VOTE | 651 fans

#208 : Le Pacte


Réalisé par: Steve Boyum
Ecrit par: Sera Gamble


Quand 2 talenteux professionnels décèdent après avoir déclarer être poursuivient par des démons, Sam et Dean enquètent au bar du coin et découvrent qu'il se situe à l'endroit où un démon réalise les rêves des humains en échange de leur âme.
Dean réveille le démon pour le tuer mais hésite après avoir découvert une douloureuse vérité à propos de la mort de son père.
Le démon lui propose donc la chose qu'il souhaite le plus au monde.... son père.

>>Photos promo<<

Popularité


4.17 - 6 votes

Titre VO
Crossroad Blues

Titre VF
Le Pacte

Première diffusion
16.11.2006

Vidéos

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Août 1938, Greenwood, Mississippi. Dans un bar, un jeune homme noir, Robert Johnson, joue du blues à la guitare. Tout le monde le regarde et apprécie sa musique. Il entend des grognements de chiens et s’arrête de jouer. Personne de semble rien remarquer de suspect. Il reprend sa chanson, mais on voit des ombres passer devant les fenêtres du bar. Il s’arrête et sort, inquiet. Les chiens semblent être après lui. Il se met à courir, et se réfugie dans une vieille grange. Les bêtes essayent de défoncer la porte. Des personnes du bar entrent dans la grange et le retrouve allongé sur le sol, entrain de faire une crise d’épilepsie. Robert n’a que le temps de dire qu’il est poursuivi par des grands chiens noirs avant de mourir.

 

Dans un café-restaurant. Sam est sur son ordinateur, il regarde le mandat d’arrêt lancé sur Dean à St Louis et son profile répertorié dans la base de donnée sur FBI. Dean trouve que c’est drôle, et Sam lui fait remarquer que leur boulot sera beaucoup plus dur à présent, qu’ils vont devoir être très vigilants. Dean lui demande ce qu’ils ont à propos de Sam, mais il n’y a rien, alors il se moque de son frère et lui dit qu’il est tout simplement jaloux de lui. Puis il lui demande ce qu’il a trouvé concernant leur affaire. Sam lui raconte qu’un architecte, Sean Boyden, s’est tué en se jetant du toit de l’immeuble qu’il avait lui-même dessiné, après avoir appelé la SPA au sujet de gros chiens noirs qui le poursuivaient. Mais personne d’autres ne semble avoir vu les chiens en question. Il ajoute qu’il a trouvé pleins d’informations sur les chiens noirs agressifs: pour certains ce sont des présages de mort, pour d’autres des esprits d’animaux.

 

Les frères Winchester sont chez l’associé de Sean Boyden. Il leur raconte que ce suicide est un mystère, car il vivait une vie parfaite. Il était quelqu’un de très intelligent, et très compétent dans son travail. Puis il leur avoue que ça ne fût pas toujours le cas, car une dizaine d’années auparavant il ne savait même pas dessiner une tente, et il travaillait comme barman dans un endroit appelé chez Lloyd. Puis d’un coup, il s’est mis à dessiner les immeubles les plus incroyables.

 

Dean sort de l’agence de protection des animaux. Son frère lui demande s’il a eu des informations, et il commence à lui parler de la jeune secrétaire. Puis il redevient sérieux et lui dit qu’il n’y a pas grand-chose qui ressemble à leur affaire.

 

Ils vont ensuite chez le Dr Sylvia Perlman, mais elle n’est pas chez elle. Ils discutent avec la femme de ménage, qui leur dit qu’elle n’a jamais ni vu ni entendu le chien dont parle sa patronne, et elle leur apprend qu’elle a eu le poste de chef de service de chirurgie il y a une dizaine d’années. Dean trouve une photo du docteur datant de 10 ans, sur laquelle on la voit faire la fête avec ses amies dans un bar. Au dos de la photo est écrit « Chez Lloyd ».

 

Sylvia Perlman est dans une chambre de motel. Elle semble complètement paniquée. Quelqu’un frappe à sa porte. Elle ouvre, mais ce n’est que le propriétaire qui lui réclame son argent. C’est alors que le visage de l’homme commence à se déformer. Elle lui jette l’argent à la figure, et referme la porte.

 

Dean et Sam arrivent au bar « Chez Lloyd ». Ils descendent de voiture et remarquent que le bar est situé exactement sur un carrefour. De plus, des plantes, des millepertuis, sont plantées à chaque coin du carrefour. Ce sont des plantes utilisées dans des rituels d’invocations. Dean va se placer à l’exacte centre du croisement, et il commence à creuser. Il déterre une petite boite en métal, dans laquelle se trouve de la terre d’un cimetière et les os d’un chat noir. D’après les frères Winchester, c’est du matériel de sorcellerie qui permet d’invoquer un démon pour passer des marchés. Les chiens sont ceux de l’enfer, qui viennent chercher ce que les personnes ont promis au démon en échange de leurs vœux.

 

Au motel. Quelque chose tente de défoncer la porte de la chambre de Sylvia. On entend des grognements de chiens, puis plus rien. Elle se relève et avance vers la porte, et à ce moment la chose passe à travers la fenêtre, et arrache la jambe de pantalon de la femme, avant de la traîner à sa suite.

 

Retour en 1930, à Rosedale dans le Mississippi. Robert enterre un petit sac dans le sol, à un croisement de routes, et lorsqu’il se relève, une jeune femme est derrière lui. Ses yeux deviennent rouges, car c’est le démon. Il lui dit qu’il veut devenir le plus grand joueur de Blues qui est existé. Elle l’embrasse et disparaît.

 

Sam pense qu’ils ont affaire au même genre de phénomène que la légende de Robert Johnson, de vendre son âme au croisement, et Dean lui fait remarquer qu’il y a des références à des forces démoniaques dans une grande partie de ses chansons, et que d’après la légende, il est mort étouffé dans son propre sang, et il marmonnait des choses à propos de gros chiens démoniaques. Sam voudrait partir à la recherche des autres personnes qui aurait pu invoquer un démon, mais Dean n’est pas vraiment d’accord car ces personnes se sont mis dans le pétrin tous seuls. Mais il finit par céder. Il y a une photo dans la boite en métal.

 

La photo est celle d’un certain George Darrow. Ils vont le voir chez lui, dans un immeuble presque à l’abandon. Le bas de la porte est couvert de poudre Goofer, et il leur dit que c’est du vaudou. Sam lui dit que sa situation n’est pas sans espoir et qu’ils sont là pour l’aider, mais il refuse leur aide. Il leur explique que son heure est venue, qu’il a demandé du talent et qu’il en a eu, même si ça ne lui a jamais profité. Il ajoute qu’après avoir passé son marché avec le démon, il n’est pas parti, mais est resté chez Lloyd pour passer d’autres accords. Il leur dit qu’ils étaient trois à avoir parlé avec le démon, dont un architecte et une doctoresse, et un autre homme du nom de Evan Hudson. Sam lui dit qu’il doit y a voir une solution pour les sauver tant qu’il est encore temps, mais George ne veut pas être sauver, car c’est de sa faute si les autres ont passé leurs accords avec le démon. Tout ce qu’il souhaite, c’est finir sa dernière peinture avant de laisser les chiens venir le chercher. Puis il les met dehors.

 

Evan Hudson est chez lui, quand il entend des chiens aboyer. Sa femme se prépare à partir, et il lui dit qu’il a des factures qu’il doit payer, et il la serre dans ses bras. Il sait qu’il n’a plus beaucoup de temps à vivre, mais ne l’a pas dit à sa femme. Au moment où elle s’apprête à partir, il a une hallucination et il voit son visage se déformer. Puis tout redevient normal.

Les Winchester arrivent chez Evan et frappent à la porte. Il leurs ouvre, mais quand Dean mentionne Chez Lloyd, il leurs referme la porte au nez. Dean défonce la porte et ils le suivent jusqu’à l’étage. Ils lui disent qu’ils sont là pour l’aider. Il leur avoue qu’il a passé son accord pour sauver la vie de sa femme qui était mourante. Mais Dean lui reproche quand même d’avoir fait ça dans son intérêt, pour ne pas avoir à vivre sans sa femme, sans penser que maintenant c’est elle qui devra vivre sans lui. Sam l’emmène à l’écart et il lui demande s’il va bien. Dean répond qu’il a une idée. Il donne la poudre Goofer à Sam en lui disant de maintenir les chiens éloignés le plus longtemps possible, pendant qu’il retourne au croisement pour invoquer le démon. Son but est de le piéger et de l’exorciser, mais Sam ne veut pas le laisser faire. Il lui dit qu’il est à coté de la plaque depuis qu’ils ont trouvés ce croisement, et qu’il pense que c’est à cause de leur père, qui aurait peut-être lui aussi passé ce genre d’accord. Mais ils n’ont pas le temps de continuer leur conversation car Evan leur dit qu’il les entend approcher. Dean s’en va en disant à son frère de le protéger.

 

Dean est au croisement, il enterre sa boite. Une jeune femme apparaît derrière lui, elle lui demande si c’est la première fois qu’il invoque un démon, et il prétend qu’il n’a pas trop l’habitude. Mais elle lui dit qu’elle sait tout de lui.

 

Sam trace un cercle sur le sol avec la poudre Goofer. Il dit à Evan de rester à l’intérieur du cercle quoiqu’il arrive.

 

Dean dit au démon qu’il veut passer un accord. Il demande que Evan soit libéré de son contrat, mais elle lui dit que ce n’est pas négociable. Il ajoute qu’en échange elle l’aura lui. Le démon est surprit, mais il lui fait remarquer qu’il échangerait sa vie contre celle d’un homme, comme son père l’a fait. Elle lui demande s’il était au courant du contrat de son père, sa vie contre la sienne. Il ne répond rien et à la place il lui ouvre la portière de sa voiture, pour avoir un peu plus de tranquillité soi-disant, mais elle remarque les marques sur le sol avant de monter dans la voiture. Son piège a raté.

 

Evan entend les grognements des chiens juste derrière la porte, mais Sam n’entend rien. Puis ils commencent à défoncer la porte, mais la poudre au bas de la porte les empêche pour l’instant d’entrer dans la pièce. Sam et Evan sont au milieu du cercle, ils ne bougent pas.

 

Le démon s’énerve contre Dean, puis elle le provoque, en lui disant à quel point il doit se sentir mal que son père ait vendu son âme pour lui, puis elle lui dit qu’elle aurait pu lui ramener son père. Elle commence à partir, mais Dean la rappelle.

 

Les chiens sont toujours derrière la porte, quand tout d’un coup il n’y a plus rien. Quelques secondes s’écoulent, un chien démoniaque parvient à entrer dans la pièce, en passant par le conduit d’aération.

 

Le démon revient vers Dean. Il lui redemande si elle peut lui ramener son père, et elle essaye de le convaincre que tout pourrait être comme avant, les trois Winchester réunit, et il pourrait en profiter pendant dix longues années. Elle se rapproche de lui, sous l’espèce de tour en bois sous laquelle il se trouve, et là elle se rend compte qu’elle vient de tomber dans son piège. Il avait en effet dessiné des symboles sur le plafond de la tour, et le démon s’est retrouvé juste en dessous. Dean lui propose à son tour un marché. Elle laisse Evan tranquille et elle rappelle son chien de l’enfer, et il la relâche.

 

Le chien s’approche de Sam et Evan, il laisse les marques de ses griffes dans le sol, qui s’arrêtent juste au bord du cercle de poudre Goofer.

 

Dean sort le journal de John de sa veste, ce qui semble inquiéter le démon, ainsi qu’une croix. Et il commence son exorcisme. Au fur et à mesure qu’il parle, cela crée un courant d’air près du chien démoniaque, ce qui efface aussi le cercle de protection. Sam et Evan sont contraints de s’enfuir. Ils s’enferment dans une autre pièce, et Sam tente de retenir la porte contre laquelle frappe le chien. Là le démon dit à Dean d’arrêter, et le chien s’arrête aussi. Puis on voit le démon entrain d’embrasser Dean. Elle lui dit que c’est pour celer leur accord, que Evan et sa femme vivront longtemps, et il la laisse partir. Puis elle recommence à le provoquer, en lui disant à quel point c’est horrible pour son père en enfer, mais avant qu’il ne puissent faire quoique ce soit, le démon est exorcisé par quelque chose d’autre.

 

Sam et Dean sont sur la route dans l’Impala, ils parlent du fait que John se soit sacrifié pour son fils, et Dean ne le supporte pas. Mais Sam lui dit que leur père a sauvé beaucoup de gens, et qu’ils vont en sauver beaucoup eux aussi grâce à ce qu’il leurs a appris. Puis il lui demande s’il n’a pas sérieusement pensé à passer un marché avec le démon, et en réponse Dean augmente le volume de la musique, ce qui laisse Sam perplexe.

 

Ecrit par Blackrose.

Le pacte

Sur un fond noir :

 

"Greenwood, Mississippi
Août 1938"

 

Dans un bar, un musicien de blues, Robert Johnson, joue de la guitare. Il joue pendant un moment, jusqu'à ce qu'il entende le son de chiens qui aboient. Il essaie de continuer à jouer, mais le son le fait arrêter. Il voit alors l'ombre d'une créature passer à toute vitesse derrière les fenêtres du bar. Tout le public regarde Robert, affolé. Quand les aboiements deviennent plus forts, Robert prend sa guitare et sort du bar, laissant les clients confus.

 

                                              **************

 

Dans les bois, Robert marche quand il entend tout à coup les aboiements autour de lui. Il lâche sa guitare et se met à courir.

 

                                              **************

 

Robert entre dans un bâtiment et verrouille la porte derrière lui. Les chiens le suivent et essaient de défoncer la porte pendant un long moment. Puis, la femme de Robert entre, avec deux hommes. Puis, la femme de Robert entre, suivie de deux hommes. Robert est au sol, remuant.

Homme 1 : Qu'est-ce qu'il a ?
Mme Johnson
 : Oh, mon Dieu. Appelez un docteur. Vite ! Les deux hommes s'en vont. Elle s'agenouille à côté de son mari et le tient. Que s'est-il passé ? Raconte-moi !
Robert
 : Les chiens...
Mme Johnson 
: Accroche-toi, je t'en prie !
Robert
 : Enormes chiens noirs.
Mme Johnson
 : Bob ? Bob, je te défends de mourir.

Robert meurt dans ses bras, fixant la croix autour de son cou. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Dans un restaurant, Sam et Dean sont à une table. Dean mange tandis que Sam est sur son ordinateur portable, à regarder la photo d'identité judiciaire de Dean sur l'écran.

Sam : Bravo pour ta grande discrétion. Un mandat d'arrêt contre toi à St Louis et ton entrée officiel sur les ordinateurs du FBI.
Dean
: Je serai bientôt Dillinger ou encore pire.
Sam
: Non, attend. C'est pas drôle. Ça va tout compliqué. On peut pas ignorer cette menace.
Dean
: Et, qu'est-ce qu'ils ont sur toi ?
Sam
: Je parie que c'est en cours. Ça devrait plus tarder.
Dean
: Il y a rien du tout. Oh, c'est vexant !
Sam
: La ferme.
Dean
: Riant. Tu es jaloux.
Sam
: Tu es malade ?
Dean
: D'accord. Sam secoue sa tête. Et, si on en venait à ce nouveau cas qui a l'air de tellement te passionner ?

Sam prend des papiers et se met à lire.

Sam : Lisant. « L'architecte Sean Boyden s'est précipité dans le vide depuis le toit de son immeuble, un grand bâtiment qu'il avait dessiné. »
Dean
: Bâtir quelque chose de haut pour en sauter plus tard, c'est classique. Il avait déposé une plainte ?
Sam
: Oui, l'avant-veille.
Dean
: Et, il a dit qu'un chien le poursuivait ?
Sam
: Oui. "Un chien sauvage aux poils très noirs." Les autorités n'en ont trouvé aucune trace et personne ne l'a vu. On comprend mal comment un chien sauvage a pu échapper au gardien qui ne s'éloigne jamais de la porte d'entrée, prendre l'ascenseur et monter se balader dans les couloirs d'un endroit aussi surveillé. Après ça, Boyden n'a plus donné de nouvelles. Il n'est pas allé à son travail et il s'est tué, deux jours plus tard.
Dean
: On a bien affaire à un chien noir d'après toi ?
Sam
: Oui, peut-être bien.
Dean
: Qu'est-ce qu'on sait sur eux ?
Sam
: Tendant à Dean les papiers. C'est plutôt vague. On parle déjà depuis bien longtemps de chiens noirs qui seraient des esprits selon certains, des augures de la mort selon d'autres. Ils sont toujours énormes, noirs et méchants.
Dean
: Ils peuvent t'avaler la jambe d'une bouchée. Regarde celui-là. Il montre à Sam une photo et rit. Mais, pas Sam. Quoi ? C'est vrai.

 

                                              **************

 

Dans un appartement, Sam et Dean sont en costard et parlent à un ami de Sean Boyden.

Sam : Alors, vous et Sean Boyden étiez associés depuis maintenant une bonne dizaine d'années ?
Ami
: Exact. Et, vous demandez ça pour faire un... ?
Dean
: Un hommage à Mr Boyden. Dans « la Revue de l'architecte ». L'ami se met à rire. Vous trouvez ça drôle ?
Ami
 : Non, c'est juste... l'hommage. Ouais. Vous voyez, c'est toujours Sean qui avez les hommages. Il s'est donné la mort, et nous laisse en plan, sa famille et moi, mais, il aura encore un hommage.
Sam
: Oui. Aucune idée de ce qui l'a poussé à faire ça ?
Ami
: Aucune, évidemment. Surtout qu'il menait une vie de rêve.
Sam
: Comment ça ?
Ami
: En vérité, c'était un génie. Je pense que je suis bon, mais à côté de lui... Ça n'a pas toujours été le cas, remarquez.
Dean
: Non ?
Ami
 : Vous voulez savoir la vérité ? Il n'aurait pas su dessiner une tente à un certain moment. Il y a dix ans, il travaillait comme barman dans un endroit pas très classe, le Lloyd. Il me l'a raconté.
Sam
: Ah oui ? Et, qu'est-ce qui a changé ?
Ami
: J'en sais rien. Mais, en une nuit, il a décroché un énorme projet et il s'est mis à dessiner. Et, il a créé un projet incroyablement réussi. Une merveille d'ingéniosité. C'était une œuvre du niveau de... de  Van Gogh ou Mozart ou...
Dean
: Quoi ?
Ami
 : C'est bizarre. Les grands génies ont tendance à... mourir avant d'avoir tout donné. Et, quand vous avez cet incroyable talent, pourquoi... pourquoi vouloir laisser tomber ?

 

                                              **************

 

A l'agence de protection des animaux, Dean sort du bâtiment, un papier à la main, et rejoint Sam dans la voiture.

Sam : Alors ?
Dean
: Alors, la secrétaire s'appelle Carly. Elle a 23 ans, des lolos très agressifs et ils sont vrais.
Sam
: Bon, t'as eu le temps de l'interroger sur des plaintes concernant des chiens noirs ?
Dean
: Lui tendant le papier. Voilà les plaintes sur une semaine se rapportant à des chiens noirs. Il y en a 19 en tout. Et... Il prend un Post-It et le montre à Sam. Ça, je sais pas ce que c'est.

Sam lit la note et se met à rire.

Sam : Souriant. Ça m'a l'air de ressembler à une adresse.
Dean
: Carly m'a donné un rencart ? Sam rit. Tu crois que c'est un site porno ou c'est son adresse ?

 

                                              **************

 

Chez les Perlman, Sam et Dean frappent à la porte d'entrée.

Dean : Je te jure que je vais craquer si c'est encore un horrible petit chien qui aboie. La bonne ouvre la porte. Bonjour madame. Il montre son badge. Est-ce qu'on peut entrer ?
Bonne
 : L'agence de protection des animaux est passée hier.
Sam
: Oh, oui. C'est la routine normale. On voudrait voir le Docteur Sylvia Perlman.

La bonne laisse Sam et Dean entrer.

 

                                              **************

 

Dans la cuisine de la maison des Perlman.

Bonne : Le docteur est... Je regrette. Le docteur n'est pas chez elle pour le moment. Elle est partie il y a deux jours.
Sam
: Ah, très bien. Et, vous êtes ?
Bonne
: Je suis la femme de ménage.
Dean
: Et, où est allée le docteur ?
Bonne
: Je n'en sais rien. Elle a pris quelques affaires et elle est partie sans rien dire. Et, ce chien errant, vous l'avez trouvé ?
Sam
: Non, hélas. Dites-nous. Est-ce que vous l'avez aperçu ce chien noir qui lui fait si peur ?
Bonne
: En fait, non. Et, je ne l'ai jamais entendu. Je commençais même à penser que le docteur imaginait tout ça, mais ce serait étonnant chez elle.
Dean
: Oui. J'ai lu qu'elle était chef du service de chirurgie à l'hôpital. Elle doit avoir dans les 42, 43 ans. C'est bien jeune pour ce poste.
Bonne
: Un record dans l'histoire de l'hôpital. Une place qu'elle a eu il y a dix ans.
Sam
: Oh ! Surprenante réussite. Il y a dix ans.
Dean
: On connaît quelqu'un dans ce cas. Il prend une photo sur le frigo du docteur avec des amies. Regarde ça. Il montre à Sam la photo et la retourne. Au dos, il est marqué « Lloyd's Bar. Novembre 1996. » C'était au Lloyd's.

 

                                              **************

 

Dans une chambre de motel, le docteur Sylvia Perlman arpente le sol, pétrifiée. Ses cheveux sont en pagaille et elle a visiblement pleuré. Elle entend un coup à la porte et semble encore plus effrayée.

Gérant : Mme Perlman ? Je vous téléphone depuis des heures. Vous devez vite évacuer la chambre ou alors, payer pour une autre nuit.

Sylvia s'approche de la porte et l'ouvre.

Sylvia : D'accord. Aucun problème.

Elle se tourne vers son lit et sort de l'argent de son portefeuille. Quand elle se retourne, elle voit alors le gérant dont la tête se tourne tout à coup et se déforme. Horrifiée, elle jette lui jette l'argent et claque la porte.

 

                                              **************

 

Devant le Lloyd's Bar, Sam et Dean se garent et sortent de voiture. Ils marchent jusqu'à une intersection. Dean remarque des fleurs jaunes plantées au sol.

Dean : Eh !
Sam
: Oui ?
Dean
: C'est bizarre.
Sam
: Quoi ?
Dean
: Tu crois que quelqu'un a planté ces fleurs ?
Sam
: Là, au milieu des mauvaises herbes ?
Dean
: Regarde. C'est de l'herbe au charpentier.
Sam
: Tu connais ces fleurs ?
Dean
: Oui. On s'en sert dans certains rituels.
Sam
: Ah, oui. Elles servent à appeler des esprits.
Dean
: Alors, deux personnes ont soudain eu une grande réussite il y a dix ans et, à cette époque-là, elles fréquentaient le même bar.
Sam
: Qui est justement placé à un croisement. Tu crois que... ?
Dean
: On va voir ça. Ils marchent tous deux vers le centre du croisement. Tu crois qu'on est bien au centre ici ?

 

                                              **************

 

Quelques minutes plus tard, Dean est en train de creuser en plein milieu du croisement. Il fait un petit trou jusqu'à ce qu'il atteigne quelque chose avec sa pelle.

Dean : Il y a un truc.

Dean s'accroupit pour retirer l'objet. Il trouve alors un petit boîte en métal dans le trou. Il l'ouvre et aperçoit plusieurs objets, dont de petits os et un flacon contenant de la terre.

Sam : Prenant le flacon. Je parie que c'est un peu de terre venant d'une tombe. Avec un bel os de chat... noir.
Dean
: En tout cas, c'est très bien fait. Ça porte la marque des rites Voodoo.
Sam
: Quelqu'un a appelé un démon.
Dean
: Il a dû faire plus que ça. Les croisements sont utilisés pour y passer des pactes. Certains petits malins ont passé un accord avec un démon. Sans savoir ce qui les attendait.
Sam
: Ouais. Ils voient des chiens, c'est vrai. Mais pas des chiens noirs. Des chiens de l'enfer. De monstrueux pitbulls.
Dean
: Quelque soit ce démon, il passe encaisser son dû. Et, ce docteur, qui est partie de chez elle, ne réussira pas à s'enfuir.

 

                                              **************

 

Dans sa chambre de motel, Sylvia est accroupie sur le sol, les mains sur ses oreilles. La porte de la chambre s'agite beaucoup tandis qu'on peut entendre le son de chiens aboyer. Sylvia crie pendant un long moment avant que les chiens n'arrêtent. La porte cesse de bouger. Sylvia regarde la porte. Elle se relève et s'approche de la porte lentement. Elle se retourne vers la fenêtre et tout à coup, elle vole en éclats. Elle essaie de s'éloigner du chien, qu'on entend seulement. Elle recule dans un coin et le chien l'attrape, attaquant ses jambes. Le chien emmène Sylvia. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

"Rosedale, Mississippi
1930"

 

Robert Johnson est au croisement. Il enterre un petit sac et attend. Quand il se retourne, il aperçoit un démon femelle qui se tient devant lui, portant une robe blanche.

Robert : Déjà là ?
Démon
 : Et oui. Ses yeux deviennent tout à coup rouges. Tu es content ?

Le démon s'approche de Robert.

Robert : Je veux jouer de la guitare. Je veux devenir le meilleur chanteur de blues qu'on ait jamais connu.
Démon
 : Caressant le visage de Robert. C'est ce que tu veux ?
Robert
 : Alors... Et, maintenant ? On signe quelque chose ?

Le démon fait non de la tête et embrasse Robert pendant un long moment avant de reculer et de disparaître, le laissant seul au milieu du croisement. Robert prend sa guitare et la regarde.

 

                                              **************

 

De nos jours, Sam et Dean sont devant le Lloyd's Bar.

Sam : Alors, c'est comme dans la légende de Robert Johnson ? Il paraît qu'il a vendu son âme au cœur d'un croisement.
Dean
: Ouais. Seulement, c'est pas une légende. Tu connais sa musique. Sam semble confus. Quoi ? Tu connais pas ce qu'il chantait ? Il y a pourtant des références occultes très claires dans les paroles de tous les blues qu'il composait. « La Balade du Diable » ? « Satan nous poursuit partout » ? Sam semble toujours confus. On raconte qu'il est mort un soir d'orage étouffé par son sang. Il avait des hallucinations et il prétendait voir partout des gros chiens.
Sam
: Et aujourd'hui, ça recommence, c'est ça ?
Dean
: Ouais.
Sam
: Alors, il faut trouver tous ceux qui ont conclu un pacte avec le démon.
Dean
: Génial. Comme si c'était à nous d'intervenir. Après tout, ils l'ont voulu, je te signale. Personne les a menacés, ni forcés à passer un pacte.
Sam
: Et alors ? Tu crois qu'on doit les laisser mourir ?
Dean
: Tu sauverais un dingue qui plonge en tonneau dans les chutes du Niagara ?
Sam
: Dean...
Dean
: Bon, d'accord. Pour que ce rituel fonctionne, il faut mettre sa photo au milieu. Il montre à Sam la photo d'un homme qui était dans la boîte. Donc, c'est lui qui a dû appeler le démon. Allons voir si quelqu'un le connaît. S'il est encore en vie.

 

                                              **************

 

Dans un bâtiment, Sam et Dean montent des escaliers.

Sam : Comment il s'appelle déjà ?
Dean
: George Darrow. Apparemment, un vieil habitué du Lloyd. Waouh ! Il y a peu de chances que 'Maisons et jardins' viennent faire une émission chez lui.
Sam
: Ça prouve que s'il a signé un pacte,...
Dean
: C'est pas pour l'argent. Cela dit, son appart' est peut-être remplie de belles princesses aux gros lolos. Sam soupire. Ce que je veux dire, c'est que Darrow va avoir une énorme facture à payer. Et, j'espère qu'il s'est bien marré.

Sam et Dean atteignent l'appartement de George Darrow. Sam remarque un trait de terre devant la porte.

Sam : Tiens, regarde.

Dean s'agenouille et touche la terre des doigts afin de l'examiner.

Dean : Ça sent pas bon.

George ouvre la porte.

George : Que voulez-vous ?
Dean
: George Darrow ?
George
: J'ai pas besoin de quoique ce soit.

George s'apprête à fermer la porte, mais Dean l'en empêche.

Dean : Non, non, non, non, attendez. On va vous donner un conseil. George semble confus. Quand on veut empêcher les esprits d'entrer, c'est mieux d'utiliser du sel.
George
: Je ne sais pas de quoi vous parlez.
Dean
: On parle de ça. Il montre la photo de George. Dites-nous. Vous avez déjà vu le chien ?
Sam
: On veut vous aider, alors, laissez-nous entrer. S'il vous plaît. Juste cinq minutes.

 

                                              **************

 

Dans l'appartement de George Darrow, ce dernier se sert un verre tandis que Sam et Dean observent.

Sam : Qu'est-ce que c'est que cette poudre alors ?
George
: De la terre sacrée. Sam et Dean échangent un regard. Vous paraissez connaître certaines choses bizarres, mais pas la terre sacrée.

George envoie à Dean un sac de terre.

Dean : On connaît certains secrets à propos d'un tas de choses. Juste assez pour nous rendre dangereux.
Sam
: Qu'est-ce que c'est ?
George
: Du Voodoo. Ma grand-mère m'a appris comment on pouvait se protéger des démons.
Dean
: Les démons, on les connaît.
George
: Bon alors, gardez ça. Ça pourrait vous être utile plus tard. Encore quatre minutes.
Sam
: M. Darrow, on sait que vous avez de graves ennuis.
Dean
: Que vous vous êtes créé tout seul.
Sam
: Fixant Dean. Mais, il y a encore de l'espoir, n'est-ce-pas ? On peut sûrement faire quelque chose.
George
: Ecoutez. Je crois que vous voulez vraiment m'aider. Mais, n'oubliez pas qu'une personne peut très bien avoir envie de s'allonger dans son lit et de s'arrêter là. Je vous rappelle que c'est moi qui ai fait venir ce démon.
Dean
: Qu'est-ce que vous vouliez ?
George
: J'avais rien. Et, bien entendu, je voulais tout. Qui ne veut pas d'une vie bien réussie et bien remplie ? J'ai juste... J'ai juste oublié que j'en paierai le prix.
Dean
: Ça valait le coup ?
George
: Oh, non, alors. J'ai souhaité avoir du talent. Et, être entouré de femmes. J'ai pas réussi ma vie. Et, je suis seul... avec tout un tas de tableaux que personne ne veut acheter. Il indique les tableaux qui entourent la pièce, que Dean regarde. Mais, c'est pas le pire.
Sam
: C'est quoi ?
George
: Ça s'est pas arrêté là, hélas. Le démon n'est pas parti après ça. Une fois notre accord conclu, le démon est resté au Lloyd toute une semaine, voyant des gens, passant plus d'accords. J'ai essayé d'avertir ces gens, mais... aucun ne voulait écouter un vieil ivrogne.
Sam
: Combien il y en a eu d'autres ?
George
: Il y a eu l'architecte. Et, un docteur femme. La presse et tout le pays en a parlé récemment. Ils ont enfin été célèbres.
Dean
: Et, qui d'autre, George ?
George
: Un garçon. Il était très gentil. Hudson. Evan, je crois. Je ne sais pas ce que, lui, il a demandé. Ça n'a plus d'intérêt. On est tous foutus.
Sam
: Non. Il doit y avoir un moyen...
George
: Non, attendez ! J'en ai pas envie.
Sam
: Vous n'avez aucune raison de...
George
: Ecoutez ! J'ai appelé ce démon. C'est moi qui l'ai fait venir. Et maintenant, il y a des morts. Je terminerai en enfer d'une manière ou une autre. Tout ce que je veux, c'est finir mon tableau en cours. Un jour ou deux. Ça me suffira. Alors, je vais les tenir encore éloignés. Et, gagner un peu de répits. C'est terminé. Le temps est passé. Alors, allez plutôt aider ceux qui le veulent.
Sam
: Mais, on ne va pas vous...
George
: Sortez ! J'ai encore du travail.
Sam
: Non, personne n'a envie de mourir.
George
: Vous croyez ? Je suis fatigué.

Sam et Dean échangent un regard avant de partir.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Evan est sur l'ordinateur quand il entend des chiens aboyer. Il s'approche de la fenêtre pour vérifier, quand sa femme, Julie, entre.

Julie : Evan ? Tu espionnes les voisins maintenant ?
Evan
 : Non, j'ai... J'ai cru entendre un bruit curieux, mais il y a rien. Tu vas t'en aller ?
Julie
 : Si je ne te connaissais pas aussi bien, je dirais que tu es très content de me voir partir.
Evan
 : Non, bien sûr que non. Mais, c'était inévitable puisque tu n'es pas allée voir ta sœur depuis qu'elle a eu son bébé.
Julie
 : Qu'est-ce que tu vas faire tout ce week-end ?
Evan
 : Hésitant. Euh... Je sais pas. Je vais m'occuper de mes papiers. Julie lui sourit. Viens voir. Il l'embrasse et l'enlace. Tu vas me manquer.
Julie
 : J'espère bien.

Evan cesse l'étreinte et regarde Julie, inquiet.

Evan : Je t'aime ma chérie. Tu le sais ?
Julie
 : Oui, bien sûr. Ça va ? Tu es bizarre.
Evan
 : Oui. Oui, oui, ça va. Allez. Va-t-en vite.

Ils s'embrassent.

Julie : D'accord. Je téléphone quand j'arrive. Evan acquiesce et elle commence à partir. Oh, chéri. Elle se retourne et son visage commence à se tourner et à se déformer. Evan la fixe, terrorisé. Après une minute, son visage redevient normal et elle sourire. Moi aussi, je t'aime.

Evan continue à la regarder, glacé. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Devant la maison des Hudson, Sam et Dean montent les marches pour arriver jusqu'à la porte d'entrée et Sam frappe. Evan répond.

Evan : Oui ?
Sam
: Evan Hudson ?
Evan
 : Oui.
Dean
: On aimerait parler avec vous de l'époque où vous alliez au bar, le Lloyd's, il y a dix ans. Evan leur claque la porte au nez. Calmez-vous, on n'est pas des démons !
Sam
: T'as une autre brillante idée ?

Dean défonce la porte avec son pied.

 

                                              **************

 

Dans un couloir de la maison des Hudson, Evan se précipite à l'intérieur de son bureau et ferme la porte.

 

                                              **************

 

Dans la maison des Hudson, Sam et Dean suivent Evan jusqu'à son bureau. Dean s'apprête à défoncer la porte du pied, mais Sam lui attrape la jambe et l'en empêche.

Sam : Non !

Sam lui montre que la porte n'est pas verrouillée. Ils entrent alors.

Sam : Evan ?

Evan sort de sa cachette.

Evan : Non, pitié ! Ne me faites pas de mal.
Sam
: Mais, non. On vient vous aider. On ne vous fera aucun mal.
Dean
: On sait très bien que vous avez conclu un pacte.
Evan
 : Quoi ? Comment ?
Sam
: Peu importe. L'important, c'est de vous éviter le pire.
Evan
 : Et, qui me dit que c'est vrai ?
Dean
: Personne, mais vous n'avez pas vraiment le choix d'après moi.
Evan
 : Vous arrêterez le démon ?
Sam
: On ne sait pas. On verra.
Evan
 : Je veux pas mourir.
Dean
: Mais, vous aviez passé un pacte.
Sam
: Dean, s'il te plait !
Dean
: Que lui avez-vous demandé, Evan ? D'être un Dieu du sexe ? Vous lui avez demandé quelque chose comme ça ?
Evan
 : Ma femme.
Dean
: Riant. Avoir une femme, c'est pire qu'un voyage en enfer.
Sam
: Dean, s'il te plaît.
Evan
 : Non. Il a raison. Je le mérite. Personne ne m'a obligé à accepter. Cette femme, ou je ne sais quoi, se tenait au bar et disait que je pouvais avoir ce que je voulais. Au début, j'ai cru qu'elle était folle. Il faut dire qu'en plus... j'étais désespéré.
Sam
: Ah, oui ? Pourquoi ?
Evan
 : Julie était mourante.
Dean
: Vous avez fait ça pour la sauver ?
Evan
 : Elle avait un cancer. Ils avaient arrêté le traitement et ils pensaient la conduire ailleurs pour la laisser mourir. Ils voulaient plus la soigner. Alors, j'ai accepté l'accord. Et, je le ferais encore. Je voulais la sauver à tout prix.
Dean
: Et, vous n'avez pensé qu'à elle, dans tout ça ?
Evan
 : Oui. J'ai fait ça pour elle.
Dean
: Vous en êtes vraiment sûr ? Vous l'avez aussi fait pour vous-même. Vous n'auriez pas su vivre sans elle. Mais maintenant, c'est elle qui va vivre sans vous. Et, si elle savait un jour combien ça a coûté ? Que ça vous a coûté votre âme. Qu'est-ce qu'elle en penserait ?
Sam
: Bon allez, ça suffit. Evan. Vous, vous restez ici. Nous, on va trouver une solution.

Dean sort du bureau, suivi pas Sam, laissant Evan dépité.

 

                                              **************

 

Dans le couloir à côté du bureau, Dean est énervé et Sam l'est également par le comportement de Dean.

Sam : Tu vas bien ?
Dean
: Pourquoi ça n'irait pas ? Eh, j'ai une idée. Tu vas éloigner ce chien avec la poudre de George et protéger Evan tant que tu pourras. Et moi, je retourne au croisement appeler ce démon.
Sam
: L'appeler ? Mais, t'es cinglé !
Dean
: Peut-être bien, oui. Mais, réfléchis bien. Si je réussis à l'exorciser, on gagnera du temps avant de trouver une solution définitive.
Sam
: D'accord, mais combien de temps ?
Dean
: J'en sais rien, un moment. Tu sais que ces saletés ont des difficultés pour remonter de l'enfer jusqu'à notre soleil.
Sam
: Non. T'es malade.
Dean
: T'as pas le droit de dire non. Ou bien, trouve une meilleure idée.
Sam
: Non, Dean. Oublie. Tu n'appelleras surtout pas ce démon.
Dean
: Pourquoi ?
Sam
: Parce que t'as des idées dangereuses ces temps-ci. Voilà pourquoi.
Dean
: Mais, de quoi tu parles ?
Sam
: Depuis qu'on a trouvé ce croisement, tu réagis de façon curieuse. Et, je crois savoir pourquoi.
Dean
: S'éloignant de Sam. Si tu veux bien, on en reparlera.
Sam
: Papa. Dean arrête de marcher. Tu crois que papa a pu conclure un tel accord. Avoue-le. L'idée m'est venue. Donc, j'imagine qu'à toi aussi.
Dean
: C'est vrai que ça colle. Papa est mort soudainement. Et, on sait que le démon aux yeux jaunes est mêlé à ma résurrection. Et, s'il a fait ça ? Et, s'il a conclu un tel accord ? Ma vie contre son âme.
Evan
 : Il est là ! Dehors !
Dean
: Arrange-toi pour protéger Evan.
Sam
: Dean ?
Dean
: Fais ce que je te dis !

Dean s'en va.

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean place sa photo dans la boîte d'objets et l'enterre dans le trou. Il se tient debout, attendant un moment avant qu'un beau démon femelle apparaisse.

Démon : Alors ? Dis-moi ce que quelqu'un comme toi fait à cet endroit ? Dean se retourne vers elle. Tu m'as appelée ?
Dean
: Oui, merci d'être venue.
Démon
 : Ta première fois ?
Dean
: De cette façon-là.
Démon
 : Oh, raconte pas d'histoires. Tu as vu d'autres démons, déjà. Je sais tout à propos de Dean Winchester.

Les yeux du démon deviennent rouges pendant un moment.

Dean : Ah, oui ? Et, qu'est-ce que tu sais sur moi ?
Démon
 : J'écoute ce qu'on dit sur toi.
Dean
: Je t'en prie. Ne laisse pas durer le suspense. Qu'est-ce qu'on dit ?
Démon
 : S'approchant de Dean. Et bien, on raconte que tu es joli garçon, mais... Tu es même mieux que ça. Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?
Dean
: Je propose d'en discuter dans ma voiture. Ça sera plus intime.
Démon
 : Ah oui, je veux bien.

Ils se mettent en marche vers l'Impala.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Evan regarde Sam tandis qu'il met de la terre sacrée tout autour de la pièce. Il commence à former un cercle de terre autour d'Evan.

Evan : Euh, qu'est-ce que c'est que ça ?
Sam
: De la terre sacrée.
Evan
 : Vous êtes sérieux ?
Sam
: Oui, très sérieux. Ecoutez. Croyez-moi ou pas, ça vous regarde, mais, quoiqu'il arrive, restez à l'intérieur de ce cercle.

Evan acquiesce.

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean et le démon marchent toujours vers la voiture.

Dean : J'avais l'espoir de conclure un accord.
Démon
 : Je suis là pour ça.
Dean
: Je veux qu'Evan Hudson soit délivré de son contrat.
Démon
 : Non. Alors là, je regrette. Ça, c'est pas du tout négociable.
Dean
: Je vous promets que ça vaudra le coup.
Démon
 : Tu crois ça ? Et, qu'est-ce que tu offres ?
Dean
: Moi.

Ils cessent de marcher.

Démon : Là, tu m'étonnes beaucoup. Tu sacrifierais ta vie pour celle d'un autre ? Tel père, tel fils, hein ?

Dean fixe le démon, abasourdi.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Sam finit le cercle et lance le sac vide.

Sam : Voilà. Il y en a plus.

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean et le démon ont atteint l'Impala. Ils se tiennent debout à côté.

Démon : J'imagine que tu sais tout à propos du contrat de ton père. Sa vie pour la tienne ? Tu vois, j'ai pas traité ce contrat moi-même, mais... ça m'aurait fait bien rigoler.

Dean, visiblement déçu, ouvre la porte côté passager de sa voiture pour le démon.

Dean : Après toi.
Démon
 : Et, il est galant en plus. Elle s'apprête à rentrer, mais s'arrête. Sur le sol sous l'Impala, elle aperçoit un symbole. Un piège à démons ? Non, tu n'y croyais pas sérieusement ?

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Evan entend des chiens aboyer et s'agite nerveusement en regardant autour de lui.

Sam : Quoi ?
Evan
 : Vous entendez ?
Sam
: Non. Où ça ?
Evan
 : Indiquant la porte. De l'autre côté de la porte.

La porte de la pièce commence à vibrer. Sam fait un pas dans le cercle avec Evan. Les aboiements deviennent de plus en plus forts. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Sam et Evan sont toujours dans le cercle, regardant la porte vibrer à cause des chiens.

Sam : Surtout, ne bougez pas. Restez où vous êtes.

Evan acquiesce.

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean et le démon se tiennent à côté de l'Impala.

Démon : Ça alors, ça dépasse l'entendement ! Elle claque la portière. Je vais te dépecer lambeau par lambeau.
Dean
: Reculant. Te gêne surtout pas.
Démon
 : Non. Ce serait une erreur. J'ai pas envie d'abréger tes souffrances.
Dean
: Ah, oui ? Pourquoi ?
Démon
 : Parce que, justement, c'est notre grand plaisir. C'est tellement agréable de voir souffrir les autres. Surtout quand on sait ce que ton père a fait, comment il a vendu son âme. Oui, pour toi, c'est très douloureux. Tu ne penses plus qu'à lui. En te réveillant le matin, tu t'accuses. Et ça, c'est très difficile à supporter. Tu es anéanti de douleur. Tu l'aimais tellement. Et, tout ça, c'est ta faute. Dean regarde ailleurs, déçu. Elle se met à rire. Bon, t'as laissé passer ta chance. Je t'aurais donné ce que tu voulais tant.
Dean
: Et, qu'est-ce que je voulais ?
Démon
 : Ton père. J'aurais pu le ramener. Mais, tu as choisi. Au revoir, Dean. J'espère que tu auras une très, très longue vie.

Le démon commence à s'en aller.

Dean : Attend.

Le démon sourit et se retourne.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, les aboiements continuent. La porte est sur le point de céder. Sam et Evan regardent autour d'eux, paniqués. Tout à coup, les aboiements cessent et la porte cesse de bouger.

Sam : Vous l'entendez encore ?
Evan
 : Non. Alors, c'est fini.

Sam ne sait que répondre. Evan entend tout à coup un grognement venant du conduit d'air. Il se retourne et voit la grille du conduit s'envole. Alors, un chien fait irruption dans la pièce par le conduit.

Evan : Il est là !

 

                                              **************

 

Au croisement, le démon se retourne et voit Dean qui se tient près d'elle, triste. Elle se sourit à elle-même et retourne auprès de Dean.

Démon : Tu as de la chance que j'ai pitié des chiens perdus et des beaux garçons tristes. Je ne te laisserai pas dans cet état. Et puis, avoue-le. Cette rencontre n'était pas seulement pour Evan. Elle était aussi pour toi.
Dean
: Tu es vraiment capable de ramener mon père si je te le demande ?
Démon
 : Si on était d'accord, sans aucun mal. Et, dans ce cas, il vivrait aussi longtemps qu'il aurait dû. Une vie normale. C'est une promesse.
Dean
: Oui, et pour moi ?
Démon
 : Je t'offre dix ans à vivre. Dix longues années heureuses aux côtés de ton père. Mais, c'est une éternité. La famille sera à nouveau reformée. John, Dean, Sammy. Les Winchester pourraient se retrouver réunis. Elle s'approche de Dean. Ecoute. Ton père devrait être encore vivant. Et, tu devrais être mort, en revanche. Ça mettrait les choses à leur place. Personne ne pourrait y trouver à redire. Et, tu aurais la chance de vivre dix ans de plus. C'est un bonus.

Dean se retourne et mène le démon sous le château d'eau.

Dean : Tu crois que tu pourrais... nous faire un gâteau à cette occasion.
Démon
 : Ça, c'est un moyen de défense que je trouve très énervant chez toi. Elle arrête d'avancer et lève les yeux. Elle aperçoit alors un piège à démon dessiné sur le château d'eau. Dean...
Dean
: Cette fois-ci, tu es tombée dans le piège. Ça va être très douloureux.
Démon
 : Laisse-moi sortir de là.
Dean
: Oh, oui. Mais, on va d'abord se mettre d'accord, tous les deux. Rappelle ton chien infernal. Oublie Evan. Et, je te laisse sortir.
Démon
 : Non, je ne peux pas faire annuler un contrat.
Dean
: Dis plutôt que tu ne veux pas. Dernière chance. Evan et sa femme vivront vieux, comme ils auraient dû. Un... Deux...
Démon
 : On a le temps de parler de ça.
Dean
: Et trois.

Dean sort le journal de son père.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, Evan et Sam sont toujours dans le cercle, tandis que le chien invisible continue d'aboyer.

Sam : Restez dans le cercle, surtout ! Des marques de griffes apparaissent au sol, vers le cercle, mais aucune à l'intérieur grâce à la terre. Dépêche-toi, Dean !

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean ouvre le journal et sort un chapelet.

Démon : Qu'est-ce que tu fais ?
Dean
: Je vais simplement t'envoyer faire un petit voyage... en direction du Sud.
Démon
 : Tu devrais laisser cet Evan où il est et penser à ton père.

Dean hésite un moment, puis commence à lire du latin.

Dean : Regna terrae, cantate Deo, psallite Domino, qui fertis super caelum caeli ad Orientem. Ecce dabit voci Suae covem virtutis, tribuite virtutem Deo. Deus caeli, Deus terrae humiliter majestati gloriae Tuae supplicamus. Ut ab omni infernalium spirituum potestate, laqueo, deceptione et nequitia, omnis fallaciae, libera nos, Domine. Vade, Satana, inventor et magister omnis fallaciae, hostis humanae salutis.

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, un vent fort se met à souffler dans la pièce, causant la rupture du cercle de terre.

Sam : Ça va pas tenir. Vite, par ici !

Sam et Evan sort du cercle et se mettent à courir dans les couloirs. Ils entrent dans un placard, ferme la porte et Sam se met contre la porte pour empêcher les chiens d'entrer.

 

                                              **************

 

Au croisement, tandis que Dean continue de parler en latin, la tête du démon commence à tourner et elle respire difficilement.

Dean : Humiliare sub potenti manu Dei...
Démon
 : Arrête !

 

                                              **************

 

Chez les Hudson, les aboiements cessent et la porte arrête de bouger. Evan et Sam échangent un regard.

 

                                              **************

 

Au croisement, Dean et le démon sont tout à coup en train d'échanger un long baiser passionné. Dean y met fin après une minute.

Dean : Je peux savoir ce qui t'a pris ?
Démon
 : Je cèle notre accord.
Dean
: Tu pourrais au moins me demander la permission avant de m'embrasser.
Démon
 : Evan Hudson est libre. Lui et sa femme auront de longues vies.
Dean
: Et, qui me dit que c'est vrai ?
Démon
 : Ma parole est pur béton.
Dean
: C'est vrai, ça ?
Démon
 : Toujours quand je passe un accord. C'est notre règle. Tu as eu ce que tu voulais. Alors, laisse-moi partir. Dean tient toujours son chapelet. Ne joue pas au petit malin avec moi. Ne me dis pas qu'on peut pas te faire confiance. Dean raille. Tu sais, si tu fais ça, je repars en enfer. Et, tôt ou tard, je me libèrerai. Et, quand j'aurai réussi, je me régalerai à écorcher vif Evan.

Dean sourit et finit par grimper sur le château d'eau pour ouvrir la trappe. Elle sort alors du piège.

Démon : Tu sais, entre nous. Tu n'aurais pas imaginé ce piège idiot si tu avais su.
Dean
: Su quoi ?
Démon
 : Où ton père était. Tu aurais conclu cet accord avec moi. Tout le monde parle de l'enfer. Mais, ce n'est qu'un mot. Personne n'est capable d'en décrire même une vague image.
Dean
: Ne dis plus un seul mot.
Démon
 : Imagine un petit peu ton père. Il souffre tellement qu'il y a bien longtemps qu'il ne peut plus crier.
Dean
: S'approchant d'elle. Je vais te réexpédier là-bas !

Tout à coup, un gros nuage de fumée noire sort de la bouche du démon. Elle se recule. Quand la fumée a quitté son corps, elle tombe au sol. La femme à terre est paniquée et effrayée.

Femme : Mais... Qu'est-ce que je fais ici ?

Dean la fixe, choqué. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Dans l'Impala, Dean est au volant. Sam est à ses côtés.

Sam : Les démons sont de très grands menteurs. C'est peut-être une invention.
Dean
: Ça m'étonnerait. C'est vraiment ce que tu crois ? Pourquoi il a fait ça ?
Sam
: Il l'a fait pour toi.
Dean
: Justement. Comment veux-tu que je vive avec cette pensée ? Où qu'il soit aujourd'hui, il a vendu son âme. Il a passé la plus grande partie de sa vie à chasser ce... cette ordure qui a fait brûler maman. Il aurait dû mourir en combattant. C'était ça, l'exemple à nous donner, tu vois ? Pas ce marchandage avec ce fumier-là. Pas ça.
Sam
: Combien papa a sauvé de gens à ton avis, au total ?
Dean
: La question n'est pas là, Sam.
Sam
: On a fait ce qu'il nous a appris. C'est pour ça qu'Evan Hudson est vivant. Et, c'est ça qu'il nous a transmis. On a la chance d'être encore là. Et, on va continuer à se battre. Pour papa. Pause. Eh, Dean ?
Dean
: Ouais ?
Sam
: Quand t'as parlé au démon d'un marché,... c'était pour essayer de le rouler, hein ? T'as jamais vraiment pensé passer cet accord avec lui, j'espère.

Dean jette un coup d'œil par la fenêtre. Sans dire un seul mot, il change la musique et met du rock. Sam comprend que son frère y a pensé et semble choqué. Il est au bord des larmes. Les deux continuent à rouler sur la route.

 

                                                 ****FIN****

 

Ecrit par brucas59.


[FADE IN: GREENWOOD, MISSISSIPPI. AUGUST 1938. Blues musician ROBERT JOHNSON is at a bar, playing guitar for an audience. He plays for a while until he hears the sound of dogs barking in the distance. He tries to continue playing, but the sound makes him stop. He sees the shadow of a creature run past the bar window. When the barking gets louder, ROBERT takes his guitar and exits the bar, leaving the customers confused. He begins to walk into the woods but hears the barking surrounding him. He drops his guitar and runs into a nearby building, locking the door. The dogs follow and bang on the door for a long time. Then, ROBERT’S wife enters, with two men. ROBERT is now on the ground, shaking.]


MRS. JOHNSON: Oh, my God. We need a doctor. [to the men] Run! [They leave. She kneels down next to him and holds him.] What happened? Talk to me.

ROBERT: Dogs.

MRS. JOHNSON: Stay with us, baby!

ROBERT: Dogs, black dogs.

MRS. JOHNSON: Robert? Robert, don’t you die on me! [He dies in her arms, staring at the cross around her neck. The screen goes black.]


TITLE CARD


[FADE IN: INT. DINER. SAM and DEAN are at a booth. DEAN eats while SAM is on his laptop, looking at DEAN’S mugshot on the monitor.]

SAM: So much for a low profile. You’ve got a warrant in St. Louis, and now you’re officially in the Feds’ database.

DEAN: Dude, I’m like Dillinger or something.

SAM: Dean, it’s not funny. It makes the job harder. We’ve gotta be more careful now.

DEAN: Well, what do they got on you?

SAM: I’m sure they just…haven’t posted it yet.

DEAN: What, no accessory? Nothing?

SAM: Shut up. [DEAN laughs.]

DEAN: You’re jealous.

SAM: No, I’m not.

DEAN: Uh-huh. [SAM shakes his head.] All right. What do you got on the case there, you innocent, harmless young man, you? [SAM looks through a stack of papers.]

SAM: [reading] “Architect Sean Boyden plummeted to his death from the roof of his home -- a condominium he designed.”

DEAN: Hm. Build a high rise then jump off the top of it. That’s classy. When did he call Animal Control?

SAM: Two days earlier.

DEAN: Did he actually say “black dog”?

SAM: Yeah. “Vicious, wild, black dog.” The authorities couldn’t find it, no one else saw it. In fact, the authorities are a little confused as to how a wild dog could get past the doorman, take the elevator up, and start roaming the halls of the cushiest joint in town. After that, no more calls, he doesn’t show up for work. Two days later, he takes the swan dive.

DEAN: Do you think we’re dealing with an actual black dog?

SAM: Well, maybe.

DEAN: What’s the lore on it?

SAM: [handing him the papers] It’s all pretty vague. I mean, there’s spectral black dogs all over the world, but some say they’re animal spirits, others say death omens. But anyway, whatever they are, they’re big, nasty…

DEAN: Yeah, I bet they could hump the crap outta your leg. Look at that one, huh? [He holds up a photo and chuckles. SAM glares.] What? They could.


[CUT TO: INT. APARTMENT. SAM and DEAN are dressed in suits, talking to a friend of Sean Boyden.]

SAM: So, you and Sean Boyden were business partners for almost ten years, right?

FRIEND: That’s right. Now, one more time, this is for…?

DEAN: A tribute to Mr. Boyden –- Architectural Digest. [The man laughs.] Funny to you?

FRIEND: No, it’s just…a tribute. Yeah, see, Sean always got the tributes. He kills himself, leaves me and his family behind, and he gets another tribute.

SAM: Right. Any idea why he’d do such a thing?

FRIEND: I have no clue. I mean, he lived a charmed life.

SAM: How so?

FRIEND: He was a flat-out genius. I mean, I’m capable, but next to him…and he wasn’t always that way, either.

DEAN: No?

FRIEND: You wanna know the truth? There was a time where he couldn’t even design a pup tent. Hell, ten years ago, he’s working as a bartender at this place called Lloyd’s, a complete dive.

SAM: Right. So, what changed?

FRIEND: You got me. But overnight, he gets this huge commission and he starts designing…he starts designing the most ingenious buildings anyone has ever seen. It was like the level of Van Gogh and Mozart. It…

DEAN: What?

FRIEND: It’s funny. The true geniuses –- they seem to die young, don’t they? To have that kind of talent…why? Why just throw it away?


[CUT TO: EXT. ANIMAL PROTECTION AGENCY. DEAN exits the building, carrying a paper, and joins SAM in the Impala.]

SAM: So?

DEAN: The secretary’s name is Carly. She’s twenty-three, she kayaks, and they’re real. [He grins.]

SAM: You didn’t happen to ask her if she’s seen any black dogs lately, did you?

DEAN: [handing him the paper] Every complaint called in this week about anything big, black, or dog-like. There’s nineteen calls in all, and uh…[He takes a Post-It note from the paper and holds it up]…I don’t know what this thing is. [SAM reads it and laughs.]

SAM: You mean Carly’s MySpace address?

DEAN: Yeah, MySpace, what the hell is that? [SAM laughs.] Seriously, is that like some sort of porn site?


[CUT TO: EXT. PERLMAN RESIDENCE. DEAN and SAM knock on the door.]

DEAN: I swear, if this is another freakin’ Pomeranian barking in the neighbor’s yard…[The maid answers the door.] Afternoon, ma’am. [He holds up his badge.] Animal control.

MAID: Oh, someone already came yesterday.

SAM: Oh, we’re just following up. We’re looking for a Dr. Sylvia Perlman. [She lets them in.]


[CUT TO: INT. PERLMAN RESIDENCE. KITCHEN.]

MAID: The doctor, well, she…I don’t know exactly when she’ll be back. She left two days ago.

SAM: Okay. And you are?

MAID: I’m Miss Perlman’s maid.

DEAN: So, where did the doctor go?

MAID: I’m not sure. She just packed and went. She didn’t say where. That stray dog, did you find it finally?

SAM: Uh, not yet. You know, you didn’t ever happen to see the dog yourself, did you?

MAID: Well, no. I never even heard it. I was almost starting to think the doctor was imagining things, but she’s not like that, so…

DEAN: You know, I read she was the chief surgeon at the hospital. She’s gotta be, what, forty-two, forty-three? That’s pretty young for that job.

MAID: Youngest in the history of the place. She got the position ten years ago.

SAM: Huh. An overnight success, ten years ago.

DEAN: Yeah, we know a guy like that. [He takes a picture of the doctor and her friends from the refrigerator. The writing on the back says, “Lloyd’s Bar. November 1996.”] Oh, look at this. [He hands the picture to SAM.] Lloyd’s Bar.


[CUT TO: INT. MOTEL ROOM. DR. SYLVIA PERLMAN is pacing the floor, looking petrified. Her hair is a mess, and she has clearly been crying. She hears a loud knocking on the door and looks even more scared.]

MANAGER: [outside the door] Ms. Perlman? I’ve been calling for hours. You need to vacate the room or you’ve gotta pay for another night. [She goes to the door and opens it.]

SYLVIA: Okay. No problem. [She turns to the bed and takes out money from her wallet. When she returns to the door, she looks at the manager and sees his face suddenly twisting and contorting. Horrified, she throws the money at him and slams the door.]


[CUT TO: EXT. LLOYD’S BAR. SAM and DEAN pull up and get out of the car. They walk to a dirt crossroads right outside the building. DEAN notices yellow flowers planted on the ground.]

DEAN: Hey.

SAM: Yeah?

DEAN: That’s weird.

SAM: What?

DEAN: You think someone planted these?

SAM: In the middle of all these weeds?

DEAN: These are, uh…what do you call ‘em?

SAM: Yarrow flowers?

DEAN: Yeah. Used for certain rituals, aren’t they?

SAM: Yeah, actually, summoning rituals.

DEAN: So, two people become sudden successes about ten years ago, right around the time they were hanging out here at Lloyd’s.

SAM: Where there just happens to be a crossroads. You think?

DEAN: Let’s find out. [They walk to the middle of the crossroads.] This seem about dead center to you?

[A few minutes later, DEAN is digging. He makes a small hole in the ground before he hits something with his shovel.]

DEAN: Yahtzee. [He bends down to retrieve the object. He finds a small metal box in the hole and when he opens it, he sees several objects, including small bones and a jar of dirt.]

SAM: I’d be willing to bet that’s graveyard dirt. And a black cat bone.

DEAN: That’s serious spellwork. I mean, that’s deep south hoodoo stuff.

SAM: Used to summon a demon.

DEAN: Not just summon one. Crossroads are where pacts are made. These people are actually making deals with the damn thing. You know, ‘cause that always ends good.

SAM: They’re seeing dogs, all right. But not black dogs. They’re seeing hellhounds –- demonic pit bulls.

DEAN: Whoever this demon is, it’s back and it’s collecting. And that doctor lady, wherever she’s running, she ain’t running fast enough.
 

[CUT TO: INT. MOTEL ROOM. SYLVIA is crouched on the floor, hands on her ears. The door to the room is rattling, and the sound of dogs barking can be heard on the other side. SYLVIA screams for a long time before the dogs stop. She looks at the door and sees that it is completely still. Then, turning around, she sees the window shatter. She tries to move away from the dog, although the audience cannot see the animal. She backs into a corner and the dog grabs her, tearing into her legs. The dog drags her away as the screen goes black.]


[FADE IN: ROSEDALE, MISSISSIPPI. 1930. ROBERT JOHNSON is at the crossroads. He buries a small bag under the ground and waits. When he turns around, he sees a beautiful female demon standing before him, in a white dress.]

ROBERT: Holy…

DEMON: Holy? [Her eyes momentarily glow red.] Guess again. [She walks closer to him.]

ROBERT: I want to play guitar. I want you to make me the best bluesman ever lived.

DEMON: [stroking his face] If that’s what you want.

ROBERT: So…do we shake on it? [She shakes her head and pulls him in for a long kiss before stepping back and vanishing.]


[CUT TO: EXT. LLOYD’S BAR. PRESENT DAY.]

SAM: So, it’s just like the Robert Johnson legend, right? I mean, “selling your soul at the crossroads” kind of deal?

DEAN: Yeah, except that wasn’t a legend. I mean, you know his music. [SAM looks confused.] You don’t know Robert Johnson songs? Sam, there’s occult references all over his lyrics. I mean, “Crossroad Blues”? “Me and the Devil Blues”? “Hellhound on My Trail”? [SAM still looks confused.]  Story goes that he died choking on his own blood. He was hallucinating and muttering about big, evil dogs.

SAM: And now it’s happening all over again.

DEAN: Yeah.

SAM: We’ve got to find out if anyone else struck any bargains around here.

DEAN: Great. So, we’ve got to clean up these people’s mess for them? I mean, they’re not exactly squeaky clean. Nobody put a gun to their head and forced them to play “Let’s Make a Deal.”

SAM: So, what, we should just leave them to die?

DEAN: Somebody goes over Niagara in a barrel, you gonna jump in and try to save them?

SAM: Dean…

DEAN: All right…fine. Rituals like this, you’ve gotta put your own photo into the mix, right? [He holds up a man’s photo that was in the box.] So, this guy probably summoned the thing. Let’s see if anyone inside knows him…if he’s still alive.


[CUT TO: INT. APARTMENT BUILDING. DEAN and SAM are climbing the stairs.]

SAM: What’s this guy’s name, again?

DEAN: George Darrow. Apparently quite the regular at Lloyd’s. This house probably ain’t up next on “MTV Cribs”, is it? [SAM chuckles.]

SAM: Yeah. So, whatever kind of deal he made…

DEAN: It wasn’t for cash. Ah, who knows? Maybe his place is full of babes in Princess Leia bikinis. [SAM scoffs.] I’m just saying. This guy’s got one epic bill come due. I hope, at least, he asked for something fun.

[They reach the apartment of GEORGE DARROW. SAM notices a line of black dust outside the door.]

SAM: Look at that. [DEAN examines it.]

DEAN: What is that, pepper? [GEORGE opens the door.]

GEORGE: Who the hell are you?

DEAN: George Darrow?

GEORGE: I’m not buying anything. [He begins to shut the door.]

DEAN: Whoa, whoa. Looks like you went for the wrong shaker there. [GEORGE looks confused.] Usually, when you want to keep something evil out, you go for the salt.

GEORGE: I don’t know what you’re talking about.

DEAN: I’m talking about this. [He holds up GEORGE’S photo.] Tell me…you see that hellhound yet?

SAM: Look, we wanna help. Please, just five minutes.


[CUT TO: INT. GEORGE DARROW’S APARTMENT.]

SAM: So, what is that stuff out front?

GEORGE: Goofer dust. [SAM and DEAN exchange a look.] Oh, you boys think you know somethin’ about somethin’ but not goofer dust? [He tosses a bag of the dust to DEAN.]

DEAN: Well, we know a little about a lot of things. Just enough to make us dangerous.

SAM: What is it?

GEORGE: Hoodoo. My grandma taught me –- keeps out demons.

DEAN: Demons we know.

GEORGE: Well, then, keep it. Maybe it’ll do you some good. Four minutes left.

SAM: Mr. Darrow, we know you’re in trouble.

DEAN: Yeah, that you got yourself into.

SAM: [glaring at Dean] But it’s not hopeless, all right? There’s gotta be something we can do.

GEORGE: Listen…I get that you boys wanna help. But sometimes, a person makes their bed, and they’ve just got to lie down in it. I’m the one that called that demon in the first place.

DEAN: [smirking] What’d you do it for?

GEORGE: I was weak. I mean, who don’t wanna be great? Who don’t want their life to mean something? I just…I just never thought about the price.

DEAN: Was it worth it?

GEORGE: Hell, no. ‘Course, I asked for talent. Should’ve gone for fame. I’m still broke…and lonely. Just now, I’ve got this pile of paintings nobody wants. [He gestures to the collection of strange paintings around the room.] That wasn’t the worst.

SAM: Go on.

GEORGE: The demon didn’t leave. I never counted on that. After our deal was done, the damn thing stayed at Lloyd’s for a week, just chattin’, makin’ more deals. I tried to warn folks, but who’s gonna listen to an old drunk?

SAM: How many others are there?

GEORGE: This architect, a doctor lady –- I kept up with them. They’ve been in the papers. Least they got famous.

DEAN: Who else, George? Come on, think.

GEORGE: One more. Nice guy, too. Hudson –- Evan, I think. I don’t know what he asked for. Don’t matter now. He’s done for.

SAM: No. No, there’s gotta be a way.

GEORGE: You don’t get it. I don’t want a way.

SAM: Look, you don’t—

GEORGE: I called that thing! I brought it on myself! I brought it on them! I’m going to hell one way or another. All I want is to finish my last painting –- day or two, I’m done. I’m just trying to hold ‘em off till then. Buy a little time. Okay, it’s time you went. Go help somebody that wants help.

SAM: You can’t just—

GEORGE: Get out! I’ve got work to do.

SAM: You don’t really wanna die.

GEORGE: I don’t? [He shakes his head.] I’m tired. [SAM and DEAN exchange a glance before leaving.]


[CUT TO: HUDSON RESIDENCE. EVAN is at his computer when he hears dogs barking. He moves to the window to check it out, and his wife, JULIE, enters.]

JULIE: Evan? Are you spying on the neighbors?

EVAN: No, I thought I heard something in the yard, but it’s nothing. [She nods.] You all ready to go?

JULIE: You know, if I didn’t know better, I’d say that you want me out of the house. [He laughs.]

EVAN: Of course not. It’s just, you’ve barely seen your sister since she had the baby.

JULIE: Well, what are you gonna do all weekend?

EVAN: [hesitant] Oh…not much. I’ve got some bills to pay. [She smiles at him.] Come here. [He kisses her and gives her a hug.] I’ll miss you.

JULIE: You better. [EVAN lets go of her, looking worried.]

EVAN: You know I love you, right? Forever.

JULIE: Of course. Evan, are you okay?

EVAN: Yeah. Yeah, I’m fine. You better get going. [They kiss.]

JULIE: Okay, I’ll call you when I get there. [He nods and she begins to leave.] Hey, sweetie? [She turns back around, and her face begins to twist and contort. EVAN stares at her, scared. After a minute, her face returns to normal, and she is smiling.] I love you, too. [EVAN watches her, frozen, as the screen goes black.]

[FADE IN: EXT. HUDSON RESIDENCE. DEAN and SAM approach the front door and knock. EVAN answers.]

EVAN: Yes?

SAM: Evan Hudson?

EVAN: Yeah.

DEAN: You ever been to a bar called Lloyd’s? It would’ve been about ten years ago. [EVAN slams the door in their faces.] Come on, we’re not demons!

SAM: Any other bright ideas?

[DEAN kicks the front door down. EVAN rushes into his office and closes the door. The boys follow him, and DEAN moves to kick down the office door. SAM grabs his leg to stop him and shows that the door is unlocked. DEAN shrugs and they enter the room.]

SAM: Evan? [EVAN comes out.]

EVAN: Please! Don’t hurt me.

SAM: We’re not gonna hurt you, all right? We’re here to help you.

DEAN: We know all about the genius deal you made.

EVAN: What? How?

SAM: Doesn’t matter. All that matters is we’re trying to stop it.

EVAN: How do I know you’re not lying?

DEAN: Well, you don’t, but you’re kind of running low on options there, buddy boy.

EVAN: Can you stop it?

SAM: Don’t know. We’ll try.

EVAN: I don’t wanna die.

DEAN: Of course you don’t. Not now.

SAM: Dean, stop.

DEAN: What’d you ask for, anyway, huh? Never need Viagra, bowl a perfect game, what?

EVAN: My wife. [DEAN chuckles.]

DEAN: Right, gettin’ the girl. Well, that’s worth a trip to hell for.

SAM: Dean, stop.

EVAN: No. He’s right. I made the deal. Nobody twisted my arm. That woman, or whatever she was, at the bar –- she said I could have anything I wanted. I thought she was nuts at first, but…[He sighs.] I don’t know. I was…I was desperate.

SAM: Desperate?

EVAN: [after a pause] Julie was dying.

DEAN: You did it to save her?

EVAN: She had cancer, they had stopped treatment, they were moving her into hospice. They kept saying, “Matter of days.” So, yeah, I made the deal. And I’d do it again. I’d have died for her on the spot.

DEAN: Did you ever think about her in all this?

EVAN: I did this for her.

DEAN: You sure about that? I think you did it for yourself…so you wouldn’t have to live without her. But, guess what, she’s gonna have to live without you now. But what if she knew how much it cost? What if she knew it cost your soul? How do you think she’d feel?

SAM: Okay, that’s enough. Evan, sit tight, all right? We’re gonna figure this out. [DEAN leaves. SAM follows him into the hallway.] You all right?

DEAN: Yeah, why wouldn’t I be? Hey, I’ve got an idea. [He takes the bag of goofer dust from his jacket and gives it to SAM.] You throw George’s hoodoo at that hellhound. Keep it away from Evan as long as you can. I’m gonna go to the crossroads and summon the demon.

SAM: Summon –- are you nuts?

DEAN: Maybe a little. But I can trap it. I can exorcise it, and I can buy us time to figure out something more permanent.

SAM: Yeah, but how much time?

DEAN: I don’t know, a while. I mean, it’s not easy for those suckers to claw their way back from hell and into the sunshine.

SAM: No. No way.

DEAN: You’re not allowed to say no, Sammy. Not unless you’ve got a better idea.

SAM: Dean, you can forget it, all right? I’m not letting you summon that demon.

DEAN: And why not?

SAM: Because I don’t like where your head is at right now, that’s why not.

DEAN: What are you talking about?

SAM: You know, you’ve been on edge ever since we found that crossroads, Dean, and I think I know why.

DEAN: [walking away] We don’t have time for this.

SAM: Dad. [DEAN stops walking.] You think maybe Dad made one of these deals, huh? Hell, I’ve been thinking it. I’m sure you’ve been thinking it, too.

DEAN: [after a pause] It fits, doesn’t it? I’m alive, Dad’s dead. The yellow-eyed demon was involved. What if he did? What if he struck a deal? My life for his soul.

EVAN: [OS] I think I hear it! It’s outside!

DEAN: Just keep him alive, okay?

SAM: Dean?

DEAN: Go! [He leaves.]


[CUT TO: CROSSROADS. DEAN places his photo into the box of items and buries it in a hole. He stands and waits for a moment before a beautiful demon appears.]

DEMON: So, what brings a guy like you to a place like this? [He turns to look at her.] You called me?

DEAN: I’m just glad it worked.

DEMON: First time?

DEAN: You could say that.

DEMON: Oh, come on, now. Don’t sell yourself short. I know all about you, Dean Winchester. [Her eyes glow red for a moment.]

DEAN: So, you know who I am?

DEMON: I get the newsletter.

DEAN: [flirtatiously] Well, don’t keep me in suspense. What have you heard?

DEMON: [moving closer to him] Well, I heard you were handsome. But you’re just edible. What can I do for you, Dean?

DEAN: Maybe we should do this in my car –- nice and private.

DEMON: Sounds good to me. [They begin walking to the Impala.]


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. EVAN watches while SAM puts goofer dust around the room. He begins forming a circle of the dust around EVAN.]

EVAN: What is that stuff?

SAM: Goofer dust.

EVAN: Are you serious?

SAM: Yeah, afraid so. Look, believe me, don’t believe me, whatever you want. Just –- whatever you do, stay inside the circle, all right? [EVAN nods.]


[CUT TO: CROSSROADS.]

DEAN: So, I was hoping we could strike a deal.

DEMON: That’s what I do.

DEAN: I want Evan Hudson released from his contract.

DEMON: So sorry, darling. That’s not negotiable.

DEAN: I’ll make it worth your while.

DEMON: Oh, really? What are you offering?

DEAN: Me. [They stop walking.]

DEMON: Well, well, well. You’d sacrifice your life for someone else’s. [pause] Like father, like son. [DEAN stares at her, stunned.]


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. SAM finishes the circle and throws the bag aside.]

SAM: That’s the last of it.


[CUT TO: CROSSROADS.]

DEMON: You did know about your dad’s deal, right? His life for yours? Now, I didn’t make the deal myself, but boy, I wish I had. [DEAN, clearly upset, opens the passenger door of the car for her.]

DEAN: After you.

DEMON: Such a gentleman. [She moves to get in, but stops. On the ground under the Impala, she sees a chalk drawing.] A devil’s trap? You’ve got to be kidding me.


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. EVAN hears dogs barking and looks around.]

SAM: What?

EVAN: You hear that?

SAM: No, where?

EVAN: [pointing] Right outside the door. [The door to the room begins to rattle. SAM takes a step inside the circle. The barking gets louder and louder. The screen goes black.]

[FADE IN: INT. HUDSON RESIDENCE.]

SAM: Just don’t move, all right? Stay where you are. [EVAN nods.]

[CUT TO: CROSSROADS.]

DEMON: You stupid, stupid –- I should rip you limb from limb.

DEAN: [backing away] Take your best shot.

DEMON: No. I don’t think so. I’m not gonna put you out of your misery.

DEAN: Yeah, why not?

DEMON: ‘Cause your misery’s the whole point. It’s too much fun to watch. Knowing how your daddy died for you, how he sold his soul –- I mean, that’s gotta hurt. He’s all you ever think about. You wake up and your first thought is, “I can’t do this anymore.” You’re all lit up with pain. I mean, you loved him so much. And it’s all your fault. [DEAN looks away, clearly upset. She laughs.] You blew it, Dean. I could have given you what you need.

DEAN: What do I need?

DEMON: Your father. I could have brought him back. Your loss. See ya, Dean. I wish you a nice, long life. [She begins to walk away.]

DEAN: Hold on. [She smiles and turns around.]


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. The barking is still going on. The door looks ready to burst open. EVAN and SAM look around, panicked. Suddenly, the barking stops and the door stills.]

SAM: Do you still hear it?

EVAN: No. Is it over?

[SAM shrugs. EVAN suddenly hears growling coming from inside the air vent. He turns around in time to see the grate on the vent come off. Although the audience cannot see it, a dog bursts through the vent and into the room.]

EVAN: It’s here!


[CUT TO: CROSSROADS. The demon turns and sees DEAN standing nearby, looking sad. She smiles to herself and walks back to him.]

DEMON: You’re lucky I’ve got a soft spot for lost puppies and long faces. I just can’t leave you like this. Besides, you didn’t call me here to bargain for Evan. Not really.

DEAN: You’ll bring him back? My dad?

DEMON: Of course I can –- just as he was. Your dad will live a long, natural life like he was meant to. That’s a promise.

DEAN: What about me?

DEMON: I can give you ten years –- ten long, good years with him. That’s a lifetime. Your family can be together again. John, Dean, Sammy –- the Winchester boys all reunited. [She moves closer to him.] Look…your dad’s supposed to be alive. You’re supposed to be dead. So, we’ll just set things straight. Get things back in their natural order. And you get ten extra years on top. That’s a bonus. [He turns away from her and leads her under a water tower.]

DEAN: You think you could…throw in a set of steak knives?

DEMON: You know, this smart-ass self-defense mechanism of yours—[She stops. She looks up to see a devil’s trap drawn on the water tower.] Dean…

DEAN: [smirking] Now you’re really trapped. That’s gotta hurt.

DEMON: Let me out. Now.

DEAN: Sure. We’ve just gotta make a little deal here first. You call off your hellhound and let Evan go. And I’ll let you go.

DEMON: I can’t break a binding contract.

DEAN: Hmm. And by “can’t”, you mean “don’t want to”? Last chance. Evan and his wife get to live to a ripe old age. Going…going…

DEMON: Let’s talk about this.

DEAN: Okay, gone. [He takes out his father’s journal.]


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. The invisible hellhound is still barking.]

SAM: Stay inside the circle! [Claw marks begin to appear on the floor, stopping just outside the circle of dust.] Come on, Dean.


[CUT TO: CROSSROADS. DEAN opens the journal and pulls out a set of rosary beads.]

DEMON: What are you doing?

DEAN: Oh, you’re just gonna go on a little trip –- way down south.

DEMON: Forget Evan. Think of your dad. [DEAN hesitates for a moment before he begins reading in Latin.]

DEAN: Regna terrae, cantate Deo, psallite Domino, qui fertis super caelum caeli ad Orientem. Ecce dabit voci Suae vocem virtutis, tribuite virtutem Deo. Deus caeli, Deus terrae humiliter majestati gloriae Tuae supplicamus.


[CUT TO: INT. HUDSON RESIDENCE. A strong wind begins to blow inside the room, causing the circle of dust to break.]

SAM: The circle’s broken, come on! [He and EVAN run down the hall and enter a closet, shutting the door and leaning against it to keep out the dogs.]

DEAN: [VO] Ut ab omni infernalium spirituum potestate, laqueo, deceptione et nequitia, omnis fallaciae, libera nos, Domine. Vade, Satana, inventor et magister omnis fallaciae, hostis humanae salutis.

[At the crossroads, the demon’s head begins twitching and she breathes heavily as DEAN reads.]

[At the same time, SAM and EVAN are still inside the closet, struggling to keep out the dogs.]

DEAN: Humiliare sub potenti manu Dei—

DEMON: Wait!

[At the HUDSON RESIDENCE, the door suddenly stops shaking, and the dogs stop barking. EVAN and SAM exchange a glance.]


[CUT TO: CROSSROADS. DEAN and the demon are suddenly engaging in a long, passionate kiss. DEAN breaks away after a minute.]

DEAN: What the hell was that for?

DEMON: Sealing the deal.

DEAN: I usually like to be warned before I’m violated with demon tongue.

DEMON: Evan Hudson is free. He and his wife will live long lives.

DEAN: How do I know you’re not lying?

DEMON: My word is my bond.

DEAN: Oh, really?

DEMON: It is when I make a deal. It’s the rules. You got what you wanted. Now, let me go. [DEAN still holds on to the rosary beads. She scoffs.] You’re gonna double-cross me? Funny how I’m the trustworthy one. [DEAN shrugs.] You know…you renege? Send me to hell? Sooner or later, I’m gonna climb out, and skinning Evan Hudson will be the first thing that I do.

[DEAN chuckles to himself before climbing up to release the door of the tower. She walks out from under it.]

DEMON: I’ve gotta tell you -- you would have never pulled that stunt if you knew.

DEAN: Knew what?

DEMON: Where your dad is. You should’ve made that deal. See, people talk about hell, but it’s just a word. Doesn’t even come close to describing the real thing.

DEAN: Shut your mouth, bitch.

DEMON: If you could see your poor daddy, hear the sounds he makes ‘cause he can’t even scream.

DEAN: [approaching her] How ‘bout I send you back to

[Suddenly, a huge cloud of black smoke erupts from her mouth. She bends backwards and falls to the ground until the last of the smoke leaves her body. The woman left on the ground is panicked and scared.]

WOMAN: How did I get here? [DEAN stares at her, shocked. The screen goes black.]


[FADE IN: INT. IMPALA. DEAN and SAM are driving.]

SAM: Demons lie all the time, right? Maybe she was lying.

DEAN: Come on. Is that really what you think? [pause] How could he do it?

SAM: He did it for you.

DEAN: Exactly. How am I supposed to live with that? You know, the thought of him, wherever he is right now –- he spent his whole life chasing that yellow-eyed son of a bitch. He should have gone out fighting. That was supposed to be his legacy, you know? Not bargaining with the damn thing. Not this.

SAM: How many people do you think Dad saved, total?

DEAN: That’s not the point, Sam.

SAM: Evan Hudson is safe because of what Dad taught us. That’s his legacy, Dean. Now, we’re still here, man. So we’ve gotta keep going. For him. [pause] Hey, Dean?

DEAN: Yeah?

SAM: When you were trapping that demon, you weren’t…I mean, it was all a trick, right? You never considered actually making that deal, right?

[DEAN gives a sideways glance out the window. Without saying anything, he changes the blues music to a rock song. SAM, understanding, looks shocked and on the verge of tears. The two drive off as the screen fades to black.]
 
END

 

Ecrit par Luinel.

Kikavu ?

Au total, 126 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
19.05.2018 vers 18h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

arween  (07.04.2016 à 11:45)

Epsiode sympa, c'était bien de voir que les frères soient au courant de ce qu'à fait John. Je comprends que Dean le vive mal mais quelque part, c'était ce qu'il fallait faire aussi. Sam est celui qui a raison pour le coup. C'est intéresant de voir que les frères se complétent bien et que lorsque un des frères perd la raison l'autre est là pour le raisonner.

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...
Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 19:49

Chasseurs d'images
Hier à 14:30

S14E17 Game Night
Hier à 09:35

S14E18 Absence
15.03.2019

Mag Anglophone
13.03.2019

Ouroboros
13.03.2019

Partie Episodes
06.03.2019

S14E13 Lebanon
05.03.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Vendredi 22 mars à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.13 : Lebanon (inédit)
Jeudi 7 février à 20:00
1.65m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.12 : Prophet and Loss (inédit)
Jeudi 31 janvier à 20:00
1.40m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Jeudi 24 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Supernatural disponible sur Prime Video

Supernatural disponible sur Prime Video
Toutes les saisons de Supernatural de la saison 1 à la saison 12 se trouvent sur Prime Video...

SPN dans les Alternative Awards 2019

SPN dans les Alternative Awards 2019
Vous pouvez voter dans deux catégories où Supernatural est présent : La première (14) Ces...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Selon vous, que manque-t-il au quartier pour vous faire venir plus souvent ? N'hésitez pas à venir...

Attente terminée, Supernatural revient demain

Attente terminée, Supernatural revient demain
Nous attaquons probablement la dernière ligne droite vers la fin de saison, Supernatural revient...

Nouvelle Photo du Mois

Nouvelle Photo du Mois
Après avoir fouiné sur internet et trouver l'inspiration, je suis tombée sur un comparatif du cast...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Xanaphia, 17.03.2019 à 00:25

Les Gardiens de la Galaxie, Avengers End Game ... venez découvrir les dernières news des films du MCU sur le quartier Marvel

serieserie, 17.03.2019 à 14:22

Crisis on Hypnoweb Arrow, Flash, LOT et Supergirl vous attendent pour leur grande animation! Des HypnoCards à gagner

Sonmi451, 17.03.2019 à 15:57

Pensez à voter dans préférence

pretty31, 17.03.2019 à 19:05

Thea (Arrow) et Arya (Game of Thrones) s'affrontent dans un duel sur les forums de Skins !

cartegold, Hier à 09:03

Nouveau duel sur le quartier Touche pas à mes filles ! N'hésitez pas à venir voter et à compléter la suite de mots !

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site