VOTE | 646 fans

#314 : Rejoins-Moi

 

Réalisé par: Charles Beeson
Ecrit par: Sera Gamble

 

Dean n'en revient pas lorsqu'il reçoit un message de son père, qui lui dit qu'il a trouvé un moyen pour le sortir de son pacte. Sam ne veut pas croire qu'il s'agit de John, et conseil à Dean de ne pas l'écouter.

 

 

Popularité


3.88 - 8 votes

Titre VO
Long-Distance Call

Titre VF
Rejoins-Moi

Première diffusion
01.05.2008

Première diffusion en France
20.06.2009

Vidéos

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak Peek #2

Sneak Peek #2

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Ohio

Ben, un homme d’une quarantaine d’années, reçoit un appel d’un étrange numéro. Il répond et il s’agit d’une certaine Linda, elle le supplie de la rejoindre. Il refuse et lui explique que c’est difficile, il raccroche. Mais Linda insiste et l’appelle encore , même lorsque Ben à bout de nerfs arrache le téléphone, la sonnerie retentit toujours. Ben craque, il prend alors un revolver, il dit avant de mourir qu’il accepte de rejoindre Linda, et Ben se tire ensuite une balle dans la tête.

SUPERNATURAL

Dean souhaite enquêter sur ce suicide mystérieux, mais Sam lui, veut avant tout trouver une solution pour son frère. Ils se disputent, Dean lui avoue alors que Ruby à mentit, et qu’il n’y a rien qui peut le sauver. Sam est déçu et il finit par accepter leur nouvelle enquête.

Ils interrogent donc la femme de Ben, Sam découvre sur le téléphone; un étrange numéro qui revient très souvent. La femme de Ben, finit par avouer qu’elle a surprit son mari au téléphone, et qu’il répétait le nom de Linda, alors il n’y avait que lui sur la ligne.

Ils font donc des recherches et ils apprennent que cette fameuse Linda était l’ancienne petite amie de Ben. Elle est décédée depuis plusieurs années suite un accident de voiture, et que lui seul est sortit indemne de ce drame. Les deux frères décident alors d’en savoir plus sur cet indicatif très étrange, ils se rendent alors à la compagnie de téléphone.

Ils rencontrent le directeur de l’entreprise et ils remarquent que sa ressemble à une véritable poubelle. Il s’excuse pour la saleté, et leur explique qu’il ne sait pas du tout d’où sa peut venir. Dean et Sam rencontre alors le technicien qui est spécialisé dans les indicatifs. Ils apprennent que cet indicatif n’existe plus depuis des années, mais qu’il passe en ce moment plusieurs appels dans le quartier.

Sam enquêtent donc chez les personnes concernés, il tombe alors sur une jeune femme Lanie, qui avoue avoir reçu des appels de sa défunte mère. Sam tente de la rassurer et lui laisse sa carte en cas de besoin.

Dean appel Sam et lui apprend qu’une vieille dame à également reçu des appels de son défunt mari et qu’ils se sont bien amusés au téléphone. Dean raccroche et reçoit un appel, il répond et il entend la voix de John, son père.

Dean est très perturbé par cet appel et en parle à son frère, mais Sam ne sait pas trop quoi en penser, et il doute que ce soit véritablement leur père. Fâché, Dean s’en va et laisse seul son frère. Plus tard, il revient au motel et il annonce à Sam qu’il a peut être une piste.

Dans la nuit, Dean reçoit de nouveau un appel de John. Son père pense avoir trouvé une solution pour le sauver de son pacte.

Lanie, la jeune fille que Sam a rencontré un peu plus tôt, reçoit soudain plusieurs messages de sa mère sur son ordinateur, elle l’aperçoit même sa silhouette sur l’écran. Sa mère la supplie de la rejoindre, Lanie est effrayée.

Dean fait des recherches, John la convaincu qu’un démon les poursuit. Sam reste perplexe et a de très gros doutes. Dean s’énerve contre son frère, il est sur les nerfs et il attend avec impatience que son père le rappelle. Pendant qu’ils se disputent, Sam reçoit un appel de Lanie, il supplie donc son frère de ne pas faire de bêtises, le temps qu’il aille rassurer la jeune femme.

Sam retrouve donc Lanie, elle lui explique que sa mère souhaitait qu’elle se donne la mort afin de la rejoindre. Entre temps son petit frère Simon, reçoit un appel de sa mère. Le petit garçon sort dans la rue et commence à traversé au même moment qu‘un camion passe, mais heureusement Sam le sauve in-extremis.

Entre temps, Dean reçoit de nouveau un appel de son père, John lui demande de le rejoindre à une certaine adresse. Le démon se trouve là bas, Dean se rend donc dans la maison et il prépare un piège.

Sam appel Dean, il a découvert qu’ils ont affaire à un crocrota, un démon capable de prendre la voix d’un être cher et disparut, afin d’attirer ses victimes pour leur voler leurs âmes. Dean lui apprend que les crocrota vivent près des saletés et des poubelles. Sam comprend alors, qu’il s’agit du technicien, qu’ils ont rencontrés un peu plus tôt, à la compagnie de téléphone.

Sam arrive sur place et l’attaque, mais il se fait assommer par le directeur de la compagnie. Ce dernier assomme également le technicien, en réalité c’est lui le crocrota. Les deux hommes sont alors attachés, le crocrota s’attaque au technicien devant Sam impuissant et qui ne peut pas le sauver.

Le crocrota avoue à Sam, qu’il veut à tout prix tuer son frère, Sam comprend que ce n’est pas Dean qu’il l’a eu au téléphone mais le crocrota, et il sait que son frère est en danger. Au même moment, un père de famille reçoit un appel de sa fille décédée, elle lui explique que son assassin se trouve à la maison.

Dean attend toujours avec impatience le démon, il entend du bruit, et aperçoit une personne. Mais en réalité c’est le père de famille qui arrive et lui, pense que Dean est l’assassin de sa fille.

Le crocrota explique à Sam, que pour lui le téléphone est une aubaine, et qu’avec cette technologie, pour lui c’est beaucoup plus facile pour se nourrir . Il tente alors de tuer Sam, mais ce dernier a réussit à se détacher et les deux hommes se battent.

Pendant ce temps, Dean tente de tuer son ennemi, mais face au désespoir de l’homme en face de lui, Dean comprend qu’il n’a pas affaire au démon. Il comprend également que son frère avait raison, et que ce n’était pas son père, qui lui a passer ces appels.

Sam réussit tant bien que mal à se débarrassé du crocrota et il le tue enfin. Plus tard, il retrouve son frère au motel, Dean lui avoue qu’il a peur de ce qu’il va lui arriver. Et c’est pour cela qu’il se lance à corps perdu, dès qu’il pense avoir trouvé une solution pour être sauver. Sam lui assure que lui aussi, fera tout ce qu’il peut pour le sauver. Dean sourit et allume la télé. Mais Sam ne peut alors pas s’empêcher de s’inquiéter pour l’avenir de son frère…

 

Ecrit par Bibou.

SUPERNATURAL Saison 3 Episode 14

Script VF

 

Rejoins-moi

(Long-distance call)

 

Après un résumé des épisodes précédents, on voit une maison. Il pleut à l’extérieur, un homme, à l’intérieur, se sert un verre d’alcool. Alors qu’il marche dans la pièce, pensif, le téléphone sonne. Il fixe le téléphone et se dirige vers lui. L’afficheur du téléphone écrit « SHA33 ». L’homme pose son verre et décroche.

 

L’HOMME : Allo ?

UNE VOIX DE FEMME : Ben ?

BEN : Linda …

LINDA : J’avais besoin de te parler.

BEN : Tu es folle d’appeler ici.

LINDA : Je sais, mais s’il-te-plaît, dis-moi seulement que tu y penses.

BEN : Je n’ai aucune envie d’y penser.

LINDA : Ne dis pas ça.

BEN : Je regrette. Tu sais qu’il y a ma femme.

LINDA : Oh, je t’en supplie, rejoins-moi. Je t’en prie, Ben.

BEN : Non.

Il raccroche et recommence à boire, mais le téléphone sonne à nouveau. Il affiche toujours « SHA33 ». Ben décroche.

BEN [Au bord des larmes] : Linda, pourquoi ? Pourquoi est-ce que tu me harcèles ?

LINDA : Je ne te lâcherai pas. Tu me manque trop. On sera heureux, on sera plus heureux tout les deux.

BEN : Arrête. C’est de la folie.

LINDA : Mais je t’aime. Pour toujours. Et toi, tu m’aimes ?

BEN : Oh oui, tu le sais. Plus que tout sur terre. Mais …, je n’ai pas le choix.

LINDA : Ben attends …

Ben raccroche, mais le téléphone recommence à sonner. Ben décroche le combiné et le frappe violemment contre la base avant de lancer l’ensemble à travers la pièce, en arrachant le fil téléphonique. Ben est désespéré, il ne sait pas quoi faire. C’est alors que le téléphone recommence à sonner, affichant « SHA33 » alors que le câble téléphonique est débranché. Ben regarde le téléphone avec horreur et ouvre un tiroir duquel il sort une arme.

BEN : D’accord Linda. J’arrive.

Il met alors le pistolet sous sa tête.

BEN : Je n’en peux plus.

On entend le coup de feu de l’extérieur et on voit le sang qui gicle sur le téléphone.

 

***************

 

SUPERNATURAL

« Long distance call »

 

***************

 

On voit Dean assis sur un banc, sur une place, et Sam qui s’avance vers lui. Dean est au téléphone.

DEAN [Au téléphone] : Ouais. Ouais d’accord. A plus.

Il raccroche. Dean lance une canette de bière à Sam qui arrive et se lève.

DEAN : Alors ?

SAM : Alors, le professeur ne sait rien du tout.

DEAN : Ça t’étonnes, alors perdons pas de temps Sammy, on y va.

Dean commence à s’en aller.

SAM : Ben, qu’est-ce qui te prends ?

Dean s’arrête.

DEAN : C’était Bobby. Un banquier s’est tiré une balle dans la tête dans l’Ohio, il croît qu’il y a un esprit dans le coup.

SAM : Vous voulez enquêter sur ce cas ?

DEAN : Non, on veut aller au cinéma ensemble. On veut aller voir un match de baseball. Bien sûr qu’on veut enquêter.

SAM : Il y a un esprit …, vous êtes sûrs ?

DEAN : Depuis une semaine, le type se plaignait de beaucoup de problèmes apparemment surnaturels. Des ordinateurs qui deviennent fous, des appels très bizarres au téléphone.

SAM : Mouais.

DEAN : Quoi, ça te suffit pas ?

SAM : Si. Si, c’est très clair, mais tu sais, on est déjà sur un cas.

DEAN : Ah ouais, lequel ?

SAM : Le tien.

DEAN : Ah oui, c’est vrai. [A voix basse] J’allais l’oublier celui-là.

Dean commence à partir.

SAM : Dean. Et tout ce qu’on fait ces temps-ci c’est chercher une solution pour t’en sortir.

DEAN : On tourne en rond, tu le sais bien.

Sam soupire.

DEAN : Sam, on a interrogé des professeurs, des mages, des sorcières et un tas de malades qui se croient d’une autre planète, et tout ça pour rien. On ne trouve pas Bela, on ne trouve pas le colt, alors en attendant un signe du bon dieu, je voudrais faire mon job.

SAM : Il reste quelqu’un qui pourrait t’aider.

DEAN : Non Sam. Non.

SAM : Dean, on devrait appeler Ruby.

DEAN : J’ai pas envie d’en discuter avec toi.

SAM : Elle connaît une façon de te sauver !

DEAN : C’est des salades.

SAM : Ah oui ? Et toi t’en est sûr ?

DEAN : Et oui.

SAM : Et comment ?

DEAN : Parce qu’elle me l’a dit.

SAM [Après un silence] : Quoi ?

DEAN : Ecoute-moi. Elle me l’a dit, elle a ajouté que rien ne pourrait me sauver.

SAM : Et toi t’a cru bien faire en choisissant de ne rien dire.

DEAN : Tu sais bien que je me fiche de ce que cette pétasse raconte, ça n’a rien changé.

Dean recommence à partir.

SAM : T’as encore de nombreux secrets comme ça ?

DEAN : Oh ça va, en matière de secrets, t’a rien à dire.

Sam après un silence s’avance pour aller jeter sa cannette.

DEAN : Alors, on va où ?

SAM [Avec ironie] : Quelque part dans l’Ohio.

On voit les deux frères arriver à Milan, dans l’Ohio. Ils se garent devant la maison de Ben Waters. On les voit ensuite interroger sa femme, à l’intérieur.

MME WATERS : Je l’ai trouvé … là.

DEAN : Racontez-nous tout ce que vous avez vu Mme Waters.

MME WATERS : En plus de mon mari, qui était là parterre ?

SAM : Oui, tout ce que vous avez vu d’autre. En entrant, madame.

Elle soupire.

MME WATERS : Du sang …, partout. Je n’ai vu que ça. Ensuite j’ai vu que le fil du téléphone avait été arraché et il y avait une bouteille de whisky, je ne peux rien vous dire d’autre.

SAM : Pourquoi il s’en était prit au téléphone ?

MME WATERS : J’en sais rien.

SAM : On peut jeter un coup d’œil ?

Mme Waters lui fait un signe de la main, et Sam va observer la scène.

MMA WATERS : J’ai déjà répondu aux questions des autres inspecteurs.

DEAN : C’est pour ça qu’on fera très vite madame.

Dean va lui aussi observer les lieux. Sam regarde dans l’historique du téléphone, et voit un appel de « SHA33 » à 11h04.

SAM : A quelle heure est mort votre mari ?

MME WATERS : Il est mort un peu après 11 heures du soir.

Sam fait un signe à Dean.

DEAN : A propos des appels téléphoniques ? Il n’en recevait pas ces temps-ci avec des interférences, des sortes de grésillements ?

MME WATERS : Non.

Dean fronce les sourcils.

MME WATERS : Non.

DEAN : Mme Waters, dissimuler des informations à la police est un crime très grave.

Sam se racle la gorge pour faire signe à Dean qu’il exagère.

DEAN : En tout cas ça l’était il n’y a pas longtemps.

MME WATERS [Après un soupir] : Il y a bien dix jours de ça, il y a eu ce …

DEAN : Ce quoi ?

MME WATERS : Il était plus de minuit, et j’ai entendu Ben dans son bureau. J’ai cru qu’il parlait à une femme.

SAM : Pourquoi avez-vous cru ça ?

MME WATERS : Parce qu’il l’appelait Linda. Alors …, j’ai pris l’appareil de la chambre et …, il n’y avait personne en ligne. Il avait une discussion avec personne.

SAM : Il n’y avait personne ?

MME WATERS : Non, il n’y avait que lui.

Après un regard vers Dean, Sam reprend.

SAM : Vous avez parlé de cet appel à Ben.

MME WATERS : Non, je sais que j’aurais du le faire, mais non.

SAM : Et il vous a dit qui était Linda ?

MME WATERS : Mais quelle importance ça a, il n’y avait personne en ligne.

Un peu plus tard, au motel, Dean est sur l’ordinateur, Sam est assis sur le lit.

DEAN : Elle est pas mal cette fille. Ah, elle l’était.

SAM : Ah, t’as trouvé ?

DEAN : Ouais, Linda Batman. Elle sortait avec Ben Waters quand ils étaient tous les deux étudiants.

SAM : Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

DEAN : Un chauffard les a percutés. Ben en a réchappé.

SAM : Alors …, c’est un retour de flamme d’une ex ?

DEAN : On pourrait le croire. Mais Linda a été brûlée. Alors pourquoi son esprit serait là ?

SAM : Euh. Ça je sais pas.

DEAN : Et toi, t’as avancé sur le numéro d’appel ?

SAM : Oui. C’est bien un numéro de téléphone.

DEAN : J’ai jamais vu un numéro comme ça.

SAM : Ouais, parce qu’il remonte à cent ans. A l’époque où il y avait encore des manivelles.

DEAN : Pourquoi quelqu’un appelle en utilisant ce numéro.

SAM : J’en sais rien, mais je crois qu’on devrait s’y intéresser.

DEAN : Qu’est-ce que tu veux qu’on fasse avec un numéro qui a plus de cent ans ?

Plus tard, les deux frères sont à la compagnie de téléphone pour se renseigner sur le numéro. Le directeur Clark Adams leur présente les lieux.

CLARK : On ne reçoit pas souvent de visiteurs du quartier général.

DEAN : On nous avait parlé d’un déjeuner qu’on devait prendre ici.

CLARK : Je pense qu’on peut facilement arranger ça. L’homme qui pourra vous apporter des précisions se trouve ici.

A ce moment, une grosse mouche vient vers Sam qui la balaye d’un signe de la main.

CLARK : Oui désolé, il y a des mouches et des insectes, c’est un taudis si vous voulez mon avis.

Ils entrent alors dans le bureau d’un employé.

CLARK : Stevie ?

C’est employé est en train de surfer sur des sites pornographiques.

CLARK : Je croyais t’avoir dit de veiller à ce que c’est endroit reste propre.

Stevie essaye de fermer toutes les fenêtres de sites pornographiques qui s’ouvrent, ce qui fait rire Sam.

STEVIE [A voix basse] : On est envahis de spam.

CLARK [Qui fait les présentations] : Stevie Mayers, Mr Campbell, Mr Raymi.

STEVIE : Oh mais c’est honteux, j’ai rien demandé.

Stevie est toujours occupé à fermer les fenêtres publicitaires, Clark lui donne alors une pichenette sur la tête.

CLARK : Du quartier général.

Stevie se retourne.

CLARK : Aide ces messieurs à trouver ce qu’ils veulent.

Clark s’en va.

DEAN : Merci.

SAM : Merci.

STEVIE : Et comment puis-je vous aider ?

DEAN : Oh mais c’est bustyasianbutties.com.

Stevie tourne la tête vers l’écran et voit que le site s’est encore ouvert, on entend des gémissements. Il ferme alors le site.

STEVIE : Peut-être bien.

DEAN : C’est super. Prenez l’abonnement mondial, ça vaut la peine.

SAM : Oui, en tout cas, on s’intéresse à ce numéro.

STEVIE : Où vous avez eu ça ?

SAM : Il s’est affiché.

STEVIE : Oh non, c’est impossible.

DEAN : Il n’a pas servi depuis des années, on le sait.

STEVIE : Depuis des années ? C’est préhistorique, croyez-moi. Personne sur terre n’utilise plus ce numéro.

SAM : Peut-être, vous voulez faire des recherches ?

STEVIE : SI vous voulez. Mais je vous préviens ça servira pas à grand chose.

DEAN : Ecoute Stevie, tu as là déjà au moins 6 motifs de violation du code du travail, et sans parler de l’avalanche de sites pornos qui encombre les ordinateurs. Alors quand mon collègue te dit de rechercher ce numéro, je te conseille de faire ce qu’il demande.

Stevie soupire, se retourne et commence à chercher.

STEVIE : Bon, comme vous voulez.

Après avoir saisi la recherche, une liste de réponses apparaît à l’écran de Stevie.

STEVIE : Alors là j’en reviens pas.

SAM : Quoi ?

STEVIE : C’est difficile de savoir d’où peut venir ce numéro. Mais on sait où il est allé par contre.

Stevie imprime la liste des résultats.

SAM : Je comprends pas.

Stevie lit la liste, et la tend à Sam.

STEVIE : Dix maisons différentes en moins de deux semaines. Et chaque fois les appels viennent du même numéro.

Alors que Dean et Sam inspectent la liste, Stevie va s’asseoir.

STEVIE [Après un silence] : Alors …, vous avez ce que vous voulez ? Parce que vous savez, je suis assez débordé.

Dean fait un sourire.

DEAN : Ouais.

Sam plie la liste et les deux frères s’en vont

.

***************

 

Un peu plus tard, on voit Sam arriver dans une voiture et se garer devant une maison. Il sort et va frapper à la porte. Un homme ouvre avec un petit enfant à côté.

L’HOMME : Oui ?

SAM : Bonjour, je suis de la compagnie du téléphone monsieur.

L’HOMME : Euh, oui, d’accord. Mais on ne vous a pas appelé.

SAM [Rires] : Non monsieur. Nous faisons une enquête dans tout le quartier, nous avons reçu beaucoup de plaintes ces temps-ci.

L’HOMME : Des plaintes ?

SAM : Oui, pour des bruits curieux.

A ce moment une fille arrive et regarde Sam parler.

SAM : Des lignes qui grésillent, ou des voix inconnues et bizarres à l’autre bout de la ligne.

L’HOMME : Nous n’avons rien eu de tout ça ici.

SAM : Rien du tout ?

L’HOMME : Non.
SAM : D’accord. C’est noté, et c’est rassurant. Merci.

L’HOMME : Aucun problème. [Au fils] Bon aller, tu viens.

Alors que l’homme est sur le point de fermer la porte, Sam voit la fille qui a un regard étrange.

L’HOMME [Au fils] : Allez dépêches-toi.

L’homme ferme la porte, et la fille repart dans la maison. Sam retourne à sa voiture, et alors qu’il l’ouvre, il voit la fille qui est ressortie.

LA FILLE : Vous n’êtes pas de la compagnie du téléphone.

SAM : Bien sûr que si.

LA FILLE : Les agents de la société n’ont pas de voiture de location. Ni des costumes bon marché.

SAM [Rires] : Oui. Bon …, j’ai moi aussi mes petits secrets.

LA FILLE : Pourquoi vous demandez si on entend des voix étranges au téléphone ?

SAM : Ça t’est arrivé récemment ?

LA FILLE : Non.

SAM : Pourtant j’en aurais donné ma tête à couper.

LA FILLE : Je vous dis que je n’ai rien entendu.

SAM : D’accord. Bon ben alors, je m’en vais.

La fille acquiesce mais semble gênée.

SAM : Mais dans le cas contraire, je te le dis, j’ai aussi traversé il y a quelques temps une période où j’ai connu ce que tu vis aujourd’hui. J’entendais des choses, je voyais des choses qu’on arrive pas à expliquer. Je me serais fait un plaisir d’essayer de t’aider un peu. Bon, enfin …

Sam commence à monter dans la voiture.

LA FILLE : Attendez. Peut-être bien. Peut-être bien que j’ai parlé au téléphone avec …, avec ma mère.

SAM : Mais ça n’a rien d’étrange.

LA FILLE : Elle est morte. Ça fait à peu près trois ans.

SAM : Et ça t’arrives souvent ?

LA FILLE : Non, pas tellement. C’est seulement depuis une semaine. J’ai bien cru que j’étais en train de devenir cinglée.

SAM : Alors je vais te dire une chose, et il va falloir que tu me crois sur parole : Tu n’es pas cinglée.

La fille esquisse un sourire. Plus tard, on revoit Sam en voiture, son téléphone sonne. Il décroche, c’est Dean, qui marche dans une rue.

SAM : Ouais ?

DEAN : L’autre fou n’arrête pas d’appeler dans toute la ville.

SAM : Ouais, c’est bon pour nous.

DEAN : J’ai parlé à une mamie de 84 ans qui s’est envoyée en l’air par téléphone avec son mari qui est mort en Corée. Ça remet complètement en question mes connaissances sur le sexe.

Au moment où Dean dit ça, une passante se retourne, et le regarde vulgairement.

SAM : Qu’est-ce qu’il se passe par ici d’après-toi ?

DEAN : Ouais, ça me dépasse, mais il faudrait le découvrir ou bien la situation va encore empirer.

SAM : Ouais. D’accord à tout à l’heure.

DEAN : Ouais.

Dean s’apprête à monter en voiture mais son téléphone sonne à nouveau. Il décroche.

DEAN : Oui quoi ?

On entend un bruit brouillé de l’autre côté.

DEAN : Sam ?

UNE VOIX : Dean ?

Il s’agit de la voix du père à Dean, John Winchester.

JOHN : Dean, c’est bien toi ?

DEAN : Papa ?

 

****************

 

On voit ensuite les deux frères au motel.

SAM : Papa ? C’est dingue ? T’es certain que c’était Papa ?

DEAN : J’en sais rien, peut-être pas.

SAM : Il avait l’air comment ?

DEAN : J’en sais rien moi. Tout ce que je sais c’est qu’on aurait dit Papa.

SAM : Qu’est-ce qu’il a dit ?

DEAN : Il a dit mon prénom.

SAM : C’est tout ?

DEAN : Oui, on a été coupés tout de suite.

SAM : Pour quelle raison tu crois qu’il appellerait ?

DEAN [Agacé] : J’en sais rien, pourquoi les fantômes appellent tout le monde en ville ? Et puisque les habitants du coin ont des appels d’un être proche, pourquoi pas nous ? Nous aussi on pourrait en avoir.

SAM : Hum …, oui c’est juste.

Dean va s’assoir en face de Sam.

DEAN : Alors qu’est-ce qu’on fait si …, si c’était lui tout à l’heure ? Si jamais il nous rappelle ?

SAM : Comment ça ?

DEAN : Qu’est-ce que je dis ?

SAM : Salut.

DEAN : Salut ?

Sam fait une expression d’ignorance avec son visage.

DEAN : C’est tout ce que tu lui dirais, salut ?

Dean prend sa veste et s’apprête à sortir.

DEAN : Salut ?

Dean s’en va alors à l’extérieur, et Sam soupire. Un peu plus tard, on voit Sam seul, au motel, devant son ordinateur. Dean entre dans la pièce.

DEAN : T’as du nouveau ?

SAM : Au bout de trois longues heures, j’en ai conclu qu’il y avait aucune raison pour que quoi que ce soit de surnaturel se passe dans cette ville.

DEAN : Ah, alors là, je croyais que tes études à Stanford et dans les écoles supérieures qu’on t’a payées auraient produit de meilleurs résultats que ça.

SAM [Avec un sourire ironique] : T’es hilarant.

DEAN : C’est parce que tu ne cherches pas au bon endroit.

SAM : Alors, où sont les bons endroits ?

Dean sort un papier de sa veste.

DEAN : Tiens, je t’ai rapporté ça.

Il pose le papier devant Sam.

DEAN : C’est à Milan, dans l’Ohio qu’est venu au monde Thomas Edison.

SAM : Oui c’est vrai, et alors ?

DEAN : Vas-y, lis.

Sam lit et lève la tête vers Dean, un sourire au coin des lèvres.

SAM : C’est une blague ?

Dean sourit à son tour et lève les yeux en guise de réponse.

 

***************

 

On voit ensuite les deux frères dans un musée, à l’intérieur d’un groupe de visiteurs, en train de suivre une guide.

LA GUIDE : Par ici avancez. Et …, nous avons là une pièce qu’on peut qualifier d’unique et d’une très grande valeur. Thomas Edison l’a appelé le téléphone des esprits. Est-ce que vous saviez que Mr Edison, en plus d’être le plus remarquable des inventeurs américains, avait toujours été un fervent occultiste ? Oooouuuuuhhh …

DEAN [A Sam] : Elle est agaçante avec ses doigts.

LA GUIDE : Il a passé des années à travailler sur ceci, son ultime invention, qui devait, selon lui, nous permettre de communiquer un jour avec l’au-delà. Ça ferait presque peur, hein ?

Elle jette un coup d’œil à sa montre et poursuit.

LA GUIDE : Oh. Allez venez, on avance. Allez on avance, on avance s’il vous plaît. Et on ne touche pas à ça madame, merci.

Bien évidemment les deux frères ne suivent pas le groupe, et restent dans la pièce.

LA GUIDE : On avance, on avance, on s’arrête.

Sam sort alors son détecteur d’ondes électromagnétiques et teste le « téléphone des esprits ».

DEAN : Quelque chose ?

SAM : Non.

DEAN : T’as une idée ?

SAM: Non, aucune. C’est qu’un tas de ferraille à mes yeux, rien de plus.

DEAN : C’est vrai que c’est plutôt vieux.

SAM : On sait pas comment ça fonctionnait.

DEAN : C’est vrai. Peut-être bien que ça fonctionne comme une radio qui appelle tous les morts qui sont en ville.

SAM : Mm, ça se peut.

DEAN : Le numéro qui appelle a une centaine d’années, c’est-à-dire qu’il date de l’époque de cet appareil.

SAM : Oui, mais pourquoi est-ce qu’il se réveillerait aujourd’hui ?

DEAN : J’en sais rien. Mais tant que les esprits s’adressent aux vivants de la ville, on a une bonne raison de rester.

SAM : Oui, c’est vrai.

DEAN : C’était peut-être papa alors.

Il soupire et lève un regard vers Sam. Plus tard, dans la nuit, on voit Sam en train de dormir, et Dean assit sur une chaise, devant son téléphone, en train d’attendre l’appel de son père. Le téléphone sonne et affiche « SHA33 ». Dean décroche et va vers la salle de bain.

DEAN [En chuchotant] : Papa ?

JOHN : Dean.

DEAN : C’est bien toi ?

JOHN : Oui, c’est moi.

Dean ferme la porte de la salle de bain.

DEAN : Comment je peux en être sûr ?

JOHN : Tu ne peux pas. Dean, comment as tu pu faire ça ?

DEAN : J’ai fait quoi ?              

JOHN : Vendre ton âme.

DEAN : Papa, tu m’avais demandé de veiller sur Sammy.

JOHN : Je n’ai jamais voulu ça. Jamais. Tu es mon fils et je t’aime. Je peux pas te voir aller en enfer.

DEAN : Papa, je sais pas de quelle façon l’empêcher.

JOHN : Si tu romps le pacte, Sam mourra, c’est ça ?

DEAN: Quoi ?

JOHN : Je connais un moyen de vous en sortir tous les deux.

DEAN : Comment ?

JOHN : Le démon qui détient ton contrat se trouve ici. En ce moment.

 

***************

 

On voit en parallèle, la fille avec laquelle Sam avait parlé, Lanie Greenfield. Elle est en train de chatter sur Internet.

LANIE : D’accord, je te vois demain.

Lanie reçoit alors un message de sa mère, décédée.

LA MERE : Lanie, c’est toi ?

LANIE : Maman ?

LA MERE : Je t’ai posé une question hier soir, y as-tu réfléchi ?

LANIE : Je ne sais pas ce que tu veux.

LA MERE : Bien sûr que tu le sais, je veux te voir.

LANIE : Je suis allée te voir au cimetière.

LA MERE : Ce n’est pas ce que je veux dire.

LANIE : Mais j’ai peur.

LA MERE : N’ai pas peur, je suis ici avec toi.

Soudain, l’écran devient noir, et on voit la webcam de Lanie qui la filme. Mais on voit une femme apparaître derrière Lanie sur l’écran. Lanie est terrifiée. La mère pose sa main sur l’épaule de Lanie, et celle-ci, effrayée se retourne instinctivement. Lanie se lève de sa chaise et éteint son écran. Lanie commence à pleurer, mais l’écran de son ordinateur se rallume soudain affichant sans arrêt « Come to me ».

LA MERE : Rejoins-moi. [Des centaines de fois].

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean au motel, en train de faire des recherches sur l’ordinateur portable. Sam entre dans la pièce.

DEAN : Alors, quoi de neuf ?

SAM : La petite Lanie, l’esprit de sa mère lui a mené la vie dure hier soir.

DEAN : Ça sent pas bon.

SAM : Comme tu dis. Qu’est-ce que tu fais ?

DEAN : Je crois que Papa a raison, et que le démon est ici.

Il se lève et tend une feuille à Sam.

DEAN : Regarde ça.

Sam regarde la feuille.

SAM : Des rapports de la météo ?

DEAN : C’est une preuve de la présence de démons, il y a des orages électriques partout où on est passés ces dernières semaines.

SAM : Je ne me souviens pas avoir vu la moindre tempête.

DEAN : Moi je me souviens pas que t’avais étudié la météorologie. Mais je peux te dire que ce fumier n’est pas très loin de moi et avec une apparence humaine.

SAM : Alors tu dis qu’il te suivrait parce que …

DEAN : Je crois que je représente un gibier important qu’il veut toujours avoir sous les yeux.

SAM : Ouais, ouais.

Dean reprend les feuilles, agacé.

DEAN : Cache ton enthousiasme, Sammy, tu me remontes le moral.

SAM : Ecoute, je serais ravi de pouvoir te croire mais …

DEAN : Mais alors crois-moi ! Si on trouve cette ordure, ce sera le bonheur complet.

SAM : Il n’y a pas que ça, cet exorcisme que papa t’a donné qui peut tuer un démon. Pas seulement le réexpédier en enfer, mais le tuer.

DEAN : Ouais, j’ai vérifié. Ça remonte au moyen-âge. Au quinzième siècle.

SAM : Je sais, je l’ai aussi vérifié. Et Bobby aussi.

DEAN [Après un silence] : Et alors ?

SAM : Ecoute, c’est effectivement un exorcisme, oui, mais rien ne prouve qu’il ait la force de tuer un démon.

DEAN : Ni qu’il ne l’a pas.

SAM : Oh, s’il-te-plaît Dean.

DEAN : Autant que je sache, il n’y en a qu’un qui est effectivement allé en enfer, c’est Papa, et on peut bien espérer de sa part qu’il découvre certains secrets et un exorcisme efficace.

SAM : Peut-être, ouais d’accord, et je l’espère aussi tu le sais, mais il faut en être sûrs.

DEAN : Qu’est-ce qui t’ennuie ?

SAM : On ne sait toujours rien de ce qui est en train d’arriver ici. On peut seulement affirmer qu’un type s’est suicidé et qu’une jeune fille a eu une frousse terrible.

DEAN : Ah oui, bravo, deux personnes dans cette ville ont une peur bleue des fantômes, grande nouvelle Sam, mais c’est bien normal que ces personnes aient peur des fantômes.

Sam soupire, sans savoir que dire.

SAM : Papa t’a dit où trouver le démon ?

Dean lève son portable.

DEAN : J’attends qu’il téléphone.

SAM [Après un silence] : J’ai dit à Lanie que je passerai la voir.

Sam se retourne et commence à partir.

DEAN : Oh …, ouais c’est ça, va rassurer cette fille et laisses-moi seul.

Sam se retourne vers Dean.

DEAN : Va regarder la télévision avec elle. Pendant que je serais là à essayer de me battre. Et de me sauver la vie.

Sam regarde Dean et se retourne sans rien dire, laissant Dean choqué.

DEAN : Alors toi t’es vraiment incroyable. Il y a plusieurs mois déjà qu’on se bagarre pour annuler ce fameux contrat, et aujourd’hui papa va nous dire où trouver celui qui le détient et t’es septique ? Il est mort je te signale alors tu vas pas le contredire.

SAM : Non attends, c’est pas ça que j’ai.

DEAN : Alors qu’est-ce que c’est ?

SAM : La vérité, c’est qu’on a toujours aucune preuve Dean ! Il faut être lucide, tout ce que t’as, c’est seulement tes convictions !

DEAN : Des convictions peut-être. Mais peut-être aussi que j’ai raison.

Les deux frères semblent très énervés, surtout Dean.

SAM [Après un silence] : Dean, s’il-te-plaît, est-ce que tu voudrais attendre que je revienne pour sortie de cette chambre ? S’il-te-plaît ?

Dean regarde Sam droit dans les yeux mais ne répond pas. Sam agacé se retourne et s’en va. Dean énervé  va s’assoir sur une chaise.

 

***************

 

On revoit ensuite Sam chez Lanie.

SAM : T’en a parlé à ton père ?

LANIE : Pour l’embêter à son bureau ? Non. De toute façon, il m’aurait pas cru, en plus j’aurais été punie.

SAM : Qu’est-ce que ta mère t’a dit ?

LANIE : Que je vienne auprès d’elle, et j’ai pensé qu’il fallait que j’aille la voir au cimetière.

SAM : Et alors ?

LANIE : Il s’est rien passé là-bas. [Après un silence] Mais ensuite elle a voulu me faire faire des choses.

SAM : Quelles sortes de choses ?

LANIE : De mauvaises choses.

On voit dans une autre pièce le frère à Lanie en train de jouer avec une voiture. Soudain son téléphone en jouet se met à sonner. Le garçon, qui s’appelle Simon va décrocher.

SIMON : Allô ? Simon Greenfield à l’appareil.

« SHA33 » s’affiche sur l’afficheur.

SIMON : Bonjour maman. Oui, je veux te voir. Où tu es ?

En parallèle, on voit Dean au motel, toujours assis devant la table, en train d’attendre l’appel de son père. Son portable se met à sonner ; il décroche.

DEAN : Papa ?

JOHN : Dean.

DEAN : Où est le démon ?

On revient à la scène avec Sam et Lanie. Celle-ci pleure.

SAM : S’il-te-plaît, Lanie. Dis-moi ce qui s’est passé, c’est très important.

LANIE [Avec des sanglots] : Maman m’a dit d’aller à l’armoire de la salle de bain.

Elle se retourne vers Sam.

SAM : Et alors ?

LANIE : Elle voulait que j’avale les somnifères, tous ceux que gardait papa.

SAM : Elle voulait te les faire avaler ?

Lanie, acquiesce. Elle est en larmes.

LANIE : Pourquoi ma mère m’a demandé de faire ça ?

SAM : J’en sais rien.

LANIE: C’est seulement pour que je la rejoigne ?

Sam a un déclic, on peut le voir sur son visage.

SAM : Qu’est-ce que tu dis ?

LANIE : Elle voulait me voir auprès d’elle.

SAM : Non, non, non. Attends, qu’est-ce qu’elle a dit exactement.

LANIE : Rejoins-moi. Elle a répété ça des dizaines de fois.

SAM [Après un silence] : Lanie. Ce n’était pas ta mère.

Toujours en parallèle, on voit Dean se garer, en voiture devant une maison. Il sort de sa voiture, prend son sac dans son coffre et va vers la maison.

Retour à la scène de Sam et Lanie.

SAM : Ecoute bien. Ne réponds pas au téléphone, ne touches pas à l’ordinateur, ne fais rien du tout avant que je revienne, d’accord ?

Lanie s’est arrêtée devant une pièce et ne bouge plus.

SAM : Lanie ?

LANIE : Où est Simon ?

Retour à la scène avec Dean.

Il entre dans une maison.

DEAN : Hé ho ?

Retour à la scène de la famille Greenfield.

On voit Simon, le cadet, qui traverse la route, calmement, comme si de rien n’était.

Retour à la scène avec Dean.

On le voit plonger un chapelet dans une bouteille d’eau afin de la bénir. Il enlève ensuite un tapis et dessine au dessous, avec de la peinture, un pentagramme pour piéger les démons.

Retour à la scène avec Simon.

IL continue à traverser la route, sans vérifier la présence de voitures. Soudain, un camion arrive vers lui, et ne l’aperçoit qu’au dernier moment. Il klaxonne et fort heureusement, Sam arrive, agrippe Simon et le ramène rapidement sur l’herbe, au bord de la route.

 

***************

 

Plus tard, on voit Sam en voiture, au téléphone avec Dean.

SAM : Dean c’est pas papa.

DEAN : Alors qui est-ce ?

SAM : Un Crocota.

DEAN : C’est quoi, un sandwich ?

SAM : Un espèce de nécrophage qui prend la voix des êtres aimés, il murmure « rejoins-moi » et les attend dans le noir et ensuite leur vole leur âme.

DEAN : Un Crocota ? Ouais, c’est vrai que ça tient debout.

SAM : Je suis désolé pour toi, parce que, je sais que …

DEAN : Ils vivent dans les ordures ?

SAM : Oui.

DEAN : Tu te souviens des mouches à la compagnie du téléphone ?

Sam soupire et raccroche.

On le voit plus tard, à la compagnie du téléphone. Il observe à travers une vitre Stevie Mayers, mais entend soudain un bruit, il regarde autour de lui, mais ne voit rien. Quand il regarde à nouveau à travers la grille, il voit que Stevie s’est levé et s’apprête à sortir. Sam s’en va alors de la zone. Un peu plus tard, on voit Stevie sortir de l’entreprise, Sam est caché derrière une voiture, et appelle Dean. Il laisse un message car celui-ci ne répond pas.

MESSAGERIE : Ici Robert Mouchetard, laissez votre message.

SAM [A voix basse] : Dean, j’appelle du parking, il est là, j’y vais.

Sam soupire. Alors que Stevie ouvre sa voiture, Sam arrive et le plaque contre sa voiture, un couteau derrière la gorge. Stevie crie.

STEVIE : Hé arrêtez !

SAM : Je sais ce que tu es.

STEVIE : Attendez m’sieur hé !

SAM : Je sais comment te tuer.

STEVIE : Attendez, attendez une minute. Attendez, si votre facture de téléphone est trop salée, comptez sur moi, je peux facilement vous arranger le coup, faites-moi confiance.

Sam ne comprend pas la réaction de Stevie.

STEVIE : Attendez, attendez, ne me tuez pas.

On voit un homme se lever derrière Sam. Il s’agit du directeur de l’agence, Clark Adams.

STEVIE : Je vous en prie, pas ça.

Clark lève une batte de baseball derrière Sam, et lui frappe dessus. Sam s’écroule au sol. Stevie est soulagé.

STEVIE : Ha, ha, ha, ha, ha. Ouais. Et voilà ce qui se passe quand on s’en prend à votre compagnie du téléphone les têtes de cons. [Rires] Oh dieu merci Clark.

Il voit alors que Clark ne rit pas. Celui-ci commence à lever sa batte.

CLARK : Il n’y a pas de quoi.

STEVIE : Clark ?

Clark frappe alors sur Stevie qui hurle.

 

***************

 

On voit alors Sam et Stevie, ligotés sur des chaises, à l’intérieur de l’agence de téléphone. Sam est assommé alors que Stevie est conscient et gémit. Clark et debout et s’approche de Stevie avec un couteau.

STEVIE : Je vous demande pardon Clark. Je m’en veux de vous avoir mis en colère, croyez-moi, je suis désolé.

Sam se réveille alors.

SAM : Une minute, une minute. Ne faites pas ça.

CLARK : Tu es réveillé ?

STEVIE : Vous avez rien d’un tueur, il y a …, il y a du bon en vous, je le sais.

CLARK : Il y a du bon en moi ?

STEVIE : Ouais.

CLARK : Tu approuves Sammy ?

SAM : Laissez-le partir.

STEVIE : Laissez-moi …

CLARK : J’aimerais. C’est vrai j’aimerais. L’ennui c’est que j’ai mangé seulement une salade pour le déjeuner et alors …

Clark lève alors le couteau.

CLARK : Je meurs de faim.

SAM : NON !

Clark poignarde alors Stevie qui crie avant de mourir. Ensuite Clark ouvre sa bouche de Crocota, remplie de dents longues et acérées et se place devant Stevie pour aspirer son âme qui quitte petit à petit le corps du jeune employé. Sam regarde péniblement la scène. Enfin, une fois fini, Clark s’essuie la bouche. Sam soupire.

SAM : L’appel soi-disant de Dean, ça venait de vous ? Vous m’avez conduit ici.

Clark tourne la tête vers Sam.

CLARK : Je reçois certains appels, j’en passe certains autres, mais, il faut l’admettre, je vous ai assez facilement roulé. Toutes ces idioties sur l’invention d’Edison. [Rires] C’est fou.

Clark touche alors un tableau électrique, et semble se concentrer dans une tâche étrange.

SAM : Qu’est-ce que vous faites ?

CLARK : J’espère tuer ton frère. Ou bien peut-être, tuer quelqu’un d’autre, on verra comment tournent les choses.

Au même moment, on voit un homme dans le vestiaire d’un poste de police qui remet sa veste. Son téléphone sonne. Il décroche.

L’HOMME : Allô ?

UNE FILLE : Allô papa.

L’HOMME : Oui ma puce. Je t’avais dit de pas téléphoner au poste.

LA FILLE : Oui, je sais papa.

L’HOMME : Et quand je t’entends, ça me fait de la peine. Je pleure chaque fois que je pense à toi.

LA FILLE : Il fallait que je t’appelle. Je sais qui m’a tué papa.

L’HOMME : Quoi ?

LA FILLE : Oui, l’homme qui m’a tué est à la maison en ce moment.

L’HOMME : Qu’ …, qu’ …, tu veux redire ça s’il-te-plaît ?

LA FILLE : Il est à la maison je te dis. Il veut te tuer toi aussi.

Le père a un visage d’effroi. Il raccroche alors.

Retour à la scène avec le crocota.

Il enlève le couteau du corps à Stevie

SAM : Imiter Dean c’est une chose. Mais imiter mon père, là c’est autre chose.

CLARK : Je vous ai connus chez les chasseurs, c’est facile.

Il repousse ensuite Stevie au fond de la pièce.

CLARK : J’ai trouvé le numéro de Dean, ensuite ton numéro, et après celui de votre père. Et puis les e-mails …

Clark s’approche de Sam avec son couteau alors que celui-ci essaie discrètement de libérer ses poignets.

CLARK : … les répondeurs, et tout le reste. C’est bizarre, les gens croient que toutes ces choses là s’effacent à jamais. Mais c’est faux. C’est absolument surprenant de voir toutes les traces que quelqu’un peut laisser autour de lui …

Clark a maintenant son couteau très près de Sam. Sam a bientôt fini de se libérer.

CLARK : … et qu’on peut facilement repérer.

SAM : Dean ne se fera pas avoir comme ça.

Clark fait un signe de tête.

SAM : Il ne tuera pas ce policier.

CLARK : Alors c’est lui qui sera tué …

Retour à la scène avec Dean.

On voit Dean dans la maison qui voit des feux s’approcher de la maison, et une voiture se garer. Dean s’approche alors de la porte d’entrée, avec sa bouteille remplie d’eau bénite, et l’ouvre pour préparer le combat. Il regarde alors vers la porte, et alors qu’il se retourne, celle-ci s’ouvre brusquement et le policier qu’on avait vu auparavant entre brusquement, persuadé que Dean est le tueur de sa fille alors que Dean est persuadé que cet homme est un démon. L’homme sort un fusil et tire vers Dean qui se baisse au dernier moment. Dean se cache au coin d’une pièce, sa bouteille d’eau est tombée au sol, et se vide. Alors que l’homme recharge son fusil, Dean court vers lui et le plaque contre le mur avant de lui donner plusieurs coups de poings. C’est ensuite l’homme qui attrape Dean et qui le plaque sur une table pour lui asséner une raclée. Dean s’en sort finalement et met l’homme au sol, enchaînant plusieurs coups de pieds dans son abdomen.

Retour à la scène avec le Crocota.

CLARK : La technologie …, elle nous simplifie tellement l’existence. Autrefois, je me cachais dans les bois pendant des jours, des semaines, je m’adressais aux villageois pour les faire venir à moi, dans le noir. Mais ce n’était pas pareil. Ils veillaient tous les uns sur les autres.

On voit Sam qui a presque détaché le  nœud autour de ses poignets.

CLARK : J’avais de la chance si j’avalais une ou deux âmes dans l’année. [Il pointe son couteau sur Sam] Mais aujourd’hui quand j’ai faim, j’ai simplement à téléphoner à quelqu’un. Vous êtes tous connectés entre vous. Mais vous n’avez jamais été aussi seuls.

Le Crocota ouvre alors sa bouche et lève son couteau pour tuer Sam. Mais celui-ci se détache et va se battre contre le Crocota. Il le plaque au sol, lui enlevant le couteau des mains. Mais Clark agrippe Sam et l’envoie valser sur un grillage. Il en profite pour récupérer le couteau et part en courant vers Sam pour le tuer.

Changement de scène : retour à Dean et à l’homme.

On voit Dean qui plaque le policier en défonçant la porte. Il enlève alors le pistolet du policier, et le décharge avant de le jeter au sol. Il soulève alors le tapis pour montrer au policier qu’il se trouve dans un piège à démons. Le policier voit le pentagramme mais ne comprend pas. Dean sort alors une petite feuille de son jean contenant l’exorcisme.

LE POLICIER : Qu’est-ce que c’est ?

DEAN : Ta fin, ordure.

L’homme se relève et regarde Dean.

DEAN : Exorcizamus te, immunde spiritu. Exorcizamus te, …

On voit alors l’homme qui commence à sortir du pentagramme.

LE POLICIER : Tu as aussi fait ça à ma fille ?

Dean a un regard exorbité : il ne comprend plus rien et semble très gêné.

DEAN : Comment t’as réussi à sortir ?

LE POLICIER [En criant] : C’est ça que tu as fait à ma fille ?

Dean comprends et essaye d’arranger la situation, bien que le policier soit très énervé.

DEAN : Non, il y a un malentendu.

LE POLICIER : Tu l’as tuée !

Le policier agrippe alors Dean et recommence à se battre avec lui.

DEAN : Attendez !

Retour à la scène du Crocota.

Sam maitrise le Crocota et le tient à peut près sur une table, essayant de tenir à distance la main qui tient le couteau. Mais Clark lui assène un coup de poing qui le déstabilise et fait reprendre l’avantage au Crocota. Sam se tient debout en face de lui, à mains nues, et Clark tient fermement son couteau. Alors qu’il essaie de poignarder Sam, celui-ci l’arrête et le tient tant bien que mal contre un mur. On voit que la tête du Crocota s’approche d’un pique planté dans le mur, sans le toucher. Sam réussit à prendre l’avantage et frappe la tête de Clark qui se plante dans le pique. Du sang gicle et coule de sa bouche. Sam soupire.

Retour à la scène avec Dean.

Le policier met Dean à terre, lui crie dessus et le frappe.

DEAN : Arrêtez, j’ai rien fait ! Vous devez me croire !

Dean réussit à attraper le fusil qui était au sol et frappe l’homme avec. Il se relève et voit l’homme au sol, en train de pleurer.

LE POLICIER [En larmes] : Mais pourquoi tu l’as tuée …

DEAN : Je l’ai pas tuée. J’ai rien à voir avec tout ça.

L’homme s’arrête alors de pleurer.

LE POLICIER [Sec] : Alors qu’est-ce que vous fichez ici ?

DEAN [Après un silence] : Je n’en sais rien.

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean au motel en train d’appliquer un gant sur son visage pour calmer un hématome qu’il a eu pendant son combat. Sam arrive au motel, et vient voir Dean.

DEAN : Dis-donc, t’es moins laid qu’avant.

Sam est lui aussi contusionné.

SAM : J’allais dire la même chose de toi.

DEAN : Mm.

Il pose le gant et sort de la salle de bain.

DEAN : Un Crocota alors hein ?

SAM : Oui.

DEAN : Ça explique les mouches.

SAM : Oui c’est vrai.

Les deux frères s’assoient côte à côte, sur le lit.

SAM : Hé, hum …, j’aurais aimé que ça soit papa.

DEAN : Je t’ai compliqué la vie cette fois-ci.

SAM : Non.

DEAN : Non, t’avais raison.

SAM : Ça va, oublies.

DEAN : Je peux pas. Je voulais tellement croire qu’on pourrait trouver une solution à tout ça. J’aimerais pouvoir penser à autre chose …, qu’à l’enfer.

Sam regarde Dean.

DEAN : Je me dis qu’il est bien réel, et qu’il approche.

SAM : Oui.

DEAN [Après un silence] : J’ai peur Sam. Je meurs de trouille.

Sam est compatissant.

SAM : Je sais.

DEAN [Après un silence] : Je crois que je suis près à gober n’importe quoi. Et à faire sans réfléchir un acte désespéré.

SAM : Il n’y a rien de mal à avoir un espoir Dean.

DEAN : L’espoir est forcément limité. Je ne peux pas, je peux pas espérer que mon père apparaisse et fasse un miracle à la dernière seconde. Je peux pas espérer que d’autres le fassent. Non, la seule personne qui peut me sortir de là c’est moi.

SAM [Après un silence] : Et moi.

Il regarde Dean.

DEAN : Et moi ?

SAM : Quoi ?

DEAN : C’est une révélation, c’est un grand moment de vérité et c’est tout ce que tu me proposes : et moi ?

SAM : Tu veux un poème ?

DEAN : C’est trop tard.

Sam sourit et Dean allume la télé.

DEAN : Boit une bière.

Il tend une bière à Sam qui se sert et qui commence à boire en même temps que son frère Dean.

 

FIN DE L’EPISODE

 

Ecrit par rafijolis.

TRANSCRIPT VO DE “LONG-DISTANCE CALL”, SAISON 3 EPISODE 14

 

Shot of the outside of a house, it is raining. Thunder crashes.

 

INT. HOUSE, NIGHT

A man, BEN, is pouring himself a drink in his study and sips some. As he walks around the room, the phone starts ringing. Caller ID indicates “SHA33”. He picks it up.  Static over the phone.

BEN: Hello?

WOMAN over phone: Ben.

BEN: Linda.

LINDA: I had to talk to you.

BEN: You can’t keep calling here.

LINDA: I know, I know. Just -- Just tell me you thought about it, please.

BEN: There’s nothing to think about.

LINDA: Don’t say that.

BEN: I can’t. You know I can’t. My wife…

LINDA: I’m begging you. Come to me. Come to me, Ben.

BEN: No.  (hangs up and drinks.)

The phone rings again. Same caller ID, same static over the phone.

BEN: (on the phone) Linda, please. Please just leave me alone.

LINDA: I’m not gonna stop. I miss you, Ben. We could be happy. We could be happy together.

BEN: This is -- This is crazy.

LINDA: I love you. Forever. Don’t you love me?

BEN: You know I do. More than anything. But… I’m sorry.

LINDA: Ben, wait --

BEN hangs up again. The phone immediately resumes ringing. BEN  smashes the receiver on the phone, then throws the phone across the room, ripping the plug from the wall. BEN sighs, looking distressed. The phone, on the floor and not connected to the plug, starts ringing once more, with insistence. BEN looks desperate. He opens the drawer of his desk and takes a gun.

BEN: Okay, Linda. You win. (takes a big breath and puts the gun under his chin, cocks it) I’m coming.

The phone indicates SHA33. Gunshot sound, a thud, and shot of the phone covered in blood spatter.

FADE TO BLACK.

TITLE CARD

“LONG-DISTANCE CALL”

 

EXT. DAY.

DEAN is sitting on a public bench on what appears to be a university campus, talking on the phone. SAM is walking towards him.

DEAN: Yep. I got it. Okay, bye. (hangs up and throws a soda can at SAM, finishing to eat his sandwich) So?

SAM: (catches the can) So, the professor doesn’t know crap.

DEAN: Shocking.

SAM: Yeah.

DEAN: Pack your panties, Sammy. We’re hitting the road. (starts leaving)

SAM: What? What’s up?

DEAN: (turns to face him) That was Bobby. Some banker guy blew his head off in Ohio, and he thinks there’s a spirit involved.

SAM: So you two were talking a case?

DEAN: (sarcastically) No, we were uh, we were actually talking about our feelings. And then our favorite boy bands. Yeah, we were talking a case.

SAM: So, a spirit? What?

DEAN: Yeah well, the banker was complaining about some electrical problems at this pad for like a week. Phones going haywire. Computers flipping on and off. Uh?

SAM: Uh-huh.

DEAN: This is not ringing your bell?

SAM: Well, sure, yeah. But, Dean, we’re on a case.

DEAN: (looking confused) Whose?

SAM: Yours.

DEAN: Right, yeah. Well, could have fooled me. (turns again)

SAM: Well, what the hell else have we been doing lately other than trying to break your deal?

DEAN: (faces SAM and comes closer) Chasing our tails, that’s what. Sam, we’ve talked to every professor, witch, soothsayer, and two-bit carny act in the lower 48, nobody knows squat. And we can’t find Bela, we can’t find the Colt. So until we actually find something, I’d like to do my job.

SAM: Well, there’s one thing we haven’t tried yet.

DEAN: No, Sam --

SAM: Dean, we should summon Ruby.

DEAN: I’m not gonna have this fight with you.

SAM: She says she knows how to save you.

DEAN: (getting annoyed) Well, she can’t!

SAM: Oh really, you know that for sure?

DEAN: I do.

SAM: How?

DEAN: Because she told me, okay?

SAM looks puzzled, and DEAN looks away, annoyed to have said that out loud.

SAM: … What?

DEAN: She told me, flat out, that she could not save me, nobody can.

SAM: (nods his head in disbelief) And you just somehow neglected to mention this to me?

DEAN: Well, you know, I really don’t care what that bitch thinks and neither should you, so… (turns again to leave)

SAM: So now you’re keeping secrets from me, Dean?

DEAN: (turns back to SAM) You really wanna talk about who’s keeping secrets from who?

SAM sulks, then goes away.

DEAN: Now where you going?

SAM: (turns to DEAN) Guess I’m going to Ohio.

DEAN waits a second, then follows him.

 

CUT TO: EXT. DAY

MILAN, OHIO. BANKER BEN’S HOUSE

The Impala is pulling into the driveway.

CONTINUING: INT. HOUSE, DAY

SAM and DEAN, wearing their detective suits, are following BEN’s wife, MRS WATERS, around the house.

MRS WATERS: (showing the place in the study) I found him there.

DEAN: Why don’t you just tell us everything you saw, Mrs. Waters?

MRS WATERS: (looking annoyed) You mean, besides my dead husband?

SAM: (trying to soothe her) Just everything else you saw, please.

MRS WATERS: (sighs) There was uh, blood, everywhere. The phone was ripped from the wall, his favorite Scotch on the desk -- What else could you possibly wanna know?

SAM: Why was the phone ripped from the wall?

MRS WATERS: I don’t know.

SAM:  You mind if I take a look?

MRS WATERS: (gesturing to tell him to go ahead) I already went over all this with the other detectives.

DEAN: (nodding apologetically) We’ll be out of your hair in no time, ma’am.

MRS WATERS sighs again. DEAN goes towards the desk. SAM is checking the last calls list on the phone. He finds the SHA33 number and the hour of the call, 11:04.

SAM: Ma’am, what time did your husband die?

MRS WATERS: Sometime after 11.

DEAN looks questioningly at SAM, who motions towards the phone.

DEAN: What about strange phone calls? Received any of those lately? Weird interference, static, anything like that?

MRS WATERS: (answering a bit too quickly) No. (DEAN looks unconvinced) No…

DEAN: Mrs. Waters, withholding information from the police is a capital offense.

MRS WATERS looks puzzled. SAM clears his throat loudly to tell him not to exaggerate. DEAN looks at SAM, rolls his eyes.

DEAN: (turning) In some parts of the world, I’m sure. (faces MRS WATERS again)

MRS WATERS: (sighs, then) A couple of weeks ago, uh, there was this --

DEAN: This what?

MRS WATERS: (sighs) I woke up one morning. I heard Ben in his study. I thought he was talking to a woman.

SAM: What made you think that?

MRS WATERS: Because he kept calling her Linda. (SAM comes closer, clearly interested) The thing is, I picked up the other line, and…  Nobody was there, Ben was talking to nobody.

SAM: There was nothing?

MRS WATERS: Just static.

SAM and DEAN exchange a meaningful glance.

SAM: You ever speak to Ben about this phone call?

MRS WATERS: No. I should‘ve, but no.

SAM: Did he ever say who Linda was?

MRS WATERS: (starting to get both depressed and angry) What difference does it make? There was no one on the other end!

DEAN nods.

 

CUT TO: INT. MOTEL, DAY

DEAN is checking yearbook photos and newspaper articles on the laptop while SAM is sitting on the bed.

DEAN: Linda’s a babe. Or was.

SAM: Find her?

DEAN: Yeah, Linda Bateman. She and, uh, Ben Waters were high-school sweethearts --

SAM: So what happened?

DEAN: Drunk driver hit them head on. Ben walked away.

SAM: So, what then? Dead flame calls to chat?

DEAN: You would think. But Linda was cremated. So why is she still floating around? (stands up and goes to SAM)

SAM: (scoffs, then) Uh, you got me.

DEAN: What about that, uh, caller ID?

SAM: Turns out it’s a phone number.

DEAN: No phone number I’ve ever seen.

SAM: Yeah, because it’s about a century old, from back when phones had cranks.

DEAN: So why use that number to reach out and call someone?

SAM: You got me there too, but either way we should run a trace on it.

DEAN: Well how the hell are we gonna trace a number that’s over 100 years old?

 

CUT TO: INT. PHONE COMPANY BUILDING, DAY

SAM and DEAN are shown down the basement of the phone company by CLARK, the manager.

CLARK : We don’t get too many folks from HQ down here.

DEAN: Yes, well, the main office mentioned that there would be a lunch.

CLARK : Well, I’m sure we can arrange something. The man you gentlemen wanna be speaking to is right this -- (SAM  gets rid of a big fly that was buzzing around his ear) I know, sorry. Uh, got something of a hygiene issue down here, if you ask me.

CLARK enters a room full of monitors and keyboards, SAM and DEAN follow.

CLARK: Stewie?

STEWIE, the seedy-looking tech, turns from the porn site he has been looking at. The room is dirty, which trash everywhere. SAM and DEAN look around, amused.

CLARK: What did I tell you about keeping this place clean?

STEWIE: (hurrying to close all the porn websites on his screen) Spam mail, spam mail!

CLARK: (sighing) Stewie Meyers. Mr. Campbell, Mr. Raimi.

STEWIE: I don’t know how all this got here! (CLARK slaps the back of his head, STEWIE grunts).

CLARK: From headquarters.

STEWIE: (finally turning to face them) Oh.

CLARK: You give these gentlemen whatever they need.

STEWIE nods, CLARK nods towards SAM and DEAN and leaves.

DEAN: Thank you.

SAM: Thanks.

STEWIE: So… Can I help you?

DEAN: (nodding towards the screen) Is that uh, bustyasianbeauties.com?

STEWIE: No. (the pop-ups reappear on screen, he closes them) Maybe.

DEAN: Word to the wise: platinum membership. Worth every penny, huh?

SAM: Right, anyway. Um, we’re here to trace a number. (pulls a piece of paper from his jacket and gives it to STEWIE)

STEWIE: (looks at it) Where did you get this?

SAM: Off caller ID.

STEWIE: Oh no, that’s impossible.

DEAN: Hasn’t been used in a few years, we know.

STEWIE: A few years? It’s prehistoric. Trust me, nobody’s using this number anymore.

SAM: Sure. Could you run it anyway?

STEWIE: Sure. Why don’t I just rearrange my whole life first?

DEAN: Listen, uh, Stewie. (looking around) You got, like, six kinds of employee-code violations down here, not to mention the sickening porn clogging up your hard drive. (STEWIE clears his throat, looking embarrassed) When my partner says run the number, I suggest you run the number.

STEWIE looks at SAM, who’s giving him the hard look, then turns reluctantly back to his monitor.

DEAN exchanges a proud look with SAM, who seems to approve his technique.

STEWIE punches the number in, and a list of calls appears on the screen.

STEWIE: Holy crap.

SAM: What?

STEWIE: I can’t tell you where the number comes from. (prints the results) But I can tell you where it’s been going.

SAM: What do you mean?

STEWIE: (picking up the results page from the printer) Ten different houses on the past two weeks (gives the paper to SAM) all got calls from the same number.

They all exchange a look. SAM and DEAN are still looking at the paper. STEWIE goes back to his computer.

STEWIE: So, are we done here? Because I was sort of busy…

DEAN: (getting what he means, looks appreciative) Right.

SAM and DEAN nod and leave.

 

CUT TO: EXT. DAY

SAM gets out of a rental car to go check one of the addresses from the list. He knocks on the door.

A MAN with a young kid opens the door.

MAN: Yeah?

SAM: Hello sir, I’m with the phone company.

MAN: We didn’t uh, call the phone company.

SAM: Oh, no sir. No, we’re calling you. See, we’ve had a lot of complaints from the neighborhood lately.

MAN: Complaints?

SAM: Yes, sir. Um, dropped calls, static, maybe even strange voices on the other end of the line…

A girl, LANIE, arrives behind her father.

MAN: No, we haven’t had any of that here.

SAM: Nothing?

MAN: No.

SAM: Okay, uh, great. Just thought we’d check. Thanks.

MAN: No problem. Okay, let’s go. Come on, Simon.

LANIE looks scared, and SAM notices it just before the door closes.

SAM goes back to his rental car. As he’s about to get inside, LANIE arrives.

LANIE: No way you work for the phone company.

SAM: (turns to her) Sure I do.

LANIE: Since when does a phone guy drive a rental or wear a cheap suit?

SAM: (scoffs) Yeah? Well, maybe we’re both keeping secrets. (looks questioningly)

LANIE: (giving him the same look)Why’d you ask my dad if he heard strange voices on the phone?

SAM: Why, did you hear something?

LANIE: No.

SAM: My mistake, thought maybe you did.

LANIE: Well, I didn’t, okay?

SAM: Okay. Sorry to bother you. (LANIE still looks worried, SAM looks at her straight into the eyes) Because you know…  If you did, then I would have told you that I’ve been right where you’re standing right now. Hearing things, even seeing things that couldn’t be explained. Maybe I would have been able to help out a little bit. Anyways… (starts getting into the car)

LANIE: Hey, wait. Maybe -- Maybe I’ve been talking on the phone, with -- with my mom.

SAM: Well, that’s not so strange.

LANIE: She’s dead. Like, three years now, dead.

SAM: How often does she call you?

LANIE:  A few times. It started a week ago. I thought I was, like, crazy or something.

SAM: Well, I can tell you one thing for sure, and you’re gonna have to go with me on this, okay? (LANIE nods) You’re not crazy.

LANIE nods, looking slightly relieved.

 

CUT TO: CAR, DAY. / EXT. STREET, DAY

SAM is in the rental car. His phone rings. He picks it up.

SAM: Yeah.

DEAN (over phone, walking in a street back to his car): Dude, stiffs are calling people all over town.

SAM: Yeah, tell me about it.

DEAN: I just talked to an 84-years old grandmother who’s been having phone sex with her husband, who died in Korea.

SAM: Ew.

DEAN: Completely rocked my understanding of the word “necrophilia”. 

A girl walking in the street gasps. DEAN looks at her, but keeps walking to his car.

SAM: So what the hell’s going on here, Dean?

DEAN: Beats me, but we better find out soon. This place is turning into spook central.

SAM: Yeah. All right, I’ll call you later.

DEAN: Yeah.

DEAN hangs up. His phone starts ringing immediately. He picks it up.

DEAN: Yeah, what? (static over phone) Sam?

JOHN WINCHESTER’S VOICE: Dean. (DEAN looks startled) Dean, is that you?

DEAN: Dad?

 

FADE TO BLACK

 

INT. MOTEL, DAY

SAM is sitting on one of the beds.

SAM: (really skeptical) I mean, Dad? You really think it was Dad?

DEAN: (pacing around the room) I don’t know. Maybe.

SAM: Well, what did he sound like?

DEAN: (turning to SAM) Like Oprah. It was Dad, he sounded like Dad, what do you think?

SAM: What did he say?

DEAN: My name.

SAM: That’s it?

DEAN: Yeah, the call dropped out.

SAM: (pause) Why would he even call in the first place, Dean?

DEAN: I don’t know, man. Why are ghosts calling anybody in this town? But other people are hearing from their loved ones. Why can’t we? It’s at least a possibility, right?

SAM: (still skeptical) Yeah, I guess.

DEAN: (hesitantly) Okay, so what if --? (sits on the other bed, facing SAM) What if it really is Dad? (SAM doesn’t understand) What happens if he calls back?

SAM: What do you mean?

DEAN: What do I say?

SAM: (pause) Hello.

DEAN: Hello? (SAM shrugs) That’s what you come back with? Hello?

SAM: Uh --

DEAN stands up, annoyed, goes to the door, takes his jacket.

DEAN: Hello? (leaves)

SAM keeps sitting on the bed, shaking his head.

 

CONTINUING

SAM is doing research on his computer. DEAN comes in.

DEAN: Find anything?

SAM: After three hours, I have found no reason why anything supernatural would be going on here.

DEAN: (mockingly) Wow, you know, you’d think a Stanford education and a high-school hookup rate of 0.0 would produce better results than that.

SAM: Hilarious.

DEAN: Sam, you’re just looking in the wrong places, pal. (takes something out of his jacket)

SAM: And what are the right places, Dean?

DEAN: (pulling out a pamphlet and tossing it in front of SAM) The motel pamphlet rack. Milan, Ohio. Birthplace of Thomas Edison.

SAM: Yeah, right. So what?

DEAN: Keep reading.

SAM scoffs and opens the pamphlet, reads, sighs then looks at DEAN.

SAM: You’re kidding.

DEAN smiles and lifts up his eyebrows.

 

CUT TO: INT. MUSEUM, DAY

SAM and DEAN are among a group of tourists visiting the Thomas Edison Museum in Milan, following the guide. They enter a room full of strange-looking contraptions. 

GUIDE: And we’re walking. (stopping at an item) And here we have one of the museum’s most unique and treasured possessions: Thomas Edison’s “spirit phone” (uses quoting fingers). Did you know that Mr. Edison, while being one of America’s most beloved inventors was also a devout “occultist” (quoting fingers again) ? Ooooh !

DEAN: (whispering to SAM) What’s with the quoting fingers?

GUIDE: He spent years working on this, his final invention, which he was convinced could be used to “communicate” with the “dead” (quoting fingers again). Pretty spooky, huh? (checks her watch) And we’re walking. (starts going somewhere else, the group follows except SAM and DEAN) We are walking. We’re walking. And we’re not touching that. And we’re walking. And stop.

SAM checks that she’s far enough, then pulls out the EMF from his pocket and tests the Spirit Phone with it.

DEAN: Anything?

SAM: (the EMF having no reaction, shakes his head) Nothing.

DEAN: (still looking at the Phone) What do you think?

SAM: Honestly? It kind of looks like an old pile of junk to me.

DEAN: (nods) It’s not even plugged in.

SAM: Maybe it didn’t work like that.

DEAN: Okay. Maybe it’s like -- like a radio tower, you know? Broadcasting the dead all over town.

SAM: Could be.

DEAN: Well the -- you know, the caller ID is 100 years old, right? Right around the time this thing was built.

SAM: But why would it start working now?

DEAN: I don’t know. But as long as the moldy are calling the freshes around here, it’s the best reason we got.

SAM: Yeah, maybe.

DEAN: So maybe it really is Dad. (seems both hopeful and worried)

 

CUT TO: INT. MOTEL, NIGHT

SAM is in his bed, sleeping. DEAN’s bed hasn’t been touched, as DEAN is sitting at the table with a cup of coffee, looking at his phone. The phone rings. Caller ID is SHA33. DEAN picks up.

DEAN: Dad?

JOHN’S VOICE: Dean.

DEAN: Is it really you? (goes to the bathroom so that SAM won’t hear it)

JOHN’S VOICE: It’s me.

DEAN: How can I be sure?

JOHN’S VOICE: You can’t. Dean, how could you do it?

DEAN: Do what?

JOHN’S VOICE: (static, then) Sell your soul.

DEAN: I was looking after Sam, like you told me to.

JOHN’S VOICE: I never wanted this, never. You’re my boy, I love you. I can’t watch you go to hell, Dean.

DEAN: I’m sorry. I don’t know how to stop it.

JOHN’S VOICE: Because if you break the deal, Sam dies, right?

DEAN: What?

JOHN’S VOICE: Well, I know a way out. For both of you.

DEAN: How?

JOHN’S VOICE: The demon who holds your contract. It’s here. Now.

DEAN looks shocked.

 

CUT TO: INT. HOUSE, NIGHT

LANIE is chatting on her computer messenger with somebody. Her computer beeps, indicating that somebody wants to start a conversation. The user name is SHA33.

SHA33: (on the computer) Lanie? Is that you?

LANIE:  (hesitates, then writes back) Mom?

SHA33:  I asked you a question last night. Have you thought about it?

LANIE: (puzzled) I don’t know what you want.

SHA33: Of course you do. I want to see you.

LANIE: I went to see you. At the cemetery.

SHA33: That’s not what I mean.

LANIE: But I’m scared.

SHA33: Don’t be scared. I’m right here with you.

The computer turns black, startling LANIE. The webcam turns on. On the screen, LANIE sees her dead mother standing right behind her and putting her hand on LANIE’s shoulder. LANIE turns, gasping, but there’s nobody behind her. LANIE turns off the computer and stands up, panting and whimpering. The computer switches back on. The message “COME TO ME” starts appearing on the screen, over and over again. LANIE is scared.

 

FADE TO BLACK

 

CUT TO: INT. MOTEL, DAY

DEAN is doing research on the laptop. SAM enters.

DEAN: What’s up?

SAM: Girl, Lanie, her mom’s ghost spooked her out pretty bad last night.

DEAN: That sucks.

SAM: Yeah, it does. (notices that DEAN is researching something) What are you doing?

DEAN: I think Dad’s right. I think the demon is here. (stands up and gives a pile of paper to SAM) Check it out. (he goes to his duffel bag)

SAM: What is this? Weather reports?

DEAN: Omens. Demonic omens. Electrical storms everywhere we’ve been for the past two weeks.

SAM: (skeptical) I don’t remember any lightning storms.

DEAN: I don’t remember you studying meteorology as a kid, either. But I’m telling you, that bastard’s been tailing me wearing some poor dude’s meat.

SAM: And it’s following you because…?

DEAN: I guess I’m big game, you know? My ass is too sweet to let out of sight.

SAM: Okay, sure.

DEAN: (annoyed with SAM’s lack of enthusiasm) Don’t get too excited, Sammy. Might pull something. (takes his papers back)

SAM: Dean, look, I wanna believe this, man. I really do --

DEAN: Then believe it! If we get this sucker, it’s Miller time.

SAM: Yeah, that’s another thing. Dad rattles off an exorcism that can kill a demon. (DEAN nods) I mean, not just send it back to hell, but kill it?

DEAN: I’ve checked it out. (picks a paper up again) This is heavy-duty Dark Ages. Fifteen century.

SAM: Yeah, I checked on it too, Dean. And so did Bobby.

DEAN: Okay. And?

SAM: Look, it definitely is an exorcism, okay? There’s just no evidence that it can kill a demon.

DEAN: No evidence it can’t.

SAM: Oh, Dean, come on --

DEAN: Hey, as far as I know, the only one of us that’s actually been to Hell is Dad. Okay? Well, maybe he picked up a couple of tricks down there, like which exorcisms work.

SAM: Maybe it does, okay? Look, I hope it does too, but we just gotta be sure.

DEAN: Why aren’t we sure?

SAM: Because I don’t know what’s going on around here, Dean. I mean, some guy blows his brains out, a little girl is scared out of her wits --

DEAN: Wow, man, a couple of civvies are freaked out by some ghosts. News flash, Sam, people are supposed to be freaked out by ghosts!

SAM: (sighs) Did Dad tell you where to find the demon?

DEAN: (shows his phone) I’m waiting on the call!

SAM:  (scoffs and pauses) I told Lanie I’d stop by.

DEAN: (pause, angry) Oh, good, yeah. No, you go hang out with jailbait. Just, uh, watch out for Chris Hansen. Meanwhile, I’ll be here, you know, getting ready to save my life.

SAM looks as if he’s about to say something, but instead just turns to leave.

DEAN: You’re unbelievable, you know that? I mean, for months, we’ve been trying to break this demon deal. Now, Dad’s about to give us the frigging address and you can’t accept it? The man is dead, and you’re still butting heads with the guy!

SAM: (turns) That’s not what this is about.

DEAN: Then what is it?

SAM: The fact is we got no hard proof here, Dean! After everything, you’re still just going on blind faith!

DEAN: Yeah, well, maybe. You know, maybe it’s all I’ve got, okay?

SAM: (pause) Please. Just please, don’t go anywhere until I get back, okay Dean? Please.

DEAN looks away. SAM shakes his head, then leaves. DEAN stares at the door, then goes to sit back at the table.

 

CUT TO: INT. LANIE’S HOUSE, DAY

SAM is at LANIE’s place, they’re talking.

SAM: Have you told your father about any of this?

LANIE: And bother him at work? No. He wouldn’t believe me anyway. He’d just chuck me into therapy.

SAM: So what did your mother say?

LANIE: That she wanted to see me. So at first I thought I was supposed to go to the cemetery.

SAM: Did you?

LANIE: Nothing happened. (pause) But then she started asking me to do other things.

SAM: What sort of things?

LANIE: Bad things.

 

CONTINUING: INT. KID’S ROOM, DAY

LANIE’s brother, SIMON, is playing with his toys. A toy firefighter phone rings. SIMON goes to pick it up. Caller ID is SHA33.

SIMON: (on the phone) Hello? Simon Greenfield speaking. (after some static) Hi, mommy. Yeah, I wanna see you. Where are you?

 

CONTINUING: INT. MOTEL ROOM, DAY

DEAN is staring at his phone. It rings, he picks it up.

DEAN: (to phone) Dad?

JOHN’S VOICE: Dean.

DEAN: Where’s the demon?

 

BACK TO: INT. LANIE’S HOUSE, DAY

SAM: Lanie, please. (she shakes her head, crying) Tell me what happened. It’s very important.

LANIE: (still crying and shaking her head) Mom told me to go to Dad’s medicine cabinet. (turns to SAM)

SAM: (sympathetic) And?

LANIE: Take his sleeping pills. Take all his sleeping pills!

SAM: She wanted you to kill yourself?

LANIE: (nods and cries) Why would my mom want me to do that?

SAM: I don’t know.

LANIE: I mean, just so I could come to her?

SAM: (startled) What’d you say?

LANIE: She wanted me to come to her.

 SAM: No, no, no, no. How -- How did she say it exactly?

LANIE: “Come to me”. Like a million times!

SAM: (understands something) Lanie. That’s not your mother.

 

CONTINUING: EXT. STREET, DAY

DEAN is in his car, looking for the address where the demon supposedly is. He stops the car, gets out and goes to the trunk where he takes his duffel bag. He looks around to check that nobody’s looking at him, then goes to the house.

 

BACK TO: INT. LANIE’S HOUSE, DAY

SAM is walking quickly in the house, talking  to LANIE who’s following him.

SAM: Listen to me. Don’t answer the phone. Don’t use the computer. Don’t do anything unless I say so, all right?

SAM is getting down the stairs when he notices that LANIE stopped following and is looking at her brother’s room.

SAM: Lanie!

LANIE: (turning to SAM) Where is Simon?

 

CONTINUING: INT. HOUSE, DAY

DEAN is getting inside the house where the demon supposedly lives. He hears a cracking noise.

DEAN: Hello?

 

CONTINUING: EXT. STREET, DAY

SIMON is walking in the traffic, oblivious of the cars passing him by.

 

CONTINUING: INT. HOUSE, DAY

DEAN is preparing traps for the demon, changing the water from a bottle into holy water, and spraying a devil’s trap on the floor.

 

CONTINUING: EXT. STREET, DAY

SIMON is trying to cross the street while a truck is coming quickly right towards him. SIMON goes on the road, the driver finally notices him and honks and breaks, but just as the truck is about to run over SIMON, SAM arrives and pulls the kid away from the road. SAM is on the ground, panting, with SIMON, finally safe, next to him.

 

CUT TO: INT. CAR, DAY

SAM is inside the rental car, phoning DEAN to tell him what he found out.

SAM: Dean, it’s not Dad.

DEAN’S VOICE: Then what is it?

SAM: A Crocotta.

DEAN’S VOICE: That a sandwich?

SAM: Some kind of scavenger. Mimics loved ones, whispers “Come to me”, then lures you into the dark and swallows your soul.

DEAN’S VOICE: Crocotta, right. Damn, that makes sense.

SAM: (sighs) Dean, look, I’m sorry man, I know --

DEAN’S VOICE: Don’t these things live in filth?

SAM: Yeah.

DEAN’S VOICE: Sam, the flies at the phone company.

SAM understands, and hangs up.

 

CUT TO: INT. BUILDING, NIGHT

SAM is prowling in the hallway of the phone company, then stops to look at STEWIE through the door window. SAM hears a banging noise in the distance, and turns to look. When he looks back through the window, STEWIE is gone. SAM looks around then gets out of the building.

 

CONTINUING: EXT. PARKING LOT, NIGHT

STEWIE is going to his car. SAM is looking at him, hidden. He calls DEAN.

DEAN: (on the answering machine) This is Herman Munster. Leave a message.

SAM: (on phone) Dean, I’m in the parking lot. He’s here. Hurry. (breathes deeply)

STEWIE is trying to open the door of his car. SAM arrives from behind, pushes him against the car and puts a knife on his neck. STEWIE yells.

STEWIE: (panicked) Whoa whoa what the hell?

SAM: I know what you are.

STEWIE: Wait, mister, please!

SAM: And I know how to kill you.

STEWIE: Please. Okay, wait, wait. If we’re overcharging you for the call waiting or something, I -- I can fix that, I’m your friend. (SAM is puzzled) Please, just -- just don’t kill me! (SAM tightens his grip, somebody comes from behind) Don’t kill me, please.

CLARK the manager comes from behind SAM and knocks him out with a baseball bat. SAM grunts and falls on the ground with a thud. STEWIE turns to see SAM on the ground.

STEWIE: Yeah! Ha ha! That’s what happens when you mess with the phone company, dillweed. (laughs, then turns to CLARK) Thank you, Clark.

CLARK: (cracking his neck and still holding the bat to knock) Forget about it.

STEWIE: (scared) Clark?

STEWIE screams as CLARK knocks him out with the bat.

FADE TO BLACK.

 

CUT TO: INT. BUILDING, NIGHT

SAM and STEWIE are tied to chairs. CLARK, the CROCOTTA, is circling them with a knife, while SAM is still knocked out.

STEWIE: (whimpering) I-- I’m sorry, Clark. I’m sorry for whatever I did to you. (SAM wakes up while the CROCOTTA is getting closer) I’m sorry. Please --

SAM: Wait. Wait. Don’t do it.

CROCOTTA: (leaning towards STEWIE, facing SAM) You’re awake.

STEWIE: You’re not a killer, Clark. No. (SAM is struggling to free himself) There’s a good man inside of you. I know it.

CROCOTTA: (to SAM) What do you think, Sammy? Am I a good man?

SAM:  Just let him go.

CROCOTTA: I would. I really would. If only I’d had more than a salad for lunch. You see, I’m starving (lifts up the knife)

SAM: No!

The CROCOTTA plunges the knife in STEWIE’s heart, SAM turns his head. The CROCOTTA’s teeth grow sharp, and he absorbs STEWIE’s soul while SAM shudders. The CROCOTTA passes a hand on his lips as if to clean them after a good meal.

SAM: My last call with Dean… That was you. You led me here.

CROCOTTA: (cracking his neck) Some calls I make, some calls I take. But you have to admit, I had you fooled for a while. All that Edison phone crap. (chuckles) Oh well.

The CROCOTTA goes to a control panel and puts his hands on it, concentrating.

SAM: What are you doing?

CROCOTTA: (hands still on the panel) I’m killing your brother. Or maybe I’m killing another guy. We’ll just have to see how it goes.

 

CUT TO: INT. POLICE STATION, NIGHT

In the locker room, some policemen are getting ready to go. A phone rings. A COP takes it out of his pocket, looks at the caller ID and sighs. He picks it up.

COP: Hello?

CROCOTTA, posing as LITTLE GIRL: Hi, Daddy. (static)

COP: Hey, baby. (looking distressed) I thought you said you weren’t gonna call anymore.

GIRL: I know, Daddy.

COP: You know how sad this makes your old man. How upset I was at your funeral.

GIRL: I had to call. I know who killed me, Daddy.

COP: What?

GIRL: The man who killed me. He’s at the house right now.

COP: What? What are you saying to me?

GIRL: He’s at the house, Daddy. He wants to kill you too.

The COP, looking shocked, hangs up.

 

CUT TO: INT. BUILDING, NIGHT

The CROCOTTA goes to STEWIE and takes the knife out of his heart.

SAM: You know, mimicking Dean’s one thing. But my dad, that’s a hell of a trick.

CROCOTTA: Well, once I made you two as hunters, it was easy. (pushes away STEWIE on his chair) Found Dean’s number, then your number(comes closer to SAM), then your father’s numbers. Then to e-mails (SAM is slowly untying himself while the CROCOTTA leans towards him), voice mails, everything. (gestures towards SAM with his knife) You see, people think that that stuff just gets erased, but it doesn’t. You’d be surprised at how much of yourself is just floating out there (SAM is still freeing himself) waiting to be plucked.

SAM: Dean’s not gonna fall for this. He’s not gonna kill that guy.

CROCOTTA: Then the guy kills him.

 

CUT TO: INT. HOUSE, NIGHT

DEAN is staking next to the window in the COP’s house. A car approaches. DEAN goes slowly closer to the door; a car door slams. DEAN opens the bottle of holy water and peeks at the door; nobody comes in so he goes to the back door, which opens. The COP storms in and tries to shoot DEAN with a rifle, making DEAN drop the holy water. DEAN takes cover, then charges when the COP is reloading the gun. They fight, the COP drops his gun. DEAN finally outpowers him, kicking him to the ground.

 

BACK TO: INT. BUILDING, NIGHT

 CROCOTTA (still talking to SAM): Technology. (touches SAM’s forehead with his knife) Makes life so much easier. (walks away while he’s talking) Used to be I’d hide in the woods for days, weeks, whispering to people, trying to draw them out into the night. But they had community. They all looked out for each other. (SAM is still trying to untie himself) I’d be lucky to eat maybe one, two souls a year. But now, when I’m hungry, I simply make a phone call. You’re all so connected, but you’ve never been so alone.

The CROCOTTA’s teeth grow sharp and as he’s about to stab SAM, SAM frees himself and charges the CROCOTTA. They start fighting, the CROCOTTA drops his knife, then fetches him again and goes to SAM.

 

CONTINUING: INT. HOUSE, NIGHT

DEAN pushes the COP through a glass door, then takes the COP’s gun and unloads it before throwing it away. He then lifts the carpet to reveal a Devil’s Trap underneath.

COP: (puzzled and angry) What is this?

DEAN: (taking out a piece of paper) Your funeral. (starts reading a text in latin) Crux sancta sit mihi lux non draco--

COP: (standing up and crossing the Devil’s Trap) You do this to my daughter too?

DEAN: (stops reading, surprised) How the hell did you get out?

COP: (angry) Did you do this to my daughter too?

DEAN: (realizing) Wait. This is a mistake.

COP: You killed her.

DEAN: No, wait!

COP: (charging DEAN) You killed her, you son of a bitch!

 

BACK TO: INT. BUILDING, NIGHT

SAM and the CROCOTTA are still fighting, SAM is trying to take the knife from the CROCOTTA but fails, the CROCOTTA goes to stab him but SAM stops his arm, and pushes the CROCOTTA against a nail in the wall which goes through his head, killing the CROCOTTA. SAM breathes deeply.

 

CONTINUING: INT. HOUSE, NIGHT

DEAN is trying to defend himself against the angry COP.

COP: She was 9 years old! (punches DEAN)

DEAN: Stop! I didn’t! You gotta believe me!

DEAN manages to take the rifle and knocks the COP with it. He gets up, holding the rifle.

COP: (on the ground, crying) Why did you kill her?

DEAN: I’m sorry. I didn’t kill your daughter.

COP: Then what are you doing here?

DEAN: (shakes his head) I don’t know.

 

CUT TO: MOTEL ROOM, NIGHT

DEAN is in front of the mirror, nursing a bad cut in his eyebrow. SAM enters the room, equally bruised. DEAN turns to SAM.

DEAN: I see they improved your face.

SAM: Yeah, right back at you.

DEAN: (looks at himself in the mirror and shrugs, then) So, Crocotta, huh?

SAM: Yep.

DEAN: That would explain the flies.

SAM: Yeah, it would. (they sit on the beds) Hey, um… Look, I’m sorry it wasn’t Dad.

DEAN: No, I gave you a hell of a time on this one.

SAM: Nah.

DEAN: No, you were right.

SAM: Forget about it.

DEAN: I can’t. I wanted to believe so badly that there was a way out of this. I mean, I’m staring down the barrel at this thing. You know, hell. For real, forever. And I’m just…

SAM: Yeah.

DEAN: I’m scared, Sam. I’m really scared.

SAM: I know.

DEAN: I guess I was willing to believe anything. You know, last act of a desperate man. (chuckles sadly)

SAM: There’s nothing wrong with having hope.

DEAN: No, hope doesn’t get you jack squat. I can’t expect Dad to show up with some miracle at the last minute. I can’t expect anybody to, you know? And the only person that can get me out of this thing is me.  (pause)

SAM: And me. (nods)

DEAN: (pause, then) “And me”?

SAM: What?

DEAN: (mockingly) Deep revelation, having a real moment here, and that’s what you come up with? “And me”?

SAM: Do you want a poem?

DEAN: Moment’s gone. (smiles, grabs the remote, turning the TV on) Unbelievable.

DEAN takes two beers, hands one to SAM, who also smiles. They open them and drink.

 

FADE TO BLACK

 

Ecrit par Daeva02.

Kikavu ?

Au total, 120 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
01.06.2018 vers 08h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 13:45

Le Roadhouse 28
Hier à 11:06

Staff
05.01.2019

S01E03 L'esprit du lac
Aujourd'hui à 10:28

Partie Episodes
Aujourd'hui à 09:46

S14E06 Optimism
Aujourd'hui à 09:45

S14E09 The Spear
Aujourd'hui à 09:43

S14E07 Unhuman Nature
Aujourd'hui à 09:40

Mag Anglophone
Aujourd'hui à 08:49

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.10 : Nihilism (inédit)
Vendredi 18 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.04 : Mint Condition (inédit)
Jeudi 1 novembre à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Crowley et Rowena version Noël sortent grands gagnants de la dernière photo du mois. Encore...

Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
L'épisode 14.10 "Nihilism" ainsi que l'épisode 14.11 "Damaged Goods" à retrouver dans le guide des...

Bon anniversaire Genevieve Padalecki

Bon anniversaire Genevieve Padalecki
Elle fête ses 38 ans. Bon anniversaire à elle.  ...

Kurt Fuller de retour !

Kurt Fuller de retour !
Kurt Fuller sera de retour dans le 300e épisode de Supernatural, il reprendra son personnage de...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Hier à 01:13

Le quartier Engrenages vous propose de découvrir son calendrier de janvier et de participer à sa PDM.

quimper, Hier à 01:18

Vous pouvez aussi prendre connaissance de la date de diffusion de la saison 7 et commenter l'annonce de la saison 8.

quimper, Hier à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, Hier à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Aujourd'hui à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site