VOTE | 646 fans

#701 : Les léviathans

 

Réalisé par : Phil Sgriccia
Ecrit par : Sera Gamble

CASTIEL EST DIEU - Castiel ne tue pas Dean, Sam et Bobby, mais les avertit de ne pas interférer dans ses affaires. Assumant son rôle de Dieu, Castiel entreprend de corriger quelques-uns des défauts du monde. Dean décide de lier Death dans le but de stopper Castiel, mais l'ancien ange a pris de l'avance sur lui, et il se retrouve face à un Cavalier furieux. Pendant ce temps, Sam doit lutter contre la chute du mur dans sa tête.

 

>>Photos Promo<<

Popularité


4.67 - 6 votes

Titre VO
Meet the New Boss

Titre VF
Les léviathans

Première diffusion
23.09.2011

Première diffusion en France
13.11.2012

Vidéos

Plus de détails

 



 

 

 

 

Résumé de la saison précédente.

L'épisode commence là où la saison 6 s'était arrêtée. Castiel vient de demander aux boys et à Bobby de s'agenouiller devant lui. Bobby est le premier à s'éxecuter, suivi par Sam et Dean, tout deux perplexes. Mais Castiel les arrête, car il sait qu'ils font ça par peur, et pas par respect. Dean tente de convaincre Castiel de renoncer aux âmes, mais l'ange, qui se dit être Dieu, n'entend rien. Il leur promet de les laisser tranquille tant qu'ils n'entravent pas ses plans. Il disparait, alors que Sam, qui ressent les effets de la chute du mur, tombe à genoux.


Castiel se rend au Paradis, où il annonce aux anges qu'il sera désormais leur nouveau Père, et que tout ceux qui ont combattu aux côtés de Raphaël et ceux qui désobéiront, subiront une terrible punition. Nous voyons alors une étendue de cadavres d'anges, en guise d'exemples pour les autres.


*****************************SUPERNATURAL***********************

 

Dean travaille sur l'Impala, qui n'est plus qu'une carcasse. Bobby le rejoint, lui donne quelques nouvelles de Sam, et lui dit qu'il n'a encore rien trouvé de concret sur Castiel. Aucun livre ne peut les aider, et ils ne savent pas où et quoi chercher. Ils ne savent pas non plus ce qu'ils comptent faire à son propos. Dean décide alors de faire ce qu'il peut faire, c'est-à-dire réparer l'Impala, et veiller sur Sam.

Dean se prend une bière dans le frigo de Bobby, alors que Sam le rejoind. Ce dernier a l'air d'aller mieux, et dit à Dean que tout ce qu'il ressent est un léger mal de tête. Dean se montre rassuré. Sam demande alors ce qu'ils ont trouvé sur Castiel, et Dean lui propose de le rejoindre à la Chevy pour en parler. Il part, et laisse Sam seul quelques secondes dans la cuisine. Le cadet des Winchesters semble avoir quelques soucis en plus du mal de tête.

Dans une église, un révérend fait un sermon à propos de la sexualité "déviante" de personnalités publics exposé au plus grand nombre. Castiel se montre alors et dit que Dieu est indifférent à l'orientation sexuelle des humains, mais qu'il n'aime pas l'hypocrisie des prêcheurs. Bien sûr, personne ne le croit lorsqu'il dit être Dieu, aussi l'un des croyants se lève, mais Castiel le fait vite se rasseoir d'un regard. Puis, par le biais d'un psaume, il s'attaque au révérend, et le fait s'étouffer par sa propre salive. Il s'apprête à repartir, lorsqu'il entend une voix chuchoter son nom. Un peu sonné, il se rattrape à un banc, qui brûle sous son contact. Puis il s'en va, sans remarquer que le vitrail représentant Jésus change pour le représenter lui.

Sam est dans la cave de la maison de Bobby, à la recherche d'outils. Il est soudain pris d'une hallucination, alors qu'une lumière rouge et vive comme les flammes de l'Enfer emplit la pièce, et que des crochets auxquels sont accrochés des bouts de chair font leur apparition. La vision s'évanouit lorsque Bobby vient le chercher pour le prévenir que Castiel a encore fait des siennes.

Dean, Sam et Bobby assistent à un journal télévisé décrivant les évènements qui se sont déroulés dans l'église. S'ensuit une liste s'étalant sur des semaines, alors que Dean avance sur les réparations de l'Impala. Un soir, Sam suggère qu'il faudrait tenter de raisonner Castiel encore une fois, mais Dean refuse catégoriquement. Pour lui, Castiel n'a plus aucune chance d'être sauvé, ni d'être pardonné, et il n'a pas l'intention de lui faire de cadeaux, mais en attendant de trouver une solution, il vaut mieux rester en dehors de son chemin. Sam n'insiste pas.

On retrouve Crowley dans une caravane sur le bord d'une route. Le démon aussi suit les informations concernant Castiel, mais espère rester caché. Il n'aura pas cette chance, car Castiel apparaît.

Crowley s'attend à être châtié, et s'y prépare, mais Castiel a d'autres plans pour lui. Il lui dit de retourner en Enfer en tant que maître des lieux, en sachant que Castiel sera celui qui décidera quelles seront les âmes qui y descenderont. Il précise qu'il a besoin qu'une menace qui plane toujours sur ses ennemis pour les tenir à l'écart, et que la cage de Lucifer où Michael est enfermé doit aussi être gardée. Crowley comprend vite qu'il n'a pas le choix et accepte sans rechigner. Castiel constate que sa main se nécrose. Il dissimule ses blessures et s'envole.

Sam est pris d'une nouvelle vision alors qu'il cherche des infos dans des bouquins. Une châine sort du plafond et lui enserre violemment le cou pour le suspendre. Sam revient à la réalité en sursautant, et s'assure que Dean et Bobby n'ont pas pu être témoins de cette scène.

Dean et Bobby, justement, sont dans le garage alors que l'Impala reprend de jolies formes. Bobby se montre inquiet quand à l'état de Sam. Il est étonné qu'il puisse encore marcher et parler, alors que les souvenirs de l'Enfer se sont déversés dans sa tête. Il est aussi surpris que Dean puisse croire Sam lorsqu'il prétend aller bien. Dean avoue qu'il n'y croit pas, car rien ne va jamais, mais il veut croire que ce soit vrai pour une fois, même s'il s'attend à chuter de nouveau à tout moment. Sam surprend cette conversation, et entre, faisant comme si de rien n'était. Il annonce qu'une maison d'édition a explosé dernièrement, et aimerait agir, car le nombre de cadavres s'accumule dangereusement. Dean suggère alors qu'il connait quelqu'un qui pourrait les aider.

Les boys et Bobby invoquent Crowley, au grand déplaisir de ce dernier, qui ne souhaite pas conspirer contre Castiel alors que celui-ci peut l'écraser avec un seul doigt. Mais les boys insistent, ils veulent savoir comment attacher Death pour en faire leur "esclave", et pensent que Crowley connait ce sort. Le démon refuse d'abord, mais se laisse convaincre par Bobby quand celui-ci lui dit qu'il ne veut pas de Castiel comme maître de l'univers.

Dans une rue, un aveugle mendie. Castiel lui donne quelques pièces, puis lui rend la vue, en tant que Dieu juste. L'homme se rend compte avec joie qu'il peut voir, et il constate que le visage de Castiel est âbimé. Cas' s'en rend compte de lui même alors qu'il se regarde dans un miroir, tandis que les voix réapparaissent et demandent à sortir. C'est alors que des formes monstrueuses viennent déformer l'abdomen du vaisseau de Castiel, et tentent de sortir. Castiel commence à prendre peur.

Crowley vient déposer le sort qui permet d'attacher Death. Bobby n'a pas le temps de voir le démon, qui s'est contenter de faire glisser le parchemin sous la porte. Bobby entreprend alors de chercher les ingrédients, dont un cristal très rare, qu'ils devront aller chercher à 9 heures de route de leur maison.

Dean se débarasse du gardien de la maison, et il pénètre dans la demeure aux côtés de Sam et Bobby, afin de trouver le cristal. Dean le trouve, mais se fait surprendre par les propriétaires, qui pointent un fusil sur lui.

Une fois les propriétaires attachés et hors d'état de nuire, les boys et Bobby préparent le rituel. Death finit par apparaître, peu heureux de se retrouver attacher. Il pense d'abord qu'il s'agit des hallucinations de Sam, mais Dean recentre le problème et lui demande de tuer Dieu. Dean provoque Death pour qu'il accepte, mais ce n'est pas gagné d'avance. Castiel apparaît alors, et se rend compte de la tentative de Dean pour l'arrêter, il s'apprête alors à le tuer. Mais Death intervient, et constate que Castiel n'est rien de plus qu'un ange en pleine mutation. Il explique que l'ange n'a pas seulement avalé les âmes du Purgatoire, mais aussi des créatures plus anciennes, les premières que Dieu a créé, les leviathans. Ces êtres mythiques ont été enfermés au Purgatoire, lieu créé pour eux, afin qu'ils ne viennent pas tout détruire. Maintenant, ils essaient de sortir du corps de Castiel pour se libérer sur Terre. Castiel n'en croit pas un mot, et montre qu'il est furieux après Dieu, et qu'il est obligé de faire ce qu'il devait faire. Castiel menace Death de le tuer, mais Dean insiste auprès du Cavalier pour qu'il tue Castiel. L'ange se retourne vers Dean et libère Death avant que le cavalier n'ait le temps d'agir. Puis il s'envole, laissant tout le monde abasourdi.

Castiel se rend dans le siège républicain d'une sénatrice, afin de la punir d'utiliser le nom de Dieu pour abuser de son pouvoir. Il tente de convaincre les partisans qu'il est un bon Dieu, un meilleur Dieu, comme s'il essayait de se convaincre lui-même. Il commence alors à perdre le contrôle, et lâche un rire de dément.

Dans la maison, Sam, Dean et Bobby ne savent comment réagir alors que Death savoure la nourriture que Dean lui avait ramené pour l'amadouer. Death se montre déçu, car il avait prévenu Dean à propos des âmes, mais il n'a rien fait pour arrêter Castiel. Cependant, il accepte de les aider. Il leur donne une date, à laquelle il déclenchera une éclipse, afin qu'ils ouvrent les portes du Purgatoire pour y remettre les âmes que Castiel a absorbé. Il ne tient qu'à eux de trouver le moyen de convaincre l'ange de les aider dans leur tâche. Avant de partir, Death prévient Dean qu'il vaudrait mieux pour lui qu'il n'essaie plus de l'attacher, sous peine de mort.

On retrouve Castiel, qui se relève après s'être évanoui. Il constate, horrifié, qu'il vient de tuer tout les partisans, et que la pièce n'est plus qu'un bain de sang. Il lutte alors contre les leviathans qui tentent de prendre le contrôle.

Sam tente de convaincre une nouvelle fois Dean de raisonner Castiel. Mais Dean campe sur ses positions. Sam reste persuadé que Castiel, leur ami, est toujours quelque part dans son vaisseau, et il rappelle à Dean que lui-même a traversé de mauvaises passes, pourtant Dean a réussi à lui pardonner. Dean en vient alors aux nouveaux mensonges de Sam à propos de ses hallucinations, mais Sam évite le sujet, préférant prétendre garder le contrôle. Dean n'insiste pas plus, mais il n'a pas envie d'agir, et est prêt à laisser le monde exploser. Il tombe alors, sur l'ordinateur, sur un article accompagné d'un extrait de vidéo surveillance, parlant du massacre ayant eu lieu au siège de la sénatrice républicaine. Les boys regardent la vidéo, et voit Cas', sous le contrôle des leviathans, souriant à la caméra.

Sam sort, et se met à prier, implorant Castiel de les laisser l'aider. Puis il rejoind son frère, alors que ce dernier regarde du porno. Dean éteint à le demande de Sam, qui s'asseoit à la table et trinque avec Dean. C'est alors que Castiel, très mal en point, apparaît, après avoir reçu l'appel de Sam. Il appelle les boys à l'aide.

Les boys, Bobby et Cas', se rendent dans l'ancien labo de Crowley, afin d'ouvrir les portes du Purgatoire. Castiel indique à Sam où trouver les bocaux de sang dont ils auront besoin. Une fois Sam parti, Castiel dit à Dean qu'il regrette. Dean écoute, mais reste très distant de l'ange, qui voulait simplement qu'il sache qu'il s'était trompé, et qu'il a eu tort, avant de mourir.

Sam saisit un bocal de sang, et se retourne pour tomber face à Lucifer. Sam pense tout haut et se dit que rien n'est vrai, que tout ceci n'est qu'hallucination due à la chute du mur. Mais Lucifer a une autre théorie. Il lui dit qu'il n'est pas sortie de la cage, car échapper à l'Enfer est impossible, et que tout ce qu'il voit n'est qu'une autre forme de torture. Sam croit être sortie, croit être libre, mais c'est faux.

Dean et Bobby se rendent compte que Sam n'est pas revenu depuis un moment. Dean décide d'aller voir, mais il ne trouve que le bocal de sang au milieu du couloir. Malheureusement, il ne peut pas se soucier de Sam pour l'instant car le temps presse, et repart afin de préparer le rituel pour ouvrir le Purgatoire. Une fois le sigil tracé sur le mur, Bobby aide Castiel à se relever et à se tenir face au sigil. Tandis que les portes s'ouvrent, Castiel se retourne une dernière fois vers Dean pour lui demander pardon. Puis il relâche les âmes, et s'écroule.

Alors que Bobby annonce que Castiel est mort, et que Dean semble très affecté, l'ange se réveille, au grand étonnement de tout le monde, y compris du sien. Castiel dit à Dean qu'il veut tout faire pour se faire pardonner. Dean semble l'entendre cette fois-ci, mais il y a urgence, car Sam a disparu. Ils s'apprêtent à repartir à trois, quand Castiel les repousse, car les leviathans sont toujours là, et ils commencent à prendre le contrôle. Dean crie à Bobby d'aller chercher Sam, mais il est trop tard. Leviathan a pris le dessus, et dit à Dean que Castiel n'y a pas survécu. Il attrape Dean, puis Bobby, et les projette. Il annonce alors qu'il a bien l'intention de s'amuser. L'épisode se termine sur un rire machiavélique.

 

Ecrit par Deanlove35.

INT. JOUR, Labo de Crowley  - On retrouve Sam, Dean, Bobby et Castiel, au moment où on les a quitté dans le 6.22. Castiel leur a auparavant ordonné de s'agenouiller.

BOBBY : Bon... Quand faut y aller... (Il se met à genoux). Ca te suffit, ou bien, tu veux aussi que je mette le front par terre ? (Castiel ne dit rien). Allez, les gars...

(Sam et Dean commencent à s'agenouiller.)

CASTIEL : Stop. A quoi bon, si vous n'êtes pas sincères ? Vous me craignez. Ce n'est pas de l'amour, ni du respect, juste de la peur.

SAM : Castiel...

CASTIEL : Sam, ce que tu as à dire ne m'intéresse pas. Tu m'as poignardé dans le dos. Debout.

(Bobby se relève.)

DEAN : Arrête, je t'en prie. Ca te ressemble pas -

CASTIEL : Le Castiel que vous connaissiez n'est plus.

DEAN : Qu'est-ce que tu vas faire ? Nous tuer ?

CASTIEL : Quel petit insecte intelligent tu fais ! Tu reconnais ton impuissance. Tu n'oseras plus t'en prendre à moi car ce serait voué à l'échec. Je n'ai aucun intérêt à vous tuer. Pour l'instant. Et il est vrai, que vous étiez mes animaux préférés avant que vous décidiez de me trahir.

DEAN : Qui es-tu ?

CASTIEL : Je suis Dieu. Si vous restez à votre place, vous pourrez vivre dans mon royaume. Mais si vous vous élevez contre moi, alors je vous terrasserai. Cela n'a pas l'air d'aller très fort, Sam ?

SAM : J-Je vais bien. Je vais bien...

DEAN : Tu avais dis que tu le sauverai, tu as promis !

CASTIEL : C'est vrai. Si tu t'écartais de mon chemin, ce que tu n'as pas fais. Remerciez ma miséricorde. J'aurais pu te renvoyer dans la fosse.

DEAN : Oh non, t'es pas sérieux ! C'est de la folie ! Change d'avis, je t'en supplie !

CASTIEL : J'espère pour vous que nous ne nous reverrons pas.

(Sur ces dernières paroles, Castiel disparait. Sam saigne du nez.)

DEAN : Sam, ça va ?

(Sam tombe à genoux, et se blesse à la main, harassé par des visions de l'Enfer.)



EXT. JOUR, PARADIS - Castiel marche au milieu de ce qui semble être un pré.

CASTIEL : Que ce soit clair. Si vous avez suivi Raphaël et vous êtes opposés à moi, le châtiment est inéluctable. Inutile de vous cacher. Pour les autres, notre père nous a quitté il y a bien longtemps. Ce fut difficile. J'ai cru que la solution serait le libre-arbitre, mais aujourd'hui, j'ai compris. Ce qu'il vous faut, c'est une main de fer. Il vous faut un père. Et ce père, ce sera moi, désormais. Soyez obéissants, mes enfants, ou tel sera votre destin.

(On voit un ange mort, puis la caméra s'élève pour montrer un vrai charnier.)

CASTIEL : C'est une nouvelle ère, à la fois sur Terre, et au Paradis. Réjouissez-vous.




SUPERNATURAL




EXT. JOUR, CASSE DE BOBBY - Dean s'attelle à la tâche ardue de réparer l'Impala.

DEAN : (poussant sur le toit de la voiture) Allez.... Je t'en prie, ma belle !

(Bobby débarque.)

BOBBY : Dis donc, tu la répares, ou tu fais de la thérapie primale ?

(Dean soupire, sort de la voiture, et attrape la bière que lui tend Bobby.)

DEAN : Merci. Où en est Sam ?

BOBBY : Il est toujours dans les vappes, mais il est en vie.

DEAN : Ouais. Et pour Dieu 2.0 ?

BOBBY : Je tâte le terrain du mieux que je peux, mais jusqu'ici, j'ai que dalle.

DEAN : Et je peux savoir ce que tu cherches, au juste ?

BOBBY : Voilà le hic. Je cherche quoi ? Des miracles ? Des scènes d'hystérie collective ? Le saint suaire de Castiel ? Je ne sais même pas ce que je cherche.

DEAN : Il finira par se montrer.

BOBBY : Admettons qu'on arrive à découvrir le lieu où notre nouveau sauveur se cache...

DEAN : Et alors ?

BOBBY : Qu'est-ce que tu voudrais qu'on fasse ?

DEAN : J'en ai pas la moindre idée. Je suis aussi paumé que toi.

BOBBY : Je sais même pas dans quel livre je dois chercher.

DEAN : Ben, creuse-toi un peu le crâne ! (Bobby le regarde, perplexe. Dean soupire.) Je te demande pardon. Il n'y a pas de livres pour ça. Si tu fais le rigolo, Castiel te fait la peau. Alors, tu sais ce que je vais faire ?

BOBBY : Non. Quoi ?

DEAN : Je vais réparer cette voiture. Parce que ça, je peux le faire. Je peux bosser dessus, jusqu'à ce qu'elle soit comme neuve. Et quand Sam se réveillera, quelque soit l'état dans lequel il sera, on le remettra sur pieds lui aussi. On lui doit bien ça.

BOBBY : On est d'accord.

(Dean se remet au travail.)



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Dean cherche une bière dans le frigo, quand Sam fait son entrée dans la cuisine.

SAM : Hé, Dean !

DEAN : Ca alors ! T'es... t'es pas en mode légume ?

SAM : Ouais. C'est dingue, j'ai... j'ai mis mes chaussettes... Comme un grand.

DEAN : C'est génial. Enfin, je veux dire tu... T'es sûr que ça va ?

SAM : Ouais. J'ai un peu mal au crâne. A part ça, ça peut aller.

DEAN : T'es sûr ?

SAM : Attends, je suis aussi surpris que toi sur ce coup-là, mais, ouais, je vais bien.

DEAN : Eh ben, c'est cool. Pas la peine de chercher la petite bête, comme on dit.

SAM : Non. Il s'est passé quoi avec Castiel ?

DEAN : Viens m'aider à réparer la voiture, je te raconterai.

SAM : J'arrive.

(Dean sort, laissant Sam seul deux petites minutes. Sam se lève, prêt à rejoindre son frère, lorsqu'il regarde le salon, soudainement inquiet.)



EXT. JOUR, EGLISE - On voit l'extérieur d'une église et on entend un prêcheur parler à l'intérieur.



INT. JOUR, EGLISE - On assiste au sermon du révérend.

REVEREND : Beaucoup de gens les soutiennent, et parlent de leur fameux mode de vie. Les médias, Hollywood ! Lady Gaga donne son avis sur tout et n'importe quoi. (La foule rit.) Oui, c'est amusant, mais c'est pour cela qu'il faut faire entendre notre voix. Et manifester devant leurs pseudo mariages, et leurs enterrements. Il faut répandre la parole de Dieu.

(Castiel fait son entrée.)

CASTIEL : Qui vous permet de parler en mon nom ? Vous avez tort. Je me moque éperdument de l'orientation sexuelle des gens. A l'inverse, ce que je ne tolère pas, ce sont les hypocrites de votre espèce, révérend.

REVEREND : Ca suffit, le spectacle est terminé.

CASTIEL : Dites à vos ouailles où vous avez mis votre sexe, avant de parler en mon nom.

(La foule reste coite.)

REVEREND : Et je peux savoir qui vous êtes ?

CASTIEL : Je suis Dieu. (Un homme se lève, prêt à en découdre, mais d'un simple regard, Castiel l'oblige à s'asseoir.) Que celui qui ose mentir en mon nom s'étouffe avec sa propre langue, et que ses mots venimeux lui soit fatal. (Le révérend s'étouffe devant une foule choquée.) Car je suis le Seigneur. Votre Dieu.

(Alors qu'il s'apprête à repartir, Castiel entend une voix l'appeler. Se sentant soudainement faible, il s'appuie sur un banc, puis regarde l'un des vitraux représentant Jésus. Il se redresse, et alors qu'il s'en va, le vitrail change pour le représenter lui.)



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Sam cherche des outils dans la cave. Il entend alors des rires diaboliques et tente de les ignorer. Cependant, lorsqu'il se retourne, il se retrouve au milieu d'une salle de tortures, avec des crochets sur lesquels pendent des bouts de chair. Une voix maléfique résonne.

SAM : Oh, non, non, non ! Laissez-moi, laissez-moi....

(Sam commence à paniquer, quand Bobby descend dans la cave.)

BOBBY : Hé, Sam ! Qu'est-ce que tu fous ? Tu roupilles, ou quoi ? (L'hallucination disparait. Bobby remarque alors que Sam est en position défensive, une clé tendue devant lui. Il ne dit rien.) On a peut-être un truc sur Castiel.

SAM : Ouais... Je monte.



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Sam retrouve Bobby et Dean dans le salon, tandis qu'ils regardent les dernières news.

TELEVISION REPORTER : Une enquête a été ouverte suite à la mort d'environ deux cents chefs religieux à travers tout le pays. On attend toujours un communiqué officiel du Vatican, mais beaucoup commence à qualifier ceci d'acte divin.

(On assiste alors au témoignage d'une jeune femme présente lors de la mort du révérend.)

TELEVISION TEMOIN : Nous l'avons tous vu. Il n'avait pas de barbe, ni de grande robe blanche. C'était un homme jeune, et... très sexy aussi. Il portait un imperméable -

(Agacé, Dean éteind la télévision.)



EXT. JOUR, CASSE DE BOBBY - Tandis que les jours passent, Dean continue de réparer l'Impala, tout en écoutant la radio pour s'informer des derniers mouvements de Castiel.

RADIO : Plusieurs membres éminents d'organisations suprématistes auraient été assassinés. Le FBI est convaincu que le Ku Klux Klan aurait été forcé de se dissoudre.

DEAN : Là, je lui donne pas tort.



EXT. NUIT, CASSE DE BOBBY - Dean travaille toujours sur l'Impala en compagnie de Sam, la radio allumée.

RADIO : Un grand éclair s'est abattu sur le centre de la lumière vibratoire, et vient tout juste d'être la proie d'un gigantesque incendie. Un porte-parole a déclaré, cette tragédie est la pire catastrophe jamais arrivée dans l'histoire des évangélistes new age.

SAM : Des évangélistes new age ?!

(Sam éteint la radio.)

DEAN : Je suis pas sûr que le nouveau Castiel ai plus d'humour que l'ancien. Et c'est sûr que l'ancien n'aurait pas rasé le Madison Square Garden pour prouver qu'il avait raison. Sur ce coup-là, il a complètement disjoncté. Et, il n'y a rien qui l'arrêtera.

SAM : Alors, on fait quoi ? On essaie de lui parler encore une fois ?

DEAN : Sam !

SAM : Tout ce qu'on peut faire, c'est essayer de le raisonner.

DEAN : Il a changé aujourd'hui. C'est Dieu ! Il est super furax, et quand c'est comme ça, il faut s'écarter de son chemin. T'as jamais lu la Bible ?!

SAM : Je l'ai lu, merci.

DEAN : Castiel ne reviendra pas, il nous a raconté des salades ! Il s'est servi de nous et il a failli te crâmer la cervelle ! Y'en a marre, on a assez perdu de temps avec lui !

SAM : D'accord.

DEAN : Bon, file-moi une clé de douze.



EXT. JOUR, UN CAMPING - On voit un vieux van fatigué et sale, garé parmi les camping-cars.



INT. JOUR, VAN - Dans le van se trouve Crowley, écoutant la télé sur la fermeture de léproseries en Inde, après des guérisons miraculeuses.

CROWLEY : Eclaire donc ma lanterne, Lewinski.

(Soudain, la télévision s'éteint. Crowley se tend. Castiel est arrivé.)

CASTIEL : Bonjour, Crowley. Tu as l'air inquiet.

CROWLEY : (soupir). Bordel.




INT. JOUR, VAN - Crowley se lève pour accueillir son visiteur intempestif.

CROWLEY : Alors ? On dirait que je suis foutu. Tu m'as retrouvé.

CASTIEL : Je n'ai jamais perdu ta trace. Tous ces gribouillis, ça ne servait à rien.

CROWLEY : Ouais. J'ai voulu tenter le coup. Tu veux un verre avant de me pulvériser ?

CASTIEL : Non.

CROWLEY : Tu aimes bien me faire transpirer. Pas vrai ? Bon alors, qu'est-ce qu'on attend ?

(Crowley tend les bras et ferme les yeux, prêt à recevoir son châtiment.)

CASTIEL : Je n'ai pas l'intention de te tuer. (Crowley ouvre un oeil, dubitatif). J'ai des projets pour toi.

CROWLEY : Pardon ?

CASTIEL : Voici ce que je te propose. Je te laisse la vie sauve, tu reprends ton rôle de roi des Enfers -

CROWLEY : Mais....

CASTIEL : -Mais je choisis où vont les âmes.

CROWLEY : Quoi ?

CASTIEL : Je contrôle le flux, et toi tu prends ce que je te donne.

CROWLEY : J'imagine que... que tu as l'intention de te réserver la part du lion. Hm ? Alors, ça veut dire quoi ? Tu veux dégraisser l'Enfer ?

CASTIEL : En fait, je comptais m'en débarasser. Mais, je vais avoir besoin d'une menace à faire planer sur mes ennemis. Et il faut que Michel reste dans la cage de Lucifer.

CROWLEY : Bien sûr. A t'entendre, je suppose que ce n'est pas une... négociation ?

CASTIEL : Non.

CROWLEY : J'accepte donc avec joie. Patron.

(Crowley lève son verre en signe d'acquiescement. Castiel constate que sa main se nécrose.)

CASTIEL : Je te recontacterai.

(Castiel disparait.)



INT. NUIT, MAISON DE BOBBY - Sam est penché sur des livres. Il entend un bruit, se retourne, mais ne voit rien, aussi se replonge-t-il dans sa lecture. Soudain, il constate que le plafond tombe en ruine, puis une chaîne en sort brusquement et vient s'enrouler autour de sa gorge. La chaine le tire jusqu'au plafond. Sam se débat, en vain. Lorsqu'il est sur le point de mourir étouffé, il se réveille en sursaut. Il regarde autour de lui, sans voir personne.

SAM : Dean ? Bobby ?



INT. NUIT, HANGAR - Dean est occupé à réparer l'Impala. Bobby vient constater les premiers résultats.

BOBBY : Elle est pas mal du tout ! Vu ce qu'elle a pris.

DEAN : (en prenant la bière que Bobby lui tend). Pas mal du tout ? Je pourrais ouvrir un garage.

BOBBY : Dis donc, tu as vu Sam aujourd'hui ?

DEAN : Ouais, pourquoi ? (Bobby ne dit rien). Quoi ? Ben vas-y, accouche.

BOBBY : Comment il peut encore marcher ? T'y as pensé ? Castiel lui a grillé le cerveau !

DEAN : Je sais.

BOBBY : Je peux comprendre comment il a pu nous rejoindre le soir de l'éclipse. L'adrénaline. Ca, d'accord. Mais aujourd'hui ?

DEAN : Je sais pas. D'après lui, tout va bien.

BOBBY : Mais comment c'est possible ?

DEAN : Aucune idée. Mais je prie le ciel pour que ce soit vrai.

BOBBY : Faut qu'on trouve une autre expression pour dire ça.



EXT. NUIT, HANGAR - Sam s'approche et s'apprête à entrer, quand il entend la conversation.

DEAN : Franchement, Bobby, t'as vu notre vie ? On peut pas continuer à souffrir comme ça. Alors si Sam dit qu'il va bien, eh ben, tant mieux.

BOBBY : Et tu y crois, toi ?



INT. NUIT, HANGAR - La conversation se poursuit, sans que ni l'un ni l'autre ne se rende compte de la présence de Sam.

DEAN : Ouais. (Bobby est sceptique). Non. Et tu sais pourquoi ? Parce qu'on n'a jamais de bol. Pourquoi ce serait différent, cette fois ? Et en fait, ce qui serait génial, c'est que ce soit vrai. Mais je suis pas complétement débile. Je vais pas me monter la tête au risque de prendre encore un retour de bâton.

(Sam fait son entrée.)

SAM : Salut !

BOBBY : Oh ! Comment tu te sens, champion ?

SAM : J'ai pas à me plaindre.

DEAN : Génial. T'as du nouveau ?

SAM : Ouais. Une maison d'édition a littéralement explosé, il y a environ une heure. Le nombre de victimes est de plus en plus élevé. Il faut qu'on intervienne.

BOBBY : Facile. Suffit qu'on se mette en chasse. Le truc, c'est que j'ai paumé mes balles anti-Dieu, alors...

SAM : Il doit sûrement y avoir une sorte d'arme divine. On peut peut-être trouver ça dans l'arsenal céleste que Balthazar a volé. Il y a sûrement un truc qui peut le blesser.

(Dean réfléchit.)

DEAN : C'est Dieu, Sam. Il n'y a aucune arme. Mais il y a peut-être quelqu'un.



INT. NUIT, MAISON DE BOBBY - Les boys et Bobby se retrouvent dans la cave, et invoquent Crowley au milieu d'un piège à démons.

CROWLEY : Non ! Non ! Non ! C'est une blague ?!

BOBBY : Oh, ça va ! Joue pas les étonnés !

CROWLEY : Mon nouveau patron va me tuer pour avoir osé vous parler.

DEAN : T'as du bol qu'on te passe pas à la moulinette, espèce de petit -

SAM : Attend ! Quel nouveau patron ?

CROWLEY : Castiel, crétin des Alpes !

BOBBY : Castiel est ton patron ?!

CROWLEY : C'est le patron de tout le monde. A votre avis, il réagira comment en apprenant qu'on conspire contre lui ? Enfin... Vous voulez conspirer, c'est ça ?

BOBBY : Non, on veut que tu restes là gentiment, sans bouger.

CROWLEY : Vas-y.

DEAN : On veut un sortilège. Pour piéger la Mort.

CROWLEY : La piéger ? Vous voulez asservir la Mort ?! Vous avez pété un câble ?!

DEAN : Lucifer l'a fait.

CROWLEY : C'était Lucifer !

SAM : Un sortilège reste un sortilège.

CROWLEY : Vous croyez vraiment que vous arriverez à contrôler un tel être ?! Mais vous êtes complètement malade !

DEAN : La Mort est le dernier être dans tout l'univers à avoir la puissance pour affronter Castiel.

CROWLEY : Ils vont nous écrabouiller comme de vulgaires punaises. C'est du suicide ! Pourquoi est-ce que je vous aiderai ?

BOBBY : Ecoute ! Tu veux vraiment voir Castiel contrôler l'univers ?

(Crowley se verse un verre, tout en réfléchissant).



EXT. JOUR, RUE - Un mendiant aveugle demande de l'argent aux passants.

MENDIANT : A votre bon coeur, s'il vous plait. Une petite pièce. Je vous en prie. (Castiel met quelques pièces dans son gobelet). Que Dieu vous bénisse !

CASTIEL : Tu es un vrai croyant. On dit que je suis colérique. Mais je ne punis que les menteurs et ceux qui renoncent à moi. Je suis un dieu juste.

MENDIANT : Je vous demande pardon ?

CASTIEL : (pose sa main sur le front du mendiant). Vois.

(Le mendiant recouvre la vue.)

MENDIANT : Oh mon Dieu ! Je vois ! (Il regarde Castiel, marqué de nécroses au visage). Votre visage. Que vous arrive-t-il ?



INT. JOUR, TOILETTES - Castiel se regarde dans le miroir. Soudain, il entend des voix qui lui ordonnent de les laisser sortir. Sur son ventre, des mains tordent sa peau pour essayer de s'échapper. La peur se lit sur le visage de Castiel.

CASTIEL : Non...




INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Bobby descend les escaliers en lisant, quand il voit des papiers se glisser sous la porte d'entrée. Il ouvre, regarde sur le porche, mais ne voit personne.

BOBBY : Il y a quelqu'un ? (Il prend les feuilles, les amène aux boys.) C'est de la part de Crowley.

(Les boys regardent le parchemin.)

DEAN : Qui a envie de ligoter la Mort ce soir ?

BOBBY : Vieillir, c'est pas très jojo, de toutes façons.



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Dans le salon, les boys et Bobby rassemblent ce qui leur sera nécessaire pour le rituel.

BOBBY : Bon, on a presque tout ce qu'il faut. Mais, il va falloir qu'on aille chercher d'autres trucs.

DEAN : C'est-à-dire ?

BOBBY : Pour commencer, un acte divin, cristallisé pour l'éternité ?

SAM : Qu'est-ce que ça peut bien être ?

BOBBY : A mon avis, c'est bien d'un cristal qu'il s'agit. Vous voyez, quand un éclair frappe le sable sous le bon angle, ce dernier se cristallise en prenant la forme de l'éclair lui-même.

SAM : Eclair égal acte divin ?

BOBBY : C'est ça. C'est ce qu'on appelle une fulgurite. Il en faut une maousse.

DEAN : Et, laisse-moi deviner. C'est très rare.

BOBBY : Il y en a une qui été vendue aux enchères. L'homme qui l'a acheté vit à neuf heures de bagnole d'ici.



EXT. NUIT, MAISON - Les boys et Bobby sont arrivés chez le propriétaire de la fulgurite. Ils se préparent à entrer dans la maison, quand ils sont surpris par un gardien.

GARDIEN : Hé !

(Dean arrive par derrière).

DEAN : Excusez-moi, vous avez du tapioca ?

(Il assome le gardien. Sam est perplexe).

SAM : Du tapioca ? Sans déconner.

DEAN : J'ai pas trouvé mieux.



INT. NUIT, MAISON - Ils entrent dans la luxueuse demeure, à la recherche du cristal. Ils se séparent. Dean finit par trouver la fulgurite, mais est surpris par les propriétaires. L'homme pointe un fusil chargé vers Dean.

DEAN : Salut ! Je veux pas vous faire du mal. Vraiment.

HOMME : C'est moi qui tient le fusil, fiston.

DEAN : Ah. J'avais pas remarqué.



INT. NUIT, MAISON - Dean a ligoté les propriétais à des sièges.

DEAN : Parfait ! Ouais, ça devrait le faire. (Bobby et Sam arrivent). Salut, les gars ! Je vous présente le docteur Weiss, et son épouse.

(Bobby et Sam lancent un regard plein d'éclairs à Dean.)

SAM : Enchanté. Désolé.

DEAN : J'ai trouvé le cristal.

BOBBY : Bon ! Qu'est ce qu'on attend pour y aller ?



INT. NUIT, MAISON - Bobby et les boys mettent en place le rituel. Bobby prélève du sang de Dean.

DEAN : Surtout, dis pas "merci". (Bobby récite la formule. La terre se met à trembler, les murs se fissurent, les vitres se brisent, puis tout redevient silencieux). Euh... La Mort ? T'es là ?

DEATH : C'est une plaisanterie ?

DEAN : On est désolé. C'est pas ce que vous croyez.

DEATH : On dirait que vous êtes parvenus à m'entraver. (Il montre ses liens).

DEAN : Et on a une bonne raison de le faire. Ecoutez-nous. Je- j'ai des bretzels et des cornichons ! Ce sont les meilleurs du coin !

DEATH : Tu crois que c'est aussi simple de m'apaiser ? J'imagine que cela concerne les hallucinations de Sam, n'est-ce pas ?

(Dean et Bobby se retournent vers Sam, abasourdis.)

DEAN : Quoi ?

DEATH : Navré, Sam. Un seul mur par client, c'est la règle. Retirez-moi ces entraves, à présent.

SAM : On ne peut pas. Enfin, pour l'instant.

DEATH : Ca va très mal se terminer.

DEAN : On veut que vous tuyiez Dieu.

DEATH : Pardon ?

BOBBY : Tuez Dieu. Vous avez bien entendu... Votre Honneur.

DEATH : Qu'est-ce qui vous fait croire que j'en ai le pouvoir ?

DEAN : Vous me l'avez dit.

DEATH : Pourquoi le ferais-je ?

DEAN : Euh... Parce que... On vous l'a ordonné, et vous devez nous obéir. Je veux dire, s'il vous plait.

(Castiel apparait.)

CASTIEL : Incroyable.

SAM : Castiel...

CASTIEL : Je ne voulais pas vous tuer, mais à présent....

DEAN : Tu ne peux pas nous tuer.

CASTIEL : Vous avez anéanti toute la nostalgie que j'avais à votre égard.

DEAN : On contrôle la Mort. On ne mourra pas, même si c'est Dieu qui veut nous tuer.

DEATH : Quel agaçant petit protozoaire. Qu'en dites-vous ? Dieu ? Vu d'ici, tu ressembles plus à un ange qui aurait muté. Ton véhicule se désagrège, tu vas bientôt exploser.

CASTIEL : Non, pas du tout. Quand mon travail sera terminé, je pourrais me régénérer.

DEATH : Tu le crois, parce que tu penses uniquement crouler sous le poids de toutes ces âmes, n'est-ce pas ? Mais ce n'est pas ton plus gros problème. Il y a des choses bien plus anciennes que les âmes, dans le Purgatoire, et tu les as avalé avec tout le reste.

CASTIEL : Peu importe. Elles aussi, je les contrôle.

DEATH : Oui, pour le moment.

DEAN : Quoi ? Attendez... De quelles choses vous parlez, là ?

DEATH : Bien avant de créer les anges ou les hommes, Dieu a créé les premiers monstres. Les léviathans.

DEAN : Les léviathans ?

DEATH : Personnellement, je les trouvais assez amusants, mais Dieu craignait qu'ils engloutissent tous ses petits spécimens, donc il les a emprisonnés. Pourquoi croyez-vous qu'il a créé le Purgatoire ? Pour garder ces ingénieuses et perfides créatures à l'écart. Et aujourd'hui, Castiel les a toutes avalées. A présent, il est la fine cloison qui sépare les Anciens de votre monde.

CASTIEL : Ca suffit.

DEATH : Quel petit soldat idiot tu fais.

CASTIEL : Pourquoi ? Parce que j'ai osé ouvrir une porte qu'il avait verrouillé ? Où est-il ? Je lui ai rendu service en prenant sa place.

DEATH : Ah oui ? Tu crois ? Ce sont de petites vendettas ridicules.

CASTIEL : Non. Je me charge des problèmes, les uns après les autres. En toute abnégation.

DEATH : Oui, tu es un grand humaniste.

CASTIEL : Qu'est-ce que tu en sais ? Qu'est-ce que tu fais, en réalité ? Tu écrases des mouches ?

DEATH : Et je suis destiné à t'écraser, un de ces jours.

CASTIEL : A moins que je t'écrase le premier.

DEATH : J'ai l'impression que notre ami se prend très au sérieux. Je t'en prie, Castiel. Je connais Dieu. Et toi, tu ne lui arrives pas à la cheville.

DEAN : Ca va, le concours de celui qui pisse le plus loin ! Appelez-le comme vous voulez, mais tuez-le !

(Castiel se retourne vers Dean, visiblement choqué par la réclamation de ce dernier.)

DEATH : Très bien ! Allons-y. (Avant que Death ne puisse appuyer son geste, Castiel le libère de ses liens). Merci. Veux-tu faire quelques passes d'armes, à présent ? J'avais la sensation que j'allais pouvoir faucher l'âme de quelqu'un, très bientôt. (En regardant les deux propriétaires, qui ont tout vu). Oh, pas vous ! Ne vous en faites pas. (Castiel a disparu). En voilà un qui est pressé !



INT. NUIT, SIEGE REPUBLICAIN - Les élections se préparent. La candidate, Michelle Walker, donne une interview.

MICHELLE : Oui, c'est précisément pour cela que je me présente une nouvelle fois. Pour épargner à mes administrés les politiques sacrilèges de mes adversaires. Je ne l'aurais pas mieux dit moi-même.

(Castiel entre, et s'apprête à suivre Michelle, quand il est arrêté par un homme).

HOMME : Monsieur ? Vous désirez ?

CASTIEL : Je viens voir la sénatrice.

HOMME : Euh... A quel sujet ?

CASTIEL : Abus de pouvoir.

HOMME : Je vous demande pardon ?

CASTIEL : Je ne suis pas mesquin. Je vais punir une femme qui répand la pauvreté et le désespoir en mon nom. Je vous place en priorité, vous ne le voyez donc pas ? (Il se retourne et s'adresse à l'assemblée autour de la table). Ecoutez-moi ! Je suis un meilleur dieu que mon père ! Comment puis-je vous faire ouvrir les yeux ?

(Tandis que les léviathans se font entendre, Castiel se met à rire.)



INT. NUIT, MAISON - Tandis que Death déguste le repas apporté par Dean, les boys et Bobby restent plantés là, sans savoir quoi faire. Dean s'apprête à prendre la parole.

DEAN : Euh....

DEATH : La ferme, Dean. Je ne suis pas censé refaire vos lacets, chaque fois que vous marchez dessus. Je t'avais prévenu pour les âmes. Il y a combien de temps, déjà ? Tu avais tout le temps d'arrêter cet imbécile, pourtant votre petite planète adorée se trouve, une fois encore, sur le seuil de l'anéantissement.

DEAN : Je suis vraiment désolé. D'accord ? J'ai fais tout ce que j'ai pu pour sauver cette planète. Alors, vous n'aurez qu'à prévenir quelqu'un de mieux que moi, la prochaine fois !

DEATH : Ou je devrais consacrer mes efforts à une meilleure planète. Ce fut très divertissant.

SAM : Non, attendez une seconde ! Vous... Vous n'avez rien à nous dire ? Ca doit quand même vous toucher, ce qui va nous arriver !

DEATH : Non, pas le moins du monde. Mais il est vrai que je trouve cet angelot très arrogant.

DEAN : Génial ! On a qu'à partir là-dessus.

DEATH : Votre seul et unique espoir est qu'il renvoie toute les âmes au Purgatoire. Au plus vite.

SAM : Il faudrait une porte.

DEATH : Tout le matériel qu'il vous faut se trouve dans ce labo. Arrangez-vous pour qu'il y retourne, et obligez-le à abandonner son pouvoir.

DEAN : Et comment ?

DEATH : A vous de trouver une solution.

BOBBY : Cette fameuse porte ne peut s'ouvrir que lors d'une éclipse ! Et elle a déjà eu lieu !

DEATH : J'en provoquerai une autre. A 3h59, dimanche matin, juste avant le lever du soleil. Ne soyez pas en retard. Et ne me remerciez pas. Mais nettoyez-moi tout ce bazar. Essayez encore de m'entraver, et vous mourrez avant d'avoir commencer. (En partant). Très bon, les bretzels et les cornichons !



INT. NUIT, SIEGE REPUBLICAIN - Après s'être évanoui, Castiel se réveille dans une mare de sang. Tous les gens sont morts, c'est une véritable boucherie.

CASTIEL : Non.... Non....

(Castiel essaie de lutter contre la présence des léviathans).



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Sam rejoind son frère dans la cuisne, qui est attablé avec l'ordinateur, et un verre de whisky.

SAM : Tu veux un café, avec ça ?

DEAN : C'est l'heure de l'apéro, non ?

SAM : Faut qu'on y aille. Comment veux-tu qu'on conduise Castiel dans ce labo avant 3h59 du matin ?

DEAN : On ne le fera pas.

SAM : Comment ça, "on le fera pas" ?

DEAN : On peut conduire un cheval à l'abreuvoir, mais on peut pas l'obliger à boire. Faut pas se faire d'illusions.

SAM : D'accord. Je sais que t'es persuadé que Castiel est partie.

DEAN : Il est partie.

SAM : Non, pas du tout. Il doit être quelque part à l'intérieur. J'en suis sûr !

DEAN : Oh non... T'en sais rien.

SAM : C'est vrai que j'en sais rien. Mais il y a des fois où j'étais vraiment aux fraises, et tu m'as jamais abandonné.

DEAN : Ouais, je vois en tout cas que tu as autant de mal que d'habitude à me dire ce qu'il se passe. Des hallucinations ? Sérieux ? Et c'est la Mort qui doit me l'apprendre ?!

SAM : Tu voulais que je fasse quoi ?

DEAN : Eh ben, me dire la vérité ! Tu pourrais quand même me tenir au courant, quand tu vois des monstres qui grimpent au plafond !

SAM : Pourquoi ? T'y peux rien. Il me semble que t'as pas mal dégusté ces derniers temps, alors, je me suis dit... Je me suis dit, "pourquoi gâcher une des dernières bonnes choses qui lui reste ?" Tout est sous contrôle.

DEAN : Ah oui ? Et quoi ? Qu'est-ce qui est sous contrôle ?

SAM : Je sais ce qui est réel et ce qui l'est pas.

DEAN : Oh, Sam....

SAM : On peut en discuter quand on se sera occupé de Castiel ?

DEAN : Tu sais ce que je compte faire ? Je vais me taper un gros gueuleton. Je vais picoler, et je vais me mater quelques bons petits mangas pornos. Et je vais faire comme si le monde allait exploser, parce que c'est le cas. (Il se replonge dans l'ordinateur, et voit quelque chose qui l'interpelle). Hé... Non, c'est pas possible. (Sam s'approche). Massacre au QG de campagne d'une sénatrice briguant un nouveau mandat. La police cherche un homme en imper'. Il y a même une vidéo. (Ils regardent la vidéo. On voit Castiel entrer dans le QG, être interpelé par l'homme, puis sourire à la caméra). Bon, je crois que pour ce qui est de raisonner Castiel, c'est foutu.



EXT. JOUR, CASSE - Sam se met au milieu du chemin, et commence à prier.

SAM : Hé, Castiel ! Euh.... Je sais que ça sert peut-être à rien, et t'en as peut-être rien à foutre de ce que je vais te dire, mais.... Euh... Pour moi, t'es toujours l'un d'entre nous. Quelque part, au fond de toi.... C'est vrai que dans la catégorie 'pétage de câble', t'as fais très fort là, mais.... On a jusqu'à l'aube pour régler cette histoire. Laisse-nous t'aider. Je t'en prie.



INT. JOUR, MAISON DE BOBBY - Sam retrouve Dean dans la cuisine, toujours occupé à regarder un porno. Il sert un verre à Sam.

SAM : D'accord, mais t'éteins ce truc.

(Dean ferme l'ordinateur et Sam s'assied, tout deux trinquent, quand Cas' apparait, dans un piteux état).

CASTIEL : Sam....

SAM : Castiel ?

CASTIEL : J'ai entendu ton appel. (Il titube). J'ai besoin de votre aide.




INT. NUIT, LABO DE CROWLEY - Ils se retrouvent dans le labo, afin d'ouvrir les portes du Purgatoire et y renvoyer les âmes. Trop faible pour rester debout, castiel est assis contre un meuble, et donne ses instructions.

CASTIEL : Il nous faut le bon sang. Il y a un petit bocal, dans le placard, au bout du couloir.

SAM : J'y vais.

(Sam va chercher le bocal).

CASTIEL : Dean ?

DEAN : Quoi ? T'as besoin d'autre chose ?

CASTIEL : Non. J'ai beaucoup de regrets, pour ce que je vous ai fais, à toi et à Sam.

DEAN : Ouais, ben, tu peux.

CASTIEL : Si j'avais assez de force et de temps, je.... Je le guérirai tout de suite. Je voulais te présenter mes excuses avant de mourir.

DEAN : Ouais....

CASTIEL : Est-ce que ça fonctionne ?

DEAN : Est-ce que tu te sens mieux ?

CASTIEL : Non. Et toi ?

DEAN : Pas du tout.



INT. NUIT, COULOIRS - Sam trouve le bocal et s'apprête à faire demi-tour, quand il tombe nez à nez avec Lucifer.

LUCIFER : Je sais, ça parait ridicule. Salut, Sam ! Ben quoi ? Tu me fais pas de câlins ?

(Sam est terrifié).

SAM : T'es pas là. T'es en Enfer.

LUCIFER : Alors, là, tu as raison.

(Sam respire).

SAM : Les crocs de boucher. Les chaînes. Toi. Rien n'est réel. C'est juste mon cerveau qui laisse passer des souvenirs de la cage. Parce que le mur est tombé. C'est tout.

LUCIFER : Hm, c'est pas mal, ta petite théorie. Mais tu te gourres. Sam, tu n'es pas en train de perdre la tête. C'est le reste qui part en sucette.

SAM : Quoi ?

LUCIFER : Tout ce que tu vois est faux. C'est le cas depuis que tu as mis le pied hors de la cage.

SAM : C'est impossible.

LUCIFER : Non, t'échapper était impossible. Je dois bien avouer, que ça doit être la meilleure torture que j'ai inventé. Je te fais croire que tu as réussi à t'enfuir, et ensuite... je te retire le tapis de dessous les pieds ! Tu n'es jamais partie, Sam. Tu es toujours dans la cage. Avec moi.



INT. NUIT, LABO - Bobby surveille l'heure, tandis que Cas' s'affaiblit.

BOBBY : Tiens le coup. Plus que quelques minutes. (A Dean). Où est Sam ? C'est l'heure.

(Dean part à la recherche de son frère).



INT. NUIT, COULOIRS - Dean traverse les couloirs, trouve le bocal de sang posé sur le sol, mais aucune trace de Sam.

DEAN : Sam ? (Dean ramasse le bocal). Eh merde !

(Il n'a pas d'autres choix que de retourner au labo).



INT. NUIT, LABO - Ils préparent le rituel.

BOBBY : Ca devrait le faire. (Bobby va chercher Cas'). Allez. Je vais t'aider à te relever.

(Bobby commence à réciter la formule. Castiel titube devant le sigil, il manque de tomber, mais Dean le relève. Alors que la porte commence à s'ouvrir, Cas' se retourne vers Dean une dernière fois.)

CASTIEL : Je suis vraiment désolé.

(Bobby termine la récitation. La porte s'ouvre, et Castiel libère les âmes au Purgatoire. Une fois fait, il s'effondre. Dean et Bobby se précipitent vers lui.)

DEAN : Castiel !

(Castiel semble inconscient. Bobby et Dean se regardent, inquiets. Ecran noir.)




INT. NUIT, LABO - Bobby vérifie si Castiel est mort ou vivant, mais lorsqu'il pose sa main sur le corps de l'ange, le constat est sans appel.

BOBBY : Il est froid.

DEAN : Il respire ?

BOBBY : Non.

DEAN : Les anges ne respirent peut-être pas ?

BOBBY : Il est mort, Dean.

(Dean se recule légèrement et encaisse le choc.)

DEAN : Nom de Dieu.... Espèce de crétin. Pourquoi t'as pas voulu m'écouter ? (Soudain, une lumière vive illumine la peau de Castiel, qui guérit. L'ange se réveille.) Castiel ? Hé, ça va ? (Bobby et Dean l'aident à se redresser.) Attention....

CASTIEL : C'était très désagréable.

DEAN : Viens. Relève-toi.

(Ils l'aident à se mettre debout.)

CASTIEL : Je suis en vie.

BOBBY : On dirait, ouais.

CASTIEL : J'en reviens pas. Merci, à tout les deux.

BOBBY : T'as pas à nous remercier. On voulait juste sauver le monde.

CASTIEL : J'ai terriblement honte. J'ai voulu en faire trop.

DEAN : Tu crois ?

CASTIEL : Je trouverai un moyen de me racheter à vos yeux.

DEAN : Ouais, ben, une chose à la fois. Commençons par sortir d'ici. Viens.

CASTIEL : Je suis sérieux, Dean.

DEAN : C'est ça. Et si on allait chercher Sam ? Qu'est-ce que t'en dis ?

(Soudain, Castiel repousse Bobby et Dean brusquement.)

CASTIEL : Vous devez fuir au plus vite ! (Castiel est plié en deux, visiblement en souffrance). J'arriverai pas à les retenir !

DEAN : Retenir quoi ?

CASTIEL : Ils sont restés à  l'intérieur ! Ils sont tellement puissants !

BOBBY : De qui tu parles ?

CASTIEL : Des léviathans ! Je ne peux rien faire contre eux ! Fuyez !

(Dean et Bobby assistent à la lutte de Cas', impuissants.)

DEAN : (à Bobby) Dépêche-toi, vas chercher Sam !

(Soudain, Castiel se relève, mais ce n'est plus lui. Bobby n'a pas eu le temps d'entrer dans le couloir.)

CASTIEL : Trop tard !

DEAN : Castiel ?

CASTIEL : Castiel est... est ailleurs ! Il est... mort ! C'est nous qui menons la danse ! (Il projette Dean, puis Bobby, violemment. Il regarde ses deux proies, et sourit). Je sens qu'on va s'amuser comme des petits fous !

(L'épisode se termine sur le rire machiavélique des léviathans.)



Fin de l'épisode.

 

Ecrit par deanlove35.

INT. CROWLEY'S LAB - NIGHT

The scene is exactly as we left it at the end of 6.22 The Man Who Knew Too Much. CASTIEL stares at DEAN and BOBBY, waiting, as SAM staggers while standing behind him. After a beat, BOBBY gets on his knees.

BOBBY:
Well, all right then. Is this good, or you want the whole "forehead to the carpet" thing?

BOBBY (to DEAN):
Guys?

DEAN and SAM start to kneel.

CASTIEL:
Stop. What's the point if you don't mean it? You fear me. Not love, not respect, just fear.

SAM:
Cas...

CASTIEL:
Sam, you have nothing to say to me; you stabbed me in the back. (to BOBBY and DEAN): Get up.

DEAN:
Cas, come on, this isn't you.

CASTIEL:
The Castiel you knew is gone.

DEAN:
So what, then? Kill us?

CASTIEL:
What a brave little ant you are. You know you're powerless, you wouldn't dare move against me again. That would be pointless. So I have no need to kill you. Not now. Besides...once you were my favorite pets before you turned and bit me.

DEAN:
Who are you?

CASTIEL:
I'm God. And if you stay in your place, you may live in my kingdom. If you rise up, I will strike you down. Not doing so well, are you Sam?

SAM:
I'm fine...(clears throat)...I'm...fine.

DEAN:
You said you would fix him - you promised!

CASTIEL:
IF you stood down, which you hardly did. Be thankful for my mercy. I could have cast you back into the pit.

DEAN:
Cas, come on, this is nuts! You can turn this around, please!

CASTIEL:
I hope for your sake this is the last you see me.

CASTIEL disappears. BOBBY, DEAN, and SAM look around and at each other for a few seconds, until SAM's nose starts to bleed.

DEAN:
Sam, you okay?

SAM sees a vision of himself burning in hell; he then falls to the ground and cuts his hand on some broken glass. He keeps seeing glimpses of his body on fire.

EXT. WOODED MEADOW IN HEAVEN - DAY

CASTIEL:
Understand. If you followed Raphael, if you stood against me, punishment is certain; there is nowhere to hide. The rest of you, our Father left a long time ago, and that was hard. I thought the answer was free will. But I understand now. You need a firm hand. You need a father. And I am your father now. Be obedient, children. Or this will be your fate.

Camera pans down to a dead ANGEL; then pulls back to reveal CASTIEL standing in a meadow in heaven surrounded by dozens of dead ANGELS, evident by all of the scorched black wing marks.

CASTIEL:
It is a new day. On earth, and in heaven. Rejoice.

SUPERNATURAL (Title Card)

ACT ONE

EXT. BOBBY'S YARD - DAY

DEAN is seemingly crouched inside the crushed and upside-down IMPALA, with his boots pressed against the roof.

DEAN:
(Grunts) Come on. (grunts) (the sound of groaning metal is heard as he tries to push the dented roof out with his feet). Come on, baby!

The camera flips around to reveal the car is right-side up and DEAN is on his back.

BOBBY:
So, you fixin' her or primal screamin'?

DEAN extricates himself from the IMPALA and accepts a beer from BOBBY.

DEAN:
Ah, thanks. How's Sam?

BOBBY:
He's still under. But alive.

DEAN:
Yeah? What about God part deux?

BOBBY:
I got all kinds of feelers out, so far diddly.

DEAN:
And what exactly are you looking for?

BOBBY:
Exactly. What? Miracles, mass visions, trenchcoat on a tortilla? I don't know what I'm lookin' for.

DEAN:
Ah, well, he'll surface.

BOBBY:
So say we do suss out where "new and improved" flew off to..."

DEAN:
Yeah?

BOBBY:
The hell we plan to do about it?

DEAN:
I don't know, Bobby, I got no more clue than you do.

BOBBY:
I don't even know what books to hit for this, Dean.

DEAN:
Well, figure it out! I'm sorry. This ain't in no book. If you stick your neck out, Cas steps on it. So you know what I'm gonna do?

BOBBY:
What?

DEAN:
Imma fix this car. Because that's what I can do. I can work on her 'til she's mint. And when Sam wakes up, no matter what shape he's in, we'll glue him back together too. We owe him that.

BOBBY:
I'm with you.

DEAN lies back down in the IMPALA and begins to pound on the roof with a mallet.

INT. BOBBY'S KITCHEN - DAY

DEAN enters from the back door area, wiping his hands. He gets a beer from the fridge. SAM appears in the doorway from the living room.

SAM:
Hey Dean.

DEAN:
Ah, you're walking and talking.

SAM:
Yeah. I, uh, put on my own socks, the whole nine.

DEAN:
Well, that's uh... I mean you, uh, you sure you're okay?

SAM:
Yeah. My head hurts a little, but...basically.

DEAN:
Seriously?

SAM:
Look man, I'm as surprised as you are but, yeah, I swear.

DEAN:
Good! No reason putting a gift horse under a microscope, right?

SAM:
Yeah. So what happened with Cas?

DEAN:
Why don't you come help me with the car, I'll fill you in?

SAM:
Okay.

DEAN: leaves through the back door. SAM starts to follow him but hesitates as he hears the faint sound of chains jingling. He nervously looks around but seems to see nothing out of order.

EXT. CHURCH - DAY

The sign identifies the church as "Lady of Serenity Church," and says "BELIEVE IN GOD HE WALKS AMONG US"

INT. CHURCH - DAY

A REVEREND is preaching about homosexuality being wrong.

REVEREND:
Plenty speak for them and their so-called lifestyle. Media, Hollywood, Lady Gaga won't shut up for love or money.

CONGREGATION chuckles.

REVEREND:
Yeah, funny, but that's why we raise our voices! And picket their so-called weddings, and their funerals. Someone has to speak for God.

CASTIEL (O.S.):
And who says you speak for God?

The CONGREGATION all turn and look at CASTIEL, who stands at the other end of the aisle.

CASTIEL:
You're wrong, I am utterly indifferent to sexual orientation. On the other hand, I cannot abide hypocrites like you, Reverend.

REVEREND:
Okay, fun's over friend.

CASTIEL:
Tell your flock where your genitals have been before you speak for me.

REVEREND:
And who the heck are you?

CASTIEL:
I'm God.

The CONGREGATION murmurs. A parishioner stands and tries to speak, but after a look from CASTIEL he falls back unconscious, breaking the church pew.

CASTIEL:
And he who lies in my name shall choke on his own false tongue, and his poisonous words shall betray him.

The REVEREND begins to choke and foam at the mouth; he falls to his knees and then collapses to the floor, dead.

CASTIEL (addressing the CONGREGATION):
For I am the Lord, your God.

CASTIEL starts to walk out of the church but stops when he hears a whispering voice in his head.

VOICE:
Castiel...

CASTIEL grasps the back of a pew.

VOICE:
Cas!

CASTIEL turns and looks at an image of JESUS in a stained-glass window. He collects himself and resumes walking out the church, but leaves a singed patch of wood on the back of the pew where his hand was; also revealing that the image of JESUS in the window has changed to that of CASTIEL in his trenchcoat.

INT. BOBBY'S BASEMENT - DAY

SAM is looking through tool drawers. He suddenly hears the faint jingling of chains as well as ominous laughter. He sees nothing and goes back to his task, finding the wrench he was looking for. He turns around and is shocked to find the basement bathed in an eerie red light. Many chains hang from the ceiling, as well as meathooks with bits of flesh and hair still attached.

EVIL VOICE:
Ha ha ha ha ha!

SAM:
No, no, this can't be happening.

LUCIFER'S VOICE: Sam!

BOBBY (O.S.):
Hey Sam! What are you, taking a nap down here?

BOBBY comes down the stairs, and the basement is now back to normal. A terrified SAM wields the wrench like a weapon, pointing it at BOBBY.

BOBBY:
It's Cas, we think. Come on.

SAM:
Yeah. Coming.

INT. BOBBY'S KITCHEN - DAY

TELEVISION SCREEN: "Breaking News - CBA News

TV ANNOUNCER (V.O.):
The sudden deaths of some 200 religious leaders are currently under investigation. The Vatican has yet to issue a statement, but some are already calling this an act of God.

DEAN, BOBBY, and SAM stand watching the TV news. Now, a woman is being interviewed outside the church.

WOMAN ON TV:
We all saw him. No beard, no robe. He was young...and...and sexy. He had a raincoat.

DEAN shuts off the TV.

EXT. BOBBY'S YARD - DAY

DEAN is in the IMPALA, working on a window, while listening to a radio announcer.

RADIO ANNOUNCER (V.O.):
Believed to be target hits high up in white-supremacy organizations. The FBI now believes the Ku Klux Klan has been forced to disband.

DEAN: Can't argue with that one.

EXT. BOBBY'S YARD - NIGHT

DEAN is working under the IMPALA's hood.

RADIO ANNOUNCER (V.O.)
A freak lightning strike on the heels of the fire that burned down the Center for Vibrational Enlightenment earlier today. Said a spokesman, "this tragedy represents the largest loss in New Age motivational speaker history".

SAM:
Motivational speakers?

DEAN:
Yeah, I'm not sure new Cas gets irony any better than old Cas. Of course, old Cas wouldn't smite Madison Square Garden just to prove a point. He is off the deep end of the deep end. And there's no slowing down.

SAM:
So, what? Try to talk to him again?

DEAN:
Sam.

SAM:
Dean, all we can do is talk to the guy.

DEAN:
He's not a guy. He's God. And he's pissed. And when God gets righteous, you get the hell out of the way; haven't you read the Bible?

SAM:
I guess...

DEAN:
Cas is never coming back. He's lied to us, he used us, he cracked your gourd like it was nothing. No more talk; we have spent enough on him.

SAM:
Okay.

DEAN:
Hand me that socket wrench.

EXT. TRAILER PARK - DAY

Close-up of the front of a trailer and it's Tennessee license plate.

Nancy Sinatra's "These Boots Were Made For Walking" plays. Wide shot of the outside of the trailer, and we see there are ENOCHIAN SIGILS on the windows.

INT. TRAILER - DAY

CROWLEY pours a glass of whiskey and sits down in front of a TV.

TV ANNOUNCER (V.O.):
...since biblical times. Leprosy was once so prevalent that colonies were found around the world. Today we are witnessing the unprecedented shutdown of India's leper colonies after what many are calling a miracle healing. Here with us, health correspondent Rob Lewinsky.

CROWLEY:
Educate me, Lewinsky.

The TV suddenly goes dark.

CASTIEL (O.S.):
Hello, Crowley.

CASTIEL has silently appeared in CROWLEY's trailer.

CASTIEL:
You look stressed.

CROWLEY sighs

CROWLEY:
Bollocks.

ACT TWO

INT TRAILER - DAY

CROWLEY:
So, the jig is up. You found me.

CASTIEL:
I never lost you.

CASTIEL looks at the Enochian sigils scrawled all over the walls.

CASTIEL:
These scratches, they're all useless.

CROWLEY:
Still.. Can't blame a girl for trying.

CROWLEY:
Fancy a drink before you smite me?

CASTIEL:
No.

CROWLEY:
You like to bend them right over, do you? Let's go.

CROWLEY outstretches both arms and cringes.

CASTIEL:
I'm not going to kill you, Crowley. I have plans for you.

CROWLEY:
What's it?

CASTIEL:
Here's our new arrangement; I let you live, you return to your post as king of hell.

CROWLEY:
but?

CASTIEL:
I choose where each soul goes. I control the flow, and you take whatever I give you.

CROWLEY turns his back on CASTIEL and moves in front of the sink.

CROWLEY:
I take it you intend to keep the live share? So, what you're saying is hell's being downsized?

CASTIEL:
I would have done away with it completely, but I need a threat to hold over my enemies, and we need to keep Michael and Lucifer's cage.

CROWLEY:
Right. I gather this is not a, uh, negotiation.

CASTIEL:
No.

CROWLEY:
Then I graciously accept, boss.

CROWLEY tips his glass to CASTIEL and turns to pour another glass.

CASTIEL looks down to discover sores boiling on the top of his hands.

CASTIEL:
I'll be in touch.

CROWLEY turns to look at CASTIEL to see he has already vanished.

INT: BOBBY'S KITCHEN- NIGHT

SAM is reading a book. He is startled by a strange noise and looks behind himself.

The ceiling panel begins to crack and a long chain falls down through the hole and wraps itself around SAM'S neck and drags SAM to the ceiling. A laughing voice can be heard in the background.

Suddenly SAM wakes up to realize that he was hallucinating.

SAM:
Dean... Bobby?

IN: BOBBY'S GARAGE- NIGHT

DEAN has the windows covered, getting ready to paint the IMPALA.

BOBBY:
She's looking good.. Considering.

BOBBY hands DEAN a beer.

DEAN:
Considering? I should do this professionally.

DEAN and BOBBY turn and open their BEERS.

BOBBY:
So.. Seen Sam lately?

DEAN:
Yeah, why?

BOBBY hesitates to answer and DEAN looks at him worryingly.

DEAN:
What? Well, spit it out.

BOBBY:
How is that kid even vertical? I mean, Cas broke his damn pinata.

DEAN:
I know.

DEAN turns back to the IMPALA.

BOBBY:
I mean, I get how he came to help us back at the lab. Adrenaline. Sure, but now?

DEAN begins to tape the IMPALA'S antenna.

DEAN:
Well.. he says he's okay.

BOBBY:
How?

DEAN:
I don't know. I just pray to God it's true.

BOBBY:
We need to come up with a new saying for that.

SAM begins to enter the GARAGE, but he overhears DEAN and BOBBY'S conversation.

DEAN:
Seriously though, Bobby. Look at our lives. How many more hits can we take? So, if Sam say's he's good.. GOOD.

BOBBY:
You believe that?

DEAN:
Yeah.

DEAN hesitates for a moment.

DEAN:
No. You wanna know why? because we never catch a break. So why would we this time? I just.. just this one thing. You know? but I'm not dumb. I'm not going to get my hopes up just to get kicked in the dangles again.

SAM emerges from eavesdropping and startles DEAN and BOBBY.

SAM:
Hey.

BOBBY:
Hey. How are you feeling, sport?

SAM:
Can't complain!

DEAN:
Great. What's the word?

SAM:
Well, a publishing house literally exploded about an hour ago. The guy has a body count that's really getting up there. We gotta do something.

BOBBY:
What we've got to do is hunt the son of bitch. Unfortunately, I lost my God guns.

SAM:
Well, I mean is there some kind of heavenly weapon? Maybe something out of that angel arsenal that Balthazar stole? There has to be something that can hurt him.

DEAN:
He's God, Sam. There's nothing, but there might be someone.

INT: BOBBY'S BASEMENT- NIGHT.

BOBBY lights a match and throws it into a bowl where it ERUPTS into a huge flame. There's a DEVIL'S trap scrawled on the floor.

CROWLEY appears inside the DEVIL's trap, with a glass of whiskey in his hand.

CROWLEY:
No. No! NO! Come on!

BOBBY:
Don't act so surprised.

CROWLEY:
My new boss is going to kill me for even talking to you lads.

DEAN:
Well, you're lucky we're not stabbing you in your scuzzy face, you little piece..

SAM:
Whoa, wait! What new boss?

CROWLEY:
Castiel, you giraffe.

BOBBY:
Is your boss?

CROWLEY:
Is everybody's boss. What do you think he's going to do if he finds out we've been conspiring? You do you want to conspire, don't you?

BOBBY:
No. We want you to just stand there and look pretty.

CROWLEY:
Listening.

DEAN:
We need a spell to bind Death.

CROWLEY:
Bind? Enslave Death? You having a laugh?

DEAN:
Lucifer did it.

CROWLEY:
That's Lucifer.

SAM:
A spell's a spell.

CROWLEY:
You really believe you can handle that kind of horsepower? You're delusional!

DEAN:
Death is the only player on the board left that has the kind of juice to take Cas.

CROWLEY:
They'll both mash us like peas. Why should I help with a suicide mission?

BOBBY:
Look! Do you really want Cas running the universe?

CROWLEY looks down and pours himself another drink.

INT: SIDEWALK- DAY

A blind HOMELESS MAN is sitting on the sidewalk with a tin can, asking for change.

HOMELESS MAN:
Some help, please. Please. Help. So helpless.

CASTIEL comes by and drops some coins in his can.

HOMELESS MAN:
God bless you, Sir.

CASTIEL:
You're a true believer. People say I'm wrathful, but I only punish liars and those who forsake me. I am a just God.

HOMELESS MAN:
Excuse me?

CASTIEL touches his hand to the HOMELESS MAN'S head. He closes his eyes-

CASTIEL:
See.

The HOMELESS MAN opens his eyes, and his vision is restored.

HOMELESS MAN:
Oh my God, I can see!

He looks up to see CASTIEL standing over him.

HOMELESS MAN:
Your face.. What's wrong with you?

EX: BATHROOM- DAY

CASTIEL is looking at himself in front of a mirror. His face is breaking out in blisters.

CREEPY VOICE:
A mistake. Too late. Let us out.

CASTIEL unbuttons his shirt and the MONSTER souls, in the form of two hands under his skin, are trying to bust their way out of his VESSEL.

CREEPY VOICE:
Let us out. Let us out!

CASTIEL:
No.

ACT THREE

INT: BOBBY'S HOUSE- DAY

BOBBY is walking down the stairs while flipping through his mail. He looks down in time to see a piece of paper pass under the front door.

BOBBY picks the paper up, and walks OUTSIDE to see who left it.

BOBBY:
Hello?

BOBBY looks at the paper to see that it's the SPELL they had asked for.

BOBBY:
It's from Crowley.

DEAN:
Well, Who feels like hog tying death tonight?

BOBBY:
Old age is over-rated anyhow.

EX: BOBBY'S LIVING ROOM- DAY

BOBBY:
Well, we've got most of this stuff, but we're going to have to make a run for a few things.

DEAN:
Like?

BOBBY:
Like an act of God crystallised forever.

SAM:
What's that supposed to mean?

BOBBY:
That can means an actual crystal. See, lightning strikes sand at the right angle - it crystallises into the perfect shape of itself.

SAM:
Lightning. Act of God.

BOBBY:
Jinga. You got yourself a fulgurate and we're gonna need a biggie.

DEAN:
And let me guess... rare.

BOBBY:
I found records of an auction. Winning bidder lives about nine hours from here.

SECURITY GUARD:
Hey!

DEAN:
Excuse me. You got any Grey Poupon?

SAM:
Grey Poupon? Seriously?

DEAN:
It's what popped in my head.

DEAN:
Hi. Uh... I don't want to hurt you. Really.

DR. WEISS:
I'm the one with the firearm, son.

DEAN:
I get that.

DEAN:
Okay. Yeah. Good. Hey, guys. Uh, so this is Dr. and Mrs. Weiss.

SAM:
Hi. Sorry.

DEAN:
I found the God thingy.

BOBBY:
Well, let's light this candle.

DEAN:
You're welcome.

BOBBY:
Te nunc invoco, mortem. Te in mea potestate defixi. Nunc et in aeternum!

DEAN:
Um... Hello? Death?

DEATH:
You're joking.

DEAN:
I'm sorry, Death. This isn't what it seems.

DEATH:
Seems like you bound me.

DEAN:
For good reason, okay? Just, uh, hear us out. Um... Fried pickle chip? They're the best in the state.

DEATH:
That easy to soothe me, you think? This is about Sam's hallucinations, I assume?

DEAN:
What?

DEATH:
Sorry, Sam. One wall per customer. Now unbind me.

SAM:
We can't. Y-yet.

DEATH:
This isn't going to end well.

DEAN:
We need you to kill God.

DEATH:
Pardon?

BOBBY:
Kill God. You heard right. Your... Honor.

DEATH:
What makes you think I can do that?

DEAN:
You told me.

DEATH:
Why should I?

DEAN:
Because... We said so, and we're the boss of you. I mean... Respectfully.

CASTIEL:
Amazing.

SAM:
Cass.

CASTIEL:
I didn't want to kill you, but now...

DEAN:
You can't kill us.

CASTIEL:
You've erased any nostalgia I had for you, Dean.

DEAN:
Death is our bitch. We ain't gonna die, even if God pulls the trigger.

DEATH:
Annoying little protozoa, aren't they? "God"? You look awfully like a mutated angel to me. Your vessel's melting. You're going to explode.

CASTIEL:
No, I'm not. When I've finished my work, I'll repair myself.

DEATH:
You think you can because you think you're simply under the weight of all those souls, yes? But that's not the worst problem. There are things much older than souls in Purgatory, and you gulped those in, too.

CASTIEL:
Irrelevant. I control them.

DEATH:
For the moment.

DEAN:
Wait -- uh, what older things?

DEATH:
Long before God created Angel and man, he made the first beasts -- the Leviathans.

DEAN:
Leviathans?

DEATH:
I personally found them entertaining, but he was concerned they'd chomp the entire petri dish, so he locked them away. Why do you think he created Purgatory? To keep those clever, poisonous things out. Now Castiel has swallowed them. He's the one thin membrane between the old ones and your home.

CASTIEL:
Enough.

DEATH:
Stupid little soldier you are.

CASTIEL:
Why? Because I dared open a door that he shut? Where is he? I did a service, taking his place.

DEATH:
Service? Settling petty vendettas?

CASTIEL:
No. I'm cleaning up one mess after another -- selflessly.

DEATH:
Quite the humanitarian.

CASTIEL:
And how would you know? What are you, really? A flyswatter?

DEATH:
Destined to swat you, I think.

CASTIEL:
Unless I take you first.

DEATH:
Really bought his own press, this one. Please, Cass. I know God, and you, sir, are no God.

DEAN:
All right, put your junk away, both of you. Look, call him what you want. Just kill him now!

DEATH:
All right. Fine. Thank you. Shall we kickbox now? I had a tingle I'd be reaping someone very, very soon. Don't worry -- not you. Well, he was in a hurry.

SENATOR MICHELLE WALKER:
Yes, that's exactly why I'm running again -- to save my constituents from the godless policies of my opponents. Couldn't have said it better myself.

SENATOR'S AIDE:
Sir? Can I help you?

CASTIEL:
I'm here to see the Senator.

SENATOR'S AIDE:
Um, regarding?

CASTIEL:
Abuse of power.

SENATOR'S AIDE:
Excuse me?

CASTIEL:
I am not petty. I'm punishing a woman who causes poverty and despair in my name. I put your needs first. Don't you understand? All of you. I am a better God than my father. How can I make you understand?

VOICE:
Cass.

DEATH:
Ahh.

DEAN:
Um...

DEATH:
Shut up, Dean. I'm not here to tie your shoes every time you trip. I warned you about those souls how long ago? Long enough to stop that fool. And here we are again, with your little planet on the edge of immolation.

DEAN:
Well, I'm sorry. All right? I've been trying to save this planet, so maybe you should find somebody better to tip off.

DEATH:
Maybe I should spend my effort on a better planet. Well, it's been amusing.

SAM:
Wait, h-hold on, hold on. Just -- can you give us something? You -- you have to care a little bit about what happens to us.

DEATH:
You know, I really don't. But I do find that little angel arrogant.

DEAN:
Great. Let's go with that.

DEATH:
Your only hope is to have him return it all to Purgatory. Quickly.

SAM:
We need a door.

DEATH:
You have everything you need at that lab. Get him to return there and compel him to give up the power.

DEAN:
Compel?

DEATH:
Figure it out.

BOBBY:
But that door only opens in the eclipse, and that's over.

DEATH:
I'll make another. 3:59 Sunday morning, just before dawn. Be punctual. Don't thank me. Clean up your mess. Try to bind me again, you'll die before you start. Nice pickle chips, by the way.

CASTIEL:
No. No. No.

SAM:
You want some coffee with that?

DEAN:
It's 6:00 p.m. somewhere.

SAM:
We got to hit the road. I mean, how are we supposed to get Cass to that lab by friggin' 3:59 a.m.?

DEAN:
We don't.

SAM:
What do you mean, "We don't"?

DEAN:
I mean, we can't bring the horse to water, and we can't make it drink. Why fool ourselves?

SAM:
Dean, look, I know you think that Cass is gone --

DEAN:
It's 'cause he is.

SAM:
He's not! He's in there somewhere, Dean. I know it.

DEAN:
No, you don't.

SAM:
No, I don't. But, look, I was pretty far gone sometimes myself, and never gave up on me.

DEAN:
Yeah, and it turns outthat you're about the same open book as you've always been. Hallucinations? Really? I got to find out from Death?

SAM:
What was I supposed to do?

DEAN:
How about not lie? How about tell me that you've got crazy crap climbing those walls?

SAM:
Why? You can't help. You got a lot of pretty severe crap swinging your way lately, and -- and I thought --what? I thought why burst the one good bubble you had left? It's under control.

DEAN:
What? What, exactly, is under control?

SAM:
I know what's real and what's not.

DEAN:
Sam --

SAM:
Dean, look, we can debate this once we deal with Cass.

DEAN:
Yeah, you know how I'm gonna deal? I'm gonna stuff my piehole, I'm gonna drink, and I'm gonna watch some Asian cartoon porn and act like the world's about to explode because it is. Hey. You got to be kidding me. "Massacre at the campaign office of an incumbent Senator by a trench-coated man." There's security footage. Well, I think reaching Cass is, uh... out of the cards.

SAM:
Hey, Castiel. Um... Maybe this is pointless. Look... I don't know if any part of you even cares, but, um, I still think you're one of us, deep down. I mean, way, way, way off the reservation, but... Look, we still have till dawn to stop this. Let us help. Please.

SAM:
Only if you turn that off.

CASTIEL:
Sam?

SAM:
Cass.

CASTIEL:
I heard your call. I need help.

CASTIEL:
We need the right blood. There's a small jar -- end of the hall, s-supply closet.

SAM:
Got it.

CASTIEL:
Dean?

DEAN:
What, you need something else?

CASTIEL:
No. I feel regret, about you and what I did to Sam.

DEAN:
Yeah, well, you should.

CASTIEL:
If there was time, if I was strong enough, I'd -- I'd fix him now. I just wanted to make amends before I die.

DEAN:
Okay.

CASTIEL:
Is it working?

DEAN:
Does it make you feel better?

CASTIEL:
No. You?

DEAN:
Not a bit.

LUCIFER:
I know. It all seems so silly, doesn't it? Hi, Sam. Long time, no spooning.

SAM:
You're not here. You're in Hell.

LUCIFER:
Now, that you're right on.

SAM:
Meat hooks... Chains... You. It's not real. It's just my brain leaking memories from the cage 'cause of the wall breaking down. That's all.

LUCIFER:
Hmm. That's very good, your little theory. It's wrong. Sam, this isn't you going guano. Everything else is.

SAM:
What?

LUCIFER:
Everything... From the second you sprung out of that lock box.

SAM:
That's impossible.

LUCIFER:
No. Escaping was impossible. I have to say, I think this is my best torture yet -- make you believe that you're free and then... Yank the wool off of your eyes. You never left, Sam. You're still in the cage... With me.

BOBBY:
Hang in there. Just a couple of minutes. Where's Sam? It's go time.

DEAN:
Sam?! Damn it.

BOBBY:
That's good enough. Okay, step right up, Cass.

BOBBY:
Ianua magna purgatorii, clausa est ob nos lumine eius ab oculis nostris retento sed nunc stamus ad limen huius ianuae magnae et demisse fideliter perhonorifice paramus aperire eam.

CASTIEL:
I'm sorry, Dean.

BOBBY:
Creaturae terrificae quarum ungulae et dentes nunquam tetigerunt carnem eius ad mundum nostrum nunc ianua magna, aperta tandem!

DEAN:
Cass?

BOBBY:
He's cold.

DEAN:
Is he breathing?

BOBBY:
No.

DEAN:
Maybe angels don't need to breathe.

BOBBY:
He's gone, Dean.

DEAN:
Damn it. Cass, you child. Why didn't you listen to me? Cass?! Hey! Hey! Okay. All right.

CASTIEL:
That was unpleasant.

DEAN:
Let's get him up. Easy, there.

CASTIEL:
I'm alive.

BOBBY:
Looks like.

CASTIEL:
I'm astonished. Thank you -- both of you.

BOBBY:
We were mostly... just trying to save the world.

CASTIEL:
I'm ashamed. I really overreached.

DEAN:
You think?

CASTIEL:
I'm gonna find some way to redeem myself to you.

DEAN:
All right, well, one thing at a time. Come on. Let's get you out of here. Come on.

CASTIEL:
I mean it, Dean.

DEAN:
Okay. All right. But let's go find Sam, okay?

CASTIEL:
You need to run now! I-I can't hold them back!

DEAN:
Hold who back?

CASTIEL:
They held on inside me. Dean, they're so strong.

DEAN:
Who the hell --?

CASTIEL:
Leviathan! I can't fight them. Run!

DEAN:
Go! Go get Sam! Go get Sam!

LEVIATHAN:
Too late.

DEAN:
Cass?

LEVIATHAN:
Cass is -- he's gone. He's dead. We run the show now. Ah. Oh, this is going to be so much fun.

END

 

Source : superwiki

Kikavu ?

Au total, 106 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

CassieAuro 
27.12.2018 vers 18h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

DrSherlock 
04.07.2018 vers 09h

Ali3nBrain 
25.06.2018 vers 19h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente

Le Roadhouse 28
Aujourd'hui à 11:39

Petit jeu (suite)
Hier à 13:45

Staff
05.01.2019

S01E03 L'esprit du lac
Aujourd'hui à 10:28

Partie Episodes
Aujourd'hui à 09:46

S14E06 Optimism
Aujourd'hui à 09:45

S14E09 The Spear
Aujourd'hui à 09:43

S14E07 Unhuman Nature
Aujourd'hui à 09:40

Mag Anglophone
Aujourd'hui à 08:49

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.10 : Nihilism (inédit)
Vendredi 18 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.04 : Mint Condition (inédit)
Jeudi 1 novembre à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Crowley et Rowena version Noël sortent grands gagnants de la dernière photo du mois. Encore...

Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
L'épisode 14.10 "Nihilism" ainsi que l'épisode 14.11 "Damaged Goods" à retrouver dans le guide des...

Bon anniversaire Genevieve Padalecki

Bon anniversaire Genevieve Padalecki
Elle fête ses 38 ans. Bon anniversaire à elle.  ...

Kurt Fuller de retour !

Kurt Fuller de retour !
Kurt Fuller sera de retour dans le 300e épisode de Supernatural, il reprendra son personnage de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Hier à 01:13

Le quartier Engrenages vous propose de découvrir son calendrier de janvier et de participer à sa PDM.

quimper, Hier à 01:18

Vous pouvez aussi prendre connaissance de la date de diffusion de la saison 7 et commenter l'annonce de la saison 8.

quimper, Hier à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, Hier à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Aujourd'hui à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site