VOTE | 646 fans

#704 : Osiris

 

Réalisé par : Robert Singer
Ecrit par : Adam Glass

DEAN EST JUGE POUR SES PECHES PASSES - Sam et Dean enquêtent sur une série de meurtres, et découvrent que le dieu égyptien Osiris (Faran Tahir) en est à l'origine. Le dieu vengeur juge ses victimes pour leurs erreurs passées, et les tue si elles sont déclarées coupables. Osiris s'intéresse à la culpabilité de Dean et décide qu'il sera le prochain à être jugé. Sam se présente comme l'avocat de Dean, mais les frères ne sont pas préparés à la venue d'un témoin inattendu - Jo (Alona Tal).

 

>>Photos Promo<<

Popularité


4.33 - 6 votes

Titre VO
Defending Your Life

Titre VF
Osiris

Première diffusion
14.10.2011

Première diffusion en France
17.11.2012

Vidéos

Promo 704

Promo 704

  

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sera Gamble Preview

Sera Gamble Preview

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Plus de détails

 



 

 

 

 

Dearborn Michigan

Un homme est poursuivit par une voiture, il réussit tant bien que mal à l'éviter, et se faufile dans son appartement au dixième étage. Il est enfin chez soi, et pense être à l'abri, mais soudain il entend la voiture, elle est derrière lui et le fauche violemment.

SUPERNATURAL

Sam et Dean se rendent sur les lieux pendant que Bobby continue les recherches sur les léviathans, Sam remercie Dean d'avoir épargné Amy. Dean n'est pas très à l'aise. Dans l'appartement, la police est stupéfaite par les circonstances de la mort de la victime. Sam allume le détecteur de EMF et la machine s'affole, il découvre également de la terre rouge sur le sol. Dean découvre que Matthew Hammond la victime était un ancien alcoolique, Sam taquine alors son frère et sur son penchant sur l'alcool. Les deux frères vont alors se renseigner sur l'entourage de Matt.

Sam découvre que Matt a faillit replonger dans l'alcool au bar Neil's Tavern, mais sa marraine l'en a empêcher. Dean de son coté découvre, que la victime envoyait régulièrement des fleurs à une certaine Elizabeth Duren. Il avait même payé les trois prochaines années avant de mourir.

Dean et Sam découvrent que Elizabeth a été tuée à l'âge de 10 ans, en étant percutée par une voiture qui reculait. Ils en déduisent vite, que Matt était le chauffard, et qu'il était probablement ivre. Pensant à un esprit vengeur, Sam et Dean vont alors déterrés le corps de la petite fille et le brûlés.

Dans la rue, un homme court, il est poursuivi par un chien, il réussit à rentrer dans un restaurant et s'enferme dans les toilettes. Il appel alors le 911 et demande de l'aide, mais trop tard, il entend le chien et le découvre derrière lui. Le chien lui saute dessus et le tue.

En rentrant au motel, Sam annonce à son frère qu'il y'a une nouvelle victime, Christopher Fisher, qui a été tué par un chien dans un restaurant. En faisant des recherches, Sam découvre que la victime avait été condamné pour mal-traitance envers les chiens. Mais que ce dernier c'était bien racheté et avait récolté pas mal de fond pour les animaux. En allant voir le corps, Sam trouve de nouveau de la terre rouge sur les chaussures et les ongles de Christopher. Il a une théorie.

Dean et Sam se rendent près des vergers, (car la terre rouge est excellente pour cultiver des pommes), pour trouver une piste. Sur la route, ils tombentsur un homme qui semble apeuré et qui a manqué de se faire chauver par l'Impala. Ils décident de le prendre avec eux et de le ramener au motel.

L'homme tente de leur expliquer sa situation. Il dit qu'il vient d'être jugé coupable et qu'il va mourir. Warren a purgé une peine de 30 ans pour meurtre sur un épicier et sa femme. Il ne s'est jamais pardonné, et à de nouveau été jugé mais par il ne sait qui, c'était dans une grange, près des vergers. La minute d'avant il était au bar le Neil's Tavern et l'autre d'après il s'est retrouvé en face de ce juge. Il n'a pu qu'apercevoir des symboles dessiné un peu de partout. Sam lui demande de les lui dessiné et sort avec Dean, car ce dernier veut lui parler.

Dehors, Dean explique à Sam qu'il ne voit pas en quoi tout ceci les concernent, toutes les victimes ont un lourd passé. Sam lui rappel que ce n'est pas eux de juger, et qu'ils ont eu aussi des choses à se reprocher. Dean lui dit qu'il sait très bien tout ça, il aimerait juste avoir au moins une journée "Normal". Mais face à la détermination de Sammy, il décide de se rendre au Neil's Tavern, pendant que Sam ira à la grange.

Vu que Warren refuse de retourner dans le verger, Sam décide de se rendre seul à la grange et l'enferme donc au motel dans un cercle de sel. Il lui demande de ne pas bougé. Il s'en va et appel Bobby pour lui demander son aide, en lui envoyant les symboles.

Dean se rend au bar, et se fait poussé par un homme qui ne s'excuse pas. Il s'installe au bar et commande du whisky, il sympathise avec Mia la barmaid. Elle lui demande quels sont ces ennuis, Dean lui explique que c'est un problème au travail (il sous entend l'histoire avec Amy) et dit qu'il se sent coupable. L'homme qui l'a poussé, semble très intéressé par ce que raconte Dean. Mia tente de le rassuré, et lui dit qu'elle finit dans une heure. Dean comprend qu'elle le drague, et se met à la bière afin de ne pas trop se saouler.

Sam se rend à la grange, il fouille un peu de partout mais ne trouve rien d'étrange, hormis la terre rouge. Il reçoit un coup de fil de Bobby, le vieux chasseur à trouvé quelque chose. Il semblerait que ces symboles date de l'époque des dieux égyptiens. Et celui qu'ils recherchent est Osiris, un juge très sévère, qui s'occupe de juger des personnes se sentant coupable. Il est la pour mesurer toute leur culpabilité, et condamne à mort, les vrais coupables. Bobby lui demande de vite retrouvé Dean et de partir le plus vite possible de la ville. En effet, l'aîné des Winchester, est la victime idéal pour le dieu égyptien.

Dean est dehors, et attend Mia. Il parle tout seul, mais soudain on le voit se faire attaquer et disparaitre, laissant son téléphone qui venait de sonner par terre.

Sam tente encore d'appeler en vain son frère, quand son téléphone sonne de nouveau, Sam répond et demande à Dean où est ce qu'il se trouve. Mais c'est Mia qui a appelée, elle vient de trouver le téléphone et à rappelée Sam. Il décide de venir la rejoindre

Warren est toujours au motel, il entend soudain du bruit et la télé ne marche plus, inquiet il décide de partir et sort du cercle de sel, il traverse le couloir. Mais trop tard, ces victimes sont là et se vengent en le tuant avec un revolver, et ils disparaissent aussi vite.

Sam récupère le téléphone de son frère, et découvre de nouveau de la terre rouge. Il décide de se rendre une nouvelle fois dans la grange. Il remercie Mia et s'en va.

A la ferme, Dean est prisonnier, et découvre la salle de tribunal qui est bien plus impressionnante que le laissait penser Warren. Osiris arrive, et demande à Sam de rentrer. Sam demande à être l'avocat de son frère, le dieu accepte. Il commence sa plaidoirie, mais Sam fait directement des objections. Osiris ne se laisse pas faire, et explique qu'il peut appelé qui il veut comme témoins. Il en choisira trois, et il demande à Sammy d'arrêter les objections ou il se verra dans l'obligation de le tué.

Le premier témoin que le juge appelle, est Jo Harvell, il tente de lui faire dire que c'est de sa faute si elle s'est mise dans la chasse. Mais Jo ne se laisse pas faire, et quand Dean tente de parler, Osiris le fait vite taire. Mais Sam parle ensuite à Jo, et il fait comprendre à tout le monde que Jo ne faisait pas comme Dean, mais comme son père. Il fait aussitôt disparaitre Jo avant que celle ci n'est le temps de parler.

Le prochain témoin n'est autre que Sam. Le juge tente de lui faire comprendre que tout ce qui est arrivé ces derniers temps est tout de la faute de Dean. Mais Sam n'est pas du tout d'accord, et il est certain qu'il aurait repris la chasse, même si son frère n'était pas venu le chercher. Osiris le croit, mais lui dit que ce n'est pas lui qu'il doit convaincre, mais Dean lui même. Le dieu n'est là que pour juger de la culpabilité de l'aîné des Winchester, si lui même peut penser être innocent, il sera donc innocenté.

Sam décide alors d'appeler Dean à la barre. Osiris accepte. Sam fait comprendre à son frère qu'il ne doit pas se sentir coupable pour lui, ni pour Jess et encore moins pour Jo. Dean semble accepter tout ce que lui dit son frère, mais Osiris sait que le troisième témoin est toujours dans la balance pour Dean.

Se sentant toujours coupable, et sachant que le prochain témoin sera Amy, il refuse de la laisser venir et que Sammy la voit, le juge punit donc Dean par une condamnation à mort. Sam n'est pas d'accord, mais personne ne lui laisse le choix.

Sam et Dean retournent au motel et apprennent pour Warren. Ils attendent alors de l'aide de la part de Bobby. Ce dernier a trouvé une astuce pour ce débarrassé de Osiris pour quelques siècles. Il faut le poignardé avec un shofar (sorte de cornemuse pour les juifs qu'ils font marcher une fois par an) Sam en trouve un, pas très loin, dans une synagogue. Il décide d'aller la récupérer, et laisse Dean au motel, dans un cercle de sel. Dean sait que c'est Joqui va vouloir le tué, et il n'a pas envie de s'en prendre à elle. La jeune femme appartait alors dans la chambre des Winchester.

Sam trouve enfin le shofar, et bien qu'il se fait attraper par le rabbin, il réussit à s'échapper et à reprendre la route pour trouver le dieu égyptien. Qui lui a déjà repéré sa nouvelle proie au Neil's Tavern.

Jo explique à Dean qu'elle n'a pas le choix, Osiris la force à le tuer. Elle lui explique que c'est injuste et qu'il mérite mieux. Mais Dean pense que au contraire c'est Sam et Jo qui méritaient mieux que lui. Il aurait préféré les laisser tranquilles plutôt qu'ils deviennent des chasseurs. Mais il n'avait pas envie de chasser seul. Jo n'est pas d'accord, tout ceci n'est pas de sa faute, et il culpabilise énormément pour rien. Dean ne veut pas allé par quatre chemins, quand Jo lui dit qu'il est temps, il ne tente même pas de se défendre. La chasseuse, brise la vitre et fait disparaître le cercle de sel avec le vent, elle allume ensuite le gaz, et cherche le briquet de Dean.

Sam réussit a retrouver Osiris, qui allait s'attaquer à sa nouvelle victime. Il réussit à le tuer et à s'en débarrasser pour quelques siècles. Jo lâche donc le briquet de Dean et l'épargne. Elle carresse la joue de son ami et s'en va pour de bon.

Sam demande si Jo n'a pas souffert, mais Dean lui affirme que non, et qu'il l'a même trouvé plus heureuse qu'avant. Dean avoue à son frère qu'il aurait pu faire un excellent avocat, il reste impressionné. Sam lui demande alors qui aurait pu être le troisième témoin, mais son grand frère lui ment et lui dit qu'il n'en sait rien. Mais autre chose chiffonne Dean, il sait qu'il se sent coupable, mais il ne comprend pas pourquoi Sammy a échapper au procès. Sam lui avoue ne plus ressentir aucune culpabilité depuis l'enfer, bien qu'il entend encore Lucifer, il se sent plutôt bien, et pense avoir payé sa dette. Il n'a plus a se sentir coupable avec tout ce qu'il a vécut. Dean ne sait pas trop comment le prendre, mais son petit frère lui dit qu'il s'y fera. Les Winchester remontent alors en voiture et s'en vont ...

 

Ecrit par Bibou.

*****OSIRIS****

 

PRECEDEMMENT :

 

SAM : J’ai du mal à différencier ce qui est réel de ce qui ne l’est pas.

 

LUCIFER : Tu n’es jamais parti Sam, tu es toujours dans la cage, avec moi.

 

DEAN : Laisse-moi voir ta main. J’étais avec toi quand tu t’es coupé, c’est moi qui t’aies fait les points, ça c’est réel !

 

SAM : Je suis un monstre de première catégorie mais j’arrive à vivre avec.

 

SAM : Y avait une affaire en ville.

DEAN : Où est le corps ?

SAM : Je l’ai épargnée.

DEAN : Pourquoi ?

AMY (AMIE DE SAM) : Tu me connais très bien, tu sais qui je suis vraiment.

DEAN : Elle fait victime sur victime ce qui veut dire qu’on doit l’éliminer.

SAM : Elle a tué sa propre mère… pour me sauver la vie !

DEAN : Désolé mais c’est aussi simple que ça.

SAM : Elle ne le fera plus. Aies confiance en moi… Écoute, Dean s’il te plaît.

DEAN : Entendu.

 

DEAN : Ce que tu es ne changera jamais, tu tueras à nouveau. (Dean lui plante un couteau dans l’estomac) Je suis désolé.

 

MAINTENANT :

 

Dearborn, Michigan.

 

Un homme poursuivi par une voiture court sur la chaussée. Il échappe à la voiture de justesse en se réfugiant dans une allée. L’homme reprend son souffle, regarde derrière lui et constate que personne ne l’a suivi. Il se retourne ensuite de l’autre côté et voit la voiture. Le moteur vrombit, les phares sont allumés.

HOMME : Non c’est pas possible !

La voiture accélère vers l’homme qui tente de fuir. Il se retrouve une fois de plus sur la chaussée et zigzague pour que la voiture perde son élan. Il se met à courir sur le trottoir mais la voiture monte dessus et le poursuit. L’homme se réfugie dans un bâtiment, monte des escaliers et rentre dans ce qu’on pense être son appartement, étant donné qu’il en a les clés. Il reprend son souffle une fois de plus en s’appuyant contre le mur.

HOMME : Ouais…. Ouais…

Son souffle est froid et fait de la vapeur. On entend un vrombissement de voiture. L’homme se retourne et voit la voiture dans son appartement. Elle accélère et l’écrase contre le mur.

HOMME (crie) : NOOOON ! Aaah !

 

GENERIQUE

 

Sam et Dean arrivent près d’une scène de crime et descendent de l’Impala, en costume-cravate.

 

VOIX BRUMEUSE DE LUCIFER DANS LA TETE DE SAM : Sam… (Sam appuie sur la blessure de sa main pour faire taire Lucifer)

DEAN : Ça craint pas, tu crois ?

SAM (après une courte pause car il pensait encore à Lucifer) : Quoi ?

DEAN : D’enquêter sur une affaire normale.

Sam soupire et les deux frères se dirigent vers la scène de crime.

SAM : Bobby nous appellera si y a du neuf côté Léviathans. Et puis, reconnais-le, tu meurs d’envie d’être sur cette affaire. Les flics avaient l’air sidéré à la radio.

DEAN : Oui, c’est vrai t’as raison. Ça va nous faire du bien, on reprend nos vieilles habitudes. Et… (les frères montrent leurs fausses cartes d’agent du FBI au policier chargé de garder le public derrière la bande jaune DO NOT CROSS) t’as l’air en forme ! (Ils passent sous la bande jaune et rangent leurs insignes)

SAM : C’est le cas, je vais bien et au fait j’oubliais (ils s’arrêtent de marcher) : il faut que j’te remercie.

DEAN : Ah bon, pourquoi ?

SAM : Amy... Tu voulais pas la laisser mais c’était la meilleure chose à faire. Alors merci.

DEAN (acquiesce sans se trahir) : Pas de problème. (Sam s’en va et Dean hésite avant de le suivre, il semble se sentir coupable de mentir à son frère)

 

DANS L’APPARTEMENT :

Un agent de police laisse entrer les deux frères dans l’appartement après avoir vu leurs badges.

HOMME (aux Winchester): Bienvenue à Dingoville, population : 1 homme réduit en bouillie.

SAM : On sait qui c’était ?

HOMME (relis ses notes) : Matthew Hammond. Apparemment, il s’est fait écraser..

DEAN (acquiesce de la tête) : Par quoi ?

HOMME : Si on n’était pas au dixième étage, je dirais : par une voiture.

Sam et Dean sont perplexes. Ils se rendent dans la pièce où le meurtre a été commis.

AGENT DU CSI (DANS LE FOND) : (s’adresse à un policier) Ca y est ? Très bien. Toi, reste ici dans le couloir.

SAM (sort son détecteur à activité surnaturelle) : Le détecteur s’affole… ce serait une sorte de fantôme ?

DEAN : Quoi ? Avec un permis ? (sourit) Un permis de tuer alors !

SAM (toujours perplexe): Très drôle, James…

Dean arrête de sourire quand il voit qu’il n’amuse pas Sam. Ils voient quelque chose qui ressemble à de la terre sur la moquette. Sam se penche pour regarder de plus près.

DEAN : Qu’est-ce que c’est ?

SAM : Je sais pas, on dirait une sorte de… de poudre.

DEAN : Du soufre ?

SAM : Non, c’est seulement de la terre.

SAM : Ce serait une affaire à la Christine ?

DEAN : Peut-être, mais les voitures possédées ne montent pas les escaliers. C’est forcément spectral. (Dean saisit une pièce d’un fourre-tout) Regarde ça : une médaille des alcooliques anonymes ! Mort et sobre, (il lance la médaille à Sam) la double peine.

SAM (avec des papiers dans les mains) : Il y a, hum, y a une dépense qui revient régulièrement. 50 dollars dans un endroit appelé « Chez Jane ». Bon, (se racle la gorge) bravo pour ton abstinence (relance la médaille à Dean), moi j’vais essayer de trouver Chez Jane.

DEAN : J’ai renoncé aux alcooliques anonymes pour le Carême !

SAM (sourit en comprenant que son frère essaie de lui piquer son endroit où il allait mener l’enquête) : Mais on n’est pas catholiques.

DEAN : Faut toujours que tu chipotes…  (il repose la médaille) Ces réunions me donnent la chair de poule. (il s’avance vers Sam)

SAM : ouais, c’est vrai que ça fout les jetons.

DEAN (avec un air dégouté) : t’y vas ?

SAM : Entendu. J’vais à la réunion et toi tu trouves Jane. (Dean saisit les papiers que Sam avait dans la main).

 

DEVANT LE DEARBORN OUTREACH CENTER

FEMME : Matt était quelqu’un de gentil, même s’il était assez torturé. Il a rejoint notre groupe mais il semblait avoir pas mal de problèmes.

SAM : De quelle sorte à votre avis ? Familiaux ? Sentimentaux ?

FEMME (fait non de la tête) : Je ne sais pas, il était très discret à ce sujet. Cela dit, quelque chose le tracassait la dernière fois que je l’ai vu. Il a failli replonger…

SAM : Quand ?

FEMME : Juste avant de mourir, il était mal, il m’a appelé du Neal’s Tavern et il m’a dit qu’il était à deux doigts de boire alors je suis allée le retrouver pour le dissuader de faire une bêtise.

SAM : Vous saviez pourquoi ?

FEMME : Comme je vous l’ai dit, il gardait tout pour lui.

Sam acquiesce.

 

Dean entre chez un fleuriste et rentre dans une jolie fille blonde.

DEAN : Oh, bonjour (il lui sourit et elle le lui rend) (la fille s’en va)

VENDEUSE : Vous désirez ?

DEAN : Ah, euh oui, j’aurais… (sort son badge de sa veste et le montre) quelques questions à vous poser sur l’un de vos clients, un certain Matthew Hammond.

VENDEUSE : Oui bien sûr. Y a pas de problème j’espère ?

DEAN : Malheureusement, monsieur Hammond nous a quitté.

VENDEUSE : (elle acquiesce puis baisse le regard) Oh… Tout s’explique alors.

DEAN : Qu’est-ce qui s’explique ?

VENDEUSE : Il est venu à la boutique il y a environ deux jours, il m’a payé trois ans d’avance pour que sa livraison mensuelle continue.

DEAN : Et les fleurs vous les envoyez où ?

VENDEUSE : A une certaine (réfléchit rapidement) Elizabeth Duren.

DEAN : Est-ce que par hasard ça vous ennuierait de me noter l’adresse de cette Elizabeth ? J’aimerai lui rendre visite.

La vendeuse lance un regard agacé à Dean.

 

Scène de nuit dans un cimetière. Des torches illuminent les tombes. Ce sont les Winchester. Ils s’arrêtent sur une stèle.

DEAN : On y est. Je te présente Elizabeth Duren. (sur la tombe est inscrit : ELIZABETH DUREN 1991 – 2001 OUR ANGEL IS IN HEAVEN)

SAM : Morte à neuf ans… Et c’était qui ?

DEAN : Aucune idée. On y réfléchira au motel ? (Dean s’en va et Sam regarde un peu plus longuement la tombe avant de le suivre)

 

Dans la chambre de motel. Sam est sur son ordinateur.

SAM : Elizabeth Duren, tuée il y a dix ans par un voisin qui sortait sa voiture de son allée et qui n’a pas vu son vélo. Il n’a pas été inculpé, l’enquête à conclu à un accident.

DEAN : Laisse-moi deviner : le voisin c’est notre macchabée du dixième ?

Sam acquiesce.

SAM : C’est pour ça qu’il s’en voulait. Il envoyait des fleurs, tous les mois.

DEAN : Il devait avoir un bon coup dans le nez quand il a écrasé la petite fille. (Dean prend une gorgée de bière)

SAM : Ouais… Enfin bref (il ferme son ordinateur portable). Maintenant qu’on a une piste sur l’identité de notre Ghost Rider, on peut y aller.

DEAN : Où ça ?

SAM : (se lève) Brûler ses os. Pour qu’elle repose en paix.

DEAN : (soupire et lance sarcastiquement :) Qu’est-ce qu’on s’éclate, c’est super.  (il boit une autre gorgée de sa bière)

 

Scène de nuit, les Winchester creusent une tombe, salent un corps, l’aspergent d’essence et y lancent un briquet. La tombe s’enflamme.

 

Parallèlement, un chien court à toute allure sur un trottoir de ville. Il s’avère qu’il court après un homme. Celui-ci se réfugie dans un restaurant qu’il ferme à clé. Le chien aboie et se rue contre la porte vitrée. L’homme est effrayé.

HOMME : (crie aux clients du restaurant) Le laissez pas m’approcher !

Les clients et les serveuses sont surpris. Ils n’ont pas l’air de voir le chien qui a soudainement disparu du devant de la porte.

L’homme se réfugie dans les toilettes pour hommes et la ferme à clé.

HOMME : (à lui-même et essoufflé) Tout va bien. (compose un numéro sur son téléphone et appelle)

AU TELEPHONE : Police secours, quelle est la nature de votre appel ?

HOMME : J’ai besoin d’aide ! Y a un chien qui essaie de m’attraper !

AU TELEPHONE : Quelle est votre adresse ?

HOMME : J’en sais rien ! Je suis dans un restaurant. Attendez… (l’homme entend le soufflement d’un chien derrière lui. Il se retourne et se retrouve face au chien.)

AU TELEPHONE : Monsieur ? (l’homme se déconfit) Monsieur ?? Allô ?? Vous êtes toujours là monsieur ? (le chien incline sa tête puis grogne et aboie en direction de l’homme)

HOMME : (crie) NON !

Le chien saute sur l’homme et après un cri, une giclée de sang éclabousse les murs et le miroir des toilettes.

AU TELEPHONE : Monsieur, calmez-vous s’il vous plait. On va vous envoyer une ambulance mais j’ai besoin de savoir où vous vous trouvez. (l’homme est allongé sur le sol, mort) Monsieur ? Monsieur ?

 

Dans la chambre de motel. Dean et Sam rentre. Ce dernier a en main un journal qu’il lit et un café.

DEAN : (soupire) Ah j’en ai plein les bottes. Tu peux te doucher le premier.

SAM : (lisant le journal) Écoute ça : un habitant du coin, Christopher Fisher, s’est fait découper en morceaux par un animal sauvage hier soir. (les deux frères se sont assis, Dean sur un des lits et Sam sur une chaise près de la table)

DEAN : On n’est vraiment plus en sécurité nulle part… (il enlève sa veste et s’allonge sur le lit, exténué)

SAM : Il était dans les toilettes d’un restaurant

DEAN : (se relève) Je te l’accorde, ça a l’air bizarre.

SAM : Et apparemment, aucun client n’a vu quoique ce soit. Le type a appelé Police Secours et il s’est plaint d’un chien, mais l’opératrice n’a rien entendu. (Dean boit du café et Sam passe sur son ordinateur) Dis-donc il avait un lourd passé avec les chiens…

DEAN : C’est-à-dire ?

SAM : (continue de lire sur son écran) Il s’était fait arrêté il y a cinq ans pour organiser des combats de chiens.

DEAN : La classe… (Sam acquiesce) Ca veut dire quoi ? Qu’il avait maltraité tellement de chiens qu’au bout d’un moment, un rottweiler est revenu d’entre les morts pour se venger ? (Sam fait signe qu’il ne sait pas tandis que Dean va s’asseoir en face de Sam.) Attends une seconde, les chiens ont des fantômes, c’est nouveau ?

SAM : Ce serait une première.

DEAN : Ouais c’est bizarre : un chien fantôme… ?

SAM : Ce serait pas plus bizarre qu’une voiture fantôme.

DEAN : J’ai peut-être l’explication : le chien s’est vengé d’un mec qui l’a maltraité, après tout je suis pas en mesure de juger mais il l’avait bien cherché.

SAM : Ouais, possible. (après une courte pause lisant son écran) Mais peut-être pas : il a été arrêté, a été mis en liberté surveillée et a fait du bénévolat dans un refuge pour chiens.

DEAN : On l’a forcé à en faire.

SAM : Oui au début mais il a continué à y aller sans y être obligé. On dirait qu’il y avait pris goût. Il a récolté pas mal de fonds pour le refuge. (Sam tourne son écran vers Dean où l’on voit un article illustré d’une photo de la victime posant avec un chien) On peut tous changer.

DEAN : Dis ça au chien fantôme. (Il se lève, baille et semble avoir mal au dos)

SAM : (range son ordinateur) Prépare-toi, on va jeter un œil au corps !

DEAN : (air agacé et fatigué) Quoi ?

SAM : Quoi ?

DEAN : Quoi « quoi ?» ?

SAM : Rien… (les deux frères se regardent dubitativement) Ca va, toi ?

DEAN : Une pêche d’enfer… Allons-y gaiement.

 

Scène d’extérieur. Dean attend assis sur le capot de la voiture. Sam sort d’un bâtiment et le rejoint.

SAM : Alors, devine ce que j’ai trouvé. De la terre rouge sous ses ongles et ses chaussures.

DEAN : Comme celle retrouvée chez le type de l’accident de voiture ?

SAM : Ouais, ça doit être un endroit de la région où ils sont allés tous les deux.

 

Fondu de la scène sur l’Impala qui roule en campagne et passe devant une grange.

DEAN : Une pommeraie ?

SAM : Ouais…

 

A l’intérieur de la voiture :

SAM : …apparemment les arbres qui poussent dans cette terre rouge donnent de supers pommes.

DEAN : Je trouverai ça carrément intéressant si je bouffais des pommes.

SAM : (air narquois) Mh… La ferme qu’on recherche est abandonnée, elle se trouve sur une parcelle d’une cinquantaine d’hectares.

DEAN : Une cinquantaine d’hectares ?? (Sam acquiesce) On va mettre un an pour la trouver ! (Sam acquiesce et tout à coup un homme surgit sur la route et se place devant la voiture. Dean freine et s’arrête de justesse.)

 

Les frères descendent de la voiture, au milieu de la route.

SAM : Excusez-nous ! Vous n’avez rien ?

DEAN : Hé, c’est lui qui s’est jeté sous nos roues. (L’homme, la cinquantaine, a l’air essoufflé)

SAM : Monsieur, vous avez besoin d’aide ? (l’homme respire difficilement)

DEAN : D’accord, et si on vous emmenait ailleurs avant que vous vous fassiez écraser par une voiture ?

HOMME : Oui… (l’homme regarde autour de lui avant de se diriger vers la banquette arrière)

 

Au motel, Sam, Dean et l’homme nommé Warren.

SAM : Warren, détendez-vous une minute et dites nous ce qu’il vous arrive. (Sam lui tend un verre d’eau)

WARREN : Je vois bien que vous essayez de m’aider mais vous ne pouvez rien faire pour moi. Ni vous, ni personne.

DEAN : Et pourquoi ?

WARREN : Parce que c’est impossible… et vous ne me croiriez pas.

DEAN : (sarcastique) Vous seriez étonné…

WARREN : (après une pause) Je suis passé en jugement, j’étais condamné à mort.

DEAN : De quoi on vous accuse ?

WARREN : D’avoir braqué une épicerie.  J’ai tué le gérant et sa femme (Sam se raidit) J’ai pas réfléchi, j’étais jeune.

DEAN : Jeune ? C’est arrivé quand ?

WARREN : En 1981.

DEAN : Et le jugement n’a lieu qu’aujourd’hui ?

WARREN : Non, je viens juste de sortir de prison.

DEAN : (en se levant) Plus vous parlez et plus vous nous embrouillez la tête !

SAM : (se lève en tentant d’empêcher Dean de mettre Warren à la porte et s’adresse à ce dernier) S’il vous plait, continuez.

WARREN : J’ai fait trente ans de taule et on m’a mis en liberté surveillée, si on peut appeler ça une liberté.  J’y pense tous les jours.

SAM : Et vous essayez d’échapper à quoi ?

WARREN : Je vous l’ai déjà dit : à mon procès ! Tout ce que je sais c’est que j’étais assis dans un bar et que l’instant d’après je me suis retrouvé comme par magie dans un tribunal.

DEAN : Un tribunal ? Comme un… enfin, comme un véritable tribunal ?

WARREN : Non, pas tout à fait, il y avait un juge, c’était complètement surréaliste… c’était dans une grange.

SAM : Une grange dans la pommeraie ?

WARREN : Ouais ! (les deux frères se regardent)

SAM : Et ce bar où vous avez été enlevé ?

WARREN : Le Niel’s Tavern.

SAM : (à Dean) Le bar où Matthew Hammond se trouvait avant son… son accident de voiture. Tu crois que le mec au chien y est allé ? (Dean hausse les épaules puis Sam s’adresse à Warren) Vous auriez autre chose à nous dire ?

WARREN : Alors vous me croyez ? (pause) Vous êtes qui au juste ?

SAM : On est… des spécialistes de l’irréel. Alors, ce juge, comment il s’appelle ?

WARREN : J’en sais rien ! Y avait des tas de symboles bizarres…

SAM : Des symboles ? Vous en avez un en tête ? (Warren hoche la tête) Dessinez-le moi. (Sam lui tend une feuille de papier)

DEAN : (à Warren) Excusez-nous une seconde. (à Sam) Je peux te parler ?

 

Scène d’extérieur. Devant le motel.

SAM : Qu’est-ce qu’il y a ?

DEAN : « Qu’est-ce qu’il y a ? » ? Mais Sam, c’est une blague ? On parle d’un chauffeur ivre, d’un mec qui maltraitait des chiens et d’un meurtrier !

SAM : Et alors ?

DEAN : « Et alors ? » ? Je- Je me demande si j’ai envie d’aider ces fils de putes ! Je suis presque content que les fantômes aient pu venger les victimes !

SAM : T’as dit toi-même qu’on n’était pas en mesure de les juger.

DEAN : Oui c’est vrai, je l’ai dit sauf que j’y crois pas une seule minute. (Sam soupire) On passe son temps à se juger les uns les autres et moi je peux pas ignorer ce que ce type a fait !

SAM : On n’a tué du monde. Plus que deux personnes.

DEAN : Oui et quand ces fantômes décideront de me botter le cul, ils auront de quoi se mettre sous la dent.

SAM : Ca veut dire quoi ? Que tu veux plus travailler sur cette affaire ?

DEAN : (hésitant) C’est pas ce que je dis… Simplement j’aimerai bien qu’un jour nos affaires soient simples et sans prises de tête. (Sam soupire)

SAM : Je vais retourner là-bas et essayer de trouver cette fameuse grange. Tu viens ?

DEAN : Moi je vais inspecter le bar. (Dean commence à s’en aller)

SAM : (en colère) Pour bosser ou boire ?

DEAN : (se retourne, sarcastique) Je sais pas encore ! (Fait un grand sourire à Sam avant de s’en aller)

 

Dans la chambre de motel, Sam entre.

WARREN : Qu’est-ce qu’il y a ? Il est parti où ?

SAM : (ferme la porte) Euh… vous en faites pas. Est-ce que on pourrait aller à la ferme ?

WARREN : Non non non, je veux pas retourner là-bas.

SAM : J’ai besoin de vous pour trouver cette grange !

WARREN : Elle est rouge. Vous pouvez pas la rater. Non non non, j’y retournerai pas ! Elles sont là-bas !

SAM : Qui ça ?

WARREN : Ben les personnes que j’ai tuées ! C’est trop… non. NON !

SAM : Écoutez, avec moi vous serez en sécurité !

WARREN : (hésite un instant) Non…

SAM : D’accord. (arrache la feuille des mains de Warren) Très bien

 

Sam trace un cercle de sel autour d’un fauteuil dans lequel Warren est assis.

SAM : Je veux que vous restiez à l’intérieur de ce cercle jusqu’à mon retour. D’accord ? Ca va vous protéger.

WARREN : (air perplexe) Comment ?

SAM : Ayez confiance en moi, je suis en train de vous aider. (Sam allume la télé et lance la télécommande à Warren) Vous restez dans le cercle. (Sam compose un numéro de téléphone) Bobby ? Salut, c’est moi. Je voudrais que tu fasses des recherches sur un des symboles que je vais t’envoyer (il ouvre la porte et sort puis s’adresse à Warren en chuchotant) Restez dans le cercle ! (Il ferme la porte)

 

Au bar. Des gens jouent au billard, un homme avec une casquette bouscule Dean sur son passage.

DEAN : (à l’homme) T’excuse pas surtout. (L’homme ne répond rien) Home sweet home… (il s’assoit au bar et la barmaid l’aborde)

BARMAID : Salut.

DEAN : Ah, (souriant) maintenant je sais pourquoi tout le monde vient ici.

BARMAID : (souriante) Qu’est-ce que ce sera ?

DEAN : Un scotch avec de la glace. Non finalement, je vais prendre un double sans glace. (la barmaid acquiesce et le sert) A propos, vous bossez aussi la nuit ?

BARMAID : Pourquoi ? Vous comptez venir régulièrement ici ?

DEAN : (rit) Non j’ai seulement quelques questions. Croyez-le ou non mais je suis flic.

BARMAID : Mais je vous crois. Vous avez une tête à avoir vu des horreurs. (Dean acquiesce) Désolée, j’étais en repos toute la semaine mais Frank revient demain.

DEAN : D’accord. (boit son verre) J’en veux bien un autre.

BARMAID : Des problèmes sentimentaux ou de boulot ? Enchainer deux doubles c’est pas raisonnable. Au fait, moi c’est Mia.

DEAN : Eh bien Mia, elle est très compliquée cette question. Au fait, moi c’est Dean.

MIA : Eh bien Dean vous avez de la chance, je suis comme un psy prisonnier avec de l’alcool à volonté. Videz votre sac.

DEAN : (rit) Vous aimez écouter les problèmes des gens ?

MIA : Disons que je suis curieuse. (elle pose un verre en face d’elle) Ca dépend du client (elle remplit son verre et celui de Dean)

DEAN : Un problème de boulot, puisque vous demandez. Vous avez déjà… vous avez déjà fait quelque chose dans le dos de quelqu’un parce qu’il le fallait ?

MIA : Et vous vous sentez mal ? (il ne nie pas) Dean, si vous dites qu’il le fallait, pourquoi vous culpabilisez ? C’est ridicule. (il trinquent et boivent)

DEAN : Un conseil : ne me lancez pas sur cette voie autrement on risque d’en avoir pour des heures. (il fait signe à Mia de lui remplir son verre alors que celui de Mia est encore à moitié plein)

MIA : Vous devriez ralentir la cadence.

DEAN : Les pourboires augmentent avec l’alcool.

MIA : Je termine dans une heure. Ce serait bête de ne pas être à la hauteur…

DEAN : (Mia arrête la bouteille juste avant d’avoir pu en mettre dans le verre de Dean) Alors je vais passer à la bière.

MIA : Sage décision.

 

Scène de nuit, Sam descend de l’Impala. Il se trouve devant une grange rouge. Il entre dans celle-ci armé d’un petit calibre et d’une lampe torche. Il ouvre une deuxième porte à l’intérieur de la grange qui renferme un tracteur seul. Il se penche pour examiner la terre au sol : c’est la même que sur les victimes. Son téléphone sonne et il répond.

SAM : Ouais Bobby, je t’écoute.

BOBBY : (chez lui) Ces formules en pattes de mouches c’est clairement de l’Égyptien, le livre des morts.

SAM : (dans la grange) C’est plutôt une bonne nouvelle alors.

BOBBY : (chez lui) Pas vraiment. Il est fait état du Dieu Osiris, un Dieu du genre très autoritaire. Quand il met le grappin sur quelqu’un, il devient son juge, juré et bourreau. (dans le combiné :) D’après la légende il sait directement lire dans le cœur des Hommes. (chez lui :) Il en mesure la culpabilité et s’il en découvre la moindre trace, boum, c’est terminé.

SAM : (dans la grange) Qu’est-ce qu’il fabrique à Dearborn ?

BOBBY : (chez lui) D’après ce que j’ai lu, il apparaît à un endroit, il juge les gens qu’il a choisi de juger et il repart comme il est venu. C’est tout ce que j’ai jusque là. (dans le combiné) Tu sais ce que ça veut dire ?

SAM : (dans la grange) Ouais. Qu’il faut le trouver avant qu’il disparaisse.

BOBBY : (chez lui) Mais non sombre crétin. Ca veut dire que Dean et toi devez tout de suite vous tirer de là ! (dans le combiné) Ce type vise directement les gens rongés par la culpabilité. (chez lui) Et ça ducon, ça te fait penser à personne ?

 

Scène à l’extérieur du bar. Dean attend la barmaid dans le froid.

DEAN : (à lui-même) Ca fait un petit bout de temps mais t’inquiète pas, tu vas assurer. C’est comme le vélo, même sans pratique ça s’oublie pas. Tu es Dean Winchester. C’est ta spécialité.

Son téléphone sonne et il décroche. A ce moment là on ne voit plus que son ombre sur le mur. La main d’un bras l’attrape par le col et le traine dans la nuit. Son téléphone tombe à terre.

 

Scène à l’extérieur de la grange.

SAM : (au téléphone) C’est le treizième message que je te laisse, j’espère que t’es pas bourré ! Appelle-moi c’est super important. (son téléphone re-sonne) Dean ! C’est pas trop tôt j’allais-

MIA : (avec le téléphone de Dean) Allô ?

SAM : C’est qui ?

MIA : J’ai ramassé le téléphone sur le sol, ça fait 10 minutes qu’il sonne, je me suis décidée à décrocher. Je- j’attends Dean, c’est son téléphone ?

SAM : Oui.

MIA : C’est bizarre, il était censé me retrouver ici.

SAM : Vous êtes où ? J’arrive tout de suite !

 

Scène dans le motel. Warren est dans le canapé entouré de sel et regarde la télé. Tout à coup la télé est pleine de parasites. Les lumières vacillent.

WARREN : Sam ?!!

Son souffle devient glacé, les ampoules explosent. Il se lève et son pied détruit accidentellement le cercle de sel. Il s’enfuit de la chambre et court dans le couloir du motel. Lorsqu’il arrive à un escalier, il trouve deux cadavres, un homme et une femme, le regardant fixement. Il rebrousse chemin et retrouve ces mêmes cadavres bloquant le couloir.

WARREN : Non, pitié ! Je suis désolé ! (les spectres s’avancent vers lui) Je vous en conjure !

HOMME SPECTRE : (pointant un revolver vers Warren) Tu nous a tué ! (le spectre tire avant de disparaître avec sa femme)

 

Devant le bar, Sam et Mia.

MIA : Je vous le rend. (Sam prend le téléphone et examine son contenu) J’espère qu’il ne lui est rien arrivé.

SAM : Vous l’avez trouvé où exactement ?

MIA : (regarde au sol) Euh… (pointe une direction) de ce côté.

SAM : (referme le téléphone) Merci. (il s’avance vers l’endroit indiqué et y découvre la même terre rouge).

 

Devant la grange rouge. Sam est armé d’un fusil de gros calibre. Il regarde à l’intérieur avant d’entrer. Tout est calme.

 

Dans une pièce éclairée par une unique fenêtre, un siège d’or est installé. Il y a également de grandes statues de divinités Égyptiennes devant lesquelles gisent des bols enflammés. Dean est enchainé à une chaise devant une table.

DEAN : (à lui-même) Sans déconner Warren, y a que les symboles qui vous ont sauté aux yeux ?! (il essaye de se défaire de ses chaines en bougeant, sans succès)

OSIRIS : (à présent dans le siège d’or et muni d’un sceptre) Arrêtez de vous torturer monsieur Winchester ! Même Houdini ne pourrait pas défaire ces chaines ! Si on parlait de vos chefs d’accusation ?

DEAN : (ton de reproche) Je préférerai qu’on parle de vos coups en traitre à la sortie du bar ! Vous êtes pas capables de vous en prendre à quelqu’un de sobre ?

OSIRIS : Vous avez bien discuté avec cette serveuse, il suffit de vous donner quelques verres pour que votre culpabilité remonte à la surface.

DEAN : C’est pas bien d’écouter les conversations…

OSIRIS : En parlant de ça, vous comptez vous cacher toute la soirée Sam ? (Dean regarde derrière lui et Sam ouvre la porte) Sam ?

OSIRIS : Bravo ! Vous nous avez trouvé ! Je présume que vous savez également qui je suis !

SAM : Ouais.

DEAN : (à Sam) Ca t’ennuierait de me mettre au parfum ?

SAM :  Osiris. Le Dieu Égyptien en personne.

OSIRIS : (ouvre les mains) Tarda ! (Dean a l’air exaspéré et Osiris s’adresse à Sam) Vous pouvez retourner à vos occupations.

SAM : Écoutez, si quelqu’un doit se faire juger ici, c’est moi.

OSIRIS : C’est à moi d’en décider, maintenant allez-vous en.

SAM : Mais… il a bien droit à un avocat, non ? (Osiris pousse un petit cri d’étonnement) Laissez-moi le défendre s’il vous plait.

OSIRIS : Ce n’est pas très habituel.

SAM : Vous ne souhaitez pas respecter ses droits ?

OSIRIS : (après un instant de doute) Pourquoi pas ?

DEAN : (alors que Sam se place à son côté) Sam, t’étais pas avocat que je sache.

SAM : J’ai fait du droit à l’université.

DEAN : Oui mais t’étais nul !

OSIRIS : Très bien, nous allons pouvoir commencer ! (frappe trois fois sur le sol avec son sceptre) La liste des témoins à convoquer est… infinie !

SAM : Objection !

OSIRIS : Vous n’allez pas me laisser terminer, Sam ?

SAM : Non ! C’est pas juste !

OSIRIS : Ha ! « Pas juste » ? (sarcastique) Je suis désolé ! (d’un ton ferme) On continue. Je vais simplifier, ça vaut mieux. (il montre trois doigts) Trois témoins.

SAM : Objection !

OSIRIS : Pour quel motif ?

SAM : Le témoin est appelé sans avertissement préalable.

DEAN : (avec une petite voix) Ah c’est bien ça !

SAM : (à Dean) J’ai vu ça dans The Good Wife.

OSIRIS: En effet, très bonne objection… Rejetée !

SAM : Quoi ? Pourquoi ?

OSIRIS : (sarcastique) C’est le juge qui décide ! A présent, ne faites plus aucune objection ou je vous condamne pour outrage à la cour. En d’autres termes : je vous tue. Alors je vous conseille de me laisser poursuivre tranquillement. L’accusation appelle… Joanna Beth Harvelle à la barre. (les deux frères sont estomaqués lorsque le spectre de Jo apparaît)

DEAN : Jo… ?

JO : Dean. Sam. (sourit) Ca faisait un bail.

OSIRIS : (lui fait signe de s’avancer à la barre et poursuit une fois qu’elle s’installe) Veuillez décliner votre identité.

JO : Jo Harvelle.

OSIRIS : Pouvez-vous nous dire de quelle nature étaient vos rapports avec Dean Winchester ?

JO : On a travaillé ensemble. (Dean a un flashback de leur première rencontre dans le Roadhouse, de l’affaire dans laquelle ils l’ont aidée, de leurs disputes)

OSIRIS : N’est-il pas exact que vous aviez de l’admiration pour lui ?

JO : Oui, en tant que chasseur, c’est vrai. Mais en tant que mec, c’est un crétin. (Dean acquiesce péniblement)

OSIRIS : Ca veux dire que vous le considériez comme une sorte de mentor ?

JO : Ce n’est pas le mot que j’utiliserais.

OSIRIS : Quel mot vous utiliseriez ?

JO : Je ne sais pas. Je lui faisais confiance aveuglément alors si vous voulez me faire dire que c’était un sale type, je risque de vous décevoir.

OSIRIS : Et c’était dur ?

JO : (énervée) De quoi ?

OSIRIS : De travailler avec lui. Étant donné ce que vous ressentiez…

JO : Non. Qu’est-ce que je ressentais ?

OSIRIS : Il n’y a rien que vous n’auriez pas fait pour lui, vous l’auriez suivi dans n’importe quelle bataille.

JO : Je sais où vous voulez en venir et c’est du pipeau.

OSIRIS : Alors Dean n’a rien à voir avec votre première affaire, avec celle où tout a commencé ? (Dean se rappelle avoir donné un couteau à Jo, d’avoir enfoncé un mur pour l’en faire sortir)

JO : C’est pas ce que vous croyez…

OSIRIS : C’est sans aucun sentiment ? (insistant) Aucun à son égard ? Vous auriez suivi exactement le même parcours ? (pause) Vous auriez fini dans cette quincaillerie, le détonateur en main…

DEAN : Vous êtes un petit marrant, vous, dans votre genre. Vous lui mettez les mots dans la bouche. OSIRIS : (fait un signe et Dean ne peux tout à coup plus décoller ses lèvres) (à Sam :) Surveillez votre client, Maître… ou je lui retire la langue. (il défait le sort qu’il vient de jeter à Dean) Le témoin est à vous.

SAM : (se lève) Jo. (elle acquiesce) Alors… ton père était dans notre branche ?

JO : Oui, il était chasseur.

SAM : Et quels étaient vos rapports ?

JO : Il étaient bons. En fait…

SAM : Tu l’idolâtrais ?

JO : Plus ou moins, oui.

SAM : Alors pourquoi te mettre à chasser ? Pour impressionner un crétin beau-parleur que tu venais de rencontrer (Dean est offensé) ou pour suivre les pas de ton père ?

JO : (comprend où Sam veut en venir et sourit) A cause de mon père. (à Osiris) Sans hésitation. (à Dean) Dean, je veux que tu saches que-

OSIRIS : (la fait disparaître) Ca ira. (les deux frères sont sans voix) Je vous laisse du temps pour établir une stratégie. (Il regarde Dean qui est dépité) Et ensuite je fais appel à mon témoin suivant.

 

Sam s’assoit à côté de Dean.

SAM : D’accord, qui est le témoin suivant ? Il t’as regardé comme si tu savais…

DEAN : Mais j’en sais rien moi. C’est pas un procès son truc, c’est un épisode du Muppet Show.

OSIRIS : Témoin suivant ! L’accusation appelle à la barre Sam Winchester. (il lui fait signe de s’installer) Sam. Votre vie n’est pas tout à fait celle dont vous rêviez, n’est-ce pas ?

SAM : (hoche la tête sans conviction) Y a peut-être quelques différences.

OSIRIS : Vous vous apprêtiez à devenir un vrai avocat et à épouser Jessica.

SAM : Oui mais c’était il y a tellement longtemps.

OSIRIS : Mais étiez-vous heureux avant l’affaire familiale, avant que Dean ne réapparaisse dans sa voiture de frimeur (Sam fait non de la tête) Ah ah ah ! Je veux la vérité !

SAM : (se rappelle lorsqu’il a embrassé Jessica la nuit d’Halloween 2005, l’affaire de la dame blanche avec son frère, Jessica qui s’embrase sur le plafond) C’est compliqué…

OSIRIS : On peut dire que son arrivée à eu un effet boule de neige. Il débarque et votre copine meurt.

SAM : C’était pas sa faute.

OSIRIS : Bien sûr ! Il n’a rien à voir avec ce qui s’est passé après ! Tous ces morts, tous ces bains de sang et tous ces évènements affreux ! Rien de tout cela n’est directement imputable à Dean… (Dean se rappelle des coups qu’il a donné à Sam, des morts qu’il a causées) Mais vous ne croyez pas que votre frère vous a forcé à replonger dans ce foutoir apocalyptique parce qu’il préférait vous condamner avec lui plutôt que de rester seul ?

SAM : (regarde l’air coupable qu’a soudain pris Dean et soupire) Non. J’aurais surement bien fini par y replonger.

OSIRIS : Vous êtes sûr ?

SAM : Presque sûr.

OSIRIS : (imite Sam) « Presque sûr ».

SAM : (énervé) Absolument sûr.

OSIRIS : (lève ses paumes) Ca va, je vous crois. Mais ce n’est pas moi qui ait besoin d’être convaincu. (Rit) Malheureusement.

SAM : Quoi ?

OSIRIS : Je n’ai pas le pouvoir de décider quoique ce soit, Sam. Je ne décide pas de sa culpabilité, tout ce que je fais c’est évaluer celle qui le ronge. Le sort de votre frère dépend uniquement de ce qu’il ressent… au plus profond de son âme. Je n’y peux pas grand-chose.

SAM : Attendez. Ca veux dire que si Dean se croit innocent, il sera acquitté ?

OSIRIS : Oui, seulement le chemin est long pour y arriver. Pourquoi je vous évoque le passé ? Pour voir s’il se sent au 36ème dessous en repensant à ses actes. (Dean lève les yeux, incrédule) Les gens veulent être jugés, ils le veulent vraiment ! Quand on a le cœur lourd, croyez-moi, le véritable châtiment est une miséricorde.

SAM : Je veux appeler Dean à la barre.

OSIRIS : Voyez-vous ça ! Y a un ordre de passage à respecter ! (Sam le regarde fixement) D’accord. Accordé. (Sam acquiesce) (Osiris claque des doigts et Dean est libéré de ses chaines)

 

Sam se trouve maintenant devant Dean.

SAM : Alors Dean. Quand tu m’as demandé de te rejoindre, est-ce que tu savais que Jess allait mourir ? Tu t’en doutais ?

DEAN : Bien sûr que non.

SAM : Eh oui, comment t’aurais su ? T’es pas voyant ? (pause) (s’adresse à Dean) Euh c’est une question.

DEAN : Euh non… Je suis pas voyant, ça c’est clair.

SAM : Parfait. Alors pourquoi te culpabiliser de ne pas pouvoir prédire l’avenir ?

DEAN : (essaie de jouer le jeu) T’as raison, c’est… n’importe quoi. En fait, (à Osiris) je ne me culpabilise pas pour ça.

SAM : Et Jo ? C’est toi qui l’aurai tuée ?

DEAN : Euh… non ?

SAM : Donc tu ne te sens pas coupable de sa mort ? Tu es juste… très triste qu’elle ne soit plus là, tu trouves ça… pas cool ?

DEAN : (hébété) Ah oui… c’est… c’est pas cool.

OSIRIS : (ricane) J’adore votre style. Très professionnel.

SAM : Dean. Tu crois sincèrement que tout ce qui s’est passé est de ta faute ?

DEAN : (articule difficilement) pas vraiment, non.

SAM : Es-tu rongé par la culpabilité ? Ou juste par le travail, et du coup ça serait pas ses affaires ?

DEAN : Pas le premier là, ce que t’as dis en deuxième.

SAM : Alors je n’ai plus de question.

OSIRIS : Félicitations. Bravo à tout les deux. Bon, parce que je me suis bien amusé, je vais être très généreux. Dean ? Souhaitez-vous que j’appelle mon dernier témoin ?

 

Flashback

Dean se rappelle avoir poignardé Amy, l’amie de Sam.

SAM : Tu voulais pas la laisser mais c’était la meilleure chose à faire.

Dean retire le poignard du corps d’Amy.

DEAN : Pas de problème.

Fin du flashback.

 

OSIRIS : Ou est-ce suffisant ? (Dean transpire et se sent mal)

SAM : Je peux savoir de quoi il s’agit, là ?

DEAN : Arrêtez de jouer les Ally McBeal, prononcez votre sentence !

SAM : Non mais attends qu’il nous donne plus de temps !

DEAN : Ca ne changera rien, Sam !

OSIRIS : J’attends encore un peu ou vous avez fini ? (après une pause il frappe trois fois par terre avec son sceptre. Dean est atterré. Osiris se lève.) Je vous déclare, Dean Winchester, coupable dans votre cœur et je vous condamne à mourir. Je vous conseille de rapidement mettre de l’ordre dans vos affaires.

 

Extérieur du motel. Un corps est transporté par les ambulances et des sirènes retentissent dans la rue. Les frères sortent de la voiture et observent la scène.

 

Ils entrent dans la chambre et voient le cercle de sel interrompu.

SAM : Rho ! Je lui avais dit de rester dans le cercle !

DEAN : Osiris l’aurait eu d’une manière ou d’une autre. Ce type gagne à tous les coups.

SAM : On a encore du temps, on va trouver une solution. (Dean ferme la porte)

 

Les plans des frères dans la chambres se succèdent. Sam tourne en rond, Dean est sur l’ordinateur, Dean se prend la tête entre les mains…

 

Le téléphone de Sam sonne.

SAM : (décroche) Bobby, t’as trouvé quelque chose ?

BOBBY : (roulant dans sa voiture) Le moyen d’envoyer Osiris dans les pâquerettes.

SAM : (soupire de soulagement) Parfait. Ca nous aiderait.

BOBBY : D’après ce que j’ai compris, ça devrait le mettre hors d’état de nuire pendant au moins deux ou trois siècles. Ca a déjà marché plusieurs fois depuis l’époque des pharaons.

SAM : Quoi, tu veux dire que c’est temporaire ?

BOBBY : Temporaire à long terme. On met un pansement sur la plaie et ce sera à un chasseur en habit de cosmonaute de gérer le problème. Tout ce que vous avez à faire c’est de le planter avec une corne de bélier.

SAM: Une corne de bélier ? Mais où je vais trouver une corne de bélier à Dearborn ?

BOBBY : Aucune idée. Mais assurez-vous qu’elle soit bien pointue. Il vous laissera pas le poignarder deux fois.

SAM : Ouais… Merci. (raccroche) Une corne de bélier… (il va pianoter sur son ordinateur tandis que Dean s’est servi un verre) Ah, apparemment, les rabbins soufflent dans une corne de bélier une fois par an.

DEAN : Et où tu comptes en trouver une à cette heure-ci ?

SAM : Euh, une synagogue ?

DEAN : Tu vas profaner un temple ? On touche le fond. (sourit et boit)

SAM : T’es condamné à mort. Arrête de déconner. Allez, (il se lève) tes clés, je reviens.

DEAN :  Ce trouduc va envoyer Jo me faire la peau, Sam.

SAM : T’es un chasseur, tu sais gérer les fantômes. (Dean baisse la tête et donne les clés de la voiture à Sam)

DEAN : (d’un ton grave) Alors il faut que je la tue à nouveau… ?

SAM : (soupire) C’est pas toi qui l’a tué, Dean. (pause) Je me dépêche.

 

Dean sort du sel de son sac et trace un cercle au sol.

DEAN : Tu peux te montrer. (le spectre de Jo apparaît derrière lui)

 

Parallèlement, Sam entre dans un bureau avec une lampe torche. Il repère une corne de bélier posée en évidence comme un objet décoratif. Soudain la lumière s’allume et un homme apparaît. Il est en costume, plutôt vieux, a un ton rassurant.

HOMME : Ca ne doit pas être pour la bar-mitsvah que vous êtes là ?

SAM : Euh…

 

Au bar, Mia sert une cliente d’une quarantaine d’années. Osiris est en train de boire un verre.

 

Au motel.

JO : Tu sais que je te ferai jamais ça…

DEAN : Ouais je sais.

JO : (tourne autour du cercle et soupire) Ca a l’air d’être son truc : œil pour œil, dent pour dent. Ca doit le faire marrer.

DEAN : (se tourne vers Jo) C’est pas grave.

JO : Je suis pas d’accord. Tu mérites mieux.

DEAN : C’est toi qui méritait mieux. Tu méritais beaucoup mieux, Jo.

 

Sam conduit l’Impala sur une route déserte, la corne de bélier sur le siège arrière.

 

Au motel, Dean est toujours dans le cercle.

JO : J’ai eu une vie merveilleuse, je t’assure.

DEAN : Il avait raison, tu sais. Ce con de juge avait raison pour moi.

JO : Non, tu te trompes.

DEAN : T’étais encore une gamine.

JO : Non, c’est faux !

DEAN : Sam aussi, d’ailleurs. Et je me dis qu’en fin de compte, les chasseurs ne sont jamais des enfants. J’en ai jamais été un, j’ai jamais profité de mon enfance.

JO : Tu n’y es pour rien. C’est pas ta faute.

DEAN : Tout ça parce que je voulais pas rester seul. (Jo le regarde, peinée) Qui le voudrait ? La meilleure chose à faire aurait été de te renvoyer chez ta mère.

JO : (à mi- sourire) Bien sûr, j’aurai bien voulu voir ça.. (Dean sourit en y pensant) Il avait quand même raison sur une chose.

DEAN : Sur le gros béguin que t’avais pour moi ?

JO : (sourit franchement) Tais-toi, Dean. (pause) Tu laisses beaucoup trop de fardeaux inutiles te peser sur les épaules. On devient très lucide après la mort.

DEAN : Dans ce cas t’as très certainement dû remarquer que j’avais en moi 90% de… de fardeau. Si je m’en débarrasse, ça fera quoi ?

JO : Tu veux vraiment mourir sans le savoir ? (pause) Dean ?

DEAN : Oui.

JO : C’est l’heure. (Jo disparait soudainement et réapparait vers la gazinière, qu’elle allume. La pièce se remplit de gaz. Dean se rappelle de l’explosion qui a tué Ellen et Jo. Dean et Jo se regardent tristement.)

 

A l’extérieur du bar, la femme que Mia servait marche. Osiris attend dans une ruelle.

 

Au motel. Jo apparaît devant le cercle de Dean.

JO : Dean, je t’en prie, moi aussi je chassais les fantômes, je connais la technique. (La fenêtre se couvre de givre, le souffle de Dean devient glacé, les vitres se brisent et le vent s’engouffre dans la pièce, balayant le cercle de sel. Jo se trouve à quelques centimètre de Dean à présent) C’est lui qui m’oblige à le faire.

DEAN : (résigné) C’est pas grave.

 

Dans la rue, la femme du bar s’apprête à ouvrir sa voiture et fait tomber ses clés. Osiris l’attrape et lui couvre la bouche d’une main.

 

Au motel, Jo saisit le briquet que Dean gardait sur lui et s’apprête à l’allumer. Dean se souvient du moment où il a mis le détonateur entre les mains de Jo.

 

Dans la rue, la femme se débat. Soudain, Sam arrive par derrière et plante la corne de bélier dans le dos d’Osiris. Une lumière bleue est émise de ses yeux et de sa blessure. Son corps tombe à terre et vieillit d’un seul coup. La femme est en état de choc.

 

Au motel, Jo met une main sur la joue de Dean. Il ferme les yeux et semble avoir accepté son sort. Le briquet tombe à terre, éteint. Jo disparait. Dean regarde autour de lui, désorienté.

DEAN : Jo ?

 

Au bord d’un lac en plein jour, Dean et Sam boivent une bière.

SAM : Alors, d’après ce que t’as vu, tu crois que Jo était malheureuse ?

DEAN : Non, juste un peu mélancolique, comme elle l’a toujours été. Peut-être un peu moins que d’habitude, même. (il boit) J’ai une question : qu’est-ce qui t’as pris de faire un truc pareil ? De jouer les avocats pour me défendre ?

SAM : (hausse les épaules) C’était ça ou la porte.

DEAN : (sarcastique) Si t’avais fini tes études, peut-être qu’aujourd’hui tu serais devenu une belle enflure !

SAM : (rit) J’ai perdu mon procès.

DEAN : C’est pas ta faute. T’étais plutôt convaincant.

SAM : Mh. Au fait Osiris il parlait de qui ?

DEAN : pardon ?

SAM : le dernier témoin ? Ca devait être qui ?

DEAN : Ah euh je sais pas. (hoche la tête) Ca pouvait très bien être n’importe quel mort qu’on connait. (Sam soupire) Tiens, au fait, je comprends pourquoi monsieur Justice m’a fait passer en jugement, je transpire la culpabilité. Mais, toi, pourquoi il t’as pas appelé ?

SAM : sûrement parce que… j’ai fini de me sentir coupable.

DEAN : C’est une blague ?

SAM : Je sais pas quoi te dire. J’ai passé beaucoup de temps à me sentir mal dans ma peau depuis l’enfance.

DEAN : Et alors maintenant t’as trouvé les pilules du bonheur ?

SAM : (après une pause) C’est la cage. (Dean est surpris) Je dis pas que tout ça est logique mais j’ai le sentiment d’avoir fait pas mal de choses pas toujours bien qui devraient me faire culpabiliser mais j’ai payé mes dettes et j’ai fini par passer au-dessus de tout ça.

DEAN : Et ça a fonctionné ? T’as vraiment l’impression que ton ardoise à été effacée ?

SAM : Non. Rien ne s’efface complètement comme par magie, (Sam se déplace autour de la voiture) il m’arrive de voir Lucifer quand je me brosse les dents le matin (Dean relève la tête) mais en tous cas, les choses ne sont plus comme avant. Je laisse le passé derrière moi et je fais du mieux que je peux pour avancer. En espérant que ça marche.

DEAN : Ouais, c’est facile à dire.
SAM : J’ai pas dit que c’était simple.

DEAN : Je sais pas si je dois être jaloux ou complètement flippé.

SAM : (rit) Tu t’y feras. (Dean boit une gorgée de sa bière) Ca va peut-être t’étonner mais… je me sens plutôt bien.

DEAN : (hoche la tête) Eh ben ça va être une vraie partie de plaisir de rouler avec toi.

 

Les deux frères montent en voiture et ils démarrent.

 

Ecrit par xxLena.

EXT. DEARBORN, MICHIGAN – NIGHT

A MAN is running through the streets, chased by a car. He ducks into a laneway while the car continues along the road, and stands breathing heavily and clutching his chest. He looks behind him and sees nothing. When he turns around again, the car is facing him.

MAN:
That's impossible.

The car accelerates towards the MAN. He turns and runs, with the car close behind. He enters the door of an apartment building, runs up the stairs to at least the 9th floor and lets himself in to an apartment, where he leans against a wall panting.

MAN:
You’re okay, you’re okay. Oh, you’re okay.

The MAN hears the sound of an engine revving and turns around in alarm. The car accelerates towards him and crushes him against the wall.

MAN:
No!

SUPERNATURAL (Title Card)

ACT ONE

EXT. DEARBORN, MICHIGAN – DAY

SAM and DEAN pull up to a crime scene and get out of the Impala.

LUCIFER (in SAM’s mind):
Sam.

SAM presses his right thumb into his left hand, which he cut in 7.01 Meet The New Boss.

DEAN:
Feels wonky.

SAM:
What?

DEAN:
Working a regular job.

SAM:
Bobby'll call if anything flares up on the Leviathan front. In the meantime, you know you want to work this case, Dean. Cop on the wire sounded dumbfounded.

DEAN:
No arguments. It's kind of nice, you know? We're due for a little cut and dry. And, uh...

SAM and DEAN hold up FBI badges and a policeman lets them through the “Do Not Cross” line.

DEAN:
You seem good.

SAM:
I am. For me. By the way... Thank you.

DEAN:
For?

SAM:
Amy. I know you didn't want to let her go, but it was the right thing to do. So, thanks.

DEAN:
No problem.

INT. MAN’S APARTMENT – DAY

SAM and DEAN show their ID again and duck under another “Do Not Cross” line.

DETECTIVE:
Welcome to Crazytown, population -- one dead guy.

SAM:
Who was he?

DETECTIVE:
Uh, Matthew Hammond. Seems to have been crushed to death.

DEAN:
By?

DETECTIVE:
Well, if we weren't on the tenth floor, I'd say by a car.

A police photographer takes a picture of a bloodstained brick wall with a hole knocked through it. SAM takes out his EMF reader.

SAM:
It's going crazy.

DEAN:
Some kind of ghost?

DEAN:
With a license? License to kill.

SAM:
Seriously? Huh.

DEAN:
What do you got?

SAM:
I don't know. Looks like some kind of powder.

DEAN:
Sulfur?

SAM:
No. Just dirt. Could be "Christine"-like.

DEAN:
Ugh. Even possessed cars can't do stairs. It's something spectral.

DEAN picks up a token from a bowl of knick-knacks.

DEAN:
Check this out. "AA, 10 years." Dead and sober.

DEAN tosses the token to SAM.

DEAN:
Double crappy.

SAM is looking at some papers.

SAM:
There's a charge keeps coming up. 50 bucks a month at a place called Jane's. All right. Congrats on your sobriety.

SAM tosses the token back to DEAN.

SAM:
I'll go find out what Jane's is.

DEAN:
I gave up AA for Lent.

SAM:
We're not Catholic.

DEAN:
Always with the details. AA gives me the jeebs.

SAM:
Wow. Shocker.

DEAN:
Shut up.

SAM:
Fine. I'll hit the meeting, you go hit on Jane.

EXT. DEARBORN OUTREACH CENTER – DAY

SAM and a WOMAN are talking outside the building.

WOMAN:
Matt was a nice guy. Kind of a tortured soul. Join the club. But he just seemed to have a lot going on.

SAM:
Any idea what it was? Family, a girl?

WOMAN:
He played it all pretty close to the vest. Something was eating at him, though, the last time I saw him. He almost slipped.

SAM:
When?

WOMAN:
Just before he died, I guess. Called me from Neal's Tavern. Said he was an inch away from drinking. So I ran over, talked him off the ledge.

SAM:
Well, do you know what triggered it?

WOMAN:
Like I said, he didn't share much.

INT. ‘JANE’S FLOWERS’ FLORIST SHOP – DAY

WOMAN:
May I help you?

DEAN:
Uh, yes. I, uh...

DEAN holds up his FBI badge.

DEAN:
Just had a few questions about a customer of yours, name of Matthew Hammond.

WOMAN:
Uh, sure. He's not in trouble, is he?

DEAN:
Actually, Mr. Hammond is no longer with us.

WOMAN:
Oh. Now it all makes sense.

DEAN:
What does?

WOMAN:
He came in, couple days ago, paid me three years in advance to keep his monthly delivery going.

DEAN:
And where do the flowers go?

WOMAN:
A Miss Elizabeth Duren.

DEAN:
You mind, uh, writing Elizabeth's address down? I'd like to pay her a visit.

EXT. GRAVEYARD – NIGHT

SAM and DEAN are walking through the graveyard with flashlights.

DEAN:
Here we go. Meet Elizabeth Duren.

SAM:
Died at 10. Wow. So, who was she?

DEAN:
I don't know. Why don't we chew on it back at the motel?

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

SAM is reading the Detroit Daily News archives online on his laptop.

SAM:
Elizabeth Duren. Killed 10 years ago when a neighbor backed out of his driveway. Didn't see her bike. No one was ever charged. Police ruled it an accident.

DEAN:
Let me guess. The neighbor's our tenth-floor pancake.

SAM nods.

SAM:
At least we know he felt bad. I mean, the flowers...

DEAN:
Kind of makes you wonder if the guy wasn't drunk when he ran her over.

DEAN looks at the beer bottle he’s drinking from. SAM watches him.

SAM:
Yeah. All right. Well, regardless, now that we got a decent bead on ghost rider, let's go.

DEAN:
What?

SAM:
Burn her bones. Put her to rest.

DEAN:
The fun never stops.

EXT. GRAVEYARD – NIGHT

SAM and DEAN dig, salt and burn.

EXT. CITY STREETS – NIGHT

A German Shepherd dog is chasing a MAN. He enters a diner, closes and locks the glass door behind him, and leans with his back against the door, breathing heavily. The dog leaps at the door, barking, and the MAN runs through the diner to the men’s room.

MAN:
Keep that thing away from me!

The dog is no longer visible at the front door. The MAN locks the door of the men’s room behind him and leans with his back against it, breathing heavily.

MAN:
All right.

The MAN takes out his cell phone and makes a call.

WOMAN (V-O):
911. What is your emergency?

MAN:
I need help. There's a dog after me...

WOMAN (V-O):
What is your address?

MAN:
I-I-I don't know! I'm -- some restaurant somewhere. I'm –

The MAN sees the dog reflected in the mirror. It is sitting in the corner watching him.

WOMAN (V-O):
Sir? Sir?

The MAN lowers the phone and turns towards the dog.

WOMAN (V-O):
Hello? Hello sir, can you hear me?

The dog growls and leaps at the MAN, barking.

MAN:
No. No!

Blood splatters the wall.

WOMAN (V-O):
Sir, you need to calm down. We'll send paramedics. Just tell me where you are. Sir? Sir?

The MAN lies dead on the ground.

ACT TWO

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

DEAN and SAM enter the room. SAM is reading a newspaper.

DEAN:
Oh, another night at the office. Why don't you take the first shower?

SAM:
Listen to this. "A local man, Christopher Fisher, was ripped to shreds in a wild animal attack last night."

DEAN:
It is a dangerous world out there.

DEAN sits on a bed, takes off his jacket and flops backwards onto the bed. SAM sits at the table.

SAM:
He was in the restroom of a diner.

DEAN sits up again.

DEAN:
Yeah, that doesn't sound right.

SAM:
Apparently, uh, none of the patrons saw anything. Guy calls 911, screaming about a dog, but the operator didn't hear anything, either.

SAM is now using his laptop.

SAM:
Wow. Looks like this guy had a history with dogs.

DEAN:
Meaning?

SAM:
Five years ago, he was arrested for running a dog-fighting operation.

DEAN gets up from the bed and joins Sam at the table.

DEAN:
Classy. All right. So, what? He causes so much misery that some Rottweiler goes Cujo on him from beyond the grave? Wait a second. Do... do dogs even have ghosts?

SAM:
First I've heard of it.

DEAN:
That sounds weird. Ghost dog?

SAM:
No weirder than ghost car, you know?

DEAN:
You know what does make sense? Vengeance on the guy that Michael Vick'd you. I mean, I'm no one to judge, but it sounds to me like that guy had it coming.

SAM:
Maybe... But maybe not. So, he got busted, got probation, started volunteering at an animal shelter.

DEAN:
Yeah, 'cause he had to.

SAM:
At first, yeah. But he kept going long after he served his time. Looks like he got really into it. Raised a lot of money for the cause.

SAM turns the laptop around to show DEAN an article titled “Dog shelter thanks volunteers for efforts.”

DEAN:
Huh.

SAM:
People change.

DEAN:
Yeah, tell that to ghost dog.

DEAN gets up and walks away from the table, holding one hand to his back.

SAM:
All right. Uh, get suited up. Let's go check out the body.

DEAN:
What?

SAM:
What?

DEAN:
What?

DEAN turns back towards SAM.

DEAN:
What?

SAM:
Nothing. I... You okay?

DEAN:
Peachy. Yeah, let's do this.

EXT. WAYNE COUNTY CORONER’S OFFICE – DAY

SAM:
So, guess what I found. Red dirt. Under his nails. On his shoes, too.

DEAN:
Just like the, uh, car-crash guy's floor?

SAM:
Yeah. So, gotta be someplace around here they both walked.

IN THE IMPALA IN A RURAL AREA – DAY

DEAN:
An apple farm?

SAM:
Yeah. Apparently whatever's in red dirt makes great apples.

DEAN:
Wow. I'd be so interested in that if I ate apples.

SAM:
So this one's supposed to be pretty old, uh, mostly abandoned. Few hundred acres.

DEAN:
A few hundred?! We're gonna be searching all year.

A graying MAN runs out into the road and holds out his arms to stop the car.

DEAN:
Whoa!

DEAN brakes hard and stops just in front of the MAN. SAM and DEAN get out.

SAM:
Hey. Uh...You okay?

DEAN:
Guy just jumped in front of a car, Sam.

SAM:
Uh, you want us to help you, sir?

The MAN is leaning over, breathing hard.

DEAN:
Okay, well, why don't we get you out of here before you get roadkilled, huh?

MAN:
Yeah.

INT. HOTEL ROOM – DAY

SAM hands the MAN a glass of water.

SAM:
So, Warren. Just, uh, take a minute. Tell us what's going on.

WARREN:
Look -- you're good people, I can see that, but you can't do anything for me. No one can.

DEAN:
Why not?

WARREN:
Cause it's all impossible. You won't even believe me.

DEAN:
Well, try us.

WARREN:
I was just put on trial and sentenced to death.

DEAN:
What'd you do?

WARREN:
Held up a liquor store. I killed the owner and his wife. I wasn't thinking. I was young.

DEAN:
Young? When was this?

WARREN:
1981.

DEAN:
And they just put you on trial?

WARREN:
No, no, I just got out of prison.

DEAN:
Okay, you're making less sense the more you talk.

DEAN gets up from his chair. SAM also gets up and holds out an arm to stop DEAN.

SAM:
No, it's okay. Just...Go on.

WARREN:
Did 30 years. I just got paroled. Not that you're ever free of that. I think about it every day.

SAM:
So, then, what were you running from?

WARREN:
Well, I told you -- the trial! All I know is, one minute I'm at the bar, and the next, I get jumped, wake up in a damn courtroom.

DEAN:
Courtroom? Like a... courtroom?

WARREN:
Well, no. There was a judge. Everything was crazy. It was in a barn.

SAM:
At the apple farm?

WARREN:
Yeah.

SAM:
And this bar where you were grabbed?

WARREN:
Neal's Tavern.

SAM (to DEAN):
Same place Matthew Hammond went before his... car accident. Think maybe dog guy went there, too?

SAM (to WARREN):
Is there anything else you can tell us?

WARREN:
You believe me? Who the hell are you?

SAM:
We kind of... specialize in crazy. So, uh, this judge -- he got a name?

WARREN:
No. But there was these weird symbols.

SAM:
Symbols? Do you remember any of 'em? Can you draw them?

SAM gives WARREN some paper and a pencil.

DEAN:
Excuse us a sec.

DEAN (to SAM):
Can I talk to you?

EXT. STREET OUTSIDE HOTEL – DAY

SAM:
What is it?

DEAN:
"What is it?" Sam, uh... How about a drunk driver, Michael Vick, a murderer?

SAM:
And?

DEAN:
And... when did our black-and-white case turn to mud? I'm just saying I'm having a hard time not rooting for the ghosts on this one.

SAM:
No, you said it yourself -- it's not on us to judge.

DEAN:
Yeah, except that that's complete crap. Everybody judges all day long. Look, I'm just supposed to ignore what that guy did?

SAM:
We've shot people, Dean -- more than two.

DEAN:
Yeah, you know what? When those ghosts come to kick my ass, they've got a compelling case.

SAM:
So, what, you're saying -- what? You don't want to work the job anymore?

DEAN:
I'm just saying, you know, one simple friggin' day on the job -- is that too much to ask?

SAM:
Well, look. I'm gonna go out, I'm gonna go try and find that barn. You coming?

DEAN:
I'm gonna check the bar.

SAM:
To work or drink?

DEAN:
I haven't decided.

DEAN walks away.

INT. HOTEL ROOM – DAY

WARREN:
What's going on? Where'd he go?

SAM:
He, uh... Everything's fine. Look, let's go back to that farm.

WARREN:
Oh, no, no. No, I'm not going back.

SAM:
Warren, I need your help finding that barn.

WARREN:
It's red -- it stands out. I'm not going back. They're out there.

SAM:
Who?

WARREN:
The people I killed. I just -- no. No!

SAM:
You're safer with me than not.

WARREN:
No.

SAM:
Okay.

SAM grabs the piece of paper WARREN is holding.

SAM:
Fine.

SAM makes a salt circle around a chair in which WARREN is sitting.

SAM:
I need you to stay inside this circle until I get back, okay? It'll protect you.

WARREN:
How?

SAM:
Just trust me, okay? I'm trying to help.

SAM turns on the television and tosses WARREN the remote.

SAM:
Stay put.

SAM takes out his phone and makes a call.

SAM (on phone):
Bobby? Hey. Me. Listen -- I'm sending you some symbols to look up.

SAM leaves the room. He mouths “Stay put” to WARREN.

INT. NEAL’S TAVERN – DAY

A man bumps into DEAN.

DEAN:
No. Excuse me. Ah. Dive sweet dive.

DEAN sits at the bar.

BARTENDER:
Hey.

DEAN:
Well, now I know why everybody comes here.

BARTENDER:
What can I get ya?

DEAN:
Scotch and soda. You know, hold the soda. Make it a double. So, you, uh -- you work the night shift?

BARTENDER:
Why? You plan on making this a regular thing?

DEAN laughs.

DEAN:
No, I just got a few questions. Believe it or not I'm a cop.

BARTENDER:
I believe it. You look like you've seen some crap. I'm sorry, I was off all week, but Frank'll be back tomorrow.

DEAN:
Right. Eh... I'll do another.

BARTENDER:
Love life or job? Two quick doubles, it's something. I'm Mia, by the way.

DEAN:
Well, Mia, that is a complex question. I'm Dean, by the way.

MIA:
Well, Dean, luckily I'm like a captive shrink with unlimited alcohol. So, shoot.

DEAN laughs again.

DEAN:
You like to hear people's problems, do ya?

MIA:
I get curious. On occasion.

MIA pours another drink for DEAN and one for herself.

DEAN:
Work thing. Since you asked. You ever, uh... You ever do something behind someone's back because you had to?

MIA:
Now you feel bad? Well, Dean, if you had to, why feel guilty? That doesn't make any sense.

DEAN:
Hmm.

They clink glasses.

DEAN:
Well, you know, we don't have enough room for the worms if we pop that can, sister.

DEAN taps his glass to indicate he wants another drink.

MIA:
You may want to slow your roll there.

DEAN:
The more I drink, the better I tip.

MIA:
Yeah, well, I'm off in an hour. So don't pass out on me.

DEAN:
Well, then I think I'll switch to beer.

MIA:
Good choice.

EXT. APPLE FARM – NIGHT

SAM drives up to the barn and gets out of the Impala. He enters the barn and looks around. The floor is red dirt. SAM’s phone rings.

SAM (on phone):
Hey, Bobby, what do ya got?

INT. STORAGE UNIT – NIGHT

BOBBY is sitting at a table surrounded by books.

BOBBY (on phone):
Those chicken scratches -- definitely Egyptian. "Book of the Dead."

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
So, good news, then.

INT. STORAGE UNIT – NIGHT

BOBBY (on phone):
They identify the God Osiris. Real authoritarian type. He gets ahold of you, he's judge, jury, and executioner. Lore says that he can see directly into the human heart. He weighs the guilt. If he finds more than a feather's worth -- boom, you're done.

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
So what's he doing in Dearborn?

INT. STORAGE UNIT – NIGHT

BOBBY (on phone):
Well, it seems like he just pops up and does his circuit-judge act and then disappears again. That's all I got so far.

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

BOBBY (on phone, V-O):
You know what this means.

SAM (on phone):
Yeah. We've got to find him before he goes underground again.

INT. STORAGE UNIT – NIGHT

BOBBY (on phone):
No, you idjit. It means you two got to get the hell out of Dodge. This guy hones in on people who feel guilty. Who does that sound like to you?

EXT. OUTSIDE NEAL’S TAVERN – NIGHT

DEAN:
It's been a while. But you owe yourself. It's nothing but a ground ball -- you just got to put your mitt down. You are Dean Winchester. This is what you do.

DEAN’s phone rings. As he takes it out of his pocket, he walks offscreen, but his shadow is visible on the wall of the tavern. An arm grabs him from behind and his phone falls to the ground.

ACT THREE

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
Dude, third message. You better not be loaded. Call me. This is important.

SAM hangs up. His phone rings and he answers it.

EXT. OUTSIDE NEAL’S TAVERN – NIGHT

SAM (on phone, V-O):
Dean. About time, man. I --

MIA (on phone):
Uh, hello?

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
Who is this?

EXT. OUTSIDE NEAL’S TAVERN – NIGHT

MIA (on phone):
Oh, well, I just -- I picked this off the ground, where I've been standing for ten minutes listening to it ring. Is this Dean's phone?

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
Yeah.

EXT. OUTSIDE NEAL’S TAVERN – NIGHT

MIA (on phone):
Well... He was supposed to meet me here.

SAM (on phone, V-O):
Where are you?

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM (on phone):
I can be right there.

INT. MOTEL ROOM – NIGHT

WARREN is still sitting in the chair surrounded by the salt circle. The television picture turns to static and the lights flicker.

WARREN:
Sam?

WARREN hears glass shatter and gets up. He breaks the salt circle with his foot and runs out of the room, along the hallway and down some stairs. At the bottom of a stairwell he sees the ghosts of a man and a woman. He turns and runs back up the stairs, only to see the same ghosts in the hallway.

WARREN:
No. Please. I'm sorry.

The ghosts approach him and the MALE GHOST raises a gun.

WARREN:
Please.

MALE GHOST:
You did it to us.

The MALE GHOST fires.

EXT. OUTSIDE NEAL’S TAVERN – NIGHT

MIA:
Uh, here it is.

MIA hands SAM DEAN’s phone.

MIA:
Uh, well, I hope he's okay.

SAM:
Now, where exactly did you find this phone?

MIA:
Uh...There.

SAM:
Thanks.

SAM goes to the spot MIA indicated and finds red dirt.

INT. BARN AT APPLE FARM – NIGHT

SAM enters the barn holding a shotgun. In another part of the barn, DEAN is chained to a chair in a room that contains an ornate throne and Egyptian statues.

DEAN:
Really, Warren? All you noticed were the symbols?

OSIRIS is now on the throne.

OSIRIS:
Quit squirming, Mr. Winchester. They're Houdini-proof. Now, you want to talk charges, or...

DEAN:
I'd rather talk about your Bukowski schtick at the bar. What, you can't jump a guy when he's sober?

OSIRIS:
You and that waitress had quite a talk, huh? Get a couple drinks in you, and the guilt comes pouring out.

DEAN:
Oh, eavespropping -- that's cute.

OSIRIS:
Speaking of... You're gonna skulk all night, Sam?

SAM opens a sliding door to the room.

DEAN:
Sam?

OSIRIS:
Nice job finding us. I assume you figured out who I am, too?

SAM:
Yeah.

DEAN:
You want to fill me in?

SAM:
Osiris. He's an Egyptian God.

OSIRIS:
Ta-da! Now, go about your business, Sammy.

SAM:
Look, if anyone should be on trial, it's me.

OSIRIS:
That's for me to decide. Now go away.

SAM:
But he -- he has the right to an attorney. Doesn't he?

OSIRIS:
Huh.

SAM:
Let me defend him.

OSIRIS:
Well, that's unusual.

SAM:
Are you gonna respect his rights or not?

OSIRIS:
Why not?

DEAN:
Uh, Sam? You're not a lawyer.

SAM takes a seat next to DEAN.

SAM:
I was pre-law.

DEAN:
Yeah, pre.

OSIRIS:
All right, then. Let's get started. Now, the list of witnesses I can call -- endless.

SAM:
Objection!

OSIRIS:
Are you gonna let me finish my sentence, Sam?

SAM:
No. This isn't fair.

OSIRIS:
Fair? I'm sorry. Moving on. I can make it very simple. Three witnesses.

SAM:
Objection!

OSIRIS:
Grounds?

SAM:
Witness is being called without prior notice.

DEAN:
Good one.

SAM:
I saw that on "The Good Wife."

OSIRIS:
Yes. Very fine objection. Denied!

SAM:
What? Why?

OSIRIS:
Because I'm the judge, son. Now stop objecting, or I'll find you in contempt -- that is, kill you. So I advise you to let me move it along. The prosecution calls Joanna Beth Harvelle to the stand.

JO’s ghost appears.

DEAN:
Jo?

JO:
Dean. Sam. Long time.

OSIRIS beckons and JO takes a seat near his throne.

OSIRIS:
State your name for the court.

JO:
Jo Harvelle.

OSIRIS:
And... what is your relationship to Dean Winchester?

JO:
We worked together.

FLASHBACKS from Dean and Jo’s first meeting in 2.02 Everybody Loves a Clown and the two of them arguing in 2.06 No Exit.

OSIRIS:
Isn't it true that you admired him?

JO:
Well, as a hunter... Yeah. As a guy, he was kind of a jerk.

DEAN looks somewhat hurt.

OSIRIS:
So you saw him as a mentor of sorts?

JO:
I wouldn't put it like that.

OSIRIS:
How would you put it?

JO:
I don't know. I trusted him. So if you're trying to say that he was a bad guy or something --

OSIRIS:
Was it hard?

JO:
What?

OSIRIS:
Working with him... considering your feelings.

JO:
No. What feelings?

OSIRIS:
You would have done quite a bit for him -- followed him into any battle.

JO:
I know what you're getting at, and it's bull.

OSIRIS:
So Dean had nothing to do with your first case, the one that started it all.

FLASHBACKS from 2.06 No Exit.

JO:
It wasn't like that.

OSIRIS:
No feelings. None at all. You would have chosen the same exact road. Ended up in that hardware store, holding the fuse.

DEAN:
Oh, you're a piece of work. You know that? Putting words in her mouth –

OSIRIS gestures towards DEAN and DEAN gulps.

OSIRIS:
Keep him under control, counsel... or I'll remove his tongue.

OSIRIS gestures again and DEAN draws a deep breath.

OSIRIS:
Your witness.

SAM gets up and stands in front of JO.

SAM:
Jo. So, um... your dad... was in the life?

JO:
Yes, he was.

SAM:
And your relationship with him?

JO:
Good. I mean...

SAM:
You idolized him.

JO:
Basically.

SAM:
So why'd you start? To impress some loudmouth ass you just met... Or 'cause you wanted to be like your dad?

JO:
Daddy issues. Definitely. Listen, Dean, I don't --

OSIRIS flicks his hand and JO’s ghost disappears.

OSIRIS:
All right. You two can have a moment to strategize. And then I'll call my next witness.

SAM sits down next to DEAN again.

SAM:
All right. Who's the next witness? He looked at you like you'd know.

DEAN:
I got no clue. This whole thing's like a friggin' episode of "Pee-Wee's Playhouse."

OSIRIS:
Next witness! The prosecution calls... Sam Winchester to the stand.

OSIRIS gestures to the witness’s chair.

OSIRIS:
Sam... Not exactly the life you expected, is it?

SAM:
Details a little different.

OSIRIS:
For a while there, you were gonna be a real lawyer. Marry Jess.

SAM:
Yeah, that was a long time ago.

OSIRIS:
But were you or were you not happily out of the family racket until Dean showed back up in that gas guzzler? Ah-ah. The truth, now.

FLASHBACKS to 1.01 Pilot: SAM and JESS kissing, SAM and DEAN fighting, DEAN slamming SAM against the bridge, JESS burning on the ceiling and SAM on the bed under the flames.

SAM:
It's complicated.

OSIRIS:
That one act had quite a domino effect. Come back, your girl's dead.

SAM:
Well, that wasn't his fault.

OSIRIS:
Sure, and neither is everything that came after -- all the death and the blood and hanging on by a thread. None of that is on Dean, directly.

FLASHBACKS to [?], DEAN punching SAM in 2.03 Bloodlust, DEAN shoving BEN in 6.05 Live Free or Twihard, RONALD being shot in 2.12 Nightshifter, PAMELA bleeding to death in 4.15 Death Takes A Holiday, JO bleeding in 5.10 Abandon All Hope, DEAN watching JOHN’s body burn in 2.02 Everybody Loves a Clown, DEAN standing at JOHN’s grave in 2.20 What Is and What Should Never Be, DEAN holding a dying SAM in 2.21 All Hell Breaks Loose: Part One, [?], and DEAN crying as he tells SAM about torturing souls in Hell in 4.10 Heaven And Hell.

OSIRIS:
But don't you think that your brother dragged you back into that catastrophic mess because he'd rather damn you with him than be alone?

There is a long pause.

SAM:
No. One way or another, I'd have gotten pulled back in.

OSIRIS:
You know that for certain?

SAM:
Pretty sure.

OSIRIS:
Pretty sure.

SAM:
I'm positive.

OSIRIS:
I believe you. Hey, if it was about convincing me, I would say...

SAM:
What?

OSIRIS:
I don't decide anything, Sam. I don't decide Dean's guilt. I just weigh the guilt that's already there. This is solely about how Dean feels, way down deep. Them's the breaks.

SAM:
Wait. So, if Dean believes he's innocent, then he is?

OSIRIS:
If. A big if. Why do I bring up the past? To see if he feels like dog food about it. People want to be judged. They really do. When your heart's heavy, let me tell you, real punishment's a mercy.

SAM:
I want to call Dean to the stand.

OSIRIS:
Oh, you do, now? There is an order to this stuff, you know. Okay. I'll allow it.

OSIRIS snaps his fingers and DEAN’s chains fall away.

SAM is standing in front of DEAN, who is in the witness chair.

SAM:
So, Dean. When you came and got me, did you know Jess would die? Or any of it?

DEAN:
'Course not.

SAM:
Right. How could you? I mean, are you psychic? That's a question.

DEAN:
No. Uh, definitely not psychic.

SAM:
Great. So why would you feel guilty about not predicting the future?

DEAN:
Yeah, I guess that doesn't make any sense. Actually, yeah, no, I don't.

SAM:
What about Jo? Did you actually kill her?

DEAN:
Uh, no.

SAM:
Isn't it true that you don't feel guilty about her -- that you're just...sad she's dead? That it just...blows?

DEAN:
Actually... Maybe, yeah.

OSIRIS:
Mm-mm-mm. I like your style, Sam. Very engaging.

SAM:
Dean. Does any of this feel like it's really...on you?

DEAN:
Not really.

SAM:
Then is your heart heavy with guilt or just plain heavy and none of this guy's business?

DEAN:
Uh, what you said -- the second thing.

SAM:
Then I rest my case.

OSIRIS:
Very good... Both of you. All right. Because I really enjoyed that, I'm gonna be generous and ask -- Dean, do you want me to call my last witness?

FLASHBACKS to DEAN stabbing AMY in 7.03 The Girl Next Door, and SAM saying “I know you didn't want to let her go, but it was the right thing to do” and DEAN replying “No problem” in ACT ONE of this episode.

OSIRIS:
Or have we had enough?

DEAN sighs heavily.

SAM:
What the hell's he talking about?

DEAN:
Enough Ally McBealing. Just drop the hammer, will ya?

SAM:
Wait, Dean, he's giving us more time!

DEAN:
It's not gonna make a difference, Sam!

OSIRIS:
You need another moment? You done?

OSIRIS bangs his staff three times on the ground.

OSIRIS:
The court's reached a verdict. I find you, Dean Winchester, guilty in your heart... and sentence you to die. I'd suggest you get your affairs in order quickly.

ACT FOUR

EXT. STREET OUTSIDE HOTEL – NIGHT

SAM and DEAN arrive in the Impala. The area is a crime scene. Police officers wheel away a body on a stretcher.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

SAM and DEAN enter and see the empty chair and broken salt line.

SAM:
Damn it, I told him.

DEAN:
Osiris would have got to him one way or another. Guy's batting a thousand.

SAM:
There's still time. We can figure something out.

Shots of SAM on the phone and DEAN researching on the laptop as SAM paces the room, then SAM still pacing as DEAN sits on the bed with his head bowed. SAM’s phone rings.

SAM (on phone):
Bobby. What do you got?

BOBBY’S CAR – NIGHT

BOBBY (on phone):
A way to give Osiris a dirt nap.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT (remainder of phone conversation interchanges between the motel room and Bobby’s car)

SAM (on phone):
Good. We need it.

SAM nods to DEAN, who is drinking a glass of whiskey.

BOBBY (on phone):
Now, as near as I can figure, it ought to put him down for a couple of centuries, at least. It's worked a few times since the Pharaohs were big.

SAM (on phone):
So it's temporary?

BOBBY (on phone):
Long temporary. I say we slap that band-aid on and leave finding a cure to some hunter in a space suit. Now, you're gonna need to stab him with a ram's horn.

SAM (on phone):
A ram's horn? Where am I gonna find a ram's horn in Dearborn?

BOBBY (on phone):
No clue. But make sure it's a sharp piece. He ain't gonna let you stab him twice.

SAM (on phone):
Yeah. Thanks.

SAM hangs up and heads for the laptop.

SAM:
Ram's horn. Ahh... okay.

His internet search returns 1,612 results.

SAM:
Huh. Apparently, uh, Jewish people blow through them once a year.

DEAN:
Where you gonna find one this time of night?

SAM:
Uh... synagogue?

DEAN:
You're gonna steal from a temple? Well, that's a new low.

DEAN drinks more whiskey.

SAM:
You're on death row, Dean. Quit joking around. Here. Keys. I'll be back.

DEAN:
The dick's gonna sic Jo after me, Sam.

SAM:
You're a hunter, Dean. You know how to deal with ghosts.

DEAN gives SAM the keys to the Impala.

DEAN:
So, you suggesting I kill her again?

SAM:
You didn't kill her, Dean. I'll hurry.

SAM leaves. DEAN makes a salt circle around himself.

DEAN:
You can come out now.

INT. SYNAGOGUE – NIGHT

SAM is looking around an office with a flashlight. He sees a ram’s horn and picks it up. A RABBI enters the room and turns on the light.

RABBI:
I'm guessing you're not here for bar mitzvah lessons.

SAM:
Uh...

INT. NEAL’S TAVERN – NIGHT

A WOMAN customer at the bar is talking to MIA. OSIRIS watches.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

JO:
You know I'd never do this.

DEAN:
I know.

JO:
I guess it's his thing. Some kind of twisted eye for an eye.

DEAN:
It's okay.

JO:
No, it's not. You deserve better.

DEAN:
No, you did. You deserved better, Jo.

IMPALA – NIGHT

SAM is driving with the ram’s horn on the seat beside him.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

JO:
Dean, my life was good. Really.

DEAN:
He was right, you know -- that dick judge, about me.

JO:
No, he wasn't.

DEAN:
You were a kid.

JO:
Not true.

DEAN:
You and Sam. I just -- you know, hunters are never kids. I never was. I didn't even stop to think about it.

JO:
It's not your fault. It wasn't on you.

DEAN:
No, but I didn't want to do it alone. Who does? No, the right thing would have been to send your ass back home to your mom.

JO:
Like to have seen you try. He was right about one thing.

DEAN:
What, your massive crush on me?

JO smiles.

JO:
Shut up. You carry all kinds of crap you don't have to, Dean. It kinda gets clearer when you're dead.

DEAN:
Well, in that case, you should be able to see that I am 90%...crap. I get rid of that, what then?

JO:
You really want to die not knowing? Dean.

DEAN:
Yeah.

JO:
It's time.

JO’s ghost turns on the burners on the gas stove.

FLASHBACKS to 5.10 Abandon All Hope: DEAN making explosives and placing the detonator in JO’s hand, DEAN kissing JO, the hardware store exploding.

EXT. NEAL’S TAVERN – NIGHT

The WOMAN leaves the bar and walks down the street. OSIRIS is waiting around a corner.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

JO’s ghost disappears from where it is standing at the stove and reappears almost instantly just outside DEAN’s salt circle.

JO:
Come on, Dean. I used to hunt ghosts. I know the tricks.

The window glass shatters and wind breaks the salt circle.

JO:
He's making me do this.

DEAN:
It's okay.

EXT. STREET NEAR NEAL’S TAVERN – NIGHT

The WOMAN reaches her car, takes her keys out of her bag, drops them and picks them up. OSIRIS puts a hand on her shoulder, turns her around and covers her mouth with his hand as she tries to scream.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

JO’s ghost takes a lighter out of DEAN’s pocket.

FLASHBACKS to 5.10 Abandon All Hope: DEAN placing the detonator in JO’s hand and her looking at him.

EXT. STREET NEAR NEAL’S TAVERN – NIGHT

The WOMAN and OSIRIS struggle. SAM comes up behind OSIRIS and stabs him with the ram’s horn. OSIRIS’s eyes change to blue light and his face cracks as he falls to the ground.

INT. HOTEL ROOM – NIGHT

JO’s ghost strokes DEAN’s cheek and drops the lighter, then vanishes. DEAN looks around.

DEAN:
Jo?

ACT FIVE

EXT. NEXT TO A RIVER – DAY

SAM and DEAN are drinking beers next to the Impala.

SAM:
So, uh, it seem like... you know, like... she was in pain?

DEAN:
No. No, just kind of faded. Regular Jo. Actually, maybe a little happier.

DEAN takes a drink of his beer.

DEAN:
I got a question. So where the hell did that come from, volunteering to defend me?

SAM:
He was gonna kick me out.

DEAN:
I don't know, man -- in another life, you uh... you might have made a pretty decent scuzzbag.

SAM laughs.

SAM:
I'm 0 for 1, Dean.

DEAN:
Ah, it's not your fault. You were pretty convincing.

SAM:
So, who was he talking about?

DEAN:
Who?

SAM:
That whole final witness thing.

DEAN:
No idea. Honestly, that could be just about anybody dead we know. By the way... I mean, I get why Judge Judy put me on trial -- I got guilt coming out of my pores. But...why'd he skip you?

SAM:
I think I just don't... feel guilty anymore.

DEAN:
Come on.

SAM:
Look, I don't know what to tell you, Dean. I mean, I've spent a lot of time feeling pretty crappy -- like, my whole life.

DEAN:
What, you got a secret stash of happy pills?

SAM:
Hell.

DEAN looks quizzical.

SAM:
Look, I'm not saying it's logical. I just...you know, I feel like I did a lot of stuff I should have felt bad for, and then I paid a lot of dues and came out the other side, you know?

DEAN:
And that worked? I mean, you really feel like your -- your slate's wiped?

SAM:
No. Nothing ever gets wiped.

SAM starts to walk around to the passenger side of the Impala.

SAM:
You know? Sometimes I see Lucifer when I friggin' brush my teeth, but, I don't know, I guess I just finally feel like... my past is my past, and I can move on with my life. You know, hopefully.

DEAN:
Easier said than done.

SAM:
Not arguing that.

DEAN:
Well, I don't know whether to be, uh, jealous or weirded out.

SAM:
You'll get used to it. I mean, I don't want to sound lame, but... I kind of feel good, Dean.

DEAN:
Well, you are going to be a pleasure to ride with.

They get into the Impala and drive away.

END

 

Source : SuperWiki

Kikavu ?

Au total, 106 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

CassieAuro 
27.12.2018 vers 20h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

DrSherlock 
06.07.2018 vers 19h

Ali3nBrain 
26.06.2018 vers 13h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

On recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute !! | Plus d'infos

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 21:56

Le Roadhouse 28
Hier à 17:06

Staff
05.01.2019

Meg Masters
Hier à 23:17

Katie Cassidy
Hier à 23:14

Partie Personnages
Hier à 21:43

Jessica Moore
Hier à 21:19

DJ Qualls
Hier à 21:09

Felicia Day
Hier à 21:05

Kevin McNally
Hier à 21:00

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne Série club

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Vendredi 25 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
Des épisodes 14.12 Prophet and Loss et 14.13 Lebanon (le 300e épisode) ainsi que la promo du...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Qu'avez-vous pensez de l'épisode de reprise, le 14.10 "Nihilism" ? Venez voter puis n'hésitez pas à...

Ce soir c'est le retour de Supernatural

Ce soir c'est le retour de Supernatural
Et pour vous permettre d'attendre voici la nouvelle promo de l'épisode 14x10 "Nihilism" dans notre...

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Qu'avez-vous pensé de l'épisode de reprise "Nihilism" ? N'hésitez pas à venir commenter dans le topic S14

Total : 8 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Hier à 23:00

Skins : nouveau sondage (Nicholas Hoult) et nouveau duel Dowton abbey vs The Tudors !!

quimper, Aujourd'hui à 00:51

Nouveau sondage sur Engrenages. Pas besoin de connaitre la série pour pouvoir voter.

Sas1608, Aujourd'hui à 15:09

Concours sur le quartier de Grey's Anatomy. A vous de créer un médecin qui va intégrer le Grey-Sloan ! On compte sur votre présence !!!

sauveur, Aujourd'hui à 21:32

La photo du mois du quartier Dallas attend toujours vos votes. Venez voter

juju93, Aujourd'hui à 22:19

"Souvenir du P-L-anet" : mur d'images du quartierThe L Word. Venez poster votre image préférée du générique.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site