VOTE | 646 fans

#213 : Ange ou Démon


Réalisé par: Kim Manners
Ecrit par: Sera Gamble




Lorsque plusieurs personnes affirment avoir étaient visités par un ange, Sam et Dean pousse loin leur recherche pour découvrir la vérité, et se révèlent de moins en moins sceptiques.





Popularité


4.13 - 8 votes

Titre VO
Houses of the Holy

Titre VF
Ange ou Démon

Première diffusion
01.02.2007

Vidéos

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Providence, Rhode Island. Une jeune femme regarde une émission de télé en fumant une cigarette. Elle zappe sur une émission religieuse avant d’éteindre son poste de télé. Les lumières de ses lampes se mettent à vaciller, et sa télé se rallume d’elle-même, sur l’émission religieuse, faisant sursauter la jeune femme. Elle essaye de couper la télé, mais la télécommande ne fonctionne plus. Puis le sol se met à trembler, comme s’il y avait un tremblement de terre. Une forte lumière blanche émane alors de l’une des pièces de l’appartement, avec une silhouette sombre au centre.

 

La jeune femme, Gloria, lit un livre. Elle semble complètement changée. Sam entre dans la chambre où elle se trouve, déguisé en psychiatre. Il lui demande comment elle va. Elle répond qu’elle sait que tout le monde la prend pour une folle, mais elle est sûre que ce qu’elle a vu était réel. Sam lui demande de quoi il s’agit précisément. Elle lui dit qu’elle a poignardé un homme dans le cœur parce que c’était la volonté de Dieu. Elle lui explique que Dieu a envoyé un de ses anges dans une magnifique lumière blanche pour transmettre son message, qui était de tuer un homme qui était corrompu au plus profond de son être. Elle devait juste attendre le signe pour savoir de qui il s’agissait.

 

Dean est allongé sur un lit, des écouteurs sur les oreilles. Il a mis en marche le système vibreur du lit et profite de ce massage pour ce relaxer. Sam rentre dans la chambre, mais Dean ne l’entend même pas. Il lui tape dans les pieds, et son frère lui dit qu’il doit vraiment essayer ce lit. Sam lui reproche de se la couler douce, et Dean réplique que c’est parce qu’il reste enfermé toute la journée, vu qu’il est recherché par la police dans tout le pays.

Sam raconte son entretien avec Gloria, en disant qu’il n’est pas sur que la jeune femme soit cinglé. Ce qui est étrange c’est qu’elle est la deuxième personne en ville à tuer quelqu’un parce qu’un ange lui a dit. Dean reste septique, car il pense que les anges n’existent pas. Sam lui dit qu’il y a pourtant dix fois plus de légendes concernant des anges que toutes les créatures qu’ils ont pu chasser jusqu’à présent, et Dean réplique, sarcastique, que c’est pareille avec les licornes. Il ne veut pas croire en quelque chose qu’il n’a jamais vu, contrairement à Sam qui est prêt à croire en l’existence des anges. Dean s’énerve et décide de changer de sujet. Sam lui dit qu’il a été fouillé dans l’appartement de Gloria, et qu’il n’a trouvé ni de soufre, ni d’ondes électromagnétiques. Ils se rendent donc à la maison de la victime de Gloria.

 

Juste sur le palier est posé une statuette d’un ange. Dean la montre à Sam en lui disant qu’ils ont trouvé leur signe. Mais Sam ne trouve pas ça drôle. Ils font le tour de la maison, et ils vont fouiller jusque dans la cave. Là, Sam découvre une marque sur le mur, qui ressemble à des traces de doigts, puis il retire un ongle du mur. Les frères Winchester finissent par déterrer un squelette du sol de la cave. La victime de Gloria n’était pas si innocente que ça.

 

Un jeune homme est allongé sur son lit, le regard dans le vide et une bière à la main. La lumière commence alors à vaciller, et le sol se met à trembler. Puis une lumière blanche apparaît en face de lui.

Le jeune homme marche dans la rue, quand la lumière blanche l’éclaire à nouveau. Il fait un signe de tête en direction de la silhouette sombre au milieu de la lumière, et il va frapper à la porte d’une des maisons du voisinage. Il se présente comme étant Zach à l’homme qui vient lui ouvrir, et il lui plante un couteau dans le ventre. L’homme s’effondre, mort. A coté de la porte d’entrée, on peut voir la statuette d’un ange.

 

Dean écoute la fréquence de la police sur sa radio. Il regarde la machine qui permet de faire vibrer le lit avec envie. Sam rentre dans la chambre avec leur repas. Il lui apprend que l’homme qu’à tué Gloria s’en était prit à au moins trois étudiants en ville. Dean lui dit à son tour ce qu’a fait Zach, et il ajoute qu’il est ensuite allé voir la police pour se dénoncer, et qu’il s’est suicidé. Dean a aussi récupéré l’adresse de la victime de Zach.

 

Ils entrent par effraction dans la maison de la victime. Sam pirate son ordinateur et il découvre que l’homme que Zach a poignardé avait rencontré une personne sur Internet qui n’avait que 13ans, et qu’ils étaient supposés se rencontrer le jour même. Dean découvre aussi que les deux victimes ont un point commun: elles allaient toutes les deux dans la même église.

 

Les deux frères vont donc à l’église et ils font la connaissance du prête. Ils discutent un peu, mais la conversation n’aboutie pas sur quelque chose de très concluant. A l’extérieur, Dean remarque des cierges et des offrandes. Le prête lui explique que ce sont des cadeaux en mémoire au père Gregory, qui a été tué deux mois auparavant sur les marches de l’église. Ils prennent congé du prête, et Dean dit à son frère que tout commence à prendre forme. Le père Gregory a été abattu, et une mort violente est la base des esprits vengeurs. Par contre, Sam continue de croire à toutes ses histoires sur les anges, qui ont commencé il y a deux mois, quand le prête a commencé à prier pour la perte de son ami et collègue. Dean s’énerve encore contre son frère et il lui demande ironiquement s’il va lui aussi se mettre à prier. Sam réplique qu’il le fait déjà. Dean, qui ne s’attendait pas à une telle réponse, le regarde surprit.

 

Ils descendent ensuite dans la crypte où est enterré le père Gregory, sous l’église. Sam remarque alors que l’une des statues représentant un ange se met à trembler. Il se rapproche, et une forte lumière blanche l’éblouie.

 

Dean vient chercher son frère dans la crypte, et il le retrouve allongé sur le sol, inconscient. Il le réveille et l’aide à se relever. Sam lui dit qu’il a vu un ange, et Dean lui propose sa flasque d’alcool, mais son frère la refuse, alors Dean boit à sa place. Sam essaye de lui expliquer ce qu’il a vu, mais son frère a beaucoup de mal à le croire.

Pour lui prouver qu’il se trompe au sujet de l’ange, Dean l’emmène voir la tombe du père Grégory, qui est recouverte d’absinthe, une plante synonyme de mort. Mais Sam n’est pas convaincu qu’ils aient affaire à l’esprit du prête, donc Dean décide d’invoquer cet esprit pour prouver à Sam qu’il a raison. Si l’esprit vient, alors Dean a raison, mais si rien ne ce passe, alors c’est Sam qui aura raison.

 

Ils partent acheter de quoi faire le rituel, et en sortant du magasin, Sam remarque un homme au milieu du trottoir qui est éclairé par une vive lumière qui semble émaner de lui. Mais Dean ne voit rien d’inhabituel, seul Sam peut voir le signe. Il s’avance vers le jeune homme, mais son frère l’arrête. Sam lui promet qu’il ne va pas le tuer, il veut juste l’empêcher de faire du mal à quelqu’un. Dean finit par lui dire qu’il est d’accord pour arrêter cet homme, mais au moment de partir à sa poursuite, il laisse Sam seul sur le trottoir, et il part en voiture à la suite du jeune homme. 

Il le suit, mais le jeune homme ne fait rien de mal. Il passe juste chercher une jeune femme et ils repartent.

 

Dans la crypte, Sam commence le rituel. Il est interrompu par le prête, qui voit d’un mauvais œil que quelqu’un fasse du spiritisme dans son église. Mais au moment où il reconduit Sam vers la sortie, une lumière blanche apparaît derrière eux. Le prête pense voir un ange devant lui, mais Sam lui dit qu’il a tord, que ce n’est que l’esprit du père Gregory. Et en effet, la lumière s’éteint peu à peu pour laisser apparaître l’esprit.

 

Dean continue de suivre le jeune homme dans sa voiture.

 

Le père Gregory dit à Sam de se dépêcher de suivre le chemin qu’il lui a indiqué, mais Sam lui dit qu’il n’est pas un ange, qu’il n’est qu’un esprit et qu’il doit trouver son repos. Mais le père Gregory ne l’entend pas de cette oreille. Le prête commence à comprendre que tous ses meurtres ont été commis à cause de l’esprit de son collègue, et il tente de le raisonner, mais sans succès.

 

Le jeune homme arrête sa voiture dans une allée, et il embrasse la jeune femme qui est avec lui. Elle le repousse, et lui demande de la ramener chez elle, mais il la frappe et ferme la voiture à clef. Il sort un couteau et commence à l’agresser, mais Dean arrive à ce moment et il brise la vitre de la voiture pour assommer le jeune homme. Il libère la jeune femme, mais pendant qu’il s’assure qu’elle va bien, l’autre homme reprend connaissance et s’enfuit. Dean se lance à sa poursuite.

 

Pendant ce temps, dans la crypte, le père Gregory finit par laisser Sam et le prête l’aider. Le prête lui dit les derniers sacrements, et l’esprit du père Gregory disparaît, en paix.

 

Dean poursuit toujours la voiture de l’agresseur de la jeune femme, ce qui se termine par un accident. L’homme est tué sur le coup.

 

Dean retrouve son frère dans leur motel. Sam lui dit ce qui s’est passé avec Gregory. Dean sort sa flasque de sa veste et en propose à Sam qui accepte. Ce dernier avoue à son frère qu’il voulait vraiment croire qu’il existe des anges, car leur boulot est très dur, il y a beaucoup trop de force du mal à chasser qu’il se sent dépassé. Dean lui dit de ne pas s’inquiéter parce qu’il est là pour le surveiller, mais Sam réplique qu’il n’est qu’un être humain, et qu’il a besoin de croire qu’il existe quelque chose de plus puissant pour veiller sur eux. A son tour, Dean lui apprend ce qui s’est passé avec l’autre homme, et il finit par lui dire que s’il n’avait pas été sur les lieux, il n’aurait jamais cru qu’il est pu mourir de cette façon. Il ajoute que le père Gregory ne s’était pas trompé sur lui, et que peut-être il s’agissait quand même de la volonté de Dieu.

 

Ecrit par Blackrose.

(Providence, Rhode Island. Dans un appartement. Une femme, GLORIA SYTNIK, est dans son salon, regardant la télé. Elle fume une cigarette, et semble fatiguée et déprimée. Elle zappe et tombe sur une émission évangéliste.)

EVANGELISTE : Oui je sais que c'est dur. Que c'est très dur de remonter quand on est au fond, c'est très dur de relever la tête et de regarder vers la lumière, mais je suis là pour vous le dire à tous... Le Seigneur est avec vous !

(GLORIA éteint la télé. Les lumières de son appartement commence à grésiller. La télé s'allume brusquement, le son a été augmenté.)

EVANGELISTE : Vous ne devez plus souffrir. Vous ne devez plus vous sentir seul ! Le Seigneur s'adresse à vous en ce moment même, et Il vous dit, "Vous êtes mes enfants, et vous avez une mission ! ". Vous croyez que le Seigneur vous oublie, mais bien sûr que non ! Vous n'avez qu'à l'écouter. (GLORIA tente d'éteindre la télé, mais ça ne fonctionne.) N'entendez-vous pas les anges chanter ? C'est si beau ! (Elle se lève, effrayée.) C'est le moment. C'est le moment de recevoir le message qu"Il vous envoie. (L'appartement tout entier se met à trembler, les secousses faisant tomber des objets.) C'est le moment d'écouter les paroles de Dieu ! Est-ce que vous entendez Sa Voix ? Répondez-moi ! Est-ce que vous L'entendez ? J'ai dit, est-ce que vous entendez Sa Voix ?

(Soudain, une lumière éblouissante apparaît dans le couloir. GLORIA semble subjuguée.)

GLORIA : Mon Dieu...

(La lumière s'intensifie, GLORIA semble bouche-bée. Ecran noir.)

GENERIQUE

(De jour, dans un hôpital psychiatrique. GLORIA est assise sur le bord de son lit, elle est en train de lire. Elle semble sereine et en paix. SAM entre, en tenue d'aide-soignant, et porte un bloc-note.)

GLORIA : Oh, bonjour. Ce n'est pas vous d'habitude.

SAM : Euh, non. Je suis nouveau ici. Comment ça va aujourd'hui, Gloria ?

GLORIA : Je me sens apaisée.

SAM : Alors, euh... vous n'avez pas de requêtes ?

GLORIA : J'aimerais bien sortir et aller avaler des tonnes de beignets.

SAM : (en souriant.) On n'a rien de tout ça.

GLORIA : Ca ne fait rien. Je sais parfaitement ce que vous croyez.

SAM : Et vous, que croyez-vous ?

GLORIA : Je crois que ce que j'ai vu était réel.

(SAM s'asseoit en face d'elle, et reste silencieux un moment.)

SAM : J'aimerai savoir ce que vous avez vu.

GLORIA : J'ai vu que j'avais tué quelqu'un. Je l'ai poignardé en plein coeur.

SAM : Pourquoi vous avez fait ça ?

GLORIA : Parce que Dieu le voulait.

SAM : C'est Dieu qui vous l'a dit ?

GLORIA : (rit.) Avec tout ce qu'il doit faire, il n'a pas le temps de se déranger. Nan, Il... Il a envoyé quelqu'un.

SAM : Quelqu'un ?

GLORIA : Un ange. Et il m'ait apparu, dans une magnifique lueur éclatante, et... et j'étais alors remplie de chaleur... c'est difficile à décrire exactement.

SAM : Et alors, cet ange...

GLORIA : A parlé en Son Nom.

SAM : Et il vous a dit d'aller tuer un homme ?

GLORIA : Je sais que ça a l'air étrange. Mais ce que j'ai fait était très important. Ca a permis d'affaiblir les forces du mal. J'ai été choisie. Oui, pour mon Salut !

SAM : L'homme qui est mort vous avait été désigné ?

GLORIA : Non, pas tout de suite. L'ange m'a dit que je devais attendre un signe, et le jour suivant je l'ai vu. Près de la porte de chez l'homme qu'il fallait tuer. Et j'ai su.

SAM : Pourquoi lui ?

GLORIA : Je... je ne sais que ce que l'ange m'a dit. Que l'homme en question cachait le mal, tout au fond de lui. C'était bien suffisant pour moi.

(Changement de scène. Dans un motel. DEAN est allongé sur son lit vibrant. Un instrument pour mettres des pièces afin que le lit marche indique, "Doigts Magiques- Relaxation "Tingling" et Aise- Seulement 25 cents". DEAN semble apprécier la machine. SAM entre.)

SAM : Hey. (DEAN n'entend rien. SAM s'approche et tape sur le pied de son frère.) Hey !

DEAN : Oh, Sam, tu devrais essayer ça, y'a vraiment de la magie dans ces petits doigts !

SAM : Dean... je trouve que t'abuses un peu avec ce truc et ça me met mal à l'aise.

DEAN : Qu'est-ce que tu veux que je fasse ? Tu m'enfermes dans cette chambre, moi je m'ennuie à mourir !

SAM : Je te rappelle que c'est toi qui est recherché par la police, pas moi. Si tu sors d'ici, tu risques d'aller tout droit en taule.

DEAN : Mm. (SAM lui fait signe "laisse tomber", et se dirige vers la salle de bain. Le lit vibrant s'arrête.) Oh, c'est pas vrai. C'était ma dernière pièce. (A SAM.) Hey ! T'as de la monnaie ?

SAM : Nan !

(DEAN entre dans la salle de bain, SAM se lave les mains.)

DEAN : Alors, tu as vu la dingue qui a tué ?

SAM : Ouai, Gloria Sytnik. Je suis pas sûr qu'elle soit dingue.

DEAN : Mais elle croit vraiment avoir été... choisie par un ange ?

SAM : Ouai. Lueur blanche éclatante, extase spirituel... Et depuis, elle est enfermée dans une cellule, et elle est totalement en paix avec elle-même.

DEAN : Ah oui, tu as raison, elle n'est pas du tout dingue. Et le malheureux qu'elle a tué ?

SAM : Carl Gulley. Elle l'a tué parce qu'il avait le mal en lui.

DEAN : C'est vrai ?

SAM : J'en sais rien, en fait, j'ai rien trouvé contre lui. Il avait pas de casiers judiciaires, il travaillait à la bibliothèque du campus, il avait des amis... et il allait à l'église.

DEAN : Mm. Alors c'est un cas classique d'illuminé. Franchement, elle serait pas la première illuminée de l'Histoire, qui tuerait au nom de la religion.

SAM : Non, mais c'est la seconde de cette ville à tuer parce qu'un ange lui a demandé. C'est curieux, non ?

DEAN : Curieux oui, surnaturel peut-être, mais un ange moi je dis non.

SAM : Pourquoi ça ?

DEAN : On sait bien que les anges n'existent pas.

SAM : (rit.) Dean ! Y'a dix fois plus de témoignages sur les anges que sur n'importe quelle créature qu'on a chassé.

DEAN : Bien sûr. On dit aussi qu'il y a des histoires sur les licornes, on dit même qu'elles sortent les nuits de pleine lune pour envoyer des arcs-en-ciel avec leur trou de balle.

SAM : Attend, t'es... elles font des arcs-en-ciel ?!

DEAN : Mais non voyons. Je plaisantais. Ce sont des histoires qui ne tiennent pas debout.

SAM : Et les légendes sur les anges ne tiennent pas debout alors ?

DEAN : Non.

SAM : Pourquoi ?

DEAN : Parce que je n'en ai jamais vu.

SAM : Ah oui, et alors ?

DEAN : Et alors moi, je ne crois que ce que je vois.

SAM : Arrête ! On a bien vu des choses incroyables que la plupart des gens n'imaginent même pas !

DEAN : C'est exact, oui. Et vu de nos yeux, ça c'est une preuve, d'accord ? Mais je te le répète, je n'ai jamais vu qui que ce soit qui ai l'air d'un ange. Tu ne crois pas que s'ils existaient on en aurait vu un, ou on aurait rencontré un témoin qui en aurait approché un de près ? Non, c'était surement un démon, ou un esprit. Un démon qui cherche simplement quelqu'un de fragile pour le pousser à tuer au hasard.

SAM : C'est possible.

DEAN : Bien sûr que c'est possible. Je vais... je vais vraiment perdre la boule si on ne sort pas, on devrait passer voir son appartement.

SAM : Et j'y suis allé. Y'a rien, ni soufre, ni traces suspectes.

DEAN : Et tu n'as vu aucune plume blanche qui voletait ?

SAM : (l'ignorant.) Mais, Gloria a dit que l'ange lui avait envoyé un signe. Et elle m'a dit qu'elle l'avait vu dans la rue.

DEAN : Alors il est peut-être chez Carl, tu veux pas qu'on aille voir ?

(Extérieur, jour. Chez Carl Gulley. DEAN et SAM sortent de la Chevy et se dirigent vers la maison.)

DEAN : Oh, regarde ça. Je l'ai trouvé.(Il montre une statuette d'ange en plastique devant la porte.) C'est un signe du Bon Dieu. (Il fait le tour de la maison sans succès.) Je crois que je vais retenir la leçon. Retirez toujours les décorations de Noël après le Jour de l'An, ou bien vous risquez d'être tué par un enfant du Bon Dieu. Ah !

SAM : Tu me fais mourir de rire. (Ils s'avancent jusqu'à la trappe menant à la cave.) Rappelle-toi que Gloria a dit que Carl cachait le mal tout au fond de lui.

DEAN : Ouai, ça pourrait vouloir dire au fond de chez lui.

(Ils décident de visiter la cave. Après quelques recherches à l'intérieur, SAM finit par trouver des empreintes de mains sur le mur, comme si quelqu'un avait tenté de s'enfuir de là.)

SAM : Hey.

DEAN : T'as quelque chose ? (SAM extirpe quelque chose du mur.) Qu'est-ce que c'est ?

SAM : Un ongle. (Ils prennent des pelles, et creusent jusqu'à découvrir un squelette.) Il allait peut-être à la messe, mais c'était pas un enfant de choeur.

DEAN : Ouai, tu vois celui qui a parlé de ça à Gloria savait exactement de qui il parlait, ça je te l'accorde.

(Intérieur, nuit. Appartement de ZACH SMITT. ZACH est allongé sur son lit, une bière à la main, et une BD ouverte sur le ventre. Une lampe est la seule source de lumière. Celle-ci commence à grésiller. L'appartement se met à trembler, les objets posés sur les meubles s'écrasent sur le sol. ZACH se lève, effrayé. Soudain, une lumière éblouissante apparaît, envoutant ZACH.)

(Extérieur, nuit. Dans la rue. ZACH est en train de marcher tranquillement sur le trottoir, lorsque le signe tant attendu apparaît de l'autre côté de la rue, juste à côté d'une porte. ZACH sourit, hoche la tête, et se dirige vers l'endroit indiqué. Il frappe à la porte. Un homme, FRANCK, ouvre.)

FRANCK : Bonsoir.

ZACH : Bonsoir. Je m'appelle Zach.

FRANCK : Qu'est-ce que je peux faire pour vous ? (ZACH poignarde alors FRANCK, qui s'écroule, mort sur le sol. La caméra montre alors la statue d'un ange. Ecran noir.)

(Intérieur, dans la chambre de motel. DEAN est assis sur l'un des lits, écoutant la radio de la police. Il regarde avec envie le chronomètre du lit vibrant. SAM entre.)

DEAN : Tu as pensé aux pièces ?

SAM : (en regardant la machine.) Dean... (Il lui lance un paquet.) Arrête avec cette machine ! Tu me fais penser à un rat de laboratoire qui va crever à force d'appuyer sur le bouton du plaisir, tu ferais mieux de manger ce que je te rapporte.

DEAN : Attend, de quoi tu parles enfin ? J'ai mangé. Et j'ai des infos.

SAM : Ba moi aussi.

DEAN : D'accord, alors toi d'abord.

SAM : Trois étudiants ont disparu du collège en moins d'un an. Les trois allaient souvent à la bibliothèque.

DEAN : Où Carl Gulley travaillait ?

SAM : Ouai.

DEAN : Un pur hasard.

SAM : Alors, Gloria et son ange-

DEAN : L'ange ?!

SAM : Ouai d'accord. Bon appelle-le comme tu voudras.

DEAN : En tout cas, je te signale qu'il a encore fait des siennes.

SAM : Quoi ?!

DEAN : J'écoutais la radio de la police juste avant que tu arrives, et un certain... Zach Smitt, une espèce d'ivrogne, s'est pointé à la porte de quelqu'un la nuit dernière, et l'a frappé en plein coeur.

SAM : Et je suppose qu'il est allé à la police et a avoué ?

DEAN : Absolument, à Roma Downey paraît-il. La victime s'appelle Franck Pott. J'ai dégotté son adresse.

(De jour, dans la maison de FRANCK. DEAN et SAM entrent dans la maison. SAM s'attelle à l'ordinateur, tandis que DEAN fouille les autres pièces.)

SAM : T'as quelque chose ?

DEAN : Ouai, Franck achetait sur catalogue apparemment, mais c'est tout. Et toi ?

SAM : Rien pour l'instant. J'arrive pas à trouver son mot de passe pour lire son courrier. Attend. (Il tape quelque chose sur le clavier, et réussit à débloquer l'accès à l'ordinateur. Il sourit.) Et voilà le travail. (Une liste d'emails s'affiche.) Regarde.

DEAN : Quoi ?

SAM : Des emails. Des douzaines d'emails envoyés tous... à une certaine Jennifer. (Il regarde l'un des messages de plus prêt.) Une Jennifer qui n'a que 13 ans.

DEAN : Oh nan, qu'est-ce que c'est que ça ?

SAM : Ils se sont connus sur un site de chat. Ces emails ont l'air plutôt personnel. Et regarde ça. Ils avaient prévu de se voir pour se parler.

DEAN : Eh ben...

SAM : En principe, ils devaient se voir aujourd'hui.

DEAN : Quelqu'un avait l'air de ne pas aimer. Et il s'y est opposé. Franchement, c'est assez bizarre tout ça. Ouai, certains esprits appliquent une certaine vengeance, mais dans ce cas précis ce serait un défenseur de l'ordre.

SAM : Un ange de la vengeance ! (DEAN ne répond pas.) Mais comment explique-tu ces trois morts sinon ? Ils n'avaient aucun lien entre eux, et ils ont tous été frappés en plein coeur ! Et il y en a deux d'entre eux, qui sont des pervers, et je te parie que le troisième l'est aussi.

DEAN : Hey.

SAM : Quoi ? (DEAN prend un prospectus du bureau.)

DEAN : Tu disais bien que Carl Gulley allait à l'église ?

SAM : Ouai.

DEAN : Et tu sais à laquelle ?

SAM : Euh... A Notre-Dame des Anges, je crois.

DEAN : Ouai, c'est ça. (Il montre la feuille à SAM.) Franck fréquentait la même église.

(Intérieur, jour. A Notre-Dame des Anges. Les deux frères discutent avec le Père REYNOLDS.)

REYNOLDS : Alors, vous voulez rejoindre notre paroisse ?

DEAN : Oui... Oh vous savez, on ne se sent pas bien si on ne va pas à la messe.

REYNOLDS : Et où habitiez-vous avant ?

DEAN : A Premont au Texas.

SAM : Oui.

REYNOLDS : Ah oui, c'est une ville agréable. Et vous connaissez sûrement alors le prêtre de la paroisse Ste-Thérèse ?

DEAN : Bien sûr ! Oui,oui, c'est le père... O'Malley.

REYNOLDS : Je connaissais le père Shaughnessy.

DEAN : Shaughnessy, c'est ça ! Qu'est-ce que j'ai dit ?

SAM : Ca nous fait vraiment plaisir d'être ici maintenant.

REYNOLDS : Ca nous fait plaisir de vous avoir, nous avons besoin d'un peu de jeunesse.

DEAN : Loin de nous l'idée de dénigrer votre quartier mais, il est plutôt rude.

REYNOLDS : Oui c'est un quartier difficile, il faut le reconnaître, mais c'est pour ça que l'églis est si importante. Il y en a qui attendent en espérant un miracle, moi je pense qu'il est préférable de s'activer.

DEAN : Mouais, on nous a parlé des meurtres.

REYNOLDS : Oui, les victimes faisaient parti de la paroisse depuis des années.

SAM : Et les assassins ont dit qu'un ange leur avait demandé de faire ça ?

REYNOLDS : Oui, des âmes égarées. Aller croire qu'un messager de Dieu pourrait les inciter à commettre un meurtre... c'est tragique.

DEAN : Vous ne croyez pas à ces visites d'un ange, si ?

REYNOLDS : Au contraire, bien sûr que j'y crois ! Ils ont fait une excellente description.

SAM : (en montrant un tableau.) C'est bien St Michel qui est là ?

REYNOLDS : C'est exact. L'archange St Michel, avec sa belle lance de feu... terrassant le démon. Une sainte force contre le mal.

SAM : Alors, les anges ne sont pas tous aussi délicats et fragiles qu'on le pense ? Certains savent se battre, et sont très forts ?

REYNOLDS : Oh, ils sont plus souvent remplis d'amour que de fureur. Mais, c'est vrai que beaucoup de peintres et de sculpteurs les ont représentés comme des guerriers. "Un ange du Seigneur leur apparut à tous, et la Gloire du Seigneur les entoura de lumière. Et ils furent alors terrifiés." (Les boys regardent le prêtre, confus.) St Luc, ça vous dit quelque chose ?

(On retrouve nos trois personnages sur la parvis de l'église.)

SAM : Merci de nous avoir reçu mon père.

REYNOLDS : Mais j'ai été ravi ! J'espère bien vous revoir. (DEAN remarque alors un petit autel, au pied des marches du parvis.)

DEAN : Qu'est-ce que c'est que ça mon père ?

REYNOLDS : Oh, c'est en mémoire du père Gregory, c'était l'un des prêtres de la paroisse.

DEAN : C'était ?

REYNOLDS : Le malheureux, il est mort là juste en bas. On l'a enterré dans notre crypte.

DEAN : C'est arrivé récemment ?

REYNOLDS : Ca fait deux mois. Abattu pour ses clés de voiture.

SAM : C'est affreux.

REYNOLDS : Oh, c'est pire encore. C'était un bon ami, et je n'ai pas eu le temps de lui administrer les Saints Sacrements. Comme je vous le disais, c'est très dur par ici. Depuis qu'il est mort, je n'ai pas arrêté de prier à chaque instant.

SAM : Prier ?

REYNOLDS : Pour la délivrance, pour la fin de la violence qui fait couler tout ce sang. Je sais qu'un jour, Dieu entendra mes prières.

DEAN : Espérons-le. Merci. (Le père REYNOLDS leur serre la main, et rentre dans l'église. DEAN prend la photo du père GREGORY sur l'autel.) Ca y est, tout se met en place. Un prêtre est décédé de mort violente, tout est réuni pour qu'un esprit vengeur intervienne. Ce prêtre connaissait les victimes parce qu'elles venaient tout les jours à l'église, et comme c'était leur prêtre, il savait sûrement beaucoup plus sur elles que nous tous.

SAM : Eh, attend... le père Reynolds prie pour que Dieu l'aide depuis deux mois ! Ca correspond au début de ces évènements.

DEAN : Je te suis pas là, à quoi tu joues ?

SAM : Comment ça ?

DEAN : Je veux bien reconnaître que je suis un peu trop sceptique, mais toi tu donnes l'impression d'écouter tous les dingues qui prêchent à la télé ! Depuis le début tu sembles croire à l'idée d'un ange de la mort, mais où est-ce que tu vas comme ça ? Tu vas prier tout les jours ?

SAM : (après une pause.) Je le fais.

DEAN : Quoi ?!

SAM : Oui, je prie tout les jours. Tout les jours et depuis longtemps.

DEAN : (marque une pause.) C'est la première fois que tu me dis ça. Allez amène-toi, je voudrais aller jeter un oeil sur sa tombe. (Il remonte vers l'église.)

(Intérieur, jour. Dans la crypte. DEAN entre dans une autre pièce tandis que SAM reste sur place. SAM se retourne vers la statue d'un ange qui se met à trembler. Il s'approche, puis se retourne pour faire face à une lumière éblouissante. Ecran noir.)

(Un petit moment plus tard, DEAN revient dans la pièce.)

DEAN : Hé, mais qu'est-ce que tu fous ? (Il voit alors SAM écroulé sur le sol.) Sammy ? Sam ! (Il secoue son frère.) Hey ! Ca va ?

SAM : Ouai, ouai.... Ouai, merci.

DEAN : Lève-toi. (Il aide son frère à se relever et ils pénètrent tout les deux dans l'autre pièce.)Tu viens de le voir, c'est ça ? Avoue.

SAM : Ouai... oui. Dean, j'ai vu un ange !

DEAN : Oh, c'est pas vrai. (Il sort une gourde qu'il tend à son frère.) Tiens.

SAM : Nan, j'ai pas soif. (DEAN boit.)

DEAN : Bon... Qu'est-ce qui te fait dire que tu as vu un ange ?

SAM : Il était là ! Il est brusquement apparu, et j'ai senti... une vague de bien-être monter en moi, et j'ai ressenti, la paix et... la grâce.

DEAN : D'accord, c'était super, mais on pourrait obtenir tout ça avec quelques trucs d'illusionistes.

SAM : Ne dis pas d'idioties. Cet ange m'a parlé, il savait qui j'étais.

DEAN : Ce n'était qu'un esprit, Sam. Ce ne serait pas le premier à lire dans tes pensées. Laisse-moi deviner, tu es le bienheureux élu qui devra punir un pêcheur notoire, et on t'enverra un signe pour te montrer qui c'est, c'est ça ?

SAM : Oui, c'est ça.

DEAN : Génial. Et t'as pas essayé de savoir quel mal il avait fait ?

SAM : J'ai essayé, au contraire ! Et je le lui ai demandé. Et il n'a rien fait, rien. Pas encore. Mais il va le faire.

DEAN : (il rit.) C'est dingue tout ça, j'arrive pas à le croire.

SAM : Dean, cet ange n'a jamais eu tort encore ! Quelqu'un va faire quelque chose d'horrible, et je dois l'en empêcher !

DEAN : Tu sais, tu commences vraiment à m'inquiéter et je me demande, oui je me demande si je devrais pas t'arrêter !

SAM : Mais qu'est-ce que tu as à tout rejeter ? Pourquoi tu refuses de considérer cette possibilité ?

DEAN : Quoi ? Que c'est un ange ?!

SAM : Oui ! Peut-être bien qu'on chasse un ange ici, peut-être qu'on ne devrait pas ! Peut-être que c'est Dieu qui l'a voulu !

DEAN : Ok, très bien. Tu veux savoir, j'ai compris. Tu as la foi et... et c'est bien pour toi, ce sera plus facile à vivre. Je vais te dire qui avait aussi la foi- Maman. Le soir en me couchant, elle me parlait de cet ange qui veillait sur nous tous. C'est d'ailleurs la dernière chose qu'elle m'ait dite.

SAM : Tu ne m'avais jamais dit ça.

DEAN : Quel intérêt ? Elle avait tort. Personne ne l'a protégée. Il n'y a pas de pouvoir suprême, il n'y a pas de Dieu. Il n'y a que le chaos et la violence. D'horribles monstres, prêts à toutes les horreurs, arrivent on ne sait d'où. Et répandent la terreur. Et tu me demandes de croire à tout ça ? Il me faudrait un peu plus de preuves, tu en as ? (SAM ne répond pas.) Moi j'en ai. J'ai des preuves que c'est un esprit.

(DEAN emmène SAM sur la tombe du père GREGORY, dans la crypte. Une plante grimpante pousse le long de la tombe.)

SAM : On dirait de -

DEAN : De l'armoisie. Une plante associée aux morts, particulièrement ceux qui ne trouvent pas le repos. Il n'y en n'a pas sur les autres tombes, seulement sur celle de ce pauvre prêtre. C'est l'esprit, Sam.

SAM : Oui, possible.

DEAN : Possible ?!

SAM : Ecoute, on est sûr de rien.

DEAN : D'accord. Tu veux plus de preuves ? Tu auras plus de preuves.

SAM : Et comment ?

DEAN : En appelant son esprit.

SAM : Quoi ?! Ici ? Dans l'église ?

DEAN : Mais oui. On a juste besoin de quelques bricoles et, du rituel qui est dans l'agenda de papa.

SAM : Ouai c'est ça, génial ! J'espère que Whoopi sera libre.

DEAN : Oh, tu sais que t'es drôle ? Je suis sérieux. Si l'esprit du père Gregory est par là, normalement il se montrera. Si c'est lui, on l'enverra se reposer.

SAM : Mais si c'est un ange, ça ratera. Il ne se montrera pas.

DEAN : Exact. L'avantage de ce travail, c'est qu'on peut travailler sans avoir la foi. Voilà l'occasion d'être sûr. Tu n'as pas envie d'être sûr ?

(Extérieur, nuit. DEAN et SAM sortent d'un petit magasin, des sacs en mains.)

SAM : C'est dingue. D'accord, je l'admet, on n'est pas des spécialistes en spiritisme, mais là, on exagère ! C'est vrai, t'as pris un tapis de Bob l'Eponge pour servir de nappe d'autel.

DEAN : Tu mettras le tapis de Bob à l'envers. (SAM rit, puis s'arrête avant de rejoindre la voiture, apercevant un homme en face dans la rue, et une lumière éblouissante apparaît juste derrière lui.)

SAM : Dean, il est là !

DEAN : Quoi ?

SAM : Le signe !

DEAN : Où ?

SAM : Derrière le type qui est là. C'est lui. Il faut s'en occuper. (Ecran noir.)

(SAM commence à se diriger vers l'homme mais DEAN le stoppe.)

DEAN : Hé, une minute !

SAM : Mais qu'est-ce que t'as ? Laisse-moi y aller !

DEAN : Tu ne vas pas tuer cet homme parce qu'un fantôme te l'a demandé ?

SAM : Mais je suis pas dingue, je vais pas le tuer mais simplement le stopper.

DEAN : Ah oui ? Et comment, hein ? Explique ce que tu vas faire.

SAM : Dean s'il te plaît. Tu sais très bien qu'il va blesser quelqu'un !

DEAN : (après une pause.) D'accord, viens. (DEAN monte dans la Chevy, mais ferme les portes avant que SAM monte.)

SAM : Dean ! Ouvre la porte !

DEAN : Non, je te le redis, tu ne tueras personne. Je le suis, toi, tu organises la séance.

SAM : Dean !

(DEAN démarre, et suit l'homme qui conduit une voiture bleue. Ce dernier finit par se garer sur le bas côté. L'homme sort de sa voiture, un bouquet de fleurs à la main. Il l'offre à une jeune femme, et tout les deux remontent dans la voiture. DEAN reprend sa filature.)

(Intérieur, nuit. Dans la crypte de l'église. SAM prépare la séance de spiritisme. Après avoir allumé les bougies, il récite une formule en latin. Puis termine en lâchant de la poudre sur la bougie noire. La porte de la crypte s'ouvre, et le père REYNOLDS entre.)

REYNOLDS : Qu'est-ce que vous faites ? Qu'est-ce que c'est ?

SAM : Mon père, attendez. Je vais vous expliquer. Je sais pas comment le dire euh... C'est une séance... de spiritisme.

REYNOLDS : De spiritisme ?! Jeune homme, vous êtes dans une église !

SAM : Ca provient d'anciens rites chrétiens, si ça peut vous aider.

REYNOLDS : Ca suffit, vous venez avec moi. (Il prend SAM par le bras.)

SAM : Non... non, s'il vous plaît ! Attendez une sec- (Il s'arrête car la crypte se trouve soudainement éclairée d'une vive lumière, subjuguant le père REYNOLDS, qui n'en crois pas ses yeux.)

REYNOLDS : Oh mon Dieu ! Est-ce que... est-ce que c'est un ange ?

SAM : (déçu.) Pas vraiment. C'est le père Gregory. (La lumière s'éteint, laissant place au père GREGORY.)

REYNOLDS : Thomas ?!

GREGORY : J'ai répondu à vos prières.

(On a un bref aperçu de DEAN, toujours en filature.)

(Retour dans la crypte.)

GREGORY : Sam. Je vous avais confié une mission, allez la remplir.

SAM : Non, je suis désolé. Vous n'êtes pas un ange.

GREGORY : Mais bien sûr que si.

SAM : Non... Croyez-moi, vous n'êtes que l'esprit d'un humain. Et vous errez sur Terre.

GREGORY : J'ai été humain. Mais je suis devenu un ange. Je me trouvais sur les marches de l'église, et j'ai senti cette balle me traverser la peau. Je n'ai pas souffert du tout. Et je me suis aperçu que je voyais... je voyais tout. Père Reynolds je vous voyais, priant et pleurant. Je viens pour vous aider.

REYNOLDS : Et qu'allez-vous faire ?

(DEAN suit toujours l'homme, qui tourne. DEAN tourne aussi, mais une fois le coin passé, l'homme a disparu.)

DEAN : Merde !

(De nouveau dans la crypte.)

REYNOLDS : Ces meurtres... C'est vous qui avez poussé leurs auteurs ?

GREGORY :J'ai reçu un message d'en Haut. Le Seigneur m'a parlé. Il m'a dit de combattre le mal, et je fais ce qu'il demande.

REYNOLDS : Ce sont des innocents que vous avez poussé à tuer !

GREGORY : Mais tous ceux qui m'obéissent se voient offrir la rédemption. Les homme ont besoin de rédemption. N'est-ce pas Sam ?

REYNOLDS : Comment osez-vous parlé de rédemption ?!

GREGORY : C'est assez difficile à comprendre, mais les règles des hommes et les règles de Dieu sont bien différentes.

SAM : Et ces pauvres gens ? Ils sont enfermés.

GREGORY : Ils sont en paix. Ils sont heureux, et ils ont vaincu leurs démons. Je leur ai ouvert les voies du Seigneur.

REYNOLDS : Non, non ! C'est de la vengeance, c'est mal. Thomas, ça va à l'encontre de vos croyances. Vous êtes encore mal guidé.

GREGORY : Mais non. Je ne suis pas perdu du tout.

REYNOLDS : Vous n'êtes pas un ange, Thomas. Les humains ne deviennent pas des anges.

GREGORY : Mais alors... Mais qu'est-ce que je fais ici ? Je ne comprend pas. C'est pourtant vous qui m'avez appelé.

REYNOLDS : J'ai prié pour que Dieu m'aide et c'est tout. Ce que vous avez fait ne peut être la volonté de Dieu. "Tu ne tueras point." Ce sont les mots de Dieu.

(Extérieur, nuit. Dans une rue étroite, l'homme en compagnie de sa passagère, s'est arrêté, à l'abri des regards.)

FEMME : On ne devait pas s'arrêter ici. (Il s'approche d'elle, et commence à l'embrasser fiévreusement. Elle rit mais le repousse.) On allait au ciné, je croyais. Vous voulez redémarrer sinon ce sera- (L'homme soudainement la frappe, puis la regarde, choqué par ce qu'il vient de faire.)

HOMME : Oh pardon ! Oh pardon, je... je, je sais pas ce qu'il m'a prit ! (Elle tente de sortir, mais il ferme les portes.) J'ai dis que je m'excusais !

FEMME : Oh non pas ça ! (Il sort un cutter.) Non !

HOMME : Bouge pas ! (Il essaie de la maintenir, mais elle se débat.) Bouge pas !

(Soudain, la vitre du conducteur vole en éclat. DEAN lui flanque un coup de poing, et l'assome sur le volant. Il ouvre les portes, et la jeune femme sort. DEAN se précipite vers elle.)

DEAN : Ca ira ? Est-ce que ça va ? (Elle lui fait signe que oui entre deux sanglots. L'homme démarre la voiture et fuit.) Enfoire ! Vous êtes sûre que ça ira ? Vous avez un téléphone ?

FEMME : Oui.

DEAN : Alors, appelez la police ! (Il reprend le volant de l'Impala, et se met à suivre l'homme.)

(De retour dans la crypte.)

SAM : Ecoutez-nous, je vous en prie.

GREGORY : Non.

REYNOLDS : Laissez-moi vous aider et vous pourrez reposer en paix. Je vous en prie. Je peux vous aider à partir. (Après un instant, le père GREGORY acquiesce.) Oh Seigneur tout puissant, en tant que serviteur zêlé du Christ, je te demande de sanctifier nos actions en ce jour, dans l'accomplissement de la volonté divine. (L'image du père GREGORY se brouille.)

GREGORY : Père Reynolds ?

REYNOLDS : A genoux. (Le père GREGORY s'agenouille.) J'invoque l'archange St Raphaël, le maître des Airs, qu'il nous montre le bon chemin. Et que la flamme du St Esprit descende en cet instant, pour que Ton enfant, puisse bientôt se réveiller au Royaume des Cieux. (Une lumière ébluissante commence à envelopper le père GREGORY, qui finit par être complètement englouti par celle-ci, puis il disparaît.)

(Dans la rue. On retrouve DEAN dans une course poursuite effrénée. L'homme qu'il poursuit se voit obligé de freiner brusquement lorsqu'une voiture dérape dans un carrefour. Sur le toit de la voiture se trouvait de longs tuyaux métalliques, l'un d'eux se décrochent, et traverse le pare-brise de l'homme que DEAN poursuivait. DEAN s'arrête à côté, et sort de la Chevy, estomaqué par cette scène.)

DEAN : Oh, c'est pas vrai ! (Il s'approche et constate que le tuyau a traversé le corps de l'homme, le poignardant en plein coeur. Ecran noir.)

(Intérieur, nuit. Dans la chambre du motel. DEAN entre tandis que SAM range ses affaires.)

DEAN : Comment c'était ?

SAM : (après un silence.) T'avais raison. Ce n'était pas un ange, c'était Gregory. (DEAN sort sa gourde, boit une gorgée, la tend à son frère qui cette fois l'accepte.) Je suis désolé Dean, excuse-moi. Je voulais tellement y croire. J'espérais tant ! C'est inhumain ce qu'on fait ici. Ah oui, c'est trop dur... On est vraiment seul, et... il y a tellement de mal dans le monde qu'il est facile de s'y noyer. Chaque fois que je pense à mon destin, je n'arrive pas à trouver des réponses.

DEAN : Ne t'inquiètes pas pour ça, d'accord ? Je veillerai sur toi.

SAM : Ouai, je le sais. Mais tu es un être humain. Et j'avais besoin de croire, qu'il y avait quelqu'un d'autre qui veillait sur moi, tu vois ? Comme... le Tout Puissant. Ou, un Dieu. Et alors, peut-être bien...

DEAN : Peut-être bien quoi ?

SAM : (les larmes aux yeux.) Peut-être bien qu'il m'aurait sauvé. (Un silence.) Mais... (il rit.) tu as su me remettre sur le bon chemin, tu avais raison. C'est vrai, il faut faire avec ce qu'on sait, avec ce qu'on voit, et avec tout ce qui se trouve là, juste devant nos yeux.

DEAN : C'est bizarre que tu dises ça.

SAM : Pourquoi ?

DEAN : Gregory, à sa façon, avait de bonnes informations. Le type dans la bagnole était une ordure. Après ce soir il n'ennuiera plus personne.

SAM : Mais comment ça ?

DEAN : Il est mort.

SAM : C'est toi ?

DEAN : Non. Mais je vais te dire ce que j'ai vu. En fait, je dois t'avouer que si j'avais pas été là, j'aurais jamais pu le croire. Je sais pas... je sais pas le nom qu'il faut lui donner.

SAM : Quoi ? (DEAN ne répond pas.) Allez ! Mais qu'est-ce que t'as vu ? (DEAN ne répond pas de suite, ému.)

DEAN : La preuve d'une... justice divine. (Les boys restent assis, ne sachant que dire. Ecran noir.)

GENERIQUE.

FIN DE L'EPISODE.

 

 

Ecrit par deanlove35.

[FADE IN: PROVIDENCE, RHODE ISLAND. INT. APARTMENT. A woman, GLORIA SYTNIK, is in her living room, watching television. She is smoking a cigarette, and she looks worn-out and tired. She changes the channel from a sitcom to a TV Evangelist.]

EVANGELIST: I know it’s hard. It’s hard to look up when you’re down. It’s hard to look up and see the light. But I’m here to tell you, folks. The Lord is with you.

[GLORIA rolls her eyes and turns the television off. The lights in her apartment begin to flicker. The TV suddenly turns back on, much louder this time.]

EVANGELIST: You don’t have to suffer. You don’t have to be lost. The Lord is talking to you right now! He’s saying, “You are my child, and you have a purpose!” You think God forgot about you? I tell you no! All you’ve gotta do is listen! Can’t you just hear those angels singing?

[GLORIA tries to turn the TV off, but it does not work. While the televangelist gets more enthusiastic, GLORIA’S living room begins to shake. Furniture begins crashing, and items fall off the shelves. Suddenly, a very bright light appears in the front doorway. GLORIA’S scared expression suddenly softens.]

GLORIA: My God…

[The white light continues to get stronger, and GLORIA seems entirely mystified by it. The screen goes black.]

TITLE CARD

[FADE IN: INT. MENTAL INSTITUTION. GLORIA is on the edge of her bed, reading. She seems completely peaceful and serene. SAM enters her room, holding a clipboard.]

GLORIA: Good morning. You’re not the usual guy.

SAM: No, just filling in. So, how you feeling today, Gloria?

GLORIA: I’ve never felt better.

SAM: So…no disturbances lately?

GLORIA: You mean, am I stark-raving cuckoo for Cocoa Puffs?

SAM: I didn’t say that.

GLORIA: [smiling] That’s all right. I know what people must think.

SAM: What do you think?

GLORIA: I think what I saw was real. [He sits down across from her.]

SAM: [after a long pause] I’d like to know what you saw.

GLORIA: It was all over the news. I stabbed a man in the heart.

SAM: Why would you do that?

GLORIA: Because it was God’s will.

SAM: Did God talk to you?

GLORIA: I get the sense God’s a little busy for house calls. No, He…He sent someone.

SAM: Someone?

GLORIA: An angel. It came to me in this beautiful, white light. And it filled me with this feeling. It’s hard to describe.

SAM: And this angel…?

GLORIA: Spoke God’s word.

SAM: And the word was to kill someone?

GLORIA: I know, it sounds strange. But what I did was very important. I helped Him smite an evil man. I was chosen for redemption.

SAM: This man you stabbed –- did the angel give you his name?

GLORIA: No. He just told me to wait for the sign, and the very next day I saw it. Right beside the man’s doorway. And I knew.

SAM: Why him?

GLORIA: I just know what the angel told me –- that this man was guilty to his deepest foundations. And that was good enough for me.


[CUT TO: INT. MOTEL ROOM. DEAN is listening to music, lying on his vibrating bed. A meter next to the bed reads, “Magic Fingers –- Tingling Relaxation and Ease – Only 25¢”. DEAN seems to be enjoying it very much. SAM enters.]

SAM: Hey. [DEAN doesn’t hear him. SAM walks to the bed and hits him.] Hey!

DEAN: Hey. Man, you’ve gotta try this. I mean, there really is magic in the Magic Fingers.

SAM: Dean…you’re enjoying that way too much. It’s kind of making me uncomfortable.

DEAN: What am I supposed to do? You’ve got me on lockdown here, I’m bored out of my skull.

SAM: Hey, you were the bank robber on the eleven o’clock news, not me. We can’t risk you just walking into a government facility.

DEAN: Mm. [SAM shrugs him off and walks into the bathroom. The timer on the Magic Fingers bed runs out.] Aw, damn it. That was my last quarter. [to Sam] Hey! You got any quarters?

SAM: No! [DEAN enters the bathroom, where SAM is washing his hands.]

DEAN: So, did you get in to see that crazy hooker?

SAM: Yeah –- Gloria Sytnik. And I’m not so sure she’s crazy.

DEAN: She seriously believes she was touched by an angel?

SAM: Yeah. Blinding light, feelings of spiritual ecstasy, the works. I mean, she’s living in a locked ward, and she’s totally at peace.

DEAN: Oh, yeah, you’re right. Sounds completely sane. What about the dude she stabbed?

SAM: Uh, Carl Gulley. Said she killed him ‘cause he was evil.

DEAN: Was he?

SAM: I don’t know. I couldn’t find any dirt on him. I mean, he didn’t have a criminal record, he worked at the campus library, he had lots of friends, he was a churchgoer.

DEAN: Hm. So, then Gloria’s just your standard-issue wacko. I mean, she wouldn’t be the first nut job in history to kill in the name of religion, know what I mean?

SAM: No, but she’s the second in town to murder because an angel told them to. Little bit odd, don’t you think?

DEAN: Well, odd, yes. Supernatural, maybe. But angels? I don’t think so.

SAM: Why not?

DEAN: ‘Cause there’s no such thing, Sam.

SAM: [scoffs] Dean, there’s ten times as much lore about angels as there is about anything else we’ve ever hunted.

DEAN: Yeah, and you know what, there’s a ton of lore on unicorns, too. In fact, I hear that they ride on silver moonbeams, and they shoot rainbows outta their ass.

SAM: Wait, there’s no such thing as unicorns?

DEAN: That’s cute. I’m just saying, man, there’s some legends that you just file under “Bull Crap”.

SAM: And you’ve got angels on the “Bull Crap” list?

DEAN: Yep.

SAM: Why?

DEAN: Because I’ve never seen one.

SAM: So what?

DEAN: So, I believe in what I can see.

SAM: Dean, you and I have seen things most people couldn’t even dream about.

DEAN: Exactly, with our own eyes. That’s hard proof, okay? But in all this time, I have never seen anything that looks like an angel. And don’t you think that if they existed, that we would have crossed paths with them, or at least know someone that crossed paths with them? No. This is a demon or a spirit. They find people a few fries short of a Happy Meal and they trick them into killing these randoms.

SAM: Maybe.

DEAN: Can we just –- I’m going stir-crazy, man. Hey, let’s go by Gloria’s apartment, huh?

SAM: [scoffs] I was just there –- nothing. No sulfur, no EMF.

DEAN: You didn’t see any fluffy, white wing feathers?

SAM: [ignoring him] But Gloria did say the angel gave her a sign. Right beside Carl Gulley’s doorway.

DEAN: Could be something at his house. It’s worth checking out.


[CUT TO: EXT. CARL GULLEY’S HOUSE. DEAN and SAM pull up outside and walk to the doorway.]

DEAN: Oh, hey, Sam. I think I found it. [He points to a plastic angel decoration on Carl’s porch.] That’s a sign from up above. [They look around the house, but see nothing else.] Well, I think I’ve learned a valuable lesson. Always take down your Christmas decorations after New Year’s, or you might get filleted by a hooker from God. Ha!

SAM: I’m laughing on the inside. [They look around the house more and reach the cellar door.] You know, Gloria said the guy was guilty to his deepest foundations.

DEAN: You think she literally meant the foundation?

[The two of them decide to open the cellar door and go downstairs. After searching for a bit, SAM notices a handprint on the wall, as if someone had been clawing to get out.]

SAM: Hey.

DEAN: You got something? [SAM pulls something out of the wall.] What is it?

SAM: It’s a fingernail. [They grab two shovels from the basement and dig. They keep digging until they uncover a skeleton beneath the floor.] So much for the innocent, churchgoing librarian.

DEAN: Yeah, well, whatever spoke to Gloria about this knew what it was talking about. I’ll give you that.


[CUT TO: INT. APARTMENT. ZACH SMITT, a grungy, tired-looking man, is sitting in his living room. The lights suddenly begin flickering, and the room starts to shake. Shelves and furniture begin falling. Just as in Gloria’s apartment, a blinding white light appears in the apartment. ZACH approaches the light, looking very relaxed and calm.]


[CUT TO: STREET. ZACH is walking along the sidewalk when the bright light appears again. It appears across the street, just outside someone’s doorway. ZACH smiles and approaches the person’s house. The bright light disappears, and ZACH knocks on the front door. A man, FRANK, answers.]

FRANK: Yes?

ZACH: Hi. My name is Zach.

FRANK: Can I help you? [ZACH takes out a knife and stabs FRANK. His dead body falls to the floor. The camera pans to show a statue of an angel sitting on the front lawn. The screen goes black.]

[FADE IN: INT. MOTEL ROOM. DEAN is sitting on the edge of the bed, listening to the police radio. He looks longingly at the timer for the Magic Fingers. SAM enters.]

DEAN: Did you bring quarters? [SAM glances at the timer.]

SAM: Dude, I’m not enabling your sick habit. You’re like one of those lab rats that pushes the pleasure button instead of the food button until it dies.

DEAN: What are you talking about? I eat. And I’ve got news.

SAM: Me, too.

DEAN: All right, you go first.

SAM: Three students have disappeared off the college campus this year. All of them were last seen at the library.

DEAN: Where Carl Gulley worked?

SAM: Yup.

DEAN: Sick bastard.

SAM: So, Gloria’s angel—

DEAN: Angel?

SAM: Okay, whatever this thing is—

DEAN: Well, whatever it is, it struck again.

SAM: What?

DEAN: I was listening to the police radio before you got here. There was this guy, Zach Smitt, some local drunk. He went up to a stranger’s front door last night –- stabbed him in the heart.

SAM: And then I’m guessing he went to the police and confessed?

DEAN: Yep. Roma Downey made him do it. Now, I, uh…[he pulls a Post-It note off the mirror]...I got the victim’s address. [He shrugs.]


[CUT TO: FRANK'S HOUSE. DEAN and SAM enter through one of the windows. SAM goes to look on Frank's computer, while DEAN searches the other rooms.]

SAM: Find anything?

DEAN: Well, Frank liked his catalogue shopping, that’s about all I got. You?

SAM: Not much here. Except he’s got this one locked file on his computer that I…hold on. [He presses a few buttons on the keyboard and successfully unlocks the password. He smiles.] Not anymore. [He opens the file.] God…

DEAN: What?

SAM: All these e-mails. Dozens, to this lady named Jennifer. [He takes a closer look at the e-mails.] This lady who’s thirteen years old.

DEAN: Oh, I don’t wanna hear this.

SAM: Looks like they met in a chatroom. These e-mails are pretty personal, Dean. [scoffs] Look at that. Setting up a time and place to meet.

DEAN: Great.

SAM: They were supposed to meet today.

DEAN: Huh. I guess if you’re gonna stab someone…good timing. I don’t know, man, this is weird. I mean, sure, some spirits are out for vengeance, but this one’s almost like a do-gooder. Like a…

SAM: Avenging angel? [DEAN doesn’t answer.] Well, how else do you explain it, Dean? Three guys, not connected to each other, all stabbed through the heart? At least two were world-class pervs, and I bet if you dug deep enough on the other guy—

DEAN: Hey.

SAM: What? [DEAN picks up a flyer from the desk.]

DEAN: You said Carl Gulley was a churchgoer, right?

SAM: Yeah.

DEAN: What was the name of his church?

SAM: Uh…Our Lady of the Angels?

DEAN: Of course that’d be the name. [He shows the flyer to SAM, advertising that church.] Looks like Frank went to the same church.


[CUT TO: INT. OUR LADY OF THE ANGELS CHURCH. The brothers are talking with FATHER REYNOLDS.]

FR. REYNOLDS: So, you’re interested in joining the Parish?

DEAN: Yeah, we just don’t feel right unless we hit church every Sunday.

FR. REYNOLDS: Where did you say you lived before?

DEAN: Premont, Texas.

SAM: Yup.

FR. REYNOLDS: Really? That’s a nice town. St. Theresa’s Parish, you must know the priest there.

DEAN: Sure, yeah. That’s, uh…Father O’Malley.

FR. REYNOLDS: I know a Father Shaughnessy.

DEAN: Shaughnessy, exactly. What did I say?

SAM: You know, we’re just happy to be here now, Father.

FR. REYNOLDS: And we’re happy to have you. We could use some young blood around here.

DEAN: Mm. Hey, listen, I’ve gotta ask you –- no offense, but the neighborhood?

FR. REYNOLDS: It’s gone to seed a little, there’s no denying that. But that’s why what the church does here is so important. Like I always say, you can expect a miracle, but in the meantime, you work your butt off.

DEAN: Yeah, we heard about the murders.

FR. REYNOLDS: Yes. The victims were parishioners of mine, I’ve known them for years.

SAM: And the killers said that an angel made them do that?

FR. REYNOLDS: Yes, misguided souls. To think that God’s messenger would appear and incite people to murder. It’s tragic.

DEAN: So, you don’t believe in those angel yarns, huh?

FR. REYNOLDS: Oh, no. I absolutely believe. It kind of goes with the job description. 

SAM: [pointing to a painting] Father, that’s Michael, right?

FR. REYNOLDS: That’s right. The Archangel Michael with the flaming sword –- the fighter of demons, holy force against evil.

SAM: So, they’re not really the Hallmark card version that everybody thinks? They’re fierce, right? Vigilant.

FR. REYNOLDS: I like to think of them as more loving than wrathful. But, yes, a lot of Scripture paints angels as God’s warriors. “An angel of the Lord appeared to them. The glory of the Lord shone down upon them, and they were terrified.” [The boys stare at him, confused.] Luke 2:9.

[The boys are led outside to the front steps.]

SAM: Thank you for speaking with us, Father.

FR. REYNOLDS: It’s my pleasure. I hope to see you again. [DEAN notices a small altar set up on the front steps.]

DEAN: Hey, Father, what’s all that for?

FR. REYNOLDS: Oh, that’s for Father Gregory. He was a priest here.

DEAN: Was?

FR. REYNOLDS: He passed away right on these steps. He’s interred in the church crypt.

DEAN: When did this happen?

FR. REYNOLDS: Two months ago. He was shot for his car keys.

SAM: I’m sorry.

FR. REYNOLDS: Yeah. Me, too. He was a good friend. I didn’t even have time to administer his Last Rites. But like I said, it’s a tough neighborhood. Ever since he died, I’ve been praying my heart out.

SAM: For what?

FR. REYNOLDS: For deliverance from the violence and the bloodshed around here. We could use a little divine intervention, I suppose.

DEAN: Well, Padre, thanks. We’ll see you again. [FATHER REYNOLDS goes inside. DEAN picks up a picture of Father Gregory from the altar.] Now it’s all starting to make sense. Devoted priest dies a violent death –- that’s vengeful spirit material, right there. And he knew all the other stiffs because they all went to church here. In fact, I’m willing to bet because he was their priest, he knew things about them that nobody else knew.

SAM: Then again, Father Reynolds started praying for God’s help about two months ago, right? Right about the time all this started happening?

DEAN: Oh, come on, man. What’s your deal?

SAM: What do you mean?

DEAN: Look, I’ll admit, I’m a bit of a skeptic. But since when are you all Mr. 700 Club? Seriously, from the get-go, you’ve been willing to buy this angel crap, man. What’s next? You gonna start praying everyday?

SAM: [after a pause] I do.

DEAN: What?

SAM: I do pray everyday. I have for a long time. [DEAN pauses for a while, taken aback.]

DEAN: The things you learn about a guy. Huh. Come on, let’s go check out Father Gregory’s grave. [He walks away.]


[CUT TO: CHURCH CRYPT. DEAN goes into another room while SAM stays behind. Suddenly, one of the statues in the crypt begins to shake. SAM turns and sees a blinding white light glowing in front of him. He stands there, watching the light in a trance.]

[Moments later, DEAN returns to the room.]

DEAN: Sam, come on, get the lead out—[He sees SAM collapsed on the floor] Sammy? Sam! [He shakes SAM awake.] Hey! You okay?

SAM: Yeah…yeah. I’m okay.

DEAN: Come on. [He helps SAM up and takes him into the next room.] You saw it, didn’t you? Didn’t you?

SAM: Yeah. Dean, I saw an angel. [DEAN takes out a flask from his coat and holds it out to SAM.] I don’t wanna drink. [DEAN shrugs and takes a swig.]

DEAN: So…what makes you think you saw an angel?

SAM: It just…it appeared before me and I just…this feeling washed over me, you know? Like peace…like grace.

DEAN: Okay, Ecstasy Boy. Maybe we’ll get you some glowsticks and a nice Dr. Seuss hat, huh?

SAM: Dean, I’m serious. It spoke to me, it knew who I was.

DEAN: It’s just a spirit, Sam. And it’s not the first one to be able to read people’s minds. Let me guess, you were personally chosen to smite some sinner. You’ve just gotta wait for some divine Bat Signal, is that it?

SAM: Yeah, actually.

DEAN: Great. I don’t suppose you asked what this alleged bad guy did.

SAM: Actually, I did, Dean. And the angel told me he hasn’t done anything. Yet. But he will.

DEAN: [chuckling] Oh, this is just –- I don’t believe this.

SAM: Dean, the angel hasn’t been wrong yet! Someone’s gonna do something awful, and I can stop it!

DEAN: You know, you’re supposed to be bad, too, Sam. Maybe I should just stop you right now.

SAM: You know what, Dean, I don’t understand! Why can’t you even consider the possibility?

DEAN: What, that this is an angel?

SAM: Yes! Maybe we’re hunting an angel here, and we should stop! Maybe this is God’s will!

DEAN: Okay, all right. You know what? I get it. You’ve got faith. Hey, good for you. I’m sure it makes things easier. I’ll tell you who else had faith like that –- Mom. She used to tell me when she’d tuck me in that angels were watching over us. In fact, that was the last thing she ever said to me.

SAM: You never told me that.

DEAN: What’s to tell? She was wrong. There was nothing protecting her. There’s no higher power, there’s no God. There’s just chaos and violence and random, unpredictable evil that comes out of nowhere. It rips you to shreds. So, you want me to believe in this stuff? I’m gonna need to see some hard proof. You got any? [SAM doesn’t answer.] Well, I do –- proof that we’re dealing with a spirit.

[DEAN takes SAM over to Father Gregory’s grave marker. A plant is growing around the marker.]

SAM: That looks like—

DEAN: It’s wormwood –- a plant associated with the dead, specifically the ones that are not at rest. I don’t see it growing anywhere else, except over the murdered priest’s marker. It’s him, Sam.

SAM: Maybe.

DEAN: Maybe?

SAM: Dean, I don’t know what to think.

DEAN: Okay. You want some more proof? I’ll give you more proof.

SAM: How?

DEAN: We’ll summon Gregory’s spirit.

SAM: What? Here, in the church?

DEAN: Yeah. We just need a few odds and ends, and that séance ritual in Dad’s journal.

SAM: Ha! A séance, great. I hope Whoopi’s available.

DEAN: That’s funny, actually. Seriously. If Father Gregory’s spirit is around, the séance will bring him right to us. If it’s him, then we’ll put him to rest.

SAM: But if it’s an angel, it won’t show. Nothing will happen.

DEAN: Exactly. That’s one of the perks of the job, Sam. We don’t have to operate on faith. We can know for sure. Don’t you wanna know for sure?


[CUT TO: EXT. CONVENIENCE STORE. DEAN and SAM are leaving, grocery bags in hand.]

SAM: Dude, all right. I’ll admit, we’ve gone pretty ghetto with spellwork before, but this takes the cake. I mean, a Spongebob placemat instead of an altar cloth?

DEAN: We’ll just put it Spongebob-side down. [SAM laughs, then stops before going to the car. Across the street, he sees a man, and the blinding white light is glowing around him.]

SAM: Dean, that’s it.

DEAN: What?

SAM: That’s the sign.

DEAN: Where?

SAM: Right there, right behind that guy. That’s him, Dean. We have to stop him. [He begins walking across the street, but DEAN stops him.]

DEAN: Wait a minute!

SAM: What are you doing? Let me go.

DEAN: You’re not gonna go kill somebody because a ghost told you to. Are you insane?

SAM: Dean, I’m not insane. I’m not gonna kill him, I’m gonna stop him.

DEAN: Define “stop”, huh? What are you gonna do? [They watch the man get into his car.]

SAM: Dean, please. He’s gonna hurt someone, you know it.

DEAN: [after a pause] All right, come on. [DEAN gets in the car, but SAM is locked out.]

SAM: Dean, unlock my door.

DEAN: You’re not killing anyone, Sam. I’ve got this guy, you go do the séance.

SAM: Dean!

[DEAN drives away. He begins following the man’s car. The man pulls up outside a woman’s apartment. He hands her flowers, and she gets in the car. DEAN follows them as they continue driving.]


[CUT TO: CHURCH. SAM is setting up the séance. After lighting all the candles, he begins reading several Latin chants from his father’s journal. He sprinkles a powdery substance onto one of the candles, making it spark. The door to the crypt opens, and FATHER REYNOLDS enters.]

FR. REYNOLDS: What are you doing? What is this?

SAM: Uh…Father, please. I can explain. Um…[beat] Actually, maybe I can’t. This is a séance.

FR. REYNOLDS: A séance? Young man, you are in the House of God.

SAM: It’s based on early Christian rites, if that helps any.

FR. REYNOLDS: Enough! You’re coming with me. [He begins to lead SAM away.]

SAM: Father, please, just wait—[He stops when the room becomes filled with a bright light. FATHER REYNOLDS stops and stares, mystified.]

FR. REYNOLDS: Oh, my God. Is that…is that an angel?

SAM: [disappointed] No, it’s not. It’s just Father Gregory. [The light slowly fades, and FATHER GREGORY stands before them.]

FR. REYNOLDS: Thomas?

FR. GREGORY: I’ve come in answer to your prayers.


[CUT TO: STREET. DEAN is still following the man’s car.]


[CUT TO: CHURCH CRYPT.]

FR. GREGORY: Sam, I thought I sent you on your path. You should hurry.

SAM: Father, I’m sorry. But you’re not an angel.

FR. GREGORY: Of course I am. 

SAM: No. You’re a man. You’re a spirit. And you need to rest.

FR. GREGORY: I was a man. But now, I’m an angel. I was on the steps of the church, and I felt that bullet pierce right through me. But there was no pain. And suddenly, I could see…everything. Father Reynolds, I saw you, praying and crying here. I came to help you.

FR. REYNOLDS: Help me how?


[CUT TO: STREET. The man turns a corner while driving. DEAN does the same thing, but when he turns, the man’s car is gone.]

DEAN: Damn it!


[CUT TO: CHURCH CRYPT.]

FR. REYNOLDS: Those murders –- that was because of you?

FR. GREGORY: I received the word of God. He spoke to me, told me to smite the wicked. I’m carrying out His will.

FR. REYNOLDS: You’re driving innocent people to kill.

FR. GREGORY: Those innocent people are being offered redemption. [to Sam] Some people need redemption. Don’t they, Sam?

FR. REYNOLDS: How can you call this redemption?

FR. GREGORY: You can’t understand it now. But the rules of man and the rules of God are two very different things.

SAM: Those people –- they’re locked up.

FR. GREGORY: No, they’re happy. They’ve found peace, beaten their demons. And I’ve given them the keys to heaven.

FR. REYNOLDS: No, no! This is vengeance. It’s wrong. Thomas, this goes against everything you believed. You’re lost, misguided.

FR. GREGORY: Father…no, I’m not misguided.

FR. REYNOLDS: You are not an angel, Thomas. Men cannot be angels.

FR. GREGORY: But…but I don’t understand. You prayed for me to come.

FR. REYNOLDS: I prayed for God’s help, not this. What you’re doing is not God’s will. Thou shalt not kill. That’s the word of God.


[CUT TO: STREET. The man and his female passenger pull over at the curb.]

WOMAN: How come we stopped? [The man leans over and begins kissing her feverishly. She laughs but pushes him away.] Um…weren’t we gonna go to the movies? We should go, or we’re gonna be late—[The man suddenly slaps her, then looks shocked at what he did.]

MAN: I’m sorry! I’m sorry, it’s just I’ve never done this before. [The woman goes to leave the car, but the man locks the doors.] Look, I said I was sorry!

WOMAN: Please! [The man suddenly takes out a knife. He tries to stab her with it, but she wrestles with him, screaming.]

MAN: Stop it!

[He continues fighting with her until suddenly, the driver’s side window shatters. DEAN reaches through the window and punches the man, then knocks him out against the steering wheel. He unlocks the woman’s door and goes around the car to help her out.]

DEAN: Are you okay? [She continues crying.] Are you okay?

WOMAN: Thank God! [The man regains consciousness and starts the car, driving away.]

DEAN: Damn it! [to the woman] Are you sure you’re okay? [She nods.] Do you have a cell phone? Call 911. [He gets in the Impala and follows the man.]


[CUT TO: CHURCH CRYPT.]

SAM: Let us help you.

FR. GREGORY: No.

FR. REYNOLDS: It’s time to rest, Thomas, to be at peace. Please…let me give you Last Rites. [After a long pause, FATHER GREGORY nods.] O, holy hosts above, I call upon thee as a servant of Christ to sanctify our actions this day, in fulfillment of the will of God. [He makes the sign of the cross. After finishing, FATHER GREGORY begins to flicker, as if he is unreal.]

FR. GREGORY: Father Reynolds?

FR. REYNOLDS: Rest. [FATHER GREGORY kneels on the floor.] I call upon the Archangel Raphael, master of the air, to make open the way. Let the fire of the Holy Spirit now descend, that this being might be awakened to the world beyond. [The bright light begins to emanate from FATHER GREGORY. It completely encompasses him for a moment before both the light and FATHER GREGORY vanish.]


[CUT TO: STREET. DEAN is still chasing the man’s car. The man narrowly avoids being hit by a truck, and he swerves to dodge it. DEAN follows him onto another road, trying to keep up. When the man comes to an intersection, he realizes he is about to crash into a pick-up truck. He slams on the brakes, and the truck driver does also. A metal rod falls off the back of the truck and crashes straight through the man’s windshield, impaling him through the chest. DEAN slams on his brakes as well, stopping right next to the man’s car. He gets out of the car to see what has happened.]

DEAN: Holy…

[DEAN walks to the driver’s side door. He sees the man dead in the front seat, bleeding profusely. The metal rod has gone completely through his body. DEAN looks at him, stunned.]


[CUT TO: MOTEL ROOM. DEAN enters while SAM is packing his bag.]

DEAN: How was your day? [SAM sighs.]

SAM: You were right. It wasn’t an angel, it was Gregory. [DEAN, still shaken, takes a swig from his flask. He hands it to SAM, who also drinks.] I don’t know, Dean, I just…I wanted to believe so badly. It’s so damn hard to do this…what we do. All alone, you know? There’s so much evil out in the world, Dean, I feel like I could drown in it. And when I think about my destiny, when I think about how I could end up…

DEAN: Yeah, well, don’t worry about that, all right? I’m watching out for you.

SAM: Yeah, I know you are. But you’re just one person, Dean. And I needed to think that there was something else watching, too, you know? Some…higher power, some greater good. And then maybe…

DEAN: Maybe what?

SAM: [eyes tearing] Maybe I could be saved. [pause] But, uh…[laughs]…you know, I just clouded my judgment, and you’re right. I mean, we’ve gotta go with what we know, with what we can see, with what’s right there in front of our own two eyes.

DEAN: Yeah, well, it’s funny you say that.

SAM: Why?

DEAN: Gregory’s spirit gave you some pretty good information. The guy in the car was bad news. I barely got there in time.

SAM: What happened?

DEAN: He’s dead.

SAM: Did you…?

DEAN: No. But I’ll tell you one thing…the way he died, if I hadn’t seen it with my own two eyes, I never would’ve believed it. I mean…I don’t know what to call it.

SAM: What? Dean, what did you see? [DEAN pauses, emotional.]

DEAN: Maybe…God’s will. [The two boys sit in silence, unsure what to say. The screen fades to black.]


 
END OF EPISODE

 

Ecrit par Alexx12.

Kikavu ?

Au total, 124 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
20.05.2018 vers 11h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

On recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute !! | Plus d'infos

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 21:56

Le Roadhouse 28
Hier à 17:06

Staff
05.01.2019

Meg Masters
Hier à 23:17

Katie Cassidy
Hier à 23:14

Partie Personnages
Hier à 21:43

Jessica Moore
Hier à 21:19

DJ Qualls
Hier à 21:09

Felicia Day
Hier à 21:05

Kevin McNally
Hier à 21:00

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne Série club

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Vendredi 25 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
Des épisodes 14.12 Prophet and Loss et 14.13 Lebanon (le 300e épisode) ainsi que la promo du...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Qu'avez-vous pensez de l'épisode de reprise, le 14.10 "Nihilism" ? Venez voter puis n'hésitez pas à...

Ce soir c'est le retour de Supernatural

Ce soir c'est le retour de Supernatural
Et pour vous permettre d'attendre voici la nouvelle promo de l'épisode 14x10 "Nihilism" dans notre...

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Qu'avez-vous pensé de l'épisode de reprise "Nihilism" ? N'hésitez pas à venir commenter dans le topic S14

Total : 8 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Hier à 23:00

Skins : nouveau sondage (Nicholas Hoult) et nouveau duel Dowton abbey vs The Tudors !!

quimper, Aujourd'hui à 00:51

Nouveau sondage sur Engrenages. Pas besoin de connaitre la série pour pouvoir voter.

Sas1608, Aujourd'hui à 15:09

Concours sur le quartier de Grey's Anatomy. A vous de créer un médecin qui va intégrer le Grey-Sloan ! On compte sur votre présence !!!

sauveur, Aujourd'hui à 21:32

La photo du mois du quartier Dallas attend toujours vos votes. Venez voter

juju93, Aujourd'hui à 22:19

"Souvenir du P-L-anet" : mur d'images du quartierThe L Word. Venez poster votre image préférée du générique.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site