VOTE | 651 fans

#705 : Ma sorcière bien-aimée

 

Réalisé par : Phil Sgriccia
Ecrit par : Brad Buckner & Eugenie Ross-Lemming

JAMES MARSTERS & CHARISMA CARPENTER EN GUESTS STARS - Dean et Sam font la rencontre de Maggie Stark (Charisma Carpenter), une sorcière qui a jeté son dévolu sur une petite ville, causant un nombre de morts important. Dean et Sam recherchent alors Donald (James Marsters), le mari de Maggie, pour voir s'il peut aider. Donald raconte aux deux frères que Maggie est furieuse après lui car il l'a trompé, alors elle passe sa colère sur les gens de la ville.

 

>>Photos promo<<

Popularité


3.83 - 6 votes

Titre VO
Shut Up, Dr. Phil

Titre VF
Ma sorcière bien-aimée

Première diffusion
21.10.2011

Première diffusion en France
20.11.2012

Vidéos

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Scène coupée - L'Art d'étirer l'aine (aka La vie dans les chambres de motel)

Scène coupée - L'Art d'étirer l'aine (aka La vie dans les chambres de motel)

  

Promo

Promo

  

Plus de détails

 



 

 

 

 

Résumé des épisodes précédents.

Dans un salon de coiffure, Prosperity, Indiana. Une jeune femme blonde suit Chris, son coiffeur, tandis qu'elle parle à une amie au téléphone, qui semble avoir des problèmes conjugaux. Elle raccroche, tandis que Chris l'installe aux permanentes. Il met la machine en route et dit à sa cliente qu'elle appelle si elle a besoin. Rapidement, la jeune femme se sent mal à l'aise, et commence à sentir la permanente chauffer de plus en plus. Elle tente de se dégager, mais constate avec horreur qu'elle est bloquée. Elle hurle à l'aide, mais personne ne semble l'entendre. Soudain, la machine a comme un court-circuit, et la jeune femme meurt, électrocutée. Chris revient et découvre le corps, puis hurle à cette vue macabre.

*****************************SUPERNATURAL***********************

Dans un motel, Dean est endormi, et en plein cauchemar. Il revoit tour à tour Castiel, détruit par les leviathans dans le lac, Sam en proie à des hallucinations, et Amy, qu'il a poignardé en plein coeur. Il se réveille alors en sursaut, et se tourne vers la table de nuit pour y saisir une bouteille de bière, vide. Plus tard, un verre de whisky à la main, il fait des recherches sur l'accident de Wendy Goodson, la jeune femme électrocutée par le sèche-cheveux. Pendant ce temps, Sam rentre de son jogging matinal, ce qui semble ne pas plaire à Dean. Celui-ci lui parle rapidement des morts étranges survenues dans l'Indiana, puis Sam tente une nouvelle fois de convaincre son frère de parler de ce qui le travaille. Mais Dean élude cyniquement la question, aussi Sam n'insiste pas.

Chet, le leviathan, donne des nouvelles à son supérieur. Il fait savoir que, même si retrouver les Winchesters met plus de temps que prévu, il est sur leurs traces. Il range ses provisions dans son coffre, au côté du cadavre d'un homme qu'il garde comme nourriture, raccroche, et monte dans sa voiture.

Prosperity, Indiana. Dean et Sam arrivent en ville dans le but d'enquêter sur la mort de Wendy, ainsi que sur celle d'un architecte qui s'est mis à bouillir dans sa baignoire. Sam interroge la soeur de Wendy, qui lui assure que cette dernière était une personne adorable que tout le monde aimait, et elle ne semblait pas avoir d'ennemis. Elle précise qu'à sa connaissance, Wendy ne connaissait pas l'architecte décédé dans des circonstances étranges.

Dean, quand à lui, interroge Chris le coiffeur, tout en examinant le salon. Chris est persuadé que ses machines avaient un système de sécurité pour que les électrocutions n'arrivent pas. Dean examine le sol, et trouve une pièce.

Plus tard, Dean téléphone à Sam pour le prévenir qu'il a trouvé une pièce d'origine étrangère, sans savoir cependant d'où elle peut venir. Puis, Sam lui demande de venir le chercher, ce à quoi Dean répond qu'il n'a qu'à courir. Il raccroche avant que Sam ne réplique, et entre dans un magasin de boissons alcoolisées.

Sur un chantier. Le propriétaire entre dans une cabine, et se trouve surpris par un pistolet à clous qui se trouve face à lui, comme tenu par des mains invisibles. Le pistolet charge, et envoie une rafale de clous sur le pauvre homme, qui se retrouve fixé au fond de la cabine. Puis, le pistolet envoie deux derniers clous dans les yeux de la victime.

Dean et Sam arrivent sur le chantier. Sam entre dans le bungalow où se trouve le bureau, tandis que Dean interroge le shériff sur la victime. Rien d'inhabituel le concernant, hormis sa façon de mourir. Dean trouve une pièce semblable à celle du salon de coiffure près du corps de la victime. Un peu plus tard, Dean rejoind Sam dans le bureau, et explique qu'il a trouvé la même pièce que la première. Sam, quand à lui, a trouvé que toutes les victimes travaillaient sur le même projet de construction d'un centre commercial, qui semble avoir été stoppé, et dont le développeur s'appelle Don Stark. Nom qui n'est pas inconnu à Dean.

Dean et Sam se retrouvent face au buste de Don Stark, fondateur d'une charité, et célébrité locale. Sam suggère qu'il pourrait être le prochain. Il se trouve agacé lorsque Dean se met de nouveau à boire dans une gourde. Ils sont interrompus quand Sam reçoit un message de Bobby qui leur indique que les pièces sont d'origine roumaine, et qu'elles étaient utilisées jusqu'au 19ème siècle. Puis Dean remarque le parterre de fleurs mortes autour du buste de Don Stark, phénomène déjà aperçu près d'un banc où était affichée la photo de Wendy.

Pendant ce temps, Chet est toujours en route, sur les traces des boys.

Dean et Sam interrogent Don Stark. Celui-ci se montre très coopératif, et avoue avoir été en relation avec les victimes pour un projet de centre commercial, tombé à l'eau par la suite. Puis, l'assistante de Don, Jenny, entre pour signifier à son patron qu'elle a achevé ses tâches et qu'elle s'apprête à aller récupérer les contrats demandés. Elle sort rapidement, et les boys remarquent sans peine que Don n'est pas indifférent au charme de la jeune femme. Sam prétend avoir besoin d'aller aux toilettes, et monte rapidement et discrètement à l'étage, tandis que Dean continue d'interroger Don, qui avoue également avoir quelques rivaux, même s'il a largement contribué à la richesse de la ville.

Sam entreprend de fouiller la luxueuse chambre de Don. Il repère le dressing, et remarque que l'un des côtés est quasiment vide, à l'exception de chaussures à talons, et de parchemins marqués de formules et de symboles magiques. Une boîte renfermant des ingrédients de sorcellerie est également posée sur l'une des étagères.

Don montre à Dean son certificat de "citoyen de l'année", et Dean ne peut s'empêcher de laisser échapper une exclamation d'admiration face à la dédicace de Donald Trump. Don dit alors que malgré les rivalités au sein du business, il est admiré pour son travail. C'est alors que Sam entre et et pose des questions sur la femme de Don, Maggie Stark. Don avoue alors que Maggie et lui sont séparés, et devant l'insistance des boys qui ne sont pas dupes, il admet avoir eu une relation extra conjugale avec Wendy Goodson. Cependant, il ne pense pas que Maggie puisse être responsable de la mort de la jeune femme. Cela dit, Sam et Dean lui conseillent de rester prudent, et de se réconcilier avec sa femme. Sur ces derniers mots, ils prennent congé.

Sortis du manoir de Don, Sam et Dean rassemblent leurs hypothèses. Ils se mettent d'accord sur le fait que Maggie Stark est probablement une sorcière, en colère, et manifestement puissante, vu les nombreuses traces de plantes mortes autour du manoir. Ils semblent également croire que Don ne sait rien des pratiques de sa femme, et qu'il fait probablement partie des prochaines victimes. Dean appelle alors Bobby afin que le chasseur leur trouve un contre sort pour vaincre Maggie.

Plus tard, Sam reste près de l'Impala pour faire le guet tandis que Dean entreprend de fouiller la maison de Maggie. Il trouve l'autel dans la chambre de cette dernière, et découvre une photo de Jenny, la jeune assistante de Don. Soudain, Maggie débarque, et Sam tente d'alerter Dean, mais il ne peut le joindre sur son portable. Aussi essaie-t-il d'interroger Maggie, mais elle est pressée et le subterfuge ne fonctionne pas. Ne trouvant pas d'autre alternative, Sam déclenche l'alarme de la voiture de Maggie, qui le fixe, perplexe. Ca laisse juste le temps à Dean de sortir. Une fois dehors, celui-ci dit à Sam que Jenny est la prochaine, aussi décident-ils de se rendre chez la jeune femme.

Maggie entre dans sa chambre. Dans le même temps, Jenny sort des petits gâteaux du four, et, alors qu'elle commence à en manger un, Maggie récite une formule en utilisant une autre photo de la jeune femme. Soudain, Jenny se rend compte qu'un coeur battant se trouve au milieu de son gâteau, et elle commence à suffoquer et à cracher du sang. Dean et Sam débarquent. Dean attrape Jenny et l'éloigne tandis que Sam recherche la pièce ensorcelée. Lorsqu'il la trouve, il la détruit en tirant dessus. Jenny, sous le choc, reprend son souffle.

Dean et Sam attendent patiemment que Jenny reprenne ses esprits, puis , ils lui expliquent qu'on lui a jeté un sort, et qu'elle ferait mieux de s'éloigner de la ville le plus rapidement possible. Ils lui suggèrent également d'arrêter de fréquenter Don Stark, ce à quoi la jeune femme répond qu'il ne s'est jamais rien passé entre eux.

Maggie organise une vente aux enchères de peinture pour une charité en compagnie de sa meilleure amie, Sue, qui est celle qui l'avait prévenu pour la relation entre Don et Wendy. Don débarque, et Sue tente de l'éloigner, mais Maggie décide de le laisser retenter sa chance. Don lui jure qu'il a fait une erreur, mais suggère que peut-être, Maggie aussi est responsable pour ne pas lui avoir consacré assez de temps. Maggie ne décolère pas, et décide de couper court à la conversation, quand Don lui dit que deux agents du FBI ont posé des questions. Maggie lui révèle qu'ils sont des chasseurs, et qu'elle saura s'en charger. Don lui conseille une dernière fois de s'arrêter, mais Maggie ne semble pas vouloir écouter.

Don sort du bâtiment, et constate que son buste explose. Dean et Sam en sont également témoins, et pensent que Maggie est très loin de vouloir s'arrêter. C'est alors que Bobby appelle pour leur donner un contre-sort que Dean note rapidement.

Dans la soirée, Maggie répète son discours avant l'arrivée de ses invités. Sue l'applaudit, admirative, mais son regard béat semble agacer Maggie. Dans le même temps, Dean s'apprête à dévorer une tarte, quand Sam entre avec un sac plein de pattes de poulet qui ne sont pas de première fraîcheur, mais qui sont nécessaires à la préparation du rituel. Au grand dam de Dean, il pose le sac juste à côté de lui.

Au gala, Maggie et Sue trinque à la réussite de leur soirée. Sue découvre avec horreur qu'un oeil humain est embroché à côté de l'olive de son verre. Elle hurle, et Maggie découvre avec colère que ses peintures dégoulinent. Elle comprend que Don s'est vengé. Sue tente de la calmer en lui disant qu'elle a des personnes qui l'aiment vraiment et que Don ne peut pas lui enlever ça. C'est alors qu'un plateau d'argent vole comme un frisbee, droit sur Sue, et lui coupe la tête. Pour Maggie, la guerre est déclarée. A l'extérieur, devant le bâtiment, Don écoute les cris provenant du gala, et redémarre sa voiture, satisfait.

Plus tard, alors que la police est sur les lieux, Dean et Sam viennent découvrir le corps sans tête de Sue. Ils déduisent de la destruction du gala de Maggie, que Don Stark est également un sorcier, ce qui rend la situation plus compliquée qu'elle ne l'était déjà. Ils repartent, sans voir Chet qui, dans sa voiture, les observe. Le leviathan vient de trouver ses proies.

Dean et Sam attendent que le couple se réunisse dans la même maison, et en profitent pour tenter de faire le rituel. Mais celui-ci ne fonctionne pas, dû aux pieds de poulet pas frais. Don et Maggie s'apprête à les tuer, quand Sam suggère à Dean qu'ils devraient tenter de sauver leur mariage pour éviter la mort. Dean, peu convaincu, se lance dans une tirade maladroite, que Sam tente rapidement de rattraper. Mais Maggie s'agace et jette Sam par la pensée, Don fait de même avec Dean lorsque celui-ci ose prendre le parti de Maggie. Malgré cela, le subterfuge fonctionne, et Maggie et Don s'expliquent enfin. Ils finissent par se réconcilier et ne ressentent plus l'envie de tuer Dean et Sam.

Dean et Sam rentrent au motel dans le but d'empaqueter leurs affaires, quand Chet, le leviathan, entre, et tente de les tuer. Heureusement, Don arrive et électrocute Chet par un sort puissant, qui ne dure cependant que quelques jours. Aussi il conseille aux boys d'enfouir la chose dans un puits sans fond. Il déclare également qu'il est là pour sauver leurs vies, à la base, de l'emprise de Maggie, qui avait dissimulé des pièces sous leurs lits. Sur ce sauvetage, il repart, laissant les boys perplexes.

Après ces émotions, Dean et Sam enchaînent le leviathan et le mettent dans l'Impala, tout en prévenant Bobby qu'il doit trouver un endroit où enfermer la créature. Puis, avant de partir, Sam tente une nouvelle fois de convaincre Dean de parler de ce qu'il lui cache, et pas seulement de l'apparente culpabilité qu'il porte. Mais Dean, entêté, préfère ne pas répondre, et entre dans la voiture, laissant Sam désemparé, avant que ce dernier ne monte à son tour, et que les boys ne quittent enfin Prosperity.

 

Ecrit par Deanlove35.

Saison 7 épisode 05
Titre : Ma Sorcière bien-aimée. (Shut Up, Dr. Phil)
SCRIPT VF

Précédemment

DEAN : Je hais les sorcières ! Elles nous polluent en répandant leur fluide un peu partout. C’est répugnant !

CASTIEL : Je ne pourrais les retenir !

DEAN : Retenir quoi ?

CASTIEL : Les Léviathans.

BOBBY : Ils sont un peu comme des polymorphes, sauf qu’ils aiment bien bouffer des gens, et rien ne peut les tuer !

UN LEVIATHAN AU TELEPHONE: Oui, monsieur, Sam Winchester est bien venu ici, et je trouverais où ils sont allés après.

AMY : Sam tu me connais, tu sais qui je suis vraiment.

DEAN : Elle fait victime sur victime, ce qui veut dire qu’on doit l’éliminer.

SAM : Elle a tué sa propre mère pour me sauver la vie. C’est terminé !

DEAN DANS UN BAR : Vous avez déjà fait quelque chose dans le dos de quelqu’un, parce qu’il le fallait !

DEAN DEVANT AMY : Ce que tu es ne changera jamais. Tu tueras à nouveau... Je suis désolé.

MAINTENANT

Dans un salon de coiffure, la musique se fait entendre et une cliente est au téléphone. Celle-ci entre dans la pièce où se trouve les casques chauffant, suivit du coiffeur.

UNE CLIENTE AU TELEPHONE : Karen arrête de douter de toi comme ça ! Oui ta maison est magnifique ! Mais tu m’as dit un milliard de fois que c’était la maison de ses rêves. C’est en la vendant que tu pourras te venger de Rick. Après ce qu’il t’a fait subir tu le mérites, non ? Je t’assure que si chérie. Je prépare les papiers pour demain. Ouais je suis fière de toi. A plus.

Pendant ce temps le coiffeur s’occupe de sa cliente et la met sous un casque chauffant.

LA CLIENTE AU COIFFEUR : Il n’a pas de doute je suis la meilleure.

CHRIS LE COIFFEUR : Tenez ! lui dit-il en lui donnant un magazine.

LA CLIENTE : Ah c’est gentil !

CHRIS : On y va. 10 minutes ! En cas de besoin vous hurlez !

Le coiffeur s’en va et les portes coulissantes de la pièce se referment. La cliente feuillette le magazine. Elle commence à avoir chaud, elle essaye de se ventiler en secouant son vêtement. Mais la chaleur semble montée encore. La cliente essaye alors de se dégager du casque, mais elle n’y parvient pas. Elle appelle alors le coiffeur.

LA CLIENTE : CHRIS !

Mais avec la porte fermée celui-ci ne l’entend pas. Elle essaye alors de quitter le siège, mais quelque chose la retient. Elle continue d’appeler le coiffeur qui ne l’entend toujours pas.

LA CLIENTE : Chris ! Chris venez m’aider ! Ahhhh....

La chaleur du casque monte encore et le casque fait des étincelles .La cliente essaie toujours de se défaire du casque, mais n’y parvint toujours pas ! Elle hurle, mais personne ne l’entend. Lorsque Chris vient voir sa cliente celle-ci est morte.

CHRIS : Ce n’est pas vrai ! Appeler du secours ! Vite !

UNE CLIENTE : Quelle horreur.

Lorsqu’il s’approche d’elle le casque est encore bouillant, mais il réussit à l’enlever de la tête. Celle-ci tombe sur le côté.


CHRIS : Ahhhhhhhhh...

*********************GENERIQUE *************************

DANS UN MOTEL

Dean dort, il rêve de Castiel, de Sam lorsqu’il était possédé par l’esprit de Lucifer et d’Amy qu’il a tué.

VOIX OFF DE SAM : Tu vas me foutre la paix ! Je te dis de la fermer. La ferme !

VOIX OFF DE DEAN : Ce que tu es ne changera jamais. Tu tueras à nouveau.

AMY : Je vous jure que non. Je vous le promets.

Puis il se réveille en sursaut. Il jette en œil au lit de Sam qui est vide. Il regarde ensuite sa bière qui est sur sa table de nuit et la prend et constate qu’elle est vide.

Dean est devant l’ordinateur et consulte un article, un verre de whisky à la main.

DEAN : Deuxième décès inexpliqué en deux semaines.

On voit Sam courir par la fenêtre de la chambre. Il rentre une fois son footing finit

DEAN : J’espère que quelqu’un te cours après ?

SAM : C’est bon pour la santé.

DEAN : Ah! Non, non, non... Ce n’est pas bon du tout ! Regarde-toi un peu ! Tu ne ressembles plus à rien et tu chlingues. Pendant que tu t’amusais à jouer les Lance Armstrong.

SAM : Non lui il faisait du vélo.

DEAN : Moi je bossais. Tu connais la ville de Prosperity dans l’Indiana.

SAM : Non je devrais ?

DEAN : Deux de ces habitants ont passés l’arme à gauche, ses deux dernières semaines. Une femme qui...et bien se fait griller la tête sous le casque du séchoir au salon de coiffure, et un homme qui a fini bouillit dans sa baignoire.

SAM : C’est vrai que ce n’est pas très courant.

DEAN : Tu la dis !

SAM : On devrait aller y jeter un œil...

DEAN : Hum, hum...

SAM : Ah oui encore un truc. C’est quoi ton soucis ?

DEAN : Je crois qu’on a déjà eu cette conversation.

SAM : Non je ne suis pas sûr. Parce que pour faire ça, il aurait fallu que tu...Comment dire...Ben que tu me parles.

DEAN : Je veux être sûr d’avoir bien compris. Disons que toi tu es le nouveau Sam c’est ça, qui se la joue Lance Armstrong.

SAM : Il fait du vélo.

DEAN : Et moi, je suis toujours moi d’accord. Alors toi tu vois peut-être les choses sous un jour différent à présent, surement l’ivresse du coureur ou une connerie comme ça. Mais ça ne veut pas dire que quelque chose ne tourne pas rond chez moi. Ok ?

SAM : Ouais...Ok.

DEAN : Non dis pas Ouais Ok, du genre ouais Ok.

SAM : Ouais Ok !

Dean prend le verre de wishky et le repose sur la table.

SUR UN PARKING.

Un Léviathan est en conversation téléphonique.

LE LEVIATHAN: Oui monsieur je comprends. Je me rends bien compte que cette histoire avec les Winchester s’éternise un peu trop. J’en suis navré. Ne vous en fait pas ! J’y serais dans un jour et demi. Je vais me mettre en route. J’ai fait un petit arrêt pour faire le plein. Merci, tout le plaisir est pour moi.

Dean et Sam arrivent dans la ville de Prosperity.

Sam interroge la sœur de la victime.

SAM : Je suis désolé. Je me doute que ça doit être difficile pour vous de parler de tout ça.

LA SŒUR DE LA VICTIME : J’en ai déjà parlé, je ne sais combien de fois, avec les avocats, la police, les gens de l’assurance.

SAM : Oui, je comprends bien, seulement nous devons mener notre enquête de notre côté. Je sais que c’est douloureux. Si je peux me permettre. Savez-vous si votre sœur avait des ennemis ?

LA SŒUR DE LA VICTIME : Pourquoi vous demandez ça ? Vous croyez que ce n’était pas un accident ?

SAM : Non, non, non pas du tout. Mais nous devons envisager toutes possibilités. Y-a-t-il quelqu’un qui aurait pu lui voudrait du mal ?

LA SOEUR DE LA VICTIME : Vous ne vivez pas ici, vous ne la connaissiez pas. Tout le monde adorait Wendy. Elle était bénévole à la paroisse, elle s’occupait d’un groupe d’enfant. Je suis sa grande sœur et c’était elle mon modèle.

SAM : Et l’homme qui est mort, Carl Dunlap, elle le connaissait ?

LA SŒUR DE LA VICTIME : Non, je ne crois pas.

SAM : Elle travaillait dans l’immobilier, c’est ça ? Carl était architecte ils auraient pu avoir à faire l’un à l’autre.

LA SŒUR DELA VICTIME : S’ils avaient travaillé ensemble elle m’aurait parlé de lui. Agent Sambora, si quelqu’un à bel et bien tué ma sœur. Retrouvez-le.

Dean est dans le salon de coiffure et Chris l’observe.

DEAN : Donc il n’y avait personne ici, à part Wendy.

CHRIS : Non et je ne suis pas parti longtemps.

DEAN : On ne peut pas régler ses engins au-dessus d’une certaine température, c’est ça ?

CHRIS : Oui et si jamais un fusible lâche il s’éteint tout seul.

DEAN : Vous voulez dire que ce qui est arrivé est impossible ?

CHRIS : Je ne vois pas comment cela a pu se produire ?

Dean cherche des preuves.

CHRIS : L’expert de l’assurance a déjà vérifié.

DEAN : Ravit de le savoir.

Dean trouve une pièce en argent. Il téléphone à son frère, qui lui, est dans la rue.

SAM AU TELEPHONE : Quel genre de pièce ?

DEAN : Elle ne vient pas de chez nous. Je ne sais pas d’où elle sort. Elle était coincée derrière un des séchoirs à cheveux. Quelqu’un a pu la perdre. Mais il n’y a pas de poche dans les peignoirs qu’ils te font porter.

SAM : Je ne savais pas que tu t’y connaissais autant sur le sujet.

DEAN : Oh la ferme ! J’ai un très bon sens de l’observation.

SAM : Ah ouais si tu le dit. Tu crois que ça pourrait être un talisman maléfique ?

DEAN : Ouais c’est possible.

SAM : Tu passes me chercher ?

DEAN : Tu n’as qu’à rentrer en courant Lance.

SAM : Dean...

DEAN : A tout de suite.

Dean entre dans un magasin de liqueur.

CHANTIER DE CONSTRUCTION

Sur un chantier deux hommes discutent

L’UN D’EUX : Bonne idée...

L’AUTRE HOMME DANS SA VOITURE : Bonne soirée. Salut ! Lui dit-il en partant dans son 4x4.

L’homme qui reste ouvre la portière pour ranger son matériel, puis il la referme et va aux sanitaires du chantier. Dehors à l’arrière du 4x4 le pistolet à clou se met en marche tout seul, la pression de la valve de pressurisation augmente et le tuyau se dirige vers les WC du chantier. La porte s’ouvre.

L’HOMME : ça va ? qu’est-ce qu’il y a ?

Soudain le pistolet à clous, tire une rafale sur l’homme, qui meurt. La pression redescend et le pistolet tombe.
Sam et Dean sont sur les lieux. Sam montre sa carte à un policier qui descend du bureau du chantier. Sam entre à l’intérieur et Dean interroge un autre policier qui se trouve prêt du 4x4 de la victime.

DEAN : Qu’est-ce qu’on sait sur la victime ?

LE POLICIER : Dewey Stevens propriétaire de Dewey Stevens construction la plus grosse boite de la ville. Membre du Rothari méthodiste, chanteur ténor. Vainqueur du concours de la tarte aux noix de pécan. Asmathique. On est une toute petite communauté.

DEAN : D’accord. Et ce...ce pilier de la communauté était allé pisser un coup avant de se faire changer en passoire.

LE POLICIER : Toute l’équipe était partie, le chantier était fermé.

DEAN : Rien d’inhabituel, je veux dire en dehors des clous dans les yeux ?

LE POLICIER : A vrai dire on cherche toujours où ils ont branchés le pistolet à clous. Il n’y avait pas de générateur dans le pick up.

DEAN : Tenez-moi au courant si vous avez du nouveau.

Dean regarde une dernière fois, lorsque son attention est attirée par la découverte d’une autre pièce en argent. Dean rejoint Sam dans le bureau.

DEAN : Une autre victime que tout le monde appréciait.

SAM : Pas tout le monde.

DEAN : Et une autre mort impossible d’un point de vu physique. Tu as des idées ?

SAM : Le cirque du soleil ?

DEAN : Hein hein ! Très drôle. J’ai encore trouvé une de ces pièces comme dans le lieu du méchoui de ce matin.

SAM : Et moi, j’ai trouvé un lien entre les trois victimes. Ses E-mails montrent que Wendy l’agent immobilier, Carl L’architecte et ce type Dewey travaillaient tous sur un projet de centre commercial.

DEAN : Pourquoi on n’était pas au courant ?

SAM : On dirait que le projet est tombé à l’eau. Ils ont eu pas mal d’échange d’E-mails assez relevés et tout d’un coup tout s’est arrêté.

DEAN : Et tous ceux qui bossaient sur ce projet sont morts ?

SAM : Et ben pas tous. Il bossait avec un promoteur. Un certain Don Stark.

DEAN : Don Stark, j’ai déjà vu ce nom quelque part.

Sam lit une plaque d’une statue représentant Stark, qui se trouve devant un grand bâtiment.

SAM : Fondateur de l’association de bien faisance. On dirait que Stark est un gros bond dans le coin.

DEAN : Bon tous les gens impliqués dans ce projet de ce centre commercial, ce sont fait frire, bouillir et changer en pelote d’épingle et c’est peut-être le prochain.

Dean sort une flasque et l’ouvre.

SAM : Sans déconner ! Tu te balade avec une flasque. Tu te prends pour qui ? Bad Santa ? Je te signale qu’on bosse.

DEAN : On est toujours entrain de bosser.

Toujours devant la statue de Don Stark. Le téléphone de Sam sonne et Dean boit une gorgée de sa flasque.

SAM : Bobby vient de me répondre. Je lui ai envoyé des photos des pièces que tu as trouvées. Il dit que les inscriptions en cérylique Roumain langue utilisée du milieu du 15éme au 19éme siècle. Apparemment il s’agit d’un antique ducat Valachie.

DEAN : En fait on cherche un vieux roumain.

Sam aperçoit des plantes mortes à côté de la statue de Don

SAM : Dis donc est ce que c’est moi ou il y a un truc pas net ?

DEAN : J’ai déjà vu ça avant. Des plantes mortes à un seul endroit.

SAM : Où ça ?

DEAN : Un banc public avec la photo de Wendy Goodson dessus. Je ne suis pas fleuriste, mais les plantes ne sont pas censées faire ça.

Sur la route le Léviathan roule à vive allure en écoutant de la musique.

Dans la maison de Stark, Sam et Dean discutent avec lui.

STARK : Si le FBI vient enquêter, ça veut sans doute dire que ce sont des meurtres.

DEAN : Oui, c’est ce qu’on croit.

SAM : Monsieur Stark, vous étiez en rapports avec les trois victimes, n’est ce pas ?

STARK : Oui, je les ai rencontrés pour le travail, en effet.

DEAN : Vous étiez tous impliquer dans un projet de centre commercial. Pourquoi ça a capoté ?

STARK : Je ne sais pas. Ça arrive parfois.

Une jeune femme frappe.

STARK : Oh Jenny, c’est deux messieurs appartiennent au FBI. Jenny Clyde mon assistante.

JENNY : Enchantée ! Bon je file au pressing et ensuite je passerais chez bimane, bimane et bimane, pour voir les contrats modifiés.

STARK : Ne tarder pas ! Tout va à volo quand vous n’êtes pas là.

JENNY : Oh ! Je vous ai préparé des cupcakes à la noix de coco.

STARK : Ah, ah à la noix de coco vous êtes trop bonne pour moi.

JENNY : A tout à l’heure.

STARK : Ouais... Elle fait des cupcakes.

DEAN : ça donne faim.

SAM : Je peux savoir où sont les toilettes ? Je crois que j’ai un peu abusé du café.

STARK : C’est au bout du couloir à gauche.

SAM : Merci.

DEAN : Bon, d’ordinaire dans ce genre de cas...

STARK : Vous avez souvent des cas similaires ?

DEAN : Vous seriez surpris. Commençons par les questions d’usages. Est-ce que vous avez des concurrents ?

STARK : Des tas ! L’immobilier c’est la jungle.

DEAN : La réponse est claire.

STARK : D’un autre côté j’ai démontré mon amour pour cette ville. Je crois qu’on me respecte pour ce que j’ai accomplis.

Sam est à l’étage et vérifie une chambre, il fouille dans un placard, où il trouve une chaussure de femme dont le talon est cassé, puis un pendentif. En levant la tête il trouve une enveloppe coincée sous une boite à chaussure, il la tire vers lui et vérifie la boite et l’enveloppe où il découvre des feuilles avec des symboles.

BUREAU DE STARK

STARK : Et voici un de mes petits trésors. (Diplôme du citoyen de l’année)

Dean regard un tableau qui se trouve juste à côté.

DEAN : A Don pas de quartier D.Trump. Donald Trump. Oh la classe.

STARK : C’est ce que je disais. Le succès attire la concurrence. Mais au bout du compte tout le monde ici a du respect, de l’admiration pour moi.

SAM : Y comprit votre épouse ? Navré on a entendu dire que vous étiez séparés. C’est vrai ?

DEAN : Eh bien oui c’est ce qu’on raconte.

STARK : Maggie et moi traversons un période difficile. Nous sommes séparés. Mais ce n’est que temporaire. Deux personnes peuvent finir par s’éloignés, c’est la vie.

SAM : Comment est-ce que vous décririez... les problèmes entre vous et votre femme ?

STARK : ça fait partie des petits déboires matrimoniaux. Vous savez ce que c’est.

SAM : Non à vrai dire je n’en sais rien.

STARK : Ce sont des choses assez courantes et difficiles à expliquer.

DEAN : Vous l’avez trompé. C’est ça ? Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer le ton plus que cordiale entre vous et votre assistante. Vous avez du succès avec les femmes, monsieur Stark, c’est une bonne et mauvaise chose.

STARK : Ecoutez, je suis quelqu’un de sociable et j’ai de l’admiration pour les femmes dynamiques et sûre d’elles.

SAM : De l’admiration !

STARK : D’accord je l’avoue. Il y a eu très récemment...Un truc entre une associée et moi. Mais ce n’est allé nulle part.

DEAN : Un truc !

STARK : Oui.

SAM : Ben oui un truc quoi, comme un truc...

Dean : Oui, C’est ça ! Ou un truc. Je vais vous dire Don, pour une femme une aventure en général, c’est plus qu’un truc.

SAM : Ouais !

STARK : Je sais et quand Maggie l’a découvert, elle a voulu qu’on se sépare pendant quelque temps. Temporairement.

DEAN : Si on me demandait, je dirais que l’associée dont vous parlez, c ‘est Wendy Goodson ? Dites-moi un peu j’ai visé dans le mille ou pas ?

STARK : Sa mort n‘a rien à voir avec notre aventure. Ça c’est terminé bien avant son accident.

DEAN : Si c’est bien un accident ?

STARK : Vous insinué que Maggie serait derrière tout ça ?

SAM : Nonnn...On n’insinue rien du tout. Ce qu’on dit c’est que vous devriez être prudent. L’inviter à diner et lui présenter des excuses.

DEAN : Oui tout à fait ! Et faite le à genou, ça ne mange pas de pain !

Dean et Sam sortent de la maison de Stark.

SAM : J’ai trouvé du matos de sorcellerie là-haut. Ça a l’air d’être à elle. Et le côté de sa penderie me donne pas du tout l’impression qu’elle va revenir de sitôt.

DEAN : Résumons. Don admire Wendy bibliquement. Wendy meurt de façon étrange. Et la femme trompée fait de la sorcellerie.

SAM : Et le pauvre Don n’y voit que du feu.

DEAN : On se croirait dans ma sorcière bien aimée. Tu sais Don, c’est Jean Pierre, il ne se rend compte de rien et on se marre bien, jusqu’au jour où il trompe sa femme.

SAM : Ma sorcière bien aimé. Sérieux !

DEAN : Attend Nicole Kidman était dans remake. Sublime rouquine.

SAM : Tu as vus toutes ces plantes mortes ?

DEAN : Oui ! On dirait le banc avec la photo de Wendy et la statue de Don aussi.

SAM : Si elle est suffisamment puissante, sa colère peut suffire à envoyer des très mauvaises vibrations dans leur direction !

DEAN : Et elle tuerait littéralement tout ce qui les entourent. Simplement en étant furax. Géniale, ce n’est pas flippant du tout.

Les deux frères sont encore devant la maison de Stark, Dean appel Bobby.

DEAN : C’est Dean… Winchester ! Je suis mort de rire. Il faudrait que tu nous dégottes une recette d’un anti parasite... Une sorcière. On s’en va chez elle pour te donner plus de détail. Si tu pouvais... Quoi ? Oui. Merci. Il s’en occupe.

Les deux frères s’en vont avec l’impala. Ils arrivent devant la demeure de Maggie la femme de Stark. Sam ouvre le capot de l’impala.

VOIX OFF DE SAM : A louer, Louer.

Pendant ce temps Dean entre en forçant la serrure de la maison de Maggie. Il entre, puis monte à l’étage. Il ouvre quelques portes. Entre dans la chambre et ouvre un placard où il découvre des photos et des accessoires de sorcellerie. Il décroche la photo de Jenny Clyde.

DEAN : Don, il faut apprendre à te contrôler mon pote.

Maggie arrive chez elle. Sam prévient Dean par téléphone. Mais il n’arrive pas à le joindre, le réseau est saturé. Il referme le capot de l’Impala et va à la rencontre de Maggie.

SAM : Madame Stark, Vous avez un instant à m’accorder ?

MAGGIE : Oui, bien sûr. Ah...Vous pourriez revenir d’ici une petite demi-heure ? Je n’ai pas trop de temps pour l’instant.

SAM : Attendez ! J’ai vraiment besoin de vous parler !

MAGGIE : Je comprends ce sera avec plaisir, mais j’ai quelque chose d’urgent à faire. Donc si vous pouviez revenir plus tard, merci beaucoup.

Pour prévenir Dean, Sam appui sur la voiture de Maggie, pour que l’alarme se mette en route. Celle-ci fait demi-tour pour éteindre l’alarme pendant que Dean redescend.

SAM : Excusez-moi, je souffre... j’ai souvent des fourmis dans les jambes.

Maggie rentre chez elle et Dean sort de la maison pour rejoindre Sam.

DEAN : Jai du nouveau ! Jenny Clyde est la prochaine. J’ai pris sa photo sur un tableau de sortilège, mais Maggie va se rendre compte qu’elle a disparue. Faut qu’on aille chez elle.

CHEZ MAGGIE

Maggie entre dans sa chambre elle pose ses affaires sur le lit et ouvre le placard et s’aperçoit qu’il manque la photo de Jenny.

CHEZ JENNY

Celle-ci est entrain de cuisiner des Cupcakes, elle les sort du four.

JENNY : Allez on y va.

Elle transfère les cupcakes chauds sur une grille froid.

CHEZ MAGGIE

Maggie retrouve une photo de Jenny, se pique le doigt, dont une quantité de sang s’échappe, elle fait une croix sur la photo de Jenny. Prononce sa sorcellerie.

Pendant ce temps chez Jenny, celle-ci s’apprête à manger un de ses cupcakes. Elle en prend une bouchée, lorsqu’elle s’aperçoit que du sang coule du Cupcake. Elle regarde alors au milieu et apercoit un petit cœur humain qui saigne à l’endroit où elle a mordu dans le cupcake. C’est alors qu’elle s’étouffe et qu’elle se penche sur l’évier où elle vomit une grande quantité de sang. Quelqu’un frappe à la porte d’entrée. N’ayant aucune réponse Dean défonce la porte avec son pied. Les deux frères ses précipitent vers elle.

DEAN : Trouve la pièce ! Magne-toi !

Pendant que Sam cherche la pièce, Dean accompagne Jenny sur le canapé.

DEAN : Dépêche-toi Sam !

Sam trouve la pièce sur le haut des placards de la cuisine il prend son arme et tire une balle sur la pièce. Jenny se sent mieux. Les deux frères sont encore dans la cuisine et s’assure que Jenny va mieux.

JENNY : Il y avait... Il y avait des cœurs qui battaient dans mes Cupcakes. Il y avait des cœurs qui battaient dans mes Cupcakes. Dans petits cœurs mes Cupcakes. Ce n’est jamais arrivé avant ! Des cœurs dans mes Cupcakes !

DEAN : Tu veux que je l’assomme ?

SAM : Laisse-lui deux secondes !

JENNY : C’est pas vrai ! Qu’est ce qui m’est arrivée ?

SAM : On vous a ensorcelée.

JENNY : Ensorcelée ? Je peux savoir qui vous êtes ? Qu’est-ce que je dois faire ?

DEAN : Vous allez aller dans votre chambre faire vos valises, vous allez prendre votre voiture et vous arracher d’ici.

JENNY : Pour aller où ?

SAM : Peu importe ! Un petit millier de Kilomètre devrait suffire. Vous avez rendu une personne très puissante super furax et elle veut vous éliminez. D’ailleurs à ce sujet. Vous devriez calmer les chevaux avec Don Stark.

JENNY : Don Stark ? Mais de quoi est-ce que vous parlez ?

DEAN : De vous et Stark ! Vous savez bien.

JENNY : Vous savez bien ? Non il n’y a rien du tout à savoir.

SAM : Non.

JENNY : Don Stark est mon patron et ça s’arrête là ! Il est marié au cas où vous ne seriez pas au courant.

DEAN : Oui, c’est sûr, mais...

JENNY : Moi et Don Stark. Vous êtes dingues.

DU CÔTE DE MAGGIE

Elle se trouve dans une salle pour préparer son gala de charité. Des employés s’activent à la préparation.

MAGGIE : Qu’est-ce que vous fabriquez ? Rassembler les tables au milieu, je veux un maximum d’espace entre les tableaux. Salut !

UNE EMPLOYEE : Tu peux signer pour les fleurs ? J’ai vérifié elles sont parfaites.

MAGGIE : Merci Sue. Qu’est-ce que je deviendrais sans toi.

SUE : Je t’en prie ne me remercie pas les amis sont là pour ça non ?

MAGGIE : J’ai tellement de mal à me concentrer avec Don et toute cette histoire.

SUE : Tu as l’impression qu’il t’a poignardé en plein cœur. C’est ça ?

MAGGIE : Oui !

SUE : Oh... J’ai eu tort de te le dire pour lui et Wendy.

MAGGIE : Non, non, non, je n’aurais pas aimé que tu me cache ça, pendant qu’il se moquait de moi ! Je t’adore pour ce que tu as fait !

SUE : Moi aussi je t’adore.

MAGGIE : Non, non... La nature morte ne va pas là, elle doit être sur la gauche.

UNE EMPLOYEE : D’accord désolé.

SUE : Bon il va nous falloir une composition au milieu de chaque table et deux en arrière.

Don Stark arrive.

SUE : Don !

SATAK : Où est ma femme ?

SUE : Ta future ex-femme tu veux dire.

SATARK : Je sais que tu as hâte de me voir débarrasser le plancher et que tu t’es bien amusée a soufflé des mensonges dans l’oreille de Maggie.

SUE : C’était la stricte vérité. N’est-ce pas Don ?

STARK : J’ai commis une petite erreur. Une seule !

SUE : J’ai beaucoup de mal à te croire.

STARK : Cela ne concerne que Maggie et moi. Tu n’as rien à voir dans cette histoire.

MAGGIE : Qu’est-ce que tu veux Don ?

STARK : Je suis venu parler avec toi.

MAGGIE : Va droit au but !

STARK : D’accord. Je pense avoir été très patient. Tu as eu l’occasion de t’amuser. C’était très créatif ce que tu as fait à Wendy. Mais il est grand temps de t’arrêter.

MAGGIE : Non Don je suis loin d’avoir fini. Tu n’as encore rien vu.

STARK : Tu veux quoi, mes couilles sur un plateau d’argent ?

MAGGIE : Et bien puisque tu en parles !

STARK : La vérité c’est que je ne suis responsable de rien ! Peut-être que si tu avais été un peu plus présente. Mais entre les vernissages, le bénévolat, et l’autre salope de Sue. Tu m’as complètement écarté de ta vie.

MAGGIE : Oh pauvre chou. Monsieur le grand promoteur. Monsieur je dois apposer mon nom sur tous les bâtiments publics de la ville.

STARK : Tu te moques...

MAGGIE : Nous étions trois dans ce mariage. Toi, moi et ton gigantesque égo. C‘était ça le vrai problème Don ! Alors si tu permets, j’ai un gala de charité à organiser.

STARK : Deux agents du FBI sont venu... Pour poser des questions.

MAGGIE : Des chasseurs mon chéri. Pas des agents du FBI. Je vois que tu t’inquiètes beaucoup pour ma sécurité. Ne t’en fait pas je vais m’occuper de leur cas.

STARK : Maggie ! C’est terminé ! Tu m’entends ! Fini de jouer.

Don Stark quitte les lieux.

MAGGIE : Tu es tellement craquant quand tu essayes de me dire ce que je dois faire.

Don Stark sort du bâtiment. Il regarde les plantes mortes autour de sa statue, lorsque soudain il entend des vibrations. Lorsqu’il regarde de nouveau la statue, celle-ci se casse. Au même moment Dean et Sam arrivent et voient ce qui se passe. Don Stark lève la tête et voit sa femme à la fenêtre. Stark remonte dans sa voiture.

DEAN : Sérieux là ce n’est vraiment pas cool. Buter sa maitresse, je veux bien ! Mais démolir son buste. C’est très mesquin.

SAM : Elle est prête à éradiquer toute la ville. Vaut mieux ne pas être sur son chemin.

Le téléphone de Dean sonne, c’est Bobby qui le rappelle.

DEAN : Salut Bobby tu as trouvé quoi ? Ah oui ! Tu es sûr que ça fera l’affaire ? D’accord. Non pas besoin de l’écrire, j’ai une bonne mémoire. Hum... Pardon le quoi ? Attends une seconde
Il fait signe à Sam, afin que celui-ci lui donne de quoi noté.
Tu peux répéter ? Oui d’accord. Doucement non pas si vite. Quoi ? Non...Attend ! Et le dernier tu peux me le redonner. Ok ! Hum... Je m’en souviendrais oui, pas de problème.

SALLE DE CONFÉRENCE.

Répétition du discours de Maggie pour le gala de charité. Maggie est sur l’estrade avec dans ses mains des petites fiches.

MAGGIE : Bonsoir à toutes et à tous. Et merci de vous être déplacés. Comme vous le savez sans doute, l’art et la philanthropie sont mes deux grandes passions. Mais ce que... Non là ! Où sont les glaçons ? Les gens vont arriver d’une minute à l’autre. Dit-elle en s’adressant au garçon de salle. Mais ce que nous présentons ce soir est surement mon plus grand accomplissement. Sans vouloir être prétentieuse.

SUE : Tu vois je te l’avais dit. Tout est absolument parfait.

MAGGIE : ouais... Je viens de me rappeler. Je dois aller vérifier les canapés.

MOTEL DES DEUX FRÈRES.

Dean est dans la chambre du motel et s’apprête à avaler une bonne cuillère de sa tarte. Sam Arrive avec un sachet de pattes de poulet pas fraîches, qu’il dépose sur la table où Dean mange.

DEAN : Oh, j’adore cette tarte. Ohhh... Non là c’est...

SAM : Des pattes de poulet, comme le demande la recette. Le frigo du boucher est HS.

DEAN : J’avais sentis.

SAM : Il a des problèmes d’électricités Il a perdu tellement de stock qu’il n’est pas sûr de pouvoir payer son loyer, et idem pour les autres magasins. Coupure de courent, rupture de canalisation. Selon lui, la ville est frappée par la poisse.

DEAN : Drôle de coïncidence quand même. Hummm.

SAM : Ouais on a passé le cap des fleurs fanées.

DEAN : Notre sorcière est fâchée à mort. C’est super tout ça, tu ne crois pas... on devrait se magner le cul, non. Tu veux... Est-ce que tu veux bien me prendre cette merde là !

Sam tant alors le saladier et Dean pose le sachet de pattes de poulet dedans. Sam tire une grimace de dégoût.
Don Stark est en voiture il s’arrête en face du bâtiment où le gala à lieu. Une musique classique s’en échappe. Maggie arrive avec deux cocktails.

MAGGIE QUI DONNE UN COCKATIL A SUE : A nous deux. Je n’y suis jamais arrivée sans ton aide.

SUE : A nous deux.

Lorsque Sue prend ses olives, elle trouve un œil. Elle se met à hurler et lâche le verre. Stark qui est dans sa voiture sourit.

SUE : Ahhhhh... Non c’est dégoûtant.

MAGGIE : Non...

Lorsque Maggie se retourne toutes les peintures dégoulinent.

MAGGIE : Non... Pas mes peintures, non !

SUE : Maggie ? Qu’est ce qui se passe ?

MAGGIE : C’est lui qui a fait ça. Comment a-t-il osé ? Il savait ce que ça représentait pour moi.

SUE : Tu parles de Don. C’est Don qui serait derrière tout ça ?

MAGGIE : Ouais.

SUE : Mais comment ?

MAGGIE : C’est lui ! Ça tu peux me croire. Ce qu’il veut c’est me faire du mal.

SUE : Je te l’avais dit. C’est un connard ! Mais on s’en sortira. Parce que tu as des tas de gens qui t’aime. Ça il ne pourra jamais te le retirer.

Soudain un plateau d’agent se soulève et coupe la tête de Sue. Le corps et la tête tombe à terre. Satisfait Don s’en va.

MAGGIE : Très bien Donald. C’est la guerre !

Dean et Sam arrivent sur le lieu du gala.

DEAN : Qu’est-ce qu’il y a encore ?

Les deux frangins descendent de l’impala et entrent dans le bâtiment en montrant leur carte à l’agent qui se trouve dans l’entrée.

DEAN : Waouh... Il y a du boulot pour la femme de ménage.

SAM : Je ne crois pas qu’elle saboterait sa propre vente aux enchères.

DEAN : Non, c’est forcément quelqu’un qui la déteste. Et qui voudrais foutre en l’air sa soirée.

SAM : Don Stark !

Les deux frères sortent du bâtiment.

DEAN : Alors monsieur est lui-même un sorcier. Ça veut dire qu’on n’en a pas qu’une à neutraliser, mais deux. On se croirait dans la guerre des roses.

SAM : Ma sorcière bien aimée est devenue moins drôle.

DEAN : Comme quand ils ont changé de Jean Pierre.

Les deux frères remontent dans l’impala et s’en vont.

Le Léviathan est également sur le lieu et observe les deux frères.

Dean et Sam sont dans la voiture devant chez Maggie et attendent que celle-ci rentre.

SAM : Qu’est-ce qu’elle fout ?

DEAN : Elle ne va pas tarder. Ils s’amusent à démolir leurs joujoux respectifs. Il ne leur reste plus qu’à s’étriper l’un l’autre. On est en plein dans l’œil du cyclone.

SAM : J’espère. Il nous les faut au même endroit si on veut les éliminer.

DEAN : C’est elle. Baisse-toi !

Maggie arrive à toute allure chez son mari. Stark l’attend dans le salon un verre à la main.

STARK : Je te sers un verre.

MAGGIE : Ferme là ! On va régler nos comptes une bonne fois pour toutes.

Les deux frères se pointent également dans le salon où Dean prononce le sort avec les pattes de poulet dans un saladier. En fin de sort Sam fait flamber les pattes de poulet, mais rien ne se passe !

MAGGIE : Laissez-moi deviner ? Des pattes de poulet ? Pas très fraîche.

STARK : Pour des raisons évidentes vous ne sortirez pas de cette pièce. Enfin si vous en sortirez, mais pas vivant. Maggie.

Les deux sorciers prononcent une incantation devant les deux frères Winchester.

SAM : On passe au plan B.

DEAN : C’est quoi le plan B ?

SAM : On discute.

DEAN : Discuter maintenant ? Tu déconnes !

SAM : De toute évidence c’est une querelle de couple ! Alors si on ne peut pas les éliminer et ben écoutons leurs problèmes.

DEAN : D’accord mais ce n’est pas trop mon domaine.

Pendant ce temps les deux sorciers continuent leurs incantations.

DEAN : Ok, Ok ! Attendez... Ecoutez ! C’est évident que vous êtes capable de vous pulvériser mutuellement. Non ? Mais vous ne l’avez pas fait. Hein, et ça, ça veut dire que tous les deux, vous tenez encore beaucoup à ce qui il y entre vous. Et vous aimeriez bien que ce petit jeu continu ? Peut-être bien, peut-être bien que c’est un châtiment mutuelle ? L’amour vache. Une relation perverse. Un peu tordue. Erotique. Le genre menotte moi et met moi une fessée.

SAM : D’accord ! Je crois que ça va aller. Là tu vas un peu trop loin cow-boy. A mon avis ce qu’il essaye de vous dire. C’est que tous les deux, quoi qu’il arrive. Il y a un lien très fort qui vous unis.

MAGGIE : Est-ce que vous avez perdus la tête ? Il m’a trompé ! Il m’a humilié !

SAM : Bien sûr ! On essai pas de vous dire que ce qu’il a fait était bien. Enfin je veux dire, que quand un couple se désunis, les torts sont partagés de façon général.

STARK : C’est très juste !

SAM : Ouais

MAGGIE : Vous défendez cette ordure ?

Maggie est en colère et inflige à Sam une violente douleur au ventre.

DEAN : Wow, wow. C’est vrai que personne ne peux prendre la défense de Don. Hein. Il y a aucun doute. Mais on comprend que vous sentiez trahie. C’est la réalité.

STARK : Arrêté de lui faire de la lèche. Non, non...

C’est autour de Stark d’envoyer Dean dans le décor.

MAGGIE : C’est vrai que j’ai été trahie, par chacun d’entre eux. Carl t’a présenté Wendy, Dewey vous a couvert et Wendy t’a sauté.

SAM : D’accord, mais attendez une seconde. Je suis pratiquement convaincu que Don était sincère quand il disait qu’il regrettait avoir vécu ce truc avec Wendy.

MAGGIE : Ce truc ! Assit ! dit-elle à Sam en lui infligent une nouvelle douleur.

SAM : Cette aventure, ben c’est vrai ce n’est pas bien...

MAGGIE : Tout ce qu’il regrette, c’est d’avoir été pris la main dans le sac.

STARK : Wendy ne représentait rien du tout à mes yeux ! L’histoire était finie avant d’avoir commencée.

MAGGIE : C’est le même schéma depuis toujours. Ça fait huit cent ans que ça dure. Tu veux qu’on parle de la renaissance ?

STARK : Oh, oh ! Tu peux causer dit dont. 1492 ça ne te rappelle rien ?

MAGGIE : Le pauvre allait prendre la mer, il aurait très bien pu disparaitre dans un gouffre une fois au bord de la terre, j’ai eu pitié de lui. Et toi c’est quoi ton excuse ?

STAK : Je te l’ai déjà dit ! Il ne s’est rien passé entre la Médicis et moi ! Tu as toujours été incroyablement jalouse.

MAGGIE : Je me demande bien pourquoi ? Jenny, Wendy.

STARK : Jenny ? Il ne s’est rien passé avec elle, c’est juste mon assistante.

DEAN : C’est vrai... Elle nous l’a dit ! Juste son assistante.

Mais Maggie n’en ai pas persuadé et inflige à Dean une autre douleur qui le fait tomber à terre une nouvelle fois.

MAGGIE : Est-ce que c’est vrai ?

STARK : Oui, je peux te le jurer, mon amour, je ne ferais jamais ça ! J’ai commis une erreur. Je te demande pardon ma chérie.

SAM : Alors, vous voyez, c’est ça. C’est ce qu’on disait, ouais, vous discutez ! Pendant toutes ses années vous avez enfuit votre colère et vos sentiments jusqu'à ce que ça vous ronge. Alors qu’il suffisait d’en discuter !

DEAN : Et dire que ça aurait évité de me faire sonner les cloches. Ça aurait été dommage. Hein.

Maggie n’est pas de cet avis et colle Dean contre le mur, et Don d’un geste fait venir une nuée d’abeille. Dean n’est pas rassurer et fini par en avaler une, qu’il recrache immédiatement.

MAGGIE : Très joli.

STARK : C’est gentil... Il a raison je ne peux pas te tuer. Tu es la seule femme que je n’ai jamais désirée Maggie. Je rêve d’amour pour toi depuis toujours. Tu es la femme avec qui je ne veux jamais vieillir.

MAGGIE : Je ne pourrais pas t’assassiner non plus. C’est digue, mais c’est vrai.

Les deux sorciers s’embrassent.

DEAN : Vous pouvez rappeler vos petites bêtes ? Excusez-moi ?

MOTEL OU LES DEUX FRERES LOGENT.

Dean et Sam entrent dans la chambre. Dean allume la lumière et lance les clés de l’impala sur la table. Sous le regard de Sam, Dean prend sa flaque et en boit une gorgée.

DEAN : ça va lâche moi !

SAM : J’ai rien dit du tout.

DEAN : La journée a été longue !

LE LEVIATHAN : Et elle n’est pas encore finie.

Dean se retourne et braque une arme sur ce dernier.

LE LEVIATHAN : Salut Sam. Salut Dean.

SAM : On vous connait ?

LE LEVIATHAN : Non, mais moi je vous connais. Vous êtes des hommes morts. Enfin vous le serez dans pas longtemps.

Dean tire alors une balle dans la poitrine du Léviathan et du liquide noir sort de la blessure.

LE LEVIATHAN : Désolé vous ne fait pas le poids.

Un combat entre les deux frères et le Léviathan s’engage. Dean reçoit un coup de poing qui le fait tomber à terre. Sam est sur le point de mettre un coup au Léviathan mais celui-ci l’arrête et le prend à la gorge. Soudain le Léviathan est électrisé et lâche Sam, puis tombe à terre. C’est Don Stark qui est intervenu pour tuer le Léviathan. Les deux frères se relèvent.

DEAN : Don, merci on vous vaudra ça.

STARK : Nom de dieu c’est quoi cette chose ?

SAM : On aimerait bien le savoir.

DEAN : Il faut qu’on se renseigne.

STARK : Un conseil trouvé un puits sans fond et balançait le dedans. Ce sortilège ne dura que quelques jours.

Don Stark se dirige ensuite vers le lit de Dean, ce qui les étonnes.

SAM : On peut savoir à quoi vous jouez là ?

STARK : Apparemment je vous sauve la vie. Deux fois. Ah... Dewey je l’ai.

SAM : Quoi Maggie ? Vous déconnez ?

DEAN : Elle voulait nous tuez, alors qu’on a sauvé votre mariage.

STARK : Et ouais ! Mais soyons honnête vous avez aussi essayé de la tuer. Vous savez comment elle est, quand elle prend quelqu’un en grippe. Elle est adorable, non ? Sur ce, n’oubliez pas le puits sans fond. Ciao.

Sam installe le Léviathan qu’ils ont enchainé, à l’arrière de l’impala.

Dean est au téléphone avec Bobby.

DEAN : Ouais. Il est emballé et prêt à être livré. J’espère que tu as un endroit sur où tu pourras le mettre. Ça roule. Faut qu’on t’aille la route. Tu es prêt ?

SAM : Dis donc...Heu. Est-ce que tu as bien écouté ce que les Stark ont dit ce soir ?

DEAN : Heu, ben un peu oui... Quand je n’étais pas punaisé au mur ou agressé par des abeilles.

SAM : Est-ce que tu as remarqué...Est-ce que tu as remarqué comment ils se sont balancés tout ce qu’ils en sur le cœur.

DEAN : Ouais. Très fort de leur avoir vendu ces conneries

SAM : C’est pas des conneries, justement. Ça fonctionne.

DEAN : Sam je suis vraiment, vraiment, vraiment, vraiment, vraiment, très fatigué.

SAM : Que cela ne te plait ou non, les trucs qu’on ne parle pas ne s’en vont pas comme ça ! Ils s’accumulent avec le temps. C’est pareil avec ce qui te bouffe en ce moment.

DEAN : J’ai constamment un truc qui me bouffe ! J’y peux rien, je suis comme ça ! S’il se passe un truc ! Je me sens responsable. Tu comprends. Un bébé qui se fait enlever ! C’est ma faute. Le taux de chômage, c’est ma faute !

SAM : Mais ce n’est pas de ça que je te parle.

DEAN : Dis-moi de quoi tu parles !

SAM : De toutes les choses que tu refuses de me dire ! Allez lâche toi ! Il n’y a aucun problème. Tu peux te défouler sur moi. Je suis là pour ça, non ? Je veux dire... Entre nous...ça va ?

DEAN : Ouais, ça va.

Dean rentre dans la voiture et la démarre. Sam monte ensuite, puis ils partent sur la route.

FIN

 

 

Ecrit par poupette67.

INT. HAIR SALON – DAY

A WOMAN with foils in her hair is following a STYLIST through electric sliding doors to the back of a hair salon while talking on a cell phone.

WOMAN (on phone):
Karen, don't second-guess yourself. Yes, your house is beautiful, but didn't you tell me a million times that it's Rick's dream house? Selling it is how you punish his ass, Karen, and after what you've been through, don't you deserve that?

The STYLIST places a plastic cap over the WOMAN’s foils.

WOMAN (on phone):
You do, honey. I'll have the papers ready tomorrow.

Yay! I'm proud of you.

Bye.

WOMAN (to STYLIST):
I'm not good. I'm very good.

The STYLIST chuckles and hands her a magazine.

STYLIST:
There you are.

WOMAN (to STYLIST):
Thank you.

STYLIST:
All right.

The STYLIST lowers a beehive hairdryer over the WOMAN’s head and turns it on.

STYLIST:
10 minutes. Holler if you need anything.

The WOMAN flips through the magazine for a few moments, then starts to look uncomfortable and tugs at her clothing. She tries to lift the hairdryer off her head.

WOMAN:
Chris!

The WOMAN tries to slide out from under the hairdryer, but is somehow pulled back up. She tries to lift the hairdryer again, but it is now too hot to comfortably hold. She jerks her hands away and shakes them.

WOMAN:
Ow. Chri-- Ow.

The WOMAN continues to try to get away. Smoke starts to come out of the hairdryer.

WOMAN:
Ow. Chris, get back here!

Light flashes from the hairdryer.

WOMAN:
[screaming] Chr-i-i-i-is! Chris!

The WOMAN continues to scream and struggle as light and smoke continue to come from the hairdryer. She is then lifted up from her seat further into the hairdryer and goes still. The hairdryer beeps and turns off. CHRIS walks back through the sliding doors.

STYLIST:
Oh, my God. Somebody, help!

CHRIS lifts the hairdryer from the WOMAN’s head and screams at what he sees.

CHRIS:
Aaaagh!

SUPERNATURAL (Title Card)

ACT ONE

INT. MOTEL ROOM – DAY

DEAN is asleep fully dressed on a bed with a beer bottle next to him on the bedside table. He is having a nightmare.

FLASHBACKS:

CASTIEL disappearing into the reservoir in 7.01 Meet The New Boss

SAM shooting at his hallucination of LUCIFER in the warehouse in 7.02 Hello, Cruel World:

SAM:
Leave me alone! I said shut up! Just stop! Stop!

DEAN talking to and then killing AMY in 7.03 The Girl Next Door:

DEAN:
You are what you are. You will kill again.

AMY:
I won't. I swear.

DEAN wakes in alarm and raises himself up onto one elbow, breathing heavily. He looks over at the other bed, which is empty. He lies back down and reaches out for the beer bottle, which is also empty.

LAPTOP SCREEN:

PROSPERITY MUNICIPAL ARCHIVES

Your search for FREAKY ACCIDENTS produced 1 results

There is a picture of WENDY GOODSON, the woman from the hair salon.

1. 3:30pm Today – SECOND OF TWO FREAKY DEATHS IN TWO WEEKS

PROSPERITY, INDIANA

Wendy Goodson, 36, resident of Prosperity, IN was burnt alive while having her hair done at her local hair dresser. Her charred remains indicate electrocution, yet investigators state there were no malfunctions to be found in the dryer or the electrical system of the salon. The electrical system was brand new and inspected recently by the city’s building inspectors. Police is [sic] listing Goodson’s death as accidental electricution [sic], however, there remains [sic] many questions to be answered. Goodwin’s family is bereft and remains vigilent [sic] in demanding answers to her untimely death.

Wendy Goodson has an established Real Estate business on Main Street in Prosperity, Indiana. She was known as the golden girl by her many friends. Goodwin was a well known and well loved person as she was involved in many community events and was very active in charity events. She volunteered at the hospice for many years and will be fondly remembered by her friends and colleagues.

DEAN is drinking a glass of whiskey as he reads and pours himself another, emptying the bottle. SAM jogs past the window and enters the room.

DEAN:
Somebody better be chasing you.

SAM:
It's good for you.

DEAN:
No. No, it's not good for you. Look at you. You're, you're a mess, and you stink. Well, while you were out being Lance Armstrong...

SAM takes a sports drink out of the refrigerator.

SAM:
That would be biking.

DEAN:
...I was working. You ever heard of a town called Prosperity, Indiana?

SAM:
Has anybody?

DEAN:
Two of their fine citizens died over the past two weeks. Uh, this one chick, she, uh, roasted underneath one of those beehive hair dryers at the hair salon...

The laptop screen shows the Wendy Goodson article. DEAN hits a key and a new page appears:

newsstatsearch.com

THE MOST COMPREHENSIVE SUBSCRIBER NEWS BROADCSATING [sic] AND ARCHIVAL SERVICES

US NATIONAL – INTERNATIONAL – REGIONAL – LOCAL

Members Log in PURENEGATIVE Pass Word ********

PROSPERITY, INDIANA Mary Ann Liu, Staff Reporter

FREAKY DEATH IN SMALL TOWN

Residents of Prosperity Indiana are shocked at the deaths [sic] of one of their residents.

Carl Dunlop, 42, of Prosperity IN, died in a hot tub from hypothalmia. For unknown reasons, Carl was unable to get out of the seemingly normally functioning hot tub and was essentially cook [sic] alive inside the hot tub. Investigators having scoured the crime scene could find no mechanical failure or other causes for the bizarre accident. Carls’ [sic] body indicated severe temperature rises but there was no mechanical justification for the death. Police concluded that there were no indications of foul play.

Dunlop was a local architect who designed small to medium sized projects. Of note, his city hall design won the Indiana Architecture Prize two years ago. He is survived by his sister and brother in law [?] with three nephews and a niece.

DEAN:
...and this other guy boiled in a hot tub.

SAM:
You don't see a lot of that.

DEAN:
No, you don't.

SAM:
It's worth checking out.

DEAN:
Yeah.

SAM:
You know, one more thing. What's going on with you?

DEAN:
We have had this conversation, Sam.

SAM:
No, we haven't. See, to do that, you'd have to, uh, sort of...speak.

DEAN:
Okay, let's see if you can get this straight. See you're -- you're new Sam, right, Lance Armstrong.

SAM:
Biking.

DEAN:
And, uh -- and I'm still me, okay? All right, so -- so, you might see things different now, uh -- call it a runner's high or some crap -- but that doesn't mean that something's going on with me, okay?

SAM:
Yeah, okay.

DEAN:
No, don't say, "yeah, okay," like, "yeah, okay."

SAM walks away.

SAM:
Yeah, okay.

EXT. JACK’S GROCERY PARKING LOT – DAY

CHET is walking towards his car, carrying a shopping bag and talking on his cell phone.

CHET (on phone):
Yes, sir, I understand.

Yeah, I definitely do realize this Winchester thing is taking far too long, and I'm sorry about that.

No worries.

I can be there in a day and a half.

Yeah, I'll hit the road now.

CHET puts the shopping bag into the trunk of his car, which contains a dead man.

CHET (on phone):
Just stopped for a quick refuel.

Thanks. It'll be my pleasure.

EXT. PROSPERITY, INDIANA – DAY

SAM and DEAN in the Impala drive down a main street. Wendy Goodwin’s picture is on the back of a bench.

EXT. PROSPERITY MEDICAL ARTS BUILDING – DAY

SAM:
I'm very sorry. I-I know this is a tough time to have to talk about all this.

WOMAN:
I've already been through it so many times with the lawyers, the police, the insurance guys.

SAM:
Right. I know. I know. We just -- we have to conduct our own separate investigation. I'm sorry. I know it's tough. Can I ask you -- did your sister have any enemies?

WENDY’S SISTER:
Why do you ask that? You think her death wasn't accidental?

SAM:
No. No, no, no. We just have to consider every possibility. Is there anyone who might have wanted to harm her?

WENDY’S SISTER:
You don't live here, so you don't know. Everyone...loved Wendy. She volunteered at the church. She ran a group for kids. I was the big sister, and I looked up to her.

SAM:
What about this man who died -- Carl Dunlap? Did she know him?

WENDY’S SISTER:
I don't think so.

SAM:
Well, Wendy was in real estate, right? Carl was an architect. Maybe they had some business dealings?

WENDY’S SISTER:
If they had worked together, I would've heard the name. Agent Sambora... If someone did this to my sister, find out who.

INT. JOSEPHINE’S HAIR SALON – DAY

DEAN:
And nobody was back here but Wendy.

CHRIS:
No. But I was only gone for a minute.

DEAN:
You can't even crank these things past a certain temperature -- am I wrong?

CHRIS:
If it started to blow a fuse or something, it would have shut down.

DEAN:
Oh. Basically, you're saying that this couldn't have happened.

CHRIS:
Basically, I'm saying it couldn't have happened.

DEAN looks behind the hairdryer frame.

CHRIS:
The insurance adjusters already did that.

DEAN:
Thanks for the heads-up.

DEAN finds a coin.

EXT. PROSPERITY, INDIANA STREETS – DAY

SAM and DEAN are walking on separate streets and talking on their cell phones.

SAM (on phone):
Wait. What kind of a coin?

DEAN (on phone):
It's not American. I don't know where it's from. It was wedged back behind one of those machines. Somebody could have dropped it. Of course, they don't have pockets in those robe thingies that they make you wear.

SAM (on phone):
[laughs] I didn't realize you were such a spa expert.

DEAN pauses next to a bench with an advertisement for Wendy Goodson Real Estate. The plants in planters on either side of the bench are dead.

DEAN (on phone):
Shut up. I observe with my eyes.

SAM (on phone):
Yeah, yeah, yeah, whatever you say. So, you thinking it must be some kind of hex talisman?

DEAN (on phone):
Uh, maybe.

SAM (on phone):
All right. Pick me up.

DEAN (on phone):
Why don't you just run home, Lance?

SAM (on phone):
Dean --

DEAN (on phone):
Yeah, I'll be there in a bit.

DEAN goes inside Van’s Liquor.

EXT. CONSTRUCTION SITE – DAY

A MAN says goodbye to another man, who leaves in a pickup. The MAN puts some items in his own vehicle and enters a portable toilet. While he is urinating, a pump in the back of his vehicle starts and a nail gun rises and moves through the air, coming to a stop outside the portable toilet. As the MAN zips up, the toilet door springs open.

MAN:
Oh, come on!

The MAN turns around and sees the nail gun in mid-air, pointing at his face. The nail gun fires multiple times. Bloody nails protrude through the back wall of the portable toilet. The MAN has been shot many times, including once to the face. The nail gun moves in closer and shoots twice more. The pump then stops and the nail gun drops to the ground.

ACT TWO

EXT. CONSTRUCTION SITE – DAY

SAM and DEAN show ID badges. SAM goes inside a portable building and DEAN talks to a policeman outside.

DEAN:
So, what do we know about the vic?

POLICEMAN:
Dewey Stevens -- owner, Dewey Stevens Construction, biggest outfit in town. Rotarian, methodist, tenor, blue-ribbon pecan pie champ, asthmatic.

DEAN stares at the POLICEMAN.

POLICEMAN:
We're a close-knit community.

DEAN:
So, this, um, pillar of the community -- he was taking a leak before he, uh, sprung a few?

POLICEMAN:
The crew had gone for the day. Site was shut down.

DEAN looks inside the portable toilet and uncovers DEWEY STEVENS’ body.

DEAN:
Anything unusual besides the nails in the eyes?

POLICEMAN:
Well, we're still trying to figure out where they plugged in the nail gun, seeing as there's no generator on the truck.

DEAN:
Well, when you figure that out, let me know.

DEAN looks inside the portable toilet again and finds a coin. He then enters the portable building where SAM is using a laptop.

DEAN:
So, another victim everybody likes.

SAM:
Not everybody.

DEAN:
Another physically impossible death. You got any ideas?

SAM:
Cirque du Soleil?

DEAN:
Oh, I, uh, found another one of these, just like at the, uh, the hair-dryer/brain-roast.

DEAN hands SAM the coin.

SAM:
And I found a connection with all the vics. Um, these e-mail logs show Wendy, the real-estate chick, uh, Carl, the architect, and this Dewey guy were all working on a shopping center project together.

DEAN:
Why didn't we know about that?

SAM:
I- Well, it all fell apart for some reason. I mean, there are these e-mails back and forth, pretty hot and heavy, and suddenly they just stopped.

DEAN:
So, everybody working on this project has died?

SAM:
Well, not yet. Um, they were working with a developer, a guy named Don Stark.

DEAN:
Don Stark? Why do I know that name?

EXT. LARGE TOWN BUILDING – DAY

A bust of a man stands outside the building with a plaque reading “DON STARK Founder of the Prosperity Charity Foundation”. Posters on the building advertise an art auction run by The Margaret Stark Charity Foundation.

SAM:
Man, this Stark guy is really plugged in, huh?

DEAN:
So, all the players in this -- this shopping-center project have either fried, boiled, or kebabbed. He could be next.

DEAN takes out his flask and unscrews the lid.

SAM:
Really? From a freaking flask? What are you, bad Santa? On the job?

DEAN:
We're always on the job.

SAM’s phone beeps. DEAN takes a drink and SAM reads his phone message.

SAM:
All right. Bobby e-mailed back. I sent him a few pics of those coins you found. He says the writing is Romanian cyrillic, used only in the mid-15th to the 19th century. Apparently, it's an antique Wallachian ducat.

DEAN:
So, we're looking for an old Romanian?

SAM:
You know, is it just me, or is this really weird?

SAM looks at the dead plants around the base of the Don Stark bust.

DEAN:
Huh. I've seen this once before, where t-the plants are all dead in one spot.

SAM:
Where?

DEAN:
A bus bench with Wendy Goodson's picture on it. I mean, I'm no expert, but I don't think plants are supposed to act like this.

CHET’S CAR – DAY

MUSIC: See the Funny Little Clown by Bobby Goldsboro

♪ No one knows he's crying ♪

♪ no one knows he's dying on the inside ♪

♪ 'cause he's laughing on the outside ♪

♪ mm, no one knows ♪

INT. DON STARK’S HOUSE – DAY

DON STARK:
If the bureau's involved, I assume you think all three were murdered.

DEAN:
It's looking that way, yes.

SAM:
Now, Mr. Stark, you had a relationship with all three victims, correct?

DON STARK:
Oh, I knew them in business circles, I guess, sure.

DEAN:
And you were all involved in a, uh, a-a shopping-center project. Why'd that fall through?

DON STARK:
Uh, t-these things happen.

A blonde young woman appears and knocks on the doorway.

DON STARK:
Oh. Jenny. These gentlemen are from the FBI. Jenny Klein, my assistant.

JENNY:
Hi, there. Okay, Don, I'm off to the cleaner's, and then I'm gonna stop at Beaman, Beaman, and Beaman for the revised contracts.

DON STARK:
Hurry on back. You know how things fall apart without you.

JENNY:
[laughs] Oh, I baked you some cupcakes -- coconut.

DON STARK:
Coconut -- you're too good to me, Jenny.

JENNY:
I'll see you soon.

JENNY leaves.

DON STARK:
She bakes cupcakes.

DEAN:
Yummy.

SAM:
You know, could you point me to the restroom? I had a little bit too much java.

DON STARK:
Yeah, around the corner, down the hall.

SAM:
Thanks.

SAM leaves the room.

DEAN:
So, uh, usually in cases like these –

SAM runs up a staircase.

DON STARK (V-O):
Are there cases like these?

DEAN (V-O):
Oh, you'd be surprised. Uh, we start out with the basics.

DEAN:
You have any business rivals?

DON STARK:
Sure, tons. You know, real estate's brutal.

DEAN:
Well, that was easy.

DON STARK:
On the other hand, I've demonstrated my love for this town, and I think it's safe to say I'm respected for what I've done here.

SAM enters a bedroom and then the walk-in closet. He discovers a high-heeled shoe with a broken heel, a necklace with a five-pointed star pendant, and a box containing witchcraft materials and papers with strange symbols.

DON STARK and DEAN are looking at a framed award which says: CITIZEN OF THE YEAR Presented to DON STARK in recognition of your outstanding contribution to the community. Your efforts and generous donations have provided tremendous benefits to the citizens of Prosperity and will for generations of the future. On behalf of the state of Indiana. In a logo: Citizen of the Year Award – The Year of 2010 – State of Indiana.

DON STARK:
Yeah, one of my real treasures.

DEAN looks at framed picture of an office tower and reads the inscription.

DEAN:
"To Don -- take no prisoners. D. Trump." The Trumpster! Wow.

DON STARK:
Like I said, success breeds fierce competition...

SAM reappears.

DON STARK:
... but in the end, everyone here respects and admires me.

SAM:
Including your wife?

DEAN and DON STARK look at SAM.

SAM:
Sorry. It's just, we heard the two of you were splitting up, right?

DEAN:
Yeah, that's, uh -- that's what we heard.

DON STARK:
Yeah, Maggie and I are going through a tough time. It's a separation -- temporary. Sometimes, you know, you grow apart. It's no one's fault.

SAM:
And how would you describe the, uh -- the issues between you and your wife?

DON STARK:
It’s just one of those marital misunderstandings, you know.

SAM:
No, I'm sorry. I don't.

DON STARK:
It's one of those vague, hard-to-define passages.

DEAN:
She caught you cheating, huh? I couldn't help but notice, uh, things were kind of cordial between you and your assistant. Pretty good with the ladies there, Mr. Stark? It's a blessing and a curse, isn't it?

DON STARK:
Guys, I'm a people person, and I admire dynamic, confident women.

SAM:
"Admire"?

DON STARK:
Okay, look -- it's true I had a recent... little thing with a business associate, but that's all it was.

DEAN:
A "thing"?

DON STARK:
Yeah.

SAM:
Like a -- like a shoe or a golf club.

DEAN:
Right. Like a waffle iron.

SAM:
Yeah.

DEAN:
Yeah. No, see, Don, uh, wives generally think of an affair as something more than a thing.

DON STARK:
Yes, and when Maggie found out about it, she needed some time off, temporarily.

DEAN:
Hmm. Now, if we were to guess that the, uh, uh, business associate was Wendy Goodson, would we win the weekend trip to Maui?

DON STARK:
No, her death had nothing to do with the affair. It was over long before her accident.

DEAN:
If it was an accident.

DON STARK:
You're not implying that Maggie was behind this.

SAM:
No, we're not implying anything. We're just saying... you should be careful. And take her to dinner and apologize.

DEAN:
Yeah, and, uh, grovel. Wouldn't hurt.

SAM and DEAN leave the STARKS’ house.

SAM:
Found a bunch of hex junk in their stuff -- clearly her thing. And the empty closet didn't seem like she was coming back anytime soon.

SAM notices more dead plants near the front door of the house.

DEAN:
So, Don admires Wendy, biblically, Wendy dies weird, and the scorned wife is into the dark stuff.

SAM:
While Don's just in the dark.

DEAN:
Hmm. It's kind of like "Bewitched." You know, Don's Darrin, doesn't even know it. A lot of laughs until, uh, you cheat on your wife.

SAM:
A "Bewitched" reference. Really?

DEAN:
Dude, Nicole Kidman was in the remake. Redhead. Hello!

SAM:
Look at all these dead plants.

DEAN:
Huh. It's kind of like the real-estate lady's place and Don's statue thing.

SAM:
You know, if she's strong enough, just being pissed off is enough to send some pretty bad vibes their way.

DEAN makes a call on his cell phone.

DEAN:
Literally kill off everything around her just by pms-ing at it. Eeh. That's not creepy at all.

DEAN (on phone):
Bobby, hey, it's Dean. Listen --

Winchester.

Yeah, very funny.

So, we need our kind of terminix.

A witch.

Yeah, we're headed over to her place to get you some more specifics, so if you could just, uh -- y-- thank y--

DEAN hangs up.

DEAN:
He's on it.

They get in the Impala and drive away.

EXT. LEASED HOUSE – DAY

SAM opens the trunk of the Impala. A sign outside the house says “For Lease: Furnished Executive Home”. Above it, another sign says “Leased”. SAM takes out his cell phone and makes a call.

INT. LEASED HOUSE – DAY

DEAN lets himself into the house, which is full of moving boxes. He goes up a stairway. In a bedroom closet, he discovers an altar with witchcraft materials and photographs of Carl Dunlop, Dewey Stevens and Wendy Goodson that have been marked with a symbol in blood. An unmarked picture of JENNY with the name Jennifer Klein and her library member number below it is in the center of the display. DEAN takes down the picture of JENNY and picks up her library card.

DEAN:
Don, keep it in your pants, man.

EXT. LEASED HOUSE – DAY

A car with the license plate STARK 2 pulls into the driveway. SAM tries to make a call.

RECORDED MESSAGE:
All circuits are busy.

SAM closes the trunk of the Impala and runs to intercept MAGGIE STARK.

SAM:
Mrs. Stark.

SAM holds up a badge.

SAM:
Could I have a moment?

MAGGIE STARK:
Of course. Um, would you mind coming back in, say, a half an hour? It's just a really bad time right now.

SAM:
It's very important that I talk to you.

MAGGIE STARK:
Of course, and I'm happy to. I'm just in the middle of an emergency, so please come back. Thank you!

SAM pushes hard on MAGGIE STARK’s car and sets off the alarm. MAGGIE STARK turns to look at the car. In the house, DEAN hears the alarm and closes the closet door. MAGGIE STARK uses her remote to turn off the alarm. DEAN appears in the window. SAM moves his leg several times to create a further distraction.

SAM:
I'm sorry -- uh... restless leg syndrome.

MAGGIE STARK enters the house as DEAN hides behind a wall. As she walks into another room, DEAN leaves the house by the front door. SAM is waiting for DEAN near the front gates.

DEAN:
Spoiler alert.

DEAN hands SAM the picture of JENNY and library card he took from the house.

DEAN:
Jenny Klein's next. Swiped her photo off a hex deck, but Maggie's gonna notice it's gone eventually. We got to get over to Jenny's.

SAM and DEAN get into the Impala and drive away.

INT. MAGGIE STARK’S LEASED HOUSE – DAY

MAGGIE STARK enters the bedroom and takes off her coat. She opens the closet door and sees that the photo of JENNY is missing.

INT. JENNY’S APARTMENT – DAY

Frosted cupcakes are sitting on a tray. JENNY is taking more cupcakes out of the oven.

INT. MAGGIE STARK’S LEASED HOUSE – DAY

MAGGIE STARK takes another photograph of Jenny from a box. She pricks her finger with a tack to draw blood and draws a symbol on the photograph.

INT. JENNY’S APARTMENT – DAY

Jenny picks up one of the frosted cupcakes.

INT. MAGGIE STARK’S LEASED HOUSE – DAY

MAGGIE STARK:
Puterea magiei negre te condamna la suferinta si moarte.

INT. JENNY’S APARTMENT – DAY

JENNY takes a bite of the frosted cupcake. Blood appears on her lips and runs down her arm from the cupcake she is holding. A bleeding heart is beating inside the cupcake. JENNY chokes and drops the cupcake. The heart inside the cupcake continues to beat. JENNY spits blood into the sink. There is knocking the door. DEAN breaks through the door and he and SAM enter.

DEAN:
Find the coin, now!

DEAN helps JENNY sit on the floor while SAM looks through cupboards.

DEAN:
Come on, Sam!

SAM finds the coin on top of the cupboards. He places it on the counter, takes out his gun and shoots it as DEAN shields JENNY.

ACT THREE

INT. JENNY’S APARTMENT – DAY

JENNY is on the sofa. SAM and DEAN watch her from near the kitchen.

JENNY:
There were tiny beating hearts in my cupcakes. There were hearts in my cupcakes, hearts in my cupcakes! [becoming hysterical] That's never happened before! Hearts in my cupcakes!

DEAN:
Should I slug her?

SAM:
Give it a second.

JENNY:
Oh, my God. What just happened?

SAM:
You were hexed.

JENNY:
Hexed? Who are you people? What the hell do I do?

DEAN:
What you do is you go in there and you pack a bag, you get in your car, and you go.

JENNY:
Go where?

SAM:
It doesn't matter. Look, 500 or 600 miles ought to do it. You got someone real powerful real pissed, and they're trying to get rid of you now. In line with that, you might want to cool things with Don Stark.

JENNY:
Don Stark? What are you talking about?

DEAN:
You and Don. You know.

JENNY:
"You know"? There's no "you know."

SAM:
No?

JENNY:
Don Stark is my boss. That's it. He's married, for God sakes.

DEAN:
Yeah, well...

JENNY:
Me and Don Stark. Ew.

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – DAY

MAGGIE STARK:
What are you doing? Bunch these tables more in the middle. Give me a more air between paintings.

WOMAN:
Hey. Maggie, can you sign for the flowers? I've checked them. They're fine.

MAGGIE STARK:
Thank you, Sue. What would I do without you?

SUE:
Oh, please, I like helping. What are best friends for?

MAGGIE STARK:
It's just been so tough to focus with Don, the whole mess.

SUE:
It's like he put a knife right in your heart, isn't it?

MAGGIE STARK:
Yes.

SUE:
Was I wrong to tell you about him and Wendy?

MAGGIE STARK:
No. No. You think I'd want you to stand by and watch him make a fool of me? I love you for what you did.

SUE:
I love you, too.

MAGGIE STARK:
No, no, no. The still life doesn't go there. It goes on the left side.

MAGGIE STARK walks off.

SUE (to MAN):
So, uh, we're gonna need, uh, one centrepiece on each of the tables and two at the back.

DON STARK enters.

SUE:
Don.

DON STARK:
Where's my wife?

SUE:
You mean the one who's divorcing you?

DON STARK:
Sue, I know you can hardly wait until I'm out of the picture...

MAGGIE STARK walks into earshot.

DON STARK:
... and I know it's been a thrill whispering lies into Maggie's ear --

SUE:
Oh, but they weren't lies, were they, Don?

DON STARK:
I made one mistake -- one.

SUE:
I sincerely doubt that.

DON STARK:
This is between Maggie and me. It has nothing to do with you.

MAGGIE STARK:
What do you want, Don?

DON STARK:
I'd like to speak with you.

MAGGIE STARK nods to SUE, who walks away.

MAGGIE STARK:
Make it quick.

DON STARK:
Okay. You know what, Maggie? I think I've been patient. And you've had your fun. It was very creative, the thing with Wendy, but, you know, enough is enough.

MAGGIE STARK:
No, Don, enough is not enough, not even close.

DON STARK:
What do you want, my oysters on a tray?

MAGGIE STARK:
Well, now that you mention it --

DON STARK:
The fact is, none of this was my fault! Maybe if you'd been around a little more. But between the art and the charity and that evil bitch Sue, I was edged right out of your life.

MAGGIE STARK:
Oh, boo-hoo, Mr. Big Shot, Mr. "I got to put my name on every public works in town."

DON STARK makes a protesting noise.

MAGGIE STARK:
There was three of us in this marriage -- me, you, and your ego. That was the problem, Don. So, excuse me. I have a charity event to arrange.

DON STARK:
Two FBI agents came by, asking questions.

MAGGIE STARK:
Hunters, sweetheart -- that's what they are. Oh, I can see you're terribly concerned for my safety, but don't worry -- I'll take care of it.

DON STARK:
Maggie, this stops. You hear me? As of now.

DON STARK leaves.

MAGGIE STARK:
You're so cute when you try to tell me what to do.

EXT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – DAY

DON STARK exits the building and looks at the dead plants around the base of the bust. As he watches and the Impala pulls up, the bust starts to shake and the head cracks in two, the face falling to the ground. MAGGIE STARK watches from a window. DON STARK gets into his car.

DEAN:
Now she's just getting nasty. Killing the girlfriend is one thing, but his commemorative bust? That's got to hurt.

SAM:
She'll take the whole town out, Dean. She don't care who gets in the way.

DEAN’s phone rings.

DEAN (on phone):
Hey, Bobby. What do you got?

Yeah?

You think it'll take her out?

All right.

No, I don't need to write it down. I'll remember. Go ahead.

Mm-hmm.

The -- wait. Hang on. Hang on.

DEAN gestures to SAM.

DEAN (on phone):
Yeah?

Wait. Wa-- ho-- ho-- hold on. Hold on. Hold on.

SAM hands over a diner menu and a pen.

DEAN (on phone):
Okay, what was the, uh -- what was that last one?

Right.

Uh-huh.

I'll remember. It's fine.

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

MAGGIE STARK is at the podium in evening dress.

MAGGIE STARK:
Hello, everyone, and thanks for coming. Most of you know that philanthropy and art are my two passions, but what we've -- not there! Where is the ice? People will be here in seconds. What we've assembled here tonight may be my crowning achievement, not to be immodest.

SUE claps.

SUE:
See? I told you. Everything's perfect.

MAGGIE STARK:
Yeah, you -- you just reminded me. I have to check on the finger sandwiches.

INT. MOTEL ROOM – NIGHT

DEAN is sitting at the table, about to take a bite from a pie. SAM enters.

DEAN:
Dude. Pie.

SAM sets a plastic bag down right next to the pie.

DEAN:
Ugh. That is --

SAM:
Chicken feet, just like the recipe calls for. Butcher's fridge is down.

DEAN:
I can smell that.

SAM:
Uh, says the power's been wonky and that he's lost so much product, he probably won't make rent. Ditto every shop on the block -- nothing but burst pipes and blackouts.

DEAN:
Huh.

SAM:
He says it's like all of a sudden, the town ran out of luck.

DEAN:
So, coincidence, right?

DEAN picks up the bag of chicken feet and walks over to SAM.

SAM:
Uh...yeah. We're past the point of dead flowers.

DEAN:
What can I say? I guess the witch is pissed. All right, let's, uh -- we better get a move on here. Why don't you just...

DEAN holds the bag out at arm’s length.

DEAN:
C-can you take the feet?

SAM holds out a bowl and DEAN drops the bag into it.

SAM:
Ugh.

EXT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

DON STARK pulls up in front of the building in his car.

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

MAGGIE STARK walks up to SUE, holding drinks.

MAGGIE STARK:
To us. I couldn't have done it without you.

They clink glasses.

SUE:
To us.

SUE takes the skewer out of her drink. On it is an olive and an eyeball. She screams and drops her glass.

EXT. OUTSIDE TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

DON STARK, who is sitting in his car, smiles.

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

SUE:
That is disgusting!

MAGGIE STARK looks around.

MAGGIE STARK:
No.

The paint on the paintings hung around the room starts to run.

MAGGIE STARK:
No. Not my paintings.

SUE:
Maggie? What is going on?

MAGGIE STARK:
He did this. How could he? He knew what this meant to me.

SUE:
Do you mean Don? Don rigged all this?

MAGGIE STARK:
Yes!

SUE:
But how?

MAGGIE STARK:
Just trust me. He wants to hurt me.

SUE:
I told you -- he's a dick. But we'll get through this because you have people who love you, and he can't take that away from you.

A silver platter rises from a table, sails through the air and decapitates SUE.

EXT. OUTSIDE TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

DON STARK smiles again and drives away.

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

MAGGIE STARK:
Fine, Donald. It's war.

EXT. OUTSIDE TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

SAM and DEAN pull up in the Impala and see flashing police and ambulance lights.

DEAN:
What the hell?

INT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

SAM and DEAN show badges to a policeman at the door and enter the art auction room. They see a pool of blood and SUE’s covered body.

DEAN:
Whoa. Clean-up on aisle 7.

SAM:
Okay, I don't guess she'd do this to her own auction.

DEAN:
No, obviously it was someone who hated her guts and wanted her party trashed.

SAM:
Don Stark.

EXT. TOWN BUILDING HOUSING ART AUCTION – NIGHT

SAM and DEAN exit the building.

DEAN:
So, the mister's a witch, himself. That means we got not just one pissed-off witch. We've got two. It's full-on "War of the Roses."

SAM:
"Bewitched" just got a lot less funny.

DEAN:
It's like when they switched Darrins.

SAM and DEAN get into the Impala and drive off. CHET watches them from a parked vehicle.

ACT FOUR

EXT. OUTSIDE THE STARK HOUSE – NIGHT

SAM and DEAN are sitting in the Impala.

SAM:
Where is she?

DEAN:
She'll be here. They've been throwing thunderbolts at each other's favorite toys. There's nothing left to destroy but each other. This is basically ground zero.

SAM:
I hope so. We're gonna need them both in the same place if we're gonna take them down.

MAGGIE STARK's vehicle approaches.

DEAN:
Screens up, Captain.

SAM and DEAN lean down in their seats so as not to be seen.

INT. STARK HOUSE – NIGHT

MAGGIE STARK enters. DON STARK is sitting in an armchair with a drink.

DON STARK:
Want one, sweetie?

MAGGIE STARK:
Shove it. We are so having it out right now.

The door opens and SAM and DEAN enter. DEAN is carrying a bowl.

DEAN:
Furor divina virtute in infernum eam detrude!

SAM strikes a match and lights the contents of the bowl. White smoke and steam rise.

MAGGIE STARK:
Let me guess -- chicken feet? Not chilled?

DON STARK:
For obvious reasons, you won't be leaving this room.

DON STARK puts down his glass and rises to stand next to MAGGIE STARK.

DON STARK:
Well, you will be leaving -- just not alive. Maggie?

DON STARK and MAGGIE STARK raise their arms and speak in unison.

DON STARK and MAGGIE STARK:
Puterea magiei negre...

SAM:
Okay, plan B.

DEAN:
What's plan B?

SAM:
Talking.

DON STARK and MAGGIE STARK:
...La suferinta...

DEAN:
Now? Really?

SAM:
This is obviously a domestic dispute. So if you can't kill them, counsel them.

DEAN:
Yeah. You know what? Not my area!

DON STARK and MAGGIE STARK:
Supune-te ordinelor mele --

DEAN:
Okay, okay, okay. Uh...

DEAN puts the bowl down on a chair.

DEAN:
Look -- obviously, you two are capable of wiping each other out, right? But you haven't, huh? Which means that you two -- you still value whatever it is you got. A-and you want keep that dance going. Maybe it's -- maybe it's punishment. Maybe it's -- it's sick, messed-up, erotic, kinky, clamps and feathers kind of love.

SAM:
Okay, okay, t-that's -- that's going way too deep, there, cowboy. Look, what he's trying to say is that -- is that you two -- whatever it is you have, you're bonded.

MAGGIE STARK:
Are you out of your mind? He cheated on me, humiliated me.

SAM:
We're not trying to say what Don did was right. When a relationship cracks, usually both parties have a hand in it.

DON STARK:
Indeed.

MAGGIE STARK:
You're defending him?

MAGGIE STARK reaches out an arm towards SAM, who falls to the ground in pain.

SAM:
Ugh!

DEAN:
Whoa! Okay, okay! Okay, look -- n-nobody can defend Don. Right? Uh, totally. But, uh, we get that you feel betrayed...because you were.

DON STARK:
Don't suck up to her.

DON STARK puts out an arm and sends DEAN flying backwards into a glass door.

MAGGIE STARK:
I was betrayed by all of them. Carl introduced you to Wendy. Dewey covered for you. Wendy did you!

SAM:
Okay, okay, look --

SAM rises to his feet.

SAM:
I got to say I-I don't think Don was lying when he said he regrets the whole Wendy thing.

MAGGIE STARK:
"Thing"? Sit down.

MAGGIE STARK makes a hand motion and SAM falls to the ground again.

SAM:
Aagh! Ugh! Yeah, affair -- that's right, terrible.

SAM rolls around on the floor in pain.

MAGGIE STARK:
I think the only thing he regrets is getting caught.

DON STARK:
Wendy was nothing to me. It was over as soon as it started.

MAGGIE STARK:
She was part of a pattern, okay? I've had 800 years of this. Do not make me bring up the Renaissance!

DON STARK:
Oh! Oh! You're one to talk. 1492 ring any bells?

MAGGIE STARK:
The man was about to set sail! He could possibly fall off of the edge of the earth. I took pity. So, what's your excuse?

DON STARK:
I told you -- nothing happened with the Medici chick! You've always been insanely jealous.

MAGGIE STARK:
Oh, I wonder why! Jenny. Wendy.

DON STARK:
Jenny? Nothing happened with Jenny. She's just my assistant.

DEAN gets to his feet and stands in the doorway.

DEAN:
That's true. She, uh -- she told us -- just an assistant.

MAGGIE STARK flings out an arm towards DEAN and he falls backwards again.

DEAN:
Whoa!

MAGGIE STARK:
Is that true?

DON STARK:
Yes, I swear it, babe. I would never. I made a mistake. I'm sorry, Maggie.

SAM gets to his feet again.

SAM:
See? See? Guys, guys... You're talking.

DEAN gets up and stands in the doorway again.

SAM:
All these years, you – you -- you buried your anger and your disappointment till it tore you apart. All you needed to do was talk.

DEAN:
And I would have missed the nuking that my melon just took. Well, who wants that?

MAGGIE STARK flings out an arm and slams DEAN into the other side of the doorway. DON STARK raises an arm and surrounds DEAN’s head with bees.

MAGGIE STARK:
Nice touch.

DON STARK:
Thank you.

DEAN inhales and spits out a bee. MAGGIE STARK laughs.

DON STARK:
He's right. I couldn't kill you. All I ever wanted is you, Mags. I've been crushing on you since forever. You're the woman that I want to never grow old with.

MAGGIE STARK:
I could never murder you either, Don. It's crazy... But true.

MAGGIE STARK smiles and they kiss.

DEAN:
Somebody want to call these things off? Ex-- excuse me!

ACT FIVE

INT. MOTEL ROOM – NIGHT

SAM and DEAN enter. DEAN takes out his flask and drinks from it. SAM raises his eyebrows.

DEAN:
Oh, give me a break.

SAM:
I didn't say anything.

DEAN:
It's been a long day.

CHET:
And it's not over yet.

SAM and DEAN spin around and DEAN pulls out his gun.

CHET:
Hi, Sam. Hi, Dean.

SAM:
Do we know you?

CHET:
Well, I definitely know you. You're the dead guys. Well, you will be in a minute.

DEAN shoots CHET. Black liquid runs from CHET’s chest and the bullet pops out.

CHET:
Sorry. You're a bit outmatched.

CHET punches DEAN, sending him sprawling to the floor, and grabs SAM by the throat. CHET then falls to the floor himself, electrocuted. DON STARK stands in the doorway. SAM and DEAN get up.

DEAN:
Don. Well, thank you. We owe you.

DON STARK:
Good God. What is that thing?

SAM:
I guess we should be figuring that out.

DEAN:
It is on our to-do list.

DON STARK:
You know, find a bottomless pit and drop it in. Spell only lasts for a few days.

DON STARK walks to the beds and feels around under a mattress.

SAM:
Uh, what are you even doing here?

DON STARK:
Apparently, saving your lives -- twice.

DON STARK holds up a coin.

DON STARK:
Got it.

SAM:
Maggie? Seriously?

DON STARK feels around under the other mattress.

DEAN:
She was gonna kill us? We just saved your damn marriage.

DON STARK holds up a second coin.

DON STARK:
Yeah, but to be fair, you also tried to kill her. You know how she is when she gets a bug up her ass. Got to love her, right? Right. Bottomless pit. Ciao!

DON STARK leaves and closes the door behind him.

EXT. MOTEL CAR PARK – NIGHT

SAM closes the rear passenger-side door of the Impala. A chained CHET is in the back seat.

DEAN (on phone):
Yeah, he's ready for transport. I just hope you got someplace you can put him, Bobby.

All right.

DEAN hangs up and puts a bag into the trunk.

DEAN:
We should hit the road. You ready?

DEAN walks to the driver’s door of the Impala. SAM is standing at the passenger side.

SAM:
Hey, were you, um, were you listening to the Starks tonight?

DEAN:
Uh, a little, when I wasn't getting slammed into a wall or stung by bees.

SAM:
You notice how they, uh, you know, how they -- how they opened up, got everything off their chest?

DEAN:
Yeah. Kudos on selling them that crap.

SAM:
It wasn't crap, Dean. It worked.

DEAN:
Sam, I am so very, very, very, very...very, very tired --

SAM:
Dean, like it or not, the stuff you don't talk about doesn't just go away. It builds up, like whatever's eating at you right now.

DEAN:
There's always something eating at me. That's who I am. Something happens, I feel responsible, all right? The Lindbergh baby -- that's on me. Unemployment -- my bad.

SAM:
That's not what I'm talking about.

DEAN:
Well, then what the hell are you talking about?

SAM:
I'm talking about whatever you're not telling me about. Look, Dean, it's fine. You can unload. That's kind of what I'm here for.

DEAN just looks at SAM.

SAM:
I mean... we're good, right?

DEAN:
We're good.

DEAN gets into the car. SAM stands for a moment looking somewhat hurt and frustrated. They drive away.

END

 

Source : SuperWiki

Kikavu ?

Au total, 112 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

CassieAuro 
27.12.2018 vers 20h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

DrSherlock 
08.07.2018 vers 09h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

phox666  (06.10.2016 à 09:00)

Est ce que quelqu'un a remarqué que Don Stark prépare un kaméhaméha pour lancer un sort avec sa femme sur sam et dean??

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Wanted dead or alive
Aujourd'hui à 10:40

Survivor (suite)
Aujourd'hui à 09:48

Petit jeu (suite)
Hier à 23:17

Jack Kline
19.04.2019

Rowena
19.04.2019

Billie
18.04.2019

Arthur Ketch
18.04.2019

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Locksley, Hier à 17:14

Bonne chance à tous

teddymatt, Hier à 18:34

128 au départ. Seule une personnalité gagnera. A vous de choisir "Quelle personnalité inviter ?" sur le quartier The L Word...

choup37, Hier à 23:11

Nouveaux designs sur Kaamelott, Merlin, Doctor Who

grims, Aujourd'hui à 08:57

Nouvelle série de photos du mois sur le quartier Sons of Anarchy ! venez départager les tenues de Maggie Siff !

choup37, Aujourd'hui à 10:04

Calendrier, pdm, jeux, nouveau sondage sur Doctor Who! Quel écrivain(e) aimeriez-vous rencontrer?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site