VOTE | 646 fans

#206 : Sans Issue


Réalisé par: Kim Manners
Ecrit par: Matt Witten


Sam et Dean enquètent sur la mort brutale d'une jeune femme blonde, et découvrent que le responsable est le fantôme d'un ancien sérial-killer fétichiste.
Malgrès les protestations de sa mère, Jo suit les frères Winchester, se fait capturer par le démon, et enterrer vivante.



Popularité


4.63 - 8 votes

Titre VO
No Exit

Titre VF
Sans Issue

Première diffusion
02.11.2006

Vidéos

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Une jeune femme est au téléphone. Elle se plaint que son installation électrique ne fonctionne pas comme il faut. Elle vient juste d’emménager apparemment. Elle raccroche puis remarque une petite tâche noire sur la table devant elle. La même substance tombe sur son épaule. Elle regarde au plafond mais il n’y a rien. On entend des bruits étranges venir du mur. De la substance noire commence alors à sortir par la prise électrique. Elle s’avance, et on voit un œil s’ouvrir dans la prise électrique. Elle crie.

 

Dean et Sam s’apprêtent à partir de Roadhouse, quand ils entendent Ellen et Jo se disputer à l’intérieur. Ils vont voir. Jo veut partir avec eux sur les routes, mais sa mère n’est pas d’accord. Une famille arrive à ce moment, mais font rapidement demi-tour, puis le téléphone sonne et Ellen décroche. Jo en profite pour parler de la disparition d’une fille à Philadelphie aux deux frères et elle tend le dossier à Dean. Elle ajoute que ce n’est pas la première à disparaître dans cet immeuble, qu’il y a eu six autres cas déjà, et que c’était toujours des jeunes femmes blondes. Ellen raccroche, et elle interdit de nouveau à Jo de partir avec Sam et Dean.

 

Les frères Winchester entrent par effraction dans l’appartement de la fille qui a disparu. Ils découvrent l’espèce de substance noire, qui est en fait de l’ectoplasme. Ils pensent qu’ils ont affaire à un esprit très fort et très en colère, car il est très rare de voir de l’ectoplasme. Ils sortent de l’appartement, mais les voix de deux personnes se rapprochent. Dean reconnaît la voix de Jo. La jeune fille discute avec le gardien de l’immeuble. Il lui demande ce qu’elle fait là, et elle dit au gardien que Dean est son petit-ami et qu’ils cherchent un appartement. Elle donne de l’argent au gardien pour la location.

Dans l’appartement, Dean lui reproche d’être venue sans l’accord de sa mère. Elle lui dit de ne pas s’inquiéter, que Ash va laisser des traces de carte de crédit dans tous les casinos, et donc que Ellen ne saura rien de son petit voyage. Le téléphone de Dean sonne. C’est Ellen qui lui demande si Jo est avec lui en ce moment. La jeune fille le supplie de ne rien dire, donc il ment à Ellen en lui disant qu’il n’a pas vu Jo.

 

Jo leur parle des recherches qu’elle a faites sur l’immeuble, et les dernières disparitions qu’elle a trouvées. Ils décident ensuite de fouiller dans tout le bâtiment. Dean dit à Jo qu’ils vont chercher ensemble de leur coté, pendant que Sam s’occupe d’un autre étage. Elle n’est pas d’accord avec lui car elle veut partir seule, mais il ajoute que sa décision n’est pas négociable.

 

Dans les couloirs. Jo demande à Dean s’il compte l’inviter à dîner, mais il ne comprend pas de quoi elle parle. Elle lui dit que la moindre des choses c’est de l’inviter à dîner puisqu’il a décidé de la suivre partout. Dean rétorque qu’il a mentit à sa mère pour elle, et qu’il ne veut pas prendre le risque qu’il lui arrive quelque chose, surtout qu’elle est plutôt le genre de fille après qui l’esprit pourrait s’en prendre. Elle répond qu’elle le sait, et qu’elle veut servir d’appât. Il dit qu’il commence à regretter de l’avoir laissé venir avec lui, et elle rétorque qu’elle en a marre de ses préjugés sexistes comme quoi les filles ne pourraient pas faire ce que lui et son frère font. Il s’arrête alors et il lui dit que ce n’est pas une histoire d’être une fille ou non, mais plutôt d’être un amateur. Il ajoute qu’une personne censée ne choisirait pas ce genre de vie, qu’il a été entraîné par son père quand il était tout petit et donc qu’il ne connaît pas vraiment autre chose, mais il dit en gros que s’il avait le choix maintenant, il ferait probablement quelque chose d’autre de sa vie. Ils repartent sans un mot. On voit alors Jo reculer contre un mur, et une main qui sort par le conduit d’aération. Elle se retourne, mais il n’y a plus rien. Pourtant l’EMF indique la présence d’un esprit. Dean enlève la grille qui ferme le conduit, et il découvre une poignée de cheveux blonds à l’intérieur.

 

Dans l’immeuble. Une jeune femme rentre chez elle. Elle lit son courrier, quand une goutte d’ectoplasme tombe du plafond. Les lumières commencent à vaciller, et une fissure apparaît dans le plafond. Elle essaye alors de sortir de son appartement, mais la porte refuse de s’ouvrir. On voit alors la main sortir du conduit d’aération, et attraper la jambe de la femme, qui se met à crier.

 

Le lendemain matin. Dean se réveille sur le canapé. Sam est parti chercher des cafés, et Jo est assise dans la cuisine, elle revérifie ses documents sur l’immeuble. Elle continue de faire tourner son petit couteau dans sa main. Dean se lève, et il lui prête l’un des siens, qui est deux fois plus grand. Elle lui tend celui avec lequel elle joue, et il remarque des initiales sur la lame. Ceux sont celles du père de Jo. Silence gêné. Elle lui demande ensuite qu’elle est la première chose dont il se rappelle de son père. Il lui raconte que quand il avait six ans, John l’avait emmené tirer pour la première fois, des bouteilles sur une barrière, et il n’en avait pas manquées une seule. Elle lui dit qu’elle était toute petite quand son père est mort, mais elle se souvient qu’il la prenait dans ses bras quand il rentrait de ses chasses, et qu’elle sentait l’odeur de sa vieille veste de chasse. Elle ajoute que c’est pour cette raison qu’elle veut faire ce boulot, pour son père. Sam rentre à ce moment, et leur annonce qu’il y a la police en bas de l’immeuble, et qu’une autre fille a disparu.

 

Jo et Sam sont en train de regarder des photos de l’immeuble. Dean arrive et leur dit que la fille qui a disparu s’appelle Theresa Ellis. Il a aussi trouvé des traces d’ectoplasme dans son appartement. Pourtant ils n’ont pas trouvé de morts violentes associées à l’immeuble. Jo leur montre alors une photo du terrain avant la construction de l’immeuble. Le bâtiment juste à coté a des barreaux à ses fenêtres.

Jo téléphone à Ash pour avoir des renseignements sur l’immeuble voisin. Il s’agit d’une prison, qui a était détruite dans les années 60, et où on pendait les prisonniers dans le terrain vague à coté (où a été construit l’immeuble). Ils font quelques recherches, et découvrent que H.H. Holmes, l’homme qui est considéré comme le premier tueur en série américain, a été exécuté dans cette prison en 1896. Jo leur dit qu’ils n’ont plus qu’à trouver ses os et à les brûler, mais Sam lui dit que ça ne sera pas si facile, car il est enterré dans un bloc de béton. Selon la légende, Holmes ne voulait pas que son corps soit mutilé, car c’est ce qu’il avait l’habitude de faire à ses victimes. De plus, il gardé ses victimes enfermées pendant plusieurs jours, ce qui signifie que Theresa pourrait encore être en vie, enfermée quelque part entre les murs de l’immeuble.

 

Dean et Jo sont dans l’un des murs. Sam vérifie à un autre étage. Ils avancent difficilement, jusqu’à ce que Dean s’arrête car le passage n’est plus assez large pour lui. Jo lui dit qu’elle va continuer seule. Il n’est pas vraiment d’accord, mais finit pas céder. Elle découvre un passage qu’y mène vers l’étage du dessous et dit à Dean qu’elle descend. Il ressort du mur et prend les escaliers, mais pendant ce temps Jo voit de l’ectoplasme sortir du mur. Dean l’entend crier dans le téléphone, mais le temps qu’il défonce le mur avec sa masse, la jeune fille a disparut. Il ne reste que son téléphone par terre dans le passage.

 

Dean retrouve son frère et lui annonce que Holmes a capturé Jo. Il ne sait pas vraiment quoi faire car ils ont cherché toute la nuit dans les murs sans trouver aucune des autres filles. Son téléphone sonne à ce moment. C’est encore Ellen, qui sait que Jo est avec Sam et Dean car Ash lui a tout raconté. Elle veut parler à sa fille. Dean est forcé de lui dire que l’esprit l’a enlevé. Elle s’énerve contre lui et lui dit qu’elle prend le prochain vol et qu’elle arrive dans quelques heures. Il raccroche, et Sam lui dit qu’il y a un endroit où ils n’ont pas encore été. Il s’agit d’un système d’égout qui passe sous l’immeuble.

 

Jo se réveille dans une espèce de cage. Elle allume sa lampe de poche et s’aperçoit que le plafond de la cage est couvert de sang. Elle essaye de ne pas paniquer, puis elle regarde par une fente dans la porte. Theresa est dans une autre cage en face d’elle, et elle est encore en vie. Holmes s’approche. Il passe sa main par la fente de la porte de Jo et il lui arrache une poignée de cheveux, alors que Jo hurle et essaye de se débattre.

 

Sam et Dean cherchent l’entrée du système d’égout, dans une ruelle voisine. Il la trouve sur un terrain vague. Dean commence à creuser, puis ils descendent dans le conduit.

 

Jo essaye de sortir de sa cage, mais sans succès. L’esprit de Holmes s’approche d’elle, il passe sa main dans l’ouverture, et elle plante son couteau dans la main qui disparaît aussitôt.

 

Sam et Dean rampent dans les égouts.

 

Jo attend sans faire de bruit. Holmes semble être parti. Theresa lui demande où il peut bien être, et à ce moment, Holmes attrape les poignets de Jo et lui fait lâcher son couteau. Il met sa main contre la bouche de la jeune fille pour l’étouffer. Mais les deux frères arrivent juste au même moment, et Dean tire sur Holmes. Ils libèrent Jo et Theresa. Jo lui dit qu’ils feraient mieux de partir avant qu’il ne revienne, mais Dean lui demande de faire l’appât car ils n’ont pas trouvé d’autres plans pour se débarrasser de l’esprit.

 

Jo est assise seule au milieu de l’égout. L’esprit de Holmes apparaît derrière elle. Elle ne bouge pas. Lorsqu’il est assez près d’elle, Dean tire dans un sac de sel. On voit alors du sel tout autour de la pièce, ce qui signifie que l’esprit de Holmes est prisonnier de l’égout. Ils referment la porte et ressortent par le conduit.

 

Une fois dehors, Sam demande à Jo si le boulot était aussi glamour qu’elle le pensait. Elle réplique qu’à par le fait de se pisser dessus à cause de la peur, c’était plutôt bien. Ils ont sauvé la vie de Theresa est c’est le principal. Elle demande ensuite ce qui se passera si quelqu’un trouve l’entrée du conduit, et on voit alors Dean arriver avec un camion de ciment. Ils rebouchent le trou.

 

Le soir. Dean conduit sa voiture. Sam et Jo sont à l’arrière, et Ellen est assise à la place du passager. Il y a un silence tendu dans la voiture. Il essaye d’entamer la conversation avec Ellen, qui ne répond pas et continue de fixer la route droit devant elle. Il décide alors de mettre un peu de musique, mais elle la coupe juste après. Jo et Sam se jettent des petits coups d’œil amusés.

 

Arrivé chez Ellen et Jo, Dean s’excuse de lui avoir menti, et il ajoute que Jo a fait du bon boulot et que son père serait fier d’elle. Ellen se met encore plus en colère. Elle lui dit qu’elle doit parler avec sa fille, seule à seule. Les deux garçons sortent. Jo essaye de rassurer sa mère en lui disant que tout va bien, mais Ellen n’est pas de cet avis, car elle les a laissé se servir d’elle comme appât. Jo réplique qu’ils étaient derrière elle tout le temps, mais Ellen lui dit qu’elle ne peut pas avoir confiance en eux car ils sont comme leur père. Jo lui demande ce que ça signifie, car elle croyait qu’elle et John étaient amis.

Sam et Dean attendent dehors. Jo sort en claquant la porte, et elle s’éloigne de Sam et Dean. Dean la rattrape et lui demande ce qui ne va pas. Elle lui dit méchamment de dégager, ce qu’il fait. Puis elle le rappelle, et lui dit que son père avait un partenaire pour sa dernière chasse, celle pendant laquelle il est mort, alors qu’il travaillait habituellement seul, comme l’autre personne. Mais son père lui faisait confiance, et l’autre homme a fait une erreur, ce qui lui a coûté la vie. Dean ne voit pas en quoi ça le concerne, et Jo lui dit que l’autre homme était John Winchester. Elle lui explique que c’est pour cette raison que John n’est jamais revenu à Roadhouse, parce qu’il ne pouvait plus regarder Ellen dans les yeux après ça. Puis elle lui demande de partir avant de s’éloigner à son tour. 

 

Ecrit par Blackrose.

 

Sans issue

Sur un fond noir :

 

"Philadelphie, Pennsylvanie"

 

Dans un appartement, la nuit, une jeune femme est au téléphone avec quelqu'un. Tout à coup, les lumières vacillent dans tout l'appartement.

Femme : J'ai vérifié les plombs. Tout va bien. C'est un faux contact. Ecoutez, vous m'aviez promis d'avoir terminé pour quand j'emménagerai. Non, vous allez passer maintenant ! S'il vous plaît. C'est gentil.

La jeune femme raccroche et remarque une substance noire gluante, de l'ectoplasme, sur la table. Elle met son doigt dedans.

Femme : C'est dégoûtant.

Puis, une nouvelle goutte d'ectoplasme tombe sur son chemisier. Elle regarde le plafond, mais il n'y a rien. A l'autre bout de la pièce, elle entend des craquements qui proviennent du mur. Elle s'approche du trou d'un interrupteur et voit une large coulée d'ectoplasme en sortir.

Femme : Qu'est-ce que c'est ?

Tandis qu'elle continue de regarder, elle aperçoit tout à coup l'œil d'un homme qui apparaît dans le trou. Elle se met à crier. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Devant chez Ellen, Sam et Dean sont à la voiture. Dean met ses affaires dans le coffre.

Dean : Los Angeles en Californie.
Sam
 : Qu'est-ce qu'il y a ?
Dean
 : Une fille a été capturée par une secte satanique.
Sam
 : Ah, oui ? Dean acquiesce. Comment elle s'appelle ?
Dean
 : Katie Holmes.

Sam se met à rire.

Sam : Ah, oui. C'est amusant. C'est un vieux souvenir, ça, pour toi.

Ils entendent une dispute qui vient de l'intérieur du restaurant d'Ellen.

Dean : Faut aller voir ça. Ça barde.

 

                                              **************

 

Chez Ellen, cette dernière et sa fille, Jo, sont en plein milieu d'une dispute.

Ellen : Je suis ta mère. Je n'ai pas à être raisonnable !
Jo
 : Et, je te dis que je m'en irai !
Ellen
 : Oh ! N'y compte pas trop, je t'avertis !
Jo
 : Et, qu'est-ce que tu vas faire ? M'enchaîner dans la cave ?
Ellen
 : C'est de loin la meilleure idée que tu aies eu ces temps-ci. Et, si tu veux t'en aller, t'as qu'à reprendre tes études !
Jo
 : J'étais pas tolérée à l'école ! J'étais la fille dingue avec la collection de couteaux !
Ellen
 : Et, tu crois que c'est une raison pour aller mourir dans des conditions sordides ? Elles remarquent que Sam et Dean sont là. Soyez gentils. Repassez plus tard.
Sam
 : Bien, madame.
Dean
 : Ça tombe bien. On boit rarement le matin.
Jo
 : Une minute. J'aimerais bien savoir ce qu'ils en pensent.
Ellen
 : Mais, je m'en fiche de ce qu'ils en pensent.

Une famille de quatre entre dans le restaurant. Ils portent tous un tee-shirt avec écrit 'Nebraska is for Lovers'.

Père : Vous êtes ouverts ?

Les deux femmes, Jo et Ellen, répondent en même temps.

Jo : Non !
Ellen
 : Oui !

La famille regarde autour d'elle, confuse.

Père : On a vu un restaurant plus haut sur la route.

La famille s'en va. Le téléphone sonne et Jo fait signe à Ellen d'aller répondre.

Ellen : Allô, j'écoute. Oui, bien sûr.

Tandis qu'Ellen continue à parler, Jo se retourne vers les deux frères.

Jo : Tendant à Dean un dossier. Il y a trois semaines à Philadelphie, une fille a disparu dans son appartement. Dean la regarde étrangement. Lis-le. Ça mord pas.
Dean
 : Le dossier, peut-être pas. Mais, ta mère...

Jo le regarde, ennuyée. Il finit par prendre le dossier et le feuillette.

Jo : C'était déjà arrivé avant ça. Au cours des 80 dernières années, des femmes ont disparu. Toutes dans le même immeuble et toutes de jeunes blondes. Ça n'arrive que tous les 10 ou 20 ans. Le lien a échappé à la police. Alors, ou on a affaire à un très vieux tueur en série ou...
Dean
 : Qui a monté ce dossier ? Ash ?
Jo
 : Je l'ai fait moi-même.
Sam 
: Faut l'avouer. Ça doit suffire à lancer une chasse.
Ellen
 : Raccrochant le téléphone. Bravo. Si cette affaire vous plaît, réglez-la.
Jo
 : Maman !
Ellen 
: Joanna Beth, cette famille a déjà eu assez à souffrir. Je veux te garder en vie. Et, je le ferai.

 

                                              **************

 

Dans l'appartement, Sam et Dean crochètent la serrure et entrent. Sam allume le détecteur EMF et ils commencent à fouiller l'appartement.

Sam : Ça me gêne un peu d'avoir exclu Jo de son enquête.
Dean
 : Elle sait peut-être bien ficeler une affaire. Mais, est-ce que tu la vois affronter une de ces créatures ? Moi, pas du tout. Dean allume son détecteur. T'as quelque chose ?
Sam
 : Non, pas encore. Il se retourne et remarque l'ectoplasme dans le trou de l'interrupteur. Dis donc, viens voir.
Dean
 : Quoi ?

Sam en prend sur son doigt.

Sam : Qu'est-ce que t'en penses ?

Dean touche l'ectoplasme à son tour.

Dean : C'est de l'ectoplasme. Au moins là, on sait à qui on a affaire. Et, à mon avis, il n'a rien d'un Père Noël.
Sam
 : Jusqu'à aujourd'hui, j'ai dû voir ça, quoi, deux fois. Pour pouvoir faire cette saleté, cet esprit est forcément déjà très puissant.
Dean
 : Allons trouver ce fumier avant qu'il ne s'attaque à d'autres jeunes filles.

 

                                              **************

 

Dans le couloir, Sam et Dean ont quitté l'appartement et s'en vont, quand ils entendent des voix. Jo tourne au coin, tandis qu'elle parle avec le directeur, Ed.

Jo : C'est vrai que c'est pratique.
Ed
 : Oui, c'est un bel immeuble. Très bel immeuble. Et, tous les appartements sont loués meublés.
Jo
 : Et, ils sont spacieux. Mon amie m'a dit qu'il fallait absolument que je vienne le visiter. Et, je dois bien avouer qu'elle avait raison.
Dean
 : Mais, qu'est-ce que tu fais ici ?
Jo
 : Oh ! Tu es déjà là, chéri. Elle s'approche de Dean et lui passe ses mains autour de sa taille. Voici mon petit-ami, Dean, et son copain, Sam.
Ed
 : Serrant la main de Dean. C'est un plaisir. Vous avez une sacrée copine.
Dean
 : Souriant. Ah, c'est vrai. Elle est mignonne, hein ?
Jo
 : T'as eu le temps de visiter l'appartement ? Dean ne répond pas. Celui qui est à louer ?
Dean
 : Oui, oui, oui, oui. J'aime bien les grandes pièces.
Ed
 : Comment vous êtes entrés ?
Dean
 : C'était ouvert.
Ed
 : Ouvert ?
Jo
 : Dites-moi, Ed. La dernière locataire est partie quand ?
Ed
 : Oh, il y a un petit mois environ. Elle a filé en douce. Sans payer le loyer.
Jo
 : Ah ! Oui, c'est dur. Mais, nous, on est contents. En tout cas, si Deano aime bien, c'est parfait pour moi.
Dean
 : Bien sûr, chérie.

Dean la frappe dans le dos.

Jo : Tendant à Ed une liasse de billets. Bon, ça vous ira.
Ed
 : Abasourdi. Oh... Ça colle.

 

                                              **************

 

Dans l'appartement, Sam et Dean chargent leurs armes pendant que Jo fait des recherches.

Jo : Je te propose le sofa.
Dean
 : Est-ce que ta mère sait que tu es ici ?
Jo
 : Je lui ai dit que j'allai à Vegas.
Dean
 : Tu crois qu'elle va gober ça ?
Jo
 : Je suis pas idiote. J'ai dit à Ash de laisser des traces de cartes de crédit dans les casinos.
Dean
 : T'as tord de mentir à ta mère. Tu devrais pas être ici.
Jo
 : Mais, je le suis. Alors, desserre tes baskets, il faut t'y faire.
Sam
 : D'où vient la grosse somme que t'as donné ?
Jo
 : Je travaille dur, vous savez.
Dean
 : Les chasseurs ne sont pas généreux.
Jo
 : Oui, mais au poker, ils sont nuls.

Dean répond à son portable qui sonne.

Dean : Oui ?
Ellen
 : Elle est avec vous ?
Dean
 : Oh ! Salut, Ellen.
Ellen
 : Elle a écrit qu'elle partait à Las Vegas. J'y crois pas une seconde.

Jo s'approche de Dean et commence à le menacer du doigt. Dean fait en sorte qu'Ellen ne puisse pas entendre.

Jo : Ne lui dit rien.
Dean
 : Pourquoi ça ?
Jo
 : Sinon, ça va chauffer.
Dean
 : Tu sais que j'aime pas mentir.
Jo
 : Tais-toi, tais-toi !
Dean
 : A Ellen. Je l'ai pas vue.
Ellen
 : Vous me le diriez, sinon ?
Dean
 : Oh, oui, oui. Bien sûr.
Jo
 : Bon. Si vous la voyez, s'il vous plaît, renvoyez-la immédiatement ici.
Dean
 : Oui. Très bien.
Ellen
 : Merci, c'est gentil.

Ils raccrochent. Jo lance à Dean un grand sourire.

 

                                              **************

 

Plus tard, tous trois font toujours des recherches. Jo joue avec une petit couteau qu'elle tient en main tandis qu'elle parle.

Jo : Cet endroit a été construit en 1924. C'était d'abord un entrepôt qui a été transformé en maison à louer par la suite.
Dean
 : Faisant les cent pas. Qu'est-ce qu'il y avait ici avant 1924 ?
Jo
 : Mais, rien. Un terrain vague.
Sam
 : On peut déjà imaginer le scénario. Une personne est morte dans ces murs et elle est revenue pour se venger.
Jo
 : J'ai déjà vérifié ça. Et, depuis 80 ans, il n'y a eu aucune mort violente. Sauf un laveur de vitres qui est tombé par une fenêtre. A Dean. Tu peux t'asseoir s'il te plaît ?

Dean échange un regard avec Sam avant de s'asseoir.

Dean : Alors, t'as lu les rapports de police ? La liste de tous les décès du comté ?
Jo
 : Dans les hôpitaux, dans les morgues. Et, j'ai bien lu toutes les rubriques nécrologiques. Je sais ce que je fais.
Dean
 : Ça, c'est toi qui le dis et t'es la seule. Pose ce couteau, s'il te plaît.

Jo s'exécute, légèrement ennuyée.

Sam : D'accord, euh... Alors... Une autre hypothèse. On peut très bien imaginer qu'il existe un objet qui appartenait à un esprit.
Jo
 : Va falloir scanner tout l'immeuble. Partout où on pourra aller.
Dean
 : Ouais. Alors, on prend les étages supérieurs tous les deux.
Jo
 : Si on se sépare, ce sera beaucoup plus rapide.
Dean
 : Non, non. C'est pas négociable.

 

                                              **************

 

Dans les couloirs, Jo et Dean marchent avec leur détecteur EMF.

Jo : Et donc, t'as l'intention de m'inviter à dîner ?
Dean
 : De quoi tu parles ?
Jo
 : Etant donné que t'es toujours collé à moi, la moindre des choses, c'est que tu m'invites à dîner.
Dean
 : Oh, alors là, tu exagères. Je suis déjà malade d'avoir menti à ta mère. Je n'ai vraiment pas envie de te laisser seul. Je te signale que tu corresponds aux types de femmes qui ont disparu.
Jo
 : Sans blague.
Dean
 : Tu veux servir d'appât ?
Jo
 : Ce sera le meilleur moyen de le faire vite venir. Dean soupire. Quoi ?
Dean
 : T'es vraiment inconsciente.

 

Jo s'arrête de marcher.

Jo : Tu sais que j'en ai par dessus la tête de tes remarques.

Dean s'arrête également de marcher.

Dean : De quelles remarques ?
Jo
 : De tes remarques contre les femmes. Tu penses qu'elles peuvent pas faire ce travail.
Dean
 : Mais non, tu as tord de croire ça. Les femmes peuvent le faire, oui. Les amateurs, non. Tu n'as aucune expérience. Tu n'as que de vagues notions un peu romantique que des clients au bar t'ont enfoncée dans la tête.
Jo
 : Ça y est. Je crois entendre ma mère.
Dean
 : Et, c'est si moche que ça ? Laisse-moi t'apprendre...
Jo
 : Oui, quoi ?
Dean
 : Après réflexion. Non, rien.
Jo
 : Finis ce que t'allais dire.
Dean
 : Réfléchis une minute. Personne de sain d'esprit ne choisit cette vie-là. Je me suis retrouvé plongé dedans quand j'étais jeune. En fait, je n'y tenais pas.
Jo
 : Mais, aujourd'hui, ça te plaît.
Dean
 : Mais non. Mais, moi, je suis givré.
Jo
 : Tu ne crois pas que je le suis aussi ?
Dean
 : Tu as une mère qui tient beaucoup à toi. Et, qui voudrait une plus belle vie pour toi. Ça compte, ces choses là. Ne les rejette pas trop vite. Tu pourrais peut-être le regretter.

Dean se remet à marcher en allumant son détecteur EMF.

 

                                              **************

 

Plus tard, Jo et Dean sont toujours dans les couloirs. Dean est devant, Jo derrière. Ils atteignent un conduit d'air. Elle s'arrête de marcher juste à côté du conduit pour vérifier avec son détecteur. Une main sort du conduit. Elle se retourne et sursaute. Mais, la main n'est plus là.

Dean : Quoi ?
Jo
 : Je suis pas sûre.
Dean
 : Il y a une drôle d'odeur.

Tous deux se mettent à sentir l'air.

Jo : C'est du gaz, tu crois ?
Dean
 : Non. Non, non, pas du gaz. Je connais ça. Mais, j'arrive pas à mettre le doigt dessus. Jo s'accroupit au niveau du condit d'air et le détecteur commence à sonner. Mazel Tov ! Tu as trouvé ton premier esprit.
Jo
 : Oui. Il est là, dans le conduit d'aération.

Dean s'abaisse à son tour et tend à Jo sa lampe de poche.

Dean : Tiens.

Il sort un tournevis de sa veste et l'utilise pour ouvrir la grille. Il reprend la lampe et regarde à l'intérieur.

Dean : Je crois apercevoir quelque chose.

Il redonne sa lampe à Jo et met son bras dans le conduit. Il touche partout autour de lui pendant une minute avant de trouver quelque chose. Il sort alors une mèche de cheveux blonds, avec un bout de crâne attaché.

Dean : Dégoûté. Notre esprit aime bien les souvenirs.

 

                                              **************

 

La nuit, une femme blonde, Teresa Ellis, entre dans son appartement. Elle ferme sa porte et regarde son courrier. Elle prend une des enveloppes et l'ouvre. Elle commence à le lire.

Teresa : Roo... C'est n'importe quoi.

Tandis qu'elle continue à lire, de l'ectoplasme tombe sur le papier. Elle regarde au plafond, mais ne voit rien. Elle met en boule le papier et le jette. Les lumières commencent à vaciller. Une fissure se forme au niveau du plafond.

Teresa : C'est pas vrai. Qu'est-ce que c'est que ça ?

La fissure ne cesse de s'agrandir, faisant le plafond et les murs. Elle se dirige vers le téléphone, mais il ne capte pas.

Teresa : Il faut que je sorte d'ici.

Elle s'approche de la porte, mais ne peut l'ouvrir. Elle remarque que la fissure dans le mur atteint le conduit d'aération. Elle voit alors une main en sortir. Elle crie tandis que la main lui attrape la jambe et la fait tomber. Elle continue à crier. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Le lendemain matin à l'appartement, Dean dort dans un fauteuil, dans une position très inconfortable. Il se réveille, grognant, et voit Jo assise à la table de cuisine, toujours à jouer avec son couteau.

Jo : Bonjour, princesse.
Dean
 : Où est Sam ?
Jo
 : Sorti chercher du café.
Dean
 : Se levant. Oh, j'ai mal partout. Ton grand lit a un bon matelas, j'espère.
Jo
 : J'en sais rien. J'ai passé la nuit à tout relire.

Dean ne répond pas. Il prend son sac et en sort un large couteau.

Dean : Tendant le couteau à Jo. Tiens.

Jo le prend.

Jo : Pourquoi faire ?
Dean
 : C'est autre chose que ton petit couteau pour égorger les poulets que tu tripotes tout le temps.

Jo lui montre son petit couteau. Il le regarde et voit les initiales W.A.H. gravées sur le côté.

Jo : Tristement. William Anthony Harvelle. Il était à mon père.
Dean
 : Oh, pardon. Je parle trop.

Dean lui rend son couteau et Jo fait de même.

Jo : Qu'est-ce que tu... Qu'est-ce qui t'a marqué chez ton père ? Qu'est-ce qui te revient immédiatement en tête ? Dean secoue la tête. S'il te plaît. Dis-le moi.
Dean
 : Après une longue pause. J'avais si ou sept ans. S'asseyant. Et... Il m'a fait tirer au fusil. Sur des bouteilles, des canettes, ce genre de choses. J'ai pas raté une seule fois la cible. Il avait un grand sourire. On aurait dit... J'en sais rien.
Jo
 : Il était fier de toi.
Dean
 : Oui. Parle-moi du tien.
Jo
 : J'avais encore mes nattes quand papa a été tué. Je me souviens très bien d'un de ses retours à la maison. Après une chasse qu'il avait réussit. On aurait dit Steve McQueen en personne. Il a ouvert la porte en grand et il m'a serrée dans ses bras. Je respirais l'odeur de sa vieille veste en cuir. Et maman qui... Maman qui avait été inquiète dès la première minute de son départ s'est remise à sourire. On formait... Une famille. Après une pause. Tu veux savoir pourquoi je veux faire ce job ? C'est pour lui. C'est ma façon d'être proche de lui. Alors, dis-moi ce qu'il y a de mal à ça.
Dean
 : Rien. Ils restent assis en silence jusqu'à ce que Sam ouvre la porte. Où est le café ?
Sam
 : J'ai vu la police en bas. Une autre fille a disparu.

 

                                              **************

 

Plus tard dans l'appartement, Sam et Jo continuent leurs recherches. Dean entre.

Dean : Teresa Ellis. Appartement 2 F. Son petit copain a alerté la police aux aurores.
Jo
 : Et, son appartement ?
Dean
 : Il y a des craquelures partout. Au plafond, au sol, au mur et il y avait des traces d'ectoplasme.
Sam
 : Alors, avec ça et cette touffe de cheveux, on dirait que le tueur se balade dans les murs.
Dean
 : Ouais, mais qui est-ce ? Il y a eu aucun crime dans ce bâtiment.
Jo
 : Regardant une photo. Mais, peut-être qu'en fait, ça vient pas d'ici.
Dean
 : Comment ça ?
Jo
 : Sur cette photo. Regardez.

Elle leur montre la photo.

Sam : Quoi ? Le terrain vague ?
Jo
 : C'est là que l'entrepôt à été bâti. Regardez le bâtiment voisin. L'autre bâtiment sur la photo semble très délabré. Les fenêtres.
Sam
 : Il y a des barreaux.
Dean
 : On est à côté d'une prison.

 

                                              **************

 

Plus tard, Jo est au téléphone avec Ash.

Jo : Merci Ash. Et, si jamais tu dis un seul mot à maman... Oui, c'est ça. Je le ferais. Et, avec des pinces. Elle raccroche. C'est ça. La prison de Moyamensing. Bâtie en 1835. Rasée en 1963. Et, écoutez ça. Les condamnés à mort étaient pendus à un gilet dans le terrain vague.
Sam
 : Ouais. Alors, il nous faut une liste de toutes les personnes exécutées ici.
Jo
 : Ash est déjà dessus.

 

                                              **************

 

Quelques minutes plus tard, ils font défiler une longue liste de noms sur l'ordinateur.

Sam : 180 noms ? C'est énorme.
Dean
 : Il faut raccourcir la liste.
Sam
 : Ouais
Dean
 : Ouais. Autrement, on va passer un temps fou à l'examiner.

Tandis que Sam regarde la liste, il aperçoit le nom « Herman Webster Mudgett ».

Sam : Herman Webster Mudgett ?
Jo
 : Et, c'est qui ?
Sam
: C'était le vrai d'H. H. Holmes je crois bien.
Dean
 : Ça, c'est pas croyable.

 

                                              **************

 

Juste après, Dean regarde un article de journal sur l'ordinateur, qui relate la mort de H. H. Holmes.

Dean : Ah, oui. Ce journal dit bien qu'Holmes a été exécuté ici, à Moyamensing, le 7 mai 1886.
Sam
 : H. H. Holmes lui-même. T'imagines un peu les chances qu'il y a ?
Jo
 : Et, qui c'est, celui-là ?
Dean
 : Le terme 'multi meurtrier' a été créé à cette date-là pour Holmes. C'était le premier tueur en série connu, bien avant qu'on parle de ces gens-là.
Sam
 : Oui. Il a avoué 27 meurtres. Mais, on pense qu'il doit y en avoir une centaine.
Dean
 : Et, les victimes étaient toutes pareilles. De jolies petites blondes. Jo sourit à moitié. Il utilisait du chloroforme pour les tuer. Oh, mais bien sûr. C'est ce que j'ai senti hier soir. La police a trouvé chez lui des restes humains. Des fragments d'os, des mèches de cheveux blondes. Eh bah, dis donc. C'est pas gagné d'avance.
Jo
 : Il suffit de trouver les ossements, de les couvrir de sel et de les brûler.
Sam
 : Ce sera pas si facile que ça. Il est peut-être bien enterré en ville, mais il y a quelques tonnes de ciment autour du corps.
Jo
 : Quoi ? Pourquoi ?
Dean
 : On prétend qu'il a fait en sorte qu'on ne puisse pas mutiler son cadavre, parce que, lui, c'est ce qu'il faisait.
Sam
 : Eh ! J'y pense. On pourrait avoir un plus gros problème que ça.
Jo
 : Il en existe encore un plus gros ?
Sam
 : Holmes a bâti un immeuble à Chicago. On l'a appelé le 'Château des Meurtres'. Tout avait été créé pour tuer. Il y avait des passages secrets, des trappes, des cuves d'acide, des puits, et même de petites cellules dans les murs. Oui, toutes petites. Il y enfermait ses victimes pendant des jours entiers. Elles mourraient de faim. Ou bien, le manque d'oxygène les tuait.
Jo
 : Ce qui veut dire que Teresa est peut-être en vie. Quelque part à l'intérieur de ses murs.
Dean
 : Il nous faut des masses pour fracasser tous les recoins qui sont assez larges pour cacher quelqu'un.

 

                                              **************

 

A l'appartement, Dean et Jo sont à l'intérieur des murs, fouillant à l'aide de lampes de poche. Jo est au téléphone avec Sam.

Jo : D'accord. Appelle-nous après avoir examiné le mur sud-est. Elle raccroche. Sam a presque déjà fini avec le premier étage. Et, il a rien trouvé jusqu'ici. Ils tournent au coin et Dean s'arrête. Qu'est-ce qu'il y a ?
Dean
 : On s'arrête là. Je suis trop gros.
Jo
 : Laisse-moi voir.
Dean
 : Où tu vas ?

Elle commence à se faufiler devant lui, le poussant contre le mur pour passer.

Dean : Te frotte pas comme ça.
Jo
 : Quoi ?
Dean
 : Ah, non, arrête. C'est gênant.
Jo
 : Oh ! La ferme ! Moi, je passe.
Dean
 : Oui. Quoi ? Tu comptes pas aller là-bas toute seule ?
Jo
 : T'as une meilleure idée ?

Elle passe devant lui et continue à chercher.

Dean : Au téléphone avec Jo. Où tu es ?
Jo
 : Près du mur nord. Elle continue à fouiller et trouve un passage qui descend. Elle commence à descendre. J'approche de quelque chose ressemblant à un conduit d'aération.
Dean
 : Non, non, n'y vas pas.
Jo
 : Tu veux retrouver cette fille ou pas ? J'ai pas le choix.
Dean
 : Bon, attend-moi. J'arrive.

Dean quitte les murs et commence à marcher dans le bâtiment. Tandis qu'elle cherche, Jo atteint un endroit extrêmement étroit par lequel elle ne peut pas passer. Elle illumine les murs avec sa lampe de poche et aperçoit de l'ectoplasme qui en sort.

Jo : Oh, non.
Dean
 : S'arrêtant de marcher. Qu'est-ce qu'il y a ? Pas de réponse. Jo ? Jo ? Dean l'entend crier et se précipite pour la trouver. Il s'arrête dans un autre couloir. Jo ?

Il commence à défoncer le mur et regarde à l'intérieur. Il aperçoit son portable sur le sol.

Dean : Jo ? Jo ?!

Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Dans les couloirs, Dean court quand il rentre dans Sam.

Dean : Il tient Jo.
Sam
 : Quoi ? Mais, comment ça s'est passé ?
Dean
 : J'étais pas avec elle. Je l'avais laissé seule. Alors, je sais pas.
Sam
 : D'accord. Attend, on va la retrouver.
Dean
 : Où ça ?
Sam
 : Dans les murs.
Dean
 : On a passé la nuit à tout fouiller. On a trouvé aucune autre fille. Elle n'est pas ici.

 

                                              **************

 

Sam et Dean entrent dans leur appartement.

Sam : Bon, écoute. On va se reposer et reprendre tout le dossier depuis le début.
Dean
 : On ferait bien de réfléchir en vitesse. Son téléphone sonne et il répond. Oui ?
Ellen
: Vous m'avez mentie. Elle est là-bas.
Dean
 : Ellen.
Ellen
 : Non, Ash m'a tout racontée. Il est peut-être génial, mais il s'effondre quand on le bouscule. Alors maintenant, passez-moi ma fille et en vitesse.
Dean
 : Elle va vous rappeler. Elle règle des problèmes de filles.
Ellen
 : Oui, bon. Où est-elle ? Pas de réponse. Où est-elle ?!
Dean
 : On va la libérer.
Ellen
 : La libérer ? Mais, la libérer de quoi ?
Dean
 : L'esprit qu'on chasse l'a capturée.
Ellen
 : Oh, mon Dieu.
Dean
 : Tout va bien finir, je vous le promets.
Ellen
 : Vous le promettez ? Ça, c'est une vieille habitude qu'ont les Winchester.
Dean
 : Quoi ?
Ellen
 : Si jamais il lui arrivait la moindre chose...
Dean
 : Non. Il ne lui arrivera rien. Ellen, je suis désolé.
Ellen
 : Je prends le premier avion. J'espère être bientôt là.

Ils raccrochent.

Dean : Quelle merde !
Sam
 : Tu pouvais rien faire pour elle. T'as pas à t'en vouloir.
Dean
 : Dis-moi que tu as une piste.
Sam
 : Peut-être bien. Ouais, regarde. On a examiné les plans du 'Château des Meurtres'. Les salles de torture se trouvent dans les murs.
Dean
 : Oui.
Sam
 : Mais, il y en a une qu'on a raté. Celle qui est placée au sous-sol.
Dean
 : Il y a pas de sous-sol à ce bâtiment.
Sam
 : Ça oui. Tu as raison. Mais, j'ai trouvé qu'il y avait, juste sous les fondations, ce qui ressemble à une ancienne partie d'un réseau d'égout...
Dean
 : On y va.

Ils attrapent leurs affaires et s'en vont.

 

                                              **************

 

Dans le réseau d'égout, Jo se réveille dans quelque chose ressemblant à un cercueil. Elle atteint sa lampe de poche et l'allume. Elle regarde autour d'elle. Elle est allongée dans une cabine étroite en métal. Elle est seulement capable de bouger légèrement ses bras et ses jambes. Elle remarque des griffes au-dessus d'elle, signe que d'autres filles ont cherché à sortir sans y parvenir. Cela la fait paniquer et elle se met à pleurer. Elle remarque une petite ouverture et regarde à travers. Elle entend alors un bruit.

Jo : Eh !

Dans une autre cabine, Teresa Ellis regarde à travers une même petite ouverture.

Teresa : Est-ce qu'il y a quelqu'un ?
Jo
 : Vous vous appelez Teresa ?
Teresa
 : Acquiesçant. Oui.
Jo
 : Ça va sûrement vous sembler bizarre. Mais, j'espérais bien vous délivrer.
Teresa
 : Oh, Seigneur. Il est là autour de nous. Il va nous tuer !
Jo
 : Il tuera personne ! On s'en sortira. Mes amis nous cherchent. Ils nous trouveront.

Elles entendent des pas approcher.

Teresa : Oh, non ! Il est là !
Jo
 : Chut ! Taisez-vous ! Calmez-vous.

Toutes deux restent silencieuses, attendant. Tout à coup, H. H. Holmes passe sa main dans la cabine de Jo. Elle se met à crier tandis qu'il arrache une mèche de ses cheveux. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

Le jour dans la rue, Sam et Dean marchent avec un détecteur de métal et une pelle. Ils entrent dans un champ. Ils continuent à écouter leur détecteur quand il se met à bipper rapidement.

Sam : Ici.

Dean prend sa pelle et commence à creuser.

 

                                              **************

 

Quelques minutes plus tard, ils ont creusé un trou assez profond pour pouvoir trouver une trappe.

Sam : T'es prêt ?
Dean
 : Oui.
Sam
 : Allez.

Ils ouvrent la porte et voit une échelle, menant au réseau d'égout. Ils prennent leurs armes et descendent.

 

                                              **************

 

Dans le réseau d'égouts, Jo essaie d'ouvrir la porte de la cabine avec sa jambe, mais ça ne marche pas. Après un moment, H. H. Holmes apparaît à l'ouverture.

H. H. Holmes : Tu es très belle. Tu es magnifique.
Jo
 : Dégage !

H. H. Holmes passe sa main dans l'ouverture à nouveau et commence à toucher Jo. Il caresse son cou puis son bras. Tout à coup, Jo retire son bras et plante son couteau dans sa main. Il disparaît alors.

Jo : Alors, qu'est-ce que tu dis de ça ? C'est une lame en acier, espèce de charogne puante !

 

                                              **************

 

Dans une autre partie des égouts, Sam et Dean rampent dans des tuyaux très étroits.

 

                                              **************

 

Dans le réseau d'égout, H. H. Holmes semble avoir disparu.

Teresa : Il... Il est parti ?
Jo
 : J'en sais rien. J'ai...

Tout à coup, H. H. Holmes réapparaît et attrape le bras de Jo. Il lutte pour faire tomber le couteau de sa main. Puis, il couvre sa bouche et son nez, essayant d'étouffer ses cris.

Dean : Eh !

H. H. Holmes se retourne et les frères lui tirent dessus de derrière une petite embrasure de porte. Il disparaît. Sam et Dean ouvrent la grille et s'approche les cabines en métal.

Dean : Jo ?
Jo
 : Oui, par ici !

Dean attrape une barre et ouvre la cabine de Jo. Sam s'approche de celle de Teresa.

Sam : On va vous sortir de là, tout de suite.

Teresa acquiesce.

Dean : Sam ! Il tend à Sam la barre, qu'il utilise pour ouvrir la cabine de Teresa. Une seconde. J'arrive. Il finit d'ouvrir la cabine de Jo et elle sort. Ça va ?
Jo
 : Oui. Mieux, maintenant. Ok, fichons le camp d'ici avant que ce monstre revienne.
Dean
 : Un instant. Tu devras encore patienter avant de sortir.
Jo
 : Quoi ?
Dean
 : Tu te souviens, j'ai dit que servir d'appât était un mauvais plan. Hélas, j'en vois pas d'autre.

Dean se tourne vers Sam, qui tient Teresa dans ses bras.

 

                                              **************

 

Plus tard, Jo est assise au milieu de la pièce, attendant. H. H. Holmes apparaît tout à coup derrière elle. Il commence à s'approcher lentement d'elle.

Dean : Plonge !

Jo plonge à terre et Sam et Dean tirent. Ils atteignent deux sacs de sel, qui sont perchés en l'air et qui tombent à terre. Un cercle de sel entoure maintenant la pièce. Jo sort du cercle et rejoint Sam et Dean derrière la grille. Réalisant qu'il est piégé, H. H. Holmes se met à crier.

H. H. Holmes : Non ! Non, non ! Non ! Non ! Oh, non ! Non ! Non !
Jo
 : Oui, tu peux crier tant que tu voudras, mais tu resteras toujours enfermé dans le cercle de sel !

H. H. Holmes continue à crier tandis que les trois jeunes s'en vont.

 

                                              **************

 

Dans le champ, Sam et Jo se tiennent à côté de la porte menant aux égouts.

Sam : Alors ? Ce travail, ça t'a plu autant que tu l'espérais ?
Jo
 : Et bien, à part les moments de pure terreur, oui, c'est génial. Ils rient. Et puis, cette Teresa est encore vivante grâce à nous. Ça vaut le coup, non ?
Sam
 : Oui. Oui, c'est vrai.
Jo
 : Et, qu'est-ce qui se passera si quelqu'un découvre l'égoût, ou si un orage enlève tout le sel ?
Sam
 : Ah, oui. On y a pensé. C'est pour ça qu'il faut attendre.
Jo
 : Et quoi ?

Ils entendent bipper et se retournent. Ils aperçoivent alors Dean faisant marche arrière avec une bétonneuse.

Sam : Mais ça.

Tous deux sourient. Sam fait signe à Dean d'arrêter le camion. Dean sort et baisse le toboggan de manière à ce que ça descende dans les égouts.

Jo : T'as carrément volé une bétonneuse ?

Dean hausse les épaules.

Dean : Souriant. Juste emprunter.

Jo sourit. Il baisse le levier et tous trois regardent le ciment descendre le toboggan.

Dean : Avec tout ce ciment, il risque d'attendre longtemps avant de prendre l'air.

Ils partagent un sourire. Puis, l'écran devient noir.

 

                                              **************

 

En voiture, Sam et Jo sont sur le siège arrière. Dean conduit avec Ellen à côté. L'atmosphère est très tendue.

Dean : Après une longue pause. Bravo. Quand vous disiez le premier avion, c'était vrai. Ellen continue à fixer droit devant et ne répond pas. On va se mettre un peu de musique. Il allume la radio, mais Ellen l'éteint immédiatement. Sam et Jo échangent un regard. Ça va semblait très long.

 

                                              **************

 

Au restaurant d'Ellen, tous les quatre entrent.

Dean : Ellen... Tout ça, c'est ma faute. Je sais. Je n'aurais pas dû vous mentir. Mais, Jo a été super. Son père aurait été fier d'elle.
Ellen
 : Ah, non. Je vous défends de dire ça. Pas vous. Je veux parler à ma fille... seule.

Les frères Winchester sortent.

Jo : T'es très en colère et je comprends ça.
Ellen
 : Non, au contraire. Tu comprends rien du tout, hélas !
Jo
 : On a le temps de parler de ça ! On a réussi notre chasse et tout le monde est en vie.
Ellen
 : Non, attends. J'en ai pas terminé avec toi.
Jo
 : Tu es furieuse pour la chasse ou pour autre chose ?
Ellen
 : Tu les as laissés t'utiliser comme appât !
Jo
 : Oui, c'est vrai. Et, ils étaient prêts à me protéger à chaque instant !
Ellen
 : Ça, c'est la preuve que tu n'es pas faite pour ce travail, puisque tu confies ta vie à eux.
Jo
 : Mais, de quoi est-ce que tu parles ?
Ellen
 : Tel père, telle fille. Et, c'est justement de ça que je parle.

Ellen commence à pleurer.

Jo : John ? Je croyais que vous étiez amis ?
Ellen
 : C'est vrai. Excuse-moi. Je voulais pas dire ça.
Jo
 : Maman. Qu'est-ce que je ne sais pas ?

 

                                              **************

 

Devant le restaurant d'Ellen, Sam et Dean sont appuyés sur la voiture, à attendre, quand Jo sort. Elle les voit et s'éloigne rapidement d'eux. Dean la suit.

Dean : A ce point-là ?
Jo
 : J'ai rien à dire.
Dean
 : Allez, explique. Il attrape son épaule. Eh, raconte-moi.
Jo
 : Le repoussant. Fiche-moi la paix !
Dean
 : D'accord, salut.

Dean commence à s'éloigner.

Jo : Dean... J'ai su que mon père avait un partenaire à sa dernière chasse. Bizarrement, mon père travaillait toujours tout seul et l'autre chasseur aussi. Mais, cette fois, mon père a fait confiance à cet homme. Pas de chance. L'autre a tout raté et papa a été tué.
Dean
 : Qu'est-ce que j'ai à voir là-dedans ?
Jo
 : C'était votre père, Dean.
Dean
 : Quoi ?
Jo
 : Pourquoi est-ce que John n'est plus repassé ? Pourquoi il n'a jamais parlé de nous ? Parce qu'il n'osait plus regarder ma mère en face après ça. Voilà pourquoi.
Dean
 : Jo...
Jo
 : Non. Allez-vous-en. Partez. Ça vaudra mieux.

Jo se retourne et s'en va, laissant Dean abasourdi et sous le choc.

 

                                                 ****FIN****

 

Ecrit par brucas59.


[FADE IN: PHILADELPHIA, PENNSYLVANIA. INT. APARTMENT BUILDING. NIGHT. A young woman is on the phone with someone while the lights flicker in her apartment.]


WOMAN: I checked the fuses. They’re fine. It’s the wiring! Look, you promised this place would be ready when I moved in. […] No! You come up now! Please. […] Thank you. [She hangs up and notices a gooey black substance, ectoplasm, splattered on the table.] Gross.

[More ectoplasm drips onto her shirt. She looks up at the ceiling but sees nothing. At the other side of the room, she hears banging coming from the wall. She walks over to a light switch outlet and sees a large amount of ectoplasm seeping out of it.]

WOMAN: What the hell?

[As she continues watching, she sees the eye of a man appear in the outlet. She screams and the screen goes black.]


TITLE CARD


[FADE IN: EXT. HARVELLE’S ROADHOUSE. DEAN and SAM are talking at the Impala.]

DEAN: Los Angeles, California.

SAM: What’s in L.A.?

DEAN: A young girl has been kidnapped by an evil cult.

SAM: Yeah? [DEAN nods.] Girl got a name?

DEAN: Katie Holmes. [SAM laughs.]

SAM: That’s funny. And for you, so bitchy. [They hear arguing coming from inside the Roadhouse.]

DEAN: Of course, on the other hand –- catfight.

[Inside the Roadhouse, ELLEN and JO are in the middle of a fight.]

ELLEN: I am your mother, I don’t have to be reasonable!

JO: You can’t keep me here!

ELLEN: Don’t you bet on that, sweetie!

JO: What are you gonna do? Are you gonna chain me up in the basement?

ELLEN: You know what? You’ve had worse ideas than that recently! Hey, if you don’t wanna stay, don’t stay. Go back to school!

JO: I didn’t belong there! I was a freak with a knife collection!

ELLEN: Yeah, but getting yourself killed in some dusty backroad, that’s where you belong? [They notice SAM and DEAN enter.] Guys, bad time.

SAM: Yes, ma’am.

DEAN: Yeah, we rarely drink before ten, anyway.

JO: Wait. I wanna know what they think about this.

ELLEN: I don’t care what they think. [A family of four enters the Roadhouse, all wearing shirts that say, “Nebraska is for Lovers”.]

FATHER: Are you guys open? [ELLEN and JO answer at the same time.]

JO: No!

ELLEN: Yes! [The family looks around, confused.]

FATHER: We’ll just check out the Arby’s down the road. [They leave. The phone rings, and JO gestures for ELLEN to answer it.]

ELLEN: Harvelle’s. […] Yeah. [While she is talking, JO approaches the boys.]

JO: [handing Dean a file] Three weeks ago, a young girl disappears from a Philadelphia apartment. [DEAN looks at her strangely.] Take it, it won’t bite.

DEAN: No, but your mom might. [JO looks at him, annoyed. He reluctantly takes the file and looks through it.]

JO: And this girl wasn’t the first. Over the past eighty years, six women have vanished –- all from the same building, all young blondes. Only happens every decade or two, so cops never eyeball the pattern. So, we’re either dealing with one very old serial killer, or—

DEAN: Who put this together? Ash?

JO: I did it myself.

DEAN: Hm…

SAM: I’ve got to admit, we’ve hit the road for a lot less.

ELLEN: [hanging up the phone] Good. If you like the case so much, you take it.

JO: Mom!

ELLEN: Joanna Beth, this family has lost enough. I won’t lose you, too. I just won’t.


[CUT TO: INT. APARTMENT. SAM and DEAN pick the lock and enter. They start looking around with EMF meters.]

SAM: I feel kind of bad, snaking Jo’s case.

DEAN: Yeah, maybe she put together a good file. But could you see her out here, working one of these things? I don’t think so. [pause] Getting anything?

SAM: No, not yet. [He turns and sees dried ectoplasm on the light switch outlet.] What’s that?

DEAN: What? [SAM wipes some of it off with his finger.]

SAM: Holy crap. [DEAN touches it also.]

DEAN: That’s ectoplasm. Well, Sam, I think I know what we’re dealing with here. [beat] It’s the Stay-Puft Marshmallow Man. [SAM rolls his eyes.]

SAM: Dean, I’ve only seen this stuff, like, twice. I mean, to make this stuff, you have to be one majorly pissed off spirit.

DEAN: All right, let’s find this badass before he snags anymore girls.
 

[CUT TO: HALLWAY. DEAN and SAM are leaving when they hear voices. JO turns the corner, talking to the superintendent, ED.]

ED: All the apartments have been furnished, too.

JO: It’s so spacious. You know, my friend told me that I absolutely had to come and check it out, and I have to admit that she was right. You did a really good job with this place.

DEAN: What the hell are you doing here?

JO: There you are, honey. [She walks over to him and puts her arm around his waist.] This is my boyfriend, Dean, and his buddy, Sam.

ED: [shaking their hands] Good to meet you. Quite a gal you’ve got here.

DEAN: Oh, yeah, she’s a pistol. [He chuckles.]

JO: So, did you already check out the apartment? [He doesn’t answer.] The one for rent?

DEAN: Y-yeah, yes. Loved it. Great flow.

ED: How’d you get in?

DEAN: It was open.

JO: Now, Ed, when did the last tenant move out?

ED: Oh, about a month ago. Cut and run, too. Stiffed me for the rent.

JO: [laughing] Well, her loss, our gain. ‘Cause if Dean-o loves it, that’s good enough for me.

DEAN: Oh, sweetie. [He hits her on the back.]

JO: [handing Ed a wad of cash] We’ll take it.

ED: [stunned] Okay.


[CUT TO: INT. APARTMENT. DEAN and SAM are loading guns while JO looks at research.]

JO: I’ll flip you for the sofa.

DEAN: Does your mother even know you’re here?

JO: I told her I was going to Vegas.

DEAN: You think she’s gonna buy that?

JO: I’m not an idiot. I got Ash to lay a credit card trail all the way to the casinos.

DEAN: [shaking his head] You know, you shouldn’t lie to your mom. You shouldn’t be here, either.

JO: Well, I am. So untwist your boxers and deal with it.

SAM: Where’d you get all that money from, anyways?

JO: Working at the Roadhouse.

DEAN: Hunters don’t tip that well.

JO: Well, they aren’t that good at poker, either. [DEAN answers his ringing cell phone.]

DEAN: Yeah?

ELLEN: [at the Roadhouse] Is she with you?

DEAN: Oh, hi, Ellen.

ELLEN: She left a note she’s in Vegas. I don’t believe it for a second. [JO and DEAN quietly argue for a second, through clenched teeth.] Dean?

DEAN: I haven’t seen her.

ELLEN: You sure about that?

DEAN: Yeah, I’m sure.

ELLEN Well, please, if she shows up, you’ll drag her butt right back here, won’t you?

DEAN: Absolutely.

ELLEN: Okay. Thanks, hon. [They hang up. JO gives DEAN a big smile.]

[Later, the three of them are still looking at research. JO is twirling a small knife in her hands as she talks.]

JO: This place was built in 1924. It was originally a warehouse, converted into apartments a few months ago.

DEAN: [pacing] Yeah? What was here before 1924?

JO: Nothing. Empty field.

SAM: So, most likely scenario –- someone died bloody in the building, and now he’s back and raising hell.

JO: I already checked. In the past eighty-two years, zero violent deaths, unless you count a janitor who slipped on a wet floor. [to Dean] Would you sit down, please? [DEAN exchanges a glance with SAM before sitting.]

DEAN: So, have you checked the police reports? County death records?

JO: Obituaries, mortuary reports, and seven other sources. I know what I’m doing.

DEAN: I think the jury’s still out on that one. [pause] Could you put the knife down? [She does, slightly annoyed.]

SAM: Okay. So, it’s something else, then. Maybe some kind of cursed object that brought the spirit with it.

JO: We’ve gotta scan the whole building. Whatever we can get to, right?

DEAN: Right. So, you and me –- we’ll take the top two floors.

JO: We’d move faster if we split up.

DEAN: Oh, this isn’t negotiable.


[CUT TO: HALLWAY. DEAN and JO are walking with EMF meters.]

JO: So, are you gonna buy me dinner?

DEAN: What are you talking about?

JO: It’s just, if you’re gonna ride me this close, it’s only decent if you buy me dinner.

DEAN: Oh, that’s hilarious. You know, it’s bad enough I lied to your mom, but if you think I’m letting you out of my sight –- I don’t know if you noticed, but you’re kind of the spirit’s type.

JO: Exactly.

DEAN: You wanna be bait?

JO: Quickest way to draw it out, and you know it. [DEAN scoffs.] What?

DEAN: I’m so regretting this. [She stops walking.]

JO: You know, I’ve had it up to here with your crap. [He stops also.]

DEAN: Excuse me?

JO: Your chauvinist crap. You think women can’t do the job.

DEAN: Sweetheart, this ain’t gender studies. Women can do the job fine. Amateurs can’t. You’ve got no experience. What you do have is a bunch of half-baked romantic notions that some barfly has put in your head.

JO: And now, you sound like my mother.

DEAN: Oh, and that’s a bad thing? ‘Cause let me tell you—

JO: What?

DEAN: [after a pause] Forget it.

JO: No, you started this.

DEAN: Jo, you’ve got options. No one in their right mind chooses this life. My dad started me on this when I was so young, I wish I could do something else.

JO: You love the job.

DEAN: Yeah, but I’m a little twisted.

JO: You don’t think I’m a little twisted, too?

DEAN: Jo, you’ve got a mother that worries about you, who wants something more for you. Those are good things. You don’t throw things like that away. They might be hard to find later.
 

[He continues walking down the hall, ahead of JO. She stays behind and reaches an air vent. While she stands next to it, a hand begins to come out of the vent. She gasps and turns around, but the hand is gone.]


DEAN: What?

JO: I’m not sure.

DEAN: [sniffing the air] You smell that?

JO: What is that? A gas leak?

DEAN: No. It’s something else. [He keeps sniffing.] I know it. I just can’t put my finger on it. [JO bends down next to the vent, and her EMF detector starts beeping.] Mazel Tov! You just found your first spirit.

JO: It’s inside the vent. [He crouches down also and hands JO his flashlight. He uses a screwdriver to take off the vent panel. He takes the flashlight and looks inside.]

DEAN: There’s something in there. Here.

[He hands the flashlight back to JO and reaches his arm inside the vent. He feels around for a minute before pulling something out. It is a clump of long blonde hair, with a section of scalp attached to it.]

DEAN: [disgusted] Somebody’s keeping souvenirs.


[CUT TO: INT. APARTMENT. A blonde woman, TERESA ELLIS, enters her apartment that night. She begins looking through her mail and pulls out a flyer. As she is reading, ectoplasm begins to drip onto the paper. She looks at the ceiling but sees nothing. She throws the paper away, and the lights begin to flicker. A crack also forms in the ceiling.]

TERESA: This building, I swear to God. [The crack begins to get longer, covering the ceiling and the walls. She goes over to the phone, but the signal is full of static.] I am so out of here.

[She goes over to the door, but she can’t get it open. She notices the crack in the wall reach the vent. She walks over to the vent and sees a hand begin to extend out of it. She screams as the hand grabs her leg and causes her to fall. She continues screaming as the screen goes black.]


[FADE IN: INT. APARTMENT. MORNING. DEAN is sleeping in an armchair, in a very uncomfortable position. He wakes up, groaning, and sees JO sitting at the kitchen table, still twirling her knife.]

JO: Morning, princess.

DEAN: Where’s Sam?

JO: Went to get coffee. [He gets up.]

DEAN: Ugh, my back. How’d you sleep on that big, soft bed?

JO: I didn’t. Just been going over everything. [DEAN doesn’t answer. He gets his duffel bag and takes out a much larger knife.]

DEAN: [handing it to her] Here. [She takes it.]

JO: What’s this for?

DEAN: It’ll work a hell of a lot better than that little pigstick you’ve been twirling around. [She hands him her small knife. He looks at it and sees the initials W.A.H. engraved on the side.]

JO: [sadly] William Anthony Harvelle.

DEAN: I’m sorry. My mistake. [He gives the knife back to her.]

JO: What do you…what do you remember about your dad? I mean, what’s the first thing that pops into your head? [He shakes his head.] Come on, tell me.

DEAN: [after a long pause] I was six or seven. And, uh…he took me shooting for the first time. Bottles on a fence –- that kind of thing. I bull’s-eyed every one of ‘em. And he gave me this smile, like…I don’t know.

JO: He must have been proud.

DEAN: What about your dad?

JO: I was still in pigtails when my dad died, but…I remember him coming home from a hunt. And he’d burst through that door like…like Steve McQueen or something. And he’d sweep me up in his arms, and I’d breathe in that old leather jacket of his. And my mom, who was sour and pissed from the minute he left –- she started smiling again. And we were…we were a family. [pause] You wanna know why I wanna do the job? For him. It’s my way of being close to him. Now, tell me, what’s wrong with that?

DEAN: Nothing. [They sit in silence until SAM opens the door.] Where’s the coffee?

SAM: There are cops outside. Another girl disappeared.


[Later, SAM and JO are continuing their research. DEAN enters.]

DEAN: Teresa Ellis –- apartment 2-F. Her boyfriend reported her missing around dawn.

JO: And her apartment?

DEAN: Cracks all over the plaster –- walls, ceiling. There’s ectoplasm, too.

SAM: Between that and that tuft of hair, I’d say this sucker’s coming from the walls.

DEAN: Yeah, but who is it? The building’s history is totally clean.

JO: [looking at a photo] Maybe we’re looking in the wrong place.

DEAN: What do you mean?

JO: Check this out. [She hands them the photo.]

SAM: An empty field?

JO: It’s where this building was built. Take a look at the one next door. [The other building in the picture looks very dilapidated.] The windows. [The windows on the building are barred.]

SAM: Bars.

DEAN: We’re next door to a prison?


[Later still, JO is on the phone with ASH.]

JO: Thanks, Ash. And if you breathe a word of this to my mom –- […] That’s right. I will. With pliers. [She hangs up.] Okay. Moyamensing Prison –- built in 1835, torn down in 1963. And get this –- they used to execute people by hanging them in the empty field next door.

SAM: Well, then we need a list of all the people executed there.

JO: Ash is already on it.

[A few minutes later, they are scrolling through a long list of names on the computer.]

SAM: 157 names?

DEAN: We’ve got to narrow that down.

SAM: Yeah.

DEAN: Or else we’re gonna be digging up a hell of a lot of stiffs. [As SAM looks at the list, he sees the name “Herman Webster Mudgett”.]

SAM: Herman Webster Mudgett?

JO: Yeah?

SAM: Wasn’t that H.H. Holmes’ real name?

DEAN: You’ve gotta be kidding me.

[Soon after, DEAN has looked up a newspaper article online, discussing the death of H.H. Holmes.]

DEAN: Yup. Holmes was executed at Moyamensing May 7, 1896.

SAM: H.H. Holmes himself. Come on, I mean, what are the odds?

JO: Who is this guy?

DEAN: The term “multi-murderer” –- they coined it to describe Holmes. He was America’s first serial killer before anybody knew what a serial killer was.

SAM: Yeah, he confessed to twenty-seven murders, but some put the death toll at over a hundred.

DEAN: And his victim flavor of choice? Pretty, petite blondes. [JO smiles half-heartedly.] He used chloroform to kill ‘em…which is what I smelled in the hallway last night. At his place, cops found human remains –- bone fragments and long locks of bloody, blonde hair. Boy, he sure knew how to pick ‘em.

JO: So, we’ll just find the bones, salt them, and burn them, right?

SAM: Well, it’s not that easy. His body is buried in town, but it’s encased in a couple tons of concrete.

JO: What? Why?

DEAN: Story goes that he didn’t want anybody mutilating his corpse, ‘cause, you know, that’s what he used to do.

SAM: You know something? [scoffs] We might have an even bigger problem than that.

JO: How does this get bigger?

SAM: Holmes built an apartment building in Chicago. They called it The Murder Castle. The whole place was a death factory. They had trapdoors, acid vats, quicklime pits. He built these secret chambers…inside the walls. He’d lock his victims in, keep them alive for days. Some he’d suffocate, others he’d let starve to death.

JO: So, Teresa could still be alive. She could be inside these walls.

DEAN: We need sledgehammers, crowbars –- we’ve gotta smash these walls anywhere thick enough to hide a girl.


[CUT TO: APARTMENT WALL. DEAN and JO are inside the wall, searching with flashlights. JO is on the phone with SAM.]

JO: Okay. Call us after you check the southeast wall. [She hangs up.] Sam’s almost done with the first floor. He hasn’t found jack squat either. [They turn a corner and stop.] What is it?

DEAN: It’s too narrow. We can’t go any further.

JO: Let me see. [She begins to squeeze past him, pressing right up against him in such a tiny space.]

DEAN: Should’ve cleaned the pipes.

JO: What?

DEAN: I just…wish the pipes were clean.

JO: Shut up! I can fit in there.

DEAN: You’re going in there by yourself?

JO: You got a better idea? [She moves past him and keeps searching.]

DEAN: [on the phone with her] Where are you?

JO: By the north wall. [She keeps looking around and finds a passageway to go down.] I’m heading down some kind of air duct.

DEAN: No, no, no, stay up here.

JO: Dean, we’ve gotta find this girl, don’t we? I’m okay.

DEAN: All right, I’m heading to you. [He leaves the walls and begins walking through the building. While JO is searching, she reaches an extremely narrow space that she can’t get past. She shines her flashlight on the wall, and sees ectoplasm seeping out of it.]

JO: Oh, God.

DEAN: What is it? [She doesn’t answer.] Jo? Jo! [He hears her scream and he runs to find her. In another hallway, he smashes through the walls and looks inside. He sees her cell phone lying on the ground.] Jo?! Jo! [The screen goes black.]


[FADE IN: HALLWAY. DEAN is walking when he runs into SAM.]

SAM: Whoa!

DEAN: He’s got Jo.

SAM: What? How’d that happen?

DEAN: I wasn’t with her, I left her alone. Damn it!

SAM: Okay, look, we’ll find her, all right?

DEAN: Where?

SAM: Inside the walls.

DEAN: We’ve been inside the walls all night. If none of the other girls are there, she won’t be, either. [They enter their apartment.]

SAM: Look, try to take a beat and think about this. Maybe we got Holmes’ M.O. wrong.

DEAN: We better freakin’ think fast. [He answers his ringing cell phone.] Yeah?

ELLEN: [at the Roadhouse] You lied to me. She’s there.

DEAN: Ellen.

ELLEN: No, Ash told me everything. The man’s a genius, but he folds like a cheap suit. Now, you put my damn daughter on the phone.

DEAN: She’s gonna have to call you back. She’s taking care of feminine business.

ELLEN: Yeah, right. Where is she? [He doesn’t answer.] Where is she?!

DEAN: Look, we’ll get her back.

ELLEN: Get her back? Back from what?

DEAN: The spirit we’re hunting, it took her.

ELLEN: Oh, my God.

DEAN: She’ll be okay, I promise.

ELLEN: You promise? That is not the first time I’ve heard that from a Winchester.

DEAN: What?

ELLEN: If anything happens to her…

DEAN: It won’t. I won’t let it. Ellen, I’m sorry. I really am.

ELLEN: I’m taking the first flight out. I’ll be there in a few hours. [They hang up.]

DEAN: Damn it!

SAM: Don’t beat yourself up, Dean. There’s nothing you could have done.

DEAN: Tell me you’ve got something.

SAM: [looking at research] Maybe. Look. If you look at the layout of the Holmes Murder Castle, there’s other torture chambers inside the walls, right?

DEAN: Right.

SAM: But there’s one we haven’t considered yet –- the one in his basement.

DEAN: This building doesn’t have a basement.

SAM: You’re right. It doesn’t. But I just noticed this –- beneath the foundation, it looks like part of an old sewer system. It hasn’t been used for—

DEAN: Let’s go. [They grab their things and leave.]


[CUT TO: SEWER SYSTEM. JO wakes up in something resembling a coffin. She reaches for her flashlight and looks around. She is lying in a narrow metal cubicle, only able to move her arms and legs a small bit. There is a tiny opening in the metal case for her to look through. She hears a noise.]

JO: Hello? [In another metal cubicle, TERESA ELLIS looks through her own small opening, crying.]

TERESA: Is anybody there?

JO: Your name’s Teresa?

TERESA: [nodding] Yeah.

JO: This won’t make you feel better, but…I’m here to rescue you.

TERESA: Oh, God. He’s out there, he’s gonna kill us!

JO: No, he won’t! We’re getting out. My friends are looking for us, they’ll find us. [They hear footsteps approaching.]

TERESA: Oh, God, it’s him!

JO: Shh! Just be quiet! [They are both silent, waiting. Suddenly, H.H. HOLMES reaches his hand inside JO’S cubicle. She screams as he rips out a chunk of her hair. The screen goes black.]


[FADE IN: STREET. DAY. SAM and DEAN are walking with a metal detector and a shovel. They walk into a field and reach a patch of grass where the detector starts beeping rapidly.]

SAM: Here. [DEAN takes his shovel and begins digging.]

[A few minutes later, they have dug a hole deep enough to uncover a trapdoor. They open the door to see a ladder, leading down into the sewer system. They grab their guns and head down the steps.]


[CUT TO: SEWER SYSTEM. JO is trying to open the door of the cubicle with her leg, but it doesn’t work. After a moment, H.H. HOLMES appears at the opening to the metal case.]

H.H. HOLMES: You’re so pretty…so beautiful.

JO: Go to hell. [H.H. HOLMES sticks his hand inside the cubicle again and begins touching JO. He runs his hand down her neck and arm. Suddenly, she jerks her arm away and stabs him with a knife. He vanishes.] How do you like that? Pure iron, you creepy-ass son of a bitch!

[At another part of the sewer system, SAM and DEAN are crawling through the extremely narrow pipes.]


[CUT TO: SEWER SYSTEM. H.H. HOLMES appears to have vanished.]

TERESA: [after a long silence] Is he gone?

JO: I don’t know. I—

[Suddenly, H.H. HOLMES appears again and reaches his arms into JO’S cubicle. He wrestles the knife out of her hands and then covers her mouth and nose, trying to stifle her screams.]

DEAN: Hey! [H.H. HOLMES turns and the brothers shoot him from behind a small doorway. He vanishes. SAM and DEAN open the gate and approach the metal cases.] Jo?

JO: I’m here! [DEAN uses a tool to get her cubicle open. SAM walks over to TERESA’S case.]

SAM: We’re gonna get you out of here, all right? [She nods.]

DEAN: Sam! [He hands SAM the tool, and SAM opens TERESA’S case.] Hang on. [He finishes opening JO’S cubicle, and she gets out.] You all right?

JO: Been better. Let’s get the hell out of here before he comes back.

DEAN: Actually, I don’t think you’re leaving here just yet.

JO: What?

DEAN: Remember when I said you being bait was a bad plan? Now it’s kind of the only one we’ve got. [He looks over at SAM, who is holding TERESA in his arms.]

[Later, JO is sitting in the middle of the room, waiting. H.H. HOLMES suddenly appears behind her. He slowly begins approaching her.]

DEAN: Now!

[JO moves out of the way, and SAM and DEAN shoot. They hit two bags of salt that were perched on a ledge, and they fall to the ground. A ring of salt that was surrounding the room is now completed. JO climbs out of the ring and joins SAM and DEAN behind the gateway. Realizing that he is now trapped, H.H. HOLMES begins screaming.]

JO: Scream all you want, you dick, but there’s no way you’re stepping over that salt! [H.H. HOLMES continues screaming as the three of them leave.]


[CUT TO: FIELD. DAY. SAM and JO are standing by the door leading down to the sewer.]

SAM: So, is this job as glamorous as you thought it would be?

JO: Well, except for all the pee-your-pants terror, yeah. [They laugh.] But that Teresa girl is gonna live a life ‘cause of us. It’s worth it, isn’t it?

SAM: Yeah. Yeah, it is.

JO: Hey, what if somebody finds that sewer down there, or a storm washes the salt away?

SAM: Both very fine points. Which is why we’re waiting here.

JO: For what? [They hear beeping, and they turn to see DEAN backing up a cement truck.]

SAM: For that. [They smile, and SAM signals DEAN to stop the truck. DEAN gets out, and he lowers the slide, angling it down into the sewer.]

JO: You ripped off a cement truck? [DEAN shrugs.]

DEAN: [smirking] I’ll give it back. [He pushes a lever and they watch the cement flow down the slide, into the ground.] Well, that’ll keep him down there till hell freezes over. [They all share a smile as the screen goes black.]


[FADE IN: INT. IMPALA. SAM and JO are in the backseat while ELLEN and DEAN ride in the front. It is clear that the car ride is very awkward.]

DEAN: [after a long pause] Boy, you –- you really weren’t kidding about flying out, were you? [ELLEN stares straight ahead and doesn’t answer.] How about we listen to some music? [He turns on Foreigner’s “Cold as Ice”, but ELLEN immediately shuts it off. SAM and JO exchange a look.] This is gonna be a long drive.


[CUT TO: INT. HARVELLE’S ROADHOUSE. The four of them enter.]

DEAN: Ellen? This is my fault. Okay? I lied to you, and I’m sorry. But Jo did good out there. I think her dad would be proud.

ELLEN: Don’t you dare say that. Not you. I need a moment with my daughter alone. [The boys leave.]

JO: You’re angry. I understand.

ELLEN: Angry? Angry doesn’t begin to touch it!

JO: Let’s just think about this. Everything’s okay. I’m alive.

ELLEN: Not after I’m through with you!

JO: Is this about me hunting or something else?

ELLEN: You let those boys use you as bait!

JO: They were right there, backing me up the whole time!

ELLEN: That is why you do not have the sense to do this job. You’re trusting your life to them.

JO: What are you talking about?

ELLEN: Like father, like sons, that is what I’m talking about. [She begins to cry.]

JO: John? [pause] I thought you and John were friends.

ELLEN: Yeah, we were. I’m sorry, I didn’t mean

JO: Mom…what aren’t you telling me?


[CUT TO: EXT. HARVELLE’S ROADHOUSE. SAM and DEAN are waiting by the car when JO comes outside. She walks quickly away from them. DEAN follows.]

DEAN: That bad, huh?

JO: Not right now.

DEAN: What happened? [grabbing her shoulder] Hey, talk to me.

JO: [shoving him away] Get off me!

DEAN: Sorry, see you around. [He begins walking away.]

JO: Dean…it turns out my dad had a partner on his last hunt. Funny, he usually worked alone. This guy did, too. But I guess my father figured he could trust him  a mistake. Guy screwed up, got my dad killed.

DEAN: What does this have to do—

JO: It was your father, Dean.

DEAN: What?

JO: Why do you think John never came back, never told you about us? ‘Cause he couldn’t look my mom in the eye after that. That’s why.

DEAN: Jo

JO: Just…just get out of here. Please, just leave. [She walks away as the screen fades to black.]

END

 

Ecrit par Luinel.

Kikavu ?

Au total, 124 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Luciole59 
02.05.2018 vers 17h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

arween  (07.04.2016 à 10:30)

Très bon épisode avec Alona Tal que je trouve hyper convainquante dans cette série. L'esprit est juste dégueu mais c'est cool de voir les relations avec l'histoire de l'Amérique.

Je me doutais que John avait un rapport avec la mort du mari d'Elen.

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

On recrute et on recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute ! | Plus d'infos

Activité récente

Le Roadhouse 28
Aujourd'hui à 11:39

Petit jeu (suite)
Hier à 13:45

Staff
05.01.2019

S01E03 L'esprit du lac
Aujourd'hui à 10:28

Partie Episodes
Aujourd'hui à 09:46

S14E06 Optimism
Aujourd'hui à 09:45

S14E09 The Spear
Aujourd'hui à 09:43

S14E07 Unhuman Nature
Aujourd'hui à 09:40

Mag Anglophone
Aujourd'hui à 08:49

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.10 : Nihilism (inédit)
Vendredi 18 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.04 : Mint Condition (inédit)
Jeudi 1 novembre à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Crowley et Rowena version Noël sortent grands gagnants de la dernière photo du mois. Encore...

Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
L'épisode 14.10 "Nihilism" ainsi que l'épisode 14.11 "Damaged Goods" à retrouver dans le guide des...

Bon anniversaire Genevieve Padalecki

Bon anniversaire Genevieve Padalecki
Elle fête ses 38 ans. Bon anniversaire à elle.  ...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

quimper, Hier à 01:13

Le quartier Engrenages vous propose de découvrir son calendrier de janvier et de participer à sa PDM.

quimper, Hier à 01:18

Vous pouvez aussi prendre connaissance de la date de diffusion de la saison 7 et commenter l'annonce de la saison 8.

quimper, Hier à 01:20

Et commenter l'annonce de la saison 8. Avec tous les mots c'est mieux !!! [

serieserie, Hier à 14:32

Supergirl vous attend pour fêter ces deux ans d'ouverture! Si vous savez cliquer, c'est pour vous!

Sas1608, Aujourd'hui à 10:01

Plusieurs nouvelles informations concernant la saison 15 de Grey's Anatomy à lire sur le quartier !!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site