VOTE | 651 fans

#315 : Les Secrets de l'Immortalité


Réalisé par: Charles Beeson
Ecrit par: Sera Gamble


Alors que la fin de la période accordée par le démon à Dean approche, Sam parvient à le convaincre d'enquêter sur un cas possible de zombie. Quand Bobby découvre où se cache Bella, Dean quitte Sam pour se confronter à elle.

 

>>Photos promo<<



Popularité


4.13 - 8 votes

Titre VO
Time Is On My Side

Titre VF
Les Secrets de l'Immortalité

Première diffusion
08.05.2008

Première diffusion en France
23.04.2011

Vidéos

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Erie en Pennsylvanie, sur un parking d’une salle de sport :

 

Deux amis chirurgiens se disent au revoir, l’un d’eux s’en va rapidement en voiture, et le deuxième entend du bruit prêt des buissons en retournant prêt de son véhicule. Il se retourne, observe mais ne voit rien. Soudain il se fait enfermé dans son coffre par un homme, il tente d’appeler à l’aide mais en vain.

 

Quelques heures plus tard, on retrouve l’homme titubant et perdant du sang, se rendre à l’hôpital. Une infirmière tente de lui venir en aide, mais lorsqu’elle lui retire ces mains de son ventre, l’homme se vide de son sang et perd un de ces organes, l’infirmière se met alors à hurler.

 

Sam et Dean ont capturés un démon, et tente de savoir qui détient le contrat de Dean, ils ont beau le torturer avec de l’eau bénite, rien n’y fait. Le démon se moque même des deux frères, il leur explique que tout ce qu’ils pourront lui faire subir, n’est qu’une piqure de moustique par rapport à ce que les démons lui feront si il parle. Sam tente de le réexpédié en enfer, et le démon est ravi, il dit à Dean qu’en le réexpédiant, il pourra l’attendre avec d’autres démons pour le faire souffrir en enfer. Dean demande alors à son frère de continuer le rituel, Sam s’exécute sous les yeux inquiets de son grand frère.

 

Plus tard, Sam est au téléphone, Dean qui vient d’enterrer le corps du démon, rentre dans la maison et se prend une bière. En raccrochant, Sam lui annonce qu’ils ont peut être une piste. Il s’agit de l’homme à qui l’on a retiré son foie, Sam explique à son frère, que les seuls empreintes que la police à retrouvé, appartiennent à une personne décédé en 1981. Dean pense qu’ils ont peut être affaire à un zombie et demande à son frère pourquoi c’est temps ci, il s’y intéresse tellement. Sam lui dit, qu’il ne cherche qu’à chasser, c’est tout. Ils s’en vont, mais Dean ne croit pas trop à l’explication de Sam.

 

A la morgue, Sam et Dean apprennent par le médecin légiste que l’organe à été retiré chirurgicalement, et que c’est probablement une personne sachant manipuler le scalpel qui a retiré le foie. En sortant de la salle, Sam comprend qu’il ne s’agit pas d’un zombie, il explique à Dean que c’est plutôt une personne qui vole des organes, et qu’ils devraient chercher des survivants.

 

Ils se rendent à l’hôpital et interroge une victime qui s’est fait voler un rein. Le patient leur explique, qu’il payait le parcmètre et qu’il à reçu un coup fort derrière la tête, il s’est ensuite réveillé attaché à une table. La douleur la alors fait perdre connaissance, et lorsqu’il s’est de nouveau réveillé, il était dans une baignoire de motel rempli de glaçons.

 

Les Winchester sont au motel, Sam a trouvé quelque chose, la personne qui effectuerait ces opérations serait peut être un chirurgien du 19 ème siècle. Car les méthodes qu’il utilise pour retirer les organes de ces victimes, ressemble à cet ancien procédé. Il explique à Dean qui est en train de manger, que l’agresseur utilise de la soie et des vers pour recoudre ces victimes. Dean lui demande pourquoi cela lui semble si familier, et Sam lui explique que leur père avait déjà eu affaire à ce médecin fou, adepte de l’immortalité. John lui avait retiré le cœur, mais cela ne semble pas avoir fonctionné. Sam lui raconte que le Docteur Benton aime sévir dans des forets prêt de rivières, afin de pouvoir se débarrassé des vicaires, des matières fécales et des morceaux de chair, Dean semble écœuré, mais finit quand même par manger son hamburger.

 

Dans la nuit, un homme fait son jogging, essoufflé il s’assoie quelques minutes pour reprendre son souffle, sa montre indique sa fréquence cardiaque. Il entend du bruit mais ne voit rien, il lasse alors ces lacets, mais en se relevant un homme l’attaque et l’endort avec du chloroforme. En se réveillant, il se retrouve attaché à une table et aperçoit des vers dans un bocal, le docteur Benton s’approche de lui et il a un scalpel dans les mains. La victime à son rythme cardiaque qui s’accélère et il supplie le docteur de ne pas le tuer. Benton écarte les côtes de sa victime et lui retire son cœur. La montre de l’homme indique alors zéro, il est mort.

 

Sam et Dean observe une carte et essaye de découvrir où Benton pourrait se cacher. Le téléphone de Dean sonne, c’est Bobby, il lui explique qu’il a peut être une piste sur Bela et le colt. Un de ces vieux amis chasseurs Rufus Turner, qui vend toutes sortes de choses, à reçu un appel de Bela. Bobby conseil à Dean de s’y rendre avec une bouteille de Whisky. Dean demande alors à son frère de préparer son sac, car ils vont dans le Vermont, Sam refuse il souhaite terminer d’abord leur affaire en cours. Il explique que c’est une chance pour lui d’être sauvé en chassant l’immortalité. Dean refuse, il ne veut pas car si il reste en vie, lui pourrait mourir. Sam ne veut pas suivre son frère et préfère rester afin de continuer son enquête. Dean est en colère et il comprend pourquoi Sam s’obstinait à rechercher des enquêtes de zombies, en réalité il recherchait Benton depuis plusieurs semaines. Mais devant la détermination de Sam, il s’en va sans lui, en lui demandant de prendre soin de lui. Ce que Sam lui demande également, et il le regarde alors s’en aller tristement.

 

Dean est arrivé dans le Vermout, il est devant la porte de Rufus, il sonne et frappe. Rufus l’observe sur une caméra et ce sert de l’interphone pour lui parler. Dean lui explique qu’il vient de la part de Bobby, mais Rufus ne lui ouvre toujours pas. Il lui demande alors si il sait où se trouve Bela, mais il refuse de lui le dire. Il insiste et Rufus ouvre la porte pour lui demander de s’en aller, Dean lui présente alors la bouteille de Whisky pour le plus grand plaisir de l’autre chasseur, qui lui ouvre finalement la porte.

 

A l’intérieur, les deux hommes trinquent, Rufus explique à Dean que le Whisky est la meilleure des boissons, Dean lui parle alors de Bela. Apparemment elle aurait demandée quelques bricoles à Rufus, et sa va lui prendre un peu de temps pour tout rassemblé. Il demande à Dean pourquoi il perd ces trois dernières semaines, à rechercher Bela. Dean est étonné de voir que Rufus est au courant, ce dernier lui dit également qu’il sait que le colt ne sera pas la solution. Pour lui, les chasseurs n’échappent pas à une fin terrible, Rufus sait très bien qu’il n’écoutera pas ces conseils, et laisse Dean pensif.

 

En voiture dans la forêt, Sam est toujours à la recherche de Benton, il s’arrête et regarde son plan. Il sort de la voiture et continue ensuite à pied.

 

Rufus donne à Dean, le nom de l’hôtel où séjourne Bela, mais lui demande de ne pas s’y rendre seul, car il ignore beaucoup de choses sur elle. Dean lui explique que lui aussi à tenter de percer le mystère qui plane autour d’elle mais en vain. Rufus lui a réussit à ce procurer un dossier confidentiel la concernant, grâce à l’ami d’un ami, d’un ami et aux oreilles de Bela, qui sont unique pour chaque être humains comme les empreintes. Il sort alors le dossier et le présente à Dean, il le parcourt vaguement et Dean semble étonné par ce qu’il vient de lire.

 

Sam trouve une cabane, il fouille un peu partout et découvre un vieux livre, il le met dans sa poche. Il trouve ensuite une trappe menant dans une cave, qui ressemble à une sorte de laboratoire. Il découvre un cadavre, celui de l’homme qui a eu le cœur retiré. En continuant, il trouve une femme encore en vie, mais sous le choc. Il l’a détache, mais entend du bruit c’est Benton. Sam réussit à s’échapper par la fenêtre, il a la victime dans ses bras et retrouve la voiture. Benton surgit de la forêt et casse la vitre de la voiture, il tente d’assommer Sam, mais il réussit à se dégager et roule sur le docteur. Sam parvient à s’enfuir, mais Benton se relève, se redresse la tête , son œil saigne et il l’observe la voiture qui s’éloigne.

 

Bela rentre dans sa chambre, Dean la menace alors avec son arme et lui demande où est le colt. Elle explique qu’elle n’a plus le colt et qu‘elle la vendue, Dean fouille de partout. Ne le trouvant pas, il braque alors son arme sur Bela. Cette dernière lui dit qu’il n’a pas l’âme d’un tueur, Dean acquiesce et lui explique que c’est vrai, il n’est pas comme elle, contrairement à Bela il n’aurait jamais pu tuer ces parents. Bela fait mine d’ignorer de quoi il parle. Mais Dean lui raconte qu’il est au courant de tout, les parents de la gentille « Abby » qui à l’époque avait 14 ans, sont morts dans un accident de voiture, la police a longtemps penser au sabotage mais faute de preuves, Bela reçu son héritage qui ce chiffrait en millions. Elle semble bouleversée, (on voit alors que Bela à longtemps été violée par son père), elle dit à Dean que ces parents étaient merveilleux, mais qu’elle ne regrette pas de les avoir tués, surtout qu’elle est devenue riche. Dean la pousse violement contre le mur et on voit une brindille qui dépasse de la porte, il braque de nouveau son arme, mais lorsqu’il aperçoit la branche, Dean s’arrête et explique à Bela, qu’elle n’en vaut pas la peine. Il s’en va, mais Bela a volé un reçu de motel dans la poche de Dean, elle téléphone et annonce à son interlocuteur que le plan a fonctionné, Dean la retrouvé et que Sam n’était pas présent, mais elle sait où les trouvés.

 

Sam est dans la chambre de son motel, il reçoit un appel de son frère. Il lui demande si il a le colt, Dean lui explique qu’il s’est planté, et que Sam avait raison cette piste ne servait à rien, le colt est déjà trop loin. Sam explique lui aussi qu’il a trouvé Benton, Dean ne comprend pas pourquoi il ne l’a pas tué. Sam raconte à son frère qu’il a également trouvé une formule dans le livre de Benton pour l’immortalité et que c’est purement scientifique, c’est peut être la solution. Dean lui pose des questions, mais Sam est attaqué, et Benton l’endort avec du chloroforme. Dean appel son frère mais n’obtient aucune réponse.

 

Sam est solidement attaché à la table de Benton, et ces yeux sont retenues par du sparadrap, ce dernier arrive et annonce à Sam que ces chances de survie sont très hautes, il souhaite juste lui prendre ses yeux. Sam est étonné de constaté qu’il connaisse son nom. Benton lui explique qu’il n’est pas un monstre et que l’immortalité demande beaucoup d’efforts. La seule fois où il a beaucoup souffert, fut la fois où John lui a arraché le cœur. Lui aussi a trouvé le journal de John, et il a apprit beaucoup de choses. Benton commence à prendre l’œil de Sam, mais des coup de feu retentisse, Dean est derrière lui, il tire encore deux balles, mais cela n’a aucun effet sur le médecin, Benton se retourne l’envoi dans le décor et se rapproche de lui, mais Dean lui plante alors un couteau dans le cœur. Benton sourit, il dit au Winchester qu’il ne connait rien à l’immortalité. Dean rit, et lui montre une bouteille de chloroforme, en effet il a trempé le couteau-dedans. Le docteur commence à se sentir mal et finit par s’écrouler. Lorsqu’il se réveille, il se retrouve attaché à sa propre table, il tente d’amadouer Dean, Sam tente aussi de convaincre son frère, mais il s’y oppose totalement, le docteur ressemble plus un monstre et il ne veut pas être comme lui, pour lui c’est humain ou rien. Dean endort de nouveau Benton et dit à Sam qu’il va s’en charger mais qu’il n’est pas obligé de resté.

 

Le docteur se réveille de nouveau, il est enfermé dans un frigo que les Winchester ont solidement enchainer, ils l’enterrent alors vivant sous les yeux bouleversé de Sam qui voit encore une occasion de sauver son frère s‘envoler. Benton tente de lui faire comprendre de nouveau qu’il peut l’aider, mais Dean pense que le docteur va rigoler éternellement la dedans. Ils continuent de l’enterrer et on entend Benton hurler de le laisser sortir.

 

Dans le motel des deux frères, Bela avance doucement dans le couloir, elle ouvre la porte de leur chambre et tire sur les deux lits, elle découvre les couettes et s’aperçoit que Dean et Sam l’ont piéger, en plaçant des poupées gonflables sous la couverture. Le téléphone sonne et elle répond, Dean lui explique qu’il a senti sa main lorsqu’elle lui a volée le reçu du motel. Il sait également que les brindilles appelés « l’herbe du diable » qu’elle a mis au dessus de sa porte sont pour la protégés des démons. Il lui raconte qu’en ayant vu ça, il a relu son dossier et qu’il a apprit qu’aujourd’hui cela fait 10 ans que ces parents sont morts. Il a compris que Bela a un contrat avec un démon et que c‘est-ce démon qui lui a demandé le colt pour l‘épargner. Mais il a changé d‘avis et lui a demandé de tuer Sam en plus, elle demande de l’aide à Dean, mais il ironise et lui explique qu’elle a un sacré culot, mais il ne peut plus rien, elle n’avait qu’a leur demandé de l’aide plus tôt. Bela explique à Dean, qu’elle sait qui détient leurs contrats, il s’agit de Lilith. Dean est sceptique et lui demande pourquoi elle le lui avoue, Bela lui explique que c’est parce qu’elle souhaite qu’il la tue. Dean dit à Bela qu’il l’a retrouvera en enfer et raccroche. Bela est bouleversée et voit le réveil indiqué minuit, elle entend des chiens, elle se lève et regarde par la fenêtre, elle sait que sa mort est arrivée.

 

FIN

 

Ecrit par Bibou.

SUPERNATURAL Saison 3 Episode 15

Script VF

 

Les secrets de l’immortalité

(Time is on my side)

 

Après, un résumé des épisodes précédents, à Erie, en Pennsylvanie, on voit un immeuble plutôt récent d’où sortent deux hommes. Il s’agit en fait d’un hôpital et de deux médecins.

HOMME 1 : On prend un verre ?

HOMME 2 : Non, je peux pas, je me lève à l’aube demain, le devoir m’appelle.

HOMME 1 : Une jeune beauté ?

HOMME 2 : J’aimerais, malheureusement, c’est une vioque qui veut se faire opérer. J’aurai besoin d’une grue pour tout remonter.

HOMME 1 : Et tout ces efforts pour paraître quoi, une quinzaine de minutes plus jeune ?

HOMME 2 : Rester jeune est capital pour certaines.

Les deux médecins se serrent la main et se quittent. L’un s’en va en voiture alors que l’autre ouvre la sienne pour ranger son sac dans son coffre. On aperçoit une silhouette qui s’approche de lui dans les buissons. Le médecin entend un craquement, mais quand il se retourne, il ne voit rien. Il continue alors à ranger ses affaires, la caméra se place sous la voiture, et on voit deux pieds qui s’approchent du médecin. La silhouette pousse alors le médecin dans le coffre et le ferme.

L’HOMME : Hé ! Au secours !

On voit la silhouette qui ramasse les clés.

L’HOMME : Au secours ! Aidez-moi ! Aidez-moi ! Faites-moi sortir d’ici ! Au secours !

Plus tard, on voit ce même homme qui rentre à l’hôpital, du sang coule de son ventre, il gémit. Une infirmière le voit.

L’INFIRMIERE : Monsieur ?

L’HOMME : S’il-vous-plaît.

L’INFIRMIERE : Ça va aller, laissez-moi voir ce qui c’est passé.

Il ne bouge pas ses mains de sa blessure.

L’INFIRMIERE : Laissez-moi regarder, soyez tranquille, j’en ai vu d’autres.

L’HOMME : Non, non, non, non …

L’infirmière s’approche et lui prend les mains.

L’INFIRMIERE : Laissez-moi regarder.

Elle lui enlève les mains et un de ses organes tombe au sol, il gémit de douleur, et elle hurle.

 

***************

 

SUPERNATURAL

« Time is on my side »

 

***************

 

On voit Dean qui lance de l’eau bénite sur un démon accroché à une chaise dans un piège à démons.

LE DEMON : Aah ! Arrêtez !

DEAN : Tu vas parler ?

LE DEMON : Aah, je sais rien, je sais rien du tout.

DEAN : T’as entendu Sam, il sait rien du tout.

SAM : J’ai entendu.

LE DEMON : Je peux vous le jurer.

DEAN : Ah bon, c’est vrai ? Et bien alors dans ce cas, je suis vraiment désolé, je te prie de m’excuser.

Dean lui verse de l’eau bénite dans la bouche. Le démon crie.

DEAN : Pour la dernière fois, je te demande. Qui a mon contrat ? 

Le démon relève la tête. Ses yeux sont noirs.

LE DEMON : Ta mère. Mais si, elle me l’a montré avant que je l’achève.

Dean se rapproche, énervé.

DEAN : Je veux un nom, sinon …

LE DEMON : … sinon quoi ? Hein ? Tu vas me faire avaler ton eau bénite par le cul ? Vas-y. C’est une simple piqure de moustique comparé à ce qu’il me ferait si je te disais qui c’est. Fais ce que tu veux. Je ne crains personne à part le démon qui détient ton contrat.

Après un silence, Dean lance un regard à Sam. Celui-ci commence un exorcisme.

SAM : Exorcizamus te, omnis immunde spiritus …

DEAN : Ça, ça va te faire du bien.

LE DEMON : Allez, vas-y. Réexpédie moi en enfer. Comme ça, je pourrai t’y attendre, avec une poignée de créatures qui sont toutes impatientes d’accueillir Dean Winchester. Il rit.

SAM : Alors ?

DEAN : Expédie-le là où il n’ennuiera plus personne.

SAM : Exorcizamus te, omnis immunde spiritus, omnis satanica potestas, omnis incursio infernalis adversarii, omnis legio, omnis congregatio et secta diabolica …

Pendant l’exorcisme, le démon gémit, et Dean a un visage effrayé par les paroles du démon.

Plus tard, après l’exorcisme.

SAM [au téléphone] : Vous avez vérifié plusieurs fois ? Vous en êtes certains ? D’accord, alors, c’était pas une simple erreur de laboratoire ? Il rit. Oui ça je le sais. Merci, oui, je le dirai au lieutenant.

Pendant ce temps, Dean entre dans le motel.

SAM [à Dean] : Tu l’as enterré ?

DEAN : Ouais, pauvre type. C’est bizarre, on dirait que les démons cherchent absolument à se faire tuer. Qui as-tu appelé ?

SAM : Tu te rappelles le drame dans le journal ?

DEAN : La streap-teaseuse qui a étouffé un client ?

SAM : Non l’autre.

DEAN : Ah oui, ce docteur qui est arrivé aux urgences et qui s’est écroulé mort parce qu’il lui manquait l’estomac ?

SAM : C’était le foie en réalité. En tout cas, j’ai trouvé quelque chose qui pourrait être intéressant.

DEAN : Quoi ?

SAM : Le cadavre était couvert d’empreintes qui n’étaient pas celles de la victime.

DEAN : Ouais, mon copain David Caruso apprécierait surement.

SAM : Et ces empreintes correspondent à quelqu’un qui a été tué en 81.

DEAN : Ah ouais, alors qu’est-ce qu’on a là : un mort somnambule, un cadavre tueur ?

SAM : Oui, ça se peut.

DEAN : Les zombies adorent les organes des humains. Et pourquoi les zombies t’intéressent tellement ?

SAM : Mais comment ça ?

DEAN : Tu passes ton temps à essayer de me sauver, j’ai encore trois semaines à tout casser et voilà que tout d’un coup, les zombies te passionnent ?

SAM : Mais c’est toi qui a dit qu’il fallait les chasser, et tu n’es plus d’accord maintenant ?

DEAN : Non, non, non, non, non. C’est pas du tout le problème, je suis entièrement d’accord, je veux éliminer des zombies.

SAM : Bon, ben alors, tout va très bien.

Dean acquiesce et Sam sourit.

 

****************

 

Plus tard à la morgue, Dean et Sam s’entretiennent avec le médecin légiste.

LE LEGISTE : Oui, le reste du corps était intacte, le foie était le seul organe manquant.

DEAN : Et autour de l’endroit où le foie a été arraché, est-ce que vous avez relevé des marques de dents ?

LE LEGISTE : Je peux voir vos plaques.

SAM : Oui, bien sûr.

Ils montrent leur plaque.

LE LEGISTE : Oui, alors vous êtes des policiers pas très malins.

DEAN : Pardon ? Non, non, détrompez-vous, on est de très bons policiers.

LE LEGISTE : Le foie n’a pas été arraché.

Le médecin sort le corps de l’homme.

LE LEGISTE : Il a été enlevé, chirurgicalement, par une personne sachant manier un scalpel. Vous n’avez pas lu mon rapport ?

DEAN : Oh, si on l’a lu. Il était très détaillé, un vrai plaisir oui, c’était du très bon travail.

LE LEGISTE : C’est tout ?

DEAN : Ouais c’est tout.

LE LEGISTE : Alors allez-vous-en.

DEAN : D’accord.

SAM : Oui.

Dans les couloirs de la morgue.

DEAN : Quoi ?

SAM : Rien, sauf que ça met ta théorie sur les zombies en l’air cette histoire du scalpel.

DEAN : Après tout, les zombies savent peut-être manier le scalpel. Pourquoi pas ?

SAM : Peut-être qu’on a tort de rechercher des cadavres découpés.

DEAN : Qu’est-ce qui faudrait trouver ?

SAM : Des survivants. Je crois que c’est plus du vol d’organes qu’un festin de zombies.

Dans la chambre d’un hôpital, les deux frères discutent avec un patient.

LE PATIENT : J’ai déjà tout expliqué à vos collègues hier, alors j’ai pas très envie de recommencer.

SAM : Ça ne sera pas long monsieur.

LE PATIENT : Ecoutez-moi, on vient juste de me voler un rein, je suis fatigué.

DEAN : On promet de faire vite. Vous voulez retrouver l’agresseur ?

LE PATIENT : Mais, ça va pas me rendre mon rein.

SAM : Quelle est la dernière chose dont vous vous souvenez ?

LE PATIENT : Je payais le parcmètre. On m’a frappé fort par derrière, et je suis revenu à moi solidement lié à une table. Ensuite, j’ai vécu l’expérience la plus terrible qu’on puisse imaginer. La douleur m’a fait perdre connaissance, dieu soit loué. J’ai retrouvé mes esprits dans un motel où se type m’avait abandonné dans une baignoire pleine de glaçons.

DEAN : Et à propos de l’opération, vous n’avez rien remarqué ? Un détail frappant sur l’homme ou l’endroit ?

LE PATIENT : Laissez-moi repenser à ça, mais oui. Mais oui ça y est, ça me revient à la mémoire tout à coup, mais oui ça je m’en souviens très bien, cette ordure m’a pris mon rein.

 

***************

 

Plus tard au motel, Sam fait des recherches sur son ordinateur.

SAM : J’ai une théorie.

DEAN : Ah ouais. [Il mange un hamburger].

SAM : Oui, j’ai parlé au docteur qui soigne Guigulls, et l’incision a été recousue avec de la soie.

DEAN : Mm, c’est bizarre.

SAM : Oui, c’est bizarre aujourd’hui, mais la soie était employée pour recoudre des blessures tout au long du XIXe siècle. Ça posait des problèmes d’ailleurs, les malades avaient des infections et beaucoup d’entre eux mourraient.

DEAN : Mm, un vrai rêve.

SAM : Mm, alors les docteurs essayaient de trouver comment empêcher l’infection de se répandre et ils utilisaient des vers.

DEAN : Je mange Sam.

SAM : Et c’était efficace parce que les vers mangeaient les mauvais tissus et laissaient les tissus sains. Et quand on a retrouvé ce Guigulls, ça blessure interne avait été remplie avec des vers.

DEAN : Je mange Sam. Mm, attends, laisse moi respirer. Des personnes se font enlever …

SAM : Oui.

DEAN : … et on les opère avec de très anciennes méthodes pour leur piquer un organe, pourquoi tout ça m’est familier ?

SAM : Parce qu’on nous en a parlé, quand on était gosses. Ouais papa.

Il ouvre le journal de son père et le pose devant Dean.

SAM : Le docteur Benton, un docteur fou qui a vécu dans le New Hampshire, brillant et obsédé par de nombreux sujets, en particulier, la vie éternelle. Alors en 1848, il a arrêté de pratiquer.

DEAN : Ouais et personne ne l’a revu pendant vingt ans, et puis une vague de morts bizarres s’est produite.

SAM : Oui, on retrouvait des cadavres ou des personnes à qui il manquait un organe ou un membre.

DEAN : Ouais, en tout cas, ça avait l’air de lui réussir, ce fou furieux prélevait les organes dont il avait besoin. Mais je croyais que papa lui avait arraché le cœur ?

SAM : Ouais je sais, mais il a peut-être réussi à en trouver un nouveau.

DEAN : D’accord, où est-ce qu’il pratiquait ?

SAM : Ben à ce qu’on raconte, Benton sévissait autour de son laboratoire, il aimait les grandes forêts avec une rivière, un ruisseau ou bien n’importe quelle source d’eau.

DEAN : Pourquoi ?

SAM : Parce que c’est là qu’il allait jeter tout les petits morceaux de chair. Les viscères, et les matières fécales. Il rit. T’a toujours de l’appétit ?

DEAN [d’abord écœuré puis il mort ensuite dans son hamburger] : Bon, le bouleau c’est le bouleau.

 

***************

 

Plus tard, on voit un homme qui fait un jogging et qui s’arrête. Il s’assoit et entend des craquements, cependant il ne voit rien. Il consulte sa montre pour vérifier son pouls. Il lace ses chaussures, mais quand il relève sa tête, une main plaque devant sa bouche un chiffon imbibé de chloroforme. Plus tard, on voit cet homme attaché à une table qui se réveille, son pouls s’accélère, il regarde autour de lui et voit des outils de chirurgie et un bocal rempli de vers. Il voit ensuite un homme qui s’approche, la peau de son visage est couverte de cicatrices. Il s’agit du docteur Benton. Cet homme a un scalpel dans les mains.

BENTON : Chut …

L’HOMME : Non, non, pitié. Non, aah …

L’homme gémit de douleur alors que le docteur Benton lui ouvre la poitrine.

L’HOMME : Non, pitié. NON !

Il crie quand le docteur Benton lui coupe quelque chose, sans doute les artères de son cœur.

L’HOMME : NOOOON ! NOOOON !

Le docteur Benton lui écarte les côtes et soulève le cœur de l’homme. On voit son cœur qui bat très vite, et l’indicateur de pouls sur sa montre qui affiche 0 ; l’homme est mort.

 

***************

 

Au motel, Dean et Sam étudient une carte de la ville.

SAM : Tout autour, il y avait des cabanes de chasseurs abandonnées depuis des années.

DEAN : Bon alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Le téléphone à Dean sonne alors. Il décroche.

DEAN : Bobby ?

BOBBY : Hé, je viens enfin d’avoir du nouveau sur Bela.

DEAN : Vas-y je t’écoute.

BOBBY : Rufus Turner.

DEAN : C’est le nom d’un nouveau comique ?

BOBBY : C’est un chasseur, ou plutôt ça l’était.

DEAN : Et alors ?

BOBBY : Il s’est calmé maintenant et il survient au moment des bricoles un peu originales. Enfin, bref, je me renseigne sur Bela depuis des semaines, et il vient de m’appeler en disant qu’une femme lui avait téléphoné, elle était intéressée par ce qu’il vendait.

DEAN : Il croit que c’est Bela ?

BOBBY : Ouais, et pourtant elle s’est présentée sous le nom de Milla Schandler.

DEAN : Elle a déjà utilisé ce nom. Dis donc, tu t’es pas tellement foulé, t’a simplement recontacté un vieux copain.

BOBBY : Un copain, j’avais eu aucune nouvelles de lui depuis quinze ans, et puis je te signale qu’il s’est jamais ruiné en timbres. Elle se doute pas qu’on se connaît lui et moi, il est dans le Vermont, Canaan.

DEAN : Merci bobby, on y va.
BOBBY : Une dernière chose, vous devriez emporter du whisky, ça lui fera plaisir.

DEAN : Très bien.

DEAN [à Sam] : On part retrouver Bela.

SAM : Quoi ? Attends une seconde.

DEAN : Non, non, on a pas le temps, secoue-toi.

SAM : Ecoute, je crois qu’on devrait rester ici et finir l’affaire en cours.

DEAN : Non mais t’es dingue ou quoi ?

SAM : Il n’y a aucune chance qu’elle ait encore le colt après tout ce temps. On peut imaginer qu’elle l’a tout de suite vendu.

DEAN : Alors je l’a tuerai sans hésiter.

SAM : Dean.

DEAN : Sam, on y va.

SAM : Non.

DEAN : Mais qu’est-ce que t’as ?

SAM : Dean, c’est ce qu’on fait ici qui compte, et c’est ici qu’on te sauvera.

DEAN : Quoi, en chassant un nouveau Frankenstein ?

SAM : Non, en chassant l’immortalité. [Après un silence] Benton a la vie éternelle, et si on trouve son secret, on en fera autant avec toi.

DEAN : Mais de quoi tu parles.

SAM : Il faut que tu meures avant d’aller en enfer, alors t’as qu’à pas mourir.

DEAN : Mais, attends une seconde. Sam, tu savais que c’était le docteur Benton depuis le début ?

SAM : Non. Ecoute j’avais espéré que …

DEAN : Ton histoire de zombie ne t’intéressait pas réellement ?

SAM : Je voulais rien te dire du tout avant d’en être certain. J’essaie seulement de trouver une réponse.

DEAN : Non, ce que tu essaies de faire c’est de chasser le découpeur de viande, et tu comptes faire quoi après, le tuer ? Non, tu veux lui payer une bière en prétendant que t’es son ami.

SAM : Je voulais essayer de t’aider.

DEAN : Non, tu n’aides personne. T’as oublié ? Si on fait échouer le contrat, tu mourras. Tu sais quoi, c’est l’enfer d’être immortel.

SAM : Mais si tu l’es, j’espère bien le devenir aussi.

DEAN : Mais tu deviens ridicule là. Non, il faut faire comme Bobby l’a dit, on trouve et on tue le démon qui a le contrat. Et tout redevient normal comme avant, c’est notre meilleure chance.

SAM : Et même si tu avais le colt, sur qui tu tirerais ? Tu ne sais même pas qui est derrière tout ça.

DEAN : Je tuerai tout les chiens de l’enfer avant qu’ils ne me dévorent. Tu viens avec moi ou non ?

SAM : Non, je reste.

DEAN : Non, pas question. Je n’ai pas envie de te voir fouiller les bois tout seul et chasser un malade qui vole les organes humains.

SAM : C’est vrai, tu me laisseras pas ?

DEAN : Non, je te laisserai pas.

SAM : Et comment tu vas faire dis-moi ? Dean, on poursuit tous les deux le même but.

DEAN : Je sais. Mais je m’en vais. Et si tu préfère rester, reste.

Dean s’en va alors.

DEAN [avant de fermer la porte] : Prends soin de toi Sam.

SAM : Toi aussi.

Dean s’en va et Sam soupire.

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean qui arrive chez Rufus, à Canaan, dans le Vermont. Dean frappe à sa porte, on voit une petite caméra qui se tourne vers lui.

RUFUS [à travers un interphone] : Quoi ?

DEAN : Bonjour, Rufus ?

RUFUS : Oui, même si c’est moi, ça ne change rien à la question, quoi ?

DEAN : Je m’appelle Dean Winchester, je suis un ami de Bobby Singer.

RUFUS : Et alors ?

DEAN : Vous l’avez appelé ce matin.

RUFUS : Et alors ?

DEAN : Et d’après Bobby, une fille qui m’intéresse a pris contact avec vous.

RUFUS : Oui, et alors ?

DEAN : Vous savez où elle est ?

RUFUS : Oui.

DEAN : Génial. Et vous allez me dire où la trouver ?

RUFUS : Non.

DEAN : Non, bien sûr. Ecoutez Rufus, mon vieux …

Rufus ouvre la porte.

RUFUS : Euh, laissez-moi préciser un petit détail : vous venez sonner à ma porte, et ça je l’apprécie pas, je suis pas votre vieux.

DEAN : Je suis désolé.

RUFUS : Alors je vais vous raconter une histoire, il y a maintenant un bon moment, Bobby m’a appelé, il m’a demandé des nouvelles sur cette Bela Talbot, j’en ai trouvé et je lui ai téléphoné, et c’est tout.

DEAN : D’accord oui, si vous vouliez bien me dire où elle est, ce serait vraiment génial.

RUFUS : Dean Winchester, c’est ça ?

DEAN : Ouais.

RUFUS : Dean, j’ai l’air d’un type bavard d’après vous ?

DEAN : Je parierai que non.

RUFUS : Alors je vous conseille de filer rapidement d’ici.

DEAN : Considérez que c’est fait, mais juste une dernière petite chose. Euh, vous voyez, j’ai cette bouteille de bon whisky et, est-ce que ça vous tente ?

Rufus sourit. Plus tard, on les voit les deux en train de boire.

RUFUS : Et voilà, trinquons ensemble. [Il rit]. Vous savez, j’ai arrêté de boire les autres alcools, il y a que ça que j’apprécie. Le nectar des dieux, on peut le dire.

DEAN : Ouais, et j’ai fais un effort cette fois, en général mon whisky sort d’une bouteille en plastique. Alors, Bela est venu ici parce que …

RUFUS : Parce qu’elle avait deux ou trois choses à m’acheter. Et ça risque de prendre du temps pour tout rassembler.

DEAN : Et où est-elle allée, vous le savez ?

RUFUS : Il y a une question que je voudrais vous poser.

DEAN : J’écoute.

RUFUS : Vous avez trois semaines à vivre, pourquoi vous allez gaspiller votre temps à essayer de trouver une fille sans intérêt qui ne pourra pas vous aider ?

DEAN : Comment vous savez tout ça ?

RUFUS : Parce que je sais ce qu’il faut savoir. Je connais un tas de choses sur un tas de personnes.

DEAN : Ah ouais ?

RUFUS : Je sais que ce n’est pas ce vieux colt qui vous sauvera.

DEAN : Qu’est-ce qui vous fait croire ça ?

RUFUS : C’est écrit quelque part. Même si vous surmontez cet obstacle, vous en trouverez rapidement un autre sur votre route. Pour des types comme nous, ça se finit toujours mal hélas. Il est pas question d’y échapper.

DEAN : Vous savez que vous m’avez remonté le moral, vous ?

RUFUS : Je pense que vous devriez écouter mes conseils si vous survivez, mais ça m’étonnerait.

De son côté, on voit Sam qui arrive en voiture dans un des repères du docteur Benton. Il consulte sa carte pour vérifier s’il se trouve au bon endroit et sort de la voiture avec sa carte. Retour chez Rufus.

DEAN : Alors, Bela ?

RUFUS : Hôtel Canaan, chambre 39, mais surtout n’y allez pas.

DEAN : Je resterai sur mes gardes.

RUFUS : Je connais Bela, n’y allez pas tout seul, il y a certains détails que vous ne savez pas sur elle.

DEAN : Et que vous savez, bien sûr, parce que vous savez des choses.

RUFUS : Ouais.

DEAN : Je parie que vous avez prit ses empreintes.

RUFUS : Ouais.

DEAN : Et que ça n’a rien donné ?

RUFUS : Ouais. Elle a brulé son dossier, il y a probablement déjà longtemps.

DEAN : Mm, et oui mon vieux, on l’a dans l’os.

RUFUS : Non. Il y a ses oreilles.

DEAN : Pardon ?

RUFUS : Il y a ses oreilles.

DEAN : J’ai bu quelques verres de whisky mais ça devrait pas m’empêcher de comprendre.

RUFUS : Les oreilles sont aussi uniques que les empreintes chez les humains.

DEAN : C’est sérieux ?

RUFUS : Dans notre pays, les magistrats ne connaissent pas trop mais, en Angleterre, c’est une chose très fréquente. L’ami d’un ami …, d’un ami, m’a expédié 10 pages de fax d’un fichier très confidentiel qui la concernait et en retour il a seulement demandé que je lui envoie un enregistrement d’une caméra de sécurité.

DEAN : Je vois. Et il voulait voir ses oreilles.

Rufus se lève et prend le  dossier qu’il pose devant Dean.

DEAN : La soi-disant Bela Talbot.

Dean ouvre le dossier et commence à le lire. Il plisse les yeux et semble étonné.

 

***************

 

On voit ensuite Sam qui rentre dans une maison, sans doute celle de Benton. Il s’empare d’un livre dont la couverture représente un symbole étrange. On le voit ensuite qui descend un escalier et qui découvre le corps de l’homme qui s’est fait enlever le cœur. Cependant, Sam entend un bruit et voit une pièce où il découvre une femme endormie. Son bras est ensanglanté et couvert de vers. Mais quand il la touche, celle-ci se réveille brusquement et commence à paniquer.

SAM : Chut … Je viens ici pour vous aider, alors pas de bruit, je suis venu vous aider. D’accord ? Chut …

Il lui enveloppe le bras d’une serviette, et la femme gémit encore plus.

SAM : Désolé, j’ai pas le choix. Désolé.

On entend alors une porte qui s’ouvre et on voit le docteur Benton qui entre dans sa maison. Sam l’entend aussi.

SAM : Chut … Chut … Chut … Chut …

Il met sa main sur la bouche de la femme pour éviter qu’elle ne fasse trop de bruit. Quand le docteur Benton arrive là où la femme était allongée, il n’y a plus personne, mais il remarque tout de même que Sam et la femme sont passés par une fenêtre.

Sam arrive alors à sa voiture avec la femme dans les bras, il la pose sur le siège passager.

SAM : Allez-y. Attention à votre tête. Désolé.

Sam va s’asseoir au volant.

SAM : C’est bon, ça va aller, calmez-vous.

Mais à ce moment, le docteur Benton arrive et casse la fenêtre. Il prend la tête de Sam et la frappe à plusieurs reprises contre le volant. Sam engage la marche arrière et démarre. Le docteur Benton tombe alors devant la voiture et Sam accélère en marche avant pour l’écraser. Juste après, Benton se relève, sa tête est inclinée, mais il la redresse. On voit du sang qui coule de son œil droit.

 

***************

 

Plus tard, on aperçoit un hôtel vu de l’extérieur. On voit Bela qui rentre dans une chambre et Dean qui la plaque immédiatement contre le mur, la menaçant avec un revolver.

DEAN : Où est le colt ?

BELA : Dean.

DEAN : Allez, répondez.

BELA : Il est loin. Au bout du monde maintenant.

DEAN : Vous mentez.

Il prend le sac à Bela.

BELA : J’appelle l’acheteur, vous parlez le farsi ?

DEAN : Mais qu’est-ce que vous faites ?

Il fouille Bela et lui prend son revolver.

DEAN : Oh, mais ne rêvez pas. Bougez pas d’ici.

BELA : Je n’ai plus le colt je vous dis.

DEAN : Ah ouais bien sûr, et je vais vous croire sur parole.

Bela tente discrètement de se faufiler sur sa gauche. Cependant, pendant que Dean fouille les tiroirs, il la remarque et tire juste à côté.

DEAN : Ne bougez pas.

BELA : Il est loin d’ici. Il faudra prendre l’avion pour le retrouver. En rattrapant l’acheteur vous le récupérerez peut-être.

Dean s’avance alors devant Bela et tend son revolver devant elle.

BELA : Vous êtes décidé à me tuer.

DEAN : Oh oui.

BELA : Vous n’avez pas l’âme d’un tueur pourtant.

DEAN : C’est pas comme vous. C’est vrai, moi je n’aurais jamais été capable de tuer mes parents.

BELA : Je ne sais pas de quoi vous …

DEAN : Mais si vous le savez. Vous aviez quoi ? 14 ans ? Vos parents sont morts dans un accident de voiture, la police a longtemps pensé à un sabotage, mais elle n’a jamais pu en avoir la preuve. Et le gentille Bela, oh pardon, Abby a hérité de millions.

BELA : Comment avez-vous su ?

DEAN : C’est pas important.

On a alors un flash back montrant le père à Bela qui entre dans sa chambre. Bela est en larmes. Retour à la réalité.

BELA : C’était des gens merveilleux, et je les ai tués. Et j’ai été riche. Et ça ne m’a pas gêné un seul instant. Et je me fiche de ce qui peut vous arriver.

Dean la plaque alors contre la porte et on voit une brindille au dessus de celle-ci qui bouge.

DEAN : Vous me rendez malade.

BELA : Vous aussi.

Dean s’apprête donc à tirer mais il aperçoit la brindille et renonce.

DEAN : Non, c’est trop facile. Vous n’en valez pas la peine.

Dean s’en va alors. Mais Bela en a profité pour lui prendre discrètement un reçu du motel pour savoir où il était. Elle prend son téléphone et appelle quelqu’un.

BELA [au téléphone] : Ça a marché, il m’a trouvé. Non, Sam n’était pas avec lui. Mais, je sais où ils sont.

 

***************

 

Au motel, on voit le téléphone de Sam qui sonne. Il décroche.

SAM : Dean ?

DEAN : Ouais.

SAM : T’as le colt ?

DEAN : A ton avis ?

SAM : Alors ça veut dire que tu as tué Bela ?

DEAN : Non, elle a mérité une douzaine de fois la mort mais j’ai pas eu le courage de tirer.

SAM : Dean …

DEAN : Je me suis planté Sammy.

SAM : Non, t’as rien à te reprocher.

DEAN : T’avais raison, c’était pas la bonne piste à suivre. Le colt est loin d’ici, on a complètement foiré notre coup Sam.

SAM : Pas moi non. J’ai trouvé la maison de Benton.

DEAN : Génial, il était là ?

SAM : Ouais.

DEAN : Tu l’as tué j’espère ?

SAM : Non.

DEAN : Mais comment ça non ?

SAM : Ah écoute-moi, j’ai trouvé une sorte de manuel personnel, il contient la formule.

DEAN : La formule de la vie éternelle ?

SAM : Oui.

DEAN : Laisse-moi deviner, je vais devoir manger un bébé tout cru ?

SAM : Non, c’est ça qui est bien, il ne s’agit pas de magie noire, il n’y a pas de sacrifice ou quoi que ce soit, c’est …, c’est scientifique Dean. Ah évidemment c’est une science un peu bizarre pour nous, mais …

DEAN : Mais quoi, allez, vas-y, continue.

SAM : Il faut tenter le coup. C’est vrai qu’on s’est souvent plantés jusqu’ici mais j’ai pensé que cette fois c’est inespéré, que ça peut marcher. Ça peut te sauver.

DEAN : D’accord, et t’as la formule ?

SAM : Attends, c’est pas encore d’une clarté totale, il reste encore certains détails qu’il faut …

A ce moment, Benton met un chiffon imbibé de chloroforme devant la bouche à Sam.

DEAN : Sam ?

On voit Sam se débattre.

DEAN : Sam ?!

 

***************

 

Plus tard, on voit Sam allongé sur la table du docteur Benton, les yeux maintenus grands ouverts par de petits rubans adhésifs.

BENTON : Détendez-vous, tout va bien se passer. Vous ne devez absolument pas avoir peur de ce qui va se passer ici Sammy et je vous annonce que vos chances de sortir vivant de cette petite opération sont très, très élevées.

SAM : Vous savez comment je m’appelle ? Comment l’avez-vous su ?

Benton chauffe pendant ce temps un outil grâce à une flamme.

BENTON : Oh, je le sais. Vous me prenez pour une sorte de monstre, avouez-le. Alors vous devez savoir que je n’ai absolument rien fait jusqu’ici sans avoir été forcé de le faire. Toute cette histoire de vie éternelle n’a rien d’évident. Il demande des efforts. Quand une chose ne va pas, comme mes yeux ces temps-ci, alors on la remplace par une autre.

Il passe sa main sur le front de Sam.

BENTON : Quelque fois certaines choses sont endommagées, comme quand votre père m’a pris mon cœur et ça, il faut avouer que c’était quelque chose d’affreux.

Il prend l’agenda de John Winchester.

BENTON : Oui, je pense que vous comprenez parfaitement l’immense foi que j’ai ressentie quand j’ai lu tout ce qu’il avait écrit sur vous dans son journal intime. [Il montre l’agenda à Sam]. C’est très bizarre cette situation, on dirait une sortie de réunion familiale très chaleureuse. Bon, on a assez perdu de temps comme ça, on va tout de suite commencer.

Benton approche un outil incurvé vers l’œil de Sam, dans l’intention de lui arracher son œil. Il commence d’ailleurs à le faire, mais Dean arrive et lui tire dessus. Benton s’arrête et regarde Dean.

BENTON : Tirez autant que vous voulez.

Il s’approche ensuite de Dean qui tire deux autres fois. Benton pousse Dean contre un mur et quand il s’approche, Dean le poignarde avec un couteau.

BENTON [Rires] : Ah, le couteau. J’ai l’impression que l’immortalité est encore confuse à vos yeux. Dommage pour ce cœur en tout cas, je venais à peine de l’installer.

DEAN : Ouais, il doit bien pomper s’il est nouveau.

Dean lui montre un flacon de chloroforme.

DEAN : Il va envoyer de ceci, dans votre corps d’immortel.

BENTON : J’ai trouvé ce flacon de chloroforme là haut, et j’ai trempé le couteau dedans.

BENTON : Non …

Benton s’écroule, endormi par le chloroforme. Plus tard, on le voit allongé, attaché sur la table.

DEAN : Sale temps, hein docteur ?

Sam est debout à côté de Dean.

DEAN : C’est vrai, vous n’avez pas bonne mine.

BENTON : Pitié.

DEAN : Oh, comment ça ? Vous implorez après avoir passé 150 ans à charcuter des innocents de tout âge ? La ferme.

BENTON : Je peux vous aider. Je sais ce qui vous sortira de là.

DEAN : On devrait le découper en petits morceaux et voir si son immortalité l’aiderait beaucoup ?

BENTON : Je peux vous expliquer l’opération à suivre. Réfléchissez, l’immortalité. Je vous offre, la vie éternelle.

Sam le regarde attentivement.

SAM : Attends, Dean …

DEAN : Sam.

Les deux frères sortent de la pièce pour discuter.

DEAN : Quoi ?

SAM : T’as le choix entre aller en enfer dans 3 semaines ou changer de pancréas dans un demi siècle.

DEAN : C’est vrai que dit comme ça, ça donne à réfléchir.

SAM : C’est pas parfait, mais on pourra au moins gagner du temps pour trouver mieux. On a besoin de temps. Ce que je te demande, c’est juste …, c’est juste d’y penser.

DEAN : Non.

SAM : Tu ne veux pas t’en sortir ?

DEAN : Mais ça n’a rien à voir. Ecoute, c’est simple.

SAM : Simple ?

DEAN : Pour moi, c’est très clair, ou c’est blanc, ou c’est noir. Humain ou pas humain. [Il revient dans la pièce du docteur] T’as vu le docteur, c’est un vrai monstre. Je veux pas devenir comme lui. Je préfère encore l’enfer.

BENTON : Vous êtes ridicule, je sais comment vous aider.

Dean lui mais un coton imbibé de chloroforme devant la bouche.

DEAN [à Sam] : Je vais m’occuper de lui. T’es pas obligé de rester.

Plus tard, on voit le docteur Benton qui allume une allumette dans une boite. Il est enfermé dans une boite avec des chaînes au fond d’un trou, et Dean et Sam s’apprête à reboucher le trou. Benton essaye en vain de s’en sortir.

BENTON : Non, non, ne soyez pas idiots, je peux vous aider.

DEAN : Il va rigoler pour l’éternité là dedans.

BENTON : Laissez-moi sortir ! Laissez-moi sortir ! Laissez-moi sortir ! Je peux vous aider ! Non ! Non ! Non ! Laissez-moi sortir ! Laissez-moi sortir !

Sam le regarde, comme avec regret, et il aide son frère à enterrer Benton.

 

***************

 

On voit ensuite le motel de Dean et Sam de l’extérieur, puis on voit Bela qui marche dans le couloir et qui entre dans la chambre des deux frères. Elle sort un pistolet à silencieux et tire sur les deux frères qui dorment. Cependant, quand elle soulève les couettes, elle voit deux poupées gonflables. Elle s’est fait piéger par les deux frères. Le téléphone sonne et elle décroche.

DEAN : Allo Bela ? Il y a un petit détail que j’aimerais porter à votre connaissance : j’ai senti votre main dans ma poche quand vous avez pris le reçu du motel.

BELA : Vous ne comprenez rien.

DEAN : Oh, je pense au contraire avoir très bien compris. Figurez-vous que j’ai remarqué quelque chose d’intéressant dans votre chambre d’hôtel, au dessus de la porte : la petite branche, l’herbe du diable. Cette herbe n’a qu’un usage : garder au loin les démons. Et vous savez ce que j’ai fait après ça, je suis retourné lire la fiche sur vos parents et j’ai découvert qu’ils sont morts il y a 10 ans aujourd’hui. Et j’ai tout compris. C’est un démon qui a fait le sale travail. Vous avez passé un contrat, n’est-ce pas Bela ? Et le démon veut son dû.

Flashback sur le pacte de Bela. On la voit faire de la balançoire, avec une petite fille à côté.

LA FILLE : Si tu veux, je le ferai pour toi. Et ça te coutera rien du tout. En tout cas, pas avant …, 10 longues années.

On voit les yeux de la fille qui deviennent rouges. Retour à la réalité.

DEAN [toujours au téléphone] : C’est pour ça que vous avez volé le colt, n’est-ce pas ? Pour échapper à votre contrat, notre colt pour sauver votre âme.

BELA : Oui.

DEAN : Et voler le colt n’a apparemment pas suffi.

BELA : Ils ont changé le contrat, ils m’ont demandé de tuer Sam.

DEAN : Ah ouais, ça alors, ces démons n’ont aucune parole. C’est choquant. Décidément, on ne peut pas se fier aux démons. Oh, quelle heure il est, vous avez vu ça ? Il est presque minuit.

Bela commence à pleurer.

BELA : Au nom du ciel Dean, aidez-moi.

DEAN : Vous êtes vraiment gonflée de faire appel à moi.

BELA : Ecoutez, je l’ai pas mérité.

DEAN : C’est vrai, oui, vous avez raison, mais il fallait y penser avant. Si vous étiez venu nous voir plus tôt en nous demandant de vous aider, on aurait peut-être pu utiliser le colt et vous sauver.

BELA : Et vous, vous seriez aussi sauvé. Je sais pour votre contrat Dean.

DEAN : Et qui vous a dit ça ?

BELA : Le démon qui a le contrat, et qui a le mien aussi. Elle dit qu’elle garde tous les contrats.

DEAN : Qui ça elle ?

BELA : Elle s’appelle Lilith.

Dean regarde Sam.

DEAN : Lilith ? Pourquoi je devrais vous croire ?

BELA : J’en sais rien, mais c’est vrai, je le jure.

DEAN : Ça ne vous aidera pas Bela. C’est trop tard, pourquoi vous me dites ça ?

BELA : Parce que j’espère bien que vous tuerez ce monstre.

DEAN : On se retrouvera en enfer.

Il raccroche. De son côté, on voit Bela qui raccroche. Il est minuit, et on entend les chiens de l’enfer qui hurlent à l’extérieur. Bela regarde par la fenêtre et on entend un chien qui aboie.

 

FIN DE L’EPISODE

 

Ecrit par rafijolis.

TEASER

SUBTITLE
Erie, Pennsylvania

EXT. HEALTH CLUB – NIGHT


Two men, THOMAS and JULES are walking under the veranda of a health club.

THOMAS
You up for a drink?

JULES
Nah, I can’t, I gotta be up at the crack of dawn. Duty calls.

THOMAS
A boob job?

JULES
I wish! Nah, some crabby old broad wants the works. I’ll need a forklift to get it all back up.

A sign is seen as the camera shot widens “Cristal Spa and Racquet Club – Members Only”

THOMAS
All that work to hack what, 15 minutes of their faces?

JULES
Staying young is a brutal business.

THOMAS and JULES slap fists together, and go there separate ways. JULES walks to his car, and unlocks it with the key remote. JULES pops the boot, and places his bag inside, unzips it and looks inside. Rustling is heard from a nearby tree, and the camera shows us the POV from someone hiding in the tree. A hand parts the tree branches, as JULES looks around. Seeing nothing, JULES goes back to looking in his bag. The camera shows us JULES's feet from under the car, with a second set of feet coming up behind him. The figure grabs JULES and throws him into the boot of the car, and slams it shut.

JULES, panicked

JULES (V.O)
Hey, hey!!

The figure bends down and picks up JULES's discarded keys.

JULES (V.O)
Help! Help!

Interior of the car boot is shown. JULES is banging on the underside of the boot trying to get out.

JULES
Help! Help! Let me outta here! Help!


INT. HOSPITAL – NIGHT

The bare legs of JULES can be seen staggering down a hospital corridor. There is blood dripping onto the ground. JULES is holding his stomach, groaning and moaning, his face showing great pain. A nurse sees him.

NURSE
Sir?

JULES
Please.

NURSE
It’s ok sir. Let me see what happened. Don’t you worry. There’s nothing I haven’t seen.

JULES
No, no no!

The NURSE moves to JULES and grabs his hands that are still holding onto his stomach.

NURSE
Let me see

JULES
Noooooo!!!

A squelch and a thud are heard. JULES makes more sounds of pain, and as the NURSE looks down she begins to scream.


END TEASER


INT. HOUSE – NIGHT


An African American man possessed by a DEMON is sitting in a chair in front of a fire place. The camera shows holy water being splashed onto his face, as he screams.

DEMON
Aaarrggghh. Stop!

The camera shot widens, and DEAN is seen standing in front of the DEMON.

DEAN
You ready to talk?

DEMON
Aaarrgghh. I don’t know. I don’t know anything.

DEAN sarcastically to SAM

DEAN
Oh, you hear that Sam? He doesn’t know anything.

SAM
Yeah, I heard.

DEMON
I’m telling you the truth.

DEAN
Oh, you are? My God, then I owe you an apology. Allow me to make it up to you.

DEAN grabs the DEMON by the face, and starts to pour holy water down its throat. The DEMON screams as the water sizzles.

DEAN
I’m gonna ask you one last time. Who holds my contract?

The DEMON looks up at DEAN, calmly this time, and laughs.

DEMON
Your mother. Yeah, she uh, showed it to me right before I bent her over.

DEAN leans forward and grabs the DEMON, menacingly.

DEAN
I want a name. Or else...

DEMON
Or what? Hmm? You gonna squirt your holy water in both ends? Please. Brother, that’s like a flea bite compared to what’s coming to me if I tell you jack. Do what you want. The only thing I’m scared of is the demon holding your ticket.

DEAN and SAM look at each other. Both are angry, yet both look worried. SAM begins to speak Latin to exorcise the DEMON.

DEAN
How does that feel? Does that feel good?

The DEMON grunts and cracks the bones in its neck.

DEMON
Go ahead. Send me back to hell. Because when you get there, I’ll be waiting for you, with a few pals who are dying for a nice little meet and greet with Dean Winchester.

The DEMON laughs evilly.

SAM
Should I?

DEAN
Send him some place he can’t hurt anyone else.

SAM continues the exorcism, as DEAN turns away dejected. The DEMON can be heard grunting and groaning as the exorcism begins to take effect.

The camera view shows the fireplace, with the now empty chair. The exorcism is obviously over. SAM can be heard, but not seen as he talks on the phone.

SAM (V.O)
You ran the prints twice? You’re sure?

SAM comes into shot.

SAM
Okay. Yeah, just chalk it up to lab error. Ha, ha, don’t I know it. Okay, thanks. Yeah, I’ll tell the lieutenant.

DEAN enters from outside and walks toward SAM, as SAM finishes his phone call.

SAM
You bury the body?

DEAN
Yeah, poor schmuck. It’s like these demons ride ‘em hard, just for kicks.

DEAN cracks the top off a bottle of beer and takes a long drink as he sits down.

DEAN
Uh. What’s the phone call about?

SAM
Remember that thing in the paper yesterday?

DEAN
Stripper suffocates dude with thighs?

SAM
The other thing.

DEAN
Right, the guy that walks into the ER and kneels over dead, his stomach’s ripped out?

SAM
His liver actually. Anyways, I just found out something pretty damn interesting.

DEAN
What?

SAM
The dead body? Covered in bloody fingerprints. Not the victim’s.

DEAN
Ok, great, my man Dave Caruso’ll be stoked to hear it.

SAM
Those fingerprints match a guy who died in 1981.

DEAN
Really? So, what are we talking? Uh, walking dead? Walking, killing dead?

SAM
Maybe.

DEAN
Yeah, zombies do like the other, “other white meat”. Huh. Mmm. Speaking of, what do you care about zombies?

SAM
What do you mean?

DEAN
Well, you’ve been on soul-saving detail for months now, and we’re three weeks out, and all of a sudden you’re interested in some hot zombie action?

SAM
Hey man, you’re the one who’s been all gung ho to hunt. I just thought I’d be doing you a favour.

DEAN
No, no, no, no. I didn’t say I didn’t want to do it okay? I mean, obviously, I wanna hunt some zombies.

SAM
Okay, fine. Whatever.

DEAN looks at SAM and nods. DEAN walks past and SAM smiles, like he is pleased about something.


INT. MORGUE – NIGHT.

CORONER
Yup, the rest of the body was intact. The liver was the only organ missing.

Camera angle widens, and we can see SAM and DEAN dressed in suits, posing as detectives speaking with the CORONER.

DEAN
Now, where the liver was ripped out, did you happen to notice any ah, teeth marks?

CORONER
Can I see your badges?

SAM
Of course, sure.

SAM and DEAN reach into their suit pocket and flash their fake police ID’s.

CORONER
Fine, so your cops, and morons.

DEAN
Excuse me? No, no, we’re, we’re very smart.

CORONER
The liver was not ripped out.

SAM, DEAN and the CORONER move to the fridges, and the CORONER opens one of the drawers and slides the body of JULES out.

CORONER
It was removed. Surgically. By someone who knew their way around a scalpel. Didn’t you read my report?

DEAN
Of course we did. Oh, it was uh, it was riveting. It’s a real page turner. Just delightful.

CORONER
You done?

DEAN
I think so.

CORONER
Please go away.

DEAN
Okay.

SAM
Sure.

DEAN and SAM exit the morgue and walk down the corridor.

DEAN
What?

SAM
Nothing. So that kind of punches a hole in our zombie theory huh, that scalpel thing?

DEAN
Yeah, zombie with skills. Dr Quinn, medicine zombie.

They both laugh.

SAM
Maybe we’re on the wrong track Dean, looking for hacked up corpses.

DEAN
What should we be looking for?

SAM
Survivors. This isn’t zombie lunch. This is organ theft.


INT. HOSPITAL ROOM – DAY

SAM and DEAN, still dressed in suits, are speaking with a man lying in a hospital bed.

MAN
I told the cops all of this yesterday. I don’t wanna talk about it anymore.

SAM
Just a couple of questions sir.

MAN
Hey, man, I just got my kidney stolen. I’m tired.

DEAN
We’ll be out of here quick. Don’t you wanna get the guy?

MAN
Will it get me back my kidney?

SAM
Sir, what’s the last thing you remember?

MAN
Feeding my meter. I’m jumped from behind and then I wake up, strapped to a table. And then the worst pain you could possibly imagine, only worse. And then I black out again, thank God. And then I wake up screaming in some no-tell motel in a bathtub full of ice.

DEAN
Do you remember anything about the surgery, you know, what the guy looked like, any details about the room?

MAN
Now let me think about that. Yeah. One thing is coming back to me. You know what I remember? Getting my kidney cut out of my body.

The MAN is now very agitated. SAM sighs, and the brothers look at one another.


INT. MOTEL – DAY

SAM and DEAN are sitting at a table. SAM is looking at his computer. A medical site about suturing in the year 1813 can be seen on the monitor, whilst DEAN is unwrapping a hamburger.

SAM
So I got a theory.

DEAN
Yeah?

SAM
Yeah, I talked to Mr Giggles doctor. Turns out his incisions were sewn up with silk.

DEAN, with a mouth full of hamburger.

DEAN
That’s weird.

SAM
Yeah, nowadays it is, but silk used to be the suture of choice back in the early 19th century.

SAM swings the computer around to show DEAN what he has found.

SAM
It was really problematic. Patients would get massive infections. The death rate was insane.

DEAN
Good times.

SAM Right. So doctors, they had to do whatever they could to keep infections from spreading. One way was maggots.

DEAN looks disgusted and gestures to his hamburger.

DEAN
Dude, I’m eating.

SAM
It actually kinda worked because maggots they eat bad tissue and they leave good tissue. And get this, when they found our guy, his body cavity was stuffed full of maggots.

DEAN
Dude! I’m eating! All right, let me get this straight. So people are getting ganked.

SAM
Yeah.

DEAN
Right, a little Antiques Roadshow surgery, some uh, some organ theft. Why is this all sounding familiar?

SAM
Because you heard it before. When you were a kid. From Dad.

SAM opens JOHN’S journal and places it in front of DEAN.

SAM
Doc Benton. Real-life doctor. Lived in New Hampshire, brilliant..

Camera shows a close up of the journal, where an alchemy symbol has been drawn onto a page.

SAM
And obsessed with alchemy. Especially how to live forever. So in 1816 Doc abandons his practice...

DEAN
Right, yeah, nobody hears from him in like, 20 years. And all of a sudden people start showing up dead.

SAM
Dead, or, or, or missing an organ, or a hand, or some other kind of part.

DEAN
Cos whatever he was doing was actually working. He just kept on ticking. Parts would wear out, he’d replace them. I thought Dad hunted down and took his heart out?

SAM
Yeah, I guess the doc must have plugged in a new one.

DEAN drops the journal, and goes back to eating his hamburger.

DEAN
All right, where’s he doin’ the deed?

SAM
According to this, Benton’s picky about where he sets up his lab. He likes dense forest with access to a river or stream or some kind of fresh water.

DEAN
Why?

SAM
Because that’s where he likes to dump the bile, and intestines, and faecal matter.

SAM laughs.

SAM
Lost your appetite yet?

DEAN makes sounds like he is going to throw up. He glances at SAM, then back at his burger.

DEAN
Oh baby, I can’t stay mad at you.


EXT. PARK – NIGHT

A JOGGER is jogging through a park He is wearing a heart-rate monitor, and we can hear it beeping quickly. The JOGGER stops for a breather, and we see the JOGGER from the point of view of a figure hiding in the trees watching him. The JOGGER hears rustling, and turns to look. Seeing nothing, he checks his heart –rate monitor which shows a drop in rate from 126 to 125 as he rests. Bending to tie his shoe, a hand holding a cloth clamps over his face.


INT. OLD HOUSE – NIGHT

The JOGGER from the park is strapped to a bench. We can hear the heart-rate monitor beeping, but much slower now. The monitor shows 76. The JOGGER groans as he regains consciousness . As he realises he has been abducted, the heart-rate monitor begins to beep quickly, indicating his panicked state, and jumps to 133 quickly. The JOGGER looks around, and takes in crude surgical instruments, and a large jar of writhing maggots. As he looks around, the face of DOC BENTON comes into view. DOC BENTON is wearing a surgical mask, but we can see a criss-cross of scars and mismatched features indicating surgical procedures covering his face. He is holding a scalpel as he advanced toward, and leans over the JOGGER. The JOGGER starts making more panicked sounds.

DOC BENTON
Sshhh.

The JOGGER begins to pant as he sees the scalpel coming down towards his chest, and then begins to scream. DOC BENTON makes an incision down the JOGGER’S chest as he screams in pain.

JOGGER
No, please. We can hear the hate-rate monitor beeping faster and faster as the JOGGER’S heart-rate escalates.

JOGGER
No! No!

DOC BENTON has picked up another instrument, and starts snipping at the JOGGERS ribs. He puts that down, then picks up an instrument for separating the rib cage.

JOGGER
No, no, aaahhhh.

DOC BENTON strains for a moment, then we hear the JOGGER’S rib cage open. DOC BENTON reaches down and pulls out the JOGGER’S heart – still beating. Suddenly the heart-rate monitor flatlines, and the JOGGER is dead.


EXT. MOTEL – DAY

The exterior of a motel, The Erie.


INT. MOTEL – DAY

A map of the area can be seen with a red circle around some landmarks. SAM’S finger is pointing to the area.

SAM
So these are all old hunting cabins. They’ve mostly been abandoned for years.

DEAN
Then what the hell are we waiting for.

DEAN’S cell phone rings, and he stands up to answer it.

DEAN
Bobby?

The camera now shows BOBBY in his car yard, and alternates between BOBBY and DEAN.

BOBBY
Hey. I think I finally got a beat on Bela.

DEAN over the phone.

DEAN
I’m listening.

BOBBY
Rufus Turner.

DEAN
Is that like a Cleveland Steamer?

BOBBY
He’s a hunter, or used to be.

DEAN
And now?

BOBBY
Hermit mostly. Does a little selling on the side. Anyway, I put the word out on Bela months ago. He just called, said a woman got in touch, wanted to buy some things.

DEAN
And he thinks its Bela?

BOBBY
British accent, went by the name Mena Chandler.

DEAN
She’s used that before. Well that’s kind of a sloppy move isn’t it, getting in contact with one of your old friends?

BOBBY
Friend? Haven’t laid eyes on him in 15 years. And he’s not the Christmas-card type. I doubt she knows I know him. Canaan Vermont.

DEAN
Thanks Bobby, we’re on our way.

BOBBY
One other thing. Take a bottle of Johnny Walker blue.

DEAN
Okay.

DEAN snaps his phone shut and turns to SAM.

DEAN
Come on, we’re going after Bela.

SAM
What? Whoa, whoa, whoa, whoa. Hold on a second..

DEAN
Come on, get your stuff, the clocks ticking.

SAM
Look, look, I think we should stay here and finish the case.

DEAN laughs sarcastically

DEAN
Are you insane?

SAM
Dean there’s no way she still has the Colt. That was months ago. She probably sold it the second she got it.

DEAN
Well then I’ll kill her. Win-win.

SAM
Dean..

DEAN
Sam, we’re going.

SAM
No.

DEAN
Why the hell not?

SAM
Dean this, this here, now. This is what’s gonna save you.

DEAN
What? Chasing some Frankenstein?

SAM
Chasing immortality. Look Benton can’t die. We find out how he did it, we can do it to you.

DEAN
What are you talking about?

SAM
You have to die before you go to hell, right? So if you can never die –

DEAN
Wait, wait, wait, wait a second. Did, did you know this was Doc Benton from the jump?

SAM
No. Look, I was hoping –

DEAN
So the whole zombie thing, it was lying to me?

SAM
I didn’t wanna say anything til I was sure Dean. All I’m trying to do is find an answer here.

DEAN
No, what your trying to do is, is to chase Slicey McHacky here, and to kill him? No, you wanna buy him a freakin beer. You wanna study him.

SAM
I was just trying to help.

DEAN
You’re not helping. You forget that if I welch on this deal, you die. Guess what, living forever is welching.

SAM
Fine, then whatever the magic pill is, I’ll take it too.

DEAN
Oh, what is this – Sid and Nancy? No. it’s just like Bobby’s been saying. We kill the demon that holds the contract, and this whole damn thing wipes clean. That’s our best shot.

SAM
Even if you had the Colt Dean, who you gonna shoot? We have no idea who holds the ticket.

DEAN
Well, I’ll shoot the Hellhounds then before they slash me up. Now, you coming or not?

SAM
I’m staying here.

DEAN
No, your not. Cos I’m not going to let you wander out in the woods alone to track some organ-stealing freak.

SAM
You’re not going to let me?

DEAN
No, I’m not gonna let you.

SAM
How are you gonna stop me?

DEAN looks at SAM in bewilderment. It never occurred to him that SAM wouldn’t go along with him.

SAM
Look man, we’re trying to do the same thing here.

DEAN
I know. But I’m going. So if you wanna stay, stay.

SAM nods, and turns away from DEAN. DEAN picks up the bag he has been packing during their previous exchange, and heads for the door. He opens the door, stops and turns back to SAM.

DEAN
Sammy, be careful.

SAM turns to look at DEAN. They are both sombre.

SAM
You too.

With a last look, DEAN walk through the door and closes it behind him. SAM sighs loudly, looking shaken.

EXT. HOUSE – DAY

SUBTITLE
Canaan, Vermont.


DEAN walks up the steps of a run down looking house. Taped to the door is a sign, hand painted, stating “No Solicitors. That means you! No asking for donations. No selling anything.” DEAN rings the doorbell, then bangs loudly on the door. A security camera whirs into motion, settling on DEAN. A voice comes through the intercom.

RUFUS (V.O)
What?

DEAN
Hi, ah, ah, Rufus.

RUFUS (V.O)
Yeah, even if I am..

Camera angle now show interior of RUFUS’S house, we can see DEAN on a monitor, being viewed by RUFUS, although RUFUS is not in shot.

RUFUS (V.O)
.. the question is still the same. What?

Camera shot returns to DEAN outside the house.

DEAN
Ah, I’m Dean Winchester, I’m a friend of Bobby Singers.

RUFUS (V.O)
So?

DEAN
You called him this morning.

RUFUS (V.O)
So?

Camera now shows the monitor again as DEAN looks up to the camera, and smiles, uncomfortable. We cannot see RUFUS at this stage.

DEAN (V.O)
Ahh, hhhm, you told Bobby about a British chick making contact with you.

RUFUS (V.O)
Yeah, and so?

Camera back to outside house, focussed on DEAN.

DEAN
You know where she is?

RUFUS (V.O)
Yeah.

DEAN
Great, could you tell me where I could find her?

RUFUS (V.O)
No.

DEAN, mumbling to himself.

DEAN
Course not.

DEAN clears his throat and readdresses RUFUS.

DEAN
Ah, look Rufus man..

The door opens, cutting DEAN off, and revealing RUFUS, an African American man, approximately mid 50’s. He looks annoyed.

RUFUS
Look, let me point something out to you. You are knocking at my door, so don’t “look man” me, I’m not your man.

DEAN, looking abashed, and somewhat humbled.

DEAN
Sorry Sir.

RUFUS
Alright, I’m gonna tell you a little story, see once upon a time, Bobby called me, asked me to call him if I got a whiff of this Bela Talbot. I got a whiff, I called. The end.

DEAN
Okay, if, you could just tell me where she is, that’d be great.

RUFUS
Dean Winchester right?

DEAN
Yeah.

RUFUS
Dean do I look like I’m here to help you?

DEAN
I’m gonna say no.

RUFUS
Then get the hell of my property.

DEAN
All right, hey, hey, fair enough. I got one more question for you though. See, I got this ah, this bottle of scotch, and ah, I...

DEAN pulls the bottle of scotch out of his bag.

DEAN
..Is this considered good?

RUFUS looks from the scotch to DEAN, a wide smile breaking out on his face.


INT. RUFUS’S HOUSE – DAY

DEAN and RUFUS are sitting at a table, RUFUS is pouring the scotch.

DEAN
Well, bottoms up!

RUFUS
Mmm.

They clink glasses.

RUFUS
You know, I don’t even bother drinking unless it’s this stuff. Nectar of the God’s I’m telling you.

DEAN
Yeah, it’s a nice change you know. Most of my whiskey comes from a plastic jug.

RUFUS chuckles.

DEAN
So, Bela was here because?

RUFUS
She wanted to buy a couple of things. Which is gonna take me some time to round up.

DEAN
Where is she now?

RUFUS
Kid, can I ask you something?

DEAN
Sure.

RUFUS
You got 3 weeks left. Why you wasting your time chasing after that skinny, stuck-up English girl?

DEAN laughs, but with a measure of discomfort.

DEAN
How’d you know about that?

RUFUS
Because I know things. I know a lot of things about a lot of people.

DEAN
Is that so?

RUFUS
I know aint no pea-shooter gonna save you.

DEAN
What makes you so sure?

RUFUS
Coz that’s the job kid. Even if you managed to scrape out of this one, there’s just gonna be something else down the road. Folks like us, there aint no happy endin’. We all got it comin’.

DEAN
Well, aint you a bucket of sunshine?

RUFUS
I’m what you’ve got to look forward to if you survive. Which you won’t.


EXT. WOODS – DAY

A car is seen travelling along a dirt road. We see SAM at the wheel. Stopping, he pulls a map out from the sun shade, and we see the car is a rental. The map is the same one seen in a previous scene, of hunting cabins in the Pennsylvanian woods. SAM gets out of the car, a torch in one hand, map in the other, and funnily enough, then locks the car with the remote key.


INT. RUFUS’S HOUSE – DAY

Picks back up from previous scene with DEAN and RUFUS

DEAN
So, Bela.

RUFUS
Hotel Canaan. Room 39. But watch your back.

DEAN
I think I can handle Bela.

RUFUS
Oh, don’t be so sure about that. There are things that you don’t know about her.

DEAN
Oh, and you do? Right, because you know things.

RUFUS
Yep.

DEAN
And let me guess, you lift her fingerprint?

RUFUS
Yep.

DEAN
And that got you jack.

RUFUS
Yep.

RUFUS laughs.

RUFUS
She burned em off. Probably years ago.

DEAN
So you’re right where we are.

RUFUS
Nope. You do her ear?

DEAN
Sorry?

RUFUS
You do her ear?

DEAN
Hey man, I’ll try anything once, but I don’t know, that sounds uncomfortable.

RUFUS
Ears are as unique to humans as fingerprints.

DEAN
No kiddin’.

RUFUS
Course that don’t fly in the courts over here, but in England? They’re all over it. A friend of a friend, of a friend, faxed me 10 pages of confidential files within a day. All I had to send him was one clean shot off the security camera.

DEAN
Right. One clean shot of her ear.

RUFUS gets up from the table and retrieves a file from his desk, dropping it in front of DEAN.

RUFUS
The so-called Bela Talbot.

DEAN opens the file, and starts to read. He glances up and RUFUS, who takes a long drink of his scotch, and looks back to the file. As he reads, his eyes narrow at the information.


INT. HUNTING CABIN – NIGHT

SAM enters an abandoned hunting cabin, torch in hand. He begins to look around, looking in boxes, flipping through books. He notices and picks up a red leather bound journal with an alchemy symbol embossed on the front and puts in the pocket of his jacket. Noticing a trap door to a cellar, he opens it and starts down the steps. His torch plays over the body of the JOGGER, still strapped to a table. We can see many glass vials, and surgical instruments around the cellar. SAM checks for a pulse, and sighs as he realizes the man is dead. Looking around the cellar, he sees another figure on a table, this time a WOMAN. She has her arm strapped down, there is a deep wound, and it is teeming with maggots. SAM bends to check her pulse, and the WOMAN wakes up with a gasp, startling SAM. She starts to make panicked sounds as SAM tries to calm her.

SAM
Ssh, ssh, ssh, ssh. It’s okay, I’m here to help you. I’m here to help you, I’m gonna help you. Ah, okay, ssshh.

SAM grabs a rag, and goes to place it on the woman’s arm.

SAM
Okay, ssh, ssh, ssh, ssh. Oh God.

SAM picks up the WOMANS arm and gently wraps the cloth around it.

The WOMAN tries to stifle screams of pain.

SAM
Sorry, I’m sorry, okay, sshh.

The sound of a door opening upstairs is heard. SAM turns toward the sound. The camera show a figure walking through the cabin, lighting a lamp. The WOMAN starts to panic loudly. SAM places his hand over her mouth.

SAM
Ssh, ssh, ssh

DOC BENTON hears the WOMAN cry out and starts to make his way to the cellar.

SAM
SSh, ssh, ssh.

DOC BENTON continues down the steps, and looks around the cellar, to find it empty of the WOMAN. Looking up he sees a window, previously boarded up, that has been broken.


EXT. WOODS – NIGHT

SAM is holding WOMAN, running through the woods. He clicks the key remote and opens the car, and gently places the WOMAN in the passenger seat. The WOMAN is crying.

SAM
Okay, watch your head. Watch your head.

The WOMAN cries out in pain as her arm is jarred.

SAM
Sorry.

Slamming the passenger door shut, SAM runs around the front of the car, looking around him, and gets in the drivers seat. He starts the car as he tries to prop the WOMAN up who has fallen over in pain.

SAM
It’s gonna be fine, I promise you.

The drivers window smashes as DOC BENTON puts his fist through it. He grabs SAM and slams his head into the steering wheel 3 times. SAM gets the car into reverse, and puts his foot down, charging backwards. DOC BENTON holds on for a minute, then lets go. SAM puts the car into drive, revving the engine. DOC BENTON looks into the lights of the oncoming car from the car, as SAM speeds toward him. The car runs over DOC BENTON. DOC BENTON gets up from the road, and we can see him from behind as he watches the car speed off. His head is at an odd angle to the left, and he pushes it back onto his shoulders straight, bones crunching. As the camera angle changes, we can see his right eye has been mangled.


EXT. HOTEL – NIGHT A view of a hotel.


INT. HOTEL – NIGHT BELA opens the door of a hotel room and enters. As she shuts the door, a figure grabs her, and pins her to the door. It is DEAN. BELA gasps.

DEAN
Where’s the Colt?

BELA
Dean.

DEAN
No extra words.

BELA
It’s long gone. Across the world by now.

DEAN
You’re lying.

BELA
I’ll call the buyer. Speak Farsi?

DEAN appears to grope BELA as she goes to get her phone. She gasps.

BELA
What the hell are you..?

DEAN has grabbed BELA’S gun out of her coat, which he knew she was going for, not her phone as she had indicated.

DEAN
Don’t flatter yourself.

DEAN pockets BELA’S gun, and using his own, flicks on the lights, and backs away from BELA.

DEAN
Don’t move.

BELA
I told you. I don’t have it.

DEAN has begun rifling through BELA’S drawers.

DEAN
Oh yeah, I’m, definitely gonna take your word for it.

DEAN turns his back on BELA as he continues to look through drawers. BELA takes this opportunity to sidle closer to the door. BELA gasps as a gunshot is heard, the bullet piercing the wood of the door close to where she is standing. The camera angle changes, and we see DEAN pointing his gun at BELA.

DEAN
Don’t move.

BELA breathes heavily, looking somewhat defeated. DEAN grabs her suitcase from under the bed, and starts looking through that.

BELA
It’s gone. Get on a plane if you must. Track down the buyer. You might catch up to him, eventually.

Realizing the Colt is indeed long gone, DEAN walks up to BELA, who is still leaning against the door, and point his gun at her. He is really, really angry at this stage.

BELA
Are you going to kill me?

DEAN
Oh yeah.

BELA
You’re not the cold-blooded type.

DEAN
You mean like you? It’s true. See I couldn’t imagine killing my parents.

BELA
I don’t know what your talking –

DEAN cuts her off.

DEAN
Yes, you do. You were what – 14? Your folks died in some shady car accident, police suspected a slashed brake line, but it was all too crispy to tell. Cut to little Bela. I’m sorry, Abbey. Inheriting millions.

BELA
How did you even -?

DEAN once again cuts BELA off.

DEAN
Doesn’t matter.

BELA lets out a loud defeated sigh, and looks down. A flashback sequence is shown. A younger version of BELA, tears streaming down her face, is sitting on a bed. She looks scared as the door opens. We see the feet of a man enter the room. YOUNG BELA begins to whimper as the man enters the room, closing the door behind him. The intimation is that BELA was abused as a child. The scene returns to the present day. BELA smiles, as she remembers the past, but clearly she is covering up.

BELA
They were lovely people, and I killed them. And I got rich. I can’t be bothered to give a damn. Just like I don’t care what happens to you.

DEAN rushes forward and grabs BELA, pinning her against the door. We see a twig like form slightly dislodge from above the doorway.

DEAN
You make me sick.

BELA
Likewise.

Releasing BELA, DEAN stands back, re-aiming his gun at her, about to shoot. He smirks. BELA closes her eyes, waiting for the shot. DEAN glances up, and sees the twig form above the door. He looks back at BELA, his expression shifting to one of realization, and BELA opens her eyes. He lowers his gun.

DEAN
You’re not worth it.

DEAN grabs BELA, pushes her out the way, and exits the room. BELA begins to unscrew a piece of paper she has palmed. It is a hotel receipt – she has lifted it off of DEAN sometime during their previous exchange. BELA reaches into her hand bag and gets out her cell phone. She dials a number, and begins to speak to an unknown person.

BELA
It worked. He found me.

BELA listens for a moment.

BELA
No, Sam wasn’t with him. But I know where they are.


INT. HOTEL ROOM, The ERIE – NIGHT

A cell phone is ringing on the bed side table, and SAM reaches out and answers it.

SAM
Dean?

Scene changes back and forth between the hotel room and the interior of the IMPALA as DEAN drives along.

DEAN
Yeah.

SAM (over phone)
Did you get the Colt?

DEAN
What do you think?

SAM
So does that mean that Bela is uh-?

DEAN (over phone)
No, no, she deserves to die a dozen times over but I couldn’t do it.

SAM (over phone)
Dean –

DEAN
I’m really screwed Sammy.

SAM
No, you’re just..

DEAN (over phone)
You were right, I mean Bela was a goose chase.

DEAN
The Colts gone. And this time I’m really screwed Sam.

SAM
Maybe not.

SAM (over phone)
Dean I found Benton’s cabin.

DEAN
You okay? Was he there?

SAM (over phone)
Yeah.

DEAN
Did you kill him?

SAM (over phone)
No.

DEAN
What do you mean, no?

SAM (over phone)
Dean, please, just listen for a second.

SAM
I found his lab book and it has the formula.

DEAN (over phone)
What, the live forever formula?

SAM
Yeah.

DEAN (over phone)
Great, let me guess.

DEAN
I, I, gotta drink blood out of a baby’s skull?

SAM
No, that’s the thing, it’s not black magic. There’s, there’s no blood sacrifice or anything. It’s just science Dean.

SAM (over phone)
Very, very extremely weird science, but,-

DEAN
Wait, wait, wait, what, what are you saying? You think --?

SAM (over phone)
Dean, I think it may be doable.

SAM
I mean, I know we’ve hit a lot of walls, but I, I mean I think this formula, I think it might be it.

SAM (over phone)
This could save you.

DEAN
Okay, so this formula –

SAM
Wait, well, look, look, we’re, we’re not in the clear yet, there are still things that I don’t get –

SAM is abruptly cut off, as a hand holding a white cloth is pressed against his nose and mouth. SAM makes muffled yelling noises as he struggles, his cell phone hitting the floor.

DEAN
Sam?

SAM continues to struggle, making muffled noises.

DEAN (over phone)
Sammy?


INT. DOC BENTON’S Cabin – NIGHT We see SAM strapped to a table. His eyes are taped open. DOC BENTON is standing next to the table, rubbing SAM on the arm.

DOC BENTON
You can relax. It’s all gonna be okay. Aint nothing gonna happen here that you got to worry about Sammy. And your chances of coming out of this procedure alive.. very, very high.

SAM gasps, looking terrified.

SAM
How do you know my name?

DOC BENTON is heating a tool up a naked flame. It looks like a mini ice-cream scoop.

DOC BENTON
Oh, I know. You think I’m some kind of monster don’t you? Well, I gotta tell you, I have never done one thing that I did not have to do. This whole eternal life thing is very high-maintenance. Something goes bad, like my eyes here, you gotta replace them.

DOC BENTON rubs his hands over SAM’S forehead. SAM tries to flinch out of the way, but he is too tightly strapped down.

DOC BENTON
And sometimes, things get damaged, like when your father cut out my heart. Now that, that was very inconvenient. So, I’m sure that you can understand all the joy I felt when I read all about myself here in his journal.

DOC BENTON has picked up JOHN’S journal, and opened it to the page about his hunt. He snaps it shut, and places it on a table.

DOC BENTON
Kind of makes this whole thing just feel like some kind of family reunion, don’t it? Well, I guess it’s about time that we get this thing started.

DOC BENTON stands behind and over SAM. We see the scene from his point of view. He is holding the scoop-like instrument, and lowers in to SAM’S left eye. SAM starts to pant and yell. A second before DOC BENTON can plunge the scoop into SAM’S eye socket, we hear gunshots, and see bullets holes on DOC BENTON’S chest. DOC BENTON drops the instrument and turns around to see DEAN pointing his gun at him.

DOC BENTON
Shoot all you want.

DEAN fires 2 more shots into DOC BENTON, as the doctor comes toward him. DOC BENTON shoves DEAN, throwing him against a glass topped cabinet, which shatters. DOC BENTON reaches down to grab DEAN again, as DEAN thrusts a knife into DOC BENTON’S chest. DOC BENTON merely laughs.

DOC BENTON
A knife? What part of immortality do you not understand? Pity about the heart though. It was a brand-new one.

DEAN
Good. Should be pumping nice and strong. Sending this stuff throughout you whole body.

DEAN holds up a bottle labelled “Chloroform”. DOC BENTON starts to shake his head.

DEAN
See, I picked up your little bottle upstairs and dipped the knife in it.

DOC BENTON starts to groan and sway. He hits the floor, unconscious.


INT. BENTON’S CABIN - NIGHT

DEAN (V.O)
Oh, hiya, Doc.

DOC BENTON is now strapped to the table we saw SAM strapped to earlier. He has started to regain consciousness.

DEAN
Wakey, wakey, eggs and bakey.

DOC BENTON
Please..

DEAN
Please what? You’ve been killing poor bastards for over 150 years and now you’ve got a request? Shut up.

DOC BENTON
You don’t understand, I can help you. I know what you need.

DEAN
Might have to cut him up into little bits. You know this immortality thing is a bitch.

DOC BENTON
I can read the formula for you. You know, immortality, forever young, never die.

SAM
Dean.

DEAN
Sam.

SAM and DEAN walk away from the table to talk.

DEAN
What?

SAM
I mean, we’re talking hell in 3 weeks, or needing a new pancreas in like, half a century.

DEAN
Yeah, well you can’t exactly get those at a Kwik-E-Mart.

SAM
It’s not perfect, but it buys us more time to think of something better. We just need time Dean. I mean please, just, just think about it.

DEAN struggles internally with this thought for a moment, torn between going with his brother on the idea, or choosing what he knows is the right thing to do.

DEAN
No.

SAM, exasperated.

SAM
Dean, don’t you want to live?

DEAN
What he is isn’t living. Look, this is simple.

SAM
Simple?

DEAN
To me it is okay. Black or white, human, not human.

DEAN walks back to DOC BENTON

DEAN
You see what the doc is... he’s a freaking monster. I can’t do it. I would rather go to hell.

DEAN pours some of the chloroform onto a cloth.

DOC BENTON
You don’t understand, I can help you.

DEAN places the cloth over the nose and mouth of DOC BENTON. He struggles against his binding, yelling and groaning. DEAN speaks to SAM

DEAN
Now, I’m gonna take care of him. You can either help me or not. It’s up to you.

SAM half shrugs, as DOC BENTON passes out.


INT. BOX - NIGHT

We hear a match strike. DOC BENTON looks around, and finds himself enclosed in a box. He starts to strain and push against the lid. The camera angle widens, and shows that DOC BENTON is inside an old refrigerator, with a chain around it, inside a deep grave. The alchemy book is placed on top. SAM and DEAN stand looking down into the grave.

DOC BENTON (V.O)
No, no! Don’t be stupid. I can help you. No.

DEAN
Enjoy forever in there doc.

DOC BENTON (V.O)
I can save you! Let me out. Let me out. Let me out. No. I can save you. No, no, don’t. Don’t.

SAM and DEAN start to shovel dirt into the grave. The camera angle widens further to show a distance shot of the brothers as they fill in the grave, DOC BENTON can still be heard yelling.

DOC BENTON
NO! Let me out, let me out, let me out, let me out, let me out, Nooooooo!!!!!!!!!!!


EXT. THE ERIE – NIGHT A brief shot of the Erie.


INT. THE ERIE – NIGHT

A pair of female feet can be seen walking along the hallway. As the woman travels down the hallway, we can see that it is BELA. She picks the lock of the brother’s hotel room door, and takes a gun out of her jacket pocket. She quietly enters the room, and shuts the door behind her. She takes aim, and fires 2 rounds each into the figures lying in the beds. Walking to the first bed, BELA throws back the cover to see which brother the bed contains. She turns on the bedside lamp, and we can see the clock time is 11.56. As she pulls back the covers, a plastic blow-up doll is revealed, the air hissing out of it as it deflates from the bullet holes. BELA looks shocked, and goes to the second bed, and finds the same in this one. The telephone on the bedside table rings. BELA picks it up. We can hear DEAN on the other end of the phone. The shot alternates between DEAN in the IMPALA, and BELA in the motel room.

DEAN (V.O)
Hiya Bela. Here’s a, here’s a fun fact that you may not know. I felt your hand in my pocket when you swiped that motel receipt.

BELA
You don’t understand..

DEAN cuts her off.

DEAN
Oh, I’m pretty sure I understand perfectly. Coz you see, I noticed something interesting in your hotel room.

DEAN (V.O)
Something tucked above the door. An herb. Devil’s shoestring?

BELA sinks on to one of the beds.

DEAN (V.O)
There’s only one use for that.

DEAN
Holding Hellhounds at bay. So you know what I did, I went back and took another look at your folk’s obit’

DEAN (V.O)
Turns out, they died, 10 years ago today.

DEAN
You didn’t kill them. A demon did your dirty work.

The shot again shows BELA. She looks close to tears.

DEAN (V.O)
You made a deal, didn’t you Bela? And it’s come due.

Flash back to YOUNG BELA, looking sad, swinging on a swing. A young girl is sitting on a swing next to her.

YOUNG GIRL
I can take care of them for you. And it won’t even cost you anything... for 10 whole years.

The YOUNG GIRL smiles at YOUNG BELA her eyes turning red. She is a cross-road demon.

The scene returns to present day. BELA has begun to cry silently.

DEAN (V.O)
Is that why you stole the Colt, huh? Try to wiggle out of your deal? Our gun for your soul?

BELA
Yes.

DEAN
But stealing the Colt wasn’t quite enough, I’m guessing.

BELA
They changed the deal. They wanted me to kill Sam.

DEAN
Really? Wow. Demons untrustworthy. Ha. Shocker. That’s ah, kind of a tight deadline too.

The shot returns to BELA, who is looking by this time very distressed

DEAN (V.O)
Uh, what time is it?

The clock in the motel room shows 11.57, then flicks to 11.58.

DEAN
Oh, look at that, almost midnight.

BELA starts to cry openly.

BELA
Dean listen, I need help.

DEAN
Sweetheart, we are weeks past help.

BELA
I know I don’t deserve it.

DEAN
You know what, you’re right, you don’t. But you know what the bitch of the bunch is?

DEAN (V.O)
If you would have just come to us sooner and asked for help, we probably could have taken the Colt and saved you.

BELA
I know, and saved yourself. I know about your deal Dean.

DEAN
And who told you that?

BELA
The demon that holds it. She holds mine too. She says she holds every deal.

DEAN
She?

BELA
Her name’s Lilith.

DEAN looks across at SAM.

DEAN
Lilith? Why should I believe you?

BELA
You shouldn’t, but it’s the truth.

DEAN
This can’t help you Bela. Not now. Why are you telling me this?

BELA
Because just maybe you can kill the bitch.

DEAN considers this a moment, but looks hard.

DEAN
I’ll see you in hell.

The shot goes back to BELA, and we hear dial tone as DEAN hangs up. BELA slowly hangs up the phone as the clock in the motel clicks over to 12.00. BELA slumps in defeat as we hear the howl of a Hellhound. BELA looks out the motel window as the growling gets louder. A loud snarl is heard, and the screen goes black.

 

Sources : Super Wiki/Roadhouse.

Kikavu ?

Au total, 122 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

clark77 
27.09.2018 vers 08h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
01.06.2018 vers 08h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (03.03.2017 à 20:01)

un épisode frankensteinien très intéressant avec un Sam confronté à un réel dilemme moral. J'adore!

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...
Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 19:49

Chasseurs d'images
Hier à 14:30

S14E17 Game Night
Hier à 09:35

S14E18 Absence
15.03.2019

Mag Anglophone
13.03.2019

Ouroboros
13.03.2019

Partie Episodes
06.03.2019

S14E13 Lebanon
05.03.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Vendredi 22 mars à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.13 : Lebanon (inédit)
Jeudi 7 février à 20:00
1.65m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.12 : Prophet and Loss (inédit)
Jeudi 31 janvier à 20:00
1.40m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Jeudi 24 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Supernatural disponible sur Prime Video

Supernatural disponible sur Prime Video
Toutes les saisons de Supernatural de la saison 1 à la saison 12 se trouvent sur Prime Video...

SPN dans les Alternative Awards 2019

SPN dans les Alternative Awards 2019
Vous pouvez voter dans deux catégories où Supernatural est présent : La première (14) Ces...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Selon vous, que manque-t-il au quartier pour vous faire venir plus souvent ? N'hésitez pas à venir...

Attente terminée, Supernatural revient demain

Attente terminée, Supernatural revient demain
Nous attaquons probablement la dernière ligne droite vers la fin de saison, Supernatural revient...

Nouvelle Photo du Mois

Nouvelle Photo du Mois
Après avoir fouiné sur internet et trouver l'inspiration, je suis tombée sur un comparatif du cast...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Xanaphia, 17.03.2019 à 00:25

Les Gardiens de la Galaxie, Avengers End Game ... venez découvrir les dernières news des films du MCU sur le quartier Marvel

serieserie, 17.03.2019 à 14:22

Crisis on Hypnoweb Arrow, Flash, LOT et Supergirl vous attendent pour leur grande animation! Des HypnoCards à gagner

Sonmi451, 17.03.2019 à 15:57

Pensez à voter dans préférence

pretty31, 17.03.2019 à 19:05

Thea (Arrow) et Arya (Game of Thrones) s'affrontent dans un duel sur les forums de Skins !

cartegold, Hier à 09:03

Nouveau duel sur le quartier Touche pas à mes filles ! N'hésitez pas à venir voter et à compléter la suite de mots !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site