VOTE | 651 fans

#703 : Amour de jeunesse

 

Réalisé par : Jensen Ackles
Ecrit par : Andrew Dabb & Daniel Lofflin

JENSEN ACKLES EST LE REALISATEUR - Dean est furieux après que Sam disparaît pour avoir suivi une piste semblable à une affaire qu'il avait conclu lorsqu'il était enfant. Le démon se trouve être Amy (Jewel Staite), qui tue des petits délinquants et qui se nourrit de leurs cerveaux - c'est le même démon auquel Sam a eu affaire plus jeune.

 

>>Photos Promo<<

Popularité


4 - 6 votes

Titre VO
The Girl Next Door

Titre VF
Amour de jeunesse

Première diffusion
07.10.2011

Première diffusion en France
17.11.2012

Vidéos

Promo #1

Promo #1

  

Sneak Peek

Sneak Peek

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Plus de détails

 



 

 

 

 

Dean est à l'hopitâl, après l'affrontement avec le leviathan. Un médecin remet sa jambe en place alors qu'il se débat pour essayer de s'enfuir. Mais les infirmières lui injectent de la morphine, et il s'endort. Il se réveille plus tard, et découvre avec stupeur que sa jambe a été plâtrée. Heureusement Bobby arrive, costumé. Il demande rapidement à Dean où est Sam, ce à quoi Dean répond qu'il devait passer des examens pour son traumatisme crânien. Bobby demande alors à Dean de le rejoindre à l'arrière de l'hôpital, où il l'attendra avec Sam dans une ambulance. Bobby lui tend des béquilles, et s'en va.

Bobby s'en va intercepter le brancard où Sam est allongé, et prétend devoir le transférer dans un autre établissement. Il ramène le cadet des Winchesters dans l'ambulance, et attend Dean, qui traverse l'hôpital aussi vite et aussi discrètement que possible. Le chirurgien possédé par un leviathan et son infirmière sont prévenus que les Winchesters sont là. Ils arrivent trop tard dans la chambre de Dean, mais parviennent à repérer l'ambulance où Bobby et Sam se trouvent. Heureusement, Dean arrive à temps, et les boys et Bobby peuvent s'en aller, avant que les leviathans ne les arrêtent.

*****************************SUPERNATURAL***********************

Whitefish, Montana. 3 semaines plus tard. Les boys et Bobby se sont réfugiés dans un chalet perdu dans les bois. Dean est absorbé par une telenovela, tandis que Sam bouquine. Bobby revient, avec les clés de l'Impala, ce qui rend le sourire à Dean. Puis le vieux chasseur fait le point sur la situation des leviathans, qui semblent s'étendre aux hôpitaux. Les chasseurs ne savent pas grand-chose sur eux, si ce n'est qu'ils agissent comme des polymorphes avides de chair humaine, et qu'ils ont le sang noir. Dean et Bobby continuent leur discussion alors que Sam a une absence. Il entend la voix de Lucifer et son regard se perd dans le vide. Dean le rappelle à l'ordre. Il lui demande si tout va bien, ce à quoi Sam répond que oui. Bien que Dean n'y croit pas, Bobby met fin à cette interaction et continue sur le sujet des leviathans. Il a fouillé le repère de Rufus, qui n'a rien laissé, et décide de faire un tour dans une bibliothèque, à défaut de pouvoir consulter ses livres, qui ont brûlé avec sa maison. Il confie néanmoins aux boys qu'il a fait des copies, dispersées dans le pays. Dean envoie Sam faire des emplettes, et lui recommande de ne pas oublier la tarte. Il profite de l'absence de son frère pour discuter de son état avec Bobby. Le vieux chasseur semble trouver que Sam a fait des progrès depuis la dernière fois, et qu'il faut lui laisser du temps pour gérer ça. Le chasseur croit que Sam peut guérir, mais Dean semble penser le contraire. Bobby décide de partir faire des recherces, et conseille à Dean de ne pas s'inquiéter et de profiter de sa convalescence pour ne rien faire, pour une fois.

Sam est à l'épicerie du coin et se dirige vers la caisse, où le vendeur enregistre ses achats. Le jeune homme en profite pour acheter le journal du jour, où les gros titres parlent d'un tueur au pic à glace qui aurait de nouveau frappé, ce qui attire l'attention de Sam. Le vendeur passe la carte de crédit que lui tend Sam, carte au nom de Lemmy Kilmister. L'enregistrement est transmis  à une banque, où un employé gérant le problème d'un client qui vient de se faire pirater son compte, reçoit la transmission. L'employé est possédé par un leviathan, et téléphone immédiatement à Edgar, pour lui signaler que les Winchesters sont dans le Montana. Edgar lui demande d'agir immédiatement.

Sam revient des courses. Dean essaie de savoir comment son frère se sent. Sam reste évasif, et même s'il voit toujours des choses irréelles, il assure à Dean qu'il parvient à gérer. Dean n'insiste pas et commence à fouiller dans un sac pour sortir la tarte, mais y trouve un tout autre gâteau, ce à quoi Sam répond que c'est assez proche d'une tarte.

Plus tard, alors que Dean est endormi sur le canapé, Sam lit le journal qu'il a acheté. Il se souvient d'une affaire similaire sur laquelle il a travaillé lorsqu'il n'était qu'un jeune adolescent. Flashback. On voit Sam, plus jeune, dire à Dean au téléphone que la chose que son père et lui chassent est un kitsune, une créature tuant par derrière et dévorant le cerveau de ses victimes. Sam se montre un peu réticent à refaire des recherches, aussi doit-il rendre des comptes à son père. Sam se décide alors à aller à la bibliothèque.

On retourne au présent. Dean est toujours profondément endormi sur le canapé. Sam se lève discrètement et dépose un mot sur la table. Puis, tout aussi discrètement, il s'en va.

Dans un skatepark, de nuit. Un dealer vend sa drogue à une jeune femme. Alors que la jeune femme se rend compte qu'elle n'a pas assez d'argent, le dealer lui propose un autre genre d'accord. Soudain, une sirène de police retentit au loin. La femme s'enfuie et le dealer décide de partir aussi. Il commence à traverser le parc lorsque que quelqu'un lui saute dessus, et le tue par un coup porté derrière la tête.

Le lendemain, Dean découvre le petit mot laissé par Sam, qui lui dit qu'il revient dans quelques jours. Dean appelle immédiatement Bobby pour lui dire que Sam est parti avec sa voiture, sans savoir où. Bobby lui demande de se calmer, et de ne pas paniquer. Il suggère que Sam avait peut-être besoin d'un peu de temps pour lui, et qu'il faut lui en laisser avant d'aller le retrouver. Ils doivent se contenter de l'appeler pour l'instant. Dean fait semblant d'être d'accord, raccroche, et entreprend alors de retirer lui-même son plâtre, à l'aide d'une scie électrique.

Sam se trouve à la morgue et interroge le policier chargé de l'affaire. Le policier s'étonne que Sam en sache autant sur le tueur, alors que ces détails n'ont pas été mentionnés par la presse. Sam dit qu'il a travaillé sur un cas similaire, et sur les conseils du policier, entreprend d'aller interroger le médecin légiste. Son téléphone sonne et lui indique alors qu'il a trois appels manqués, de Lars Von Umrich, qui n'est autre que son frère. Il remet son téléphone dans sa poche sans s'en soucier.

Pendant ce temps, Dean interroge l'épicier où Sam a fait ses achats. L'épicier ne se montre pas très coopératif mais avoue tout de même avoir vu Sam la veille, et que celui-ci a acheté le journal. Dean prend l'un des exemplaires et lit le titre sur le tueur au pic à glace, soupire, et s'en va.

Sam interroge le médecin légiste qui lui montre le corps du dealer mort. Celui-ci a un trou béant au niveau de la nuque. Sam comprend que le tueur, qui est bien un kitsune , a volé une partie du cerveau de la victime, dont il se nourrit. Plus tard, on voit Sam tracer un itinéraire sur une carte, de la même façon qu'il l'avait fait lorsqu'il était jeune. Il repère la prochaine ville où le kitsune devrait se rendre.

Sam se gare à l'endroit où il pense que le kitsune devrait se manifester. En patientant, il se souvient du moment où il avait repéré une jeune adolescente blonde, alors qu'il faisait des recherches sur cette affaire. C'est alors que le kitsune arrive. Sam sort de l'Impala discrètement.

Flashback. Sam est toujours en train de faire des recherches pour son frère et son père, et croise la jeune fille à plusieurs reprises, sans oser l'aborder. Après un énième coup de fil à Dean pour lui indiquer comment tuer un kitsune, en le poignardant en plein coeur, et après que Dean lui ait donné quelques conseils, Sam se décide à aller parler à l'adolescente. Mais celle-ci lui fait comprendre qu'elle ne lui laissera aucune chance, aussi Sam n'insiste pas. Plus tard, en sortant de la bibliothèque, Sam repère deux garçons qui ont suivi la jeune fille. Il arrive à temps pour les faire fuir. Sam se présente à la jeune fille, qui lui révèle son nom : Amy.

Présent. Sam suit le kitsune dans les bois, alors que celle-ci suit sa proie. Il arrête la créature avant qu'elle n'agisse, et on découvre alors que c'est Amy. Il l'entraîne pour une marche, armé d'un couteau. Amy essaie de le convaincre qu'elle mène une vie normale, mais Sam ne cède pas.

Flashback. Amy a emmené Sam chez elle pour lui soigner ses bleus. Ils font connaissance, Sam racontant comment il voyage constamment avec son père et à quel point il n'aime pas bouger constamment, Amy racontant qu'elle mène une vie similaire avec sa mère, et donc qu'elle comprend. Sam se jette à l'eau et l'embrasse.

Présent. Amy tente toujours de convaincre Sam qu'elle n'a rien fait de mal, qu'elle vit avec ce qu'elle est. Sam lui rappelle qu'elle a tué quelques personnes ces derniers temps, ce à quoi elle répond qu'elle n'avait pas le choix. Mais Sam ne peut pas la croire. Amy profite qu'il baisse la garde un instant pour l'assommer et s'enfuir, sans se rendre compte qu'elle vient de laisser des traces.

Dean est arrivé à la morgue visitée par Sam, et examine le même cadavre. Dean demande ce que Sam a fait, et le médecin légiste lui dit qu'il a juste posé des questions, notamment sur la disparition d'une partie du cerveau. Dean remet les pièces du puzzle en place. Plus tard, Dean appelle Bobby pour lui indiquer que Sam est partie chasser un kitsune, créature plutôt rare, que leur père avait chassé quelques années auparavant. Bobby semble rassuré de savoir que Sam travaille, mais il n'a pas plus d'idées que Dean sur le pourquoi du comment cette disparition inexpliquée. Dean raccroche, bien décidé à retrouver son frère et régler ses comptes.

Sam retrouve Amy dans la chambre de motel qu'elle a réservé sous le nom d'Amy Pond. Il se rend compte qu'elle a du sang frais sur les mains, et en conclue qu'elle vient de tuer de nouveau. Elle réplique qu'elle n'avait pas le choix, mais Sam demande des explications, avant de devoir la tuer. Amy fait alors appel aux souvenirs du jeune homme.

Flashback. Après leur baiser, Sam devient nerveux et renverse sans le vouloir, le soda au sol. Amy se précipite pour réparer les dégâts, afin que sa mère, qui a apparemment un côté colérique prononcé, ne voit rien. Sam rassure Amy en lui disant qu'elle est meilleure que sa mère, et que son père aussi est colérique, et qu'il ne veut pas plus devenir comme lui, que Amy veut devenir comme sa mère.

Présent. Amy tente toujours de s'expliquer, et après que Sam ait de nouveau insisté, elle ouvre la porte menant sur une chambre. Sam voit alors Jacob, le fils d'Amy, dormant profondément dans son lit. Amy explique qu'elle est devenue charognard et qu'elle ne se nourrit que sur les cadavres. Mais son fils est tombé malade et la seule façon de le guérir était de lui faire manger de la viande fraîche, c'est pourquoi elle a dû tuer ces personnes. Mais Jacob va mieux, alors elle promet à Sam qu'elle ne tuera plus. Elle lui rappelle qu'elle lui a sauvé la vie.

Flashback. Après leur petite discussion, Amy cache Sam dans le placard alors que sa mère rentre. Elle ordonne à sa fille de faire ses bagages, car des chasseurs conduisant une Impala sont après elle. Sam sort alors son couteau, alors que la mère d'Amy s'approche du placard. Amy la fait s'éloigner, prétextant qu'elle va tout ranger elle-même, sa mère sort, et Sam sort alors du placard. Il regarde Amy d'un autre air, maintenant qu'il la soupçonne d'être un monstre. Ses doutes se confirment lorsqu'il aperçoit un bocal ou un cerveau nage. Amy tente de cacher, mais Sam tend son couteau. Il avoue à Amy que les chasseurs se trouvant dans l'Impala sont son frère et son père. Mais Amy finit par convaincre Sam de ne pas la tuer, et de s'en aller avant que sa mère ne le trouve.

Présent. Sam rentre au motel, et se fait accueillir par le poing de Dean. Ce dernier est passablement en colère, et ne croit pas une seule seconde que Sam se sente aussi bien qu'il ne le prétend. Sam décide de tout expliquer calmement. Il avoue avoir gérer seul l'histoire du kitsune, et avoue même ne pas l'avoir tuée. Dean est étonné et demande pourquoi.

Flashback. La mère d'Amy trouve Sam alors qu'il tentait de sortir. Elle tente de le tuer malgré les protestations d'Amy, et y parvient presque. Mais Amy la poignard en plein coeur, sauvant la vie de Sam.

Présent. Dean est surpris que Sam ne lui ait jamais raconté cette histoire. Sam avoue qu'il ne voulait pas que son père puisse le savoir. Malgré le fait qu'Amy ait sauvé la vie de son frère, Dean n'est toujours pas convaincu que la laisser en vie soit une bonne idée, car malgré tout, elle a tué des gens.

Flashback. Sam convainc Amy de s'enfuir avant que son frère et son père ne débarquent. Il promet qu'il se chargera du cadavre. Amy tente de persuader Sam de s'enfuir avec elle, mais l'adolescent refuse, sachant qu'il ne peut pas. Amy s'enfuie.

Dean essaie de comprendre que Sam s'en est ressenti pour Amy, mais il lui rappelle que c'est un monstre. Sam le prend pour lui, et Dean s'excuse. Mais Sam n'est pas en colère, il est conscient d'être différent et conscient qu'il s'est battu en vain pour être normal alors qu'il ne l'est pas, mais il peut gérer ça, tout comme Amy. Il explique qu'elle ne se nourrit que de cadavre, mais qu'elle a fait une entorse à sa règle pour pouvoir sauver son fils, ce qu'il aurait lui-même fait, tout comme Dean , dans une situation similaire. Il demande à son grand frère d'au moins lui faire confiance à lui. Au grand étonnement de Sam, Dean acquiesce.

Dean et Sam repartent, et s'arrêtent à un motel, en cours de route pour rejoindre Bobby. Dean dépose Sam au motel, prétextant devoir passer à la pharmacie. Il repart, direction le motel où Amy loge.

Amy trouve Dean dans la chambre du motel, surprise. Dean explique que ne pas avoir changé de plaque d'immatriculation a été son erreur. Il se présente comme le frère de Sam, et confirme à Amy qu'il lui a tout expliqué. Mais Dean sait bien qu'on ne change pas la nature profonde d'une personne, peu importe les efforts fournis en ce sens. Un tueur reste un tueur. Il poignarde Amy, et la dépose délicatement sur le lit. Puis il se retourne pour partir, et tombe sur Jacob, qui lui promet qu'il le retrouvera pour le tuer. Dean ne proteste pas, et laisse Jacob se recueillir sur le corps de sa mère, puis il s'en va.

Dans l'épicerie du Montana. Le leviathan de la banque appelle son supérieur pour lui indique que les Winchesters sont bien passés par là, et qu'il est sur leurs traces. Il raccroche, et prend une marmite bouillante, pleine de fromage fondue. Il verse le contenu de la marmite sur l'épicier, toujours vivant, avant de le dévorer.

 

Ecrit par Deanlove35.

Amour de Jeunesse 

INT. HOPITAL DE SIOUX FALLS – SALLE DE TRAITEMENT – JOUR 

Dean est dans un lit d'hôpital, regardant la lumière devant lui. 

DOCTEUR : Un, deux, trois, on y va ! 

DEAN : Ahhhhhhhhh !  

DOCTEUR : Tenez-le ! 

DOCTEUR (à DEAN) : Détendez-vous. 

DEAN : Où est-ce que je suis ? 

DOCTEUR : Vous êtes à l'hôpital. 

DEAN : Quel hôpital ? 

DOCTEUR : L'hôpital de Sioux Falls. 

Une infirmière injecte un produit à Dean. 

DEAN : Où est mon frère ? Il faut qu'on s'en aille. 

DOCTEUR : Votre frère souffre d'un grave trauma crânien. On l'a envoyé passer une IRM. 

DEAN : Désolé, mais faut que j'y aille. 

DOCTEUR : Vous n'irez nulle part vu l'état de votre jambe. 

DEAN : Oh, c'est pas vrai... 

Dean s'évanouit. 

 

INT. HOPITAL DE SIOUX FALLS – CHAMBRE DE PATIENT – JOUR 

DEAN : Oh non, non. 

Dean retire le fil qui le relie aux machines et sort du lit en tombant, réaliser qu'il a une jambe plâtrée. 

DEAN : Qu'est-ce que c'est que ça ? 

Bobby entre dans la chambre et aperçoit Dean par terre. 

BOBBY : Ca va ? 

DEAN : Bobby, t'es vivant. 

BOBBY : Evidemment. Qu'est-ce que tu fous par terre ? 

DEAN : Ils m'ont filé de la morphine. Une dose de cheval. 

Bobby aide Dean à se relever. 

DEAN : Eh t'as vu, il y a un monstre qui m'a pété la jambe. Mais, qu'est-ce que... La maison a brulé. On t'a cru mort. 

BOBBY : Eh bien, je le suis pas. Enfin, pas encore. Il faut qu'on se tire. Cet endroit n'est pas sûr. O est Sam ? 

DEAN : Je crois qu'il passe un scanner. 

BOBBY : On se retrouve au parking des ambulances, d'accord ? Je vais aller chercher Sam. 

DEAN : Où ça t'as dit ? J'ai une jambe dans le plâtre ? 

Bobby donne à Dean des béquilles. 

BOBBY : Eh ! Ca va aller. 

Bobby tape plusieurs fois la joue de Dean et sourit. 

 

INT. HOPITAL DE SIOUX FALLS – JOUR 

Dr Gaines se lave les mains et une infirmière lui tend une serviette. 

DR GAINES : On prend le dessert tout à l'heure, j'imagine. 

Le téléphone du Dr sonne et l'infirmière décroche et lui place à son oreille. 

DR GAINES : Allo ? Les Winchester ? 

Dean sort de l'hôpital en béquilles. Bobby s'approche d'un brancard et aperçoit Sam. 

BOBBY : Eh, attendez une seconde. C'est qui celui-là ? 

Bobby regarde les papiers sur le brancard de Sam. 

BOBBY : Ah ouais, c'est bien lui. Sa mutuelle a expiré. On l'envoie à l'hôpital du comté. 

Bobby se met à pousser le brancard. 

BOBBY (à SAM) : C'est parti mon joli. On va aller te soigner dans un endroit un peu plus sûr. 

Le Dr Gaines et l'infirmière marchent rapidement dans les couloirs et réalisent que Dean n'est plus dans sa chambre. Bobby continue à pousser jusqu'à atteindre l'entrée des ambulances et l'installe dans une. 

BOBBY : Allez, magne-toi le train. 

Par le rétroviseur, Bobby aperçoit le Dr et l'infirmière sortir de l'hôpital. 

BOBBY : Bordel de Dieu ! Dépêche-toi ! Ramène ta fraise ! 

Dean grimpe dans l'ambulance. 

DEAN : Roule, roule, roule, roule, roule ! 

Bobby accélère. Le Dr et l'infirmière leur courent après, mais cessent rapidement. Il sort son téléphone. 

 

SUPERNATURAL 

 

INT. CABANE - WHITEFISH, MONTANA – JOUR (3 semaines plus tard) 

Sam lit à une table et Dean regarde la télévision. Sur l'écran, une femme pleure la mort d'un homme Bobby entre. 

DEAN : Tu devineras jamais. Ricardo. 

BOBBY : Qu'est-ce qui lui est arrivé ? 

DEAN : Il s'est suicidé. 

BOBBY : Adiós, amigo. 

Dean est très ému par son film. 

BOBBY : Ca devrait te remonter le moral. 

Bobby lui donne ses clés de voiture. 

DEAN : Mon bébé. J'ai plus qu'à enlever ce foutu plâtre et je pourrais conduire à nouveau.. 

SAM : Alors, c'est comment dehors ? 

BOBBY : Bizarre avec un net penchant pour le gore. J'ai parlé à quelques confrères. Ils tombent tous sur le même genre de saloperies qui avaient posé leurs balloches à l'hôpital. 

DEAN : Ouais, et qui ont voulu te cramer dans ta baraque. 

BOBBY : C'est ça oui. On arrive tous à une seule conclusion. Elles sont un peu comme des polymorphes sauf qu'elles aiment bien bouffer des gens. Et, rien ne peut les tuer. 

DEAN : C'est génial. T'as pas d'autres infos ? 

BOBBY : Si. Elles saignent une matière visqueuse noire. 

SAM : Comme le truc qui suintait de Castiel ? Ces choses du Purgatoire. Les... Les Leviathans. 

BOBBY : Ouais. 

DEAN : Au fait, les bestioles que toi et le Sherif avait vu à l'hosto, est-ce qu'elles sévissent toujours ? 

BOBBY : J'ai passé 2-3 coups de fil. Ce médecin n'est jamais revenu bosser. Idem pour l'infirmière en chef et le... 

Sam commence à entendre des voix dans sa tête. 

DEAN : T'en dis quoi Sammy ? Sammy ? Sam ! 

LUCIFER (dans la tête de Sam) : Sam... 

DEAN : Sam ! 

SAM : Ouais. Je suis là. 

DEAN : Ca va ? 

SAM : Ouais, ça va. 

Il y a un long silence.. 

BOBBY : Bon. Toutes les archives que je pouvais avoir ont brûlé, alors... 

DEAN : Rufus a pu laisser des trucs. Il y avait quoi dans la cave ? 

BOBBY : Des rations de survie et de la poussière. Je crois qu'il était plus venu ici depuis des années. Ce qui veut dire qu'il va falloir que j'aille faire un tour dans mes bouquins. 

SAM : Tu nous as pas dit que a plupart était unique ? 

BOBBY : Si. C'est pour ça que j'en ai planqué des copies un peu partout. 

DEAN : T'as raison. Vas-y. Eh, monsieur le valide. Il y a plus rien à bouffer. Tu veux bien aller faire des courses ? 

SAM : Ouais si tu veux. 

Dean lance les clés de l'Impala à Sam. 

DEAN : Fais attention, prends-en soin. Ah, et, rapporte moi... 

SAM : Oui ? 

DEAN : De la tarte. 

SAM : De la tarte. 

Sam part. 

DEAN : Bon alors ? 

BOBBY : Alors quoi ? 

DEAN : Comment ça, alors quoi ? Je rêve ! Non, mais, t'as vu comment il est ? T'en penses quoi ? 

BOBBY : Je trouve que son état s'améliore. 

DEAN : Tu plaisantes ? T'as vu ce qu'il vient de nous faire ? 

BOBBY : Je l'ai vu zapper une fois. C'est déjà mieux qu'avant. 

DEAN : T'es sérieux ?! 

BOBBY : Ecoute. Tel que je vois les choses, ça marche pareil pour ta tête et pour ta guibole. Les gens guérissent de façon progressive. 

DEAN : Tu te fous de moi, j'espère ? J'enlève ce truc dans 5 jours et j'y penserai plus. Sam est imprévisible. C'est une vraie bombe à retardement. 

BOBBY : On va pas dire qu'il nous cache beaucoup de trucs. Il faut faire avec ce qu'on a. Qu'est-ce que ça a de si mal de vouloir voir le verre à moitié plein pour une fois ? 

DEAN : Parce que ça marche pas comme ça, Bobby, tu le sais très bien. Et, c'est encore plus vrai quand il s'agit de Sam ! Il va nous claquer dans les pâtes, c'est une question de temps. 

BOBBY : Si tu le dis. Et si on s'occupait un peu des problèmes plus urgents ? A l'heure qu'il est, il nous faut des infos. Je m'en occupe. Toi, tu restes ici et tu te reposes. Je t'appelle plus tard. Dean... Je t'assure que te ronger les sangs comme tu le fais n'arrangera rien du tout. Qui sait ? Il va peut-être te surprendre. 

Bobby part. 

 

INT. BOUTIQUE WHITEFISH MT GAS & SIP JOUR 

Sam porte un panier de courses et l'amène à la caisse. 

SAM : Bonjour. 

CAISSIER : Bonjour. 

Sam aperçoit un journal avec le titre 'Le tueur au pic à glace frappe à nouveau'. 

CAISSIER : Vous prenez le journal ? 

SAM : Euh... Oui, s'il vous plaît. Tenez.. 

Sam donne une carte de crédit au nom de Lemmy Kilmister. 

 

INT. BUREAUJOUR 

Un homme est assis à un bureau devant un ordinateur et il parle au téléphone. 

HOMME (au téléphone) : Oui monsieur. Et, il y a d'autres paiements bizarres sur votre relevé ? Par exemple, celui du 27 mai à l'ordre de Maîtresse Magda. Ah non, je suis désolée. 

Un flash d'alerte apparaît sur l'écran, prévenant que Lemmy Kilmister a utilisé sa carte de crédit. 

HOMME (au téléphone) : Je vous rappelle. 

L'homme sort un téléphone et passe un appel. 

 

EXT. DOTTIE’S BAKERY AND CAFE – JOUR 

Edgar est assis en terrasse avec une tasse de café et un journal

EDGAR (au téléphone) : Allô ? 

HOMME (au téléphone) : C'est Jeff monsieur. Les Winchester ont été repéré par un de mes programmes. 

EDGAR (au téléphone) : Excellent. 
Great. 

HOMME (au téléphone) : Une petite épicerie dans le Montana. A environ deux jours de voiture d'ici. 

EDGAR (au téléphone) : Et alors ? 

HOMME (au téléphone) : Alors quoi ? 

EDGAR (au téléphone) : Qu'est-ce que vous faites encore au téléphone ? 

Edgar raccroche et l'homme quitte son bureau. 

 

INT. CABANE DE RUFUS WHITEFISH, MONTANA – JOUR 

Sam pose un sachet de courses sur la table près de Dean qui l'attrape. 

DEAN : Ah, ça c'est cool. 

SAM : De rien. 

Dean éteint la télé. 

SAM : Où est Bobby ? Il est parti ? 

DEAN : Ouais; Et, comment tu te sens ? 

SAM : Bien. 

DEAN : Je veux dire, tu vois toujours, tu sais... 

SAM : Ouais, ça va, j'ai compris. Je sais de quoi tu parles. Ouais, c'est toujours pareil. Je vois des trucs qui sont pas réels. Mais, ça va maintenant, j'arrive à faire la différence. 

DEAN : Tu trouves que ça s'améliore ? 

SAM : Franchement ? J'en sais rien. J'arrive à vivre avec, alors... T'inquiète pas. 

DEAN : Bah, où est ma tarte ? 

SAM : Je t'ai pris du gâteau. C'est presque pareil, non ? 

Quelques temps plus tard, Dean est endormi sur le canapé. Sam lit l'article dans le journal. 'Les blessures caractéristiques es victimes sont la signature du tueur'. 

 

FLASHBACK : EXT. LINCOLN, NEBRASKA, 1998 – JOUR 

Le jeune Sam lit un journal sur un banc tout en parlant au téléphone. 

JEUNE SAM (au téléphone) : Ouais, d'après ce que j'ai pu trouver, ces créatures s'appellent des Kitsune. Non, pas vraiment. On dirait des humains. Jusqu'à ce qu'elles te sortent leurs griffes et qu'elles te les plantent derrière l'oreille. J'en sais rien. J'en suis pas encore là. Oui, Dean, je sais qu'il faut les éliminer. Mais, Oncle Bobby a que des livres en langue étrangère. Oui, c'est ce que je fais. Non, non, non, s'il te plait, ne passe pas le téléphone. Salut papa. Oui, je sais. Je sais qu'ils ont tué plein de gens. Oui, je partais justement à la bibliothèque. 

 

INT. CABANE DE RUFUS WHITEFISH, MONTANA – JOUR 

Alors que Dean dort toujours, Sam lui laisse une note, prend les clés de l'Impala et sort de la cabane. 

 

EXT. SOUS UN PONT – NUIT 

HOMME : Désolée ma jolie. Les prix grimpent. 55. 

FEMME : Non. J'ai pas autant sur moi. 

HOMME : C'est dommage. On peut peut-être trouver un arrangement. 

A l'entente d'une sirène de police, l'homme et la femme se séparent. L'homme s'engouffre sous le pont. Il entend un bruit, mais n'aperçoit rien. Il continue donc jusqu'à ce que quelqu'un le mette à terre et le tue. Du sang coule de l'arrière de sa tête. 

 

INT. RUFUS’ CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY 

Dean se réveille et lit la note de Sam. 'Je reviens dans quelques jours. Tout va bien. Sam'. 

DEAN (au téléphone) : Il nous a claqués dans les pattes. 

Bobby est à une station au téléphone, à l'autre bout du fil. 

BOBBY (au téléphone) : De qui tu parles ? 

DEAN (au téléphone) : Sam. Il s'est fait la malle. 

BOBBY (au téléphone) : Où ça ? 

DEAN (au téléphone) : J'en sais rien et ça me plaît pas. 

BOBBY (au téléphone) : Il avait peut-être besoin de passer un peu de temps tout seul. 

DEAN (au téléphone) : Le problème, c'est qu'il est jamais tout seul en ce moment. Pour ce qu'on en sait, il est peut-être parti en balade avec Lucifer. Et moi, je me fais un remake de Fenêtres sur Cour. 

BOBBY (au téléphone) : J'imagine que tu lui as téléphoné. 

DEAN (au téléphone) : Je tombe sur la boîte vocale. Il a désactivé son GPS et il m'a pris ma bagnole ! 

BOBBY (au téléphone) : Pas de panique. 

DEAN (au téléphone) : Trop tard. 

BOBBY (au téléphone) : C'est bon, il a dit qu'il allait bien. Donc, on va lui laisser quelques jours. Le temps que tu retires ton plâtre et ensuite, on part à sa recherche. Et, en attendant, on va continuer à l'appeler. 

DEAN (au téléphone) : D'accord. 

Dean raccroche. Il prend une scie circulaire. 

DEAN : Et toi, lâche-moi la jambe. 

Dean enlève le plâtre avec la scie circulaire. 

 

INT. COMMISSARIATJOUR 

SAM : Vous croyez que c'est la même personne ? Le tueur au pic à glace ? 

OFFICIER DE POLICE : C'est le même mode opératoire. En tout cas, celui-ci, je vais pas pleurer sa mort. 

SAM : Vous le connaissiez ? 

OFFICIER DE POLICE : Je l'ai coffré une demi-douzaine de fois. Un vrai citoyen modèle. 

SAM : Alors, c'est quoi l'histoire ? Le tueur arrive en ville et tue un petit voyou avant de s'en aller ? 

OFFICIER DE POLICE : Ouais, on dirait. 

SAM : Et, il frappe toujours au même endroit ? Derrière l'oreille ? 

OFFICIER DE POLICE : Ouais. Il y en a quand même qui sont pas nets. Mais, on avait pas donné ce détail aux journaux. Comment vous le savez ? 

SAM : J'ai déjà bossé sur une affaire similaire. 

OFFICIER DE POLICE :  Il y aurait un lien ? 

SAM : Il y avait rien d'étrange au niveau du cerveau ? 

OFFICIER DE POLICE : De quel genre ? 

SAM : Genre... Plus de cerveau ? 

OFFICIER DE POLICE : Voyez ça avec le légiste. 

SAM : D'accord. Merci 

Le téléphone de Sam sonne. Il le sort de sa poche et voit qu'il a trois appels manqués de 'Lars Ulrich'. 

 

INT. BOUTIQUE WHITEFISH MT GAS & SIP JOUR 

DEAN : Bonjour. Est-ce qu'un type assez grand est venu hier ? 

CAISSIER : C'est super précis. 

DEAN : Enfin, vraiment grand. A peu près de cette taille là. 

CAISSIER : Ouais, c'est possible. Un brun, c'est ça ? 

DEAN : Oui, c'est ça, c'est lui. Et vous vous rappelez ce qu'il a acheté ? 

CAISSIER : Surement des trucs à manger. 

DEAN : Et, il a pris le journal ? Celui d'hier, il vous en reste ? 

CAISSIER : Ouais, dans cette caisse. 

DEAN : Ah. 

Dean prend le journal et aperçoit le gros titre 'Le tueur au pic à glace frappe à nouveau'. 

DEAN : Je peux ? 

Dean part avec le journal. 

 

INT. MORGUEJOUR 

MEDECIN LEGISTE : C'est assez rare qu'on ait des meurtres dans le coin. Alors, un tueur en série... 

SAM : Alors, qu'est-ce que vous avez trouvé ? 

MEDECIN LEGISTE : C'est plutôt ce qu'on a pas trouvé. Je vais vous montrer. Une grosse portion du mésencéphale a disparu. 

SAM : Le mésencéphale, vous voulez dire, l'hypophyse ? 

MEDECIN LEGISTE : Tout à fait. Son hypophyse avait complètement disparu. Coment vous le saviez ? 

 

FLASHBACK : INT. BIBLIOTHEQUE JOUR 

Le jeune Sam est assis à une table avec un livre, tout en étant au téléphone. 

JEUNE SAM (au téléphone) : Oui, il leur faut un apport régulier en hypophyse s'ils veulent avoir une chance de survivre. 

 

INT. MORGUEJOUR 

SAM : Disons, une intuition. 

 

INT. CHAMBRE DE MOTEL DE SAMJOUR 

Sam accroche ses recherches sur le mur et marque des lieux sur une carte. 

 

FLASHBACK : INT. BIBLIOTHEQUE JOUR 

JEUNE SAM (au téléphone) : Attends, attends. Va pas si vite. 

Le jeune Sam est assis à un bureau, marquant des lieux sur une carte. 

JEUNE SAM (au téléphone) : D'accord. On a retrouvé les victimes dans des parcs juste au bord de l'autoroute. Une seule par ville. T'appelles ça une piste ? Quoi ? Je suis juste un peu fatigué. Je passe tout mon temps sur ses recherches. Attends une seconde, je te rappelle plus tard. 

Le jeune Sam raccroche et dessine une ligne sur la carte entre les différentes croix. 

 

INT. CHAMBRE DE MOTEL DE SAMJOUR 

Sam dessine une ligne sur la carte entre les différentes croix et entoure un autre endroit. 

 

EXT. RUE DESERTE – NIGHT 

Sam gare l'Impala et attend. 

 

FLASHBACK : EXT. DEVANT LA BIBLIOTHEQUE DE LANCASTER – JOUR 

JEUNE SAM : Un triple double expresso. 

VENDEUR : Si tu veux. 

Le jeune Sam aperçoit une jeune femme blonde entrer dans la bibliothèque. 

VENDEUR : Et voilà. Un trile double expresso. 

JEUNE SAM : Merci. 

Le jeune Sam retourne à la bibliothèque. Il lit un livre. Il regarde la fille blonde qui l'aperçoit aussi. 

 

EXT. RUE DESERTE – NIGHT 

Sam est toujours dans l'Impala. Une voiture se gare pas loin et quelqu'un en sort. 

 

FLASHBACK : INT. BIBLIOTHEQUE DE LANCASTER – JOUR 

Le jeune Sam prend un livre et aperçoit Amy de l'autre côté des étagères. 

JEUNE SAM (au téléphone) : Il faut le poignarder dans le cœur. Le poignarder. Dans le cœur ! J'ai dit qu'il fallait le poignarder dans le cœur ! 

BIBLIOTHECAIRE : Chut ! 

JEUNE SAM (au téléphone) : C a y est, t'as tout noté ? J'ai le droit de vivre une vie normale pendant 5 petites minutes ? Ah Dean, j'ai une question. Comment est-ce qu'on parle aux filles ? 

Le jeune Sam se rhabille et s'approche de la jeune fille blonde, qui est assis à une table. Il aperçoit son pendentif : une lune croissante. 

JEUNE SAM : En fait, je voulais seulement. Je voulais te dire salut, c'est tout... 

FILLE BLONDE : Non. Fiche moi la paix. J'ai pas le droit de parler avec les garçons. 

Le jeune Sam acquiesce et part de la bibliothèque. Elle sort également peu après et 2 garçons la suivent. Sam s'en aperçoit et les suit. 

FILLE BLONDE : Laissez-moi tranquille. 

GARCON 1 : On veut seulement discuter un peu. 

FILLE BLONDE : Je dois rentrer. 

Le deuxième garçon met une main sur son épaule et la pousse contre un arbre. 

GARCON 1 : C'est pas très poli ça. 

FILLE BLONDE : Ne me touche pas ! 

GARCON 1: Eh, je t'ai dit d'être gentil. 

JEUNE SAM : Laisse-la. 

GARCON 1 : Barre-toi ! Comment il se la joue le nain de jardin ! 

Ils s'approchent de Sam et commencent à vouloir le frapper. Le jeune Sam se défend et les frappe avant. Les deux finissent par déguerpir. 

GARCON 1 : Allez, viens, on s'arrache d'ici. 

JEUNE SAM : Salut. Je m'appelle Sam. 

FILLE BLONDE : Et moi Amy. 

 

EXT. BOIS NUIT 

Sam suit une femme qui marche dans les bois. Elle regarde un homme près de sa voiture qui fait tomber ses clés. Sam apparaît derrière la femme. Elle se retourne et Sam tient un couteau dans sa main, tourné vers elle. 

SAM : Salut Amy. 

AMY : Sam. C'est toi. 

SAM : Oui. 

AMY : Je... J'aurais jamais cru te revoir un jour. Qu'est-ce que tu fais ici ? 

SAM : Tu t'en doutes pas ? 

AMY : T'as bien grandi en tout cas. 

SAM : Je suis pas là pour ça. Hein ? On va faire un tour. 

AMY : Sam... 

SAM : Avance. 

Ils marchent, Sam tenant toujours le couteau vers Amy. 

SAM : Alors, même type de cibles et même mode opératoire. Comme quand on était gamins. 

AMY : Non, tu fais erreur. Je t'assure... C'est pas... Je travaille au même endroit depuis 6 ans maintenant. J'ai... J'ai une maison, deux chats, un crédit sur le dos. J'ai une vie normale. 

SAM : T'appelles ça normal ? 

 

FLASHBACK: INT. MAISON DE AMYJOUR 

JEUNE AMY : Prêt à jour au docteur ? 

Le jeune Sam est assis sur le canapé. 

JEUNE AMY : Tu veux bien m'expliquer ? 

JEUNE SAM : Quoi ? 

JEUNE AMY : Comment t'as fait pour casser la figure à ces deux mecs ! Je veux dire... Le prends pas mal, mais t'es un peu... 

JEUNE SAM : Un peu sec ? 

JEUNE AMY : Ouais, c'est ça. Alors ? 

JEUNE SAM : C'est parce que je regarde pas mal de films de Bruce Lee. 

JEUNE AMY : T'as soif ? 

JEUNE SAM : Oui. 

Amy ouvre le frigo, pousse les bocaux contenant des morceaux de cerveau afin d'attendre une canette de soda. 

JEUNE AMY : Est-ce que t'es du coin ? 

JEUNE SAM : Non, pas vraiment. Elle est cool cette chanson. Mon père n'écoute pas beaucoup de musiques enregistrées après 1979. 

Le jeune Sam tient la canette contre son visage blessé. 

JEUNE AMY : Et ça veut dire que toi non plus ? 

JEUNE SAM : Je suis souvent coincé dans la voiture. Mon père voyage beaucoup pour son boulot. 

JEUNE AMY : Ma mère et moi, on bouge pas mal nous aussi. Elle me dit toujours qu'il faut se laisser porter par le vent. 

JEUNE SAM : Genre hippie ? 

JEUNE AMY : Moins le peace and love. 

Amy prend la canette et boit une gorgée. 

JEUNE SAM : On est tout le temps entre deux villes. J'ai vu la plus grosse bobine de ficelle deux fois. 

JEUNE AMY : Moi trois fois. Elle est pas si grosse. 

JEUNE SAM : C'est vrai ! 

Ils rigolent. 

JEUNE SAM : Franchement, tu trouves pas que ça craint de déménager tout le temps ? On est toujours le petit nouveau et tout le monde te prend pour un barje. 

JEUNE AMY : Sam, tu es barje. Mais, c'était pareil pour Jimi Hendrix ou... Picasso. Et pour moi. Les gens les plus cools sont tous barjes. 

Ils s'embrassent. 

 

EXT. BOIS – NUIT 

AMY : Sam, je te promets que j'arrive à me contrôler. 

SAM : Tu as planté trois hommes cette semaine. 

AMY : Non, tu comprends pas. Ca n'a rien à voir. Je ne suis pas une simple meurtrière. Je n'ai pas eu le choix. 

SAM : Pourquoi ? 

AMY : Je peux pas te le dire. J'ai du le faire, c'est tout. Je t'en prie, tu dois me croire. 

SAM : Je peux pas. Je suis désolée. 

AMY : Pas autant que moi. 

Amy attrape le couteau des mains de Sam et le met à terre. Sam est allongé. 

 

INT. MORGUEJOUR 

MEDECIN LEGISTE : C'est celui qu'il a demandé à voir. 

DEAN : Parfait. Et, dites-moi, est-ce que par hasard, il a fait quelque chose avec ? 

MEDECIN LEGISTE : Non, il m'a posé quelques questions sur les autres victimes. A propos des hypophyses manquantes. 

DEAN : Je le crois pas. 

 

VOITURE DE BOBBY – NUIT 

BOBBY (au téléphone) : Sam est parti chasser quoi ? 

Dean est dans une voiture empruntée, au téléphone. 

DEAN (au téléphone) : Un Kitsune. C'est plutôt rare. J'en ai pisté un avec papa en 98. 

BOBBY (au téléphone) : Ouais, ça me dit quelque chose. 

DEAN (au téléphone) : Il y avait pas de quoi s'en relever la nuit. 

BOBBY (au téléphone) : Bon, maintenant, on sait qu'il est sur une affaire. 

DEAN (au téléphone) : D'accord, mais pourquoi jouer les filles de l'air ? 

BOBBY (au téléphone) : J'en sais rien du tout. Tu vas faire quoi quand tu le retrouveras ? 

DEAN (au téléphone) : J'ai ma petite idée. 

 

INT. MAISON D'AMY – NUIT 

Amy met des vêtements dans une valise et cache des cadres photos. Elle s'arrête d'un coup et se retourne. Sam est là. 

AMY : Commen tu m'as retrouvé ? 

Sam  lui montre un reçu. 

SAM : T'as laissé tomber ça. Amy Pond, hein ? Joli nom. Le crédit, c'était pas une blague... 

AMY : Sam... 

Sam aperçoit du sang sur la main d'Amy. 

SAM : C'est du sang frais ? Et c'est pas le mien. T'as encore tué quelqu'un ! 

AMY : Tu crois que j'en avais envie ? 

SAM : Je crois que tu devrais me dire à quoi tu joues. Sinon, je serai forcé de te tuer que je le veuille ou non. 

AMY : Je ne peux rien te dire. Enfin Sam, tu me connais. 

SAM : Non, je te connaissais. Mais, c'était il y a un bail. 

AMY : Non, tu me connais très bien. Tu sais qui je suis vraiment. 

 

FLASHBACK: INT. MAISON DE LA JEUNE AMY JOUR 

Sam et Amy interrompent leur baiser. Sam renverse sa canette à terre. 

JEUNE AMY : Oh merde. 

JEUNE SAM : Désolé, je l'ai pas fait exprès. 

JEUNE AMY : C'est rien. Mais, si ma mère voit ça, elle va péter un plomb ? 

JEUNE SAM : Ah bon ? Mais, c'était un accident. 

JEUNE AMY : Elle perd facilement son calme. Ca arrive parfois, mais j'ai l'habitude. 

JEUNE SAM : Mon père est pareil. Il faut pas le voir quand il a trop bu. 

JEUNE AMY : Ma mère... Je crois pas que ce soit quelqu'un de bien. Parfois, je me dis que je suis exactement comme elle. 

JEUNE SAM : T'as tort. 

JEUNE AMY : J'en suis pas si sûre. 

Sam pose sa main sur celle d'Amy. 

JEUNE SAM : J'ai vu assez de gens mauvais pour reconnaitre quelqu'un de bien. 

JEUNE AMY : Le problème, c'est qu'elle a des tas de projets pour moi, mais... je veux pas devenir comme elle. 

JEUNE SAM : Je veux pas être comme mon père non plus. 

 

INT. MAISON D'AMY – NUIT 

SAM : Ca suffit. Tu vas me dire ce qu'il se passe. 

AMY : Lâche ton couteau et je te montrerai. 

SAM : Montre moi et je lâcherai le couteau. 

AMY : Surtout ne bouge pas. 

Amy ouvre la porte d'une chambre où un enfant dort. 

AMY : C'est Jacob. Mon fils. J'ai construit ma vie ici, Sam. Je suis déléguée des parents d'élèves, je suis banale. 

SAM : Mais, tu te nourris toujours. 

AMY : Sur les morts. Je bosse aux pompes funèbres. Je sais. C'est pas très sexy, mais j'ai pas mieux comme couverture santé. Je prends discrètement ce dont on a besoin. Il n'y a pas de blessé. Bien sûr, c'est dangereux, de se nourrir comme ça, en particulier pour un enfant. Jacob est tombé malade. Il était mourant. Il y avait qu'une seule façon pour lui de guérir... 

SAM : Il lui fallait de la viande fraîche. 

AMY : Ca a fonctionné. Après sa dernière ration, la fièvre est descendue. 

SAM : Amy... 

AMY : C'est terminé. 

SAM : Tu peux pas en être sûre. 

AMY : Je t'en donne ma parole. Tu crois que verser plus de sang va vraiment arranger les choses ? Tu peux t'en aller et oublier tout ça. Et moi aussi. Sam... Rappelle toi ce que j'ai fait pour toi. 

 

FLASHBACK: INT. MAISON DE LA JEUNE AMYJOUR 

JEUNE SAM : Amy, je... 

JEUNE AMY : Cache toi ! 

JEUNE SAM : Quoi ? 

JEUNE AMY : Vite ! 

Amy cache Sam dans le placard. La mère d'Amy rentre. 

JEUNE AMY : Salut. 

MERE D'AMY : Ils nous ont retrouvées. 

JEUNE AMY : De qui tu parles ? 

MERE D'AMY : De chasseurs dans une Impala déglinguée. On s'en va. 

JEUNE AMY : Mais, maman... 

MERE D'AMY : Je ne vais pas me répéter. C'est moi qui mets le pain sur la table, alors tu vas faire ce que je te dis ou je te laisserai crever de faim. 

La mère d'Amy s'approche du placard où se cache Sam. 

JEUNE AMY : D'accord. Va faire le plein, je fais les bagages. 

Sam prépare son couteau. 

MERE D'AMY : Je préfère ça. 

La mère d'Amy sort. Sam sort du placard. 

JEUNE AMY : Super comme premier rencard. Je suis désolée que tu partes comme ça, mais...  Qu'est-ce que t'as ? Ecoute, je sais que ma mère est un peu... 

JEUNE SAM : Non. Je dois y aller, je suis désolé. 

Sam aperçoit un cerveau dans un bocal sur la table. 

JEUNE AMY : Oh, c'est rien ça, c'est juste... 

Sam lève son couteau. 

JEUNE AMY : Sam ? 

JEUNE SAM : Il y a mon père et mon frère dans l'Impala. T'es un monstre. 

JEUNE AMY : Et toi un chasseur. Alors, ça veut dire que tu vas devoir me tuer ? Et que je vais devoir te tuer ? 

JEUNE SAM : Ouais, on dirait. 

JEUNE AMY : Sam, j'ai jamais tué personne. Je veux pas te faire de mal. Tu veux m'en faire à moi ? 

JEUNE SAM : Non. 

JEUNE AMY : Alors, fuis. Si ma mère te trouve ici, elle te tuera. Je t'en prie Sam. 

 

EXT. MOTEL DE SAM – NUIT 

Sam rentre au motel. Il déverrouille la porte et se fait frapper par Dean, qui l'attendait à l'intérieur. Il tombe en arrière dans les plantes. 

DEAN : Ca va Sam ? 

 

INT. MOTEL DE SAM – NUIT 

DEAN : Nouvelle règle. Si tu voles ma bagnole, je t'en mets une. Qu'est-ce qui t'as pris de te barrer comme ça ? Le premier truc auquel j'ai pensé C'est que tu fricotais avec Satan ! 

Sam prend une canette de soda du frigo et la met sur sa tête. 

SAM : Dean, arrête ! Combien de fois va falloir que je te le dise ? Je vais bien. 

DEAN : Oh oui, c'est clair que tu respires le bien-être à plein nez ! T'as une idée des scénarios catastrophes qui me sont passés par la tête ? 

SAM : C'est bon, je t'ai laissé un message. Il y avait une affaire en ville. 

DEAN : Ouais, un Kitsune. Ouais, ouais. Ca va, je suis au courant. Et, je peux savoir pour quelle raison tu réponds pas au téléphone ? 

SAM : Parce que je voulais m'en charger seul. Et, je l'ai fait. L'affaire est réglée. 

DEAN : Ah oui ? 

SAM : Oui. 

DEAN : Et, où est le corps ? 

SAM : Il y en a pas. 

DEAN : Et, pourquoi ça ? 

SAM : Parce que je l'ai épargnée. Elle est partie. 

DEAN : Tu as fait quoi ? Pourquoi ? 

 

FLASHBACK : INT. MAISON DE LA JEUNE AMYJOUR 

Sam ouvre la porte et se retrouve face à la mère d'Amy, qui l'attrape de force et le fait rentrer. 

JEUNE AMY : Sam ! 

MERE D'AMY : Je me doutais que tu cachais quelque chose. D'habitude, on peut jamais déménager sans qu'Amy pique sa petite crise. Alors, quand elle a accepté de partir sans rien dire... j'ai trouvé ça louche. C'est qui celui-là ? 

JEUNE AMY : C'est mon ami. 

MERE D'AMY : Non, tu te gourres. 

JEUNE AMY : Sam ! 

MERE D'AMY : La ferme ! Qu'est-ce qui tourne pas rond chez toi ? Tu es vraiment aussi stupide que ça ? Je te l'ai dit des dizaines de fois, tu ne peux pas avoir d'amis. Ce gamin, pour nous, c'est de la nourriture. 

JEUNE AMY : Non ! 

La mère d'Amy lâche Sam et gifle sa fille. Elle se retourne ensuite et prépare son poing. 

MERE D'AMY : Tu l'auras bien cherché. 

Les ongles de la mère d'Amy pousse et alors qu'elle s'apprête à attaquer Sam, Amy la poignarde. 

 

INT. MOTEL DE SAM – NUIT 

DEAN : Tu m'avais jamais dit ça. 

SAM : Je l'ai jamais dit à personne. Pense une seconde à ce que papa lui aurait fait. 

DEAN : Donc, t'as vu l'article du journal et t'as rappliqué ventre à terre ? 

SAM : C'est moi qui avais merdé. 

DEAN : Et la laisser fuir, ça arrange les choses ? 

SAM : Elle a tué sa propre mère pour me sauver la vie. 

DEAN : Oui, oui, je comprends. Mais, regarde-la. Elle fait victime sur victime. Ce qui veut dire qu'on doit l'éliminer peu importe les bonnes actions qu'elle a pu faire quand elle était petite. Désolé, mais c'est aussi simple que ça. 

SAM : Il y a rien qui soit simple dans la vie qu'on mène. 

 

FLASHBACK : INT. MAISON DE LA JEUNE AMY – JOUR 

JEUNE SAM : Tu dois t'enfuir. Amy ! T'as de l'argent ? 

Amy acquiesce. 

JEUNE SAM : Tu vas monter dans le premier car qui quitte la ville. Ce soir. 

JEUNE AMY : On fait quoi pour... 

JEUNE SAM : Je vais m'occuper d'elle. Va-t'en ! 

JEUNE AMY : Viens avec moi. On est pas obligés d'être seuls. On pourrait être tous les deux. Sam... 

JEUNE SAM : Je peux pas. Je suis désolé. 

JEUNE AMY : Moi aussi. 

 

INT. MOTEL DE SAM – NUIT 

DEAN : D'accord, je comprends. T'as rencontré une fille, t'as senti une étincelle, c'est vrai que c'est le pied. Mais, ce monstre... 

Sam attrape sa veste et se lève. 

DEAN : C'est pas ce que... 

SAM : Oh si. Je vois bien comment tu me regardes. Comme si j'étais une grenade et t'attends le moment où je vais exploser. 

DEAN : Sam... 

SAM : Je vais pas exploser. C'est vrai, je suis un monstre, mais ça veut pas dire que je suis dangereux. 

DEAN : J'ai jamais dit que... 

SAM : Non, t'as raison. J'ai passé toute ma vie à essayer d'être normal. Mais, franchement.... Je suis tout sauf normal. Regarde un peu les trucs que j'ai fait et regarde où j'en suis. Je suis un monstre de première catégorie. Mais, j'arrive à vivre avec. Et, c'est aussi le cas d'Amy. 

DEAN : Ah oui ? Comment ? 

SAM : Elle bosse pour les pompes funèbres. Comme ça, elle ne doit tuer personne. Elle a trouvé une solution. 

DEAN : Et, les meurtres, t'expliques ça comment ? 

SAM : Elle le fera plus. Son fils était à deux doigts de crever, Dean. Je pense qu'à sa place, on aurait fait la même chose, toi et moi. Ecoute. T'as pas confiance en elle, je comprends. Mais, aie confiance en moi. Dean, s'il te plaît. 

DEAN : Entendu. 

SAM : T'es sérieux ? 

DEAN : Il est jamais trop tard pour bien faire. 

 

EXT. PARKING DEVANT LE RESTAURANT BIGGERSON JOUR 

Dean est au téléphone et Sam le rejoint avec des courses. 

DEAN (au téléphone) : Bozeman? D'accord. C'est noté. Merci. 

DEAN : C'était Bobby. On s'arrête à Spokane ce soir et on le retrouve demain matin. Tu veux conduire ? 

Dean lance les clés de l'Impala à Sam. 

SAM : Je risque pas de m'en prendre une ? 

 

INT. IMPALA DEVANT LE MOTEL – JOUR 

DEAN : Tu sais quoi ? Tu vas nous prendre une chambre. Faut que j'aille à la pharmacie. Ordre du médecin. 

Sam sort de la voiture et Dean se glisse côté conducteur. 

 

INT. MOTEL D'AMY JOUR 

Amy entre et aperçoit Dean, assis sur le canapé. 

DEAN : La prochaine fois que tu fuis, pense à changer tes plaques. Ton immatriculation te rend facile à retrouver. 

AMY : Qui êtes-vous ? 

DEAN : Je suis le frère de Sam. Et toi, tu es Amy Pond, l'entrepreneuse de pompes funèbres qui a disparu. Il y a du monde qui te cherche. 

AMY : C'est Sam qui vous envoie ? 

DEAN : Non, il ne sait pas que je suis là. 

AMY : Mais il vous a raconté ? Pour mon fils ? 

DEAN : Oui, oui, je sais tout. Mais, tu sais.... les gens sont ce qu'ils sont. Tu peux essayer tant que tu veux, Ce que tu es ne changera jamais. Tu tueras à nouveau. 

AMY : Je vous jure que non. Je le promets. 

DEAN : Tu peux me croire, je suis un expert. Ca prendra un an ou bien dix. Mais, je t'assure qu'un jour ou l'autre, tu finiras par replonger. Ca se passe toujours comme ça. 

Dean poignarde Amy. 

DEAN : Je suis désolé. 

Dean attrape Amy et l'allonge sur le lit. Il retire le couteau, se retourne et aperçoit Jacob, son fils, à la porte. 

DEAN : Tu as de la famille chez qui aller ? 

Jacob acquiesce. 

DEAN : Tu as déjà tué quelqu'un ? 

Jacob fait non de la tête. 

DEAN : Si jamais ça t'arrive, je te retrouverai. 

JACOB : La seule personne que je tuerai, c'est vous. 

DEAN : Alors, reviens me voir dans quelques années. Si Dieu me prête vie bien sûr. 

Dean s'en va, laissant Jacob avec sa mère morte. 

 

INT. BOUTIQUE WHITEFISH MT GAS & SIP JOUR 

HOMME POSSEDE (au téléphone) : Oui monsieur, Sam Winchester est bien venu ici. Oui, on connaît tous les pseudonymes. Et je trouverai où ils sont allés après. J'ai que quelques jours de retard. Je mange un morceau et j'y vais. 

Le caissier est attaché et bâillonné. 

HOMME POSSEDE : Je vais te dire un truc. Les humains au naturel, c'est très bien, mais je trouve que tout a bien meilleur goût avec du fromage. 

L'homme possédé prend la marmite de fromage chaud et la verse sur le caissier qui crie. La bouche de l'homme se transforme, s'agrandissant et laissant entrevoir des dents longues et pointues. 

FIN 

INT. SIOUX FALLS GENERAL HOSPITAL – TREATMENT ROOM – DAY

DEAN is on a hospital bed looking up at bright lights.

DOCTOR:
Hold him down.

DEAN:
Hey.

DOCTOR:
Three, two, one, set!

DEAN:
Aaaaargh!

DOCTOR:
Nurse!

DOCTOR (to DEAN):
Just relax.

DEAN:
Where am I?

DOCTOR:
You're at the hospital.

DEAN:
Which one?

DOCTOR:
Sioux Falls General.

A nurse gives DEAN a shot.

DEAN:
Where's my brother? We got to go.

DOCTOR:
He bashed his head quite seriously. He's gone up for an MRI.

DEAN:
Okay. I got to go.

DOCTOR:
You're not going anywhere on this leg, buddy. Relax.

DEAN blacks out.

INT. SIOUX FALLS GENERAL HOSPITAL – PATIENT ROOM – DAY

DEAN:
Oh, no, no, no.

DEAN pulls a drip out of his arm and tries to get up, but falls to the floor with a yell. His right leg is in a cast.

DEAN:
What?

BOBBY enters the room.

BOBBY:
You okay?

DEAN:
Bobby, you're alive.

BOBBY:
'Course I am. Why are you on the floor?

DEAN:
They gave me morphine. A lot.

BOBBY helps DEAN up.

DEAN:
Hey, look, a monster broke my leg. Oh. Wait...the house. We thought you were dead.

BOBBY:
Well, I ain't. Not yet. But we got to run. This place ain't safe. Where's Sam?

DEAN:
Uh... Head scan, I think.

BOBBY:
Meet me at the ambulance dock, stat. I'll find Sam.

DEAN:
Wait, where? Bobby, I'm a gimp.

BOBBY brings DEAN crutches.

BOBBY:
Hey.

BOBBY pats DEAN’s cheek several times and smiles at him.

INT. SIOUX FALLS GENERAL HOSPITAL – DAY

DR GAINES is washing his hands. The NURSE from 7.02 Hello Cruel World hands him a towel.

DR GAINES:
You've scheduled dessert, I presume?

DR GAINES’ phone rings. The NURSE takes it out of his gown pocket and holds it to his ear.

DR GAINES:
Yes? The Winchesters?

DEAN exits his hospital room on crutches. BOBBY approaches an orderly who is moving an unconscious SAM on a stretcher and holds up some ID.

BOBBY:
Hold the phone there, son. Who's this?

BOBBY looks at the chart on SAM’s stretcher.

BOBBY:
Yeah, this is the guy. Coverage lapsed. We're shipping him to County.

BOBBY (to unconscious SAM):
Come on, sicko. Let's get you healed up some place a little safer.

DR GAINES and the NURSE stride purposefully down the hallway as DEAN makes his way on crutches. BOBBY pushes SAM on the stretcher. DR GAINES sees DEAN’s empty room. BOBBY and SAM leave the hospital via the ambulance entrance and BOBBY puts SAM’s stretcher in an ambulance.

BOBBY:
Come on, Dean.

Through the ambulance side mirror, BOBBY sees DR GAINES and the NURSE come out of the ambulance entrance door.

BOBBY:
Balls. Come on, Dean. Come on, Dean!

DEAN gets in the passenger seat of the ambulance.

DEAN:
Go, go, go, go, go, go, go!

BOBBY accelerates away. DR GAINES and the NURSE run after the ambulance for a short distance. DR GAINES takes out his phone.

SUPERNATURAL (Title Card)

ACT ONE

INT. CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY (Three weeks later)

SAM is reading at the table and DEAN watching television. On the screen, a woman is crying over a man’s body. BOBBY enters.

DEAN:
Dude...Ricardo.

BOBBY:
What happened?

DEAN:
Suicidio.

BOBBY:
Adiós, ese.

DEAN looks very moved at what has happened on the screen.

BOBBY:
Well, this ought to cheer you up.

DEAN:
My baby! Now I just got to get this stupid thing off and I can drive again.

SAM:
So how is it out there?

BOBBY:
Weird with a side order of bloody. Talked to a few hunters. They're running into the same kind of thing that set up shop at that hospital.

DEAN:
Yeah, and don't forget tried to kill us at your place.

BOBBY:
Well, consensus is they're, um, they're like shapeshifters only a lot more into eating folk. And nothing can kill 'em.

DEAN:
Good times. Anything else?

BOBBY:
Yep. They bleed black goo.

SAM:
Like that stuff that came out of Cass -- those things from Purgatory. Uh...Leviathan.

BOBBY:
Yep.

DEAN:
What about those chompers that you and the sheriff saw at the hospital? They still making spleenburgers?

BOBBY:
Yeah, made some calls. That doctor never showed back up to work. Ditto a nurse and some administrator.

SAM starts to hear voices in his head.

LUCIFER (in SAM’s mind):
You never left, Sam.

DEAN:
So they could be at any hospital in America.

BOBBY:
Yeah.

LUCIFER (in SAM’s mind):
You're still in the cage...with me.

DEAN:
What do you think, Sammy? Sammy? Sam.

LUCIFER (in SAM’s mind):
Sam...

DEAN:
Hey, ground control! Sam!

SAM turns over his left palm and we see the healed wound on his hand.

SAM:
Yeah. What? I'm -- I'm right here.

DEAN:
You okay?

SAM:
Yeah. I'm fine.

There is a long pause.

BOBBY:
Good. Every last bit of info I ever had burned down, so...

DEAN:
What about this place? Rufus leave anything? Did you check the basement?

BOBBY:
C-rations and dust. I don't think he'd been here in years. So, I got to go round up my old library.

SAM:
I thought you said most of those books were one-of-a-kind.

BOBBY:
Yeah. That's why I stashed copies all over the place.

DEAN:
Okay, good. Um... Hey, uh, two-legs. We're fresh out of grub. Want to make a run?

SAM:
Sure. Yeah.

DEAN tosses SAM the keys to the Impala.

DEAN:
Be careful with her, would you? And, uh, Sam?

SAM:
Yeah?

DEAN:
Pie.

SAM:
Obviously.

SAM leaves.

DEAN:
So?

BOBBY:
So what?

DEAN:
Before you bail again -- "Girl, Interrupted" over there. Any thoughts?

BOBBY:
Looks to me like he's doing better.

DEAN:
Better? What do you mean, better? You just saw him!

BOBBY:
Saw him check out once. That's progress.

DEAN:
You're kidding!

BOBBY:
Look, seems to me that Sam's head ain't no different than your leg. People heal on a curve.

DEAN:
Not diff-- Bobby, I get this thing off in five days, I'm golden. Sam's not a curve. He's a frickin' time bomb.

BOBBY:
It ain't like he's keeping secrets. What you see is what you get. What's so nuts about calling an upswing?

DEAN:
Because that's not how it works, Bobby, ever! All right? Especially not with Sam. The other shoe is gonna drop. It's just a matter of when.

BOBBY:
Okay. How 'bout we worry about today's problems? And today, we need intel. I'm going. You sit there and stew. I'll check in. Look...you sitting here wringing your hands ain't gonna do nothing. Maybe he'll surprise you.

BOBBY leaves.

INT. WHITEFISH MT GAS & SIP STORE – DAY

SAM carries a basket of groceries to the counter.

SAM:
Hey.

CLERK:
Hey.

SAM picks up the Bozeman Times newspaper, which has the headline “ICE PICK KILLER STRIKES AGAIN”.

CLERK:
Paper, too?

SAM:
Uh, yeah. Yeah, please. Here.

SAM hands the CLERK a credit card with the name Lemmy Kilmister. The CLERK swipes the card through the payment machine.

INT. OFFICE – DAY

A MAN is sitting in front of a computer screen and talking on the phone using a headset.

MAN (on phone):
Yes, sir. Do you see any other strange charges on your statement? The May 27th charge to "Mistress Magda," perhaps? Oh. Sorry for asking.

A transaction alert flashes up on his computer screen saying that Lemmy Kilmister has used his card at the Whitefish Gas n’ Sip.

MAN (on phone):
We're gonna have to call you back.

The MAN takes out a cell phone and makes a call.

EXT. DOTTIE’S BAKERY AND CAFE – DAY

EDGAR is sitting outside with a cup of coffee and a newspaper.

EDGAR (on phone):
Yes?

MAN (on phone, V-O):
Yes, sir.

INT. OFFICE – DAY

MAN (on phone):
The Winchesters have triggered one of my search programs.

EXT. DOTTIE’S BAKERY AND CAFE – DAY

EDGAR (on phone):
Great.

MAN (on phone, V-O):
A shop in Montana, about a day and a half, maybe two days from here.

EDGAR (on phone):
So?

MAN (on phone):
So?

EDGAR (on phone):
So, why are you still talking to me?

EDGAR hangs up.

INT. OFFICE – DAY

The MAN leaves his desk.

INT. RUFUS’ CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

SAM puts a shopping bag on the table near DEAN. DEAN reaches for it.

DEAN:
Ah, thank you.

SAM:
Yep.

DEAN turns off the television.

SAM:
Where's Bobby? He take off?

DEAN:
Yeah. Hey, Sam, how you doing?

SAM:
Fine.

DEAN:
I mean, you still, you know...

SAM:
Yeah, no, I-I know what you mean. Yeah, I'm -- I'm still seeing crap that's not real. But, yeah, I'm fine. I mean, I can tell the difference.

DEAN:
Think it's getting better?

SAM:
Honestly? Uh... I don't know. I just know I'm managing it, so... So don't worry.

DEAN:
Where's the pie?

SAM:
I got cake. It's close enough, right?

Some time later, DEAN is asleep on the couch. SAM is reading an article in the newspaper, titled “Victim's fatal wounds ‘signature’ of killer”.

FLASHBACK: EXT. LINCOLN, NEBRASKA, 1998 – DAY

YOUNG SAM is reading a newspaper on a bench and talking on the phone.

YOUNG SAM (on phone):
Yeah, so, from what I can tell, it's something called a Kitsune.

Not much. They...look human... till they sprout out claws and stab you behind your ear to get to your brain.

I don't -- I don't know yet.

Yes, Dean, I realize killing 'em's important. Maybe if Uncle Bobby sent a book in English.

I am!

No, no, don't -- don't put him on the phone.

Hi, Dad.

Yes, sir.

I realize people are dying.

Yeah, I'm on my way to the library right now.

INT. RUFUS’ CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

SAM leaves a note for DEAN on the table next to the uneaten cake, takes the keys to the Impala and leaves.

EXT. UNDER A BRIDGE – NIGHT

LONG-HAIRED MAN:
Sorry, honey. Price went up. Fifty-five.

WOMAN:
Oh, I don't -- I don't have it.

LONG-HAIRED MAN:
That's too bad. Maybe we can make a little trade. Hmm?

At the sound of police sirens, they hurry away in opposite directions. The MAN hears a noise and stops, but sees nothing and then continues on his way. Someone tackles him to the ground.

LONG-HAIRED MAN:
Aah!

The MAN lies on ground, dead. Blood pools out from the back of his head.

ACT TWO

INT. RUFUS’ CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

DEAN wakes and reads SAM’s note: “Back in a few days. I’m fine. Sam”

DEAN (on phone):
Other shoe!

EXT. GAS STATION – DAY

BOBBY (on phone):
Other who?

DEAN (on phone, V-O):
Sam. He took off.

BOBBY (on phone):
Where?

DEAN (on phone, V-O):
I don't know. Nowhere good.

BOBBY (on phone):
Well, maybe he needed a little "me-time."

INT. RUFUS’ HOUSE IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

DEAN (on phone):
Yeah, but his me-time ain't just him. I mean, for all we know he's road trippin' with Lucifer somewhere. Left me here like Jimmy friggin' Stewart.

EXT. GAS STATION – DAY

BOBBY (on phone):
I assume you called.

DEAN (on phone, V-O):
Straight to voicemail. He turned his GPS off, too.

INT. RUFUS’ HOUSE IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

DEAN (on phone):
And he took my car!

BOBBY (on phone, V-O):
Don't panic.

DEAN (on phone):
Too late!

EXT. GAS STATION – DAY

BOBBY (on phone):
Look, he says he's okay, so give it a couple of days. Just till you get the cast off, then hunt him down. Till then, we'll both just keep calling.

DEAN (on phone, V-O):
All right.

INT. RUFUS’ CABIN IN WHITEFISH, MONTANA – DAY

DEAN hangs up. Next scene is of DEAN holding an angle grinder.

DEAN:
You're goin' down.

DEAN cuts into his cast with the angle grinder.

INT. POLICE STATION – DAY

SAM:
You guys thinking this is another one -- so-called ice pick killer?

POLICE OFFICER:
Same M.O. Can't say I'm too broken up about this one.

SAM:
Oh, you knew him?

POLICE OFFICER:
Busted him half a dozen times. Real mensch.

SAM:
So, what's the deal? Um, killer comes to town, ganks a lowlife, moves along?

POLICE OFFICER:
Looks like.

SAM:
Stabs 'em all exactly the same, right? Behind the ear?

POLICE OFFICER:
Yeah. No explaining a psycho. We left that detail out of the paper, though. How'd you know?

SAM:
I worked a case like this a few years back.

POLICE OFFICER:
Think it's related?

SAM:
You find anything weird about the brains?

POLICE OFFICER:
Like what?

SAM:
Like...missing.

POLICE OFFICER:
Huh. Good question for the coroner.

SAM:
Right. Thanks.

SAM’s phone beeps. He takes it out of his pocket and sees that he has had three missed calls from ‘Lars Ulrich’.

INT. WHITEFISH MT GAS & SIP STORE – DAY

DEAN:
How you doing? Uh, was there a, uh, big guy in here yesterday?

CLERK:
That's specific.

DEAN:
Uh, I mean big. Like about yea high?

CLERK:
Yeah, maybe. Uh, brown hair?

DEAN:
Yes! Yes. That's him. Do you, uh -- you remember what he bought?

CLERK:
Snacks, maybe?

DEAN:
How about a paper? Do you have yesterday's paper?

CLERK:
Yeah, right there.

DEAN:
Oh.

DEAN picks up the newspaper and sees the ice pick killer headline.

DEAN:
Do you mind?

DEAN walks out with the newspaper.

INT. CORONER’S ROOM – DAY

CORONER:
We don't get too many murders out this way... much less a serial.

SAM:
So what'd you find?

CORONER:
It's what we didn't find. Let me show you. Big chunk of mid-brain went missing.

SAM:
Mid-brain, like pituitary gland?

CORONER:
Actually, their pituitaries were clear gone. How'd you know that?

FLASHBACK: INT. LIBRARY – DAY

YOUNG SAM is sitting at a table with a book, talking on the phone.

YOUNG SAM (on phone):
Yeah, so, they need a steady diet of human pituitary glands to survive.

INT. CORONER’S ROOM – DAY

SAM:
Educated guess.

INT. SAM’S MOTEL ROOM – DAY

SAM is hanging his research on the wall and marking locations on a map.

FLASHBACK: INT. LIBRARY – DAY

YOUNG SAM (on phone):
Hang on. Slow down.

YOUNG SAM is sitting at a desk, marking locations on a map.

YOUNG SAM (on phone):
Right.

So, the victims are located in parks just off the highway.

Just one per town.

That's something.

What?

I-I'm just tired. I've been looking at this for like eight years.

Wait. Hang on.

I'll call you right back.

YOUNG SAM hangs up and draws a line on his map between the Xs.

INT. SAM’S MOTEL ROOM – DAY

SAM draws a line on his map between the Xs and circles another location.

EXT. DESERTED STREET – NIGHT

SAM parks the Impala and sits in it waiting.

FLASHBACK: EXT. OUTSIDE LANCASTER PUBLIC LIBRARY – DAY

YOUNG SAM orders from a coffee vendor.

YOUNG SAM:
Triple red eye, please.

VENDOR:
Okay.

YOUNG SAM watches a BLONDE GIRL enter the library.

VENDOR:
Triple red eye.

YOUNG SAM:
Thanks.

EXT. DESERTED STREET – NIGHT

SAM is still in the Impala.

FLASHBACK: INT. LANCASTER PUBLIC LIBRARY – DAY

YOUNG SAM reads a book at a table. He watches the BLONDE GIRL browse a magazine rack, but looks away when she looks at him.

EXT. DESERTED STREET – NIGHT

SAM is still in the Impala. A vehicle pulls up nearby and someone gets out.

FLASHBACK: INT. LANCASTER PUBLIC LIBRARY – DAY

YOUNG SAM takes a book from a shelf and sees Amy on the other side of the shelves.

YOUNG SAM (on phone):
You stab it in the heart.

Stab it. The heart.

I said, you stab it in the heart!

LIBRARIAN:
Shh!

YOUNG SAM (on phone):
Okay. Are you guys cool? Can I have a normal life for five minutes now?

Oh, Dean. Quick question. How do you talk to girls?

YOUNG SAM straightens his jacket and approaches the BLONDE GIRL, who is sitting at a table. She is wearing a necklace with a crescent moon pendant.

YOUNG SAM:
Um... I just wanted to, you know, say hi and –

BLONDE GIRL:
No. Go away. It's just, I'm not supposed to talk to boys.

YOUNG SAM nods and turns to leave.

FLASHBACK: EXT. OUTSIDE LANCASTER PUBLIC LIBRARY – DAY

YOUNG SAM leaves the library, as does the BLONDE GIRL a few moments later. She walks away and is followed by two boys. YOUNG SAM follows them.

BLONDE GIRL:
Leave me alone.

BOY 1:
Come on. We just want to talk.

BLONDE GIRL:
I have to go.

BOY 2 puts a hand on the BLONDE GIRL’s shoulder and pushes her against a tree.

BOY 1:
Uh-uh-uh. Why so rude?

BLONDE GIRL:
Don't touch me!

BOY 1:
Hey. I said be nice.

YOUNG SAM:
Why don't you?

BOY 1:
Butt out. Can you believe this guy?

BOY 1 puts out a hand to shove YOUNG SAM. YOUNG SAM blocks it and punches him. BOY 2 punches YOUNG SAM. YOUNG SAM punches BOY 2, then hits BOY 1 again and shoves BOY 2 as the BOYS leave.

YOUNG SAM:
Hi. I'm Sam.

BLONDE GIRL:
I'm Amy.

EXT. WOODS – NIGHT

SAM is following a WOMAN who is walking through the woods. The WOMAN watches a MAN who is standing next to his car fumbling with his car keys. He drops the keys.

MAN:
Oh, damn it.

SAM comes up behind the WOMAN. She turns and SAM holds a knife to her chest. The camera focuses on her crescent pendant.

SAM:
Hi, Amy.

ACT THREE

AMY:
Sam. Wow.

SAM:
Yeah.

AMY:
I just...never thought I'd see you again. What are you doing here?

SAM:
I think you know.

AMY:
You got tall, huh?

SAM:
Small talk? Really? Let’s take a walk.

AMY:
Sam --

SAM:
Walk.

They walk, SAM holding a knife to AMY’s chest.

SAM:
So, same pattern, same victim pool -- just like when we were kids.

AMY:
No, I-it's not what -- look, I'm not -- I've had the same job for the last six years. I-I have a house, two cats, a mortgage. I have a normal life.

SAM:
You call this normal?

FLASHBACK: INT. YOUNG AMY’S HOUSE – DAY

[The Goo Goo Dolls' "Two Days in February" plays]

YOUNG AMY:
Ready to play doctor?

YOUNG SAM is sitting on the couch. YOUNG AMY dabs at his face.

YOUNG AMY:
So, you gonna tell me?

YOUNG SAM:
What?

YOUNG AMY:
How you kicked the crap out of those guys. I mean... no offense, but you're kind of...

YOUNG SAM:
Wiry?

YOUNG AMY:
Exactly. So...?

YOUNG SAM:
Just watch a lot of Bruce Lee movies.

YOUNG AMY:
You thirsty?

YOUNG SAM:
Sure.

YOUNG AMY opens the refrigerator, which contains jars holding brains. She moves a jar and takes out a can of soda.

YOUNG AMY:
So, you live around here?

YOUNG SAM:
No, not really. It's a cool song. My dad doesn't listen to anything recorded after 1979, so...

YOUNG SAM holds the can of soda to his face.

YOUNG AMY:
Does that mean you can't?

YOUNG SAM:
I'm kind of stuck in the car a lot. My dad has to travel. For work.

YOUNG AMY:
Yeah, me and my mom bounce around a lot, too. She's all about, like, "Letting the wind be our guide."

YOUNG SAM:
Like a hippie?

YOUNG AMY:
Minus the peace and love.

YOUNG AMY takes the can from YOUNG SAM, opens it, takes a drink and hands it back to him.

YOUNG SAM:
We're always on the road. I mean, I've seen the world's biggest ball of twine twice.

YOUNG AMY:
Three times. Not that big.

YOUNG SAM:
Right?

They laugh.

YOUNG SAM:
Okay, but be honest -- I mean, moving all the time sucks. You're always the new kid, and everyone always thinks you're a freak.

YOUNG AMY:
Sam, you are a freak. But so was, I don't know, Jimi Hendrix and...Picasso. So am I. All the coolest people are freaks.

YOUNG SAM leans forward and they kiss.

EXT. WOODS – NIGHT

AMY:
Sam. What I am, I'm managing it.

SAM:
You spiked three guys this week.

AMY:
No, you don't understand. It's not like that. I'm -- I'm not just some murderer. I had to.

SAM:
Why?

AMY:
I can't -- I just had to. Please believe me, Sam.

SAM:
I can't. I'm sorry.

SAM reaches into AMY’s pocket with his left hand.

AMY:
So am I.

AMY knocks the knife out of SAM’s hand and shoves him against a tree. SAM falls to the ground. In his left hand he holds several items from AMY’s pocket.

INT. CORONER’S ROOM – DAY

CORONER:
This is the one he asked to see.

DEAN:
Great, great. Uh, let me ask you, did he do anything to it?

CORONER:
No. He just asked a few questions about the other vics -- missing pituitary glands and so forth.

DEAN:
Son of a bitch.

BOBBY’S CAR – NIGHT

BOBBY (on phone):
Sam's chasin' a what?

DEAN’S BORROWED VEHICLE – NIGHT

DEAN (on phone):
A Kitsune. It's pretty rare. Dad and I hunted one back in '98.

BOBBY’S CAR – NIGHT

BOBBY (on phone):
Vaguely rings a bell.

DEAN’S BORROWED VEHICLE – NIGHT

DEAN (on phone):
Yeah, didn't make our highlight reel.

BOBBY (on phone, V-O):
Well, least now we know he's working a job.

DEAN (on phone):
Yeah, but why pull the Houdini act?

BOBBY (on phone, V-O):
Not a clue.

BOBBY’S CAR – NIGHT

BOBBY (on phone):
What are you gonna do when you catch up?

DEAN’S BORROWED VEHICLE – NIGHT

DEAN (on phone):
I got a few ideas.

INT. AMY’S HOUSE – NIGHT

AMY puts clothes in a suitcase and lays framed photos, including one of a child, face down. She turns and sees SAM.

AMY:
How did you find me?

SAM holds up a receipt.

SAM:
You dropped this. "Amy Pond," huh? Cute name. You weren't kidding about the mortgage.

AMY:
Sam...

SAM sees blood on AMY’s hand.

SAM:
Wait, that's fresh. That's not mine. So, you killed again!

AMY:
You think I wanted to?

SAM:
I think you better tell me exactly what you're doing, or I have to kill you whether I want to or not!

AMY:
I can't. Sam, you know me.

SAM:
No, I knew you. But that was a long time ago.

AMY:
No, you know me. You know the kind of person I am.

FLASHBACK: INT. YOUNG AMY’S HOUSE – DAY

YOUNG SAM and YOUNG AMY break their kiss. YOUNG SAM tries to set the can of soda on the coffee table, but it falls off and spills.

YOUNG AMY:
Oh! Crap.

YOUNG SAM:
Sorry. I didn't mean to.

YOUNG AMY:
It's just, if she sees it, you know, my mom will be so pissed.

YOUNG SAM:
Yeah. It was just an accident.

YOUNG AMY:
Yeah, well, she has a temper. Sometimes. It's...no big deal.

YOUNG SAM:
My dad does, too. You don't want to see him when he's drinking.

YOUNG AMY:
My mom... I don't think she's a good person. Sometimes I don't think I'm a good person, either.

YOUNG SAM:
You are.

YOUNG AMY:
Don't be so sure.

YOUNG SAM puts his hand over YOUNG AMY’s.

YOUNG SAM:
I've been around enough bad to know good when I see it.

YOUNG AMY:
It's just she has this... whole plan for me, but...I don't want to be like her, you know?

YOUNG SAM:
I don't want to be like my dad, either.

INT. AMY’S HOUSE – NIGHT

SAM:
All right. So then tell me what's going on.

AMY:
Drop the knife and I'll show you.

SAM:
Show me and I'll drop the knife.

AMY:
Don't move.

AMY opens the door to a room in which a child is sleeping.

AMY:
This is Jacob... my son. I've built a life here, Sam. I'm...in the PTA. I'm boring.

SAM:
But you're still feeding.

AMY:
On the dead. I'm a mortician. I know. Not sexy, but, you know, health benefits. I quietly take what Jacob and I need. No one gets hurt. But it can be risky, feeding like that, especially for a kid. Jacob got sick. He was dying, and the only way to fight it off was –

SAM:
He needed fresh meat.

AMY:
It worked. After the last one, his fever broke.

SAM:
Amy --

AMY:
It's over.

SAM:
You can't guarantee that.

AMY:
I give you my word. So, how is spilling more blood gonna help anyone? You could still walk away from this. We both can. Sam... After what I did for you.

FLASHBACK: INT. YOUNG AMY’S HOUSE – DAY

YOUNG SAM:
Amy, I --

YOUNG AMY:
Hide!

YOUNG SAM:
What?

YOUNG AMY:
Quick!

YOUNG AMY shuts a closet door behind YOUNG SAM. AMY’S MOTHER enters.

YOUNG AMY:
Hey.

AMY’S MOTHER:
They caught up.

YOUNG AMY:
Who caught up?

AMY’S MOTHER:
Couple of pros in a piece-of-crap Impala. We're leaving.

YOUNG AMY:
But, Mom --

AMY’S MOTHER:
I'm only gonna say this once -- I put the food on this table, so you will do as you are told or I will let you starve.

AMY’S MOTHER walks towards the closet where YOUNG SAM is hiding.

YOUNG AMY:
Okay. Gas up the van. I'll pack.

YOUNG SAM draws his knife in the closet.

AMY’S MOTHER:
Good girl.

AMY’S MOTHER leaves.

YOUNG AMY:
Awesome first date, huh? Look, I'm sorry you got to go like this, but... What's wrong? Look, I know my mom's --

YOUNG SAM:
No, I just have to go. I'm sorry.

YOUNG SAM sees a brain in a jar on a table.

YOUNG AMY:
Oh, that -- that's nothing! That's just...

YOUNG SAM lifts his knife.

YOUNG AMY:
Sam?

YOUNG SAM:
It's my dad and brother in the Impala. You're a monster.

YOUNG AMY:
You're a hunter. So... You're supposed to kill me? And I'm supposed to kill you?

YOUNG SAM:
I guess.

YOUNG AMY:
Sam, I've never killed anyone. And I don't want to hurt you. Do you want to hurt me?

YOUNG SAM:
No.

YOUNG AMY:
Then run. If my mom finds you, she'll kill you. Just run. Please, Sam.

EXT. SAM’S MOTEL – NIGHT

SAM is walking towards his room. He unlocks the door and is punched by DEAN, who was waiting inside. SAM falls backwards into plants.

DEAN:
Howdy, Sam.

ACT FOUR

INT. SAM’S MOTEL – NIGHT

DEAN:
New rule. You steal my baby, you get punched. The hell were you thinking, Sam, running off like that? I mean, for all I know, Satan could have been callin' your plays.

SAM gets a can of soda from the refrigerator and holds it to his head.

SAM:
Dean, look, how many times do I have to tell you? I'm fine.

DEAN:
Oh, yeah, no, you're a poster boy for mental health. You have any idea the kind of horror shows I had going on in my head?

SAM:
Dean, I left you a note. There was a job in town.

DEAN:
A Kitsune. Yeah. Yeah. No, I know. And you ignore Bobby and I's phone calls why, exactly?

SAM:
Because I wanted to take care of it. And I did. I took care of it.

DEAN:
Really?

SAM:
Yes.

DEAN:
Where's the body?

SAM:
There is no body.

DEAN:
Why not?

SAM:
Because I let her go. She's gone.

DEAN:
You what? Why?

FLASHBACK: INT. YOUNG AMY’S HOUSE – DAY

YOUNG SAM opens the front door to leave YOUNG AMY’s house. AMY’S MOTHER is standing outside. She grabs him and forces him backwards.

YOUNG AMY:
Sam!

AMY’S MOTHER:
I knew you were hiding something. See, we can never blow town without Amy throwing a bitch-fit. So agreeing to go peacefully – well. Who is this?

YOUNG AMY:
He's my friend.

AMY’S MOTHER:
No, he's not.

YOUNG AMY:
Sam!

AMY’S MOTHER:
Shut up! What is wrong with you, huh? You that stupid? Really? I already told you, you cannot have friends. This kid is food!

YOUNG AMY:
No!

AMY’S MOTHER lets go of SAM and backhands YOUNG AMY. AMY’S MOTHER raises a fist to SAM.

AMY’S MOTHER:
This'll teach you.

AMY’S MOTHER’S fingernails extend into long, pointed claws, then change back to normal. YOUNG AMY has stabbed her from behind.

INT. SAM’S MOTEL – NIGHT

DEAN:
You never told me that.

SAM:
I never told anyone. I mean, can you imagine what Dad would have done?

DEAN:
So you saw the article in the newspaper, and you just bolted.

SAM:
It was my mess.

DEAN:
And you call letting her go cleaning it up?

SAM:
She killed her own mom, Dean, to save me.

DEAN:
I hear you, Sam. I do. But look at her now. She's dropping bodies, man... Which means we got to drop her, no matter how many merit badges she racked up when she was a kid. I'm sorry, but it's that simple.

SAM:
Nothing in our lives is simple.

FLASHBACK: INT. YOUNG AMY’S HOUSE – DAY

YOUNG SAM:
You have to run. Amy! Do you have cash?

YOUNG AMY nods.

YOUNG SAM:
I-I want you on the first bus out of town. Tonight.

YOUNG AMY:
But what about --

YOUNG SAM:
I'll take care of her. Just go!

YOUNG AMY:
Come with me. We don't have to be alone. We can be freaks together, Sam. Sam...

YOUNG SAM:
I can't. I'm sorry.

YOUNG AMY:
So am I.

INT. SAM’S MOTEL – NIGHT

DEAN:
Look, man, I get it, okay? You meet a girl, you feel that spark -- there's nothing better. But this freak?

SAM grabs his jacket and gets up from a chair at the table.

DEAN:
I didn't mean –

SAM:
Yeah, you did. Look, I see the way you look at me, Dean, like I'm a grenade and you're waiting for me to go off.

DEAN:
Sam --

SAM:
I'm not going off. Look, I might be a freak, but that's not the same as dangerous.

DEAN:
I didn't say –

SAM:
It's okay. Say it. I've spent a lot of my life trying to be normal, but come on. I'm not normal. Look at all the crap I've done, look at me now. I'm a grade-A freak. But I'm managing it. And so is Amy.

DEAN:
Is she? How?

SAM:
She works at a damn funeral home so she doesn't have to kill anyone, Dean. She's figured out how to deal.

DEAN:
Okay, well, then explain the bodies.

SAM:
She's done. Her friggin' kid was dying, Dean. Put you or me in her position, we'd probably do the same thing. Look, you don't trust her. Fine. Trust me. Dean, please.

DEAN:
Okay.

SAM:
Seriously?

DEAN:
Got to start sometime, right?

ACT FIVE

EXT. PARKING LOT IN FRONT OF A BIGGERSON’S RESTAURANT – DAY

DEAN is on the phone and SAM is walking towards him carrying a shopping bag.

DEAN (on phone):
Bozeman. Right.

Got it. Thanks.

DEAN:
That was Bobby. We'll hole up in Spokane tonight. We'll meet him tomorrow. Why don't you drive?

DEAN tosses SAM the keys to the Impala.

SAM:
You gonna punch me again?

IN IMPALA OUTSIDE MOTEL – DAY

DEAN:
Hey, why don't, uh -- why don't you check us in? I got to hit the candy store.

DEAN holds up a bottle of pills.

DEAN:
Doctor's orders.

SAM gets out of the car. DEAN slides over to the driver’s seat and drives off.

INT. AMY’S MOTEL – DAY

AMY enters. DEAN is sitting on the couch in her room.

DEAN:

Next time you run, you should change your license plates. Keeping the same tags makes you easy to track.

AMY:
Who are --

DEAN:
I'm Sam's brother. And you are Amy Pond, the Bozeman mortician who went missing. There's people looking for you.

AMY:
Sam sent you?

DEAN:
Sam doesn't know I'm here.

AMY:
But he told you. My son --

DEAN:
I know. I know. But people... They are who they are. No matter how hard you try, you are what you are. You will kill again.

AMY:
I won't. I swear.

DEAN:
Trust me, I'm an expert. Maybe in a year, maybe ten. But eventually, the other shoe will drop. It always does.

DEAN stabs AMY.

DEAN:
I'm sorry.

DEAN catches AMY as she falls and lowers her to the bed. He removes his knife, then turns to see AMY’S son JACOB standing at the door.

DEAN:
You got someone you can go to?

JACOB nods.

DEAN:
You ever kill anyone?

JACOB shakes his head.

DEAN:
Well, if you do, I'll come back for you.

JACOB:
The only person I'm gonna kill is you.

DEAN:
Well, look me up in a few years. Assuming I live that long.

DEAN holds up his hands, one still holding the knife, and walks towards the door. JACOB hurries to his mother’s body. DEAN pauses at the door and watches them.

INT. WHITEFISH MT GAS & SIP STORE – DAY

POSSESSED MAN (on phone):
Yes, sir. Sam Winchester was definitely here.

Yes. Every alias we have for them, and I'll find out where they went from here. I'm only a couple days behind them. Just grabbing a bite first.

The CLERK is tied to a chair and gagged.

POSSESSED MAN:
Do you know what I find? Plain old people taste fine, but everything is better... with cheese.

The POSSESSED MAN pours a pot of hot cheese over the CLERK. The CLERK screams and the POSSESSED MAN’S mouth transforms: it enlarges, his teeth become long and jagged, and a two-pronged tongue protrudes.

END

 

Source : superwiki

Kikavu ?

Au total, 112 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

Siko25 
11.02.2019 vers 14h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

CassieAuro 
27.12.2018 vers 20h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Participe à notre jeu HypnoChance pour gagner un hors-série LiRE Game of Thrones !
Tirage au sort le 23/04 | Participation gratuite

Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 23:20

Survivor (suite)
Hier à 21:42

Jack Kline
Hier à 20:42

Rowena
Hier à 20:15

Billie
Avant-hier

Arthur Ketch
Avant-hier

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Luna25, Hier à 18:13

Désolée pour le bug

Xanaphia, Hier à 19:08

22 votants... je suis sûre que l'on peut mieux faire Et pas besoin de connaître les séries ! Direction le quartier Arrow

teddymatt, Hier à 19:16

128 au départ ! Une seule personnalité gagnera au final ! Venez voter sur le quartier The L Word (Animation : Quelle personnalité inviter ?)

choup37, Hier à 22:11

PDM, survivor, pendu, citations et sondage vous attendent sur Doctor Who!

choup37, Hier à 22:11

Le calendrier aussi ainsi que sur kaamelott et musketeers!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site