne sera plus celui que vous connaissez, la plupart de vos voisins ont déjà vendu, et donc, je vous ai préparé une étude détaillée de votre projet. George ? C'est pas la bonne George, celle de monsieur Marshall. Difficile de trouver de bons employés de nos jours, enfin bref, comme vous pouvez le voir, notre offre est plus que généreuse.

M. Marshall : Apparemment, Oui.

Femme : Et avec cette belle offre, vous pouvez aller où vous en avez envie, faire tout ce que vous rêvez de faire. C'est l'occasion de commencer une nouvelle vie.

M. Marshall : C'est drôle madame Bicklebee, je suis venu vous voir ce soir avec toutes les intentions de vendre mais maintenant que vous me parlez de commencer une nouvelle vie, je me rends compte que cette boutique est toute ma vie, désolé, je ne la vendrai jamais.

Mme Bicklebee : Attendez, nous sommes plus au moins attachés à notre passé mais il faut apprendre à tourner la page et regarder  vers l'avenir.

M. Marshall : Désolé, je ne suis pas intéressé alors vous pouvez garder vos beaux discours pour vous.

Mme Bicklebee : Et bien, si telle est votre décision, je ne peux plus rien y faire, je vous souhaite encore de belles années dans votre boutique, dommage que vous deviez mourir. (elle sert sa main très fort, prend son apparence, il lui donne un coup qui le tue et signe le papier à la place de monsieur Marshall). 

Léviathan : Vous voyez, je signe comme promis (se retournant en changeant d'apparence) sur les pointillés. Quoi ?

George : Pardon mais je trouve que vous avez un peu la défense facile, d'abord la femme de la boutique d'antiquité et maintenant lui, vous savez bien que monsieur Roman n'aime pas qu'on attire l'attention. Dites-moi ce que je dois faire du corps.

Mme Bicklebee : A la bonne heure, voilà ce que j'attendais de vous, voilà ce que vous allez faire, vous allez emmener monsieur Marshall et son cigare nauséabond jusqu'à chez lui et vous allez le mettre au lit au et bien sûr prenez soin d'allumer le cigare qu'il soit brûlant à souhait.

*******

Plus tard dans la soirée, la police est arrivée.

Mme Bicklebee : Au revoir monsieur Marshall. Il aurait mieux fait d'arrêter de fumer, c'est mauvais pour la santé. (elle boit une gorgée de café et toussote) Est-ce que vous savez combien d'assistants se sont succédé depuis que j'ai pris possession de ce corps ? 

George : Euh trois ?

Mme Bicklebee : Non cinq, et je vous laisse imaginer ce qui a pu arriver aux quatre premiers.

George : Quelle que chose est arrivé avec le café ?

Mme Bicklebee : C'est à vous de me le dire. Qu'est-ce que je vous ai demandé ?

George : Une tasse de café bien chaud.

Mme Bicklebee : C'est exact, j'ai eu la tasse de café mais il me semble avoir demandé du café chaud et non de quelle que chose de presque froid. Quatre, George, gardez ça en tête. Vous donc allez dans cette boutique théshop sur Mainstreet et me rapporter un grand mocha blanc sans matières grasses, sans crème fouettée et avec un double expresso plus une dose de vanille sans sucre.

George : Un double expresso plus une dose de vanille sans sucre, bien sûr mais cette théshop se trouve de l'autre côté de la ville, je, je ne serai pas de retour avant 21 h.

Mme Bicklebee : Au revoir, je vous laisse jusqu'à 20 h 45.

********

Dans la voiture, Sam conduit mais il est fatigué, il allume la radio pour ne pas se rendormir, puis son téléphone sonne.   

Sam : Ouais, t'inquiète pas, je suis en chemin.

Dean : Je crois qu'on va attendre un peu avant de mettre les voiles.

Serveuse : Voilà pour vous.

Dean : Merci. On n'a pas simplement affaire avec une collectionneuse qui lègue sa boutique à son fils après sa mort.

Sam : C'est-à-dire ?

Dean : Cette femme a passé plus de 40 ans à faire tourner son magasin et un beau jour elle décide de vendre et comme par hasard sa caisse tombe dans un ravin.

Sam : (en baillant) Et donc, tu crois qu'on a trafiqué les freins de sa voiture ?

Dean : Non, je crois que notre monde est rempli de coïncidences délirantes. Ah, j'ai autre chose, une agence immobilière dont personne n'as entendu parler vient d'acquérir tout une série de bâtiments sur Mainstreet. Alors, je suis peut-être à côté de la plaque mais ça te semble pas bizarre ? Sam ?

Sam : Oui, oui, oui, tiens moi au courant, ça me paraît pas mal.

Dean : Pas mal. T'es sûr que ça va ?

Sam : On dit souvent que la privation de sommeil est une technique d'interrogatoire efficace.

Dean : Je suis d'accord.

Sam : C'est carrément de la torture.

Dans le bar, Dean a raccroché son téléphone et fait des recherches sur l'agence immobilière. 

Dean : Saloperie (il appelle Frank).  

Frank : J'espère que c'est important.

Dean : Rassurez-vous, sans vouloir vous offenser, je vais pas vous tenir la jambe trop longtemps.

Frank : Ça ne m'offense pas mon petit lapin.

Dean : Je pense avoir trouvé quelque chose.

Frank : Mon silence veut dire que c'est à toi de parler.

Dean : Y'a une agence immobilière qui vient d'acheter une série de petites boutiques à Portland mais je tombe sur un pare-feu quand je vais sur leur site, vous pouvez contourner ?

Frank : Les chiens savent-ils jouer au poker ?

Dean : Je vois pas ce que ça veut dire.

Frank : La réponse est oui très cher. Le nom de la société...

Dean : C'est Geothrive.inc.

*******

Retour sur Sam dans sa voiture qui commence à s'endormir et un gros camion arrive mais le bruit du camion le réveille et il tourne pour lui échapper.   

*******

George : Attendez, je ne vous ai pas dit deux mais une dose de vanille sans sucre.

Vendeur : La dose supplémentaire est pour moi.

George : C'est gentil mais ma patronne va tout de suite le remarquer alors s'il vous plaît, vous pourriez m’en préparer un autre.

Vendeur : Il y'a un monde fou ce soir et je suis tout seul alors profitez de la dose gratuite.

George : Monsieur, je vous demande de m'en préparer un autre.

Vendeur : Ne vous prenez pas la tête.

George : Ne me tentez pas, vous avez de la chance que je sois en retard.

Vendeur : Ouais ouais, quelle chance. Suivant ! 

Sam : Je pourrais avoir un triple expresso s'il vous plaît ?

Étonné George se retourne et remarque Sam.  

Vendeur : Si vous voulez mourir.

******

Devant la boutique d'antiquité, George espionne Sam en parlant à sa patronne au téléphone.  

Mme Bicklebee : Qu'est-ce que vous racontez George ? Où est mon café ?

George : Je suis très sérieux, c'est lui.

Mme Bicklebee : Vous en êtes sûr à 100% ?

George : Absolument sûr, Sam Winchester s'apprête à entrer dans la boutique d'antiquité qu'on vient d'acheter. Vous croyez que c'est pour nous qu'ils sont là ?

Mme Bicklebee : Non, croyez-moi, si les Winchester étaient là pour nous, on serait déjà au courant.

George : Je suis sûr que je vais adorer.

Mme Bicklebee : Adorer ? Mais de quoi vous voulez parler ?

George : Et bien je pensais juste à la façon dont j'allai le manger, ça va beaucoup me plaire.

Mme Bicklebee : Quoi ?! Non !

George : Non ?

Mme Bicklebee : Je vous attends dans mon bureau immédiatement.

******

Mme Bicklebee : Il y'a une hiérarchie entre nous, George. Si vous apercevez un Winchester, vous ne le mangez pas. Vous venez me voir et ensuite c'est moi qui le mange. Qu'est-ce que je suis censé dire à Dick ? Oui, je crois que George l'a mangé mais je ne l'ai pas vu. Vous pensez vraiment que je vais me porter garante de vos actions ? Comme si vous n'étiez pas à deux doigts de vous faire mettre le bavoir. Mais je vous en prie.

George : Mais je...

Mme Bicklebee : En le coupant Non, non, non, non... en prenant son café et buvant une gorgée Deux doses de vanille, vous vous moquez George ?

******

Dean est au téléphone avec Frank.

Dean : Frank, dites-moi que vous avez quelque chose.

Frank : Non, je t'appelle juste pour te donner les résultats du match Lakers-Celtics.

Dean : Quoi ?

Frank : Évidemment que j'ai quelque chose pour toi. Je sais pourquoi tu es tombé sur ce pare-feu.

Dean : Mon silence veut dire que c'est à vous de parler.

Frank : Ha. Bien joué. Tu as voulu accéder au site internet de Geothrive mais tu y ai pas arrivé parce que si on creuse un peu plus en profondeur, tout nous ramène à Dick.

Dean : Ça pourrait m'aider si vous ne disiez pas ça à tout bout de champs.

Frank : Sauf que maintenant, je peux me baser sur des faits concrets, gros malin.

Dean : Vous voulez me dire que Geothrive fait partie de roman.int ?

Frank : Il y'a une filiale reliée à un conglomérat relié lui même à un conglomérat, toutes ces sociétés nous conduisent à Dick.

Dean : Ça veut dire que les Léviathans veulent faire des petites boutiques un centre commercial ?

 Frank : Et le lapin sort du chapeau.

Dean : Alors pour le moment, on a un champ dans le Wisconsin et un troupeau de boutiques familiales à Portland. Qu'est-ce qu'ils peuvent bien manigancer ?

Frank : Ça me dépasse, tous ce que je sais, c'est que ça sent la grosse boîte dans les toilettes sentent la merde. Si j'étais à ta place, je mettrai les voiles le plus vite possible.

Dean : Et si les gens meurent les uns après les autres ?

Frank : Bien sûr, toutes les secondes, vérifie le tour d'obésité de la ville, c'est comme partout ailleurs.

Dean : On n'a pas fini le boulot en tout cas et on pourrait avoir des réponses.

Frank : D'accord, rappelle-moi si tu arrives à rester en vie.

Sam rejoint Dean.

Sam : Qu'est-ce que tu en dis ?

Dean : Oh, ça fera l'affaire.

Sam : Et toi, comment ça va ?

Dean : Je viens d'avoir Frank au téléphone, vraiment nos potes les Léviathans traîneraient dans le coin.

Sam : Les Léviathans dans cette ville ?

Dean : Oui, on recherche une poupée Russe, avec une poupée Dick et qui s’est mis dans l'immobilier. Et t'es avec moi ?

Sam : Oui, oui, oui désolé.

Dean : Ho ça va, je commence à en avoir ma claque de tes insomnies, d'accord Pacino, t'as vraiment besoin de pieuter mais moi je continue le boulot et toi, tu te trouves un motel et tu vas dormir.

Sam : Ouais et le quoi que je puisse faire, Lucifer ne voudrai jamais ce taire.

Dean : Même maintenant ?

Sam : Oui, là je l'entends chanter "Stairway to heaven" à tue-tête.

Dean : C'est une bonne chanson.

Sam : Oui mais pas cinquante fois de suite. Le téléphone de Sam sonne. Oui Scott .

Scott : Vite Sam, j'ai besoin de votre aide.

Sam : Qu'est ce qui ce passe ?

Scott : J'ai regardé dans un des miroirs de ma mère et maintenant j'ai envie de m'arracher le visage, je crois qu'il est ensorcelé.

Sam : D'accord, tenez bon. On arrive tout de suite.

Dean : Laisse-moi deviner. Il a touché un truc qu'il ne devait pas toucher.

Sam : Exactement. Ils s'en vont aider Scott. 

********

Scott : Est-ce que j'ai été convainquant ?

Mme Bicklebee : On ne peut pas dire que c'était digne d'un oscar mais moi, ça m'a convaincu. Cela dit, ça n'a pas d'importance parce que en mettant son foulard dans la bouche vous n'avez plus de texte.

George : Qu'est-ce qu'on fait maintenant ?

Mme Bicklebee : Maintenant, on attend que nos plats soient servis.

********

George : En scotchant Scott Alors apparemment voici un autre corps que je vais être obligé de faire disparaître. 

Mme Bicklebee : Je ne crois pas, comme tu me l'as fait si bien remarquer tout-à-l’heure, Dick a horreur qu'on fasse parler de nous.

George : Bon d'accord, c'est quoi le plan ?

Mme Bicklebee : On ne peut pas laisser Scott déblatérer à tout va, il pourrait devenir un vrai moulin à parole. Il va falloir le tuer mais ça ne veut pas dire que les gens doivent remarquer qu'il est mort. Faites vos valises George, vous allez vous transformer en Scott Freeman pour les vingt, les trente ou les quarante prochaines années. Pas vrai Scotty ?

Sam et Dean arrivent ce qui fait réagir les Léviathans.  

Dean : On peut oublier le miroir.

Mme Bicklebee : Sam et Dean c'est un immense plaisir de faire enfin votre connaissance. Pour mettre des noms sur les visages qui vont vous manger, je me présente, je m'appelle Joyce et voici George, mon assistant.

Dean : Attendez, vous êtes la femme qui est sur tous les panneaux.

Joyce : C'est ça, vous aimez ma photo ?

Dean : Vous devriez y aller mollo sur le blanchisseur de dent.

Joyce : Ho Dean, j'ai hâte de me curer les dents après vous avoir bien mastiqué. Elle montre son visage de Léviathan et elle attaque Dean, George fait de même en attaquant Sam, Sam se fait envoyer derrière le meuble et Dean se fait envoyer sur la vitrine. Sam donne un coup de pied à George pendant que Dean prend un objet et frappe Joyce. 

George : Il y'a un seau remplie de ce truc que vous adorez moucheter juste derrière vous. Rangez-moi vite la tête dedans. Dean se fait balancer sur la table ce qui la casse et Sam met la tête de George dans le seau. Fuyez vite allez, fuyez ! Sam casse la vitre et prend l'épée puis il coupe la tête de Joyce.

Dean : Merci Il prend la tête et la met dans un sac et le met dans un coffre.  

Scott : Je sais que ces trucs ne sont pas là pour plaisanter mais ça ne va vraiment pas être facile de faire sa vie ailleurs.

Dean : Ha, bien sûr que si. C'est plus facile qu'on le croit.

Sam : C'est la seule solution, les gueules béantes n'aiment pas laisser des témoins derrière eux. 

Dean : Alors mettez les voiles jusqu'à ceux que vous arriviez dans un pays dont vous ne parlez pas la langue.

Scott : D'accord, je m'en vais. Merci, enfin.

Sam : Il n'y a vraiment pas de quoi. A George Une minute, c'est le temps que vous avez pour nous expliquer pourquoi vous nous avez aidés. 

George : Parce que je mourrais d'envie de savoir quel goût cette pétasse pouvait avoir.

Dean : Si j'ai bien compris, vous voulez manger votre patronne ?

George : Vous avez mieux pour qu'elle ne revienne pas à la vie ?

Sam : Ça veut dire quoi que maintenant, vous êtes de notre côté ?

George : C'est ça. Rêvez pas. Mais si Joyce devez rester en vie, je serai obligé de passer derrière elle, jusqu'à la fin de mes jours pire encore, je me ferai fait mangé ou mettre un bavoir. Alors merci de l'avoir décapité pour moi, j'aurai eu du mal à faire ça tout seul donc merci, c'est sympa de m'avoir aidé de me débarrasser d'elle et évidement, y a pas de quoi. Ça me fait plaisir de vous avoir sauvés et avant qu'elle vous déchire le cul comme du papier cadeau. Gagnant gagnant, alors euh, vous me donnez sa tête ?

Dean : Là, vous rêvez mon vieux, crachez le morceau, on veut savoir ce que Dick Roman veut construire dans le Wisconsin.

George : Quoi ? Mais j'en n'ai aucune idée d'ailleurs, je ne sais même pas où se trouve le Wisconsin, moi je suis représentant de la côte Ouest.

Sam : Tu tues toutes les personnes qui refusent de vendre leurs biens.

George : Ça ne sert à rien de s'énerver. Tuer les gens ne sont pas censé être au programme. C'est Joyce, elle manquait cruellement de patience. Vous n'avez rien à craindre avec moi, vous n'y êtes pas du tout les gars, vous misez sur le mauvais cheval. 

Dean : Vous croyez ?

George : Ils vendent de bien au niveau local, c'est une blague, il faut que vous voyez plus grand, vous croyez que ça a un lieu qu'ici ? Vous avez tort, ça a lieu partout et c'est nettement plus ambitieux que ce petit projet de rien du tout, un bon conseil ? Ne vous en mêlez pas, ça vaudra mieux pour vous.

Dean : Écoutes moi bien espèce de trouduc', tu vas vite nous dire ce que vous construisez dans le coin ou je te promets que  tu vas vite te faire laver ta bouche avec du savon.

George : J'espérais qu'on puisse s’entendre sans passer aux menaces mais puisse que vous insistez à ce point, cette endroit va devenir un centre de recherche.

Dean : Pour quel genre de recherches ?

George : Recherche médicale, c'est d'ici, chers messieurs, que nous allons trouver un remède pour guérir le cancer.

Sam : Ça n'a aucun sens. C'est vrai, pourquoi Dick Roman voudrait guérir le cancer ?

George : Parce que, nous sommes là en amis. 

********

Le lendemain, les frères emmènent les objets maudits. 

Dean : Alors comme ça, les monstres guérissent le cancer, j'aurai jamais cru dire ça un jour, je ne trouve pas ça très rassurant.

Sam : Ouais, je suis bien d'accord. Qu'est-ce qu'on fait, maintenant ?

Dean : Et bien, je réfléchissais en venant sur le trajet pour aller chez Frank, capiche ?

Sam : J'aimerai pouvoir.

Dean : Tu as dormis la nuit dernière ? 

Sam : Oui, oui j'ai dû dormir quelques heures, enfin je crois.

Dean : Je vais te trouver une station de rock, ça va te mettre KO. Ils entrent dans la voiture pour aller chez Frank. 

*******

Il fait nuit, Sam et Dean sont arrivés chez Frank. 

Dean : Hey, Frank Il toque la porte de la caravane. Frérot ? Qu'est-ce qu'il fout, il est sourd ou quoi ? Frank ? On entre alors ne tirez pas. Ils entrent et voient le bazar et du sang partout  Çà craint ça.

Fin de l'épisode 

 

 

Ecrit par menekse.

INT. – DANCE STUDIO – NIGHT


Dancers are preparing to leave after practice, putting their ballet shoes into bags and putting on scarves and jackets.


DANCER 1
No Irina again. Guess she's too famous for us.


DANCER 2
No, she just... “vants to be alone.”


The dancers giggle. The door opens and another dancer enters.


DANCER 1
Irina. A little late for practice, no?


IRINA
Never too late. Practice makes perfect... if you have the talent.


The other dancers leave. IRINA takes off her street clothes, under which she’s wearing a leotard, and puts on her ballet shoes. She stretches, does some exercises at the barre, turns on music and begins to dance.


♪ Tchaikovsky's "Swan's Theme" plays ♪


Suddenly she begins to spin faster, then loses her balance and grabs the barre. She is still en pointe and is breathing heavily. She screams as she is flung backwards and begins to spin again. In the hallway, a janitor is mopping the floor. IRINA spins faster and faster. She screams as blood splatters the walls. The janitor comes in to investigate and finds IRINA dead with bloody stumps instead of feet. The janitor crosses himself. IRINA’s ballet shoes are arranged on the floor in pristine condition.


SUPERNATURAL (Title Card)

 

ACT ONE

EXT. – WALKWAY ALONG RIVER – DAY


DEAN is on the phone to FRANK. The scene alternates between DEAN standing on the walkway and FRANK in his trailer.


DEAN (on phone)
So, Dick's funding an archaeological dig? Well, unless Dick's actually digging himself, I'm not sure I know what to do with that, Frank. Or the factory in Saudi Arabia, or the fishery in Jakarta. None of this is helping, Frank.


FRANK (on phone)
Explain how Western to Southeast Asia is too wide a net. You know, I could be in Tromso right now. Zero Leviathan activity in Tromso.


DEAN (on phone)
Where the hell is Tromso?


FRANK (on phone)
Norway, you moron. By the way, they opened another Biggerson in Butte.


DEAN (on phone)
Yeah, well, we're not in Montana.


FRANK (on phone)
Oh, you know where Butte is. That's encouraging. So, where are you?


DEAN (on phone)
We're in Oregon.


FRANK (on phone)
No. I got nothing in Oregon.


DEAN (on phone)
Wisconsin, Frank.


FRANK (on phone)
What about it?


DEAN (on phone)
The coordinates – Bobby's coordinates.


FRANK (on phone)
Bobby... Oh! Right. Yeah, no. I got nothing. I got no activity.


DEAN (on phone)
Well, work on it.


FRANK (on phone)
Hey. When did you become the boss of me? You don't like what I'm doing, you can stick it right up your Montana.


DEAN (on phone)
All right, all right, all right. Take it easy, Frank.


FRANK (on phone)
Oh, and another thing –


FRANK hangs up.


DEAN (on phone)
Frank? Hello? Fr—


SAM walks up, carrying a coffee and a newspaper.


DEAN
He's a crazy son of a bitch.


SAM
Frank?


DEAN
You know, having a cranky total paranoid as your go-to guy – that's – it's... I don't know what it is. What, are you going for, like, the Guinness record of caffeine consumption? That's like your fifth this morning.


SAM
Yeah, well, every time I close my eyes, Lucifer is yelling into my head. It's like I let him in once, now I can't get rid of him.


DEAN
You know he's not actually...


SAM
Yeah. Yeah, no. I know. Uh, try telling that to the volume control inside my brain.


DEAN
Well, did you try the hand thing?


SAM
Yeah.


SAM
Anyway, long as I'm awake, check it out.


SAM hands DEAN the newspaper.


SAM
They're saying drugs, but read between the lines. Sounds like she danced her own feet off. Might be our kind of thing.


DEAN
Dancers. They are toe shoes full of crazy.


SAM
You – and you would know this how?


DEAN
I saw "Black Swan." Twice. Hot tutu-on-tutu action? Come on, Sam. What's wrong with you?


SAM
Wow. The depths of your – Anyway, it's in Portland, a couple hours away. What do you think?


DEAN
Yeah, dancers. Why not? Maybe you'll get some sleep on the way.


SAM
Yeah, maybe.


They drive away in a black car that is not the Impala.

 

INT. PORTLAND POLICE STATION – DAY


SAM and DEAN enter the police station.


SAM
So, the usual – no EMF, no sulfur, no hex junk.


DEAN
If there's no more dancers to interview on this trip, it could be a bust. Although I hear they have good coffee in Portland.


SAM
Dude, that's Seattle. Oh, let's just get the drill over with.


The DUTY OFFICER behind the desk is talking to another OFFICER. DEAN clears his throat and SAM raises a hand. The DUTY OFFICER raises a hand in acknowledgment, but continues to talk.


OFFICER
Later.


The OFFICER leaves.


SAM
Hi.


DUTY OFFICER
Yeah?


SAM
Uh, we'd like to see the crime-scene photos from the Irina Koganzon case, please.


DUTY OFFICER
And you would be...


DEAN
Oh.


SAM and DEAN show their FBI ID.


DUTY OFFICER
Give me a minute.


DEAN
Take your time.


Another OFFICER is writing on an evidence bag that contains the ballet shoes. He puts the bag down on a table, at which a YOUNG GIRL is drawing. She reaches out an arm for the bag.


OFFICER 2
No, you can't touch those, honey. Those are for Daddy's work.


YOUNG GIRL
Daddy... I have to go pee.


OFFICER 2
Sweetie, you know where the little girls' room is.


The DUTY OFFICER gives DEAN a case file that contains a crime scene picture of IRINA and the ballet shoes.


DEAN
Yeah, I'd call that weird.

 

The YOUNG GIRL enters the ladies room. The ballet shoes are on the floor. She closes the door behind her and puts one shoe on. It magically resizes to fit her feet.


SAM and DEAN enter the evidence room and show their ID.


SAM
Hey, there. How you doing?


OFFICER 2
Okay. What can I do for you fellas?


SAM
Well, we need to see the shoes that were involved in the ballet dancer's death.


OFFICER 2
Didn't figure that would be an FBI deal. But sure. Yeah, right here.


OFFICER 2 turns around and sees that the ballet shoes are no longer on the table.


OFFICER 2
Damn it, Tracy.


DEAN
Who's Tracy?


OFFICER 2
My daughter. She loves ballet.


DEAN and SAM burst into the ladies room. TRACY is sitting on the floor, wearing the ballet shoes.


SAM
Hey, take those shoes off.


TRACY is pulled to her feet by an invisible force, goes up en pointe and begins to spin. SAM grabs TRACY around her middle.


SAM
Dean, get the shoes!


DEAN
I'm trying!


TRACY’s legs flail as DEAN tries to grab her feet. She kicks DEAN in the head.


TRACY
Sorry!


DEAN gets one shoe off.


SAM
Come on, Dean!


DEAN
I'm trying!


TRACY kicks DEAN in the head again.


TRACY
Sorry!


DEAN
I got it! I got it.


SAM
Uh! Okay. I'm going with cursed object.


DEAN
You think?


SAM
(to TRACY) You okay?


SAM and DEAN leave the ladies room. SAM is carrying the ballet shoes using a pen. A sticker in one of the shoes reads “$15.99 OUT WITH THE OLD”.


SAM
Next stop – “Out With The Old”. I suppose it's too much to hope that these shoes are the only thing in that store that we have to worry about.


DEAN
Oh, what a dreamer you are.


They leave the police station.

 

EXT. STREET – DAY


DEAN and SAM pull into a parking spot. The ballet shoes are in the back seat.


DEAN
Hey. Didn't we put those in the trunk?


SAM
H-how did they –


DEAN
Cursed object, Sam.


SAM
Do they... look like they're... your size?


DEAN
Shut up.


SAM
Wait, a-are you –


DEAN
Getting the strong urge to Prince Siegfried myself into oblivion? Yes.


SAM
You really did see "Black Swan."

 

A WOMAN is talking to a man standing in the doorway of a tool shop. Next to her is an ASSISTANT, who is carrying files, a bag and a case.


WOMAN
Well, it was nice seeing you, Mr. Marshall. Please call me if you have any questions about the offer.


MR MARSHALL
I'll let you know.


WOMAN’S ASSISTANT
I don't think he's gonna sell.


WOMAN
Thinking is not your strong suit, George.


The WOMAN stops at the passenger side and GEORGE walks to the driver’s side of a car.


WOMAN
George? The door.


GEORGE hurries around to the passenger side, still carrying the files, bag and case, and opens the door.


SAM and DEAN cross the street behind the car. SAM is holding the ballet shoes out in front of him. They open the door to an antique store with a “Going Out Of Business Sale” sign on the door.

 

INT. ANTIQUE STORE – DAY


SAM
Hello?


A MAN is mopping the floor.


SAM
Hey, did you sell these?


MAN
Uh, yeah.


SAM
Where did you get them?


MAN
Uh, m-my m-mother had them in that box.


SAM puts the ballet shoes down on a display cabinet and goes to get the box. It is made of wood and has symbols carved into the lid. DEAN picks up the ballet shoes and appears transfixed by them.


MAN
I don't understand. What's happening?


SAM holds out the open box to the MAN.


SAM
This, in here?


SAM notices DEAN holding the ballet shoes.


SAM
Hey! Hey, hey, hey!


SAM pulls the shoes away from DEAN and puts them in the box.


SAM
Geez! You okay there, Baryshnikov?


DEAN
Yeah. Yeah, I'm "pas de done."


MAN
Okay, if it's not too much trouble, do you mind telling me, uh, what's – what's going on?


SAM and DEAN show their FBI ID.


SAM
What's your name?


MAN
Uh, Scott – uh, Scott Freeman.


SAM
You said these were your mother's? Where'd she get them?


SCOTT
I don't know. I found them in the back.


DEAN
I got it.


SAM
Now, where is your mother?


SCOTT
Well, she's, uh... She passed away last week.


SAM
I'm sorry to hear that. Scott, listen. These shoes...


SCOTT
Just some personal stuff she collected. I'm trying to get rid of it all.


SAM
All? Is there more like this?


DEAN walks back into the room holding up empty wooden boxes.


DEAN
Sam.


SAM
Scott, what was in those boxes?

 

INT. HOUSE – DAY


A woman is chopping vegetables. She picks up an apple from a fruit basket and then drops it with a start when an old-fashioned kettle on the stovetop whistles. She walks slowly to the kettle, picks up the metal handle with a bare hand, supports the base of the kettle with her other hand and pours boiling water into her mouth. The water spills over her chin, burning her face.

 

ACT TWO

INT. ANTIQUE STORE – DAY


SCOTT
Okay, what the hell kind of FBI guys are you?


DEAN
The kind that are trying to fix the mess you started. Now where'd your mom get these?


SCOTT
I don't know. I found them in her safe.


SAM
Did it ever occur to you that these things might be locked in that safe for a reason?


SCOTT
No, I-I just thought it was some of the junk that she had collected over the years. Like, I knew she was into some weird stuff, but I never thought that she would be, like –


DEAN
Yeah, well, think again, okay? 'Cause this "junk" is killing people.


SCOTT
What? Like, how can that be?


SAM
Look, Scott. We're gonna need to know exactly what you sold out of that safe and names and addresses of who you sold it to.

 

EXT. STREET – DAY


SAM and DEAN pull up and get out of the car.


DEAN
All right, what do we got?


SAM
She bought a tea kettle.


DEAN
Tea kettle?


SAM
Yeah. Hey, with enough curse mojo, you can turn a freaking pencil into a weapon of mass destruction.


DEAN
Good times.

 

INT. HOUSE – DAY


DEAN and SAM enter and see the kettle on the ground next to the woman’s body. Her face is badly burned. DEAN picks up some rubber gloves and wraps the handle of the kettle with them before picking the kettle up.


DEAN
Better call this in.


SAM (on phone)
Hello, yeah. I'd like to report an accident at 23 Gorham Road.

My name? Uh... Bruce Hornsby.

 

EXT. HOUSE – DAY


DEAN
All right. Who's next on the list?


SAM takes a notebook out of his pocket.


SAM
We got a, uh, gramophone sold to Brenda Gluck, 413 River Street, and a vintage gentlemen's magazine sold to Peter Yankit, 27 Johnson Lane.


DEAN
Really?


SAM
Yeah.


DEAN
All right, we'd better split up. Why don't you take the gramophone? I'll handle the old rag.


SAM
I wouldn't really "handle" it if I were you. Remember those shoes?


DEAN
Yeah, how could I forget?


DEAN puts the kettle in the back seat of the car.


DEAN
You know, I wonder how old porn kills you.


DEAN hands the rubber gloves to SAM.


SAM
Pretty sure you don't want to know.


DEAN
Yeah, you're probably right. All right. Let's do this.


SAM
Yep.


DEAN walks to the driver’s door of the car and SAM walks away.

 

INT. HOUSE 2 – DAY


A WOMAN starts the gramophone and smiles at a YOUNG BOY, who is sitting on the sofa using a computer tablet. She picks up a laundry basket.


WOMAN
I'm gonna run these upstairs. Be right back.


YOUNG BOY
Mmm.


WHISPERED VOICE
Hey, Timmy.


EXT. STREET – DAY


SAM walks along the street. He runs a hand over his face and looks at his notebook.

 

INT. HOUSE 2 – DAY


The YOUNG BOY is playing a game on the tablet as the gramophone music plays.


WHISPERED VOICE
Hey, Timmy. Come here. I have a secret for you.

 

TIMMY looks up several times, then at the gramophone.


WHISPERED VOICE
Hey, Timmy. Timmy, come here. Timmy.


TIMMY walks over to the gramophone and places his ear near the speaker. He listens to the whispered voice and then walks away.

 

EXT. STREET – DAY


SAM walks along the street.

 

INT. HOUSE 2 – DAY


TIMMY picks up a large knife. The WOMAN walks down the stairs and sits down on the sofa with a magazine. TIMMY walks towards her, carrying the knife. As he is raising his arm to strike, SAM bursts in, grabs TIMMY’s arm and takes the knife. The WOMAN screams.


SAM
Where's the gramophone?


The WOMAN points. SAM walks over to the gramophone and puts on a rubber glove.


TIMMY
Hey. That's mine.


SAM
Kid, this would be a really good time for a lesson in gratitude. Lucky for you, I'm too tired.


SAM’s phone rings and he answers it. The scene alternates between SAM in the house and DEAN walking along a street, carrying a wooden box.


SAM (on phone)
Hey.


DEAN (on phone)
Hey. Got the porn. Just in time, too.


SAM (on phone)
What was he doing?


DEAN (on phone)
Uh, like you said, you don't want to know. Where you at?


SAM (on phone)
I just got the gramophone. I'm across town. I'll head your way.


SAM and DEAN hang up.

 

EXT. STREET – DAY


DEAN puts the box in the trunk of the car.

 

INT. ANTIQUE STORE – NIGHT


DEAN is putting a wooden box into the safe.


SCOTT
So my mom wasn't just some whack job. All this stuff is real?


DEAN
Yep.


SCOTT
Well, now I-I really feel like crap.


DEAN
How come?


SCOTT
I kept pushing her to sell the store. She kept saying no, and I kept pushing her, you know, telling her how much money she'd make.


DEAN
You think you changed her mind?


SCOTT
I don't know. You know, this real-estate lady kept coming around, and then one day, just like that, mom says okay. Then she had that accident, never even got to enjoy the money.


DEAN
How soon after?


SCOTT
The next day.


DEAN
The n— How did she die?


SCOTT
Car crash. You know, I keep thinking, if I hadn't pushed her, then...


DEAN
Hey, a little tip. Uh, feeling guilty ain't gonna bring 'em back. Best you can do is live your life the way that you think would make her proud. Or at least not embarrass the crap out of her.


SCOTT smiles and nods.


DEAN
Oh, uh... you know the drill, right? Don't touch anything in those boxes. In fact, don't even go near the safe. Once we get it all boxed up, we'll get a U-Haul and get everything out of here.


SCOTT
Believe me, I – I got it.

 

EXT. STREET – NIGHT


DEAN leaves the antique shop. He noticed the Bicklebee Realty “SOLD” sign, which has a large picture of the WOMAN who was talking to MR MARSHALL, in the window. He walks along the street. Almost every store has the same “SOLD” sign in the window. The name below the WOMAN’s photo is Joyce Bicklebee.

 

INT. BICKLEBEE REALTY OFFICE – NIGHT


JOYCE is sitting behind a desk, talking to MR MARSHALL, who is smoking a cigar.


JOYCE
You know, Mr. Marshall, the block won't be the same. Most of your neighbors have already sold. Now, I've prepared an analysis report for you. George?


JOYCE gets up and takes a piece of paper from GEORGE.


JOYCE
Not this one, George. Mr. Marshall's. Hard to find good help these days.


GEORGE gives JOYCE another piece of paper, which she hands on to MR MARSHALL.


JOYCE
Anyway, as you can see, our offer is more than generous.


MR MARSHALL
Seems that way.


JOYCE
And with that generous offer, you can pretty much go wherever and do whatever you please. You can get on with your life.


MR MARSHALL
You know, Miss Bicklebee, I came here tonight with every intention of selling. But what you just said, about getting on with my life – that store is my life. I can't sell.


MR MARSHALL stands up and puts the piece of paper down on the desk.


JOYCE
Look, we all feel attached to our past, but it's the future that's the real adventure, and –


MR MARSHALL
Sorry, not sellin'. And I ain't buyin' that crap either, lady.


JOYCE
Well, if that's your decision, what can I say?


JOYCE holds out a hand. MR MARSHALL smiles and takes it.


JOYCE
I wish you the best of luck with the rest of your life... What little there is left of it.


The smile leaves MR MARSHALL’s face as JOYCE grips his hand tightly. MR MARSHALL grimaces in pain and he stares in surprise as JOYCE takes on MR MARSHALL’s form. JOYCE snaps MR MARSHALL’s neck and he falls onto the chair, dead. JOYCE, still in MR MARSHALL’s form, signs the contract.


JOYCE
See? As promised...


JOYCE transforms back into the female body and holds the form up to GEORGE.


JOYCE
On the dotted line. What?


GEORGE
Well... maybe you were a little quick on the trigger? First the woman at the antique shop, and now this. I mean, you know that Mr. Roman doesn't like us calling attention to ourselves...


JOYCE stares hard at GEORGE.


GEORGE
So, what should I do with the body?


JOYCE
There. That's the attitude. Okay. Take Mr. Marshall and his stinky cigar home and put them in bed. Oh. And, George? Make sure the cigar is lit. You know, burning hot.

 

ACT THREE

INT. BICKLEBEE REALTY OFFICE – NIGHT


There are flashing lights and sirens outside the window.


JOYCE
There goes Mr. Marshall. Should've quit smoking. Can be hazardous to your health.


JOYCE laughs, then takes a sip of her coffee and coughs.


JOYCE
Do you know how many assistants I've had since taking this body, George?


GEORGE
Maybe three?


JOYCE
Five. I leave it to your imagination what happened to the first four.


GEORGE
Was something wrong with the brew?


JOYCE
You tell me. What did I ask for?


GEORGE
A hot cup of coffee.


JOYCE
That's right. Got the coffee part. But did I say "hot," or, I don't know, "tepid"?


JOYCE hands GEORGE the coffee cup.


JOYCE
Four, George. Just saying. So go to that nice barista on Main and get me a Grande non-fat no-whip white mocha, one pump sugar-free, double-shot espresso, 'kay?


GEORGE
Sure. Um, t-that's all the way across town.


JOYCE
Okay!

 

GEORGE
I won't be back till 9.


JOYCE
See you at 8:45.

 

EXT. ROAD – NIGHT


SAM is driving a pick-up truck. He yawns and turns on some loud rock music. His phone rings and he turns the music off before answering it.


SAM (on phone)
Hey, what's up? I'm on my way.


DEAN is sitting in a café, using the laptop and drinking coffee. The scene alternates between SAM driving and DEAN in the café.


DEAN (on phone)
Yeah, not sure we're taking the safe out of town just yet.


A WAITRESS refills DEAN’s coffee cup.


WAITRESS
Here you go.


DEAN
Thanks.


DEAN (on phone)
Um, so, it turns out that mama hoarder didn't just die and leave the store to Scott.


SAM (on phone)
She didn't?


DEAN (on phone)
No, listen to this. The lady spends 40 years trying to keep that place, right? Then one day she wakes up and sells. Next day, drives her car off a cliff.


SAM (on phone, yawning)
So, uh... What, you think somebody cut her brakes or something?


DEAN (on phone)
No, I think the world is full of hilarious coincidences. Oh, and there's this new company – never even tasted real estate…


DEAN’s laptop screen shows the Bicklebee Realty web page.


DEAN (on phone)
…just gobbled up a huge chunk of Main Street. Now, I could be off the deep end here, but doesn't that seem weird to you?


SAM doesn’t respond.


DEAN (on phone)
Sam? Sam?


SAM (on phone)
Yeah. Yeah, yeah. Yeah, sounds good. Keep me posted.


DEAN (on phone)
Sounds good? Are you all right?


SAM (on phone)
You know they say that, uh, sleep deprivation is an "enhanced interrogation technique"?


DEAN (on phone)
Yeah.


SAM (on phone)
Trust me, it's torture.


SAM hangs up.

 

INT. CAFE – NIGHT


DEAN clicks on “Corporate Contact” on the Bicklebee Realty web page. A message pops up reading “We’re sorry, the site you are trying to access has been blocked.”


DEAN
Son of a bitch.


DEAN makes a call to FRANK. The scene alternates between the café and Frank’s trailer. Frank is eating from a can.


FRANK (on phone)
This better be good.


DEAN (on phone)
Frank, hey, I don't mean to double-dip in your crazy sauce. No offense.


FRANK (on phone)
None taken, fudge pop.


DEAN (on phone)
But I think I found something.


FRANK (on phone)
My silence is your cue, Dean.


DEAN (on phone)
All right, so, there's this new company that's buying up a whole bunch of, uh, mom-'n'-pops in Portland, but I hit a firewall when I tried to access its site. Think you can crack it?


FRANK (on phone)
Can a dog play poker?


DEAN (on phone)
I don't...


FRANK (on phone)
The answer is yes. What's the company name?


DEAN (on phone)
Uh, Geothrive, Inc.


On the laptop screen above the firewall message is the company logo, which reads: “Geothrive Inc. Innovative Technology for the Future.”

 

EXT. ROAD – NIGHT


SAM is driving while clearly very sleepy. He almost overshoots a bend, blinks several times, then nods off. A large truck is coming towards him and the driver honks the horn. SAM nearly collides with the truck before he wakes and veers sharply to the side.

 

EXT. COFFEE STAND – NIGHT


The BARISTA puts two pumps of something into a coffee cup.


GEORGE
Wait! I said one pump sugar-free, not two.


BARISTA
Extra pump's on the house.


GEORGE
That's very nice, but my boss is gonna be able to tell, okay, so please just make me a new one.


BARISTA
There's people in line, and I'm here all alone, so... enjoy the free pump.


GEORGE
How 'bout make me a new one?


BARISTA
How 'bout you eat me?


GEORGE
Don't tempt me. You're lucky I'm late.


BARISTA
So lucky. Next.


SAM
Can I get a, uh, a-a triple red-eye, please?


BARISTA
It's your funeral.


GEORGE turns and looks at SAM, then hurries away.

 

EXT. STREET OUTSIDE ANTIQUE STORE – NIGHT


SAM gets out of the pick-up truck, which is parked outside the antique store. SCOTT comes to the door of the store.


JOYCE (on phone)
What are you talking about, George? Where's my coffee?


GEORGE is watching from across the street. The scene alternates between the street and Bicklebee Realty.


GEORGE (on phone)
I am seriously not kidding.


JOYCE (on phone)
And you're sure it's him?


GEORGE (on phone)
Of course I'm sure. Sam Winchester is going into that antique shop we just bought.


SAM walks into the store, carrying a wooden box.


GEORGE (on phone)
Y-you think they're here for us?


JOYCE (on phone)
No. Trust me. If the Winchesters were here for us, we'd know.


GEORGE (on phone)
I am going to enjoy this.


JOYCE (on phone)
Enjoy? Enjoy what, George?


GEORGE (on phone)
Well... eating him is pretty much what I was thinking.


JOYCE (on phone)
What?! No!


JOYCE hangs up.


GEORGE (on phone)
No?


JOYCE (on phone)
Come back to the office. Now.

 

INT. BICKLEBEE REALTY – NIGHT


JOYCE
We have a chain of command here, George. You see a Winchester, you don't eat him. You tell me, and I eat him. What do you think, I'm gonna tell Dick, "I think he ate him, but I didn't see it"? What, I'm supposed to vouch for you, George? Like you're not one dumb move away from a bibbing already? Come on.


GEORGE
But I –


JOYCE
Oh, no!


GEORGE
But –


JOYCE
No!


JOYCE holds up her hand to forestall any further protests and makes little hand motions while soundlessly saying “No, no, no, no, no, no.” GEORGE starts to speak, but JOYCE cuts him off.


JOYCE
Hoo!


JOYCE takes the coffee from GEORGE and takes a sip.


JOYCE
Ohh! Two pumps. Really, George?

 

INT. CAFE – NIGHT


DEAN is looking at a pie in display container while talking on the phone. The scene alternates between the café and Frank’s trailer, where Frank is sitting in front of his computers.


DEAN (on phone)
Frank, tell me you got something.


FRANK (on phone)
No, I'm calling with the Lakers-Celtics score.


DEAN (on phone)
What?


FRANK (on phone)
'Course I got something. I figured out why you hit that firewall.


DEAN walks back to his table.


DEAN (on phone)
My silence is your cue, Frank.


FRANK (on phone)
Oh, touché. So, you were trying to access the Geothrive internal site, and the reason why you couldn't is 'cause, if you dig down deep, it's all Dick.


DEAN (on phone)
Yeah, well, that'd be helpful if you didn't say that about everything.


There is a picture of Dick Roman on FRANK’s computer screen.


FRANK (on phone)
Yeah, except I'm operating on hard fact now, wise-ass.


DEAN (on phone)
So you're tellin' me that Geothrive is part of Roman, Inc.?


FRANK (on phone)
It's a conglomerate within a subsidiary within a conglomerate. It's all tied together, Dean.


DEAN (on phone)
So, what, Leviathans are – are Walmart-ing mom-'n'-pops?


FRANK (on phone)
And bingo was his name-o. Ahh!


DEAN (on phone)
So, we've got a big ol' field in Wisconsin and a bunch of friggin' shops in Portland? What the hell are they up to?


SAM pulls up and parks outside the café.


FRANK (on phone)
Beats me. All I know is it's corporate and smelly as the day is long. If I were you, I'd get out of Dodge, pronto.


DEAN (on phone)
People are dying here, Frank.


FRANK (on phone)
Sure, every second. Check the obesity stats. That town ain't nothin' special.


DEAN (on phone)
Well, we're not done here, okay, and, hey, we might get some answers.


FRANK (on phone)
Fine. Call me if you don't die.


SAM joins DEAN at the table.


SAM
So?


DEAN
Well, that'll work.


SAM
Um, how's it going?


DEAN
I just got off the phone with Frank. Apparently, we have a bit of a Leviathan issue in this town.


SAM
Leviathans, here?


DEAN
Yeah. We're lookin' at a big, old giant nesting doll of Dick, as far as property sales go.


SAM looks away and sighs.


DEAN
Hey, you hearing me?


SAM
Yeah. Yeah, yeah, yeah. I'm sorry.


DEAN
Okay, you know what? Enough with the insomnia crap. All right, Pacino? You need to crash. I'll keep working. You find a motel and get some sleep. Okay?


SAM
It doesn't matter what I do, Dean. Lucifer will not shut up.


DEAN
Even now?


SAM
He's singing "Stairway to Heaven" right now.


DEAN
Good song.


DEAN
Not 50 times in a row.


DEAN
Hmm.


SAM’s phone rings.


SAM (on phone)
Hey, Scott.


The scene alternates between the café and the antique store.


SCOTT (on phone)
Please, Sam. Y-you got to help me.


SAM (on phone)
What's happening?


SCOTT (on phone)
I looked in one of my mom's old mirrors, and now I want to rip my face off! I think it was cursed.


SAM (on phone)
All right, hold tight. Uh, we're on our way.


DEAN
Let me guess. He touched something he was not supposed to.


DEAN puts some bills down on the table.


SAM
'Course he did.


DEAN
Uh.

 

INT. ANTIQUE STORE – NIGHT


SCOTT
Was, uh... was that okay?


JOYCE and GEORGE are in the store, standing with their arms crossed.


JOYCE
Well, not exactly Oscar-worthy, but... I was convinced. Not that it matters, because you don't have any more lines.


JOYCE takes off her scarf and stuffs it into SCOTT’s mouth.


GEORGE
Now what?


JOYCE
Now we wait for meal service.

 

ACT FOUR

INT. ANTIQUE STORE – NIGHT


SCOTT is taped to a chair. GEORGE tapes SCOTT’s mouth shut.


GEORGE
So... one more body we're gonna have to spirit away, huh?


JOYCE
Actually, no. As you so helpfully pointed out earlier, Dick doesn't like making the papers.


GEORGE
Right, so what's the plan?


JOYCE
Well, we can't have Scott here running his mouth. Loose lips, yada, yada, yada. We will kill him.


SCOTT makes a noise.


JOYCE
But that doesn't mean anyone ever has to notice he's dead. Pack your bags, Georgie. You are turning into one Scott Freeman…


JOYCE crouches down next to SCOTT and strokes his cheek.


JOYCE
…for the next, oh, 30-some-odd years. Right, Scotty?

 

EXT. STREET OUTSIDE ANTIQUE STORE – NIGHT


SAM and DEAN pull up outside the store in the pick-up, with the U-Haul attached. SAM is driving. They hurry inside.

 

INT. ANTIQUE STORE – NIGHT


DEAN
So much for the cursed mirror.


JOYCE
Sam and Dean. It is such a pleasure to make your acquaintances. Now, just so you can put names to the faces that’ll be eating you, I'm Joyce, and this is my assistant, George.


DEAN
Oh, you're the – you're the lady from the real-estate signs.


JOYCE
Yes. You like my photo?


DEAN
Oh, you might want to lay off the whitening strips.


JOYCE
Oh, Dean. I am gonna enjoy picking you out of my teeth.


JOYCE’s face transforms. She grabs DEAN and throws him into a glass cabinet. GEORGE throws SAM over a desk. SAM punches GEORGE and DEAN hits JOYCE with an urn. GEORGE grabs SAM around the throat.


GEORGE
There's a bucket of that stuff that you love throwing at us right there. Dunk me, before she sees.


JOYCE throws DEAN onto a table, which breaks. SAM dunks GEORGE’s head in the bucket. JOYCE looks disgusted. GEORGE lifts his head. His face is burning.


GEORGE
The sword.


JOYCE throws DEAN through some glass doors.


GEORGE
The sword!


SAM breaks a display cabinet holding a sword. As JOYCE is advancing on DEAN, SAM uses the sword to cut off her head.


DEAN
Uh. Thanks.


DEAN puts JOYCE’s head in a bag and puts the bag in the safe.


SCOTT
Okay, I get that these things mean business, you know, but I can't just, like, uproot my life.


DEAN
Sure you can. It's not as hard as you think.


SAM
Look, Scott. These big mouths don't like to leave loose ends.


DEAN
So don't you look back till you get someplace where you don't speak the language.


SCOTT
All right. I'm going. Thank you, I guess.


SAM
Don't mention it.


SAM
(to GEORGE) One minute. That's how long you have to explain to us why you helped us.


GEORGE
Because I am dying to know what that bitch tastes like.


DEAN
Wait, let me get this straight. You want to eat your boss?


GEORGE
You got a better way to make her stay dead?


SAM
So, what? So now you're – you’re on our side or something?


GEORGE
Yeah. No. But if Joyce is alive, then I spend the rest of my life cleaning her messes. Or worse, I get eaten. Or bibbed. So, thanks... for chopping her head off for me. Taking her on solo – yikes. So, really, thanks for the assist there. And, of course, (to DEAN) you're welcome... for saving you... before she ripped into your ass like a Christmas present. Win-win, right? So how 'bout that head?


DEAN
Yeah, not gonna happen, Georgie.


SAM holds the sword to GEORGE’s throat.


DEAN
Now... what the hell is Dick Roman building in Wisconsin?


GEORGE
I don't know. I barely know where Wisconsin is. I'm a West-Coast representative.


SAM
You gonna keep killing people who don't sign on the dotted line?


GEORGE
All right, take it easy.


GEORGE touches the sword and tastes the blood it leaves on his finger.


GEORGE
Mmm. Killing people isn't part of the agenda. Joyce just kept getting impatient. You – you got nothing to worry about with me. Don't you get it? You guys are freaking out about the wrong thing.


DEAN
Oh, you think?


GEORGE
A couple of real-estate deals? Come on. Big picture, guys. You – you think it's just here? It's everywhere. And it's a lot more ambitious than this little project. My advice – keep your heads down and stay down.


DEAN
Listen to me, you gooey son of a bitch. You're gonna tell us what you're building here, or I'm gonna wash your mouth out with soap.


GEORGE
Hmm. I was hoping we could play nice. But if you must know... it's going to be a research center.


DEAN
Research for what?


GEORGE
Disease. This, gentlemen, is where we are going to cure cancer.


SAM
Wait. That doesn't make any sense. I mean, why would Dick Roman want to cure cancer?


GEORGE
'Cause we're only here to help.

 

ACT FIVE

EXT. STREET OUTSIDE ANTIQUE STORE – DAY


DEAN closes the door of the U-Haul, which contains the safe.


DEAN
Monsters cure cancer. A sentence I never thought I'd say. Why does it make me so nervous?


SAM
Yeah, I hear you. So, what do we do now?


DEAN
You are gonna sleep on it – all the way to Frank's. Capiche?


SAM
I wish I could.


DEAN
Did you get any sleep last night?


SAM
Yeah. Yeah. A little. I-I don't know.


DEAN
Well, we'll find you a soft-rock station. Always knocks you right out.


[Creedence Clearwater Revival's "Bad Moon Rising" plays]


They get into the pick-up and drive away.


♪ I see a bad moon rising ♪

♪ I see trouble on the way ♪


EXT. WOODS – NIGHT


♪ I see earthquakes and lightning ♪

♪ I see a bad time today ♪

♪ Don't go 'round tonight ♪

♪ Well, it's bound to take your life ♪


They pull up outside FRANK’s trailer and get out.


♪ There's a bad moon on the rise ♪

♪ I hear hurricanes a-blowin' ♪


DEAN
Hey, Frank!


DEAN pounds on the door.


DEAN
Deveraux!


♪ I know the end is comin' soon ♪


DEAN
What the hell is he doing in there?


DEAN knocks on the door again.


♪ I fear rivers overflowing ♪


DEAN
Frank! Don't shoot! We're coming in!


♪ I hear the voice of rage and ruin ♪

♪ Don't go 'round tonight ♪


INT. FRANK’S TRAILER – NIGHT


There is bloody, broken glass on the floor.


♪ Well, it's bound to take your life ♪

♪ There's a bad moon on the rise ♪

♪ All right ♪


The trailer has been trashed and there is blood on the walls and the computer screens, one of which still displays Dick Roman’s picture.


DEAN
Not good.


♪ There's a bad moon on the rise ♪


END

 

Source : SuperWiki

Kikavu ?

Au total, 110 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

CassieAuro 
29.03.2019 vers 10h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Ali3nBrain 
26.09.2018 vers 09h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Wanted dead or alive
Aujourd'hui à 10:40

Survivor (suite)
Aujourd'hui à 09:48

Petit jeu (suite)
Hier à 23:17

Jack Kline
19.04.2019

Rowena
19.04.2019

Billie
18.04.2019

Arthur Ketch
18.04.2019

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Locksley, Hier à 17:14

Bonne chance à tous

teddymatt, Hier à 18:34

128 au départ. Seule une personnalité gagnera. A vous de choisir "Quelle personnalité inviter ?" sur le quartier The L Word...

choup37, Hier à 23:11

Nouveaux designs sur Kaamelott, Merlin, Doctor Who

grims, Aujourd'hui à 08:57

Nouvelle série de photos du mois sur le quartier Sons of Anarchy ! venez départager les tenues de Maggie Siff !

choup37, Aujourd'hui à 10:04

Calendrier, pdm, jeux, nouveau sondage sur Doctor Who! Quel écrivain(e) aimeriez-vous rencontrer?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site