VOTE | 646 fans

#303 : Baraka


Réalisé par: Robert Singer
Ecrit par:Ben Edlund

Deux nouveaux personnages apparaîtront: Kubrick et Creedy.
On reverra aussi Gordon, que Kubrick va voir en prison.
Les gens continuent à parler de l'ouverture de la porte. Gordon condamne Sam qui est donc recherché par Kubrick et Creedy, qui le prennent carrément pour l'antéchrist. Sam quant à lui va se retrouver très chanceux en la possession d'une patte de lapin, mais la situation va vite se retourner contre lui. Les frères Winchester vont alors faire la rencontre d'une voleuse hors pair : Bela Talbot...

 

>>Photos promo<<

Popularité


4.63 - 8 votes

Titre VO
Bad Day At Black Rock

Titre VF
Baraka

Première diffusion
18.10.2007

Première diffusion en France
02.05.2009

Vidéos

les meilleurs moments du 3x03(supernatural)

les meilleurs moments du 3x03(supernatural)

  

Im' Batman

Im' Batman

  

I lost my shoe...

I lost my shoe...

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Dans une prison de haute sécurité, un homme entre pour parler avec l’un des détenus, qui n’est autre que Gordon. L’homme est lui aussi un chasseur, et il s’appelle Kubrick. Il dit à Gordon que les rumeurs selon lesquelles les portes de l’enfer ont été ouvertes sont vraies, et qu’une armée de démons s’en est échappée. Gordon lui demande si Sam Winchester était présent, et il lui répond par l’affirmatif, en précisant quand même que selon Bobby Singer, il était là pour fermer les portes. Mais Gordon n’en semble pas convaincu, il n’est même pas sur que Sam soit humain. Pour lui prouver ce qu’il raconte, il lui dit qu’il avait prédit qu’une guerre arrivée, 6 mois auparavant, et maintenant ils sont en plein dedans. Il ajoute que maintenant il lui dit que Sam Winchester en est responsable, et qu’il doit le tuer.

 

Sur les routes dans l’Impala. Dean est en colère contre son frère car il a laissé Ruby partir s’en rien faire, alors qu’il venait de découvrir qu’elle est un démon. Sam réplique qu’elle lui a dit qu’elle pourrait les aider en sauvant la vie de Dean, ce qui met Dean encore plus en colère contre son frère, car les démons mentent toujours et qu’il le sait. Sam lui dit qu’il n’est pas stupide, et qu’il ne va pas lui faire confiance, seulement l’utiliser pour savoir où sont tous les autres démons, et ce qu’ils veulent, car elle en sait plus que ce qu’ils pourront découvrir par leurs propres moyens. Leur conversation est interrompue par la sonnerie d’un téléphone. C’est celui de John Winchester, que Dean garde allumé dans la boite à gant de la voiture au cas où l’un des anciens contacts de son père cherchent à les joindre. Sam décroche, puis il apprend à son frère que leur père avait loué un garde-meuble à la sortie de Buffalo, et que quelqu’un y est entré par effraction.

 

Sur une aire d’autoroute, dans un camping car. Kubrick est avec un autre chasseur, Creedy, et il nettoie son arme. Creedy est plutôt septique quand à aller traquer Sam Winchester sur le seul instinct de Gordon, et Kubrick lui dit que Gordon est le meilleur chasseur qu’il connaisse et qu’il lui a sauvé la vie de très nombreuses fois. Donc s’il dit que Sam est dangereux, il le croit. Creedy ajoute qu’il ne va pas être facile à trouver parce qu’il sait bien cacher ses traces.

 

Dean et Sam arrive au garde-meuble de leur père. Dean n’arrive pas à croire qu’après tout ce temps passé avec John, c’est comme s’ils ne le connaissaient toujours pas. Ils forcent le cadenas du container, et entrent dans ce qui ressemble à un grand grenier, avec pleins de babioles dans tous les sens. Il y a aussi des symboles dessinaient sur le sol pour empêcher les démons de rentrer, ainsi que des traces de sang. La personne qui a pénétré dans cet endroit s’est fait surprendre par le système de protection de John et a été blessée. Dean semble avoir beaucoup d’admiration pour la vie cachée de son père et tous ses secrets. Sam trouve parmi tous les objets un trophée du championnat de football qu’il avait fait en 95. Quand à Dean, il trouve le premier fusil qu’il a fabriqué lui-même en première. Ils continuent leur exploration, et étrangement, rien ne semble manquer. Les voleurs savaient ce qu’ils venaient chercher. Sam remarque qu’il manque une boite sur une étagère où sont entreposées d’autres boites quasi identiques. Et ce ne sont pas n’importe quelles boites, mais des boites à envoûtements, qui renferme des objets maléfiques. Dean espère que les voleurs ne l’ont pas encore ouverte.

 

Dans un appartement. Deux hommes se disputent, et l’un d’eux est blessé. L’autre, Crossmen,  veut ouvrir la boite qu’ils viennent de voler, alors qu’ils sont censé l’avoir volé pour la donner à une autre personne qui les a payé pour. Il ouvre boite, et découvre surprit qu’elle ne contient qu’une patte de lapin, un simple grigri. Le type blessé prend la patte et alors que le ton monte, quelqu’un frappe à leur porte. C’est l’un de leurs voisins, qui leur demande de faire moins de bruit. Puis il voit le blessé, et il lui dit qu’il va pouvoir le soigner parce qu’il était médecin dans l’armée. Il ajoute en rigolant que ça doit être son jour de chance.

 

Les frères Winchester ont réussit à retrouver la trace de Crossmen et son ami à cause des vidéos de sécurité qui ont filmé leur plaque d’immatriculation. Ils arrivent en bas de leur appartement.

 

Dans l’appartement, les deux amis jouent aux cartes, et le voleur blessé, celui qui a prit la patte de lapin dans la boite a une chance folle. Il ne perd aucune partie. Sam et Dean entrent dans la pièce, armes en main, et s’avancent doucement. Les deux hommes n’ont rien remarqués, et ils commencent à comprendre que leur chance est due au grigri. Ils mentionnent une nouvelle fois une femme, celle qui veut récupérer la patte de lapin. Sam et Dean surgissent alors devant eux, et s’aperçoivent qu’ils ont ouvert la boite. Dean attrape le blessé et le plaque contre le mur, mais quand l’homme lui montre ce que contenait la boite, il tourne la tête, et l’autre homme en profite pour le repousser. L’arme de Dean tombe par terre et un coup de feu par tout seul. La balle ricoche sur le radiateur et vient toucher l’arme de Sam, qui tombe elle aussi par terre. Les deux frères se retrouvent désarmés, et la bagarre commence alors. Sans comprendre ce qui leur arrive, ils perdent l’avantage, jusqu’à ce que Sam parvienne à attraper la patte de lapin. La chance semble alors tourner, et ils viennent à bout des deux hommes s’en rien faire.

 

Sam attend son frère dans la voiture. Il cherche des infos sur la patte de lapin dans le journal de John, mais ne trouve rien. Dean arrive, et lui demande de gratter des billets de loterie qu’il vient d’acheter. Sam est d’abord septique, parce qu’il s’agit quand même d’un objet envoûté, mais il cède et gagne 1200 dollars. Dean lui donne les autres tickets.

 

Dans l’appartement, l’homme blessé reprend connaissance, et essaye de réveiller son ami. Il pousse une bouteille de bière vide qui roule dans la cuisine. Il va se passer un peu d’eau sur le visage, et marche malencontreusement sur la bouteille de bière. Il perd l’équilibre et tombe en arrière. Il s’empale la tête sur un ustensile de cuisine, et meurt. Crossmen se réveille à son tour, et hurle en découvrant son ami.

 

Dean est entrain de compter combien son frère a remporté à la loterie. Sam est au téléphone avec Bobby. Le vieux chasseur était au courant pour le container à Black Rock, ainsi que pour les boites car il les a construite pour John. Il dit à Sam qu’ils ont un sérieux problème, car quiconque touche à la patte de lapin devient l’homme le plus chanceux du monde. Mais s’il la perd, la chance tourne tellement mal pour la personne qu’elle en meurt dans la semaine. Sam réplique qu’il ne va pas la perdre, mais Bobby lui dit qu’un jour où l’autre, tout le monde finis par la perdre. Il ajoute qu’il va faire quelques recherches pour savoir comment briser l’envoûtement. Sam se retourne vers son frère, et lui annonce qu’il a gagné pour 15000 dollars. Ils rentrent ensuite dans le café-restaurant. Dean rassure son frère en lui disant que Bobby va trouver quelque chose, et que pendant ce temps, il devrait aller à Las Vegas pour jouer aux cartes. Ils arrivent au comptoir, et le serveur déclanche la sonnerie en les félicitant car ils sont les millionièmes clients du restaurant et que le repas leur est offert. Des ballons et des paillettes tombent du plafond, et une serveuse vient prendre une photo, sur laquelle Dean fait un très large sourire et Sam la grimace.

 

Quelque part sur le bord d’une route. Kubrick a appelé tous ses contacts pour leur demander de le rappeler s’ils entendent parler des frères Winchester. Son plan est donc maintenant d’attendre. Creedy lui propose de manger quelque chose, et de regarder le menu sur le site du restaurant.

 

Dean mange dans le café-restaurant pendant que Sam cherche des informations sur la patte de lapin sur Internet. Il découvre que le sortilège est un sort vaudou, et que la patte de lapin n’est pas n’importe laquelle puisque le rituel doit se faire dans un cimetière, sous une pleine lune un vendredi 13. Dean n’en a rien à faire, et il avale sa glace en faisant la grimace parce que c’est trop froid. Une serveuse arrive à leur table, et ressert du café à Sam. Mais elle fait déborder la tasse. Elle s’excuse avec un grand sourire, et essuie la table. Puis elle s’en va, toujours en souriant en regardant Sam. Dean et Sam la regardent s’éloigner, envieux. Sam prend sa tasse pour boire, mais la renverse. Il se lève d’un bond pour que le café ne lui coule pas dessus, mais il percute le serveur qui tombe avec son plateau. Dean et Sam se regardent surprit, et Sam fouille dans sa poche. La patte de lapin n’y est plus.

Dehors sur le parking, la serveuse retire sa perruque, la jette dans une poubelle, et part avec la patte de lapin dans sa poche, un grand sourire aux lèvres.

Dean et Sam sortent du restaurant en courant pour rattraper la mystérieuse voleuse, mais Sam trébuche et se blesse aux genoux. Sa chance a tourné, vraiment très très mal.

 

Kubrick et Creedy regardent le menu du restaurant sur le net, quand ils découvrent la photo de Dean et Sam dans le restaurant, gagnants le repas gratuit. Kubrick lève les yeux au ciel, un grand sourire aux lèvres.

 

Dans l’appartement, l’ami de l’homme qui a volé la patte de lapin regarde une photo de lui et son ami. Il verse du wiski sur lui avant de boire une gorgée. Dean et Sam entrent dans la pièce, et cela ne réjouie pas le voleur. Dean lui dit qu’ils savent qu’une femme les avait engagés pour qu’ils volent la patte de lapin, car elle vient juste de la leur voler. Sam se rapproche à son tour, mais se prend les pieds dans un fil et tombe. Dean demande le nom de cette femme, mais il refuse de le lui dire. Dean lui dit alors que son ami est mort à cause de la patte de lapin, et il lui explique que son frère est le prochain. Il finit par réussir à la convaincre de coopérer.

 

Kubrick et Creedy sont allés au restaurant où Dean et Sam se sont arrêtés, mais il n’y a aucune trace de l’endroit où ils sont allés. Pourtant Kubrick ne perd pas espoir de les retrouver, car selon lui une plus grande force est en action ici.

 

Les frères Winchester sortent de l’appartement, et le téléphone de Dean sonne. C’est Bobby, qui a trouvé un rituel pour annuler la malédiction de la patte de lapin. Dean lui annonce alors que son frère a perdu la patte, et que la femme qui la lui a volé n’avait pas donné son nom aux hommes qu’elle a employé, mais un surnom, Lugosi. Bobby reconnaît ce pseudo, et il lui dit qu’il s’agit de Bela Talbot, une chasseuse peu ordinaire. Pendant ce temps, Sam qui a marché dans un chewing-gum tente de le retirer en frottant sa chaussure contre une plaque d’égout, mais il perd sa chaussure qui tombe dans l’égout. Bobby dit à Dean qu’il connaît des personnes qui seront lui dire où trouver Bela et il lui demande de surveiller son frère avant de raccrocher. Dean se retourne, et constate l’air dépité de Sam, a qui il manque une chaussure.

 

Les deux frères arrivent à un motel. Bobby les a rappelé pour leur dire que Bela vit dans le Queens. Dean va s’y rendre pour récupérer la patte de lapin, mais il veut que son frère reste tranquillement dans une chambre de motel. Ils passent devant le van de Kubrick et Creedy.

Dans la chambre, Dean dit à son frère de s’assoire sur une chaise et de ne rien faire jusqu’à son retour. Sam traîne des pieds, mais d’exécute. Il lui dit de ne pas allumer ni éteindre la lumière, ni même de se gratter le nez, et il part.

 

A New York dans le Queens. Bela parle au téléphone dans son sublime appartement. Elle ne semble pas contente car son client ne veut pas respecter son contrat pour la patte de lapin. Elle raccroche puis prend la patte de lapin avec une pince. Elle voit alors Dean sur la vidéo de surveillance, et pose la patte sur le comptoir de la cuisine pour prendre une arme. Elle s’avance vers la porte de son appartement, qui est ouverte, et Dean apparaît derrière elle, pointant son arme sur elle. Bela pointe également son arme sur Dean, et son sourire ne disparaît pas.

 

Dans la chambre de motel, Sam commence à s’ennuyer ferme. Il entend alors des bruits bizarres venant de la ventilation, et de la fumée commence à sortir de la ventilo. Puis se sont des flammes qui apparaissent. Sam attrape l’un des dessus de lit, et éteint le feu avec, mais son bras s’enflamme alors. Il tape dessus pour l’éteindre avec un rideau, mais trébuche et tombe, inconscient. Devant la vitre au dehors, Kubrick et Creedy le regardent, contents.

 

Dean et Bela sont toujours face à face. Il lui demande de lui redonner la patte de lapin, mais elle refuse. Elle est parfaitement au courant que la patte est maudite, mais elle lui explique que vendre des objets de ce genre rapporte beaucoup. Dean est déconcerté de voir qu’elle connaît la vérité sur toutes les choses surnaturelles qui existent, mais qu’au lieu de les combattre, elle a choisi d’en faire un business. Il la traite de voleuse, et elle réplique qu’elle est une voleuse classe.

 

Creedy a attaché Sam à une chaise. Ce dernier reprend connaissance, et Kubrick lui dit qu’ils sont envoyés de la part de Gordon. Sam prend un air blasé quand il entend le nom de Gordon, car la malchance s’acharne vraiment sur lui. Kubrick lui dit qu’il leur a demandé de lui coller une balle dans la tête, et Sam répond que ça sonne vraiment comme du Gordon.

 

Chez Bela. Dean lui explique que son frère a touché la patte de lapin, et que sa chance a tourné, et Bela lui dit qu’elle sait comment ça marche. Dean a l’air plus rassuré et il lui dit qu’elle doit alors comprendre qu’il ait besoin de récupérer la patte pour la détruire, et elle lui répond qu’il peut avoir la patte, pour un million cinq cent mille dollars. Dean perd son sourire, et il lui demande comment elle a fait pour savoir où se trouvait la patte, puisqu’elle était cachée dans un entrepôt au milieu de nulle part. Elle lui montre alors une planche wicca de la tête, en disant que les fantômes des gens que la malédiction a tués lui ont simplement dit. Il lui demande alors d’un air dégoûté si l’argent et être la meilleure est tout ce qui l’intéresse, et elle lui demande en retour s’il est plus noble d’être un chasseur dont la vengeance est la principale motivation, pour sauver un monde qui ne peut pas l’être. Elle ajoute qu’ils iront tous en enfer de toute façon, alors autant profiter du voyage, et il lui dit qu’il est bien d’accord avec elle sur ce point. Puis il ajoute qu’il commence à ce faire tard mais que ce tête à tête était charmant, et il lui montre qu’il tient la patte de lapin dans sa main. Elle n’a rien vu quand il la prise. Bela le regarde bouche bée, et il lui dit qu’elle est vraiment une horrible personne. Elle lui tire alors dessus, mais grâce à sa soudaine chance, Dean évite les balles, et il s’en va tranquillement.

 

Au motel, Sam a l’air assez mal en point à force d’être frappé par Kubrick et Creedy. Kubrick lui demande si c’est vrai qu’il faisait parti du plan du démon pour ouvrir la porte de l’enfer, et Sam se défend en disant qu’ils ont tout fait pour tenter de la refermer à temps, mais Kubrick ne le croit pas. Il pense qu’il est allié aux démons et qu’il sait ce qui va se passer ensuite. Comme Sam ne répond pas, Kubrick le frappe une nouvelle fois, et il lui avoue que Gordon lui a parlé de ses pouvoirs de télépathie, mais Sam lui explique qu’il n’a plus eu de visions depuis que la porte a été ouverte et le démon tué. Kubrick commence à perdre patience, il frappe une nouvelle fois Sam puis sort son arme. Creedy intervient alors car il ne veut pas aller aussi loin, et Kubrick se met alors aussi en colère contre lui, en lui expliquant que c’est Dieu lui-même qui les a conduit ici, car il a été trop facile pour eux de retrouver le légendaire Sam Winchester, et de n’avoir aucun mal à le capturer. Il ajoute que c’est leur destin, et il se retourne vers Sam pour le tuer, mais Dean arrive alors derrière eux, son arme pointée vers eux, en disant que ce n’est pas le destin mais une patte de lapin. Kubrick dit à Dean de poser son arme, et Dean s’exécute en souriant. Puis il prend un stylo et le lance en direction de Kubrick. Le stylo se plante alors tout juste dans le revolver, sous les yeux étonnés de tout le monde. Même Dean a du mal à y croire. Creedy fonce alors sur l’aîné des Winchester, mais Dean s’écarte, et Creedy se cogne contre le mur. Dean attrape ensuite la télécommande et la lance sur Kubrick, qui la reçoit en pleine tête et s’effondre, assommé. Dean regarde alors son frère, et déclare qu’il est Batman.

 

Dans un cimetière. Les frères Winchester font le rituel qui permet de rompre la malédiction. Sam jette des cendres d’os et du poivre de Cayenne dans un feu pendant que Dean s’amuse à gratter des billets de loterie pour gagner le plus d’argent possible grâce à sa chance, ce qui exaspère Sam. Puis il met les billets dans la poche de sa veste posée sur une pierre tombale, et prend la patte de lapin à la place. Mais au moment de la jeter dans le feu, il entend quelqu’un armer une arme dans son dos. Il se retourne et voit Bela, son arme pointée sur eux. Dean commence à lui sortir son baratin sur le fait que c’est une voleuse mais pas une tueuse, mais Bela vise Sam et lui tire dessus, le blessant à l’épaule. Elle demande une nouvelle fois à Dean de poser la patte de lapin par terre, et Dean fait semblant de la poser, mais au dernier moment il la lance vers la jeune femme, qui a le mauvais réflexe de la rattraper. Bela est touchée par la malédiction à son tour, et elle n’a plus d’autre choix que de la détruire. Elle remercie les garçons pour lui avoir fait perdre un million et demi et lui laisser un acheteur psychopathe et dangereux sur les bras. Mais Sam et Dean lui font comprendre que ça ne les empêchera pas de dormir. Elle commence à partir, mais s’arrête appuyé contre la pierre tombale où se trouve la veste de Dean, et leur dit qu’un de ses jours elle leur paiera un verre. Et elle s’en va.

Dean et Sam sortent à leur tour du cimetière, et Dean commence à chercher les billets de loterie dans ses poches, mais il ne les trouve pas. Ils voient alors la voiture de luxe de Bela passer devant le cimetière. La jeune femme a les billets dans la main, et elle rigole. Dean est furieux.

 

Dans la prison de haute sécurité, Gordon reçoit la visite de Kubrick. Ce dernier est maintenant d’accord avec lui pour dire que Sam est pire qu’un monstre. Gordon lui dit que c’est super, mais qu’il doit d’abord trouver le moyen de le faire sortir de prison, pour pouvoir tuer Sam Winchester.

 

Ecrit par Blackrose.

BARAKA

 

On voit l’extérieur d’une prison. A l’intérieur, Kubrick est passé au détecteur de métal par un gardien.

 

Gardien : Levez les bras. C’est bon. Suivant

 

Kubrick se rend en salle de visite et s’assoit devant un homme noir dont on ne distingue pas le visage. Ils prennent le téléphone.

 

Kubrick : C’est vrai, on a ouvert une porte du diable dans le Wyoming

 

On voit l’autre homme, il s’agit de Gordon

 

Kubrick : Une porte immense. Il montre une photo. De la taille de St Helen. C’est assez difficile de savoir combien de démons ont réussi à sortir mais sûrement des centaines ; toute une armée.

 

Gordon : Sam Winchester était là, ou non ?

 

Kubrick : J’ai eu l’occasion de rencontrer quelqu’un qui connaît Bobby Singer et, oui les frères Winchester se trouvaient là bas quand la porte s’est ouverte mais Singer raconte qu’ils ont essayé de s’y opposer.

 

Gordon : secouant la tête. Bobby travaillait déjà avec leur père. Sam lui fait gober tout ce qu’il veut maintenant.

 

Kubrick : Ecoutes Gordon, tu peux me raconter tout ce que tu veux, Sam Winchester est des notre ; c’est un chasseur c’est tout.

 

Gordon : C’est tout ?

 

Kubrick : acquiesce. Ouai.

 

Gordon : Tu rêves. Je me demande si c’est un humain. Tu me crois dingue ? Je t’avais prévenu qu’une guerre approchait il y a six mois. Regardes autour de toi, on est en plein dedans. Alors je peux t’affirmer que Sam se trouve mêlé à tout ça. Trouves le rapidement et tu comprendras tout de suite. Sam Winchester doit mourir.

 

Gordon raccroche. L’écran devient noir et laisse place au générique.

 

**************

 

L’impala roule vers nous dans la nuit. Les deux frères se disputent.

 

Dean : Mais je te rappelle que c’est un démon ; dès que tu as su que cette Ruby était un démon, il fallait l’arroser d’eau bénite au lieu de la laisser parler.

 

Sam : Attend ! Laisses moi te dire la suite !

Dean : Je veux savoir pourquoi tu t’es pas débarrassé d’elle.

 

Sam : Pourquoi ? Parce qu’elle m’a dit qu’elle pouvait beaucoup nous apporter.

 

Dean : Nous apporter quoi ? Sam ne répond pas. Non, non sérieusement qu’est ce qu’elle pourrait bien nous apporter ?

 

Sam : Elle m’a dit qu’elle pouvait t’aider. Dean est perplexe. Au sujet du contrat que t’as passé.

 

Dean : n’en revenant pas. Mais elle t’a raconté des salades ! Tu sais très bien qu’elle t’a baratiné ! Elle sait que ton point faible c’est moi. Secoue la tête. Qu’est-ce qu’elle a dit d’autre ? Sam refuse de répondre. Alors ?

 

Sam : Rien du tout. Dean ne le crois pas, Sam s’énerve. Rien du tout je te dis ! Je suis pas idiot Dean ! Il est pas question de gober tout ce qu’elle raconte ; j’espère seulement me servir d’elle. Après tout, on est en guerre mais on connaît encore très mal nos ennemis ; on sait pas où ils sont, on sait pas ce qu’ils trament, on sait même pas ce qu’ils veulent ! Et cette Ruby en sait certainement plus sur eux que ce qu’on découvrira tout seul ! Alors oui, y’a un risque je le sais mais on doit le courir.

 

Dean : regarde Sam un peu inquiet. Ca va ? T’es vraiment sûr que ça va ?

 

Sam : exaspéré. Mais oui, bien sûr que ça va ! Pourquoi t’arrêtes pas de me demander ça ?

 

Un téléphone se met à sonner. Sam vérifie le sien.

 

Sam : C’est pas le mien.

 

Dean vérifie.

 

Dean : Le mien non plus. Regarde vers la boîte à gant. C’est celui de papa que j’ai gardé.

 

Sam : Quoi ?

 

Dean : Ouai, j’ai pensé que ses contacts pouvaient essayer de le joindre.

 

Sam ouvre la boîte à gants et prend le portable.

 

Sam : Allo ? Oui, je suis Edgar Casey…Non, non, non inutile d’avertir la police je règlerai ça moi même…Merci…Mais est-ce que vous pourriez refermer tout s’il vous plait ?...Génial ! Cherche un stylo et demande à Dean. Ho oui ! Non je suis désolé, j’ai pas mon agenda avec moi, vous voulez bien me rappeler l’adresse exacte ? Dean lui donne un stylo. Oui, oui ça y est, allez-y… Parfait. Merci. Raccroche. Tu savais que papa gardait des choses près de Buffalo ?

 

Dean : surpris. Non.

 

Sam : Ouai, dans un entrepôt.

 

Dean ; C’est vrai ?

 

Sam : Ouai, et quelqu’un a forcé le cadenas.

 

L’impala s’éloigne dans la nuit alors que le titre s’affiche.

 

**************

 

La caméra film une route fréquentée puis glisse vers un camping-car garé. A l’intérieur, Kubrick nettoie une arme alors qu’un autre chasseur, Creedy, regarde les autres.

 

Creedy : Hé ! En fait t’as rien de solide contre le jeune Winchester, tu fais seulement confiance à ce que t’as dit Gordon.

 

Kubrick : T’as déjà chassé avec Gordon ?

 

Creedy : Non, on dit qu’il est bon.

 

Kubrick : riant. C’est le meilleur. Il m’a sauvé la mise des tas de fois ; alors s’il dit que Sam Winchester est dangereux, on peut le croire.

 

Creedy : Il doit sûrement effacer ses traces, il sera pas facile à trouver.

 

Kubrick : Il a été repéré dans le Nebraska y’a trois semaines.

 

Creedy : ouvrant un placard. C’est pas une nouvelle très fraîche.

 

Kubrick : Il est pas invisible tu sais. Y’a bien un chasseur qui l’aura aperçu. Creedy trouve un Jésus dans le placard et le prend. On va téléphoner à tous nos contacts ; il suffit d’une seule piste.

 

Kubrick se lève et voie Creedy jouer avec le Jésus ; il le lui prend des mains.

 

Kubrick : Joue pas avec mon Jésus.

 

**************

 

On voit la façade d’un immeuble puis les deux frères dans un ascenseur.

 

Dean : C’est dingue.

 

Sam : Quoi ?

 

Dean : Tout ça. Ouai, papa et ses secrets. Après tout le temps passé avec lui on s’aperçoit qu’on le connaît pas.

 

Sam : Ouai. On va peut-être en savoir plus.

 

Dean ouvre la porte de l’ascenseur puis on le voit forcer le cadenas de l’entrepôt. Les deux frères inspectent les lieux avant d’entrer et voient un attrape démons au sol ainsi que des traces de sang.

 

Sam : Les démons n’étaient pas les bienvenus.

 

Dean : Du sang. Il voit un fil tendu au sol et le montre à Sam. Regarde ça.

 

Sam suit le fil de sa torche et trouve un fusil caché. 

 

Sam : Un des cambrioleurs a été touché.

 

Dean : Hein, hein; ça c’est clair. D’après les traces de semelles par terre, c’était une équipe de deux hommes et celui qui a été blessé semble pouvoir continuer à marcher.

 

Ils continuent d’inspecter l’entrepôt.

 

Sam : Qu’est-ce que t’en dis ? Qu’est-ce que papa faisait ici d’après toi ?

 

Dean : Il menait la grande vie comme toujours. Il voit le fusil cachait dans un crâne d’animal et n’en revient pas, puis il trouve un trophée, le prend et dépoussière l’inscription. 1995.

 

Sam : Fais voir. Il le lui prend puis sourit. C’est le trophée que j’ai reçu quand j’ai été champion de football. Il a l’air content. Je savais pas qu’il l’avait gardé.

 

Dean : Ce jour là il devait être très fier d’être ton père. Il trouve quelque chose. Ho ! Ho, ben ça alors ! Il prend une arme. C’est mon premier canon scié ; je l’ai fait moi-même. J’étais encore au lycée. Haha. Il est très fier et arme le fusil.

 

Sam ouvre une porte dont la chaîne a été cassée. Les deux frères entrent et tombent sur une collection d’armes.

 

Dean : Regardes ça ! C’est dingue, il avait aussi des mines ; les voleurs les ont laissées. Il inspecte le mur. Ils ont aussi laissé les fusils. Ca veut dire qu’ils savaient ce qu’ils voulaient.

 

Sam voit des boîtes en bois gravées alignées sur une étagère.

 

Sam : Hé ! Viens voir. T’as vu les symboles ? J’ai déjà vu ça. C’est des boîtes magiques.

 

Dean : Ouai, ces boîtes sont construites pour enfermer des démons à l’intérieur, comme la boîte de Pandore.

 

Sam : Oui, oui, oui ou pour y garder des mauvais sorts ou des choses pires encore.

 

Dean : Ouai, on sait que papa gardait beaucoup de choses bizarres ; des grigris dangereux, d’horribles fétiches et on savait pas où il les mettait. 

 

Sam : Maintenant on comprend mieux ce qui le poussait à les enfermer. Il remarque une marque de boîte dans la poussière. Ils ont pris une des boîtes. Génial.

 

Dean : Espérons qu’ils l’ouvriront pas.

 

**************

 

On voit un symbole gravé en gros plan.

 

Grossman : Alors, on l’ouvre ?

 

Wayne : blessé à l’épaule. Ho ! M’embêtes pas avec cette foutue boîte ! Tu vois pas ce qu’il se passe ? Je me vide de mon sang et je vais y rester.

 

Grossman : Allez, je l’ouvre.

 

Wayne : dépité. Grossman !

 

Grossman : Et si elle contient quelque chose de précieux qu’est-ce qu’on fait ? On l’a refile quand même à la fille ? On a pris tous les risques ! Hé ! Wayne, t’as failli y rester ; et tout ça pour quelques centaines de billets. Si on réussi à le revendre, ça va peut-être nous rapporter un maximum de pognon. Il casse le cadenas de la boîte et l’ouvre mais il est surpris par ce qu’il trouve à l’intérieur et ne comprend pas. Hein ?

 

On voit en gros plan l’intérieur de la boîte qui contient une patte de lapin.

 

Wayne : énervé. Tu te fous de moi ! Est-ce que tu te fous de moi ? Il prend la patte de lapin. Une patte de lapin ; c’est une patte de lapin Grossman ! J’ai failli me faire descendre pour une patte de lapin.

 

Quelqu’un toque à la porte.

 

Wayne : Qu’est-ce qu’y a encore ?

 

Grossman va ouvrir la porte.

 

Grossman : Ho ! Salut Foster.

 

Foster : Salut. Ecoutez, je suis pas un râleur seulement il n’est que six heures du matin.

 

Grossman : Oui.

 

Foster : Vous auriez pu attendre.

 

Grossman : Non, non on se trouve dans une sale situation là, désolé.

 

Foster : voyant Wayne. Hé, t’as pas l’air de rigoler à ce que je vois.

 

Wayne : Ouai, t’as raison, je me marre pas.

 

Foster : s’approchant de Wayne. Hé, Grossman, y’as une trousse médicale sous mon évier, met de l’eau à bouillir.

 

Grossman : Ouai.

 

Foster : regardant la blessure de Wayne. J’ai servi comme brancardier au Vietnam. On dirait que c’est ton jour de chance. Il rit.

 

On voit en gros plan la patte de lapin posée sur la table à côté d’un verre de whisky.

 

**************

 

On voit la façade d’un immeuble puis l’impala s’arrêter à côté d’une voiture dans une ruelle. Dean regarde la plaque.

 

Dean : Connecticut ; les trois chiffres son 8.8.0.

 

Sam : Ouai, c’est ça.

 

Dean : secouant la tête. Ils auraient du maculer leur plaque avec de la boue avant de se garer juste devant les caméras.

 

**************

 

Grossman et Wayne joue au poker dans leur appartement.

 

Wayne : Carré de rois. Il rit. Ha ! T’as vu ça ?

 

Grossman : n’en revenant pas mais riant. C’est pas croyable. Ouai, ouai.

 

Wayne : Aller, distribue encore.

 

On voit la serrure de la porte être forcée puis Sam et Dean entre. En voix off tandis que les deux frères avancent dans le couloir.

 

Wayne : en voix off. Ho ! J’ai vraiment du bol

 

Grossman : Ha ça…

 

Wayne : riant. Mais non, mais c’est dingue !

 

On voit Wayne gagner encore une fois.

 

Wayne : Quinte flush royale. Grossman, c’est la seconde quinte flush royale en huit donnes.

 

Grossman : voix off. Ouai, ouai ben moi j’arrête hein, c’est bon.  

 

Wayne : Ca c’est dingue ! J’ai pas perdu un coup, j’ai gagné à tous les coups ! C’est peut-être la patte de lapin ? J’avais jamais vu ça ! En tout cas, je vais te dire un truc, c’est qu’il est hors de question de remettre cette patte de lapin à l’autre pouffiasse. Sam et Dean sont à la porte. Ha ça non ! On va la garder pour nous !

 

Les deux frères font irruption et pointent leurs armes sur Wayne et Grossman.

 

Dean : Bougez plus !

Sam : Mains en l’air !

 

Dean : Bougez plus !

 

Sam : Pas un geste !

 

Dean : On ne bouge plus !

 

Grossman : Qu’est-ce qu’y a ?

 

Sam : La ferme !

 

Dean : Aller, donnez nous la boîte ; et j’espère que vous l’avez pas encore ouverte.

 

Grossman : Quelle boîte ?

 

Sam : Il l’a ouverte.

 

Gros plan sur la boîte

 

Dean : empoigne Grossman et le plaque au mur tout en braquant son arme sur lui. C’est pas malin ça !

 

Grossman : Hé, vous énervez pas!

 

Dean : énervé. Hein !

 

Grossman : Ne vous énervez pas !

 

Dean : Que contenait la boîte ? Grossman refuse de répondre mais regarde vers la table ; Dean fait de même et voit la patte de lapin. C’est ça ? Hein, c’est ça ? Il regarde mais n’a pas l’air de comprendre. Qu’est-ce que c’est ?

 

Grossman lui donne un coup dans le bras, le désarmant. L’arme tombe à terre et le coup part, touchant Sam et le faisant lâcher son arme avant que la balle ne touche une lampe poser juste derrière Dean. Sam voit son arme à terre et se rue sur Grossman qui le repousse, le faisant bousculer Dean qui s’effondre sur la table, faisant voler la patte de lapin.

 

Sam : à Dean. Pardon.

 

Grossman se jette sur Sam et le plaque au sol. Dean essaye de récupérer son pistolet mais Wayne l’attrape et en se relevant il frappe Dean à la poitrine avec. Celui-ci s’effondre à nouveau. Grossman étrangle Sam qui repère la patte de lapin près de sa main et tente de l’attraper. Il la prend, écarte les mains de Grossman et le repousse par un coup de pieds.

 

Sam : Dean ! Je l’ai.

 

Wayne : pointant l’arme de Dean sur Sam. Tu rêves. Il appuie sur la détente mais le coup ne part pas. Il ne comprend pas et essaie de désenrayer l’arme. Dean se relève, près à se jeter sur lui alors que Wayne recule. C’est pas vrai !

Wayne trébuche sur la table cassée. Les deux frères se regardent sans comprendre. Grossman se relève.

 

Dean : le voyant. Sam !

 

Les étagères sur lesquelles Grossman s’appuient pour se relever s’écroulent, l’assommant. Il lâche l’arme de Sam qui s’envole et arrive directement dans la main de celui-ci. Les deux frères sont surpris et ne comprennent pas alors que Wayne et Grossman gisent au sol, inconscient.

 

Dean : Qu’est-ce qui s’est passé ? Sam cherche à comprendre. C’est la patte de lapin ?

 

Sam : Ben oui je crois.

 

**************

 

Sur un parking, Dean se dirige vers l’impala, un sachet à la main puis s’y installe. A l’intérieur Sam fait des recherches.

 

Sam : Papa n’a rien écrit là-dessus dans son journal.

 

Dean sort des tickets à gratter du paquet qu’il tient et les montre à Sam.

 

Sam : Non, t’es malade !

 

Dean : Quoi ? Attends, c’était mon arme qui était pointée sur toi et mes armes ne s’enrayent pas ; c’était un coup de bol non ? Et je te parle pas de leur façon de s’assommer tous les deux, ça aussi c’était du bol ! Il tend un ticket à Sam. Tiens, grattes-en un. Sam le regarde, sceptique. Aller, dépêches-toi ! Sam prend le ticket. Grattes et gagnes. Il lui donne une pièce.

 

Sam : grattant le ticket. Ca cache forcément quelque chose de moins gai. Gros plan sur le ticket. Sinon papa ne l’aurait pas enfermé. Il rend le ticket à Dean.

 

Dean : le lui arrachant des mains. Montre ! Il n’en revient pas. 1200 dollars. Tu as gagné 1200 dollars ! Sam est surpris, Dean est heureux. Hahahaha ! Ouhou ! La franchement je vois pas ce qui te fait peur. Il tend un autre ticket à Sam.

 

**************

 

On voit Grossman étendu au sol, inconscient. La caméra glisse vers Wayne qui se réveille et se relève.

 

Wayne : regardant autour de lui. Grossman ! Grossman, lèves-toi. Il dégage une bouteille de bière avec son pied. Hé ! Debout Grossman. On voit la bouteille rouler puis s’immobiliser. Il donne un coup de pied à Grossman. Hé !

 

Wayne va dans la cuisine, enlève la vaisselle de l’évier et se passe de l’eau sur le visage.

 

Wayne : Hé ! Il s’essuie le visage. Grossman ! Grossman !

 

Wayne glisse sur la bouteille de bière et sa tête s’empale sur la grande fourchette qu’il venait d’enlever de l’évier. Grossman se relève et voit Wayne ; il se met à hurler.

 

**************

 

Dean étale les tickets à gratter sur le capot de l’impala.

 

Dean : riant. Super !

 

Sam : au téléphone. Ecoutes Bobby, on n’en savait rien.

 

Bobby : en voix off. Tu l’as touché ? Mais t’es malade ?

 

Sam : regardant la patte de lapin. Je te redis qu’on ne savait rien de tout ça ! Tu savais que papa avait un garde meuble à black rock ?

 

Bobby : assis à son bureau. Dans l’entrepôt ? Bien sur que je le savais ! Tu parles, j’avais fait ces boîtes là pour votre père. On revient sur Sam. Ecoutes Sam, tu t’es fichu dans un foutu pétrin. Sam trouve une montre en or par terre, sous un journal. Retour chez Bobby. Cette histoire de patte de lapin ne doit pas être prise à la légère. Retour sur Sam qui montre sa trouvaille à Dean. Il s’agit de vaudou, comme les anciens savaient le faire. Dean n’en revient pas. Retour chez Bobby. C’est une femme qui vivait au alentour de Bâton Rouge il y a cent ans qui pratiquait ce genre de chose.

 

Sam : Elle donne une chance incroyable.

 

Bobby : Ca, c’est une attrape nigauds parce que ça a été fait pour tuer ; ne l’oublie surtout pas Sam. En voix off tandis qu’on voit Dean compter combien Sam a gagner. C’est simple tu la touche, elle est a toi et quand tu l’as, c’est vrai, tu as assez de chance pour battre le diable lui-même. Mais, quand tu l’as perd, alors la chance tourne. Et elle tourne tellement que tu risques d’être tué dans la semaine qui suit.

 

Sam : Ben, t’inquiètes pas je vais pas la perdre !

 

Bobby : Mais tu l’as perdra un jour ou l’autre !

 

Sam : Est-ce qu’il y a un moyen d’arrêter le sort ?

 

Bobby : Ho, j’en connais aucun en tout cas. En voix off alors que Sam range la patte de lapin dans sa poche. Laisses moi fouiller dans mes bouquins et passer quelques coups de fils. Chez Bobby. Et fait très attention ! Il raccroche, dépité.

 

Dean : Hé ! Il montre les tickets à Sam tout content. On a quinze milles dollars. Sam sourit mais il est inquiet.

 

**************

 

On voit deux personnes âgées attendrent sur un banc. Les deux frères entrent dans un restaurant.

 

Dean : Ho, rassures toi ; Bobby va trouver un moyen. Mais en attendant, allons à Las Vegas, on pourra se faire un paquet de fric ! Tu sais comme dans Rain Man.

 

Sam : arrêtant son frère. Non, pas du tout. On va rester ici en attendant que Bobby nous rappelle. S’adressant à l’homme derrière le comptoir. Bonjour, une table pour deux Monsieur.

 

Homme : Et voilà notre grand gagnant ! Il attrape un énorme carton sous le comptoir alors qu’une cloche retentie.

 

Dean : Ca y est, t’as encore gagné.

 

Homme : Toutes nos félicitations ! Il remet le carton aux deux frères. Vous êtes notre millionième client à venir manger dans un restaurant Big Gerson’s ! Des photographes sont là et des confettis  et des ballons tombent du plafond.

 

Photographe : Par ici, s’il vous plait !

 

Dean ri ; une photo est prise le montrant souriant alors que Sam grimace.

 

**************

 

On voit le camping-car de Kubrick.

 

Kubrick : en voix off. Si tu as du nouveau, appelles moi tout de suite. Dans le camping-car. Bon, j’ai alerté tous mes copains ; le mot est lancé, maintenant on n’a plus qu’à attendre.

 

Creedy : Non, on mange.

 

Kubrick : se levant. Bonne idée. Qu’est-ce que tu veux ? J’ai plein de conserves.

 

Creedy : Ha non, non, non pas ça ! On va s’offrir un vrai repas, je connais un restaurant super. Bonne ambiance, plats copieux, service impeccable. Tu vas adorer ! Tu peux lire le menu sur le net.

 

**************

 

Sam et Dean sont attablés au restaurant. Dean dévore une glace tandis que Sam fait des recherches sur son ordinateur.

 

Sam : Bobby a raison, c’est un très vieux sortilège. Du vaudou. Il referme son pc. On ne coupe pas la patte de n’importe quel lapin ; ça doit se passer dans un cimetière, par une nuit de pleine lune et un vendredi treize. 

 

Dean : reposant sa glace. A partir de maintenant, on ne mangera plus que dans les Big Gerson’s.

 

Dean se tiens la tête, malade d’avoir trop manger. Sam ri. Une serveuse arrive pour leur proposer du café.

 

Serveuse : Encore du café ?

Sam : approchant sa tasse. Oui, merci. La serveuse le sert. Ca ira.

 

Serveuse : renversant du café à côté. Ho ! Attendez je vais essuyer ça !

 

Sam : C’est rien. Ca ira, ça ira. Non, non pas la peine, laissez.

 

Serveuse : le draguant. C’est pas un problème, vous savez.

 

Sam : D’accord.

 

Serveuse : Excusez moi, je suis désolée.

 

Sam : Non, c’est rien.

 

Dean n’en crois pas ses yeux. La serveuse s’éloigne et les deux frères la suivent du regard.

 

Dean : Sam ? Tu n’auras plus jamais une chance pareille.

 

Sam : Laisse tomber. Il prend sa tasse de café mais la renverse. Ho ! Ha ! C’est brûlant ! Il se lève et renverse le plateau qu’un serveur portait. Excusez moi. Dean ne comprend pas.

 

Client : Qu’est-ce qui s’est passé ?

 

Dean : Ca, c’est inquiétant.

 

Cliente : Il a bousculé le serveur.

 

Sam vérifie sa poche, elle est vide.

 

Dean : Elle te l’a piqué !

 

************

 

Un gros plan montre la patte de lapin dans le torchon de la serveuse. Elle le range dans sa poche et enlève sa perruque alors qu’elle quitte le restaurant en courant.

 

**************

 

Sam et Dean sortent du restaurant en courant.

 

Dean : Viens !

 

Sam trébuche et tombe. Dean s’arrête. Sam est par terre et à l’air de s’être fait mal.

 

Dean : Bravo ; quelle chute ! Il aide Sam à se relever. Quoi, t’as déjà la poisse ?

 

Sam : le jean de Sam est déchiré et ses genoux sont en sang. Ouai, on dirait. 

 

Dean : Ouai, j’aime pas ça.

 

**************

 

Dans le camping-car, Creedy montre le site internet du restaurant à Kubrick.

 

Creedy : Tiens.

 

Kubrick : Ouai, ça me va. J’adore quand ils mettent l’oignon entier à frire.

 

Creedy : reprenant son ordinateur. Alors, voyons l’adresse. Il voit quelque chose à l’écran et n’en reviens pas. Il le montre à Kubrick. Tu vois ce que je vois ? La page d’accueil montre la photo de Sam et Dean quand ils ont gagné.

 

Kubrick : souriant. Incroyable ! Il lève les yeux au ciel comme pour remercier Dieu.

 

**************

 

On voit une photo de Wayne et Grossman dans un bar mexicain. Puis la caméra passe sur Grossman, les larmes aux yeux.

 

Grossman : Adios compañero.

 

Il verse du whisky sur le sol et trinque à son copain avant de boire. La porte s’ouvre et Dean entre suivit de Sam.

 

Grossman : Ho non, pas vous ! Qu’est-ce que vous voulez ?

 

Dean : avançant tandis que Sam reste en retrait. Désolé pour ton ami, c’est pas de chance.

 

Grossman : Barrez-vous.

 

Dean : On sait que c’est quelqu’un qui vous a envoyé voler la patte de lapin ; une femme.

 

Grossman : Ouai ? Comment vous savez ça ?

 

Dean : Parce qu’elle vient de nous voler la patte.

 

Grossman se met à rire.

 

Sam : T’as pas intérêt à rire sinon…Il se prend le pied dans le fil d’un poste. En essayant de la rattraper, il fait tomber une lampe et tombe avec le tout dans les bras.

 

Dean : Sam, ça va ?

 

Sam : toujours au sol. Oui, oui ça va.

 

Dean : Tu vas nous dire comment elle s’appelle.

 

Grossman : le défiant. Tu rigoles ?

 

Sam se relève péniblement.

 

Dean : La mort de ton copain n’a rien d’un hasard malheureux.

 

Grossman : Quoi ?

 

Dean : Ca vient de la patte de lapin.

 

Grossman : rigolant comme si Dean le faisait marcher. Non, déconnes pas.

 

Dean : Je ne déconne pas. Tu as vu ce qu’il s’est passé, tu étais là. Tu as vu la chance et ensuite la poisse. Quand on perd la patte de lapin, la chance se retourne contre vous et c’est ce qui a tué ton ami. Mon frère sera le suivant, et il y aura encore beaucoup d’autres innocents après lui. Si tu nous aides pas à empêcher ces drames d’arriver, tu seras alors complice. En général, j’ai un bon jugement sur les gens ; je me trompe rarement. Regardes toi, t’es un voleur, t’es un minable, c’est évident, mais t’es pas un tueur. Non.

 

Grossman baisse les yeux, montrant que Dean a raison.

 

**************

 

On voit Kubrick appuyé contre son camping-car.

 

Creedy : Personne n’a vu de quel côté ils sont partis. Et leur repas était gratuit, ils ont pas utilisé de carte de crédit.

 

Kubrick : souriant. On les trouvera, ne t’inquiète surtout pas.

 

Creedy : Pourquoi t’en es si sûr ?

 

Kubrick : Il y a quelqu’un qui est plus fort que nous là derrière. Ouai, mon vieux je le sais.

 

**************

 

Les deux frères sortent de l’appartement quand le portable de Dean se met à sonner. On voit en gros plan Dean marcher à quelques centimètres d’un chewing-gum.

 

Dean : Allo.

 

On entend le bruit du chewing-gum sur lequel Sam vient de marcher.

 

Bobby : en voix off. Dean, bonne nouvelle ! Ca a pas été facile mais j’ai trouvé un rituel purificateur qui devrait faire l’affaire.

 

Sam se rend compte qu’il vient de marcher sur quelque chose et soulève sa chaussure, dépité.

 

Dean : Bravo ! C’est génial ! Seulement Sam… il voit que son frère a marché dans le chewing-gum. Sam a perdu la patte.

 

Bobby : chez lui. Il a quoi ?

 

Dean : Ouai, c’est une super nana qui lui a volé. Sam se dirige vers une bouche d’égout et tente de décoller le chewing-gum de sa chaussure. Je plaisante pas ! Une petite trentaine et assez adroite pour voler sans qu’on s’en aperçoive. Sam s’énerve. Et le nom qu’elle a donner aux deux autres minables étaient certainement faux, c’était Luigi un truc comme ça.

 

Sam : Lugosi.

 

Dean : Ha ! Lugosi.

 

Bobby : voix off. Lugosi. Chez bobby, il réfléchit. Lugosi. Il trouve. Ho non ! C’est probablement Bela.

 

On voit Sam perdre sa chaussure dans le trou de la bouche d’égout.

 

Dean : Bela Lugosi ? Joli nom.

 

Bobby : voix off. De son vrai nom Bela Talbot. Chez Bobby. Nos chemins se sont croisés une fois ou deux.

 

Dean : Elle fait partie des chasseurs pour connaître tout ça ?

 

Bobby : Pas vraiment, c’est trop d’efforts pour elle. Mais c’est une fille qui a toujours su ce qu’elle voulait. Je la pensais rangée des affaires et quelque part au soleil au Moyen-Orient.

 

Dean : Elle est ici pourtant.

 

Bobby : C’est malheureusement une mauvaise nouvelle pour vous.

 

Dean : Bien.

 

Bobby : Mais s’il s’agit bien de Bela, je devrais me débrouiller pour la trouver assez rapidement.

 

Dean : Très bien Bobby, merci.

 

Bobby : Et je t’en prie, fais attention à Sam surtout, il est en danger. Il secoue la tête en raccrochant.

 

Dean raccroche et se retourne vers Sam qui est tout dépité.

 

Dean : inquiet. Quoi ?

 

Sam : J’ai perdu ma chaussure.

 

On voit en gros plan la chaussette de Sam. Dean n’en revient pas.

 

**************

 

L’impala roule vers un motel. A l’intérieur Dean est au téléphone.

 

Dean : Bravo t’as fait vite. Je te remercie. Il raccroche et arrête la voiture. Bobby a déjà appris plein de chose sur la Bela en question. Elle habite le Queens. Regarde sa montre. Ca va me prendre deux heures pour y arriver.

 

Sam : Et qu’est-ce qu’on doit faire ?

 

Dean : Toi, tu vas m’attendre sagement. Je ne voudrais pas que tu puisses nous faire tuer.

 

La voiture repart et passe devant le camping-car de Kubrick.

 

**************

 

Les deux frères entrent dans leur chambre.

 

Sam : Je peux quand même faire quelque chose non ?

 

Dean : l’attrapant par le bras. Non, rien. Aller, viens par ici. Prenant une chaise. Tu fais rien du tout, tu viens t’asseoir ici et tu bouges plus. D’accord ? Sam s’assoie. Tu n’éteins pas la lumière, tu l’allumes pas, tu touches à rien, t’évites même de te gratter le nez.

 

Dean s’en va.

 

Sam : avec un air enfantin. C’est malin, ça me gratte. Il vérifie que Dean est partie et se gratte le nez.

 

**************

 

On voit le pont de New York. « Queens, New York »

 

La caméra montre un appartement puis on aperçoit Bela au téléphone.

 

Bela : On était pourtant d’accord sur le prix, je vous rappelle…Mais moi j’ai d’autres acheteurs potentiels… C’est inutile de me menacer…En dépit de votre réputation, je n’ai pas peur…oui, je pense que c’est bien mieux…Alors rendez-vous dans une heure.

 

On voit Dean sur les écrans de contrôle. Elle ne le voit pas et raccroche. Puis, elle prend la patte de lapin avec une pince, faisant réagir le chat. Elle se doute de quelque chose et vérifie les écrans de contrôle mais Dean n’y apparaît plus. Elle pose la patte de lapin et attrape une arme cachait dans la cave à vin. Elle se dirige vers la porte et on voit que celle-ci est ouverte. L’alarme est en mode erreur. Un post-it jaune est collé dessus sur lequel Bela lit « retournes toi ». Dean apparaît alors à l’autre bout du couloir et pointe son arme vers Bela qui fait de même.

 

Dean : Vous avez oublié le pourboire.

 

Bela le reconnaît et sourit.

 

*************

 

Sam se tourne les pouces assis sur sa chaise dans la chambre. Il se balance, attendant que le temps passe. On voit en gros plan le chauffage qui fait du bruit. Sam cherche à comprendre puis on voit de la fumée sortir du mur.

 

Sam : dépité. Ho non, non pas ça ! J’ai rien fait, j’ai pas bougé !

 

Il se lève et s’approche précautionneusement du chauffage. On aperçoit alors des flammes sortir de celui-ci.

 

Sam : Ho, mais c’est dingue ça !

 

Il prend la couverture et tente d’étouffer le feu. Ca fonctionne et il pense être sortie d’affaire mais se manche prend s’enflamme à son tour.

 

Sam : Non !

 

Il étouffe le feu avec le rideau mais celui-ci se décroche et l’assomme. On voit alors Kubrick et Creedy juste devant la fenêtre.

 

**************

 

Dans l’appartement de Bela.

 

Dean : visant toujours Bela. Je viens récupérer la patte.

 

Bela : riant et visant Dean. Désolée, elle est a moi.

 

Dean : la défiant. On va voir ça. Bela c’est ça ?

 

Bela : Oui, c’est ça ; Dean

 

Dean : Vous savez qu’elle est dangereuse n’est-ce pas ?

 

Bela : Vous n’imaginez pas le prix qu’on propose pour m’acheter ça.

 

Dean : Ha oui ?

 

Bela : Il y a un gros marché ces derniers temps, et beaucoup d’argent à prendre. Riant. Vous les chasseurs vous avez bien des amulettes et des talismans rarissimes pour combattre tous ces monstres. Chacun de ses objets pourrait envoyer jusqu’aux enfants de vos enfants à l’université.

 

Dean : Alors vous connaissez la vérité. Vous savez ce qu’il risque d’arriver et pourtant vous le faite quand même. Vous savez que c’est pas bien de faire ça.

 

Bela : Je procure des choses rarissimes à une riche clientèle.

 

Dean : Oui, vous êtes une voleuse.

 

Bela : souriant. Non, une grande voleuse.

 

**************

 

Sam se réveille sur sa chaise tandis que Creedy l’attache en enroulant du scotch autour de son torse.

 

Kubrick : De retour parmi nous ?

 

Creedy : Hé ! Et tu sais qu’on n’a pas eu à te toucher ? Tu t’es pris la tringle à rideau sur la tête et tu t’es assommé tout seul. On aurait dit du grand Jerry Lewis du temps où il nous faisait rire.

 

Sam : cherchant à comprendre. Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous voulez ?

 

Kubrick : claquant des doigts pour le faire taire. J’ai longtemps cru que je devais d’être ici à ton ami Gordon.

 

Sam : comprend. Gordon ? Ho, non pas lui !

 

Kubrick : Oui, parce qu’il m’a demandé de retrouver ta trace et de t’abattre après t’avoir fait parler.

 

Sam : C’est rassurant d’avoir des amis.

 

Kubrick : Mais ! Et ça je l’ai découvert ensuite, cette mission m’a été confiée par Dieu. Il gifle Sam.

 

**************

 

Dans l’appartement de Bela. Dean et Bela se vise toujours.

 

Dean : Ecoutez, mon frère a touché la patte et quand vous lui avez prise sa chance a tourné et…

 

Bela : l’interrompant. Je sais comment ça marche.

 

Dean : Alors vous savez qu’il faut la détruire si on veut le sauver.

 

Bela : prenant un air compatissant. Ho. Je vous laisse la patte…pour un million et demi.

 

Dean : Merci. Je vais téléphoner à mon banquier. Y’a une chose que je voudrais comprendre ; c’est comment vous avez pu trouver cette patte dans un vieil entrepôt éloigné de tout.

 

Bela : regardant une table de ouija. J’ai interrogé quelques esprits des personnes mortes à cause d’elle. Ils étaient tous d’accord sur l’endroit où elle était.

 

Dean : n’en revenant pas. Alors tout ce qu’y vous intéresse vous, c’est ramasser du pognon.

 

Bela : Parce que jouer les chasseurs c’est peut-être plus noble. Une bande d’obsédés sanguinaires, de dangereux sociopathes défendant un monde qu’on ne pourra pas sauver.

Dean : Ouai, c’est dur d’avoir le moral avec vous.

 

Bela : On ira tous en enfer Dean, profitons-en en attendant.

 

Dean : Alors là je suis complètement d’accord. Bon, ces moments sont charmants mais je suis, hélas, assez pressé. Et, j’ai pris ça. Montre la patte de lapin. Vous n’êtes pas la seule à avoir des doigts de fée et, si ça peut vous consoler, je tiens à vous dire que vous êtes une fille répugnante.

 

Bela lui tire dessus mais vise à côté ; une des balles ricoche sur le mur, touche la table de ouija et casse des vases. Dean montre la patte en riant, et s’en va tandis que Bela continu de tirer cassant encore des objets.

 

Dean : passant la porte. A bientôt !

 

**************

 

Au motel, Creedy jette un verre d’eau au visage de Sam pour le réveiller.

 

Kubrick : Tu faisais partie du plan du démon pour ouvrir la porte du diable.

 

Sam : Non, on a essayé d’arrêter le démon.

 

Kubrick : Non ! Pas de salade ! T’étais dans le coup, tu connais le prochain endroit où ils frapperont.

 

Sam : Non, pas du tout. J’en sais rien. Vous vous trompez sur toute la ligne.

 

Kubrick : Où est-ce qu’ils vont attaquer ? Sam est désespéré. Kubrick le gifle. Où ça ? Gordon sait absolument tout de toi Sam. Et tout tes pouvoirs. Il m’a dit que ces derniers temps, tu avais des visions.

 

Sam : Non, non c’est terminé, j’ai plus ce pouvoir, plus de visions, tout ça c’est fini.

 

Kubrick : giflant Sam. Et tu arrêtes de nous raconter des histoires. Il y a toute une armée de démons là dehors, s’apprêtant à fondre sur un monde déjà battu. On sait qu’on est en vu du combat final. T’es pas bête, tu comprends bien que dans ce cas là, il n’est pas question de courir de risques. Il sort son arme et la pointe sur Sam.

 

Sam : Att…D’acc…Non, non attendez une minute, je sais que… 

 

Creedy : prenant le bras de Kubrick. Attend.

 

Kubrick : énervé. Non ! Tu as vu ce qu’y s’est passé Creedy, alors réfléchi un peu. Pourquoi sommes nous ici ? Parce que tu as vu une photo sur le net ? Parce que on a choisi ce motel là au lieu d’un autre ? La chance à ce niveau, ça n’existe pas.

 

Sam : Je vais tout vous expliquer, si vous me….

 

Kubrick : l’interrompant. La ferme. A Creedy. C’est le Seigneur Creedy, Il nous a conduit ici pour une raison ; faire son travail. Et ça ? Ca, ça c’est le destin.

 

Il pointe son arme vers Sam qui ferme les yeux, près à mourir.

 

Dean : voix off. Non. Armant son arme. Justement, ce n’est pas le destin. On voit Dean pointant son arme vers Kubrick. C’est une patte de lapin.

 

Kubrick : Baisses ça tout de suite fiston, sinon tu ramasseras des bouts de cervelles sur les murs.

 

Dean : montrant son arme. Quoi, ce truc ?

 

Kubrick : Ouai, ce truc.

 

Dean : D’accord. Il pose son arme. Mais vous ne devez pas être au courant d’un petit détail. Il prend un stylo posé sur la table.

 

Kubrick : tournant son arme vers Dean. Ha oui ? Et de quoi tu parles ?

 

Dean : C’est mon jour de chance.

 

Dean lance le stylo qui vient boucher le canon de l’arme de Kubrick. Sam n’en revient pas.

 

Dean : très fier. Haha ! Bien lancé Dean, t’es génial !

 

Creedy essai de lui mettre un coup de poing mais Dean s’écarte et il s’assomme contre le mur.

 

Dean : Je m’admire. Kubrick sort le stylo du canon et s’apprête à viser Dean. Celui-ci prend la télécommande et l’assomme avec en la lui jetant au visage. Il est très fier de lui. Je suis Batman.

 

Sam : Ouai ; t’es batman.

 

**************

 

Sam verse une poudre dans un feu que l’on voit en gros plan.

 

Sam : Voilà. Fermant le pot. Poivre de cayenne. Dean gratte des tickets. Et poudre d’os. Il se relève. Ca devrait suffire.

 

Dean : grattant des tickets. Attends une seconde.

 

Sam : Dean !

 

Dean : continuant de gratter. Ca va, y’a pas le feu. Au moins que ça me rapporte.

 

Sam laisse tomber et Dean sourit, allant ranger les tickets dans la poche de sa veste.

 

Dean : Aller, on y va. Sortant à la patte de lapin et lui parlant. C’est terminé ; bon voyage petit lapin.

 

On entend une arme se charger. Bela se tiens derrière Dean et vise les deux frères.

 

Bela : Je crois que ce que vous avez à la main est à moi. En tout cas, provisoirement. Posez la par terre.

 

Dean : Non. Je sais que vous ne tirerez pas. J’ai toujours eu un bon jugement sur les gens comme vous ; d’accord vous êtes une voleuse mais vous n’êtes pas…Bela tire dans l’épaule de Sam. Vous êtes cinglée, espèce de… !

 

Bela : l’interrompant. Pas un pas de plus la terreur. Ne bougez pas. Le moindre mouvement et j’appuie sur la détente. S’adressant à Dean. Vous avez la chance avec vous, j’essaierai pas de vous atteindre. Déplace son arme vers Sam. Mais je ne manquerai pas votre frère.

 

Dean se tourne vers Sam qui compresse sa blessure.

 

Dean : Non, mais ça va pas, vous êtes malade ? Vous tueriez quelqu’un sans remords pour cette horreur ?

 

Bela : Et alors ? Je vous conseille de garder votre calme. Cette fois-ci j’ai juste visé l’épaule ; vous, vous avez souvent fait bien pire. Posez la patte de lapin devant vous sur le sol, maintenant.

 

Dean : énervé. D’accord ! D’accord, restez tranquille. Il se baisse et lance la patte en direction de Bela. Attrapez ça !

 

Bela rattrape la patte et comprend son erreur.

 

Bela : soupirant. C’est trop bête !

 

Dean : Alors, qu’est-ce que vous diriez de détruire cet horrible bout de cadavre ?

 

Gros plan sur le feu dans lequel Bela jette la patte.

 

Bela : Je vous remercie beaucoup. La patte fait des étincelles en se consumant. J’ai perdu un million et demi et ça va mécontenter un très puissant client qui risque d’être fâché pour longtemps.

 

Dean : Ha bon ? C’est bizarre mais ça me rend pas du tout triste. Sam ?

 

Sam : pressant un mouchoir contre sa blessure. Non. Non, moi non plus.

 

Bela s’éloigne et s’appuie sur la veste de Dean

 

Bela : Si jamais on se recroise, je serais moins conciliante.

 

Dean : Ho, ne partez pas fâché, mais s’il vous plait partez.

 

Bela : A un de ces jours Messieurs.

 

Bela s’en va et les deux frères regardent la patte de lapin se consumer.

 

**************

 

Les deux frères quittent le cimetière.

 

Dean : Ca ira ?

 

Sam : Je survivrai.

 

Dean : Tout est redevenu normal maintenant, hein ? Plus de chance, plus de poisse, rien. Ho ! Il fouille sa veste. C’est vrai qu’on a gagné presque quarante-six milles dollars. Un peu plus et j’allais…Il s’interromps en ne trouvant pas les tickets. Où sont les tickets ?

 

Les deux frères se regardent. On voit au loin la voiture de Bela qui s’éloigne en klaxonnant. Ils se regardent, comprenant. Dans sa voiture, Bela sourit et prend les tickets posés à ses côtés en riant. Dans le cimetière, Sam sourit devant la frustration de Dean.

 

Dean : Elle avait pas le droit !

 

**************

 

On voit l’extérieur d’une prison. A l’intérieur, Kubrick parle avec Gordon.

 

Kubrick : Tu avais raison pour tout. Sam Winchester est plus qu’un monstre ; c’est notre plus grand adversaire.

 

Gordon : Qu’est-ce qu’y t’as tellement convaincu ?

 

Kubrick : C’est Dieu qui m’a conduit à lui. Et Sa volonté est claire.

 

Gordon : Oui, d’accord. C’est génial. Heureux de t’avoir à bord. Mais, chaque chose en son temps. Il faut vite me faire sortir d’ici.

 

Kubrick. Ouai.

 

Gordon : Parce que, comme je te l’ai dit, Sam Winchester doit mourir.

 

Gordon raccroche.

 

* * * FIN * * *

 

Ecrit par kateanddin.

[FADE IN: INT. PRISON. A middle-aged man, KUBRICK, is permitted to a phone conversation with one of the inmates. He sits down in front of a plate glass window, where GORDON WALKER is sitting on the other side, looking haggard and worn out. They pick up their phones to talk.]

KUBRICK: It's true. The Devil's Gate was opened in Wyoming -- big. St. Helens big. There's no solid fix on how many demons got out. But it's in the hundreds: an army.

GORDON: Sam Winchester was there. Wasn't he?

KUBRICK: I talked to a guy who knows a guy who knows Bobby Singer. And, yeah. Looks like the Winchesters were at ground zero when the gate was popped. But Singer said they went in there to stop it.

GORDON: Nuh-uh. Bobby's edge ain't what it used to be. Sam could have him believing anything by now.

KUBRICK: Listen, Gordon. As far as talk goes, Sam Winchester checks out. He's a hunter, that's all.

GORDON: That's all? [laughs] Kubrick, I'm not even sure he's human. You think I'm crazy? I told you there was a war coming, six months ago. Take a look around: it's here. Now, I'm telling you this boy is a part of it. Track him down, Kubrick. You'll come to see it, too. Sam Winchester must die.

TITLE CARD

[FADE IN: INT. IMPALA. The boys are driving.]

DEAN: Because "demon", that's why. I mean, the second you find out this Ruby chick is a demon, you go for the holy water. You don't chat!

SAM: No one was chatting, Dean.

DEAN: Oh, yeah? Then, why didn't you send her ass back to hell?

SAM: Because she said she might be able to help us out.

DEAN: How? [No response] No, really, Sam, how? How could she possibly help us?

SAM: She told me she could help you, okay? Help you out of the crossroads deal.

DEAN: What is wrong with you, huh? She's lying! You've gotta know that, don't you? She knows what your weakness is: it's me. [pause] What else did she say? [No response] Dude?

SAM: Nothing. [DEAN gives him a look] Nothing, okay? Look, I'm not an idiot, Dean! I'm not talking about trusting her! I'm talking about using her. We're at war, right? And we don't know jack about the enemy. We don't know where they are, we don't know what they're doing. Hell, we don't even know what they want. Now, this Ruby girl knows more than we will ever find out on our own. Now, yes, it's a risk. I know that. But we need to take it.

DEAN: You're okay, right? I mean, you're feeling okay-

SAM: Yes! I'm fine! Why are you always asking me that?

[A phone rings in the car. SAM and DEAN look around for their phones.]

SAM: It's not mine.

DEAN: No. [realizing something] Check the glove compartment. It's Dad's.

SAM: Dad's?

DEAN: Yes. I keep it charged up in case any of his old contacts call.

[SAM fishes the phone out of the glove compartment, flipping it open.]

SAM: Hello? [...] Yes, this is Edgar Casey. [shrugs] No, no. Don't call the police. I'll handle this myself. [...] Thanks. You know, can you just lock it back up for me? [...] Great. You know, I don't have my book in front of me. Do you have the address? [...] Sure, okay. Go ahead.

[He grabs a pen from DEAN and begins scribbling down the address.]

SAM: Right. Thanks a lot. [hangs up] Did Dad ever tell you he kept a container at a storage place?

DEAN: What?

SAM: Outside of Buffalo?

DEAN: No way.

SAM: Yeah. And someone just broke into it.

[CUT TO: INT. TRAILER PARK. KUBRICK is with his friend, CREEDY. The two of them are preparing their weapons. There are religious knick-knacks all around the trailer.]

CREEDY: So, you've got no hard evidence on this Winchester guy. You're just working off Gordon's instincts.

KUBRICK: You ever hunt with Gordon?

CREEDY: No. I heard he's good.

KUBRICK: Good? [chuckles] He's the best. Saved my ass more times than I can count. So, if he says Sam Winchester is dangerous, I believe him.

CREEDY: He's gonna be covering his tracks. Won't be easy to find.

KUBRICK: Last I got puts him in Nebraska, three weeks back.

CREEDY: Not exactly a fresh lead.

KUBRICK: He ain't invisible, Creedy. Some hunter out there knows something. So, we start calling our contacts. All we need is one break.

[CREEDY picks up a small figurine of Jesus' head and starts playing with it. KUBRICK grabs it back from him.]

KUBRICK: Don't play with my Jesus.

[CUT TO: STORAGE FACILITY. DEAN and SAM are riding the elevator down to the storage room.]

DEAN: Man...

SAM: What?

DEAN: Just Dad. You know, him and his secrets. I spend all this time with the guy, and it's like I barely even know the man.

SAM: Well, we're about to learn something.

[The elevator lets them off at the storage unit. They break open the lock and enter, noticing there is a Devil's Trap drawn on the floor. There are also bloody footsteps trailing into the facility.]

SAM: No demons allowed.

DEAN: Blood.

[They crouch down to examine it closer. There is a tripwire set up along the doorway as well.]

DEAN: Check this out.

SAM: Whoever broke in here got attacked.

DEAN: [scoffs] Dear old Dad. Hey, there are two sets of boot tracks here. Looks like it was a two-man job. And our friend with the buckshot in him looks like he kept walking.

SAM: So, what's the deal? Dad would do work here, or something?

DEAN: Living the high life, as usual.

[They look around the storage unit some more. There are filing cabinets, shelves, and all kinds of artifacts everywhere. DEAN picks up a small trophy, brushing off the dust to read it.]

DEAN: 1995.

SAM: No way! That's my division championship soccer trophy. I can't believe he kept this.

DEAN: Yeah, it's probably the closest you ever came to being a boy. [He finds a rifle lying nearby] Oh, wow! It's my first sawed-off. I made it myself. In the sixth grade. [He cocks it, looking pleased.]

[A heavy door leads them to another room of the storage facility. Inside, there are tons of weapons.]

DEAN: Holy crap. Look at this, he has landmines...which they didn't take. Or the guns. I guess they knew what they were after, huh?

[SAM notices several boxes on a shelf. They are all painted with intricate symbols.]

SAM: Hey, Dean, check this out. See these symbols? That's binding magic. These are curse boxes.

DEAN: Curse boxes -- they're supposed to keep the evil mojo in, right? Kind of like a Pandora deal?

SAM: Yeah. They're built to contain the power of the cursed object.

DEAN: Dad's journal did mention a whole bunch of stuff, you know? Dangerous hexed items, fetishes -- he never did say where they ended up.

SAM: Yeah. This must be his toxic waste dump.

[He notices an empty space on one of the shelves, where one of the boxes has clearly been stolen.]

SAM: One box is missing. Great.

DEAN: Well, maybe they didn't open it.

[CUT TO: INT. APARTMENT. One man, GROSSMAN, is sitting at the table with the stolen box. The other man, WAYNE, is on the couch, nursing his gunshot wound.]

GROSSMAN: Come on, man. Let's open it.

WAYNE: Shut up about the damn box! Do you see what's happening here? I'm literally bleeding to death!

GROSSMAN: Well, I'm gonna open it.

WAYNE: Grossman...

GROSSMAN: Look, what if this is really worth something? What, we should just hand it over to her? We took all the risk. Hell, Wayne, you got shot. And all for a lousy few hundred bucks. Now, we could make more selling whatever it is ourselves.

[He breaks the lock on the box. WAYNE goes to watch. Tentatively, he opens it, expecting something important and meaningful inside. But the box merely contains a rabbit's foot.]

GROSSMAN: Huh?

WAYNE: Are you kidding me? Are you kidding me?

[He grabs the rabbit's foot from the box.]

WAYNE: It's a rabbit's foot. It's a rabbit's foot, Grossman! I'm gonna die for a damn rabbit's foot. [There is a knock at the door] Oh, great. Now what?

[He sits down while GROSSMAN answers the door: it is their neighbor, FOSTER.]

GROSSMAN: Hey, Foster.

FOSTER: Hey. Listen, guys. Not to be a drag or nothing, but it's six o'clock in the morning. Can't you keep it down?

GROSSMAN: We've just got a situation here is all. Sorry.

FOSTER: [noticing Wayne] What the hell happened to you?

WAYNE: A shotgun happened to me.

FOSTER: Hey, Grossman? Under my sink, there's a medical kit. And get some water boiling. [to Wayne] I used to be an army medic, you know? In ‘Nam. So, I guess this is your lucky day.

[Outside, SAM and DEAN pull up next to GROSSMAN and WAYNE'S car, taking notice of the license plates.]

DEAN: Connecticut. Last three digits, 8-8-0.

SAM: Yep. That's them.

DEAN: Should have blacked out the plates before they parked in front of the security camera.

[Inside the apartment, GROSSMAN and WAYNE are playing poker. WAYNE'S wound is all patched up.]

WAYNE: [showing his cards] Four kings! You see that?

GROSSMAN: Yeah, yeah, yeah.

WAYNE: Deal them up again.

[At the same time, SAM and DEAN pick the lock to the apartment. They enter cautiously, making their way down the hall.]

WAYNE: Royal flush! Grossman, that's the second royal flush in eight hands. I can't lose. I mean, really. I can't lose. [grabbing the rabbit's foot] Maybe this thing really works. You know what I'm saying? I'll tell you one thing, there's no way in hell we're handing it over to that stuck-up bitch. Not after all we've been through. Let's go. Let's get out of here, let's go have some fun.

[Just then, SAM and DEAN enter the room, guns raised.]

DEAN: Freeze! Freeze! Nobody move!

SAM: Don't move!

DEAN: Don't move!

SAM: Stop!

DEAN: All right, give us the box. Please tell me that you didn't... [SAM notices the open box.]

SAM: Oh, they did.

DEAN: You opened it?! [He slams WAYNE against the wall.]

WAYNE: Are you guys cops?

DEAN: Huh?!

WAYNE: Are you guys cops?!

DEAN: What's in the box?

[WAYNE gestures to the rabbit's foot on the table.]

DEAN: Oh, is that it? Huh? It was, wasn't it? [beat] What is that thing?

[While he is distracted, WAYNE punches him. DEAN'S gun falls to the floor and goes off. The bullet ricochets off the radiator, the wall, and finally knocks the lamp over. SAM drops his gun as well. Both he and GROSSMAN dive for it. GROSSMAN pushes SAM, knocking him into DEAN. DEAN collapses into the table, pushing the rabbit's foot to the floor.]

SAM: Sorry!

[GROSSMAN tackles him and pins him down. He begins choking SAM. DEAN, meanwhile, reaches for the gun, but WAYNE gets there first, knocking him down. While SAM is being choked, he sees the rabbit's foot on the floor next to him. He reaches for it until he finally grabs it. The luck immediately transfers to him. He kicks GROSSMAN, sending him flying into the wall.]

SAM: [standing] Dean! I got it!

WAYNE: No, you don't.

[He stands as well, aiming DEAN'S gun at SAM'S head. SAM braces himself for the shot, but when WAYNE fires, nothing happens. He tries again and again, but the shot never comes. Suddenly, he backs up, and falls over the couch, knocking himself out. GROSSMAN, meanwhile, aims the other gun at SAM.]

DEAN: Sam!

[Just as GROSSMAN is about to shoot, however, he loses his balance, and a shelf of books falls on his head. The gun goes flying, and SAM catches it perfectly. GROSSMAN is knocked unconscious.]

DEAN: That was a lucky break. Is that a rabbit's foot?

SAM: [holding it up] I think it is.

DEAN: Huh.

[CUT TO: PARKING LOT. DEAN comes to the car with a paper bag.]

SAM: I'm not finding anything on it in Dad's journal.

[DEAN opens the bag, holding out scratch-off lottery tickets.]

SAM: Dean, come on.

DEAN: What? Hey, that was my gun he was aiming at your head. My gun don't jam. So, that was a lucky break. Not to mention, them taking themselves out, also a lucky break.  Here. Scratch one. Come on, Sam. Scratch and win! [SAM takes it and starts scratching.]

SAM: Dean, it's gotta be cursed somehow. Otherwise, Dad wouldn't have locked it up. [He hands the ticket back to DEAN.]

DEAN: Twelve-hundred dollars. You just won twelve-hundred dollars. [He laughs, cheering] I don't know, man. Doesn't seem that cursed to me. [holds out another ticket]

[CUT TO: GROSSMAN AND WAYNE'S APARTMENT. WAYNE finally comes to. He notices GROSSMAN passed out under the pile of books.]

WAYNE: Grossman! Grossman, get up. Hey! Grossman, get up.

[He nudges a beer bottle with his foot, and it rolls into the middle of the kitchen floor. WAYNE heads to the kitchen sink. He takes the dirty dishes and begins putting them in the drying rack: some plates, a colander, and a tall, pronged fork.]

WAYNE: Hey! Grossman! Grossman!

[As he heads back to the living room, he suddenly slips on the beer bottle. He falls backwards and lands on the speared fork. It pierces right through the back of his head, coming out the other side through his mouth. GROSSMAN finally wakes up, entering the kitchen. When he sees WAYNE and his blood spreading everywhere, he lets out a loud scream.]

[CUT TO: PARKING LOT. SAM is on the phone with BOBBY, while DEAN lays out the lucky lottery tickets on the hood of the car.]

SAM: Look, Bobby, we didn't know.

BOBBY: You touched it? Damn it, Sam.

SAM: Well, Dad never told us about this thing. I mean, you knew about his storage place at Black Rock?

BOBBY: His lock-up? Yeah, I knew. Hell, I built those curse boxes for him. Listen, you have got a serious problem. That rabbit's foot ain't no dime-store notion. It's real hoodoo. Old World stuff.

[While he's talking, SAM just happens to find a gold watch on the ground. He holds it up to DEAN, who mouths, "Awesome!"]

BOBBY: It's made by a Baton Rouge conjure-woman about a hundred years ago.

SAM: It's a hell of a luck charm.

BOBBY: It's not a luck charm. It's a curse. She made it to kill people, Sam. You touch it, you own it. You own it, sure, you get a run of good luck to beat the devil. But you lose it, that luck turns. It turns so bad that you're dead inside a week.

SAM: So, I won't lose it, Bobby.

BOBBY: Everybody loses it.

SAM: Well, then, how do we break the curse?

BOBBY: I don't know if you can. Let me look through my library and make some calls. Just sit tight.

[They hang up. SAM stuffs the rabbit's foot inside his coat pocket and turns to DEAN.]

DEAN: Dude. We're up fifteen grand.

[SAM isn't happy. The two of them enter the restaurant they are parked at, Biggerson's.]

DEAN: Don't worry. Bobby will find a way to break it. Until then, I say we hit Vegas, pull a little Rain Man. You can be Rain Man.

SAM: We just lay low until Bobby calls back, okay? [to the restaurant owner] Hi. Table for two, please.

OWNER: Congratulations!

DEAN: Exciting, I know.

OWNER: You are the one-millionth guest of the Biggerson's restaurant family!

[He hands them a giant check, rewarding them with free food. The employees snap a picture, and balloons and streamers rain down on their heads.]

[CUT TO: TRAILER PARK. KUBRICK is on the phone.]

KUBRICK: All right. If you hear anything, give me a call. [hangs up] Well, that clears my book. The word's out. Now, we wait.

CREEDY: Now, we eat.

KUBRICK: Good idea. What do you like? I've got canned everything.

CREEDY: No, man, not eating in the RV. Look, I know a good place: wide menu, good service, homey atmosphere, garlic knots. The menu's on their website.

[CUT TO: BIGGERSON'S. DEAN is wolfing down ice cream while SAM is on the laptop.]

SAM: Bobby's right. This lore goes way back -- pure hoodoo. You can't just cut one off any rabbit. It has to be in a cemetery, under a full moon, on a Friday the thirteenth.

DEAN: I think from now on, we only go to places with Biggerson's.

[He grabs his forehead then, suffering from a brain freeze. Their waitress approaches, an attractive woman with short, black hair.]

WAITRESS: Can I freshen you up?

SAM: Yeah, sure. Thanks.

[The waitress refills his coffee cup, smiling flirtatiously. She accidentally spills some of the coffee on the table.]

WAITRESS: Oh!

SAM: Oh, no worries. That's okay. I got it. [She wipes the coffee up with a rag.]

WAITRESS: It's no trouble, really.

SAM: Okay.

WAITRESS: Sorry about that.

[She leans in close to him, giggling.]

SAM: That's all right.

[Giving him a smile, she walks away. The two brothers check her out as she leaves.]

DEAN: Dude. If you were ever gonna get lucky.

SAM: Shut up.

[Just then, he grabs his coffee cup, and it falls out of his hand, spilling all over the table and his lap. He stands up, trying to avoid the spill, and knocks over a waiter passing through. The waiter and his tray of food fall to the floor.]

SAM: Oh! Oh, jeez! Sorry!

DEAN: How is that good?

[SAM turns out his coat pocket: the rabbit's foot is gone.]

DEAN: Son of a bitch!

[Outside, the waitress, who we will eventually meet as BELA TALBOT, folds the rabbit's foot into a rag and stuffs it into her apron. She takes off the black wig, tossing it into the dumpster, and shakes out her long brown hair. Smiling, she runs off.]

[Meanwhile, the brothers run out of the restaurant.]

DEAN: Come on.

[While they run through the parking lot, SAM trips over himself and falls, skinning his knees.]

DEAN: Wow. You suck. [He helps SAM up] So, what, now your luck turns bad?

SAM: I guess.

DEAN: I wonder how bad.

[CUT TO: TRAILER PARK. CREEDY is showing KUBRICK the website for Biggerson's.]

KUBRICK: That looks good. I like that, when they drop the whole onion in the fryer.

CREEDY: [typing in something] Nearest location...

[His face suddenly lights up. He turns the laptop to KUBRICK. The homepage for the Black Rock restaurant depicts SAM and DEAN, holding their giant check.]

CREEDY: Are you seeing that?

KUBRICK: Yes, I am.

[Smiling, he raises his eyes to the ceiling, silently thanking God.]

[CUT TO: GROSSMAN AND WAYNE'S APARTMENT. GROSSMAN is crying at a picture of him and WAYNE.]

GROSSMAN: Adios, compadre.

[He takes a swig from the liquor bottle in his hand. DEAN and SAM enter the apartment.]

GROSSMAN: Oh, man. What do you want?

DEAN: We heard about your friend. That's bad luck.

GROSSMAN: Piss off.

DEAN: We know someone hired you to steal the rabbit's foot -- a woman.

GROSSMAN: Yeah? How do you know that?

DEAN: Because she just stole it back from us. [GROSSMAN laughs.]

SAM: Listen, man, this is- [As he steps forward, he trips over a wire. He falls down, knocking over the stereo and the lamp as he goes.]

DEAN: Sam, you okay?

SAM: Yeah, I'm good.

DEAN: [to Grossman] I want you to tell us her name.

GROSSMAN: Screw you.

DEAN: It wasn't a freak accident that killed your partner.

GROSSMAN: What?

DEAN: It was the rabbit's foot.

GROSSMAN: [scoffs] You're crazy, man.

DEAN: You know I'm not. You saw what happened, what it did, all the flukes, all the luck. When you lose the foot, that luck goes sour. That's what killed your friend. And my brother here is next. And who knows how many more innocent people, after that. Now, if you don't help us stop this thing, that puts those deaths on your head. Now, I can read people. And I get it: you're a thief and a scumbag. That's fine. But you're not a killer. Are you?

[CUT TO: EXT. BIGGERSON'S. CREEDY comes out to meet KUBRICK, who is waiting outside the RV.]

CREEDY: No one saw which way they went. And their meal was free, so there's no credit card trail.

KUBRICK: Don't worry, we'll find them.

CREEDY: What makes you so sure?

KUBRICK: Because there's a higher power at work here. I know it now.

[CUT TO: EXT. GROSSMAN'S APARTMENT. The brothers are walking back to the car when DEAN'S phone rings.]

DEAN: Hello?

BOBBY: [from his house] Dean, great news: it wasn't easy, but I found a heavyweight cleansing ritual that should do the trick.

DEAN: Bobby, that's great. Except Sam, uh...Sam lost the foot.

BOBBY: He what?

[While they are talking, SAM steps in a piece of gum, getting it stuck to his shoe.]

DEAN: Bobby, listen. This hot chick stole it from him. I'm serious: in her mid-twenties, and she was sharp, you know? Good enough of a con to play us.

[SAM tries scraping off the gum against the sewer grate.]

DEAN: And she only gave the guys she hired a name -- probably an alias or something. [to Sam] "Luigi" or something?

SAM: "Lugosi".

DEAN: [to Bobby] "Lugosi".

BOBBY: "Lugosi"? Oh, crap. It's probably Bela.

DEAN: Bela Lugosi? That's cute.

BOBBY: Bela Talbot's her real name. I've crossed paths with her once or twice.

DEAN: She knew about the rabbit's foot. Is she a hunter?

BOBBY: Pretty friggin' far from a hunter. But she knows her way around the territory. She's been out of the country. Last I heard, she was in the Middle East someplace.

DEAN: Well, I guess she's back.

BOBBY: Which means seriously bad luck for you.

DEAN: Great.

[While trying to scrape the gum off, SAM'S shoe ends up coming off his foot, falling into the sewer.]

BOBBY: But if it is Bela, at least I might know some folks who know where to find her.

DEAN: Thanks, Bobby. Again.

BOBBY: Just look out for your brother, you idjit.

[They hang up. DEAN turns to look at SAM, who is sulking.]

DEAN: What?

SAM: [pouting] I lost my shoe.

[Noticing SAM'S lack of a shoe, DEAN rolls his eyes and walks away.]

[CUT TO: MOTEL. The brothers pull up in the Impala. DEAN is on the phone.]

DEAN: All right, Bobby, thanks. We owe you another one. [hangs up] All right, Bobby's got a pretty good authority that this Bela chick lives in Queens. So, it'll take me about two hours to get there.

>SAM: So, what are we doing here?

DEAN: You, my brother, are staying here because I don't want your bad luck getting us killed.

[They pull into the parking lot. They don't notice the other hunters' RV parked near the curb.]

[CUT TO: INT. MOTEL ROOM.]

SAM: What am I even supposed to do, Dean?

DEAN: Nothing, nothing. Come here. I don't want you doing anything. [pulls out a chair] I want you to sit right here and don't move, okay? Don't turn on the light, don't turn off the light. Don't even scratch your nose.

[He leaves. SAM'S nose immediately begins itching, but he takes the risk of scratching it.]

[CUT TO: QUEENS, NEW YORK. BELA is on the phone, walking around her expensive apartment.]

BELA: Because you shook on one-point-five. [...] Well, maybe I should just take it somewhere else. [...] Don't threaten me, Luke. Despite your reputation, you don't scare me. [...] Well, I'm glad you see it that way. I'll see you at the airstrip in an hour.

[She hangs up, examining the rabbit's foot with a pair of tongs. Her cat suddenly hisses, noticing DEAN walk past the security cameras. BELA puts down the rabbit's foot and grabs her gun. Cautiously, she moves toward the front hallway. The door to her apartment is open. Just then, the alarm system on the wall begins to beep at her, displaying ‘ERROR' on the screen. On the corner of the alarm, a Post-It note is attached, reading ‘Turn around.' She does. DEAN is standing before her, gun raised. She aims her gun as well.]

DEAN: You left without your tip.

[CUT TO: MOTEL ROOM. SAM is sitting by himself, looking rather bored. Suddenly, the air conditioning unit in the wall begins clanging. A second later, smoke begins to seep out of the vent.]

SAM: Oh, come on.

[Sighing, he stands and cautiously moves toward the vent. The unit begins sparking, and suddenly, a fire starts inside of it. SAM frantically grabs the comforter from his bed and smothers the flames. But once the fire in the vent is out, the arm of his jacket catches fire. He panics, grabbing the curtains from the window to pat his arm. He stumbles, falling backwards and taking the curtains down with him. CREEDY and KUBRICK are standing outside the window, looking in. When they see SAM knocked out in the motel room, they grin, looking up to God.]

[CUT TO: BELA'S APARTMENT.]

DEAN: You're gonna give it back. [She laughs.]

BELA: Sweetie, no, I'm not.

DEAN: Yeah, we'll see. Bela, right?

BELA: That's right, Dean.

DEAN: You know the thing is cursed, don't you?

BELA: You'd be surprised what some people would pay for something like that.

DEAN: Really?

BELA: There's a lucrative market out there. A lot of money to be made. You hunters, with all those amulets and talismans you use to stop those big, bad monsters -- any one of them could put your children's children through college.

DEAN: So, you know the truth about what's really going on out there, and this is what you decide to do with it? You become a thief?

BELA: I procure unique items for a select clientele.

DEAN: Yeah. You're a thief.

BELA: No. A great thief.

[CUT TO: MOTEL ROOM. When SAM comes to, CREEDY is tying him to a chair.]

CREEDY: Oh, he's awake.

KUBRICK: Back with us, eh?

CREEDY: We didn't even have to touch you. You just went all spastic and knocked yourself out. It was like watching Jerry Lewis trying to stack chairs.

SAM: Who are you? What do you want? [KUBRICK snaps his fingers, silencing SAM.]

KUBRICK: I used to think your friend, Gordon sent me.

SAM: Gordon? Oh, come on.

KUBRICK: Because he asked me to track you down and put a bullet in your brain.

SAM: Great. That sounds like him.

KUBRICK: But as it turns out, I'm on a mission from God. [He smacks SAM.]

[CUT TO: BELA'S APARTMENT.]

DEAN: Look, Bela. My brother -- he touched the foot. And when you took it from him, his luck went from-

BELA: I know how it works.

DEAN: So then, you know he's gonna die unless we can destroy it.

BELA: Oh. You can have the foot. [beat] For one-point-five million.

DEAN: Nice. Yeah, I'll just call my banker. How'd you even find the damn thing? Stuck in the back of some storage place in the middle of nowhere?

[She gestures to a Ouija board on the wall.]

BELA: I just asked a few of the ghosts of the people it had killed. They were very attuned into its location.

DEAN: So, you're only out for yourself, huh? It's all about Number One?

BELA: Being a hunter is so much more noble? A bunch of obsessed, revenge-driven sociopaths trying to save a world that can't be saved?

DEAN: Oh, aren't you a glass half-full.

BELA: We're all going to hell, Dean. Might as well enjoy the ride.

DEAN: I actually agree with you there. Anywho, this has been charming, but look at the time. Oh, and this? [He holds up the rabbit's foot. Her smile fades] Looks like you're not the only one with sticky fingers. If it's any consolation, I think you're a truly awful person.

[She shoots at him several times, but each shot misses him, bouncing off the walls and breaking objects around the room. DEAN smirks, showing off the rabbit's foot. She shoots once more, but misses.]

DEAN: See ya! [He takes off, leaving her angry.]

[CUT TO: MOTEL ROOM. SAM, who is now pretty banged up, gets a cup of water splashed in his face.]

KUBRICK: You were a part of that demon plan to open the gate, weren't you?

SAM: We did everything we could to stop it.

KUBRICK: Lie, lie, lie. You were in on it. You know what their next move is, too, don't you?

SAM: No. I don't, okay? You're wrong about all of this.

KUBRICK: Where are they gonna hit us next?

[SAM doesn't answer. KUBRICK hits him in the face again.]

KUBRICK: Gordon told me about you, Sam -- about your powers. You're some kind of weirdo, psychic freak.

SAM: No, not anymore. No powers, no visions, nothing. [He gets punched in the face.]

KUBRICK: Now, no more lies. There's an army of demons out there, pushing at a world already on the brink. We're on deck for the end game here, right? So, maybe -- just maybe -- you can understand why we can't take chances. [He raises his gun.]

SAM: Whoa, okay. Hold on a minute.

CREEDY: Kubrick-

KUBRICK: No. You saw what happened, Creedy. Ask yourself: why are we here? Because you saw a picture on the Web? Because we chose this motel instead of another? Luck like that doesn't just happen.

SAM: Look, I can explain all of this-

KUBRICK: Shut up. [to Creedy] It's God, Creedy. He led us here for one reason: to do his work. This is destiny.

[As he points his gun at SAM, DEAN enters, aiming his own gun.]

DEAN: Nope. No destiny. Just a rabbit's foot.

KUBRICK: Put the gun down, son, or you're gonna be scraping your brain off the wall.

DEAN: [gesturing to his gun] Oh, this thing?

KUBRICK: Yeah, that thing.

DEAN: Okay. [He puts the gun down] But you see, there's something about me that you don't know.

KUBRICK: Yeah? What would that be?

DEAN: It's my lucky day.

[He grabs a pen from the end table and throws it: it lands right in the barrel of KUBRICK'S gun, jamming it.]

DEAN: Oh, my God! Did you see that shot?

[CREEDY goes to punch him, but DEAN moves out of the way. CREEDY goes flying into the wall, knocking himself out.]

DEAN: I'm amazing.

[Just as KUBRICK removes the pen, DEAN hits him in the head with the TV remote. KUBRICK also gets knocked out.]

DEAN: I'm Batman.

SAM: Yeah. You're Batman.

[CUT TO: CEMETERY. NIGHT. SAM and DEAN are standing in front of a fire they've started. SAM sprinkles a fine powder into the fire.]

SAM: All right. Bone ash, cayenne pepper -- that should do it.

DEAN: One second. [He finishes scratching off lottery tickets.]

SAM: Dean.

DEAN: Hey, back off, Jinx. I'm bringing home the bacon.

[Smiling, he goes to his jacket and puts the tickets in his pocket. He brings the rabbit's foot over to the fire.]

DEAN: All right. Say goodbye, Wascally Wabbit.

BELA: I think you'll find that belongs to me. [They turn to see her standing before them, gun raised.] Or, you know...whatever. Put the foot down, honey.

DEAN: No. You're not gonna shoot anybody. See, I happen to be able to read people. Okay, you're a thief. Fine. But you're not-

[Suddenly, she shoots SAM. He gets hit in the shoulder, falling to the ground.]

DEAN: Son of a-

BELA: Back off, tiger. Back off. You make one more move, and I'll pull the trigger. You've got luck, Dean. You, I can't hit. But your brother? Him, I can't miss.

DEAN: What the hell is wrong with you?! You don't just go around shooting people like that!

BELA: Relax. It's a shoulder hit. I can't aim. Besides, who here hasn't shot a few people? [No response] Put the rabbit's foot on the ground, now.

DEAN: All right! All right, take it easy.

[He bends down, seeming as if he'll place the foot on the ground.]

DEAN: Think fast.

[He suddenly tosses it to BELA, who catches it. DEAN smirks: she's part of the curse now.]

BELA: Damn.

DEAN: Now, what do you say we destroy that ugly-ass piece of dead thing?

[Sighing, BELA tosses the foot into the fire.]

BELA: Thanks very much. I'm out one and a half million, and on the bad side of a very powerful, fairly psychotic buyer.

DEAN: Wow. I really don't feel bad about that. Sam?

SAM: Nope. Not even a little.

BELA: Hm. Maybe next time, I'll hang you out to dry.

DEAN: Aw, don't go away angry. Just go away.

BELA: Have a nice night, boys.

[Smirking, she walks away. Once they finish burning the object, the brothers grab their things and begin to leave.]

DEAN: You good?

SAM: I'll live.

DEAN: I guess we're back to normal now, huh? No good luck, no bad luck. Oh! I forgot. We're up forty-six thousand dollars. I almost forgot about the scratch tickets.

[Suddenly, his smile fades as he checks his coat pockets: the tickets are gone. Just then, BELA drives past the cemetery, honking her horn at the boys. She has swiped the tickets, happily glancing at them while she drives.]

DEAN: Son of a bitch!

[CUT TO: PRISON. KUBRICK and GORDON are on the phone, talking through the plate glass window.]

KUBRICK: You were right about everything. Sam Winchester is more than a monster. He's the adversary.

GORDON: And what was it that convinced you?

KUBRICK: God led me to him. And His will is clear.

GORDON: ...Okay. That's great. Glad to have you on board. But first thing's first. We've gotta get me the hell out of here. Because, like I told you before: Sam Winchester must die.

 

Ecrit par kaylia.

Kikavu ?

Au total, 121 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
22.05.2018 vers 10h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (20.02.2017 à 10:33)

Un épisode vraiment très très drôle! Mention spéciale à la scène de la chaussure!

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

On recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute !! | Plus d'infos

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 21:56

Le Roadhouse 28
Hier à 17:06

Staff
05.01.2019

Meg Masters
Hier à 23:17

Katie Cassidy
Hier à 23:14

Partie Personnages
Hier à 21:43

Jessica Moore
Hier à 21:19

DJ Qualls
Hier à 21:09

Felicia Day
Hier à 21:05

Kevin McNally
Hier à 21:00

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne Série club

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Vendredi 25 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
Des épisodes 14.12 Prophet and Loss et 14.13 Lebanon (le 300e épisode) ainsi que la promo du...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Qu'avez-vous pensez de l'épisode de reprise, le 14.10 "Nihilism" ? Venez voter puis n'hésitez pas à...

Ce soir c'est le retour de Supernatural

Ce soir c'est le retour de Supernatural
Et pour vous permettre d'attendre voici la nouvelle promo de l'épisode 14x10 "Nihilism" dans notre...

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Qu'avez-vous pensé de l'épisode de reprise "Nihilism" ? N'hésitez pas à venir commenter dans le topic S14

Total : 8 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Hier à 23:00

Skins : nouveau sondage (Nicholas Hoult) et nouveau duel Dowton abbey vs The Tudors !!

quimper, Aujourd'hui à 00:51

Nouveau sondage sur Engrenages. Pas besoin de connaitre la série pour pouvoir voter.

Sas1608, Aujourd'hui à 15:09

Concours sur le quartier de Grey's Anatomy. A vous de créer un médecin qui va intégrer le Grey-Sloan ! On compte sur votre présence !!!

sauveur, Aujourd'hui à 21:32

La photo du mois du quartier Dallas attend toujours vos votes. Venez voter

juju93, Aujourd'hui à 22:19

"Souvenir du P-L-anet" : mur d'images du quartierThe L Word. Venez poster votre image préférée du générique.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site