VOTE | 646 fans

#603 : Le bâton de Moïse

 

Réalisé par : Bob Singer
Ecrit par : Ben Edlund

CASTIEL EST DE RETOUR - Sam et Dean appellent Castiel à l'aide alors qu'ils enquêtent sur le cas d'officiers de police, qui semblent avoir été tués par les fléaux d'Egypte. Castiel confirme que les armes de Moïse ont été utilisées pour tuer les policiers, et dit à Dean et à Sam que le Paradis est dans un état chaotique et que les armes de Dieu ont été volées. Les trois compères partent à la recherche du voleur et font face à un vieil ennemi.

 

>>Photos promo<<

Popularité


4.33 - 6 votes

Titre VO
The Third Man

Titre VF
Le bâton de Moïse

Première diffusion
08.10.2010

Première diffusion en France
28.01.2012

Vidéos

Promo #1

Promo #1

  

The Third Man Preview 1

The Third Man Preview 1

  

Promo #2

Promo #2

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Résumé des épisodes précédents.


Dans les vestiaires d'un poste de police. Deux policiers se changent. L'un d'eux se regarde dans le mirroir et arrache un bout de peau de sa joue. Il commence alors à saigner dans le dos et par la bouche, puis il s'effondre en une mare de sang devant son collègue, horrifié.


*****************************SUPERNATURAL***********************


Dean rêve qu'il est dans son lit avec Lisa. Il se réveille dans l'Impala. Il sort s'étirer tandis qu'on voit en parallèle Sam faire sa gym du matin. Puis Dean part, et on constate alors que Sam a eu de la compagnie pour la nuit. La jeune femme tente d'en savoir plus sur lui mais il ne dit rien. Il lui donne de l'argent et elle s'en va. Puis il reçoit un appel de Dean, qui lui dit qu'il est prêt à le rejoindre dans la planque des Campbells. Sam lui dit qu'il n'est plus là-bas mais en Pennsylvanie, pour travailler sur un cas.


Sur une route. Un policier est en planque afin de passer les voitures au radar. Il reçoit un appel qui le contrarie, puis, raccroche et se retrouve alors couvert d'énormes pustules. Il tente d'appeler du secours via sa radio mais il s'étouffe et n'a pas le temps de finir sa phrase.


Dean rejoint Sam devant la morgue. Il arrive, le téléphone à la main , en communication avec Ben, qui a manifestement besoin de conseils. Dean apprend ensuite à Sam que Lisa a bien pris son départ. Les boys entrent ensuite dans la morgue, tandis que Sam explique le cas du policier devenue mare de sang, et montre ensuite à Dean le corps de l'autre policier couvert de pustules. Il a été noté dans l'autopsie qu'il s'agissait d'une réaction allergique aigüe. Sam révèle à Dean qu'il n'a trouvé aucune trace de sorcellerie, et il ne sais pas si les deux cas sont liés. En revanche, l'un des partenaires du premier policier mort a été témoin de la scène.


Sam et Dean rendent visite à l'officier Coalfax, témoin du premier mort. Mais l'officier agit bizarrement, et prétend que Dieu veut les voir tous morts, puis il parle d'un homme sans visage. Il renverse une bouteille de whisky et ne semble pas réagir. Les boys doivent l'interpeler plusieurs fois avant qu'il ne ramasse la bouteille. Puis un filet de sang coule de sous sa casquette, et l'officier s'effondre sur la table. Sam enlève sa casquette et ils découvrent alors que des sauterelles ont gratté jusqu'à faire un trou béant dans sa tête.


Au motel, Sam et Dean recherchent des infos sur les officiers morts et leur façon de mourir. Ils sont en face des fléaux d'Egypte. Et il semblerait que les policiers atteints n'aient pas été très respectueux de la loi. Mais les boys sont dans l'impasse, et Dean suggère d'appeler Castiel. Sam refuse, rappelant à Dean qu'il a déjà essayé à plusieurs reprises de l'appeler lorsqu'il est revenu mais qu'il n'a jamais reçu de réponses. Dean tente une petite prière. Après un certain temps, Castiel finit par apparaître.


Sam est quelque peu perturbé du fait que Castiel ait répondu directement à Dean et jamais à lui. L'ange lui dit qu'ils ne savent pas qui l'a ramené de la cage, et que Dieu est toujours introuvable. Mais il n'est pas venu pour répondre à la prière de Dean mais parce qu'il a besoin de leur aide. Le bâton de Moïse a été volé et il faut à tout prix qu'ils le retrouvent sinon les trois officiers déjà morts ne seront pas les seuls à mourir. Sam montre alors un article avec la photo d'un homme noir qui semble pouvoir les aider.


Ils arrivent chez l'homme en question, par le biais de Castiel. L'homme semble particulièrement touché par les morts des policiers mais il semble que ce ne soit pas lui le responsable. Un jeune garçon fait son entrée, son nom est Aaron et il tient un bâton à la main. Castiel endore son père et s'approche du jeune pour lui prendre le bâton. Aaron leur révèle que des policiers ont tué son frère et qu'il a demandé justice mais Dieu, mais c'est un ange qui lui a répondu. L'ange lui a donné le bâton, en échange de son âme ce qui, d'après Castiel, n'est jamais arrivé auparavant. Il endort le petit et l'emmène au motel.


Une fois au motel, Castiel apprend aux boys que l'âme d'Aaron doit porter la marque de l'ange qui est propriétaire de son âme, et donc son nom. Mais la technique pour lire cette marque est extrêmement douloureuse pour la victime et Dean refuse que Cas' ne torture un enfant. Il tente de trouver du soutien auprès de Sam, mais celui-ci se range auprès de Castiel et ne semble pas perturbé tandis que l'ange enfonce son bras dans l'abdomen du jeune garçon. Il semble que Castiel connaisse l'ange qui a obtenu l'âme d'Aaron. Il le pensait mort mais ce n'est pas le cas. Il apprend alors aux boys qu'il s'appelle Balthazar et à l'instant même où il prononce ce nom, un ange sbire de Raphaël arrive et attaque Castiel. Dans la lutte, les deux anges passent par la fenêtre et tombe sur la voiture de Sam.


Castiel remonte et explique aux boys que Raphaël a dû le faire suivre lorsqu'il est descendu sur terre. Dean et Sam exigent des explications. Castiel leur apprend alors qu'une guerre civile se déroule au Paradis, des armes ont été volées et Raphaël et ses soldats souhaitent prendre le contrôle du Paradis, afin que l'Apocalypse ait lieue comme décrite dans la Bible. Le groupe mené par Castiel tente de l'en empêcher. Puis l'ange prépare un rituel, prend un peu de sang à Dean et récite une formule. Des sirènes de police se font entendre à l'extérieur, heureusement, Castiel repère le lieu où se trouve Balthazar et souhaite partir à sa recherche.


Castiel amène les boys dans une résidence luxueuse. Il pénètre à l'intérieur laissant les deux frères dehors et trouve Balthazar qui a appris grâce au sbire de Raphaël que Castiel venait le trouver. Il avoue à Castiel qu'il a bien volé les armes. Castiel ne comprend pas mais demande de l'aider en les lui rendant. Balthazar refuse, expliquant à Cas' que grâce à sa rébellion, il a tout changé et a prouvé à tous qu'ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Qu'ils pouvaient être des anges libres. Alors Balthazar a envie de s'amuser et de tout essayer. Castiel lui redemande une nouvelle fois de l'aider dans cette guerre civile, mais Balthazar refuse, et tandis que Raphaël arrive, il disparaît. Raphaël accompagné par deux anges, apparaît à l'extérieur.


L'un des sbires part à la recherche des boys et tombe sur Sam, mais se fait surprendre par Dean qui le renvoie au Paradis. L'autre sbire s'approche de Castiel qui tente de le convaincre de faire machine arrière mais il n'écoute pas, alors Castiel lance sa lame angélique et le tue. Raphaël arrive et frappe à plusieurs reprises Castiel et le fait descendre les escaliers. Alors que l'archange s'apprête à le tuer, Balthazar revient et à l'aide d'un cristal change le réceptacle de Raphaël en statue de sel, qui finit par exploser. Balthazar s'apprête à repartir quand Dean et Sam arrivent et le piègent dans un cercle de flammes sacrées. Dean ordonne à l'ange de libérer l'âme d'Aaron. Voyant que ni les boys ni Castiel ne céderaient, Balthazar s'exécute, puis demande à être libéré. Dean refuse mais Cas' éteint les flammes, payant ainsi sa dette à Balthazar qui l'avait sorti de sa prison au Paradis. Il s'en va. Quand Dean tente de demander à Castiel pourquoi il l'a laissé partir, l'ange s'envole, laissant les boys tout les deux.


Dean fait de la place dans le coffre de l'Impala pour les affaires de Sam, qui n'a plus de voiture. Avant de monter dans la voiture, Dean souhaite avoir une petite conversation avec son frère. Il s'inquiète en effet de le voir si différent, au point de ne pas avoir réagi à la torture d'un gamin. Il sait mieux que personne qu'un séjour en Enfer peut le hanter. Sam insiste pour dire qu'il se sent bien, si le séjour en Enfer de Dean l'a travaillé, ce n'est pas son cas. Il sait qu'il est différent mais ça ne lui pose pas de problèmes. Dean n'est pas convaincu mais Sam monte dans la voiture, mettant fin à la conversation. Dean monte à son tour et ils s'en vont.


L'épisode est suivi d'une preview des épisodes 6.04, 6.05 et 6.06.

 

Ecrit par Deanlove35.

INT. COMMISSARIAT

(Dans les vestiaires d'un commissariat. Un policier, Jerry, se passe de l'eau sur le visage, et lorsqu'il s'essuie avec la serviette, il constate qu'il saigne. Il regarde dans le miroir, et il semble que la plaie s'agrandit.)

JERRY : Oh, merde.... (Il frotte sa joue.) Oh... (Il enlève un bout de peau qui découvre la chair.) Mais c'est quoi, ça ?!

(Son collègue, Ed, s'habille.)

ED : Dépêche-toi, il faut qu'on y aille.

(Jerry recule, ses empreintes sanguinolentes laissant des traces. Tandis que du sang commence à couler dans son dos. Ed, se retourne.)

ED : Jerry ?!

JERRY : Ed.... Je crois que je me suis coupé.

(Jerry s'effondre en un amas de chair, sous les yeux horrifiés d'Ed.)


SUPERNATURAL


INT. CHAMBRE


(Dean dort, et Lisa se penche sur lui pour le réveiller.)

LISA : Salut, toi.

DEAN : Salut.

(Ils commencent à s'embrasser, quand Dean entend un bruit sourd approcher.)

EXT. ROUTE NATIONALE

(Soudain, un camion klaxonne, et Dean se réveille au bord d'une route, dans l'Impala. Il soupire. Parallèlement aux étirements matinaux de Dean, on voit Sam faire plusieurs exercices sportifs dans une chambre de motel. Puis Dean part, au volant de l'Impala.)

INT. CHAMBRE MOTEL

(Sam finit ses exercices lorsqu'une jeune femme, une prostituée, sort de la salle de bain.)

FEMME : Vas-y, continue, je ne suis pas là.

SAM : J'ai terminé.

FEMME : Hier soir, ça a été... un grand moment, si je peux me permettre.

SAM : Tant mieux.

FEMME : Très bien. Apparemment, tu dois te mettre au travail. Tu pars à quelle heure, déjà ? (Sam ne répond pas.) Tu ne l'as pas dit, c'est vrai. Tu sais bien faire planer le mystère, toi ! (Sam ne répond toujours pas, aussi la jeune femme tourne les talons. Sam l'interpelle par un raclement de gorge, et sort une liasse de billet. La jeune femme vient les prendre.) Oh, bien sûr ! J'ai failli oublier. (Elle sort une carte et lui tend.) La prochaine fois, appelle quand j'aurais une soirée de libre. Si tu veux.

SAM : D'accord.

FEMME : D'accord.

(Elle sort, et le téléphone de Sam retentit. Il se dirige vers l'appareil posé sur la table, en jetant la carte au passage. Il décroche pour entendre Dean.)

EXT. RUE

SAM : Salut.

DEAN : Salut. Je suis à huit heures de route du camp de base.

SAM : Euh, y'a un changement. Viens me retrouver, je suis en Pennsylvanie dans la ville d'Easter.

DEAN : Tu fous quoi en Pennsylvanie ?

SAM : J'ai trouvé une affaire.

DEAN : Déjà ?! On s'est quitté, il y a un jour et demi.

SAM : J'aime bosser.

DEAN : On dirait, oui.

SAM : Bon, ben maintenant qu'on s'est mis d'accord, appelle-moi quand tu seras en ville.

(Il raccroche, laissant Dean perplexe.)

DEAN : Il se prend pour le patron, ou quoi ?

(Dean embarque dans l'Impala avec son petit-déjeuner.)

EXT. ROUTE

(Un policier, Toby, surveille les voitures qui passent, dissimulé sur le bas-côté. Il sort un radar et le déclenche sur une voiture. Le radar affiche 70.)

TOBY : 70 miles. Oh non, tu peux faire mieux que ça. (Quelque chose caché dans les fourrés semble le surveiller. Il tourne la tête un instant, mais ne fait pas attention, puis prend son soda et commence à boire. Le téléphone sonne, un peu agacé, il répond.) Pourquoi est-ce que tu m'appelles ? Il est mort, pas vrai ? Fin de l'histoire ! J'ai plus envie qu'on en parle. On fait ce qu'on a à faire, on va au boulot, à l'enterrement, et c'est tout. Calme-toi. Ça n'a rien à voir avec toi et moi. T'es en train de te monter le bourrichon. Arrête de m'appeler. (Il raccroche.) Crétin. (La chose cachée dans les fourrés se rapproche brusquement, et d'énormes pustules commencent à apparaître sur le cou et le visage de Toby.) C'est quoi, ça ?! Oh, non ! (Tandis qu'il commence à suffoquer, il attrape sa radio.) Centrale, ici ! Je vous en prie, je suis en train de.... A l'aide !

CENTRALE : Veuillez répéter, je n'ai pas saisi le message.

(Toby meurt, la chose s'éloigne.)

EXT. RUE

(Devant le commissariat. Sam attend Dean en inspectant des dossiers. Dean arrive, gare l'Impala, et sort, tout en étant au téléphone avec Ben.)

DEAN : Ben, je sais que tu mens. Parce que c'est mon boulot de mentir, voilà pourquoi. Alors, conduis-toi en homme, et dis à ta mère que tu l'as cassé. Entendu ? D'accord, à plus tard.

(Dean raccroche, tandis que Sam le regarde avec un petit sourire moqueur.)

SAM : Wow !

DEAN : Quoi ?

SAM : Dean Winchester qui modèle les esprits de demain. Qui l'eut cru ?

DEAN : On parle d'autre chose ?

(Dean fait signe à Sam de lui tendre le dossier.)

SAM : Ça a été ?

DEAN : Quoi ?

SAM : Avec Lisa. Comment elle l'a pris ?

DEAN : Étonnamment bien, en fin de compte.

SAM : C'est mieux pour tout le monde.

DEAN : Ouais, j'imagine. Tu conduis toujours ton tas de boue ?

SAM : C'est quoi ton kilométrage, déjà ?

DEAN : Oh, ta gueule.

INT. POLICE DEPARTMENT

(Les boys se rendent à la morgue.)

SAM : L'officier Gerald Hatch, 17 ans d'ancienneté, a trouvé la mort dans les vestiaires, il y a trois jours.

DEAN : Wow. Il était hyper hydraté, celui là.

SAM : Ouais, on peut dire ça. Ce type s'est liquéfié sur place. (Ils passent devant le médecin de garde et lui montrent leurs badges.) La plupart des tissus fibreux, des muscles, et des os se sont transformés en sang.

DEAN : Là, je pige pas.

SAM : T'es pas le seul.

DEAN : Non, je parle pas de ça. J'ai compris, ce type était à ramasser à l'éponge. Mais alors, qu'est-ce qu'on fout à la morgue ? Il n'y a plus grand chose à voir, non ?

SAM : On n'est pas là pour lui. (Sam cherche le bon tiroir.) Ah, le voilà.

(Il ouvre le tiroir, et tire le cadavre de Toby, recouvert de pustules.)

DEAN : Wow. Il a pris un coup de soleil.

SAM : L'officier Toby Gray. On vient juste de l'amener. Il a été retrouvé mort dans sa voiture, où il faisait des contrôles de vitesse à la sortie de la ville.

DEAN : Réaction allergique aiguë ?

SAM : Ouais, des pustules. Il en a sur tout le corps.

DEAN : Et à l'intérieur aussi. C'est écrit qu'il y en avait jusque dans ses poumons. Ça ressemble à de la sorcellerie, non ?

SAM : Ça a été ma première idée, mais j'ai trouvé aucun signe d'un quelconque sortilège. Pour autant que je sache, ce n'est pas l'oeuvre d'une sorcière.

DEAN : Il doit sûrement y avoir un lien entre la soupe humaine et mister papier bulles.

SAM : On est d'accord.

DEAN : Est-ce qu'on a un témoin ?

SAM : Ouais. (Il sort son carnet.) L'officier Ed Colfax. Il a vu Hatch passer de l'état solide à l'état liquide.

DEAN : Un autre officier de police ?

SAM : L'équipier de Hatch.

(Ils remettent le corps à sa place.)

EXT. RUE

(La voiture de Sam semble arriver en premier devant la maison d'Ed Colfax, mais Dean le double et se gare devant lui. Ils sortent de leurs véhicules respectifs.)

SAM : Dis donc, euh... T'as cherché à faire la course, là ?

DEAN : Non ! A te montrer qui était le patron.

SAM : Très drôle.

(Les boys s'avancent vers la porte, Dean affiche un sourire de satisfaction. Ils frappent.)

DEAN : Y'a quelqu'un ? Officier Colfax ? (L'officier ouvre. Il est en uniforme.) Wow. Vous êtes sur votre 31.

ED : Qui vous êtes ?

SAM : (en montrant son badge.) Agents fédéraux, Ed. On a des questions à vous poser sur la mort de votre coéquipier.

ED : Vous en occupez pas. Ce ne sont pas vos affaires.

SAM : Officier Colfax-

ED : Vous en occupez pas !

(Ed claque la porte. Les boys se regardent, puis Sam ouvre la porte d'un violent coup de pied et entre.)

DEAN : T'es dingue ?!

(Dean suit Sam.)

INT. MAISON DE ED COLFAX

(Ils retrouvent Ed à son bureau. Dean remarque que les visages des personnes sur les photos ont tous été griffonnés.)

SAM : Officier Colfax ?

(Ed griffonne le visage d'un policier.)

DEAN : Est-ce que tout va bien ?

ED : Vous occupez pas de ça.

DEAN : D'accord... Écoutez officier Colfax, Ed, hum... On pense que votre coéquipier est mort de cause non naturelle. (Ed se gratte la casquette, comme s'il voulait se gratter la tête.) Est-ce qu'il y aurait des gens qui auraient pu vouloir sa mort ?

ED : On peut dire ça.

SAM : Ah oui ? Qui ça ?

(Ed se sert de l'alcool dans une tasse.)

ED : Ils l'avaient tous les deux mérités. Et moi aussi. Je serai le prochain à mourir. Et tout ça prendra fin. Dieu sera enfin satisfait.

DEAN : Pourquoi Dieu voudrait votre mort ?

ED : A cause de Christopher Burtch. (Il donne un coup sans le vouloir dans la bouteille encore ouverte, qui tombe sur la table et se déverse sur le sol, mais l'officier a bien du mal à réagir.) Oh, et merde...

SAM : Qui est Christopher Burtch ?

ED : Il a pas de visage.

(Ed regarde la bouteille se vider, le regard vide.)

SAM : Ed ?

DEAN : Vous êtes sûr que ça va ?

(Ed ramasse enfin la bouteille.)

SAM : Qui est Christopher Burtch, Ed ? (Ed ne réagit pas.) Ed ?!

ED : Christopher Burtch est un gamin sans visage... et qui dissimule une arme.

(Un filet de sang coule de sous sa casquette.)

DEAN : Hum, vous... vous avez un truc, là.

(Ed touche le sang, et regarde ses doigts.)

ED : Oh la vache. Je me disais bien que j'avais le crâne qui grattait.

(Soudain, il s'écroule sur son bureau, et ne répond plus.)

SAM : Ed ? (Sam s'approche et prend le pouls d'Ed. Puis il soupire.) Il est mort.

(Soudain, un léger crissement se fait entendre.)

DEAN : T'entend ça ?

(Sam repère le son, et enlève la casquette de la tête d'Ed. Ils découvrent alors un immense trou dans le crâne du pauvre homme, d'où sortent des sauterelles.)

INT. MOTEL

(Les boys font des recherches.)

DEAN : Super. Pustules, sang, et sauterelles.

SAM : Ouais. Trois des plaies d'Égypte les plus populaires.

DEAN : D'accord, mais ces petites bêtes là se sont frayées un chemin dans la caboche d'un poulet. Je me rappelle pas avoir lu ça dans la Bible.

SAM : Et le mois dernier, un gamin nommé Christopher Burtch a été tué d'une balle dans la tête, au terme d'une poursuite en voiture. Hatch, Gray et Colfax étaient les trois officiers impliqués, et ils ont fait exactement le même rapport.

DEAN : (lisant le rapport.) Le suspect est sorti du véhicule en brandissant une arme, nous obligeant à ouvrir le feu. Un gamin sans visage, et avec une arme dissimulée.... Quelle bande de trous d'uc. Donc, ils ont buté le gamin, et ont placé une arme sur lui.

SAM : Peut-être que Colfax avait raison. Ça se peut que le Paradis puisse pas blairer les flics pourris.

DEAN : Donc, on écoute le gars qui avait des sauterelles au plafond. T'as pas mieux ? C'est la seule théorie qui te convienne ?

SAM : Faut bien que les anges trouvent à s'occuper, non ? Vu qu'on est en post apocalypse.

DEAN : Ouais, possible. On devrait voir ça avec Castiel.

SAM : Attend, tu te fous de moi ?! Je t'ai dis que j'avais essayé. C'est la première, la seconde et la troisième chose que j'ai faite aussitôt après être revenu. Ce trou d'uc ne répond pas au téléphone.

DEAN : On peut tenter le coup ! (Dean se met alors à prier.) Alors que je m'apprête à trouver le sommeil, je prie pour que Castiel ramène son petit cul emplumé dans la seconde.

SAM : T'es un crétin.

DEAN : Soit un peu positif.

SAM : Ça changera pas grand chose.

DEAN : (réessaie) S'il te plaît, Castiel. Te fais pas désirer. On se retrouve avec une histoire de plaies, qui commence à s'envenimer sérieux alors... Est-ce que... est-ce que tu me reçois ?

(Ils attendent quelques secondes, mais rien ne se passe.)

SAM : Je disais donc, ce trou d'uc ne répond pas.... (Un bruit d'ailes se fait entendre, et Dean regarde avec surprise derrière Sam, qui comprend.) Il est juste derrière moi, c'est ça ?

(Sam se retourne et voit Castiel.)

CASTIEL : Salut.

(Ecran noir.)


INT. MOTEL

SAM : "Salut" ?!

CASTIEL : Euh, oui.

SAM : (imite Castiel) "Salut". C'est tout ?!

CASTIEL : Euh, c'est toujours le terme de circonstance, non ?

SAM : J'ai passé je ne sais pas combien de temps à essayer de te contacter ! Dean essaye une seule fois, et tout d'un coup, "salut" !?

CASTIEL : Oui.

SAM : Mais, qu'est-ce que ça veut dire ? C'est lui que tu préfères, ou un truc comme ça ?

CASTIEL : Dean et moi partageons un lien extrêmement profond. Je voulais éviter d'en parler.

DEAN : Je crois que ce qu'il essaie désespérément de te dire, c'est que... Il est allé en Enfer pour nous sauver, il s'est sacrifié pour nous, tu te souviens ? Et d'un seul coup, il est de retour, sans savoir pourquoi. Et toi, tu ne peux pas prendre cinq petites minutes pour lui expliquer ?

CASTIEL : Si j'avais su quoi lui dire, j'aurais pu répondre. Mais je ne sais rien du tout, Sam. On n'a pas la moindre idée de ce qui t'as fait sortir de la cage. Ou pourquoi.

SAM : Alors, c'était pas Dieu ?

CASTIEL : Personne ne sait où il est. Cette histoire est terriblement mystérieuse.

SAM : Qu'est-ce que t'entends par là ?

CASTIEL : Quelle partie de "je ne sais rien du tout" échappe à ta compréhension ?

DEAN : Castiel, si jamais Sam t'appelle, tu lui réponds, tu enfiles tes petites ailes, et tu viens lui dire haut et fort que tu ne sais rien du tout. C'est pas parce qu'on a une sorte de lien profond, ou de je ne sais quoi....

CASTIEL : Tu crois que j'ai répondu à ton appel ? Si je suis venu, c'est à cause de ça.

DEAN : Contente de voir que t'as le sens des priorités.

CASTIEL : Il ne faut jamais perdre de vue l'essentiel.

SAM : Attend, tu veux dire que toi et tes potes, vous n'avez rien à voir avec ces meurtres ?

CASTIEL : Non. Mais ils ont été commis avec une de nos armes, je n'en vois qu'une qui aurait pu provoquer ce genre de choses. Vous l'appelez le bâton de Moïse.

(Dean et Sam se regardent, interloqués.)

SAM : Sans dèc' ?! Le bâton ?

CASTIEL : Il avait servi lors d'une démonstration de force contre les Égyptiens, il me semble.

DEAN : Oui, ça a fait la une des journaux.

SAM : Oui, je savais que le bâton changeait les eaux d'un fleuve en sang, mais pas qu'il tuait un type au hasard.

CASTIEL : L'arme n'a pas été utilisée à son plein potentiel. Je crois qu'on peut rayer Moïse de la liste des suspects.

DEAN : Une petite seconde... Qu'est-ce que le bâton magique de Charlton Heston vient foutre dans le coin ? On vous a jamais appris à ranger vos jouets ?

CASTIEL : Avant l'Apocalypse, le Paradis était peut-être corrompu, mais il était stable. Et le bâton était en sécurité. C'est l'anarchie là-haut, depuis la fin de la guerre. Et dans la confusion, un certain nombre d'armes très puissantes... ont été volées.

DEAN : Attend... vous avez paumé vos armes de destruction massive ?!

CASTIEL : Oui, j'en ai bien peur. Mais, par chance, vous en avez retrouvée une. Il nous faut à tout prix la récupérer. J'ai besoin de votre aide.

SAM : Là, t'es gonflé. Je t'assure.

(Castiel, agacé, lance le pot en verre qu'il tenait à Sam, qui le rattrape de justesse.)

CASTIEL : Sam, Dean... Mes "aptitudes relationnelles" sont un peu "rouillées" ! Pardon si je viens de passer "un an", en tant qu'onde multidimensionnelle de volonté céleste. Mais faites-moi confiance, il faut à tout prix éviter que cette arme reste sur Terre ! Aidez-moi à la retrouver, ou d'autres personnes mourront.

DEAN : D'accord, comme tu veux. Donc, si les anges n'y sont pour rien, il faut qu'on se concentre sur le mobile.

(Castiel acquiesce d'abord, puis une lueur d'incompréhension s'allume dans son regard.)

CASTIEL : Sur quoi ?

SAM : On va bosser à l'ancienne. On se retrouve avec trois policiers morts sur les bras. Et leur seul lien, c'est ça. (Il prend l'article que lui tend Dean, et lit le titre.) Le père du jeune homme tué par balles exige l'ouverture d'une enquête.

INT. SALON DES BIRCH

(Darryl, le père est assis sur le canapé, et lit des journaux portant sur l'affaire des policiers. Aaron, son plus jeune fils, entre.)

AARON : Arrête, Papa ! Combien de fois tu vas le relire, cet article ? Tu sais quoi ? On devrait le jeter à la poubelle.

DARRYL : Et si tu allais jouer un peu dehors ?

(Aaron s'apprête à sortir, quand Castiel, Dean et Sam atterrissent au milieu du salon. Darryl se lève brusquement sous l'effet de la surprise.)

DEAN : (à Castiel.) Ça te dérangerait de prévenir, la prochaine fois ?

DARRYL : Mais, comment vous êtes entrés ?!

SAM : Monsieur Birch, gardez votre calme. (Sam sort son badge.) Agents fédéraux.

DARRYL : Vous ne pouvez pas entrer comme ça chez les gens !

SAM : Sacrée collection que vous avez là.

DARRYL : Qu'est-ce que vous voulez ?

SAM : Écoutez, on sait toute la vérité. Chris n'avait pas d'armes sur lui quand les policiers l'ont abattu. C'était un coup monté.

DARRYL : Oui. Et aujourd'hui, ils en payent le prix.

SAM : Et qui se charge de leur faire payer ?

DEAN : Darryl... Vous avez tué Toby Gray et les deux autres ?

DARRYL : Quoi ?! Mais j'ai tué personne ! Vous avez vu ce qui leur est arrivé ?!

CASTIEL : Vous les avez châtiés à l'aide du bâton de Moïse.

DARRYL : D'où vous sortez ?!

(Castiel regarde Sam, puis Dean, et s'avance vers Darryl.)

CASTIEL : On n'a pas le temps pour ça. Où est-il ?

(Soudain, Aaron surgit derrière.)

AARON : Laissez mon père tranquille !

(Le jeune garçon tient un morceau de bâton et le pointe vers eux comme un pistolet.)

DEAN : C'est... ?

CASTIEL : Oui.

SAM : Il devrait pas être plus grand ?

CASTIEL : Si. On a dû le découper.

AARON : Laissez-le, il y est pour rien !

DARRYL : Aaron, vas-t'en.

(Castiel endort Darryl.)

AARON : Vous lui avez fait quoi ?

DEAN : Il n'a rien, il est endormi. (Aaron pointe de nouveau le bâton, mais Castiel s'envole jusqu'à lui et le lui prend des mains.) Vas-y doucement, tu veux ? (A Aaron.) On n'est pas là pour te faire du mal. D'accord ? Mais on a besoin de savoir où tu as dégoté ce truc ?

AARON : Tuez pas mon père, s'il vous plaît ! C'est moi qui l'ait fait !

DEAN : Personne ne va tuer personne. C'est quoi ton nom ?

AARON : Aaron. Aaron Birch.

DEAN : Et où as-tu eu ça, Aaron Birch ?

AARON : Vous allez pas me croire.

DEAN : Essaie, pour voir.

AARON : C'était un ange.

DEAN : Un ange ?!

AARON : Cette bande de menteurs, ils ont tué mon frère, et ils ont jamais été punis ! C'est pas juste ! Alors, j'ai prié tout les soirs pour que Dieu vienne les punir. Dieu n'a rien fait. Mais lui, il est venu.

CASTIEL : Comment s'appelle-t-il ? Il t'a donné son nom ?

AARON : Non. Il a dit que j'avais droit à la justice. Mais que j'allais devoir m'en charger moi-même. Et... et c'est là qu'il m'a donné le bâton.

DEAN : C'est tout ? Il te l'a donné ? (Aaron acquiesce.) J'ai du mal à te croire. Il te l'a pas simplement donné. N'est-ce pas, Aaron ? Alors ?

AARON : Je lui ai acheté.

SAM : Tu lui as acheté ? (Il rit d'un air moqueur.) Et avec quoi ? Ton argent de poche ?

DEAN : Qu'est-ce que l'ange voulait ? Tu lui as donné quoi en échange ?

AARON : Mon âme.

(Les boys et Castiel sont abasourdis.)

SAM : Tu as vendu ton âme à un ange ?!

DEAN : (à Castiel) Est-ce que c'est possible ?

CASTIEL : Ce n'est jamais arrivé auparavant. Un ange qui rachète des âmes. Ça explique pourquoi il a débité le bâton en morceau.

SAM : Pourquoi ?

CASTIEL : Plus de morceaux, plus de bénéfices.

DEAN : Plus de bénéfices ? C'est qui, ce gars-là ?!

CASTIEL : On va le retrouver.

(Castiel pose sa main sur le front d'Aaron et l'endort, ce qui surprend Dean.)

DEAN : Pourquoi est-ce que t'as fais ça ?!

CASTIEL : Pour faire simple.

INT. MOTEL

(Castiel allonge Aaron sur le lit.)

DEAN : Tu te rends compte que tu viens de.. de kidnapper un gamin ?

CASTIEL : Admettons que l'ange s'est bel et bien approprié son âme. Quiconque prend possession d'une âme laisse une marque, comme un sceau.

SAM : Ah ouais, comme... les étiquettes sur les fringues, quand tu vas en colo ?

CASTIEL : J'ignore ce qu'est une colo. Je devrais pouvoir lire cette marque et retrouver le nom de l'ange qui lui a acheté son âme.

DEAN : Comment ?

CASTIEL : Ça ne va pas lui faire de bien. L'opération est atrocement douloureuse.

DEAN : Wowowowoh, attend une seconde...

CASTIEL : Dean-

DEAN : C'est qu'un gamin, voyons ! Oui- Sam !

(Il se tourne vers Sam qui ne bronche pas.)

SAM : Est-ce qu'il aura des séquelles ?

DEAN : Mais tu déconnes ?!

CASTIEL : Physiquement, ça devrait aller.

DEAN : Oh ben, c'est rien du tout alors ! Je t'en prie vas-y, tu peux y aller sans hésiter !

CASTIEL : Dean, quand j'aurais son nom, je pourrais faire un rituel pour retrouver cet ange.

DEAN : Je ne demande que ça, mais il y a sûrement un autre moyen.

CASTIEL : Il n'y a pas d'autres moyens.

DEAN : Tu veux torturer un enfant ?!

CASTIEL : Je ne peux pas me soucier de ce genre de choses ! Je n'en n'ai pas le loisir. (Castiel se penche et enfonce son bras dans l'abdomen d'Aaron, qui se met à hurler. Instinctivement, Dean se précipite, mais Sam le retient. Castiel retire son bras précautionneusement, et les cris de douleur d'Aaron cessent.) Il va se reposer.

SAM : T'as un nom ? Qui c'est ?

CASTIEL : Je le croyais mort durant la guerre.

SAM : Est-ce que c'était un ami à toi, ou un de tes proches ?

CASTIEL : Ouais, c'était un bon ami.

DEAN : Ouais, ton pote arrondit ses fins de mois en jouant au démon des croisements.

CASTIEL : Balthazar, c'est étrange.

SAM : Est-ce que tu peux le trouver, maintenant ?

(Soudain, un ange apparaît.)

ANGE : Balthazar... Je te remercie pour l'info, nous en ferons bon usage. (Il se précipite sur Castiel, et un combat s'engage.) Au fait, Raphaël t'adresse ses salutations.

(Le combat se termine lorsque Castiel attrape son ennemi et saute avec lui par la fenêtre. Ils tombent sur la voiture de Sam, qui n'en revient pas.)

SAM : Ma caisse !

DEAN : C'est cool, ça aurait pu être pire !

(Il tente de dissimuler un petit sourire moqueur. Écran noir.)


INT. MOTEL

(Castiel réapparaît dans la chambre.)

CASTIEL : Il s'est enfui.

SAM : Oh, attend une seconde... C'était qui, celui-là ?!

CASTIEL : Un soldat de Raphaël. Il a dû me suivre lorsque j'ai répondu à votre appel.

(Tout en parlant, il fouille les placards.)

SAM : Raphaël ? L'archange ? Temps mort ! On peut savoir ce qu'il se passe ?

CASTIEL : Je vous expliquerai plus tard, pour le moment-

DEAN : Non, non, non, pas plus tard, tout de suite ! On arrête les mystères, d'accord ?! Ça fait beaucoup trop d'anges d'un coup ! Je ne sais même plus qui est le gardien de but !

CASTIEL : Je ne vois pas de quoi tu parles.

DEAN : Allez, arrête avec ça.

CASTIEL : C'est très simple. Raphaël et ses fidèles veulent s'emparer du Paradis. De l'autre côté, moi et beaucoup d'autres, nous faisons ce que nous pouvons pour l'empêcher d'y arriver. Ce serait catastrophique.

SAM : C'est la guerre civile ? C'est ça que tu veux dire ?

CASTIEL : Techniquement, c'est ça. Voilà pourquoi nous devons retrouver Balthazar et les armes qu'il a volé, avant Raphaël. Celui qui aura ces armes en sa possession gagnera la guerre.

(Castiel prend le sac de Sam et l'ouvre.)

SAM : Je t'en prie, sers-toi.

DEAN : Qu'est-ce qu'il se passera si Raphaël gagne ? Il veut quoi, exactement ?

CASTIEL : La même chose depuis toujours, que l'histoire prenne fin telle qu'elle a été écrite.

DEAN : Tu parles de l'Apocalypse ? Celle qu'on a réussi à enrayer ?

CASTIEL : Ouais, précisément. Raphaël a la ferme intention de la remettre sur les rails.

DEAN : Pourquoi ?

CASTIEL : Il me faut de la myrrhe.

SAM : De la myrrhe ?!

(Castiel disparaît.)

DEAN : Oh, il me saoule à faire ça. (L'ange réapparaît derrière eux, et trace des symboles sur la table.) Pourquoi il voudrait relancer toutes ces conneries ?

CASTIEL : C'est un traditionaliste.

DEAN : Et pourquoi tu ne nous as rien dit ?

CASTIEL : J'avais trop honte pour ça. J'attendais mieux de la part de mes frères. Je suis désolé. J'ai besoin de ton sang.

(Il attrape le bras de Dean et creuse une entaille dans la paume de sa main.)

DEAN : Wow wow wow, hey ! Aïe, aow ! Pourquoi tu n'utilises pas le tien ?!

CASTIEL : Ça ne fonctionnerait pas, je ne suis pas humain.

(Après avoir versé un peu du sang de Dean dans un récipient avec la myrrhe, Castiel récite une formule, et attend. Des sirènes de police retentissent dans la rue en contrebas.)

SAM : Euh, Castiel ? Ton rituel, ça prend longtemps ?

(Castiel attend encore un peu sans rien dire.)

CASTIEL : Je l'ai, en route.

DEAN : Hé, attend un peu, et le petit, qu'est-ce qu'on en fait ?

CASTIEL : Je pense que la police le ramènera chez lui.

EXT. COUR D'UNE LUXUEUSE VILLA

(Dean, Sam et Castiel atterrissent et observent les lieux.)

DEAN : J'avoue que je m'attendais plus à Dr. No, qu'à Liberace.

(Ils s'avancent vers les bâtiments.)

INT. VILLA

(Castiel est seul dans le hall, et observe les lieux. Une grenouille coasse à l'étage du dessus, et il monte, puis pénètre dans une pièce d'où émane une musique et des lumières dignes d'une discothèque. Les portes se referment, et Castiel sort une épée. Balthazar apparaît alors.)

BALTHAZAR : Castiel ! Te voilà enfin.

CASTIEL : Balthazar.

BALTHAZAR : Je suis vraiment heureux de te revoir. Il m'a gentiment dit que tu étais dans le coin.

CASTIEL : Qui ça ?

BALTHAZAR : Vous vous êtes envoyés en l'air, tous les deux. (Il claque des doigts, la lumière s'allume et la musique cesse. On voit alors le corps de l'ange qui s'était battu avec Castiel, et de sa bouche sort une grenouille.) Oh, on dirait qu'il a une grenouille dans la gorge.

CASTIEL : Même moi, je sais que ce n'est pas drôle. J'ai pleuré ta mort.

BALTHAZAR : Oui je sais, je te demande pardon, d'ailleurs. Je ne voulais pas qu'ils me sachent encore en vie, pour éviter qu'ils viennent me courir après.

CASTIEL : Cet endroit, qu'est-ce que c'est ? A quoi est-ce que tu joues ?

BALTHAZAR : Je fais ce que je veux. Ce matin, j'ai fais un ménage à... Ça existe un ménage à douze ?

CASTIEL : Tu as volé le bâton de Moïse ?

BALTHAZAR : Oui, c'est vrai. J'ai volé tout un tas de choses.

CASTIEL : Tu étais un être honorable, et un grand soldat. Nous avons combattu côte à côte.

BALTHAZAR : Oui, un nombre incalculable de fois.

CASTIEL : Je te connais. Tu n'es pas un vulgaire voleur.

BALTHAZAR : Vulgaire ? Non. Voleur ? Ça....

CASTIEL : J'ai besoin que tu m'aides.

BALTHAZAR : Je sais. Je n'ai pas manqué le moindre de tes exploits, et en ce qui me concerne, rien n'a changé. Nous sommes frères. Tu peux compter sur mon aide.

CASTIEL : Merci. Les armes, où sont-elles ?

BALTHAZAR : Non ! Tout sauf ça.

CASTIEL : Pourquoi est-ce que tu les as prises ? Pourquoi t'es tu enfui ?

BALTHAZAR : Parce que je le pouvais ! Quoi ? Tu ne comprends pas ? C'est toi qui a rendu tout ça possible. Je ne fais que marcher sur tes traces. Ce que tu as fait ! Empêcher l'Apocalypse ! Le grand combat ! Tu as fait plus que te rebeller. Tu t'es emparé des évangiles et les a réduits en miettes pour notre bonheur ! C'est une nouvelle ère. Plus de règles. Plus de prédestination, il ne reste que la liberté, c'est formidable !

CASTIEL : Et c'est tout ce que tu en fais ?

BALTHAZAR : Qu'est-ce qu'on en a à foutre ? Papa ne risque pas de revenir ! Alors autant se taper des rails de coke et sauter sur le plumard. Tu m'as montré qu'on pouvait tout faire alors, j'ai bien l'intention de tout essayer. Quelle différence ça fait ?

CASTIEL : Évidemment que ça fait une différence, c'est.... On est en pleine guerre civile !

BALTHAZAR : Je suis au courant.

CASTIEL : Si on arrive à vaincre Raphaël, on arrêtera cette guerre ! Tu dois me donner ces armes.

(Balthazar rit.)

BALTHAZAR : Tu sais que je te trouve amusant ? Tu es vraiment persuadé que tu peux empêcher cette guerre. Tu sais que tout ceci, n'en finira jamais. Alors un bon conseil, trouve-toi un petit truc de valeur, et fais croire que t'es mort.

CASTIEL : Tu as perdu la raison. Tes petites vacances sont terminées. Raphaël sait que tu es en vie, à présent.

BALTHAZAR : Raphaël peut venir se frotter à moi, je suis armé. Je suis navré, Castiel. Sache qu'en dépit de tout ça, je suis vraiment heureux de te revoir enfin. Même si tu as toujours ce foutu balai dans le cul. (Un coup de tonnerre retentit.) C'était toi ? (Castiel dit non de la tête.) Je devrais peut-être y aller. Dis à Raphaël d'aller se faire mettre.

(Il claque des doigts et disparaît. Dans le même temps, la lumière s'éteint et les éclairs frappent à l'extérieur. Castiel attend avec appréhension.)

EXT. VILLA

(Dans la cour, trois anges apparaissent, dont Raphaël. Écran noir.)


EXT. VILLA

RAPHAEL : Ce sont tous des serpents, méfiez-vous d'eux.

INT. VILLA

(Castiel se tient prêt à ce qui arrive.)

EXT. VILLA

(L'un des anges parcourt le terrain, une épée à la main. Sam l'interpelle, lui aussi, avec une épée.)

SAM : Salut, l'ami ! Ouais, moi aussi j'en ai une.

(L'ange se rapproche et menace Sam en tenant son épée sur sa gorge.)

ANGE : Tu crois vraiment pouvoir combattre un ange ?

DEAN : Combattre ? Vas voir au ciel si j'y suis !

(Dean appuie sur le sigil enochien, faisant disparaître l'ange.)

INT. VILLA

(Un ange apparaît face à Castiel, et s'avance, menaçant, vers lui.)

CASTIEL : Tu commets une grosse erreur. Il doit exister un autre moyen. Mon frère, je t'en prie, je ne veux pas te faire de mal ! (N'ayant pas le choix, Castiel lance son épée dans le coeur de l'ange, qui meurt.) Pourquoi refusent-ils toujours d'écouter ?

(Raphaël apparaît et saisit Castiel par son trench-coat.)

RAPHAEL : S'ils ne t'écoutent pas Castiel, c'est parce que leur coeur est à moi. (Il frappe Castiel, et le fait tomber dans les escaliers, puis, une fois en bas, il saisit son épée.) Ça m'étonnerait que Dieu arrive à te faire revenir, cette fois.

(Balthazar apparaît, et interrompt la scène avant que Raphaël ne tue Castiel.)

BALTHAZAR : Hé ! Dis bonjour à mon petit copain.

(Balthazar tend une pierre face à Raphaël, qui s'illumine.)

RAPHAEL : Non !

(Mais il est trop tard, Raphaël se change en statue de sel qui finit en cristaux.)

BALTHAZAR : La femme de Loth a fini pareil. Grâce à cet abruti, je crois qu'on ne manquera pas de sel pour le restant de notre vie.

CASTIEL : Tu es revenu.

BALTHAZAR : A présent, Raphaël va être obligé de se chercher un nouveau véhicule. Ça devrait vous donner un peu d'avance sur lui. A la prochaine.

CASTIEL : A la prochaine.

(C'est alors que Dean arrive, son briquet à la main.)

DEAN : Une seconde, ne part pas si vite.

(Dean lâche son briquet, et Balthazar se retrouve prisonnier d'un cercle de flammes.)

BALTHAZAR : Du feu sacré ?! Espèce d'insignifiant primate ! Libère-moi !

DEAN : D'abord, tu retires ta marque de l'âme d'Aaron Birch !

BALTHAZAR : Tu plaisantes ?

DEAN : Sam !

(Sam arrive avec une fiole d'huile sacrée.)

SAM : A moins que tu aimes tes ailes extra-croustillantes, tu devrais y réfléchir.

BALTHAZAR : Castiel, je t'ai soutenu au Paradis. Tu vas laisser ces deux ab-

CASTIEL : Il me semble que c'est l'insignifiant primate qui a la main.

(Balthazar regarde chacun des protagonistes et rit, sachant qu'il n'a plus le choix.)

BALTHAZAR : Fort bien. (Il semble faire une prière silencieuse, puis regarde Dean.) La dette du garçon est levée. Son âme lui appartient de nouveau.

DEAN : Pourquoi est-ce que tu rachètes des âmes humaines ?

BALTHAZAR : Vu l'état de l'économie, c'est le seul placement qui vaille vraiment le coup. Vous avez une idée de la valeur d'une âme humaine ? Le pouvoir qu'elle contient ? (Dean et Sam se regardent un instant.) Assez discuté. Libérez-moi.

DEAN : Vas te faire shampouiner, personne n'a dit qu'on allait te lais- (Castiel éteint le feu.) A quoi tu joues ?!

CASTIEL : J'ai réglé ma dette envers toi.

BALTHAZAR : Entendu.

(Balthazar s'envole.)

DEAN : Non mais attend, t'as pété les plombs ?! (Mais Castiel ne dit rien, et s'envole à son tour.) Castiel ! Oh, je déteste quand tu fais ça ! Ramènes ton cul !

(Mais l'ange ne reviendra pas. Écran noir.)


EXT. RUE

(Dean est en train de faire de la place dans le coffre pour les affaires de Sam, qui n'a désormais plus de voiture.)

DEAN : La vache ! Je pensais pas que j'avais autant de bordel là-dedans !

SAM : Ouais. Mais, j'ai besoin de place. J'ai amassé pas mal de trucs depuis un an. (Dean referme le double-fond, et Sam repère un masque.) Qu'est-ce que c'est que ce truc ?

DEAN : Oh, ça c'est... C'est le costume d'Halloween de Ben.

SAM : Un wendigo ?

DEAN : Ouais.

SAM : Très ressemblant.

(Il repose le masque, et Dean ferme le coffre. Ils se dirigent ensuite vers les portes de l'Impala.)

DEAN : Et sinon ? Est-ce que ça va ?

SAM : Moi ? Ouais, ça va super.

DEAN : T'es sûr ? Parce que, j'ai eu des doutes, une ou deux fois.

SAM : Explique-moi.

DEAN : Par exemple, tu sais quand Castiel a... a fait la séance d'électrochocs au gamin ?

SAM : J'étais là, avec toi.

DEAN : Vraiment ? Pourtant, j'avais l'impression d'être le seul à me préoccuper d'Aaron.

SAM : Ah, je vois. Je peux t'assurer que j'étais de ton avis. Le truc... c'est qu'on avait besoin de ces infos.

DEAN : Pour les avoir, on a dû torturer un enfant. J'ai simplement eu la sensation, que t'en avais rien à foutre.

SAM : Ben, tu te trompes.

DEAN : J'ai bien l'intention de découvrir ce qu'il se passe. Il y a un truc différent chez toi. Et tu le sais.

SAM : Ouais. Oui, j'en suis conscient.

DEAN : Sérieux ?

SAM : Ouais. Après tout.... Ça va faire près d'un an que je chasse pratiquement sans m'arrêter. Je vis en marge de la société, tu vois ? Alors, oui, j'imagine que je dois être un peu brut de décoffrage.

DEAN : Je vois ce que tu veux dire. Mais j'ai quand même l'impression que tu ne me dis pas tout. T'es allé en Enfer, Sam. Et tu peux me croire, je sais quel effet ça fait.

SAM : A toi.

DEAN : Pardon ?

SAM : Tu sais quel effet ça t'a fait, à toi. Ça t'a torturé. C'est ça ? Et je crois que ça te torture toujours. Mais moi, Dean, je vais bien.

DEAN : Alors, t'es en train de dire, quoi, que tu es plus solide que moi ?

SAM : Non. Je dis simplement qu'on est différent.

(Sur ces mots, Sam monte dans l'Impala. Dean prend le temps de repenser aux paroles de son frère, puis entre à son tour dans la voiture.)



Fin de l'épisode.

 

Ecrit par deanlove35.

 

INT. POLICE LOCKER ROOM

JERRY, wearing a t-shirt, is toweling his face after shaving. He sees a spot of blood on the towel and notices a nick on his left cheek. He rinses it off, but it persists.

JERRY
Oh, come on.

JERRY rubs his right cheek. A patch of skin peels off and lands in the sink.

JERRY
Ohh. Oh. [ Exhaling sharply. ] What the hell?

A second cop, ED, has been dressing in the locker behind.

ED
Come on, man. Let's get going.

JERRY walks backward from the mirror, breathing rapidly and leaving bloody footprints. Blood seeps through the back of his t-shirt.

ED
Jerry?

JERRY
[ Bleeding from the mouth. ] Ed, I think I'm bleeding.

JERRY falls forward. Blood splatters at ED's feet. The camera pulls back to reveal a mash of flesh and blood where JERRY used to be. ED is horrified.

ACT ONE

INT. DEAN'S HOUSE - DAY

Birds are chirping as morning light floods into a bedroom window. DEAN is sleeping. LISA wakens next to him.

LISA
Hey, you.

DEAN
Hey.

A light peck becomes a long and passionate kiss. DEAN is distracted by the sound of a heartbeat. A horn blares and DEAN wakens from his dream. He is alone in the Impala, parked just off a busy highway.

INT. HOTEL ROOM - DAY

SAM is inside, shirtless, working through a fitness routine of push-ups and sit-ups. These scenes are intercut with:

EXT. HIGHWAY - DAY

DEAN is by the side of the road, fully clothed, stretching to work the kinks out. The Impala pulls out and is back on the road.

INT. HOTEL ROOM - DAY

SAM is doing chin-ups on a pipe suspended from the ceiling of the room.

A PROFESSIONAL LADY emerges from the bathroom.

PROFESSIONAL LADY
Don't stop on my account.

SAM
[ Laughs. ] I'm done.

PROFESSIONAL LADY
Last night was a... [ clears throat ] high point, if you don't mind me saying.

SAM
Good.

PROFESSIONAL LADY
All right. Well, I see you need to start your day. When did you say you were heading out?

SAM exhales, indicating impatience.

PROFESSIONAL LADY
You didn't. Right. Damn, you know how to play that mystery card.

As she turns to leave, SAM clears his throat and holds up some cash.

PROFESSIONAL LADY
Right. I almost forgot. Next time... [ gives SAM a note ] you can call me on my night off. If you want.

SAM
Okay.

PROFESSIONAL LADY
Okay.

She leaves. The phone rings. SAM scrunches up the note and tosses it into a wastepaper basket. He picks up his cellphone.

SAM
Hey.

EXT. BURGER HEAVEN - DAY

DEAN
Hey. I'm about eight hours out of the Campbell Base.

SAM
Uh, change of plans. I need you to meet me. I'm in PA. Town called Easter.

DEAN
What are you doing in Pennsylvania?

SAM
Caught a case.

DEAN
A case? When? It's been like a day and a half.

SAM
I like to work.

DEAN
Apparently.

SAM
Glad we hashed that out. Call me when you roll into town.

SAM hangs up.

DEAN stares at his phone.

DEAN
Who died and made you boss?

EXT. HIGHWAY - DAY

A cop, TOBY, is parked on the side of a road. A car speeds by, clocking 70 mph.

TOBY
Well, now, you could do better than that.

He settles back to pour some booze into a giant-sized plastic convenience store cup. His cellphone rings.

TOBY
Why are you calling me? He's dead, right? That's it. Now, I don't want to talk about it. We do what we do -- we go to work, we go to the funeral. [ Sighs ] Calm down. This is nothing to do with you and me. You're just working yourself up. Don't call me. [ Hangs up. ] Idiot.

Something crashes through the branches toward the cop car. Boils break out on the TOBY's face and hands.

TOBY
God! God! Dispatch, this is -- Please, I -- I need... Please.

TOBY chokes and stills.

EXT. STREET - DAY

SAM is in a suit, is leaning against his car and reading some reports.

DEAN drives up in the Impala and exits it in the midst of a phone conversation. He is also in a suit.

DEAN
Ben...I know you're lying. Because I lie professionally, that's how. Now tell your mom that you broke the damn thing and take it like a man. Okay? Ok-- okay. [ Hangs up. ]

SAM
Wow.

DEAN
What?

SAM
You -- molding the minds of tomorrow. Who knew?

DEAN
Yeah, tell me about it.

SAM
How'd it go?

DEAN
With?

SAM
You and Lisa. How'd she take it when you bailed?

DEAN
Shockingly cool, actually.

SAM
Better for everybody.

DEAN
Yeah, I suppose. Still driving the plastic piece of crap, huh?

SAM
What's your mileage, again?

DEAN
Shut up.

INT. POLICE STATION - DAY

SAM briefs DEAN as they walk through the station to the morgue.

SAM
Officer Gerald Hatch, 17-year veteran, found dead in the ready room three days ago.

DEAN
[ Reading the file. ] Whoa. Somebody was over-hydrated.

SAM
[ Laughs. ] Basically, yeah. The guy just... liquefied. Most of the meat, bones, dense tissues -- they just turned to blood.

DEAN
Okay, I don't get it.

SAM
Nobody gets it.

DEAN
No. I mean, I get that. I'm saying, if the guy was a mop job, then what are we doing in the morgue? What's left of him to look at?

SAM
Not here to look at him. Here.

SAM opens a drawer, revealing the boils-covered cop.

DEAN
Ooh. Bad news.

SAM
Officer Toby Gray. They brought him in Found him dead in his patrol car, sitting at a speed trap on the outside of town.

DEAN
"Extreme allergic reaction."

SAM
Yeah. Boils. Covered from head to toe.

DEAN
Yeah, on the inside, too. It says his airways are chock full of them. This startin' to look a little witchy to you?

SAM
That was my first instinct, but I found zero signs of hexwork anywhere. Far as I can tell, witchcraft was not involved.

DEAN
There's got to be some sort of link between, uh, skid mark and bubble wrap here.

SAM
No question.

DEAN
All right, well, can I get a witness?

SAM
Yep. Uh... [ reads from notes ] Officer Ed Colfax. Saw Hatch go from a solid to a liquid.

DEAN
Another cop?

SAM
Hatch's partner.

SAM pushes the body back into its drawer.

EXT. STREET - DAY

SAM's car swings around a corner. DEAN's car pulls out in front of him and is first to park his vehicles at their destination in a leafy neighbourhood.

SAM
Were you, uh... were you racing me?

DEAN
No. I was kicking your ass.

SAM
Very mature.

SAM and DEAN knock on the door of a suburban house.

DEAN
Hello? Officer Colfax?

The door opens to reveal ED in full dress uniform.

DEAN
Whoa. Lookin' sharp, Kojak.

ED
Who the hell are you?

SAM
We're the Fed, Ed. We're here to ask you a few follow-up questions about your partner's death.

ED
Don't worry about it. It's nobody's business.

SAM
Officer Colfax --

ED
Don't worry about it!

ED slams the door shut. Exasperated, SAM kicks the door in.

DEAN
Dude!

Walking toward ED's office, SAM and DEAN pass a wall of family photos with the faces scratched out. They find ED in his office, using a screwdriver to scratch out the face of his police portrait.

SAM
Officer Colfax?

DEAN
Hey, man, you all right?

ED
Don't worry about it.

DEAN
Right. Look, Officer Colfax -- Ed. We think that your partner died of unnatural causes.

ED scratches his hat.

DEAN
Did he have any enemies that you know of?

ED
You might say that.

SAM
Oh, yeah? Who's that?

ED
They both had it coming. Me too. I'll be the next to go, and then it'll be over. And God will be satisfied.

DEAN
Why does God want you all dead?

ED
'Cause of Christopher Birch.

ED knocks over a bottle of booze. He watches it spill for some time.

ED
Oh, damn it.

SAM
Who's Christopher Birch?

ED
He has no face.

SAM
Ed?

DEAN
Officer, you all right?

ED rights the bottle.

SAM
Who is Christopher Birch, Ed?

DEAN
Ed!

ED
Christopher Birch is a kid with no face... and a planted gun.

DEAN
Uh, you, uh... you got a little something...

Blood is dribbling from under ED's hat. ED puts his finger to it.

DEAN
...yeah.

ED
Damn. My head's been itching like a dirty jock.

ED falls forward. His face lands on the broken glass of the picture frame.

SAM
Ed?

SAM walks behind the desk and checks ED's neck for a pulse.

SAM
Dead.

[ Buzzing sound. ]

DEAN
You hear that?

SAM removes ED's hat. Locusts crawl out of a hole in ED's head.

INT. HOTEL ROOM - DAY

DEAN is seated at a table, looking through papers. SAM is at the other end, working on his laptop.

DEAN
Sweet. Blood, boils, locusts.

SAM
Three of your more popular Egyptian plagues.

DEAN picks up a jar containing the locusts.

DEAN
Yeah, but these guys... ate their way out of a cop's melon. I don't quite remember that in the King James.

SAM
Meanwhile, a kid named Christopher Birch was shot in the head last month after a vehicle pursuit. Hatch, Gray, and Colfax were the three officers involved, and they all filed the exact same police report.

DEAN
[ Reading a report. ] "Suspect exited vehicle brandishing a firearm. We were forced to fire."

"Just a kid with no face and a planted gun."

Bunch of dicks. So they pop the kid, plant the piece.

SAM
Maybe Colfax is right. You know, maybe heaven has a hate-on for bad cops.

DEAN
So we're listening to the guy with the bug in his custard? That's -- that's the, uh, the theory you want to go with?

SAM
Dean, angels got to have something to do, right, now that we're post-Apocalypse?

DEAN opens a beer.

DEAN
We should call Cas.

SAM
You're kidding, right? [ Scoffs ] Dean, I tried. It was the first and second and third thing I did, soon as I got topside. Son of a bitch won't answer the phone.

DEAN
[Sitting on a bed. ] Well, let's give it a shot. Now I lay me down to sleep. I pray to Castiel to get his feathery ass down here.

SAM
You're an idiot.

DEAN
Stay positive.

SAM
Oh, I am positive.

DEAN
Come on, Cas! Don't be a dick. We got ourselves a... plague-like situation down here, and... do you...do you copy?

SAM
Like I said... [ clears throat ] son of a bitch doesn't answer -- he's right behind me, isn't he?

CASTIEL
Hello.

ACT TWO

INT. HOTEL ROOM - DAY

SAM
Hello?

CASTIEL
Y-yes.

SAM
[ Imitating Castiel ] "Hello."

[ Normal voice ] "Hello"?

CASTIEL
Uh, that is still the term?

SAM
I spent all that time trying to get through to you. Dean calls once, and now it's [ imitating Castiel ] "Hello"?!

CASTIEL
Yes.

SAM
[ Normal voice ] So, what, you -- you like him better or something? [ Scoffs ]

CASTIEL
Dean and I do share a more profound bond. [ To Dean ] I wasn't gonna mention it.

DEAN
Cas, I think what he's trying to say is that... he went to Hell for us. I mean, he really took one for the team. You remember that? And then he comes back without a clue, and you can't take five friggin' minutes to give him some answers?

CASTIEL
[ Strongly. ] If I had any answers, I might have responded. But I don't know, Sam. We have no idea who brought you back from the cage... or why.

SAM
So... it wasn't God?

CASTIEL
No one's even seen God. The whole thing remains mysterious.

SAM
What the hell does that mean?

CASTIEL
What part of "I don't know" escapes your understanding?

DEAN
Cas, look, if Sam calls, you answer. Okay? You wing your ass down here, and you tell him, "I don't know." Just because we have some sort of a -- a bond or whatever...

CASTIEL
You think I came because you called? I came because of this. [ Walks to table where Dean's research is spread out. ]

DEAN
Oh, well, it's nice to know what matters.

CASTIEL
It does help one to focus.

SAM
Wait, so -- so you and the Halo Patrol, you guys aren't the cause of these killings?

CASTIEL
No. But they were committed with one of our weapons. There's only one thing that could have brought this into existence. You call it the Staff of Moses.

SAM
The Staff?

CASTIEL
[ Picks up the jar of locusts. ] It was used in a dominance display against the Egyptians, as I recall.

DEAN
[ Scoffs ] Yeah. That one made the papers

SAM
B-but I thought the Staff turned, like, a -- a river into blood, not one dude.

CASTIEL
The weapon isn't being used at full capacity. I think we can rule Moses out as a suspect.

DEAN
Okay, but... what is -- what is Chuck Heston's disco stick doing down here, anyway? I mean, don't you guys put away your toys?

CASTIEL
Before the apocalypse, Heaven may have been corrupt, but it was stable. The staff was safely contained. [ Sighs ] It's been chaos up there since the war ended. In that confusion, a number of... powerful weapons were... stolen.

DEAN
Wait, you -- you're saying your nukes are loose?

CASTIEL
Yeah, I'm afraid so. But you've stumbled onto one of them. We must find the weapon that did this. [ Indicates the jar of locusts. ] I need your help.

SAM
[ Scoffs. ] That's rich. Really.

CASTIEL
[ Grunts, tosses the jar of locusts at SAM. CASTIEL performs air quotes during this speech. ] Sam, Dean, my "people skills" are "rusty." Pardon me, but I have spent the last "year" as a multidimensional wavelength of celestial intent. But believe me, you do not want that weapon down here. Help me find it. Or more people will die.

DEAN
All right. Okay. Well, if the angels didn't pull the trigger, then that brings us back to motive.

CASTIEL
What?

SAM
Back to the case. Right now, we got three dead cops. Only thing linking them... is this. [ DEAN hands SAM a newspaper clipping. ] "Father of slain suspect calls for investigation."

INT. BIRCH FAMILY LIVING ROOM - DAY
Newspaper clippings are strewn on the coffee table. The camera pulls back to reveal DARRYL BIRCH intently reading a tabloid with a front cover story entitled, "POLICE OFFICER DIES AT PRECINCT."

[ A door slams, someone walks into the house. ]

AARON, a boy
Come on, dad. How many times are you gonna read that thing? You know what? We should just throw it away.

DARRYL
[ Mumbles, not looking up from the paper. ] Go out back and play.

AARON leaves, DARRYL begins to cut the story out of the paper. ]

SAM, DEAN and CASTIEL suddenly appear in the living room.

DEAN
Oh, Cas, a little warning next time.

DARRYL
What the... how'd you get in here?!

SAM
Mr. Birch, settle down. [ Shows FBI badge. ] Federal agents.

DARRYL
But you can't just walk in here!

SAM
[ Indicating the clippings. ] Quite a collection you've got there, huh?

DARRYL
What are you trying to --

SAM
Look, we know the truth, all right? Chris didn't have a gun on him when those cops shot him. They set him up.

DARRYL
Yeah. They're all getting theirs.

SAM
[ Accusational tone. ] And who's giving it to them, Darryl?

DEAN
Darryl? Did you kill Toby Gray and the others?

DARRYL
Me?! I didn't kill anyone! Look at how they died!

CASTIEL
You smote them with the Staff of Moses!

DARRYL
The hell kind of Fed are you?

CASTIEL
We don't have time for this. [ Steps up to DARRYL. ] Where is it?

AARON
[ Brandishing part of the Staff as if it were a gun. ] Leave my dad alone!

CASTIEL
Is that...? Yes.

SAM
Shouldn't it be bigger?

CASTIEL
Yes. It's -- it's been sawed off.

AARON
Leave him alone! It wasn't him!

DARRYL
Aaron, get out of here!

[ CASTIEL presses two fingers to DARRYL's forehead, DARRYL falls back onto the sofa, unconscious. ]

AARON
What did you do to him?

DEAN
It's all right. He's just sleeping.

AARON points the staff at DEAN.

CASTIEL teleports next to AARON, takes away the staff.

DEAN
Cas, take it easy! [ To AARON. ] Listen, we're not here to hurt you, okay? But we need to know... where did you get this thing?

AARON
Please don't kill my dad. It was me. I did it.

DEAN
Okay, nobody's killing anybody. What's your name?

AARON
Aaron. Aaron Birch.

DEAN
Okay, Aaron Birch, where did you get this?

AARON
You won't believe me.

DEAN
Try me.

AARON
It was an angel.

DEAN
An angel?

AARON
Those liars, they killed my brother, and nothing bad even happened to them. It's not fair. So I prayed to God every night he would punish them. God didn't answer. But he did.

CASTIEL
His name -- did he give you a name?

AARON
No. He just said I could have justice, but I was gonna have to take it myself. He... he gave me the stick.

DEAN
He just... gave it to you? Ah, come on. He didn't just give it to you, did he, Aaron?

AARON
I bought it.

SAM
You bought it? [ Chuckles. ] With what? What's your allowance?

DEAN
What did the Angel want for it? What did you give him for it?

AARON
My soul.

SAM
You sold your soul to an Angel?

DEAN
[ To Castiel. ] Can that even happen?

CASTIEL
It's never happened before. An Angel's buying souls. That could explain why he cut the staff into pieces.

SAM
Why?

CASTIEL
More pieces, more product.

DEAN
More "product"? Who is this guy?

CASTIEL
We'll find him.

CASTIEL presses his fingers to AARON's forehead; AARON falls unconscious.

DEAN
What did you do that for?

CASTIEL
Portability.

Camera pulls back to reveal CASTIEL, carrying AARON over his shoulder, back in SAM's hotel room. CASTIEL places a still-unconscious AARON on the bed.

DEAN
Cas, you realize you just kidnapped a kid?

CASTIEL
If the angel we seek truly bought this boy's soul, when a claim is laid on a living soul, it leaves a mark, a brand.

SAM
What, like a -- like a shirt tag at camp?

CASTIEL
I have no idea. But I can read the mark and find the name of the angel that bought the soul.

DEAN
How?

CASTIEL
Well, painfully for him. The reading will be excruciating.

DEAN
Whoa, whoa, whoa, whoa. Hold on.

CASTIEL
Dean.

DEAN
He's a kid, Cas. A ki-- Sam?

SAM
[ To CASTIEL. ] Any permanent damage?

DEAN
What?!

CASTIEL
Physically, minimal.

DEAN
Oh, well, yeah, then by all means, stick your arm right in there.

CASTIEL
Dean! If I get the name, I can work a ritual to track the angel down.

DEAN
And I'm all for that. But come on. There's got to be another way.

CASTIEL
There is no other way.

DEAN
You're gonna torture a kid?

CASTIEL
I can't care about that, Dean! I don't have the luxury.

CASTIEL pushes his hand into AARON's chest. AARON screams. DEAN advances. SAM holds him back. They watch as AARON screams and his body lights up from the inside. He stops screaming and falls unconscious when CASTIEL withdraws his hand.

CASTIEL
He'll rest now.

SAM
Did you get a name? What is it?

CASTIEL
I thought he died in the war.

SAM
What, he -- he was a -- he was a friend or something?

CASTIEL
[ Sighs. ] A good friend.

DEAN
Yeah, well, your frat buddy is now moonlighting as a crossroads demon.

CASTIEL
Balthazar. I wonder...

SAM
So we can find him now, right?

A DEMON appears.

DEMON
Balthazar. Thanks, Castiel. We'll make good use of the name.

The DEMON attacks CASTIEL with an angel-killing sword. CASTIEL blocks it with his own.

DEMON
And by the way, Raphael says hello.

The DEMON and CASTIEL fight in the room until they both loose their swords. They grapple each other and jump through the window, falling several stories onto a car parked on the street. SAM and DEAN look out the window. The DEMON disappears, leaving CASTIEL standing next to the destroyed vehicle.

SAM
My car.

DEAN
Okay. Silver lining.

ACT THREE

EXT. STREET - DAY

CASTIEL is standing by the wrecked car. SAM and DEAN are still up in the room.

CASTIEL
[ Now back in the room behind SAM and DEAN. ] He's gone.

SAM
Alright Cas, who was that guy?

CASTIEL
A soldier of Raphael. He must have followed me when I answered your call.

SAM
Raphael? The archangel? I'm sorry, what's going on here?

CASTIEL gets a bowl from a cupboard.

CASTIEL
I can explain later. Right now we have to --

DEAN
No, not later. Now. Stop, all right? Too many angels, Cas! I don't know who's on first, what's on second.

CASTIEL
What is "second"?!

DEAN
Don't start that.

CASTIEL
It is simple: Raphael and his followers, they want him to rule Heaven. I -- and many others -- the last thing we want is to let him take over. It would be catastrophic.

SAM
You're talking civil war.

CASTIEL
Technically, yes. Which is why we have to find Balthazar and his weapons before Raphael does. Whoever has the weapons wins the war.

CASTIEL pulls SAM's weapons bag from under his bed.

SAM
Help yourself.

DEAN
And what happens if Raphael wins? What -- what does he want?

CASTIEL
[ Gets a flask of holy water from SAM's bag. ] What he's always wanted -- to end the story the way it was written.

DEAN
You mean the Apocalypse, the one that we derailed?

CASTIEL
Yes. That one. Raphael wants to put it back on the rails.

DEAN
Why?

CASTIEL
I need myrrh.

SAM
Myrrh?

CASTIEL is no longer standing by the bed.

DEAN
Freakin' angels.

CASTIEL reappears behind DEAN. He is drawing on the kitchen table with chalk.

DEAN
Why does Raphael want to bring back all this crap?

CASTIEL
He's a traditionalist.

DEAN
Cas, why didn't you tell us this?

CASTIEL
I was ashamed. I expected more from my brothers. I'm sorry. Now I need your blood.

CASTIEL grabs DEAN's wrist and slices his palm.

DEAN
Whoa, whoa! Hey! Ahh! Why don't you use your own?

CASTIEL
It wouldn't work. I'm not human.

DEAN squeezes his hand shut. Blood drips into the bowl. CASTIEL adds myrrh and holy water and intones.

[ Sirens sound. ]

SAM
Uh, Cas, how long does this spell take?

[ Wailing intensifies. ]

CASTIEL
Got him. Let's go.

DEAN
Whoa, whoa, whoa. What about him?

AARON is still lying on the bed, unconscious.

CASTIEL
Don't you think the police will take him home?

EXT. MANSION - NIGHT

[ Crickets chirping. ]

DEAN
Huh. I was expecting more Dr. No, less Liberace.

DEAN, SAM and CASTIEL advance on the mansion.

CASTIEL is in an opulent foyer. A frog perched on the balustrade of a grand staircase is croaking. CASTIEL teleports upstairs, follows loud music into a room with a piano and strobe lights. The door closes. CASTIEL readies his angel-killing sword.

BALTHAZAR
Cas. You're here.

CASTIEL
Balthazar.

BALTHAZAR
It's so good to see you. He told me you were floating around.

CASTIEL
He?

BALTHAZAR
I believe you two have flown together. [ He turns on the lights and the music stops. ] Oh, you know, the old frog in the throat.

The body of the DEMON who attacked CASTIEL earlier is on the floor. A frog jumps out of his mouth and croaks.

CASTIEL
Even I know that that's a bad joke. I grieved your death.

BALTHAZAR
Yeah, yeah. I'm sorry about that, you know. I wanted them to think, you know, so... they wouldn't come looking for me?

CASTIELv What... is all this? What are you doing?

BALTHAZAR
Whatever I want. This morning I had a ménage à -- what's French for 12?

CASTIEL
You stole the Staff of Moses?

BALTHAZAR
Sure, sure. I stole a lot of things.

CASTIEL
You were a great and honorable soldier. We fought together.

BALTHAZAR
Yes, too many times to count.

CASTIEL
I know you. You're not some common thief.

BALTHAZAR
Common? No. Thief? Eh.

CASTIEL
I need your help.

BALTHAZAR
I know. I've been hearing all about you, and as far as I'm concerned, you and me, Cas, nothing's changed. We're brothers. Of course I want to help you.

CASTIEL
Thank you. I need the weapons.

BALTHAZAR
Don't ask that.

CASTIEL
Why take them? Why run away?

BALTHAZAR
Because I could! What? What? I me-- you're the one who made it possible. The footsteps I'm following -- they're yours. What you did, stopping the big plan, the prize fight? You did more than rebel. You tore up the whole script and burned the pages for all of us. [ Laughs. ] It's a new era. No rules, no destiny. Just utter and complete freedom.

CASTIEL
And this is what you do with it?

BALTHAZAR
Hey, screw it, right? I mean, dad's not coming back. You might as well blow coke and jump on the bed. You proved to me we could do anything, so I'm trying everything. What difference does it make?

CASTIEL
Of course it makes a diff-- it's civil war up there!

BALTHAZAR
I know.

CASTIEL
If we can beat Raphael, we can end this! Just give me the weapons.

BALTHAZAR
[ Laughs. ] Do you know what's funny about you? You actually believe that you can stop the fighting. It will never stop. My advice -- grab something valuable and fake your own death.

CASTIEL
You've gone insane. Your little holiday is over. Raphael knows you're alive by now.

BALTHAZAR
Oh, Raphael can try me anytime. I'm armed. I'm sorry, Cas. All else aside, I'm really, really happy to see you. Even though you still have that stick up your ass.

[ Thunder crashes. ]

BALTHAZAR
Was that you?

CASTIEL shakes his head.

BALTHAZAR
Oh, that's my cue then. Tell, uh, Raphael to bite me. [ Disappears. ]

Rear view of three DEMONS standing outside the mansion where SAM, DEAN and CASTIEL had stood before.

ACT FOUR

EXT. MANSION - NIGHT

[ Thunder crashes. ]

RAPHAEL
Watch them. They're all snakes.

RAPHAEL and two angels walk toward the mansion.

INT. - BALTHAZAR'S MANSION

CASTIEL is alerted to some developments.

EXT. MANSION - NIGHT

An ANGEL armed with an angel-killing sword is patrolling the grounds.

SAM
Hey, there. [ Produces an angel-killing sword. ] Yeah, I got one of those, too.

ANGEL
[ Appears behind SAM, holding the knife to his throat. ] You think you can knife-fight an Angel?

DEAN
Who's fighting? Peace out, douchewad.

DEAN slaps an angel-banishing sigil painted on the side of the house. The ANGEL disappears.

[ Thunder crashes. ]

INT. BALTHAZAR'S MANSION

CASTIEL
[ To a threatening ANGEL. ] You're making a mistake. Please. There is another way. Brother, please. I don't want to hurt you.

The ANGEL advances on CASTIEL. CASTIEL throws his knife into the ANGEL's chest. The ANGEL screams and vacates the body.

CASTIEL
Why won't any of you listen?

CASTIEL is grabbed from behind.

RAPHAEL
They don't listen, Castiel, because their hearts are mine.

RAPHAEL grabs Castiel by the collar and throws him back against a set of double doors that fall open. RAPHAEL kicks CASTIEL while he's down, then pulls him up to punch him several times. CASTIEL falls half-way down the grand staircase. RAPHAEL kicks him to the bottom and teleports there to punch CASTIEL again.

RAPHAEL
[ Raising an angel-killing sword. ] Somehow, I don't think God will be bringing you back this time.

BALTHAZAR
Hey! Look at my junk. [ Holds up a glowing crystal. ]

RAPHAEL
No.

RAPHAEL turns to salt from head to toe. The salt clatters to the floor.

BALTHAZAR
[ Chuckles. ] Same thing happened to Lot's wife. Iodize the poor sucker, and your kitchen is stocked for life. [ Laughs. ]

CASTIEL
You came back.

BALTHAZAR
Well, now Raphael will have to go shopping for a new vessel. Should give me a nice long head start on him. Until next time.

CASTIEL
Next time.

DEAN
No time like the present. [ Flicks a lighter and drops it on a circle of holy oil that surrounds BALTHAZAR. ]

BALTHAZAR
Holy fire. You hairless ape! Release me!

DEAN
First you're taking your marker off of Aaron Birch's soul!

BALTHAZAR
Am I?!

DEAN
Sam?!

SAM
Unless you like your wings extra crispy -- [ uncorks a bottle of holy oil ] -- I'd think about it.

BALTHAZAR
Castiel, I stood for you in Heaven. Are you gonna let --

CASTIEL
I believe... the hairless ape has the floor.

BALTHAZAR
[ Laughs. ] Very well. [ Inhales, touches his clasped his hands to his forehead, exhales. ] The boy's debt is cleared. His soul is his own.

DEAN
Why you buying up human souls, anyway?

BALTHAZAR
In this economy? It's probably the only thing worth buying. Do you have any idea what souls are worth? What power they hold? Now... release me.

DEAN
Suck it, ass clown. Nobody said anything --

CASTIEL lowers his hand, lowering the flames.

DEAN
Cas, what the hell?

CASTIEL
[ To BALTHAZAR. ] My debt to you is cleared.

BALTHAZAR
Fair enough. [ Sound of an angel in flight. ]

DEAN
Cas, are you out of your mind?!

CASTIEL disappears.

DEAN
Cas?! Oh, friggin' angels! Come on!

ACT FIVE

EXT. ROADSIDE - DAY

DEAN is rearranging weapons in the trunk of the Impala.

DEAN
Yeah, well I didn't realize I had this much stuff back here.

SAM
Well, I need some space. Kind of picked up some stuff along the way.

DEAN closes the false bottom on the weapons cache. SAM places his duffle bag on top. He notices a mask there and pulls it out.

SAM
What the hell is that?

DEAN
Oh, it's, uh, Ben's Halloween costume.

SAM
Wendigo?

DEAN
Yeah.

SAM
[ Approvingly. ] Accurate.

DEAN closes the trunk. The camera pulls back to reveal that they are parked at the side of a creek. DEAN and SAM have a conversation leaning over the roof of the Impala.

DEAN
Hey, so, uh... are you okay?

SAM
Me? [ Chuckling. ] Yeah, I'm great.

DEAN
Really? 'Cause there's been a few times that you got me wondering.

SAM
Come again?

DEAN
Well, like where were you when Cas was, uh, giving the Holy Taser treatment to that kid?

SAM
I was right there.

DEAN
Really? 'Cause honestly, I felt like I was the only one raising a card.

SAM
Right. Uh, I mean, I was with you, but...I don't know. W-we needed the intel.

DEAN
Yeah, I know, but we tortured that kid to get it.

SAM
[ Sighs. ]

DEAN
I just didn't get the feeling that you -- that you even cared.

SAM
Y- you're wrong.

DEAN
Hey man, I'm just trying to figure this out because... something's different with you. You know that.

SAM
Yeah. Yeah, I know.

DEAN
Really?

SAM
Yeah. I mean... I've been hunting non-stop for the past year, kind of... kind of on the wild, you know? So, yeah, I suppose I'm a little rough around the edges.

DEAN
Yeah, I get that. I just don't think I'm getting the whole scoop. You went to hell, Sam. And believe me, I know what that does to a guy.

SAM
To you.

DEAN
What?

SAM
You know what it does to you. It -- it tortured you. You know? I think it still does. But, Dean... I'm okay.

DEAN
So you're saying, what, that -- that you're stronger than me?

SAM
[ Chuckling ] No. Just saying we're different.

SAM pauses, slaps the roof of the Impala and gets inside.

DEAN ponders, then gets into the car.

 

CREDITS

 

END OF THE EPISODE

 

Source : SuperWiki

Kikavu ?

Au total, 108 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

CassieAuro 
26.07.2018 vers 21h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Ali3nBrain 
17.06.2018 vers 12h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

On recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute !! | Plus d'infos

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 21:56

Le Roadhouse 28
Hier à 17:06

Staff
05.01.2019

Meg Masters
Hier à 23:17

Katie Cassidy
Hier à 23:14

Partie Personnages
Hier à 21:43

Jessica Moore
Hier à 21:19

DJ Qualls
Hier à 21:09

Felicia Day
Hier à 21:05

Kevin McNally
Hier à 21:00

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne Série club

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Vendredi 25 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
Des épisodes 14.12 Prophet and Loss et 14.13 Lebanon (le 300e épisode) ainsi que la promo du...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Qu'avez-vous pensez de l'épisode de reprise, le 14.10 "Nihilism" ? Venez voter puis n'hésitez pas à...

Ce soir c'est le retour de Supernatural

Ce soir c'est le retour de Supernatural
Et pour vous permettre d'attendre voici la nouvelle promo de l'épisode 14x10 "Nihilism" dans notre...

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Qu'avez-vous pensé de l'épisode de reprise "Nihilism" ? N'hésitez pas à venir commenter dans le topic S14

Total : 8 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Hier à 23:00

Skins : nouveau sondage (Nicholas Hoult) et nouveau duel Dowton abbey vs The Tudors !!

quimper, Aujourd'hui à 00:51

Nouveau sondage sur Engrenages. Pas besoin de connaitre la série pour pouvoir voter.

Sas1608, Aujourd'hui à 15:09

Concours sur le quartier de Grey's Anatomy. A vous de créer un médecin qui va intégrer le Grey-Sloan ! On compte sur votre présence !!!

sauveur, Aujourd'hui à 21:32

La photo du mois du quartier Dallas attend toujours vos votes. Venez voter

juju93, Aujourd'hui à 22:19

"Souvenir du P-L-anet" : mur d'images du quartierThe L Word. Venez poster votre image préférée du générique.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site