VOTE | 651 fans

#211 : Maggie et Rose


Réalisé par: Charles Beeson
Ecrit par: Matt Witten


Dean et Sam passent quelques jours dans une vieille auberge, où ont lieu des accidents mortels plus qu'étranges. Les deux frères vont faire quelques surprenantes découvertes, dont l'une à propos de l'amie imaginaire de la petite fille, qui n'est peut-être pas si imaginaire que ça après tout. C'est aussi l'occasion pour Sam de demander une faveur à son frère, qui doit alors prendre une importante décision.

>>Photos promo<<

Popularité


4.33 - 9 votes

Titre VO
Playthings

Titre VF
Maggie et Rose

Première diffusion
18.01.2007

Vidéos

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Tard le soir. Une jeune femme discute avec un déménageur. Elle lui montre où sont les cartons au premier étage. Il trouve dommage que l’auberge ferme ses portes. Deux petites filles les observent. L’une d’elle, Tyler, se plaint à sa mère que l’homme emmène ses jouets. L’autre petite fille, Maggie, insulte la femme, et Tyler répète ce qu’elle a dit. Sa mère la regarde et la gronde. La fillette se défend en disant que Maggie a commencé.

Tyler entre dans sa chambre et commence à jouet avec sa maison de poupée, qui est une réplique de l’auberge où elle vit. Elle installe une poupée dans l’une des pièces, et va jouet avec une autre poupée. Lorsqu’elle revient prendre la première poupée, elle ne la trouve plus à sa place, mais la retrouve couchée au bas de l’escalier, la tête retournée. A ce moment elle entend sa mère hurler.

Elle sort de sa chambre pour voir ce qui se passe. Sa mère est au téléphone avec les urgences, car le déménageur est allongé au bas de l’escalier, mort. Sa tête est complètement retournée.

 

Une affiche pour une personne disparue est accrochée au mur. Il s’agit de Ava Wilson. Sam est au téléphone avec Ellen, apparemment entrain de demander s’ils ont des nouvelles sur la disparition de Ava. Sam dit à Dean qu’il a vérifié toutes les bases de données de la police et des fédéraux, mais il n’a rien trouvé. Ellen lui a juste parlé d’un hôtel à Cornwall dans le Connecticut où se sont produit deux accidents étranges. Dean ne voit pas le rapport avec Ava, mais Sam insiste pour s’occuper de cette affaire. Son frère lui fait remarquer à quel point les choses ont changé, car avant c’était à lui de le supplier pour partir à la chasse. Sam réplique que ça fait un mois qu’ils cherchent Ava, et ils n’ont toujours pas la moindre piste, donc il n’abandonne pas, mais il ne veut pas laisser d’autres personnes mourir.

 

Les Winchester arrivent à Cornwall, à l’hôtel. Dean dit qu’il n’a encore jamais fait son travail dans une vieille maison, comme dans les histoires de fantômes. En effet, l’hôtel est très vieux. A la porte d’entrée, Sam remarque un symbole qui est censé avoir le pouvoir de repousser les ennemis (ou les fantômes). Dans le hall ils sont accueillis par la propriétaire des lieux, Susan Thompson, qui leur apprend qu’ils sont probablement ses derniers clients. Puis elle leur demande si un lit grande taille leur va, mais Sam dissipe le malentendu en lui disant qu’ils sont juste frères. Elle appelle ensuite un homme qui semble être un genre de majordome du nom de Sherwin. Il les conduit jusqu’à leur chambre.

 

Sam résume les indices qu’ils ont à propos des victimes. Il semblerait qu’il y ait un lien avec la fermeture de l’hôtel. Quelqu’un ne voudrait pas partir et à alors recours au vaudou. Par contre, ce qui préoccupe le plus Dean c’est pourquoi les gens pensent qu’ils sont gays.

 

Ils visitent un peu l’hôtel, et trouvent un peu plus de symbole vaudou. Puis ils vont frapper à une porte et Susan leur ouvre. Elle est entrain d’emballer les jouets de Tyler. Dean remarque des vieilles poupées en porcelaine, et comme Susan pense qu’ils sont antiquaires, il en profite pour avoir un prétexte pour rentrer dans la pièce et fouiller un peu partout. Sam voit la maison de poupée, et Susan lui apprend que c’est une réplique exacte de l’hôtel. Il trouve aussi la poupée qui a la tête tordue, et il échange un regard avec Dean. La petite Tyler arrive à ce moment dans la pièce et elle se plaint à sa mère que Maggie est méchante avec elle. Sam demande à Tyler pourquoi elle a tordu le cou de sa poupée, mais elle lui répond qu’elle l’a trouvé comme ça. Elle ajoute que Maggie ne l’aurait jamais fait non plus car sa grand-mère se serait mise en colère. Dean intervient dans la conversation et Tyler lui dit que Rose, sa grand-mère, habite dans sa chambre au dernier étage de l’hôtel. Sam voudrait pouvoir aller parler à Rose, mais Susan refuse assez brutalement. Elle leur explique que sa mère a été très malade et elle ne reçoit donc plus de visites.

 

Dans le couloir, Dean dit à Sam de vérifier les vieilles nécrologies et autres accidents bizarres, pendant qu’il ira chercher des infos sur la grand-mère, car les poupées sont utilisées dans tout genre de Vaudou comme malédictions.

 

Susan discute avec l’homme qui lui achète l’hôtel. Il prévoit de démolir le bâtiment.

 

Tyler joue avec ses poupées. Derrière elle, dans la maison, une poupée est assise sur un lit. Parallèlement, dans sa chambre d’hôtel, l’hommes est lui assis sur le son lit. Une porte s’ouvre toute seule dans la maison de poupée, et on voit que la porte en grandeur nature s’ouvre elle aussi toute seule. Tyler continue de jouer, puis elle se retourne et voit la poupée pendue au dessus de son lit. Dans la chambre, l’homme est pendu lui aussi.

 

Sam regarde l’ambulance emmener le corps de l’homme. Dean est dehors, il demande ce qui s’est passé à Susan. Elle lui dit qu’un homme est mort, et qu’il était employé par la compagnie qui a acheté le terrain. Elle propose à Dean de lui rembourser la totalité de sa chambre s’il décide de partir, à cause de tous les morts qu’il y a eu dans le coin, mais il refuse. Dean retourne dans sa chambre. Sam est assis sur un siège. Son frère lui demande ce qu’on donnait ses recherches, et Sam lui rétorque qu’il est trop autoritaire, et il commence à rire pour rien. Dean se rend compte que son frère est saoul. Sam se reproche la mort de l’homme. Dean lui fait remarquer qu’il ne peut pas sauver tout le monde, mais Sam lui dit qu’il doit essayer, car comme ça il pourra changer sa destiné. Puis il lui dit qu’il doit veiller sur lui, et que s’il devient quelqu’un qui ne lui ressemble pas, il doit le tuer, il n’a pas d’autre choix. Dean essaye de l’arrêter de parler de ça, mais Sam lui demande de promettre. Dean finit par promettre, et Sam s’effondre sur son lit.

 

Pendant que son frère dort, Dean va se promener dans l’hôtel. Il trouve un bar, tenu par Sherwin, qui lui sert un verre. Ils discutent des morts étranges qui se sont produites dans l’hôtel.

Sherwin montre des vieilles photos à Dean, en lui racontant un peu l’histoire de l’hôtel. Dean tente d’en savoir plus sur Rose, mais le vieil homme ne veut rien lui dire. Puis il remarque sur l’une des photos représentant Rose et sa nounou Marie, le même symbole vaudou qu’à l’entrée de la maison.

 

Le lendemain matin. Dean rentre dans la chambre et trouve son frère devant les toilettes, entrain de se remettre de sa cuite. Il se moque de lui et lui demande s’il se rappelle leur conversation de la veille. Mais Sam lui dit que c’est le trou noir. Dean lui apprend ce qu’il a découvert au sujet de la nounou de Rose et de son collier qui représentait le symbole vaudou. Se serait donc bien Rose qui pratique le vaudou. Sam lui dit qu’il est temps d’aller voir Rose, mais Dean lui conseille de d’abord se laver les dents.

 

Ils arrivent dans la pièce où se trouvent toutes les poupées. Susan n’est pas là, ni sa fille. Ils montent un escalier qui les mène à la chambre de Rose. Ils découvrent la vieille femme dans un fauteuil devant la fenêtre et s’aperçoivent qu’elle a eu une attaque qui l’empêche à présent de parler et d’être normale. Ils en déduisent qu’elle n’a pas pu faire d’incantation vaudou. A ce moment, Susan arrive, et elle leur dit de quitter son hôtel sinon elle appelle la police.

 

Susan les regarde partir, pendant que Tyler joue avec Maggie. Puis elle demande à sa fille si elle a fini ses paquets, mais Tyler lui répond qu’elle ne veut pas partir, et que Maggie lui a dit qu’ils n’étaient pas autorisés à partir. On comprend alors que Maggie est en fait l’amie imaginaire de Tyler. Sa mère lui dit qu’elle est trop âgée pour avoir une amie imaginaire et qu’elle doit arrêter ces histoires. Tyler regarde Maggie, et Maggie lui dit qu’elle n’aime pas sa mère.

 

Susan charge sa voiture avec des cartons. Sherwin passe à coté d’elle et lui propose son aide, mais elle lui dit que c’est bon. Il s’en va.

Tyler est dans la pièce des poupées, elle joue. La balançoire miniature est met à bouger toute seule.

Dans la cour, Susan voit la balançoire se balancer toute seule. Elle s’avance. Sa voiture démarre dans son dos mais elle ne l’entend pas, puis elle lui fonce dessus. Sam accourt et la pousse du chemin. La voiture s’écrase contre l’arbre. Dean et Sam emmène Susan à l’intérieur. Elle est un peu choquée. Elle demande à Dean se qui s’est passé dehors. Il lui demande si elle veut vraiment entendre la vérité, puis il lui avoue qu’au début il pensait avoir à faire avec un genre de vaudou, mais que ce qui s’est passé dehors était le fait d’un esprit. Susan le prend évidement pour un fou. Pus Sam lui demande quand est-ce que sa mère a eu sa première attaque. Elle leur apprend que c’était il y a tout juste un mois, juste avant les premiers accidents étranges. Sam dit à Susan qu’elle soit s’éloigner le plus vite possible avec sa mère et ses filles, et Susan lui dit qu’elle n’a qu’une seule fille, Tyler.

 

Maggie parle à Rose, elle lui dit qu’elle ne peut plus l’empêcher de garder Tyler pour elle maintenant, puisqu’elle ne peut plus rien faire.

Susan et les deux frères cherchent Tyler dans tout l’hôtel, mais impossible de retrouver la fillette. Sam demande à Susan de lui en dire plus sur Maggie. Elle leur dit que Tyler a commencé à en parler lorsque sa mère a eu son attaque. Dean lui demande si elle connaît quelqu’un de ce nom là, et Susan réalise que la sœur de Rose s’appellait Margaret, et qu’elle s’est noyée dans la piscine.

 

Tyler et Maggie sont sur le balcon, au-dessus de la piscine, qui est recouverte d’une bâche. Maggie lui dit de sauter, pour qu’elles puissent être ensemble pour toujours et jouer éternellement. Tyler hésite, et Dean et sa mère arrivent à ce moment, ais la porte est bloquée. Maggie pousse Tyler qui tombe sur la bâche de la piscine. Elle reste coincée sous l’eau. Sam réussit à casser une fenêtre, alors que Maggie tient la tête de Tyler sous l’eau. On entend alors une voix appeler Margaret, qui se volatilise. Tyler reste sous l’eau, immobile. Sam plonge et sort la fillette de l’eau. Juste à temps car elle recrache l’eau et reprend conscience.

 

Maggie parle avec Rose. Elles sont entrain de passer un accord pour que Maggie laisse partir Susan et sa fille.

Dean et Sam ne comprennent pas pourquoi Maggie a abandonnée si vite. Ils entendent alors Susan crier, et sa précipitent à l’étage. Elle vient de trouver la mère morte.

 

Une ambulance emmène le corps de Rose. Susan les remercie d’avoir sauvé Tyler et elles s’en vont. Dean se moque encore de son frère, et Sam en profite pour lui dire qu’il se souvient de toute la conversation qu’ils ont eu la nuit précédente. Il lui rappelle la promesse qu’il lui a faite, mais Dean ne répond pas. Ils s’en vont.

 

Dans l’hôtel, on entend deux petites filles rire et jouer. Ce sont les esprits de Rose et Margaret.

 

Ecrit par Blackrose.

(Cornwall, Connecticut. Hôtel Pierpont Inn. De nuit. Un déménageur, LARRY WILLIAMS, suit la propriétaire de l'hôtel, SUSAN THOMPSON.)

SUSAN : Tout est là-haut pratiquement. (Ils commencent à monter les escaliers.)

LARRY : J'ai du mal à croire que vous fermiez Mme Thompson, vous savez mes parents se sont fiancés ici. Mes grands-parents aussi.

SUSAN : Oui, comme de nombreuses personnes. Les boîtes sont dans le couloir. Vous voulez un coup de main ?

LARRY : Oh non Madame, ça ira. (Il marche le long du couloir. Assises au bord de la rambarde, la fille de SUSAN, TYLER, et sa soeur MAGGIE observent la scène.)

TYLER : Est-ce qu'il va aussi nous prendre nos jouets ?

SUSAN : Seulement les très vieux qui ne servent plus. Je pense qu'il en restera suffisamment.

MAGGIE : (dans son souffle.) C'est un gros porc.

TYLER : C'est un gros porc.

SUSAN : Je ne veux pas entendre ça !

TYLER : Maggie l'a dit avant !

SUSAN : Et ça vaut pour toi aussi, Maggie. (Elle descend.)

(Chambre de TYLER. TYLER se dirige vers une grande maison de poupée, véritable réplique de l'hôtel. Elle prend plusieurs poupées pour les placer dans différentes pièces. Elle pose une des poupées, un homme, dans un rocking chair, une autre poupée, un bébé, dans un berceau.)

TYLER : Bonne nuit Tabitha.

(Elle prend une troisième poupée, et s'apprête à la placer, quand elle remarque que la poupée du rocking chair n'est plus là. Elle la cherche, et la trouve en bas des escaliers de la maquette. La poupée a la tête complètement retournée. Soudain, elle entend un cri venant du hall de l'hôtel. Elle y va, et voit sa mère, SUSAN, visiblement paniquée, au téléphone. LARRY est juste en bas des escaliers, mort, et comme la poupée, il a la tête complètement retournée.

SUSAN : Oh mon Dieu ! Allo, oui, vous entendez ? Envoyez immédiatement quelqu'un ! Il y a eu un accident ! Il est tombé dans les escaliers, je... je sais pas ! Je crois qu'il est mort.... (Elle constate que sa fille observe.) Tyler ! Tourne-toi, ne regarde pas ! ... Oui, oui, Susan Thompson. Oui ! Je vous en prie, dépêchez-vous... Non, je n'ai pas vu ce qu'il s'est passé. ( Les affaires que portaient LARRY sont étalés au sol. Parmi eux, une poupée de porcelaine, dont le visage est fêlé. Ecran noir.)

GENERIQUE

(Peoria, Illinois. Dans une chambre de motel. On voit un avis de recherche au nom d'AVA WILSON. DEAN entre avec deux gobelets de café, tandis que SAM est au téléphone.)

SAM : Ouai. D'accord, merci Ellen. (Il raccroche.)

DEAN : Qu'est-ce qu'elle a dit ?

SAM : Elle ne sait rien du tout. Quant à moi, j'ai passé des coups de fil un peu partout, et... personne n'a entendu parler d'Ava. Elle s'est volatilisée. Et toi, t'as rien trouvé ?

DEAN : Non, pas plus que toi. Désolé.

SAM : Ouai. Ellen avait un tuyau.

DEAN : Hmm ?

SAM : Hum, un hôtel à Cornwall dans le Connecticut. Deux accidents bizarres dans les trois dernières semaines.

DEAN : Ouai, et quel rapport avec Ava ?

SAM : Aucun, c'est le boulot ! Une femme s'est noyée dans une baignoire, et il y a aussi un type qui est tombé dans les escaliers la tête tordue à 180 degrés, ce qui n'est pas vraiment normal. Ecoute, ça n'a peut-être aucun rapport avec notre boulot, mais j'ai dit à Ellen qu'on passerait voir.

DEAN : Ah ouai ?

SAM : Ouai. Tu sembles surpris.

DEAN : Eh oui, il y a de quoi ! Je ne retrouve plus, le Sam Winchester que je connaissais.

SAM : Mais enfin, pourquoi tu dis ça ?

DEAN : Ba je pensais qu'après Ava on aurait droit à, ouai tu sais, à un peu plus de... d'angoisse, de musique lugubre et... et de journées entières passées à la fenêtre. (SAM le regarde étrangement.) D'accord, je ne dis plus rien.

SAM : Ouai, bon d'accord. Ava est rentrée chez elle sur mes conseils, son fiancé a été tué, et un démon inconnu l'a capturée et emmenée on ne sait où. Mais... ça fait presque un mois qu'on cherche, et on n'a rien trouvé. Je ne baisse pas les bras, mais je pense qu'on ne doit pas oublié les autres. Faut sauver le plus possible de vies humaines.

DEAN : Alors là... Là oui, je reconnais bien mon petit frère. T'arriverais presque à me culpabiliser. (SAM rit.) D'accord, dis à Ellen qu'on y va.

(De jour, hôtel Pierpont Inn. Les boys descendent de la Chevy, et se dirigent vers la porte de l'hôtel.)

DEAN : Regarde, c'est génial ! Dommage que ce soit pas toujours comme ça.

SAM : Comme quoi ?

DEAN : De grandes et vieilles maisons hantées. Le brouillard, les passages secrets.... Le style britannique. Peut-être qu'on verra de vieux fantômes à l'intérieur. Ha ! Ouai c'est vrai, j'adore ça. (SAM s'arrête devant une urne le long des marches.)

SAM : Hé, attend une seconde. C'est peut-être ça qui crée certains problèmes.

DEAN : De quoi tu parles ? (SAM montre un symbole gravé sur l'urne.)

SAM : Regarde bien sur cette urne. C'est un quincux, à cinq points.

DEAN : A cinq points ?!

SAM : Ouai.

DEAN : On s'en sert dans le vaudou pour lancer un sort ?

SAM : Oui. Tu verses du sang de poulet là-dedans, et tu peux alors facilement envoûter tes ennemis.

DEAN : Je vois pas trop de poulets par ici. Tu ne trouves pas que l'endroit est trop... propre et net pour du vaudou ?

SAM : Ouai peut-être. (Ils entrent dans l'hôtel, et trouve SUSAN à l'accueil.)

SUSAN : Bonjour, messieurs.

DEAN : Bonjour. Est-ce que vous auriez une chambre pour un jour ou deux ? (TYLER et MAGGIE arrivent en courant et en riant, et TYLER heurte SAM.)

SUSAN : Hey ! (Aux garçons.) Je suis vraiment désolée.

SAM : Pas de problèmes.

SUSAN : Oh, toutes mes félicitations, vous serez probablement mes derniers clients.

DEAN : Ah oui ? On dirait une sorte de menace.

SUSAN : Non, pas du tout, nous fermons à la fin de ce mois. Laissez-moi deviner, vous cherchez des antiquités ? (Les frangins échangent un regard.)

DEAN : Vous avez deviné ?!

SUSAN : Ben, vous en avez l'allure.

DEAN : Ah... (il sourit mais semble mal à l'aise.)

SUSAN : Alors, un grand lit pour deux ?

SAM : Quoi ?! Non ! Non.... non... On est.... Avec deux lits, on est frères.

DEAN : Ouai.

SUSAN : Ah... Oh, je, je suis désolée.

DEAN : Et de quoi on a l'allure ? (Elle hésite.)

SAM : Vous savez hum, à propos d'antiquités. Vous avez une urne très intéressante là sous le porche, d'où est-ce qu'elle vient ?

SUSAN : J'en sais rien, elle est là depuis très longtemps. Tenez, voilà monsieur Mahogoff. (Elle rend la carte à DEAN.)

DEAN : Merci. (Elle sonne la clochette sur le comptoir et tend une clé à DEAN.)

SUSAN : Je vous ai donné la chambre 37.

DEAN : Bien. (Le majordome, SHERWIN, entre.)

SUSAN : Sherwin, vous voulez bien conduire ces messieurs à leur chambre ?

SHERWIN : Laissez-moi deviner. Antiquaires ?

(Dans le hall. Les trois hommes montent les escaliers. SHERWIN porte les bagages de DEAN.)

DEAN : Je vais vous aider à porter ce sac.

SHERWIN : Non, laissez.

DEAN : Oh.

SAM : Alors, l'hôtel va fermer ?

SHERWIN : Oui. Madame Susan s'est vraiment investie, mais les clients ne viennent plus autant qu'avant. Et c'est bien regrettable.

SAM : Ah oui ?

SHERWIN : Oui, peut-être qu'il n'en n'a plus l'air mais, cet endroit était un palace et nous avons eu deux vice-présidents qui sont venus dormir ici. Mes parents ont travaillé ici, j'ai pratiquement grandi dans ces murs. Ca va me manquer. Voici votre chambre. (SHERWIN ouvre la porte, et il tend la clé à SAM, qui entre avec DEAN.)

SAM : Merci. (SHERWIN attend, la main tendue, sous le regard interrogateur de DEAN.)

SHERWIN : (à DEAN.) Vous n'allez pas être pingre avec moi j'espère ? (DEAN fouille ses poches à contrecoeur pour de l'argent.)

(Un peu plus tard, SAM examine des documents. DEAN examine une vieille et laide robe blanche clouée au mur.)

DEAN : (rit.) Regarde ça.

SAM : Quoi ?

DEAN : (en montrant la robe.) Ca s'explique. Pourquoi des clients viendraient ici ? On peut se demander comment l'hôtel a tenu si longtemps.

SAM : Tiens, éoute. Victime numéro une, John Edson, 40 ans, agent immobilier, chargé de la vente de l'hôtel. Victime numéro deux, Larry Williams, appelé pour déménager l'hôtel.

DEAN : Ils étaient impliqués tout les deux dans la vente de l'hôtel.

SAM : Ouai. Apparemment, quelqu'un refuse la vente, et il a bien l'intention de se battre.

DEAN : Tu penses que c'est Susan qui est derrière tout ça ?

SAM : Non, ça m'étonnerait. C'est elle qui vend.

DEAN : Alors c'est qui ? Sherwin ?

SAM : J'en sais rien.

DEAN : Le plus troublant dans tout ça c'est, comment elle peut nous prendre pour des gays ?!

SAM : T'es très viril pourtant. Trop pour être honnête à ses yeux.

DEAN : (avec un sourire forcé.) Mouai.

(Dans le couloir. DEAN et SAM marchent quand SAM remarque un vase.)

SAM : Hé. Regarde, encore un signe vaudou. (On voit le quincux dans le vase. DEAN frappe à une porte notée "privée". SUSAN ouvre.)

DEAN : Bonjour.

SUSAN : Bonjour !

SAM : Bonjour.

SUSAN : Vous êtes contents de la chambre ?

SAM : Oui.

DEAN : Ah oui, la chambre euh...

SAM : Ah oui, oui elle est très bien !

SUSAN : Bien.

SAM : Oui, oui.

SUSAN : Oui, vous le voyez, je commence à emballer des affaires, alors...

DEAN : Hey ! Ce sont d'authentiques poupées anciennes ? Oh, t'as vu ? (On voit plusieurs poupées de porcelaine posées sur une étagère dans la chambre. SAM regarde aussi.) On en a comme ça, à la maison. Sam en fait collection là-bas, chez nous. Pas vrai ? (SAM lance un regard furieux à son frère.) Hein ? Avoue que ça te plaît.

SAM : (à contrecoeur.) Oui, beaucoup.

DEAN : Beaucoup. Oui, ça vous ennuie qu'on rentre jeter un petit coup d'oeil ?

SUSAN : Oh, je sais pas.

DEAN : Oh, s'il vous plaît, un petit instant, ça, ça lui ferait tellement plaisir ! Il vous le dira pas, mais il est toujours en train de les habiller, de les déshabiller, il serait fou de joie ! (A SAM.) Hein ?

SAM : (résigné.) C'est vrai. (DEAN semble jubiler.)

SUSAN : D'accord, une minute alors.

DEAN : Merci. Super ! (Il tape dans le dos de SAM qui le regarde d'un air noir, et ils entrent.) Ca alors ! Il y en a... dans tout les coins. Et elles sont très jolies, presque pas effrayantes. (SUSAN rit.)

SUSAN : Oh, je pense qu'elles le sont sans doute légèrement. Mais elles sont dans la famille depuis toujours, et elles ont une valeur sentimentale.

SAM : (en montrant la maison de poupée.) Qu'est-ce que c'est que ça ? C'est l'hôtel ?

SUSAN : Oui, une réplique construite par d'anciens habitués. (SAM prend la poupée à la tête tordue.)

SAM : Celui-là a la tête complètement retournée. Qui a pu faire ça ?

SUSAN : Tyler, probablement. (TYLER arrive.)

TYLER : Maman ! Maggie m'embête.

SUSAN : Alors dis-lui de se calmer, d'accord ?

SAM : Bonjour Tyler. T'as cassé une poupée on dirait, je la répare si tu veux.

TYLER : Non, je l'ai pas cassée. Je l'ai trouvée comme ça.

SAM : Ah oui ? Mais, c'est peut-être ta soeur.

TYLER : Non, c'est aucune de nous deux. Grand-mère en serait malade si on faisait ça.

SUSAN : Mais non, ne dis pas ça !

DEAN : Grand-mère ?

TYLER : Mamie Rose. Tous ces jouets sont à elles.

DEAN : Ah ouai, c'est vrai ça ? Et elle est où mamie Rose ?

TYLER : Dans sa chambre. (Tandis qu'ils parlent, on voit ROSE, dans un fauteuil roulant, au milieu de sa chambre.)

SAM : Ah tiens, j'aimerais la voir pour lui parler de ses incroyables poupées !

SUSAN : Non. (Les frangins la regardent d'un air surpris.) J'aimerai, mais ce n'est pas possible, ma... ma mère est en mauvaise santé, et elle ne reçoit aucun visiteurs.

(Dans les couloirs. Les boys rejoignent leur chambre.)

DEAN : Qu'est-ce que t'en dis ? Les poupées, le vaudou, la mystérieuse mamie enfermée...

SAM : Ouai. On sait que les poupées sont utilisées dans les rites vaudous, elles servent à jeter le mauvais sort.

DEAN : D'après moi, la sorcière n'est pas loin. Je vais essayer d'en apprendre plus sur la mamie invisible, regarde s'il n'y a pas eu d'accidents de ce genre dans d'autres endroits depuis peu de temps.

SAM : Ouai.

DEAN : Et évite les sites pornos s'il te plaît, sinon on s'en sortira pas. (Il s'en va, laissant SAM soupirant.)

(Accueil de l'hôtel. SUSAN est en pleine discussion avec un agent immobilier, et signe des papiers.)

SUSAN : Je voulais vous demander... Quel genre de rénovations allez-vous faire ?

AGENT : Ils ne vous l'ont pas dit ?

SUSAN : Pas dis quoi ?

AGENT : Madame Thompson, on prévoit de démolir l'hôtel.

SUSAN : Oh... je vois. Excusez-moi.

(Chambre de TYLER. La fillette est en train de prendre le thé avec ses jouets. Dans la maison de poupées, on voit une poupée à l'effigie d'un homme, assis sur un lit.)

(Chambre de l'agent. L'homme en question est, comme la poupée, assis sur son lit.)

(Chambre de TYLER. La porte de la chambre de la maison s'ouvre toute seule.)

(Chambre de l'agent. Comme dans la réplique de l'hôtel, la porte de l'homme s'ouvre toute seule.)

(Chambre de TYLER. Elle se dirige vers la maison de poupées, pour y trouver la poupée homme pendue au lustre de la chambre.)

(Chambre de l'agent. L'homme est également pendu au lustre. Ecran noir.)

(Chambre 237, celle des frangins. SAM regarde par la fenêtre de la chambre qu'une ambulance emmène le cadavre de l'agent qui s'est pendu. Il semble bouleversé, et ferme le rideau.)

(Dans la cour. SUSAN est en train de parler avec un policier.)

POLICIER : Et encore merci. (Elle rejoint DEAN.)

DEAN : Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

SUSAN : Le malheureux a été trouvé pendu, sans vie, à son ventilateur. Dans sa chambre.

DEAN : C'est affreux. C'était un client ?

SUSAN : Il travaillait pour la compagnie immobilière. Celle qui a acheté l'hôtel. Je ne comprend pas.

DEAN : Quoi ?

SUSAN : Il y a comme une malédiction par ici. Ecoutez, si vous voulez vous en aller, je vous rembourse immédiatement.

DEAN : Non, nan, nan. On n'est pas des poules mouillées.

(Chambre 237. DEAN entre, SAM est assis en silence, dans le noir.)

DEAN : Il y a un autre mort. Un type s'est pendu dans sa chambre.

SAM : Ouai. J'ai vu ça.

DEAN : Alors, il faut éclaircir ça, et vite. T'as du nouveau sur la grand-mère ?

SAM : T'es despotique. (DEAN se tourne vers lui.)

DEAN : Quoi ?!

SAM : T'es despotique. Tyrannique. (Il rit.)

DEAN : T'es beurré ?

SAM : Ouai. Et alors ? J'ai bien le droit. (On voit qu'il a vidé plus d'une bouteille.)

DEAN : Je te rappelle qu'on a du travail.

SAM : (il commence à pleurer.) Tu sais, celui qui vient de se pendre... j'aurais dû le sauver.

DEAN : De quoi tu parles ? T'aurais rien pu faire du tout.

SAM : Aucune excuse Dean ! J'aurais du trouver un moyen de le sauver. Et j'aurais du sauver Ava aussi.

DEAN : Non, tu as dit toi-même qu'on ne peut pas sauver tout le monde.

SAM : (en tapant violemment sur la table.) Attend, tu comprends pas ! Plus je sauverai de gens, et plus j'aurais des chances de changer !

DEAN : Changer quoi ?

SAM : Mon destin, c'est clair !

DEAN : D'accord, tu devrais dormir un peu, ivrogne. Lève-toi. (Il aide SAM à se lever.)

SAM : En tout cas, tu devras veiller sur moi.

DEAN : Oui, je le fais toujours.

SAM : Non, non, non, non, non, non, il faut... que tu veilles sur moi. T'entends ? Et si jamais, je deviens un monstre plus tard.. alors tu devras me tuer.

DEAN : Sam.

SAM : Papa t'as dit de le faire, s'il le faut.

DEAN : Et il a eu tort de dire ça. Il aurait mieux fait de la fermer, c'est criminel de raconter ce genre de choses à ses enfants !

SAM : Non pas du tout, il a eu raison de le dire ! Qui sait en quoi je peux me transformer ? Tu vois bien que ceux qui m'entourent meurent tous ?!

DEAN : C'est faux, je suis pas encore mort, d'accord ? Et toi non plus, alors assied-toi. (Il force SAM à s'asseoir sur le lit.)

SAM : Oh non, s'il te plaît ! Tu devras le faire s'il le faut ! Promet.

DEAN : Oh Sam, je t'en prie.

SAM : Dean, s'il te plaît. Tu dois me le promettre. (Il regarde son grand frère d'un air suppliant.)

DEAN : (après une pause.) Je te le promet.

SAM : Merci. (Il prend le visage de DEAN entre ses mains.) Merci. (DEAN le pousse sur le lit. SAM s'allonge et s'endort. DEAN se passe une main sur le visage.)

(Restaurant de l'hôtel. DEAN rejoint le bar, où se trouve SHERWIN.)

SHERWIN : Vous avez trouvé des choses intéressantes ?

DEAN : Non... Non, on a été dérangé.

SHERWIN : Vous voulez un verre ?

DEAN : Moui, avec plaisir. (SHERWIN lui serre un verre.) Alors, ce malheureux s'est... suicidé ?

SHERWIN : Ce genre de choses semble se produire souvent ces temps-ci.

DEAN : Ouai. Ouai, j'ai entendu parler des autres morts. C'est comme si cet hôtel était... maudit, vous ne croyez pas ?

SHERWIN : Dans tous les hôtels il y a des morts surprenantes. Je me demande ce que feraient les clients en apprenant les drames qu'ont connu les hôtels.

DEAN : Vous connaissez sûrement très bien cet hôtel ?

SHERWIN : Oh oui, jusqu'au dernier clou.

DEAN : Et je vous écouterai volontiers raconter quelques histoires.

SHERWIN : Monsieur, voilà ce qu'il faut éviter de dire à un vieux bavard. (Il emmène DEAN voir plusieurs photos dans une sorte de salon.) Ca, c'est madame Susan enfant, et sa mère Rose. C'était l'époque heureuse.

DEAN : Elle ne l'est plus aujourd'hui ?

SHERWIN : Eh bien, vous seriez heureux de devoir quitter la seule maison que vous ayez connu ?

DEAN : J'en sais rien, j'ai encore jamais connu ça.

SHERWIN : C'est la maison de Rose, elle appartient à la famille depuis un siècle. Le seul bien de la famille en fait, et maintenant elle va partir vivre dans un mouroir entourée d'autres vieux, et les acheteurs démoliront l'hôtel.

DEAN : C'est trop bête. Et Rose n'est pas en bonne santé, à ce qu'on raconte ?

SHERWIN : Non, pas très.

DEAN : De quoi souffre-t-elle ?

SHERWIN : Ce n'est pas à moi de le révéler.

DEAN : Qui est-ce ? (Il montre un cadre en particulier.)

SHERWIN : C'est Rose. Quand elle était petite fille. (La petite ROSE est assise à côté d'une jeune femme noire, qui porte un collier avec le quincux en pendentif.)

DEAN : Mais qui est avec elle ?

SHERWIN : C'est sa nurse, Marie. Et elle veillait sur Rose comme si elle était sa mère. (Il pose le cadre sur la cheminée.)

(Chambre 237, le matin. DEAN entre, et trouve SAM accroupi aux toilettes, visiblement malade.)

DEAN : (souriant.) Comment tu te sens Sammy ? Je crois que mélanger tous les alcools que t'as trouvé, c'était pas une idée géniale. Je parie que t'as pas le moindre souvenir de la nuit dernière.

SAM : Oh, je sens encore le goût de la tequila. (DEAN semble très soulagé.)

DEAN : Il y a un très bon remède contre la gueule de bois. Une tartine de graisse de porc, servie directement dans un cendrier sale.

SAM : Oh, je te hais.

DEAN : Ouai, je sais. Hé, écoute ça, quand Rose était petite fille, elle avait une nurse créole avec un collier vaudou autour du cou. (Il s'approche de la porte de la salle de bain, et semble gêné par l'odeur qui s'en dégage.)

SAM : Et tu crois qu'elle lui a appris le vaudou ?

DEAN : Ouai, sans doute.

SAM : Très bien. (Il se relève péniblement.) Il est temps d'aller bavarder avec Rose.

DEAN : Lave-toi les dents d'abord.

(Dans les couloirs. Ils arrivent devant la porte "privée". SAM frappe.)

SAM : Hého ! Susan ? (Pas de réponses.) Rien.

DEAN : Mm.

(SAM crochette la serrure, et ils entrent. Ils se dirigent vers un escalier, montent, et entrent dans la chambre de ROSE. Ils s'approchent.)

SAM : Mme Thompson ? (Pas de réponses.) Mme Thompson ? (Pas de réponses.) Rose ? (Elle ne répond toujours pas.) Ecoutez, Mme Thompson, vous n'avez rien à craindre, non au contraire. (SAM se met face à elle. Elle semble effrayée, mais n'a pas l'air de pouvoir parler.) Rose ? D'accord. (Il prend DEAN à part.) Cette femme a eu une attaque.

DEAN : Ouai, pour le vaudou il faut être valide.

SAM : Ouai.

DEAN : On doit mélanger les herbes, s'agiter, bâtir un autel.

SAM : Alors, ça ne peut pas être Rose. C'est même pas du vaudou si ça se trouve.

DEAN : Attend, attend, elle peut simuler.

SAM : Bon qu'est-ce qu'on fait ? On la pique avec une aiguille ? (DEAN acquiesce.) Quoi ?! Tu veux la piquer avec une aiguille ?! (DEAN s'apprête à répondre, mais SUSAN arrive.)

SUSAN : Nan mais je rêve ! Qu'est-ce que vous faites ici ? (Ils parlent en même temps.) Elle est folle de peur ! Si vous n'avez pas quitté l'hôtel dans deux minutes, j'appelle la police ! C'est compris ? (Ils ne demandent pas leurs restes et s'en vont.)

(Dans la cour. SUSAN regarde les frères s'en aller.)

(Dans l'hôtel. MAGGIE et TYLER jouent aux osselets à l'étage au-dessus.)

MAGGIE : Dix-huit ! A toi. (Les fillettes rient et SUSAN entre.)

SUSAN : Tu as commencé à faire tes valises ?

TYLER : Non.

SUSAN : Pourquoi ?

TYLER : Je veux pas partir.

SUSAN : Oui je le sais, mais il faut le faire.

TYLER : Mais Maggie dit qu'il faut l'autorisation pour partir d'ici.

MAGGIE : Oui.

SUSAN : Tyler, ça suffit ! Maggie n'est qu'un produit de ton imagination, tu es trop grande pour avoir une amie imaginaire et j'en ai vraiment assez ! (Elle sort.)

MAGGIE : Elle a tort de dire ça. (Ecran noir.)

(Dans la cour. SUSAN charge le coffre de sa voiture avec des paquets. SHERWIN arrive dans son camion et ralentit.)

SHERWIN : Vous réussirez à vous débrouiller toute seule ?

SUSAN : Oui, ça ira Sherwin. Merci.

SHERWIN : Bon, d'accord. A tout à l'heure. (SUSAN lui fait signe tandis qu'il s'en va.)

(Dans la chambre de TYLER. Elle joue avec un cheval en plastique dans la cour de la réplique de l'hôtel. La balançoire miniature se met à se balancer toute seule. A l'extérieur, le même phénomène se produit. SUSAN, intriguée, s'en approche. C'est au tour de la balancelle et de son modèle de faire de même. Le tourniquet suit le mouvement. La voiture de SUSAN démarre, et lui fonce dessus. SAM se précipite sur SUSAN, et la voiture va s'écraser contre un arbre.)

SAM : Ca va ?

SUSAN : Oui, je crois. (DEAN vient les aider à se lever.)

DEAN : Dépêchez-vous ! On va à l'intérieur, vite !

(Dans la salle à manger. Les trois entrent.)

SUSAN : Un whisky.

SAM : Ouai. Je vous le sert.

SUSAN : Qu'est-ce qu'il s'est passé là dehors ?

DEAN : Vous voulez la vérité ?

SUSAN : Oui bien sûr.

DEAN : On croyait que quelqu'un jetait des mauvais sorts vaudou. Mais là dehors à l'instant ? C'était l'oeuvre d'un esprit. (SAM arrive avec le verre qu'il donne à SUSAN.)

SAM : Tenez.

SUSAN : Vous êtes fous à lier.

DEAN : On l'a beaucoup dit.

SAM : On est vraiment désolé. On n'a pas le temps de tout vous expliquer mais... dites-nous quand votre mère a eu son attaque ?

SUSAN : Mais qu'est-ce que ça vient faire avec tout ça ?

SAM : Répondez à la question.

SUSAN : Il y a un mois environ.

SAM : Juste avant qu'il commence à y avoir des morts. (A DEAN.) Tu vois ? Ca veut dire que Rose a eu recours au vaudou, mais dans l'intention de protéger, et pas de faire du mal.

DEAN : L'urne lui servait à éloigner l'esprit.

SAM : Oui, et après son attaque, elle n'y arrivait plus.

SUSAN : J'ai du mal à vous suivre.

DEAN : Ecoutez, cette voiture ne s'est pas mise en marche toute seule, d'accord ? Ou plutôt si, elle était vide techniquement parlant, mais il y avait l'esprit-

SAM : D'accord.

DEAN : Oublions ça.

SAM : (à SUSAN.) Croyez ce que vous voulez, mais le fait est que vous et votre famille, vous êtes en danger. Alors vous devez vite faire partir tout le monde d'ici. Votre personnel, votre mère, vos deux filles, tout le monde.

SUSAN : Euh...mais j'ai seulement une fille.

SAM : Une ?!

DEAN : Tyler dit qu'elle a une soeur qui s'appelle Maggie.

SUSAN : Non, Maggie n'existe que dans l'imagination de Tyler. (Les deux frères échangent un regard.)

SAM : Où est Tyler ?

(Dans le grenier. MAGGIE se tient debout devant ROSE, qui est visiblement terrifiée.)

MAGGIE : Elle restera toujours ici avec moi. Et tu ne pourras pas m'en empêcher. Dans l'état où tu es, tu n'y pourras plus rien. (TYLER entre.)

TYLER : Mais laisse-la tranquille, tu dois pas embêter grand-mère !

MAGGIE : Je sais. A plus tard... grand-mère.

TYLER : Tu veux bien jouer à prendre le thé ?

MAGGIE : Si tu veux, on pourra jouer à prendre le thé. Longtemps. Très longtemps. Très, très longtemps. (Les deux fillettes sortent. Ecran noir.)

(Chambre de TYLER. SUSAN et les deux frères entrent.)

SUSAN : Tyler ? (Ils découvrent les poupées de porcelaine au sol, brisées.) Oh mon Dieu ! Tyler ! Tyler ! (Ils fouillent les pièces.) Elle n'est pas là !

SAM : Susan, dites-moi ce que vous savez à propos de Maggie.

SUSAN : Pas grand-chose, Tyler n'en parle que depuis que maman est malade.

SAM : Vous avez connu quelqu'un qui s'appelait comme ça ?

SUSAN : Euh, non.

DEAN : Réfléchissez, une personne qui a vécu ici et qui est morte depuis.

SUSAN : Oh mon Dieu ! Maman avait une soeur du nom de Margaret, elle ne parlait presque jamais d'elle.

SAM : Est-ce que Margaret est morte alors qu'elle était encore enfant ?

SUSAN : Elle s'est noyée dans la piscine.

DEAN : Allons-y. (Ils s'en vont.)

(Piscine de l'hôtel. MAGGIE et TYLER sont suspendues à la rembarde, au dessus de la piscine bâchée.)

TYLER : Je te dis que j'ai très peur ! J'aime pas ça.

MAGGIE : Mais c'est rien. Tu n'as qu'à sauter et tout ira bien.

TYLER : Je sais pas nager.

MAGGIE : Oui je sais. Mais tu sentiras rien, je te le promet. Et on ne va plus se quitter, plus jamais. Et il n' y aura personne pour nous emmener.

TYLER : Mais pourquoi tu viendrais pas avec moi et maman ?

MAGGIE : Parce que je dois rester ici. Et toi, tu dois rester avec moi. Parce que... je veux surtout pas rester seule.

(SUSAN et les boys arrivent devant la porte vitrée.)

SUSAN : Tyler ! (SAM et DEAN tentent de briser les vitres.) Tyler !

TYLER : Maman ! (MAGGIE attrape le bras de la fillette, et la fait tomber dans la piscine.)

SUSAN : Oh !

DEAN : Est-ce qu'il y a un autre accès ?

SUSAN : Oui, côté parc.

DEAN : Venez avec moi ! (A SAM.) Continue ! (DEAN et SAM partent de leurs côtés. SAM prend une urne et tape la vitre qui commence à se fissurer. MAGGIE maintient la tête de TYLER sous l'eau.)

MAGGIE : Ca va plus durer longtemps. (DEAN et SUSAN arrivent à une porte.)

DEAN : Poussez-vous ! (Ils donnent des coups de pied dans la porte, en vain.) Elle s'ouvre pas ! (TYLER ne résiste plus, mais SAM parvient à briser la vitre, alors que MAGGIE disparaît. SAM plonge dans la piscine, et remonte TYLER à la surface tandis que SUSAN et DEAN parviennent enfin à entrer. SAM pose TYLER sur le bord. La fillette finit par recracher de l'eau, et SUSAN la prend dans ses bras.)

SUSAN : Oh, merci Seigneur !

TYLER : Maman !

SUSAN : Oui, je suis là ma chérie.

SAM : Tyler, est-ce que tu vois Maggie quelque part ? (La fillette regarde alentour.)

TYLER : Nan, elle est partie. Maman.

(Dans le grenier. MAGGIE se tient devant ROSE, qui ne semble plus effrayée.)

MAGGIE : Tu ferais vraiment ça pour moi ? Oui. Si tu fais ça... je les laisse partir. Mais je comprend pas très bien. Tu t'es opposée à moi, pendant si longtemps... que j'ai vraiment cru que tu ne m'aimais plus. (Elle semble comprendre les pensées de ROSE.) D'accord. Petite soeur. (Elle s'approche de la vieille dame et lui caresse le visage.)

(Couloir. SUSAN et TYLER montent en direction de la chambre de ROSE.)

SUSAN : Ne t'inquiètes pas. On en a pour deux minutes, le temps d'aller chercher grand-mère. (DEAN et SAM sont dans la chambre de TYLER.)

DEAN : Tu ne trouves pas curieux que Maggie n'insiste pas ?

SAM : C'est pourtant le cas.

DEAN : Où est-ce qu'elle est allée ? (Ils entendent alors SUSAN hurler. Ils montent, pour découvrir ROSE, morte , dans son fauteuil roulant. Ecran noir.)

(Dans la cour. Une ambulance emmène le corps de ROSE. Les boys rejoignent SUSAN devant l'hôtel.)

SUSAN : D'après le médecin, elle a eu une autre attaque. A votre avis... Margaret se trouve mêlée à ce qui est arrivé ?

DEAN : On n'en sait rien.

SAM : Mais c'est possible. Ouai. (Un silence.) Je suis vraiment désolé.

SUSAN : Seigneur. Vous n'allez pas encore vous excusez ? Vous avez déjà assez fait. (TYLER les rejoint.) Tu es prête à t'en aller ?

TYLER : Oui.

DEAN : Tu es certaine que Maggie n'est plus dans les parages ?

TYLER : Oui bien sûr. Je la verrais. (SUSAN et la petite se dirigent vers le taxi qui les attend.)

DEAN : (à SAM.) Je crois qu'on peut considérer cette affaire classée.

SAM : (à SUSAN.) Surtout, prenez bien soin de vous deux. (SUSAN prend SAM dans ses bras.)

SUSAN : Merci.

SAM : De rien.

SUSAN : A tout les deux. (Elle monte dans le taxi, et les boys marchent vers la Chevy.)

DEAN : Tu sais, je crois que j'aurais plus profiter de la situation à ta place. (DEAN sourit.) Nan, c'est vrai, t'avais la cote avec elle. (Il rit.)

SAM : Ouai. Elle a déjà eu assez d'ennuis.

DEAN : Mais t'as sauvé la maman, t'as sauvé la fille. C'est pas rien ! Remarque, j'aurais pu le faire à ta place mais, je voulais pas que tu te sentes inutile. (SAM rit.)

SAM : C'est gentil, j'apprécie le geste. (Ils arrivent à l'Impala.)

DEAN : Avoue que ça fait du bien de reprendre les bonnes habitudes.

SAM : Ouai... c'est vrai. Mais ça ne change rien sur ce qu'on s'est dit cette nuit.

DEAN : On a parlé de beaucoup de choses cette nuit.

SAM : Tu sais très bien de quoi je parle.

DEAN : T'étais beurré !

SAM : Mais pas toi. Et t'as promis. (Ils montent dans la voiture. DEAN s'apprête à dire quelque chose, mais il se ravise. Il démarre.)

(La caméra parcourt l'hôtel, jusque dans l'ancienne chambre de TYLER. Sous le regard bienveillant d'une poupée à l'effigie de MAGGIE, cette dernière et sa soeur, ROSE, jouent à la corde à sauter. La caméra s'éloigne sous les rires des fillettes, et l'écran devient noir.)

GENERIQUE.

FIN DE L'EPISODE.

 

Ecrit par deanlove35.


[FADE IN: CORNWALL, CONNECTICUT. PIERPONT INN LOBBY. NIGHT. A mover, LARRY WILLIAMS, is assisting the hotel owner, SUSAN THOMPSON.]


SUSAN: Most of the stuff is up here.

LARRY: I still can’t believe you’re closing, Ms. Thompson. [They begin climbing the stairs.] You know, my parents got engaged here. My grandparents, too.

SUSAN: Yeah, a lot of people did. Boxes are at the end of the hall. Need any help?

LARRY: Oh, no, ma’am. I’ve got it. [He walks down the hallway. Sitting at the top of the stairs are SUSAN’S daughter, TYLER, and her sister, MAGGIE.]

TYLER: He’s gonna take our toys?

SUSAN: Only the ones you don’t play with anymore. It’s not like you don’t have enough already.

MAGGIE: [under her breath] Son of a bitch.

TYLER: Son of a bitch.

SUSAN: Watch your mouth!

TYLER: Maggie said it first.

SUSAN: Watch your mouth, too, Maggie. [She walks downstairs.]


[CUT TO: TYLER’S BEDROOM. TYLER walks over to a large dollhouse resembling the hotel. She collects the dolls and begins putting them in separate rooms of the dollhouse. She places a male doll in a rocking chair. In another room, she places a baby in her crib.]

TYLER: Good night, Tabitha.

[She returns to the first room. The male doll has vanished from the rocking chair. She searches the dollhouse and finds him at the bottom of the staircase, face-down. His head has been completely twisted around. TYLER suddenly hears screaming coming from the hotel lobby. She goes to the lobby and sees SUSAN on the phone, panicking. At the bottom of the staircase, LARRY is laying on the floor, dead. Like the doll, his head has completely spun around.]

SUSAN: Tyler, don’t look! Don’t look!

[TYLER watches LARRY on the ground. The contents of the box he was carrying have fallen out, including a china doll, whose face is now cracked. The screen goes black.]

TITLE CARD


[FADE IN: PEORIA, ILLINOIS. INT. MOTEL ROOM. A missing person ad for AVA WILSON is hanging on the wall. DEAN enters with coffee to find SAM on the phone.]

SAM: Yeah. Okay, thanks, Ellen. [He hangs up.]

DEAN: What’d she have to say?

SAM: She’s got nothing. Me, I’ve been checking every database I could think of –- federal, state, and local. No one’s heard anything about Ava. She just…into thin air, you know? What about you?

DEAN: No, same as before. Sorry, man.

SAM: Yeah. Ellen did have one thing.

DEAN: Hm?

SAM: A hotel in Cornwall, Connecticut –- two freak accidents in the past three weeks.

DEAN: Yeah, what’s that have to do with Ava?

SAM: It’s a job. I mean, a lady drowned in the bathtub, then a few days ago, guy falls down the stairs, head turns a complete 180. Which isn’t exactly normal, you know? Look, I don’t know, Dean, it might be nothing. But I told Ellen we’d think about checking it out.

DEAN: You did?

SAM: Yeah. You seem surprised.

DEAN: Well, it’s just not the patented Sam Winchester way, is it?

SAM: And what way is that?

DEAN: I just figured after Ava, there’d be more angst, droopy music, staring out the rainy windows. [SAM stares at him strangely.] Okay, I’ll shut up now.

SAM: Look, I’m the one who told her to go back home. Now, her fiancée’s dead, and some demon has taken her off to God-knows-where, you know? We’ve been looking for a month now. We’ve got nothing. So, I’m not giving up on her, but I’m not gonna let other people die either. We’ve gotta save as many people as we can.

DEAN: Wow. That attitude is just way too healthy for me. I’m officially uncomfortable now. Thank you. [SAM laughs.] All right, call Ellen. Tell her we’ll take it.


[CUT TO: EXT. PIERPONT INN. SAM and DEAN pull up outside the building.]

DEAN: Dude, this is sweet! We never get to work jobs like this.

SAM: Like what?

DEAN: Old-school haunted houses, you know? Fog, secret passageways, sissy British accents. We might even run into Fred and Daphne while we’re inside. [chuckles] Mm, Daphne. Love her. [SAM stops before going inside, noticing an urn outside the door.]

SAM: Hey, wait a sec. I’m not so sure “haunted” is the problem.

DEAN: What do you mean? [SAM points to a design on the urn.]

SAM: You see this pattern here? That’s a quincunx. It’s a five-spot.

DEAN: A five-spot?

SAM: Yeah.

DEAN: That’s used for hoodoo spellwork, isn’t it?

SAM: Right. You fill this thing with bloodweed, you’ve got a powerful charm to ward off enemies.

DEAN: Yeah, except I don’t see any bloodweed. Don’t you think this place is a little too white-meat for hoodoo?

SAM: Maybe. [They enter the hotel and find SUSAN at the front desk.]

SUSAN: May I help you?

DEAN: Hi, yeah. I’d like a room for a couple of nights. [TYLER and MAGGIE run by. TYLER runs into SAM.]

SUSAN: Hey! [to the boys] Sorry about that.

SAM: No problem.

SUSAN: Well, congratulations. You could be some of our final guests.

DEAN: That sounds vaguely ominous.

SUSAN: No, I’m sorry. I mean, we’re closing at the end of the month. Let me guess –- you guys are here antiquing? [They exchange a look.]

DEAN: How’d you know?

SUSAN: Oh, you just look the type. [DEAN smiles but seems confused.] So, uh…king-sized bed?

SAM: What? No, no, uh…no, two singles. We’re just brothers.

SUSAN: Oh…oh, I’m so sorry.

DEAN: What’d you mean that we look the type? [She hesitates.]

SAM: You know, speaking of antiques, you have a really interesting urn on the front porch. Where did you get that?

SUSAN: You know, I have no idea. It’s been there forever. Here you go, Mr. Mahogoff. [She hands DEAN a key.] You’ll be staying in Room 237.

DEAN: Okay. [The bellhop, SHERWIN, enters.]

SUSAN: Sherwin, could you show these gentlemen to their rooms?

SHERWIN: Let me guess , antiquers?


[CUT TO: HALLWAY. The three men are climbing the stairs. SHERWIN is carrying DEAN’S luggage.]

DEAN: I can give you a hand with that bag.

SHERWIN: I’ve got it.

DEAN: Okay.

SAM: So, the hotel’s closing up, huh?

SHERWIN: Yep. Susan tried to make a go of it, but the guests just don’t come like they used to. Still, it’s a damn shame.

SAM: Oh, yeah?

SHERWIN: It may not look it anymore, but this place was a palace. Two different vice-presidents laid their heads on our pillows. My parents worked here. I practically grew up here –- gonna miss it. Here’s your room. [He unlocks the door for them and they go inside. He holds out his hand expectantly. DEAN stares at him.] You’re not gonna cheap out on me, are you, boy? [DEAN reluctantly reaches for money.]

[Later, SAM is looking through some papers. DEAN spots an old, and rather ugly, dress hung on the wall.]

DEAN: [chuckling] What the…?

SAM: What?

DEAN: [pointing to the dress] That’s normal. Why the hell would anyone stay here? I’m amazed they kept in business this long.

SAM: All right. Victim number one –- Joan Edison, forty-three years old, a realtor, handling the sale of the hotel. And victim number two was Larry Williams, moving some stuff out to Goodwill.

DEAN: Well, there’s a connection. They’re both tied up in shutting the place down.

SAM: Yeah. Maybe someone here doesn’t wanna leave and they’re using hoodoo to fight back.

DEAN: Who do you think the witch doctor is? That Susan lady?

SAM: That doesn’t seem likely. I mean, she’s the one selling.

DEAN: So, what then? Sherwin?

SAM: I don’t know.

DEAN: Of course, the most troubling question is, “Why do these people assume we’re gay?”

SAM: Well, you are kind of butch. But I think you’re overcompensating.

DEAN: [forcing a smile] Right.


[CUT TO: HALLWAY. DEAN and SAM are walking when SAM notices a vase.]

SAM: Hey. [They notice the same quincunx design on the vase.] Look at that. More hoodoo. [DEAN knocks on a door nearby. SUSAN answers.]

DEAN: Hi there.

SUSAN: Hi. Everything okay with your room?

DEAN: Oh, yeah, yeah.

SAM: [simultaneously] Yeah, yeah. Everything’s great.

SUSAN: Good. Well, I was just in the middle of packing, so…

DEAN: Hey, are those antique dolls? [They turn to look at some dolls in her room.] ‘Cause this one here –- [nodding at Sam] –- he’s got a major doll collection back home. [SAM glares.] Don’t you? Huh?

SAM: [reluctantly] Big time.

DEAN: Big time. You think we could come in and take a look?

SUSAN: I don’t know.

DEAN: Please? I mean, he loves them. He’s not gonna tell you this, but he’s always dressing them up in these little, tiny outfits, and you’d make his day. [to Sam] She would, huh? Huh?

SAM: [deadpan] It’s true. [DEAN grins.]

SUSAN: Okay. Come on in.

DEAN: All right. All right! [They enter.] Wow. This is a lot of dolls. Nice, you know –- not super-creepy at all. [She laughs.]

SUSAN: Yeah, I suppose they are a little creepy. But they’ve been in the family forever. A lot of sentimental value.

SAM: [spotting the dollhouse] What is this? The hotel?

SUSAN: Yeah, that’s right. Exact replica, custom-built. [SAM notices the doll whose head had been turned.]

SAM: His head got twisted around. What happened to it?

SUSAN: Tyler, probably. [TYLER enters.]

TYLER: Mommy, Maggie’s being mean.

SUSAN: Tyler, tell her I said to be nice, okay?

SAM: Hey, Tyler. I see you broke your doll. You want me to fix it?

TYLER: I didn’t break it. I found it like that.

SAM: Oh. Well, maybe Maggie did it.

TYLER: No, neither of us did it. Grandma would get mad if we broke them.

SUSAN: Tyler, she wouldn’t get mad.

DEAN: Grandma?

TYLER: Grandma Rose. These were all her toys.

DEAN: Oh, really…where’s Grandma Rose now?

TYLER: Up in her room. [ROSE is shown in the dark attic, alone in a wheelchair.]

SAM: You know, I’d really love to talk to Rose about her incredible doll—

SUSAN: No. [The boys look at her, confused.] I mean…I’m afraid that’s impossible. My mother’s been very sick, and she’s not taking any visitors.


[CUT TO: HALLWAY. The boys are walking back to their room.]

DEAN: Well, what do you think? Dolls, hoodoo, mysterious shut-in grandma?

SAM: Well, dolls are used in all kinds of voodoo and hoodoo, like curses and binding spells.

DEAN: Yeah, maybe we’ve found our witch doctor. I’ll go see what I can dig up on Booming Granny. You get online, check old obits, freak accidents, that sort of thing. See if she’s whacked anybody before.

SAM: Right.

DEAN: And don’t go surfing porn, that’s not the kind of whacking I mean.


[CUT TO: LOBBY. SUSAN is talking with a real estate agent, signing forms.]

SUSAN: I’ve been meaning to ask –- what sort of renovations are you planning?

AGENT: They never told you?

SUSAN: Told me what?

AGENT: Ms. Thompson, we plan on demolishing the hotel.

SUSAN: Oh…I see. Excuse me.


[CUT TO: TYLER’S BEDROOM. TYLER is next to the dollhouse, having a tea party with her toys. Inside the dollhouse, there is a male doll sitting on a bed.]


[CUT TO: AGENT’S BEDROOM. Just like in the dollhouse, the agent is sitting on his bed.]


[CUT TO: TYLER’S BEDROOM. In the dollhouse, the door to the doll’s bedroom begins to open on its own.]


[CUT TO: AGENT’S BEDROOM. The door to the room also begins to mysteriously open.]


[CUT TO: TYLER’S BEDROOM. TYLER turns to look at the dollhouse. She sees that the male doll has been hung. She looks at the doll in shock.]


[CUT TO: AGENT’S BEDROOM. The agent has been hung. The noose has been tied to the ceiling fan. The agent’s body jerks around before he dies. The screen goes black.]


[FADE IN: ROOM 237 – SAM AND DEAN’S ROOM. SAM looks out the window and sees the agent’s body being put onto a stretcher. He closes the curtain, looking upset.]

[CUT TO: EXT. HOTEL. SUSAN finishes talking to the police and approaches DEAN.]

DEAN: What happened?

SUSAN: The maid went in to turn down the sheets, and he was just…hanging there.

DEAN: That’s awful. He was a guest?

SUSAN: He worked for the company that bought the place. I don’t understand.

DEAN: What?

SUSAN: I’ve had a lot of bad luck around here. Look, if you’d like to check out, I’ll give you a full refund.

DEAN: No, thanks. I don’t scare that easy.


[CUT TO: ROOM 237. DEAN enters. SAM is sitting in the dark, silent.]

DEAN: There’s been another one. Some guy just hung himself in his room.

SAM: Yeah. I saw.

DEAN: We’ve gotta figure this out, and fast. What’d you find out about Granny?

SAM: You’re bossy. [DEAN turns to look at him.]

DEAN: What?

SAM: You’re bossy. And short. [He begins laughing.]

DEAN: Are you drunk?

SAM: Yeah. So? Stupid.

DEAN: Dude, what are you thinking? We’re working a case.

SAM: [verging on tears] That guy who hung himself –- I couldn’t save him.

DEAN: What are you talking about? You didn’t know, you couldn’t have done anything.

SAM: That’s an excuse, Dean. I should’ve found a way to save him. I should’ve saved Ava, too.

DEAN: Yeah, well, you can’t save everyone. Even you said that.

SAM: No, Dean, you don’t understand, all right? The more people I save, the more I can change.

DEAN: Change what?

SAM: My destiny, Dean!

DEAN: All right, time for bed. Come on, Sasquatch. [He leads SAM to his bed.]

SAM: I need you to watch out for me.

DEAN: Yeah. I always do.

SAM: No, no, no. You have to watch out for me, all right? And if I ever turn into something that I’m not…you have to kill me.

DEAN: Sam.

SAM: Dean, Dad told you to do it. You have to.

DEAN: Yeah, well, Dad’s an ass. He never should’ve said anything. I mean, you don’t do that, you don’t lay that kind of crap on your kids.

SAM: No, he was right to say it. Who knows what I might become? Even now, everyone around me dies!

DEAN: Well, I’m not dying, okay? And neither are you. Come on. [He sits SAM down on the bed.]

SAM: No, please. Dean, you’re the only one who can do it. Promise.

DEAN: Don’t ask that of me.

SAM: Dean, please. You have to promise me. [He looks at DEAN pleadingly.]

DEAN: [after a pause] I promise.

SAM: Thanks. [He clutches DEAN’S face.] Thank you. [DEAN pushes him away. SAM rolls onto his stomach and goes to sleep. DEAN runs a hand over his face.]


[CUT TO: HOTEL DINING ROOM. DEAN enters and approaches the bar, where SHERWIN is standing.]

SHERWIN: Find any good antiques?

DEAN: No, no. Got distracted.

SHERWIN: Have a drink.

DEAN: Yeah, thanks. [SHERWIN pours him a drink.] So, poor guy. Killing himself.

SHERWIN: That kind of thing seems to be going around lately.

DEAN: Yeah, I heard about the other ones. It’s almost like this hotel is cursed or something.

SHERWIN: Every hotel has its spilled blood. If people only knew what’s gone on in some of those rooms they’ve checked into.

DEAN: You know a lot about the place, don’t you?

SHERWIN: Down to the last nail.

DEAN: I’d love to hear some stories.

SHERWIN: Boy, you should never say that to an old man. [He leads DEAN to the staircase, where several pictures are on the wall. He points to a certain picture.] This is little miss Susan and her mother, Rose –- happier days.

DEAN: They’re not happy now?

SHERWIN: Well, would you be? Leaving the only home you ever knew?

DEAN: I don’t know. I never really knew one.

SHERWIN: Well, this is Rose’s home. It’s been in the family over a century. It used to be the family estate. And now she gets to live in some senior living graveyard, and they tear this place down.

DEAN: That’s too bad. I hear Rose isn’t feeling well either.

SHERWIN: No, she isn’t.

DEAN: What’s wrong with her?

SHERWIN: It’s not my business to say.

DEAN: Huh. Who’s this? [He points to another picture.]

SHERWIN: That’s Rose, when she was a little girl. [In the picture, ROSE is seated next to a black woman. She is wearing a necklace with the same quincunx symbol from the urn.]

DEAN: Who’s that with her?

SHERWIN: That’s her nanny, Marie. She looked after Rose more than her own mother. [He puts the picture on the mantelpiece.]


[CUT TO: ROOM 237. MORNING. DEAN enters to find SAM in the bathroom, crouched over the toilet.]

DEAN: [grinning] How you feelin’, Sammy? I guess mixing whiskey and Jager wasn’t such a gangbuster idea, was it? I bet you don’t remember a thing from last night, do you?

SAM: Ugh, I can still taste the tequila. [DEAN looks immensely relieved.]

DEAN: You know, there’s a really good hangover remedy. It’s a greasy pork sandwich served up in a dirty ashtray.

SAM: [groaning] Oh, I hate you.

DEAN: I know you do. Hey, it turns out when Grandma Rose was a tyke, she had a Creole nanny who wore a hoodoo necklace.

SAM: So, you think she taught Rose hoodoo?

DEAN: Yes, I do.

SAM: [standing] All right. I think it’s time we talk to Rose, then.

DEAN: You need to brush your teeth first.


[CUT TO: HALLWAY. The boys approach a door and knock.]

SAM: Hello? Susan? [No response] All clear?

DEAN: Mm-hmm.

[SAM picks the lock and they enter. Inside the room, there is another door leading up a flight of stairs. They climb these stairs and reach the attic. They spot ROSE sitting in the dark in her wheelchair.]

SAM: Ms. Thompson? [No response] Mrs. Thompson? Rose? [They walk around the chair to face her. She looks very scared but does not speak.] Hi, Mrs. Thompson. We’re not here to hurt you, it’s okay. We…Rose? [Although she tries, she still cannot speak.] Dean. [He pulls DEAN aside.] This woman’s had a stroke.

DEAN: Yeah, but hoodoo’s hands-on.

SAM: Yeah.

DEAN: You’ve gotta mix herbs and chant and build an altar.

SAM: So, it can’t be Rose. Heck, maybe it’s not even hoodoo.

DEAN: You know, she could be faking.

SAM: Yeah, what do you wanna do? Poke her with a stick? [DEAN nods.] Dude! You’re not gonna poke her with a stick! [SUSAN enters.]

SUSAN: What the hell? What are you doing in here?

DEAN: Oh, we just wanted to, uh…

SAM: [simultaneously] Oh, we just wanted to talk to Rose.

SUSAN: Look at her, she is scared out of her wits. I want you out of my hotel in two minutes or I’m calling the cops.


[CUT TO: EXT. HOTEL. SUSAN watches the boys drive away.]


[CUT TO: HALLWAY. TYLER and MAGGIE are playing jacks.]

MAGGIE: Your turn –- eightsies. [TYLER bounces the ball and picks up a few more jacks. SUSAN enters.]

SUSAN: Have you started packing yet?

TYLER: No.

SUSAN: Why not?

TYLER: I don’t wanna move.

SUSAN: Yes, I know. But we have to.

TYLER: But Maggie says we’re not allowed to move.

MAGGIE: Yeah.

SUSAN: Tyler, enough. Maggie is imaginary. You are too old to have an imaginary friend and I am done pretending. [She walks away.]

MAGGIE: I don’t like her. [The screen goes black.]


[FADE IN: EXT. HOTEL. SUSAN is bringing boxes to her car. SHERWIN pulls up in his truck.]

SHERWIN: I can load those boxes for you.

SUSAN: I’ve got it, Sherwin. Thanks.

SHERWIN: Okay, then. See you later. [She waves as he drives off.]


[CUT TO: TYLER’S BEDROOM. She is seated by the dollhouse. She winds up a toy horse and watches it walk back and forth. Suddenly, the toy swingset begins to swing on its own.]

[Outside, the wind begins to pick up. SUSAN wraps her coat tightly around herself. She watches as the swings and seesaw begin to move on their own.]

[In TYLER’S bedroom, the toy seesaw is also moving.]

[Outside, SUSAN’S car starts on its own. The playground merry-go-round begins spinning on its own. The swings begin to move faster.  Her car begins moving towards her. As it is about to hit her, SAM pushes her out of the way.]

SAM: You okay?

SUSAN: I think so. [DEAN helps them up.]

DEAN: Come on, come on. Let’s get inside.


[CUT TO: HOTEL DINING ROOM. The three of them enter.]

SUSAN: Whiskey.

SAM: Sure. I know the feeling.

SUSAN: What the hell happened out there?

DEAN: You want the truth?

SUSAN: Of course.

DEAN: Well, at first, we thought it was some sort of a hoodoo curse. But that out there? That was definitely a spirit.

SAM: Here. [He hands her the drink.]

SUSAN: You’re insane.

DEAN: It’s been said.

SAM: Look, I’m sorry, Susan. We don’t exactly have time to ease you into this. But we need to know when your mother had the stroke.

SUSAN: What does that have to do with anything?

SAM: Just answer the question.

SUSAN: About a month ago.

SAM: Right before the killings began. [to Dean] See? So, what if Rose was working hoodoo, but not to hurt anyone, to protect them?

DEAN: She was using the five-spot urns to ward off a spirit.

SAM: Right. Until she had a stroke and she couldn’t anymore.

SUSAN: I don’t believe this.

DEAN: Listen, sister, that car didn’t try to run you down by itself, okay? [beat] Well, I guess it did, technically, but a spirit can –- forget it.

SAM: Just believe what you want, all right? But the fact is you and your family are in danger. So you need to clear everybody out of here –- your employees, your mother, your daughters, everyone.

SUSAN: Um…I only have one daughter.

SAM: One?

DEAN: I thought Tyler had a sister named Maggie.

SUSAN: Maggie’s imaginary. [The boys exchange a look.]

SAM: Where’s Tyler?


[CUT TO: ATTIC. MAGGIE is standing in front of ROSE, who looks petrified.]

MAGGIE: She’s going to stay here with me. And she can’t stop me. And there’s nothing you can do about it. [TYLER enters.]

TYLER: Maggie, don’t! You’re not supposed to bother Grandma!

MAGGIE: I know. Come on…let’s play.

TYLER: Can we have a tea party?

MAGGIE: We can have lots of tea parties. [She looks back at ROSE.] Forever…and ever…and ever.  [The screen goes black.]

[FADE IN: TYLER’S BEDROOM. The boys and SUSAN enter.]

SUSAN: Tyler?! [They find that most of the antique dolls have been broken.] Oh my God. Tyler! Tyler?! She’s not here!

SAM: Susan, tell us what you know about Maggie.

SUSAN: Not much. Tyler’s been talking about her since Mom got sick.

SAM: Okay, did you ever know anyone by that name?

SUSAN: No.

DEAN: Think, think. Maybe somebody that could have lived here, might have passed away?

SUSAN: Oh my God. My mom. My mom had a sister named Margaret. She barely spoke about her.

SAM: Did Margaret happen to die here when she was a kid?

SUSAN: She drowned in the pool.

DEAN: Come on. [They leave.]


[CUT TO: POOL HOUSE. The two girls are standing on a ledge above the pool, which is covered with a clear tarp.]

TYLER: I don’t like it up here. I’m scared.

MAGGIE: It’s okay. All you have to do is jump.

TYLER: I can’t swim.

MAGGIE: I know. But it won’t hurt. I promise. And then we can be together forever. And no one will bother us.

TYLER: Why don’t you just come with me and Mommy?

MAGGIE: Because I can’t leave here and you can’t leave me. Please…I don’t wanna be alone.

[Outside, DEAN, SAM, and SUSAN are running to the pool house. They reach the doors and see TYLER on the ledge.]

SUSAN: Tyler! Tyler! [The boys try to break the glass.]

DEAN: Come on!

TYLER: Mommy! [MAGGIE grabs TYLER’S arm and pushes her into the pool.]

DEAN: Is there another entrance?

SUSAN: Around back!

DEAN: All right, let’s go. [to Sam] Keep working.

SAM: Yeah. [He grabs an urn and begins to crack the glass with it. In the pool, TYLER comes up for air, but MAGGIE pushes her head underwater.]

MAGGIE: It’ll all be over soon. [DEAN and SUSAN reach the back entrance.]

DEAN: Stand back. [He tries kicking the door down, but it won’t budge.] Son of a bitch!

[SAM finally succeeds in breaking the glass. In the pool house, MAGGIE suddenly hears a little girl’s voice.]

GIRL’S VOICE: [singsong] Margaret…Margaret…

[MAGGIE suddenly vanishes. TYLER sinks to the bottom of the pool. SAM climbs through the broken glass and jumps into the pool. He swims past the tarp and grabs TYLER, laying limp in his arms. DEAN and SUSAN finally enter. SAM lays TYLER on the edge of the pool. After a minute, she spits up water.]

SUSAN: Oh, thank God! Thank God!

TYLER: Mommy!

SUSAN: [sobbing] Yeah, baby, I’m here!

SAM: Tyler, do you see Maggie anywhere? [She looks around.]

TYLER: No, she’s gone.

[CUT TO: ATTIC. MAGGIE is standing before ROSE, who does not look scared anymore.]

MAGGIE: You’d really do that for me? Yes? If you did, I’d let them go. But I don’t understand. You kept me away for so long. I thought you didn’t love me anymore. [She seems to understand ROSE’S thoughts.] Okay…little sister. [She strokes ROSE’S face.]


[CUT TO: HALLWAY. TYLER and SUSAN are climbing the stairs.]

SUSAN: Don’t worry, honey. We’re leaving in two minutes. We’ve just gotta get Grandma.

[SAM and DEAN are waiting in TYLER’S bedroom.]

DEAN: I don’t get it. Did Maggie just stop?

SAM: Seems like it.

DEAN: Where the hell did she go? [They suddenly hear SUSAN scream from the attic. They race up the stairs to meet her there. They find ROSE in her wheelchair, dead. The screen goes black.]

[FADE IN: EXT. HOTEL. The coroner is putting ROSE’S body onto a stretcher. The boys approach SUSAN.]

SUSAN: The paramedics said it was another stroke. You think Margaret could have had something to do with it?

DEAN: We don’t know.

SAM: But it’s possible. [pause] Susan, I’m sorry.

SUSAN: God, you have nothing to apologize for. You’ve given me everything. [TYLER meets them outside.] Ready to go, kiddo?

TYLER: Yeah.

DEAN: Tyler, you’re sure Maggie’s not around anymore?

TYLER: I’m sure. I’d see her. [They walk to a taxi waiting for them.]

DEAN: [to Sam] Well, I guess whatever’s going on must be over.

SAM: You two take care of yourselves, all right? [SUSAN hugs him.]

SUSAN: Thank you. Both of you. [She gets into the taxi and they drive away.]

DEAN: I think you could’ve hooked up some MILF action there, man. Seriously, I think she liked you. [chuckles]

SAM: Yeah, that’s all she needs.

DEAN: Well, you saved the mom, you saved the girl –- not a bad day. Of course, you know I could’ve saved her myself, but I didn’t want you to feel useless.

SAM: [laughing] All right, I appreciate it. [They reach the car.]

DEAN: Feels good to get back in the saddle, doesn’t it?

SAM: Yeah. Yeah, it does. But it doesn’t change what we talked about last night, Dean.

DEAN: We talked about a lot of things last night.

SAM: You know what I mean.

DEAN: You were wasted.

SAM: But you weren’t. And you promised. [They get in the car. DEAN looks like he wants to say something, but he doesn’t. They drive away.]

[The camera pans through several rooms of the hotel. In one of the bedrooms, Maggie and her little sister, Rose, are playing jump-rope, as they would have several years ago. The dolls are back on their shelves, including a doll that looks just like Maggie. The two girls continue playing and laughing as the screen fades to black.]
 
END

 

Ecrit par Luinel.

Kikavu ?

Au total, 130 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Crowley61 
12.04.2019 vers 21h

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente

Survivor (suite)
Aujourd'hui à 09:48

Petit jeu (suite)
Hier à 23:17

Jack Kline
19.04.2019

Rowena
19.04.2019

Billie
18.04.2019

Arthur Ketch
18.04.2019

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Locksley, Hier à 17:14

Bonne chance à tous

teddymatt, Hier à 18:34

128 au départ. Seule une personnalité gagnera. A vous de choisir "Quelle personnalité inviter ?" sur le quartier The L Word...

choup37, Hier à 23:11

Nouveaux designs sur Kaamelott, Merlin, Doctor Who

grims, Aujourd'hui à 08:57

Nouvelle série de photos du mois sur le quartier Sons of Anarchy ! venez départager les tenues de Maggie Siff !

choup37, Aujourd'hui à 10:04

Calendrier, pdm, jeux, nouveau sondage sur Doctor Who! Quel écrivain(e) aimeriez-vous rencontrer?

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site