VOTE | 651 fans

#203 : Au Delà des Apparences


Ecrit par: Sera Gamble
Réalisé par: Robert Singer


Sam et Dean font la connaissance de Gordon, un chasseur de démon qui a tué beaucoup de vampires dans une petite ville, et Dean se joint immédiatement à lui. Cependant, Sam rencontre le chef des vampires et découvre qu'ils sont en fait des créatures passives qui survivent avec du sang d'animaux, et il se rend compte que toutes les créatures surnaturelles ne sont pas forcément mauvaises. Dean est forcé de choisir dans quel camps il se trouve; celui de Sam ou de Gordon.

>>Photos promo<<

Popularité


3.89 - 9 votes

Titre VO
Bloodlust

Titre VF
Au Delà des Apparences

Première diffusion
12.10.2006

Première diffusion en France
10.05.2008

Vidéos

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Red Lodge, dans le Montana. Une femme court dans une forêt, la nuit. Quelqu’un la poursuit. Elle s’arrête derrière un arbre, son poursuiveur prend une autre direction. Elle sort de sa cachette, mais il apparaît devant elle, et il lui tranche la tête.

 

Sam et Dean sont dans l’Impala. Elle est enfin réparée. Dean est de bonne humeur, et Sam se moque de lui. Mais il est trop content d’avoir retrouvé sa voiture, et il ajoute qu’ils ont un boulot à faire, donc tout va bien.

 

Dans le bureau du shérif de Red Lodge. Ils se font passer pour des journalistes, pour en apprendre un peu plus sur les morts par décapitation de la semaine précédente. Ils demandent quelles sont les relations entre ces meurtres et les troupeaux de bétails retrouvés mutilés. Mais le shérif ne voit pas de rapport. Il leur rit au nez avant de leur demander de partir.

 

Ils vont ensuite à la morgue, et se font passer pour des étudiants en médecine. Il font sortir le gardien, et vont examiner la tête de la dernière victime. Ils se disputent encore pour savoir qui va regarder la tête de plus près. Finalement c’est Sam qui s’y colle, et ils découvrent une dent supplémentaire dans la gencive de la fille. C’était une vampire.

 

Le soir. Ils vont dans un bar, et posent des questions au barman. Un homme les écoute de loin. Ils repartent avec leurs informations. L’homme a disparu. Ils retournent à leur voiture, l’homme les suit. Ils prennent une petite ruelle. L’inconnu arrive à son tour, mais ils ne sont plus là. Il fait demi tour, mais les deux frères se jettent sur lui et le plaque au mur. Dean lui demande de sourire, mais il leur affirme qu’il n’est pas un des vampires.

 

Ils font connaissance avec Gordon, qui à l’air d’en savoir long sur la façon de tuer les vampires. Il leur montre ses armes, cachées dans sa voiture, et leur apprend qu’il a rencontré John une fois, et qu’il a déjà entendu parler d’eux. Dean propose de l’aider à tuer les vampires après lesquels il court, mais il refuse son offre, sous prétexte qu’il travaille seul et qu’il est après eux depuis un an. Il s’en va.

 

Un homme entend du bruit, il sort. Il vérifie les alentours, mais ne voit rien. Gordon surgit alors derrière lui. C’est un vampire. Les deux hommes se battent, et le vampire prend le dessus sur Gordon. Sam et Dean arrivent à ce moment, et sauvent Gordon. Dean se bat avec le vampire et s’acharne sur lui avant de le tuer d’une manière assez macabre. Sam le regarde bizarrement, alors que Gordon a l’air content.

 

Dans le bar, Gordon leur paye un verre. Dean et lui se réjouissent d’avoir tué un vampire, mais Sam ne partage pas leur joie. Il retourne à sa chambre de motel, et Dean lui donne les clés de l’Impala.

 

Sam rentre dans la chambre, il dépose les clés de la voiture près de la porte d’entrée.

 

Dean raconte l’un de ses jobs à Gordon. Ils ont l’air de bien s’entendre. Puis Gordon parle du premier jour où il a vu un vampire. Il était seul avec sa sœur, et ils se sont fait attaquer. Sa sœur a été mordue par le vampire avant qu’il ne se fasse attaquer à son tour. Quand il s’est réveillé, les vampires avaient disparu, tout comme sa sœur. C’est depuis ce jour qu’il chasse les vampires. Puis Dean lui parle de son père, et de toute la colère qu’il a en lui. Gordon lui conseille de se servir de ça pour tuer les créatures qu’il chasse.

 

Sam appelle Ellen. Il lui demande si elle connaît Gordon, et elle répond que oui, que c’est un bon chasseur. Mais quand Sam lui explique qu’ils se sont un peu associés pour faire un travail, elle le lui déconseille et le met en garde.

 

Dean et Gordon sont toujours dans le bar, en train de discuter de la vie qu’ils mènent. Gordon pense que Sam n’est pas vraiment un chasseur, pas le même genre qu’eux.

 

Sam est devant le motel, il s’achète une boisson. Il entend du bruit autour de lui. Il rentre dans la chambre, et deux hommes l’attaquent.

 

Sam est assis, ligoté et bâillonné. Un vampire, Eli, est devant lui, il s’apprête à le mordre, mais une jeune femme intervient et lui demande de reculer. Elle dit à Sam qu’elle s’appelle Lenore, et qu’ils ne vont rien lui faire, qu’ils veulent juste parler. Mais Sam est septique. Elle lui explique qu’ils ne sont pas comme les autres vampires, qu’ils ne boivent pas le sang des hommes, comme ça il n’y a pas de morts, et donc pas de raisons pour les chasseurs comme les Winchester de les traquer. Elle ajoute aussi qu’ils vont partir pendant la nuit, et elle demande donc à Sam de ne pas essayer de les retrouver, puisqu’ils ne font de mal à personne. Sam lui demande de prouver ce qu’elle dit, et elle le relâche, sans l’avoir blessé. Les vampires le ramènent au motel.

 

Gordon montre à Dean les endroits où il a trouvé le plus de vampires, et où ils pourraient donc vivre. Ils sont au motel, et Dean s’inquiète de ne pas voir son frère rentrer. Sam arrive à ce moment, et il demande à son frère de sortir dehors avec lui car il doit lui parler. Gordon reste seul dans la chambre. Sam raconte à Dean ce qu’il vient de lui arriver, mais son frère n’est pas vraiment d’accord pour laisser des vampires en liberté, même s’ils prétendent se nourrir de sang d’animaux. Gordon les écoute discrètement. Sam tente de convaincre son frère de laisser tomber, mais Dean rétorque que Gordon est après eux depuis un an et qu’il les chasse parce qu’ils sont sans pitié comme tous ceux de leur espèce. Mais Sam lui dit qu’il a appelé Ellen et qu’elle lui a dit que Gordon faisait du mal à toutes les personnes qu’il rencontre, que ce n’est pas une bonne fréquentation. Il ajoute qu’il fait confiance à Gordon parce que son père est mort sans avoir fini son travail, à savoir, tuer le démon, et qu'agir comme il le fait est une insulte à la mémoire de John. Dean frappe son frère en plein visage, et il lui dit qu’il part trouver le repère des vampires avec ou sans lui. Il entre dans la chambre, et s’aperçoit que Gordon n’est plus là, et que les clés de l’Impala ont disparu.

 

Dean parvient quand même à faire démarrer sa voiture sans les clés, et Sam l’aide à retrouver le chemin pour aller chez les vampires.

 

Lenore et Eli préparent leurs bagages. Mais il n’est plus d’accord avec sa décision de s’enfuir, il veut se battre contre Gordon et les Winchester. Elle le raisonne, et lui demande d’aller chercher les autres pour qu’ils puissent partir.

 

Gordon arrive chez Lenore.

 

Sam et Dean sont toujours sur la route.

 

Lenore continue de remplir son coffre. Elle se retourne et se retrouve face à face avec Gordon. Il lui plante un couteau dans le ventre, sur lequel se trouve le sang d’un mort.

 

Gordon a ligoté la jeune vampire sur une chaise, et il la torture. Sam et Dean entrent dans la maison. Gordon leur propose de l’aider à faire parler la jeune vampire, mais les frères lui demandent de poser son couteau. Il le fait, mais en prend un plus grand pour lui trancher la tête. Sam tente de l’en empêcher, mais il le menace à son tour. Dean intervient, il lui dit qu’il comprend qu’il veuille se venger de ce qu’ils ont fait à sa sœur. Gordon lui dit alors qu’ils ne l’ont pas tué, mais qu’ils en ont fait l’une des leurs, et qu’il a donc était obligé de la tuer. Il ajoute que les vampires ne peuvent pas devenir de gentilles créatures, et qu’il peut le prouver. Il attrape le bras de Sam et lui fait une entaille. Dean sort son arme, la tension monte, mais Gordon ne lâche pas Sam. Il amène son bras au-dessus du visage de Lenore. Du sang goutte sur elle, et elle se transforme. Gordon est content de sa petite démonstration, mais Lenore redevient normale, et il est bien obligé de constater qu’elle n’est pas la créature sanguinaire qu’il pensait. Sam la détache et l’emmène loin de Gordon. Dean continue de pointer son arme vers lui. Il lui dit que s’il veut tuer des vampires, il devra d’abord s’en prendre à lui. Gordon profite alors d’une seconde d’inattention pour le frapper, mais Dean lui renvoit l’appareil. Ils se battent et Dean prend l’avantage. Dean attache Gordon sur un siège.

 

Le lendemain matin, Gordon est toujours ligoté, et Sam revient enfin. Il leur dit que tous les vampires sont partis. Dean dit à Gordon qu’ils vont le laisser là deux ou trois jours, puis qu’ils appelleront quelqu’un pour venir le détacher. Dean le frappe une dernière fois, et les deux frères s’en vont.

 

Dean demande à Sam de le frapper, mais Sam refuse. Dean lui dit alors qu’il a repensé à toutes les créatures qu’ils ont tuées. Il se demande s’il en a tué qui méritaient en faite de vivre. Sam lui dit qu’après la mort de leur mère, leur père a fait de son mieux pour les éduquer et qu’il ne doit pas se sentir coupable.

 

Ecrit par Kaylia.

Au-delà des apparences

Sur un fond noir :

 

“Red Lodge, Montana”

 

L’épisode commence dans un bois sombre. Une fille court et regarde derrière elle. Elle tombe à terre et regarde à nouveau derrière elle. Elle aperçoit alors une forme noire. Elle se remet à courir. La fille, essayant de se calmer, est derrière un arbre. La forme apparaît devant elle et la décapite. Puis, l’écran devient noir.

 

                                              **************

 

Sam et Dean sont en voiture. Dean conduit rapidement.

Dean : You hou ! Ecoute le moteur. Avoue que, ça, c’est de la musique.
Sam
 : Si je vous dérange, vous me le dites. T’es vraiment amoureux de ta caisse.
Dean
 : Ecoute pas ce qu’il dit, ma petite chérie. Il ne comprend rien à rien.

Sam se moque de Dean.

Sam : T’as l’air de bonne humeur.
Dean
: Pourquoi je le serais pas ?
Sam
: Oui, c’est vrai.
Dean
: J’ai ma caisse. On a une chasse. Tout ce que j’aime.
Sam
: On t’offre deux personnes décapitées, ainsi qu’un troupeau de vaches tué et te voilà aux anges.
Dean
: Souriant. C’est encore loin Red Lodge ?
Sam
: Dans à peine 400 bornes.
Dean
: Cool.

Dean accélère.

 

                                              **************

 

Sam et Dean sont au commissariat de police. Ils parlent au shérif, prétendant qu’ils sont journalistes.

Shérif : L’enquête est en cours. C’est tout ce que je suis autorisé à révéler à la presse.
Sam : Oui, bien sûr. C’est normal, mais juste entre nous. Vous avez trouvé la première… tête la semaine dernière ? Le shérif acquiesce. C’est ça. Et, l’autre, celle d’une certaine Christina Flanagan ?
Shérif
 : Ça remonte à deux jours. Ensuite…

Une femme frappe à la porte.

Femme : Excusez-moi, monsieur.
Shérif
: Oh, merci. Désolé, messieurs. J’ai mes obligations à remplir.
Sam
: Oh, une dernière question…
Dean
: A propos du bétail tué.
Shérif
: Qu’est-ce que vous venez de dire ?
Dean
: Oui, des vaches ont été tuées. Et puis, découpées, vidées. Une bonne douzaine, je crois ?
Shérif
: Oui, et puis ?
Sam
: Est-ce que vous croyez qu’il y a un lien ?
Shérif
: Un lien avec quoi ?
Sam
 : D’abord, il y a ces mutilations. Et puis, ensuite… Ensuite, deux meurtres. Ça fait penser à un rituel, shérif.
Dean
 : Oui, un rite satanique local. Vous trouvez pas ?

Le sheriff se met à rire.

Shérif : Vous, alors ! Il s’arrête de rire. Vous ne plaisantez pas.
Dean
: Non.
Shérif
: Ces vaches n’ont jamais été mutilées. Vous voulez savoir comment je le sais ?
Sam
: Comment ?
Shérif
: Parce que ça n’a rien à voir avec une affaire de mutilation. Si des vaches mortes restent au soleil, après 48 heures, leurs penses va complètement s’ouvrir avec une netteté presque chirurgicale. Tous les liquides et les fluides se déposent dans la terre et sont alors aspirés par l’effet de l’apesanteur. Mais, c’est vrai que c’est peut-être un cou de Satan. Vous voulez me rappeler pour quel journal vous travaillez ?

Dean s’éclaircit la gorge. 

Dean : Word Weekly News.
Sam
 : Weekly World News.
Dean
 : Oui, voilà.
Sam
 : Weekly World
Dean
 : Oui, comme il dit.
Shérif 
: Sortez tout de suite de mon bureau.

 

                                              **************

 

Au Candler Coutny Hospital, Sam et Dean entrent dans la morgue, vêtus de blouse blanche. Ils aperçoivent un homme, avec une carte sur la blouse où il est noté J. Janners.

Dean : John.
Jeff
 : Jeff.
Dean
 : Jeff. Mais oui, bien sûr. Le docteur Dworkin veut vous voir tout de suite dans son bureau.
Jeff
 : Mais, le docteur Dworkin est en vacances.
Dean
 : On l’a rappelé, et il est de mauvaise humeur. Il crie après tout le monde. Alors, à votre place…

Jeff comprend et s’en va rapidement. Sam ferme la porte derrière lui.

Dean : Bon… Il vérifie que Jeff est bien parti. Les Satanistes de Floride marquaient leurs victimes, je crois ?
Sam
 : Avec un pentacle sur le front, oui.
Dean
 : Oui. Dean donne à Sam une paire de gants en latex. Ça s’était passé bien mieux en Floride.

Sam ouvre un congélateur, où se trouve le corps d’une fille. La tête est dans une boîte.

Dean : Parlant de la boîte. Vas-y. Ouvre ça.
Sam
: Vas-y, toi.
Dean
 : Quel froussard. Il prend la boîte et l’ouvre. Il y a aucun pentagramme.
Sam
: Non. Pauvre fille.
Dean
 : Peut-être qu’on devrait regarder dans sa bouche et voir si, comme dans le Seigneur des Anneaux, elle n’a rien au fond de la bouche que le tueur aurait mis.
Sam
: Tournant la boîte vers Dean. Regarde.
Dean
 : Tournant la boîte vers Sam. Non, toi.
Sam
: Quoi ?
Dean
 : Bah, oui. Tu dois apprendre.
Sam
: Oui, c’est ça. Et, c’est moi le froussard ? Bon bah, j’y vais. Il souffle et met les doigts dans la bouche de la tête. Il y a un récipient par là ?
Dean
 : T’as quelque chose ?
Sam
: Non, c’est pour vomir.

Sam retire ses doigts de la bouche de la fille.

Dean : Attend. Remonte la lèvre.
Sam
: Quoi ? Non, mais tu veux me voir tomber dans les pommes ?
Dean
 : Non, non, non. J’ai vu un truc bizarre. Il lève la lèvre. C’est quoi ? Un trou ?

Il appuie sur la gencive et une dent sort du trou.

Sam : On dirait une dent.
Dean
 : Un croc, tu veux dire. Elle a des crocs de vampire rétractables. J’ai jamais vu ça.
Sam
: Mais alors, ça change tout.
Dean
 : Tu crois ?

 

                                              **************

 

Sam et Dean se garent devant une taverne. Puis, ils y entrent et s’approchent du bar.

Dean : Au barman. Salut, ça va ?
Barman
 : La vie de rêve. Qu’est-ce que vous voulez ?
Dean
 : Deux bières, s’il vous plaît.
Sam
 : On voudrait des amis.
Barman
 : Oui. On aimerait tous en trouver.
Sam
 : Oui, mais… Là, c’est spécial.

Sam paie 50$ au barman, qui prend l’argent. Un homme noir, Gordon, assis à une table occupé à boire, regarde Sam et Dean.

Sam : Alors, ces fameux amis sont arrivés il y a plus de six mois de ça. Un peu turbulents et aimant la fête.
Dean
 : De vrais oiseaux de nuit. Ils dorment le jour et bringuent la nuit.
Barman
 :Peut-être bien que ce sont qui ont loué la ferme de Barker il y a quelques mois. Ils viennent souvent ici. Ils sont très bruyants. Querelleurs. Je les ai mis dehors plusieurs fois.
Dean
 : Merci.

Dean boit une gorgée de bière et pose la bouteille. Sam et Dean quittent alors la taverne. Gordon n’est plus à l’intérieur.

 

                                              **************

 

Devant la taverne, Sam et Dean se dirigent vers le parking. Gordon les suit, mais les perd. Il se retourne, les cherchant du regard. Puis, les frères débarquent et le plaquent au mur.

Dean : Sourit.
Gordon
 : Quoi ?
Dean
 : Fais-nous voir tes petites connotes.
Gordon
 : Oh, mais vous vous trompez. Alors, soyez gentils de ranger votre poignard. Je ne suis pas un vampire. Oui, c’est vrai. Je vous ai entendus là-dedans.
Sam
: Que savez-vous à propos des vampires ?
Gordon
: Tout un chapitre. Bon, dites donc. Vous voudriez pas baisser ça.

Gordon essaie de bouger, mais Sam le retient contre le mur.

Sam : Oh !
Gordon
: Attention, c’est dangereux. Il montre sa gencive. Alors ? Pas de croc. Ça va ? Sam et Dean le relâchent. Bon. Et, à qui ai-je l’honneur ?

 

                                              **************

 

Sur la route, Sam, Dean et Gordon sont à la voiture de ce dernier. Il leur montre son artillerie.

Gordon : Sam et Dean Winchester. J’ai du mal à le croire. J’ai parlé à votre père une fois ou deux. Sacré type. Grand chasseur. Oui, il est mort. Je sais. Ça m’a fait un choc. Il sera dur à remplacer. Mais, d’après ce qu’on raconte, vous y arriverez. C’était un bon traqueur. Toujours dispo.
Dean
 : Vous semblez en connaître un bout sur la famille.
Gordon
 : Les nouvelles vont vite. Les chasseurs parlent, vous savez.
Dean
 : Non. On n’en sait rien justement.
Gordon
 : John avait encore des choses à vous enseigner.
Sam
 : Et, alors ? Ces deux vampires, c’était votre œuvre ?
Gordon
 : Oui. En presque deux semaines.
Dean
 : Et, ces types à la ferme ?
Gordon
 : C’est rien. Juste une bande de hippies attardés. Vous risquez d’être tués, mais en respirant l’odeur du hash.
Dean
 : Où est le nid, alors ?
Gordon
 : Désolé. Je garde ça pour moi. Mais, ne le prenez pas mal. Je suis ravi de vous avoir rencontrés. Ça doit faire à peu près un an que je les traque. Oui, j’ai tué un vampire à Austin et j’ai suivi le groupe jusqu’ici. Et, je finirai seul.
Dean
 : On vous aiderait.
Gordon
 : Merci, mais je préfère être seul dans des cas pareils.
Dean
 : Ça me plairait une bonne chasse aux vampires.
Gordon
 : Désolé. Mais, attendez. On a signalé la présence d’un chupacabra dans l’état voisin. Vous devriez essayer de le trouver. Il ouvre la porte de sa voiture, y entre et referme la portière. Je suis content de vous avoir rencontrés. La prochaine fois, je vous offrirai à boire.

Gordon s’en va, sous le regard de Sam et Dean. Une fois parti, les deux frères se regardent.

 

                                              **************

 

Dans une boutique près de la mer, un homme est seul. Il est en train de travailler quand il entend un bruit. Il essaie alors de trouver d’où vient le bruit.

 

                                              **************

 

Dehors, l’homme est sorti et s’approche de la mer. Il sursaute lorsque des oiseaux s’envolent.

Homme : Saloperie de bestioles.

L’homme se retourne et, tout à coup, Gordon l’attaque. Ils se mettent à se battre et l’homme sort alors ses crocs, montrant ainsi que c’est un vampire. Gordon est à terre. Le vampire s’avance vers lui, mais Gordon le frappe maintes fois. Il appuie sur un bouton, qui allume une scie. Le vampire frappe Gordon, le mettant quasiment KO et le pose juste en dessous de la scie. Il commence alors à la baisser, quand Sam et Dean arrivent. Sam tire Gordon de sous la scie et Dean frappe plusieurs fois le vampire. Puis, il lui plante une barre dans le ventre et le met sous la scie. Tandis que le vampire crie, Dean le frappe encore et abaisse la scie, le découpant ainsi. Du sang gicle sur son visage.

Gordon : Euh… Je crois que je vous dois plus qu’un verre.

Sam et Dean se jettent un regard. Puis, l’écran devient noir.

 

                                              **************

 

A la taverne, Sam, Dean et Gordon sont assis à une table, quelques bières devant eux. Une serveuse apporte de nouveaux verres à leur table.

Serveuse : Et voilà.

Dean sort de l’argent de sa poche.

Gordon : Non, non. Je vous invite.
Dean
 : Oh, non. Je t’en prie…
Gordon
 : Et, j’insiste. A la serveuse. Merci, ma jolie.
Serveuse
 : Merci à vous.
Gordon
 : Levant son verre. Et, un de moins à tuer.
Dean
 : C’est vrai.

Ils trinquent tous deux et boivent une gorge sous le regard sceptique de Sam.

Gordon : Dean… Il rit. Vous lui avez imposé une drôle de coupe de cheveux qu’il a pas apprécié.
Dean
 : Dommage pour lui.
Gordon
 : C’était magnifique. Absolument magnifique.

Dean s’apprête à boire une gorgée quand il remarque que Sam ne rigole pas du tout.

Dean : Tu vas bien, Sammy ?
Sam
: Oui, ça va.
Gordon
 : Il est un peu secoué, Sammy.
Dean
 : Faisant un signe de tête vers Dean. Il y a que lui qui peut m’appeler comme ça.
Gordon
 : D’accord. Ne vous vexez pas. Je voulais simplement fêter un travail bien fait.
Sam
 : Oui. Mais, décapiter quelqu’un n’a jamais été quelque chose qui m’a fait hurler de rire.
Gordon
 : Je comprends ce que vous dites, mais ce salaud n’était pas humain. Il faut essayer de s’amuser dans ce boulot.
Dean
 : Oui, c’est justement ce que je lui répète tout le temps. Tu vois, t’as plein de choses à apprendre de lui.
Sam
 : Oui, ça paraît clair. Ecoutez, je vais pas gâcher votre soirée. Je vais rentrer au motel.
Dean
 : T’en es sûr ?
Sam
 : Ouais.

Sam se lève et commence à partir.

Dean : Sammy. Il sort les clés de la voiture. Fais-moi penser à chasser le rabat-joie qui est en toi, un jour.

Dean envoie les clés à Sam.

Gordon : C’est à cause de quelque chose que j’ai dit ?
Dean
 : Non, c’est rien. Ça lui arrive de temps en temps. J’ai une idée. On va jouer la prochaine tournée.

Dean montre son verre vide et le pose sur la table.

 

                                              **************

 

Sam entre dans la chambre du motel. Il ferme la porte derrière lui et enlève sa veste. Il pose les clés sur une table.

 

                                              **************

 

A la taverne, Gordon et Dean sont toujours en train de parler.

Dean : Et alors, j’ai pris l’arbalète qui était prête et j’ai envoyé à ce fumier un carreau avec une pointe en argent à travers le cœur. Gordon sourit. Sammy attendait dans la voiture et mon père et moi, on a traîné cette chose dans la forêt. Là, on l’a fait cramer. J’étais assis à regarder le feu et je me disais à moi-même : « Je viens d’avoir 16 ans. Ceux de mon âge ont des problèmes de filles, des problèmes d’acné. Et, moi, je vois des choses qu’ils ne verront jamais. Et, ils ne sauront pas qu’elles existent. » Et, c’est alors que j’ai décidé de…
Gordon
 : D’embrasser cette vie ?
Dean
 : Ouais.
Gordon
 : Ouais.
Dean
 : Ouais. Tous deux sourient. Vas-y. A toi de raconteur.
Gordon
 : La première fois que j’ai vu un vampire, j’avais à peine 18 ans. J’étais seul chez nous avec ma sœur. Et, tout à coup, j’ai entendu une fenêtre se briser dans sa chambre. J’ai attrapé le fusil et j’ai couru à la chambre. J’ai essayé de l’éloigner d’elle. C’était trop tard. Et, je lui ai tiré dessus, ce qui lui faisait le même effet que si je l’avais frappé avec une baguette. Il s’est jeté sur moi, m’a pris, et m’a envoyé valser à travers la chambre. Je me suis assommé contre un mur. Quand je me suis réveillé, le vampire s’était tiré. Et, ma sœur aussi.
Dean
 : Et, ensuite ?
Gordon
 : Ensuite… C’est très difficile d’expliquer ça à sa famille. Je suis parti de la maison. Je me suis mis à traîner et à chercher des informations. Comment on trouvait ces créatures, comment on les tuait. J’ai retrouvé le vampire. Et, j’ai vengé ma petite sœur.
Dean
 : Désolé pour ta sœur.
Gordon
 : Oui. Elle était très jolie. Je la revois encore aujourd’hui. Exactement comme si elle était là devant moi. Il boit une gorgée. Mais, ça fait longtemps maintenant. Ton père, c’est tout récent. Tu as dû en baver.
Dean
 : Oui. Oui, tu sais, papa, c’était pas un douillet. Il a subi d’horribles blessures et il n’est pas mort. Alors, j’ai fini par me dire « Il est indestructible. Il va pas nous quitter, non. Rien ne peut le tuer. » Pourtant, il nous a quittés. Il claque des doigts. Comme ça. J’évite de parler de ça à Sammy. J’essaie de faire comme si j’avais encaissé. Mais… En réalité, je l’ai pas encaissée si bien que ça. J’ai l’impression d’avoir…
Gordon
 : Un grand vide à l’intérieur ? Et, il n’arrête pas de grandir et de s’obscurcir de jour en jour ? Alors, écoute. Fais-en quelque chose de positif. Une motivation. Crois-moi. Il y en a beaucoup autour de nous qu’il faut réussir à tuer. Dean, ce n’est pas un crime d’aimer son job.

 

                                              **************

 

Au Roadhouse, le téléphone sonne et Ellen répond.

Ellen : Ici, Ellen. J’écoute.
Sam
 : Allô, Ellen. Sam Winchester.
Ellen
 : Sam. C’est gentil d’appeler. J’espère que vous allez bien.
Sam
 : Oui. Oui, oui, ça va, merci. J’ai juste une question.
Ellen
 : Oui, j’écoute.
Sam
 : Vous connaissez quelqu’un qui s’appelle Gordon Walker ?
Ellen
 : Oui, je connais Gordon.
Sam
 : Et ?
Ellen
 : C’est un excellent chasseur. Pourquoi vous demandez ça ?
Sam
 : On est tombés sur lui pendant une chasse. Disons qu’on a travaillé ensemble.
Ellen
 : Ne faites pas ça, Sam.
Sam
 : Mais, je croyais que c’était un excellent chasseur.
Ellen
 : Et, Hannibal Lecter était un excellent psychiatre. Ecoutez. C’est quelqu’un de très dangereux pour ceux qui l’approchent de trop près. S’il est sur un job, dépêchez-vous de partir et de l’oublier.
Sam
 : Ellen, euh…
Ellen
 : Non, Sam. Je vous en prie, écoutez ce que je vous dis.
Sam
 : Oui, d’accord.

 

                                              **************

 

A la taverne, Dean et Gordon sont encore assis à table à parler.

Gordon : J’avoue que j’adore cette vie. Ou c’est blanc, ou c’est noir. Il y a pas de peut-être bien. On trouve le méchant esprit. On le tue. Quand on y pense, beaucoup de gens passe leur vie dans une gamme de gris. « Est-ce que c’est bien ? Est-ce que c’est mal ? » Pas nous.
Dean
 : Je pense pas que Sammy serait d’accord avec ça, mais…

Dean et Gordon boivent chacun une gorgée de bière.

Gordon : Ton frère a peu de traits communs avec toi. Je dis pas qu’il a tord. Il est différent. Toi et moi, on a ce travail dans nos tripes. On est nés pour ça.

Gordon reboit une gorgée, sous le regard curieux de Dean.

 

                                              **************

 

A l’extérieur du motel, Sam est à une machine et s’achète une boisson. Alors qu’il retourne à sa chambre de motel, il entend un bruit derrière lui. Il fait comme s’il n’avait rien entendu, ouvre sa boisson et boit une gorgée. Il ouvre la porte de sa chambre et entre, après avoir vérifié qu’il n’y avait personne derrière lui.

 

                                              **************

 

Dans sa chambre, il ferme la porte et sourit, pensant qu’il est bête de croire que quelqu’un le suivait. Alors qu’il pose sa boisson sur une table, quelqu’un lui saute dessus. Sam le frappe, puis se retourne afin de se rendre compte qu’il y a une deuxième personne. Sam la frappe, mais la première personne prend un téléphone et frappe Sam avec.

 

                                              **************

 

Sur un pont la nuit, une voiture roule lentement.

 

                                              **************

 

Dans un lieu inconnu, Sam est attaché sur une chaise avec un sac sur la tête. Le barman de la taverne enlève le sac, ouvre la bouche et montre ses crocs à Sam. C’est en fait un vampire. Il s’approche de Sam, prêt à le mordre. Puis, l’écran devient noir.

 

                                              **************

 

Dans un lieu inconnu, alors que le barman s’apprête à mordre Sam, une femme, Lenore, intervient.

Lenore : Arrête. Recule-toi, Eli. Eli recule et range ses crocs. Elle s’approche de Sam et lui enlève le bandeau. Je m’appelle Lenore. Vous ne risquez rien. On veut juste vous parler.
Sam 
: Parler ? Ah, oui, je suis d’accord. Mais, je risque d’avoir du mal à me concentrer s’il s’approche trop près de moi.
Lenore
 : Il ne vous fera rien. Vous avez ma parole.
Sam 
: Votre parole ? Ah, ouais. Chouette ! Merci. Mais, vous voyez, vous n’êtes pas les premiers vampires que j’approche.
Lenore
 : On n’est pas comme les autres. On ne tue pas les humains. On a renoncé à boire leur sang depuis déjà longtemps.
Sam 
: C’est une plaisanterie ou quoi ?
Lenore
 : Je vous signale que vous êtes en vie.
Sam 
: D’accord. Mais, corrigez-moi si je me trompe, mais vous devriez être morts de faim dans ce cas.
Lenore
 : On a trouvé un autre moyen : le sang des vaches.
Sam 
: C’est vous la responsable de la mort des vaches dans… ?
Lenore
 : C’est loin d’être idéal. En fait, c’est assez dégoûtant. Mais, ça nous évite le pire.
Sam 
: Ah, bon ? Et, pourquoi ?
Lenore
 : Pour survivre. Ni meurtre, ni personne qui disparaisse, pas de raison que des gens comme vous s’intéressent à des gens comme nous. On se mélange. Notre espèce est pratiquement éteinte. Il s’avère qu’on ne s’intègre pas à la chaîne alimentaire comme on l’avait espéré.
Eli 
: Pourquoi tu racontes notre vie à ce tueur ?
Lenore
 : Eli.
Eli 
: On se limite au sang des vaches pour éviter de faire souffrir les humains. Pourtant, ce soir, ils ont tué Conrad et s’en amusaient.
Lenore
 : Eli, ça suffit.
Sam 
: Oui, Eli. Ça suffit.
Lenore
 : Et puis, ce qui est fait est fait. On va quitter cette ville cette nuit.
Sam 
: Alors, pourquoi m’amener ici ? Pourquoi prendre la peine de parler avec moi ?
Lenore
 : Pas par plaisir, je vous l’assure. Mais, je connais les gens comme vous. Quand vous êtes sur notre piste, vous ne nous lâchez plus, quoiqu’on fasse. Et, vous nous trouvez toujours.
Sam 
: Et, vous voudriez qu’on vous laisse tranquilles ?
Lenore
 : Oui, on a le droit de vivre. On ne s’attaque à personne.
Sam 
: Oui, c’est ce que vous dites. Mais, donnez-moi une seule raison de croire un mot de tout ça.
Lenore
 : Se penchant vers Sam. Bien. Vous savez ce que je vas faire de vous ? Je vais vous laisser rentrer chez vous. Sam est étonné. A Eli. Ramène-le. Aucune marque sur lui.

 

                                              **************

 

Avec un sac sur la tête, Sam est emmené à l’arrière d’une voiture par deux hommes, des vampires. Un des hommes montent à l’avant et l’autre à l’arrière avec Sam. Ils démarrent la voiture pour ramener Sam au motel.

 

                                              **************

 

Au motel, Dean et Gordon sont assis à une table. Gordon montre une carte à Dean, qu’il a posé sur la table.

Gordon : Voilà la carte que j’ai réussi à établir. Elle est encore très imprécise.
Dean
 : On dirait que tout s’est produit de ce côté de la ville. Ça veut dire que leur repère doit être par là, non ?
Gordon
 : Oui, c’est aussi ce que je pense. Le problème, c’est qu’il y a entre 35 et 40 fermes dans le coin. J’ai déjà pu en fouiller une bonne moitié, mais sans résultat. Ils se cachent de façon très efficace.
Dean
 : Alors, il reste qu’à fouiller l’autre moitié. Il pense à Sam et regarde sa montre. Quelle heure est-il ? Où est Sam ?
Gordon
 : La voiture n’a pas bougé. Il est sûrement allé faire un petit tour à pied. Il m’a l’air d’être du genre à aimer marcher.
Dean
 : Oui, c’est exact, mais…

Tout à coup, la porte s’ouvre et Sam entre dans la chambre du motel.

Dean : Où t’étais passé ?
Sam
: Est-ce que t’as une seconde ?
Dean
: Tu me donnes une seconde ? ça t’ennuie pas ?

Gordon lui fait signe que non.

 

                                              **************

 

Sam et Dean sortent de la chambre du motel.

Sam : Je crois qu’on devrait renoncer à cette chasse.
Dean
: Qu’est-ce que tu racontes ? Où étais-tu ?
Sam
: Dans leur nid.
Dean
: Tu l’as trouvé ?
Sam
: Non, ils m’y ont emmené.
Dean
: Quoi ? Comment tu t’es enfui ? T’en as tué combien ?
Sam
: Aucun.
Dean
: Mais Sammy, ils t’ont pas laissé t’en aller…
Sam
: C’est exactement ce qu’ils ont fait.
Dean
: Très bien, alors où il est ?
Sam
: Je sais pas. J’y voyais rien.
Dean
: T’as dû voir un repère ?
Sam
: Oui, on a pris le pont à la sortie de la ville. Mais, je crois qu’on devrait pas aller les chasser.
Dean
: Pourquoi ?
Sam
: Ils sont différents des autres vampires. Enfin, je veux dire, ils ne tuent pas d’humains.
Dean
: Tu rigoles ? Et alors, comment ils restent vivants ? Enfin, ou non morts, si tu préfères ?
Sam
: Les vaches mutilées. Ils ont choisi de se nourrir de sang animal maintenant.
Dean
: T’as pas cru à ça, j’espère.
Sam
: Souriant. Regarde-moi, Dean. Regarde, j’ai pas la moindre égratignure.
Dean
: Mais alors, tu veux dire que… ? Non, non, moi, je marche pas. Je sais pas à quoi ils jouent, et ça m’est égal. On va trouver et tuer ces vampires.

Dean marche vers la porte de la chambre du motel.

Sam : Et pourquoi ?
Dean
: On parle de vampires, je te signale. Et, si ce sont des créatures surnaturelles, on les tue. Fin de l’histoire. C’est notre job.
Sam
: Non, Dean. C’est pas notre job ! Notre job, c’est de tuer les démons. Et, si ces créatures ne tuent pas d’humains, ce sont pas des démons.
Dean
: Oh ! Mais, ils tuent des humains puisqu’ils l’ont toujours fait. Ce sont tous les mêmes, Sam. Je te répète qu’ils ne sont pas humains. Il faut les exterminer jusqu’au dernier.
Sam
: Non, Dean. Je crois le contraire, cette fois. Fichons-leur la paix.
Dean
: Gordon pourchasse ces vampires depuis plus d’un an. Il les connaît.
Sam
: Gordon ?
Dean
: Oui, Gordon.
Sam
: Tu crois qu’il te raconte la vérité ?
Dean
: Absolument.
Sam
: Ellen dit qu’il vaut mieux l’éviter.
Dean
: Tu as eu Ellen ?

Sam acquiesce d’un signe de tête.

Dean : Et, on devrait l’écouter ? On la connaît à peine, je te signale. Non, moi, je fais confiance à Gordon.
Sam
: Ouais ! C’est vrai. Gordon est un vieux copain. Tu crois que je suis aveugle et que je vois rien ?
Dean
: De quoi est-ce que tu parles ?
Sam
: Il remplace papa, c’est ça ? Merci pour lui.
Dean
: La ferme, Sam.
Sam
: Il n’a rien à voir avec papa. Il lui arrive pas à la cheville.
Dean
: Attend un peu. Tu me fais perdre mon temps.
Sam
: Tu fais ton sourire stupide, mais je sais qu’il est pas sincère du tout. Et, je sais ce que tu ressens également. Papa est mort. Et, je sais qu’il te manque et tu souffres tellement que tu refuses de l’avouer. Mais, arrête de vouloir combler ce vide avec quelqu’un d’autre !C’est une insulte à sa mémoire.
Dean
: D’accord.

Dean se retourne, puis envoie un coup de poing dans le visage de Sam.

Sam : Vas-y. Frappe-moi tant que tu voudras. Ça changera rien du tout.
Dean
: Je vais le trouver, ton nid. Même si tu veux pas me dire où il est. Je le trouverai sans toi, tant pis.

Dean se retourne et se dirige vers la chambre.

Sam : Dean.

Sam le suit.

 

                                              **************

 

Sam et Dean entrent dans leur chambre et se rendent compte que Gordon n’est plus là.

Dean : Gordon ?
Sam
: Il est allé chez les vampires ?
Dean
: Probablement, oui.
Sam
: Dean, il faut l’en empêcher.
Dean
: Ah, oui ? Moi, j’allai plutôt dire qu’il fallait l’aider.
Sam
: Mais, non. Laisse-moi le bénéfice du doute pour une fois. Tu me le dois bien.
Dean
: Ouais, on verra. Je conduis. Donne-moi les clés.

Sam se dirige vers la table où il avait posé les clés. Elles ne sont plus là.

Sam : Il a fauché les clés.

 

                                              **************

 

Dans la voiture, Dean essaie de démarrer la voiture sans les clés.

Dean : Oh, c’est pas possible. Je viens de finir de la réparer. La voiture démarre. A part le pont, tu te souviens d’autre chose ?
Sam
: Le pont est à quatre minutes et demi de la ferme.
Dean
: Comment tu le sais ?
Sam
: J’ai compté. Tout en parlant, il suit du doigt la route qu’il a prise avec les vampires. Quand on a quitté la ferme, ils ont pris à gauche et ont tourné à droite sur une mauvaise route. Ils l’ont suivi pendant environ deux minutes en montant légèrement. Et, ils ont tourné à droite devant le pont.
Dean
: Bien. T’es un véritable emmerdeur, mais… t’es bon.

Sam et Dean s’en vont du motel.

 

                                              **************

 

Dans le nid des vampires, Lenore et Eli préparent leurs affaires pour partir.

Lenore : Tu mets ça dans le camion.
Eli 
: On peut pas partir comme ça. Lenore, écoute-moi. On doit rester ici et combattre.
Lenore
 : C’était mes amis aussi, Eli. Ma famille.
Eli 
: Non attend. C’est pas de ça que je parle. On vit en auto-défense. Tuer ou être tué. Ils ne nous laisseront tranquilles que si on les tue.
Lenore
 : Tuer ces trois-là ne changera rien. Il y en a beaucoup d’autres, un peu partout. Ils sont nombreux. Eli… La seule solution, c’est d’essayer de discuter avec eux.
Eli 
: Avec ces gens-là, on ne peut pas. Ils nous tueront tous de toute manière. Et, je dis qu’on doit se défendre tant qu’on peut le faire.
Lenore
 : Caressant le visage d’Eli. Et moi, je ne baisse pas les bras. Si on réussit à changer, eux aussi changeront. Maintenant, va en ville et rassemble vite tous les autres. On s’en va avant le lever du jour.

Lenore pousse Eli à partir. Eli regarde Lenore, furieux, et s’en va avec un carton. Lenore le regarde partir.

 

                                              **************

 

Sur le pont, la voiture de Gordon roule et continue après sur la route.

 

                                              **************

 

Peu de temps après, Dean emprunte le pont et la même route que Gordon. Dans la voiture, Sam est inquiet. Il regarde Dean, qui paraît serein.

 

                                              **************

 

Lenore sort de son nid, une boîte dans les bras. Elle la met dans le coffre de sa voiture. Puis, elle regarde partout autour d’elle. Quand elle se retourne, Gordon est là. Il l’attrape et lui montre un couteau ensanglanté. Il lui enfonce le couteau dans le ventre.

Gordon : Du sang pris sur un mort pour toi.

Puis, l’écran devient noir.

 

                                              **************

 

Dans le nid, Lenore est assise sur une chaise, avec du sang partout sur elle. Gordon trempe son couteau dans un bocal rempli de sang. Il s’approche de Lenore et la blesse à nouveau. Tout à coup, Sam et Dean entrent.

Gordon : Sam, Dean, approchez.
Dean
: Gordon, qu’est-ce que tu fais ?
Gordon 
: Je l’empoisonne en utilisant le sang d’un mort pour l’obliger à parler. Elle va nous dire où sont tous ces petits copains. Dean semble anxieux. Tu veux participer ?
Dean
: Ecoute-moi…
Gordon 
: Prend un couteau. J’allais commencer par la travailler par les doigts.

Gordon tranche la peau sur le bras de Lenore, qui souffle de douleur.

Dean : Attend, attend, attend. Essayons de rester calmes.
Gordon
 : Oh ! Mais, moi, je le suis.
Sam
: S’avançant vers Gordon. Gordon, posez tout de suite ce couteau.
Gordon 
: C’est plutôt à Sam de garder son calme.
Sam
: Ne vous en approchez surtout pas, d’accord ?
Gordon 
: Regardant Lenore. Très bien. Il pose son couteau sur la table. Je perds mon temps ici. Cette poufiasse ne parlera pas. Il sort alors un couteau bien plus grand. On pourrait quand même abréger ses souffrances. Je viens d’aiguiser la lame. Ça sera un traitement très humain.
Sam
: Avançant vers Lenore. Gordon, je veux qu’elle s’en aille.
Gordon 
: Elle ne bougera pas d’ici.

Gordon met son couteau devant Sam, l’empêchant ainsi d’avancer davantage.

Dean : Eh, eh, eh, eh, eh. Gordon, si on en parlait ?
Gordon 
: Il n’y a rien à dire. On s’est tout dit tout à l’heure. On les trouve et on les tue.
Dean
: Oui, oui, oui, oui, oui, je suis d’accord. Et, je sais ce que tu ressens.
Gordon 
: Ah, oui ?
Dean
: Ce vampire qui a tué ta sœur a mérité d’être tué. Mais, là…

Gordon se met à rire.

Gordon : Qui a tué ma sœur ? Cet ordure de vampire n’a pas tué ma sœur. Il l’a mordue jusqu’au sang. Pour faire d’elle un vampire. Alors, je l’ai pourchassée et j’ai tué celle qui avait été ma sœur.
Dean
: Tu as quoi ?
Gordon 
: Ce n’était plus ma sœur après ça. Elle n’était plus humaine. J’ai pas hésité. Tu en aurais fait autant.
Sam
: Vous saviez tout depuis le début. Vous saviez bien que ces vampires avaient renoncé à tuer les humains. Vous saviez pour le bétail et ça n’y a rien changé.
Gordon 
: Mais, bien sûr que non. Un nid de vampires devient une réunion de saints ? Ces charmantes créatures arrêtent un instant de boire du sang humain et il faut croire qu’elles ont changé ? Croyez-moi. Ça ne change pas ce qu’elles sont. Et, je le prouverai.

Gordon se retourne, face à Sam, avec son grand couteau. Il prend le bras de Sam et le fait saigner.

Dean : Chargeant son arme et la levant vers Gordon. Calme-toi. Lâche-le ! Lâche-le !
Gordon 
: Relax. Si j’avais voulu le tuer, il serait plus là devant nous. J’ai juste quelque chose à vous montrer.

Gordon amène Sam au-dessus de Lenore. Il appuie sur le bras de Sam et le fait saigner sur Lenore. Elle regarde le bras de Sam. Ses dents changent alors. Elle est en vampire.

Dean : Eh !
Gordon 
: Vous la trouvez très différente ? Vous voulez encore la sauver ? Regardez-la. Ils sont tous les mêmes. Des démons. Des buveurs de sang.
Lenore
 : Après être redevenue normale. Non. Non.
Sam
: Vous l’entendez, Gordon ?
Lenore
 : Non. Non.

Gordon baisse son couteau, abasourdi.

Sam : Je crois qu’on en sait assez.

Dean baisse légèrement son arme.

Dean : Tu devrais l’emmener.
Sam
: Oui. Attention.

Sam prend Lenore dans ses bras et la soulève. Gordon avance de quelques pas.

Gordon : Oh, oh, oh, oh, oh !
Dean
: Gordon. Je crois que, toi et moi, on n’a pas fini de parler.

Sam emmène Lenore tandis que Dean pointe son arme vers Gordon, qui tient encore son couteau.

Gordon : Dean, laisse-moi passer.
Dean
: Désolé.
Gordon 
: T’es pas sérieux ?
Dean
: Il m’a fallu du temps pour le croire mais, maintenant, je sais ce que j’ai vu. Si tu veux ces vampires, faudra te débarrasser de moi.

Gordon plante le bout de son couteau dans la table. Puis, il se retourne vers Dean.

Gordon : Bien.

Dean retire le chargeur de son flingue, qu’il met dans sa poche. Tout à coup, Gordon lui envoie un coup de poing. Dean lui renvoie et Gordon reprend son couteau. Tandis que Gordon essaie de le frapper avec, Dean parvient à l’éviter plusieurs fois. Dean le pousse contre le mur et frappe son bras plusieurs fois afin de lui faire lâcher le couteau.

Gordon : Mais, t’es malade ! Tu fais ça pour un vampire. C’est ridicule. On est du même côté.

Puis, Gordon le pousse à son tour contre le mur.

Dean : Non, désolé. Je suis pas un tueur sadique.

Gordon lui envoie un coup de poing et un coup de pied dans le ventre. Dean tombe à terre. Gordon s’approche de Dean.

Gordon : T’es pas comme ton frère. Tu es un tueur. Comme moi.

Dean fait un croche-pied à Gordon qui tombe à terre. Dean l’attrape et l’envoie dans le mur. Gordon est KO, mais il essaie encore de frapper Dean. Dean esquive et lui prend la tête. Il avance avec la tête de Gordon sous le bras. Il fait exprès de marcher vers un mur pour que Gordon se cogne la tête.

Dean : Pardon. Il attache Gordon à une chaise. Tu sais. J’aurais pu être comme toi. Mais, je ne le suis pas. Et, c’est toi qui es attaché maintenant.

Dean le laisse quasiment inconscient sur sa chaise et s’en va. Puis, l’écran devient noir.

 

                                              **************

 

Au lever du soleil, Gordon est toujours attaché. Cette fois, il est conscient. Dean marche autour de lui, tout en le surveillant. Sam rentre et remarque Gordon.

Sam : J’ai manqué quelque chose.
Dean
: Pas vraiment. Ça va, Lenore ?
Sam
: Oui. Ils sont tous partis.
Dean
: Bon bah, on n’a plus qu’à s’en aller, maintenant. Il regarde Gordon. Tu es furieux ? Qu’est-ce que tu veux ? Tu peux pas toujours gagner. Allez, on te laisse. Met-toi à l’aise. Il va falloir que tu patients deux ou trois jours. Ensuite, on préviendra le shérif.

Dean plante le bout du couteau de Gordon dans une table.

Sam : On s’en va. T’es prêt ?
Dean
: Pas encore. Il se met face à Gordon. C’est là qu’on se sépare. Bon bah, ravi de t’avoir connu. Il envoie une droite à Gordon qui tombe en même temps que sa chaise. Là, ça va mieux. On y va ?

Dean s’en va. Sam sourit et le suit.

 

                                              **************

 

Sam et Dean sortent du repère des vampires.

Dean : Sam.
Sam
: Oui ?

Tous deux s’arrêtent de marcher.

Dean : Colle m’en une.
Sam
: Quoi ?
Dean
: Une bonne. Vas-y, vas-y. Je te répondrai pas. Vas-y, cogne.
Sam
: Souriant. Non.
Dean
: J’en ai une d’avance, je te rappelle. S’il te plaît, cogne-moi.

Sam se remet à marcher vers la voiture et Dean le suit.

Sam : On dirait que t’as livré un combat contre un bloc de ciment. Je la garde pour une autre fois.
Dean
: On a eu tord de prendre ce job. La prochaine fois, faudra mieux réfléchir.

Sam et Dean atteignent la voiture et s’arrêtent. Ils se posent sur la voiture et continuent à parler.

Sam : Qu’est-ce que tu veux dire ?
Dean
: On a passé notre temps à chasser des démons sans trop y réfléchir.
Sam
: Et alors ?
Dean
: J’ai peur qu’on ait tué à tord certaines créatures. Papa nous a habitués à pas trop réfléchir.
Sam
: Ecoute. Après la mort de maman, papa a fait de son mieux.
Dean
: Oui, je sais. Mais, il était pas parfait. Il nous a élevés en nous apprenant à détester tous les démons. Je l’ai écouté. Quand j’ai tué ce vampire au moulin, je l’ai fait sans me poser de questions. Sans savoir qui c’était. J’ai même aimé ça.
Sam
: T’as pas tué Lenore.
Dean
: Non. Mais, je mourrai d’envie de le faire pourtant. Je voulais la tuer. Je voulais tuer tous les démons.
Sam
: Oui, mais tu l’as pas fait. Et, c’est ça l’important.
Dean
: Oui. Toi, t’arrêtes pas de me harceler.

Sam sourit.

Sam : Rassure-toi. Je continuerai à te harceler pendant très longtemps.
Dean
: Merci.
Sam
: Oh, mais de rien.

Sam monte en voiture. Dean reste quelques secondes, seul, puis monte à son tour en voiture. Ils se remettent alors en route.

 

                                                 ****FIN****

 

Ecrit par brucas59.

[The episode begins with a recap of “Everybody loves a clown”.]

 

[FADE IN: RED LOGE, MONTANA. The scene begins on a dark wood. A girl running and looks behind her. She fell and looks behind her, she see a dark shape. She restarts to run. The girl try to be quiet, she’s behind a tree. The dark shape appears in front of her and he cut her throat.]

 

[FADE IN: Sam and Dean are in the car. Dean drives fast.]

 

DEAN: Woo! Listen to her purr. You ever heard anything so sweet?

SAM: You know, if you two wanna get a room, just let me know Dean.

DEAN: Oh, don’t listen to him, baby. He doesn’t understand us.

 

[Sam scoffs of Dean.]

 

SAM: You’re in a good mood. 

DEAN: Why shouldn’t I be?

SAM: No reason

DEAN: I got my car, got a case. Things are looking up.

SAM: Wow! Give you a couple of severed heads and a pile of dead cows and you’re Mr. Sunshine.

DEAN: How far to Red Lodge?

SAM: Euh, about another 300 miles.

DEAN: Good. [He going faster]

[FADE IN: Dean & Sam are in a police department, talking with a sheriff pretending they are reporters.]

SHERIFF: The murder investigation is ongoing. That’s all I can share with the press.

SAM & DEAN: Sure.

SAM: We understand that. But just for the record. You found the first head last week correct?

SHERIFF: Uh-huh

SAM: Okay, and the other, a Christina Flanagan.

SHERIFF: It was two days ago. Then-

 

[A woman knocks at the door.]

 

WOMAN: Excuse me, sir.

SHERIFF: Oh, thank you. Sorry Boys, time is up, we’re done here.

SAM: One last question

DEAN: About the cattle.

SHERIFF: Excuse me?

DEAN: The cows found dead, split open, drained, over a dozen cases?

SHERIFF: What about them?

SAM: So you don’t think there’s a connection?

SHERIFF: Connection with...?

SAM: First, cattle mutilations. Now, two murders. Kind of sounds like ritual stuff.

DEAN: You know, like satanic-cult ritual stuff.

 

[The sheriff laughs.]

 

SHERIFF: You…You’re not kidding.

DEAN: No.

SHERIFF: Those cows aren’t being mutilated. You wanna know how I know?

SAM: How?

SHERIFF: Because there’s no such thing as cattle mutilation. Cow drops, leave it in the sun within 48 hours the bloat will split it open so clean it’s just about surgical. The bodily fluids fall down into the grown, get soaked up because that’s what gravity does. But, hey, it could be Satan. What newspaper did you say you work for? 

 

[Dean clears his throat]

 

DEAN: Word Weekly News.

SAM: Weekly World News.

DEAN: World-

SAM: Weekly World.

DEAN: World- I’m new.

SHERIFF: Get out of my office.

 

[FADE IN: Dean & Sam want to see the body of the girl dead in the wood. They’re in a morgue.]

 

DEAN: John.

JEFF: Jeff.

DEAN: Jeff, I know that. Dr. Dworkin needs to see you in the office.

JEFF: But Dr. Dworkin is on vacation.

DEAN: He is back and he is pissed he screaming for you, men so if I were you, I would…

JEFF: Okay

DEAN: Okay…Those Satanists in Florida, they marked their victims?

SAM: Yeah. Reverse pentacle on the forehead.

DEAN: Yeah…So much F’d up crap happens in Florida.

 

[Sam opens a freezer, where the girl’s body is, the head is in a box.]

 

DEAN: All right, open it. [He talking about the box]

SAM: You open it.

DEAN: You wuss. [He opens the box] Well no pentagram.

SAM: Wow. Poor girl.

DEAN: Maybe we should look in her mouth, see if those wackos stuffed anything down her throat. You know, kind of the moth in Silence of the lambs.

SAM: Yeah, yeah go ahead [He turns the box in front of Dean.]

DEAN: No you go ahead [He turns the box in front of Sam.]

SAM: What?

DEAN: Put the lotion in the basket [He’s laughing.]

SAM: Right, yeah, I’m the wuss, huh? Whatever. [He clears his throat.][He put his finger in the mouth.] Dean, get me abucket.

DEAN: Find something?

SAM: No, I’m gonna puke. [He stops the search.]

DEAN: Wait, lift her lip up again.

SAM: What? You want me to throw up.

DEAN: No, no, no, I think a saw something. [He lifts her lip up] What is that, a hole? [He pushes on her gum. A tooth fate.]

SAM: It’s a tooth.

DEAN: Sam, that a fang. Retractable set of vampire fangs. You gotta kidding me.

SAM: Well, this change things.

DEAN: You think?

 

[FADE IN: They are in the car, front of a tavern. After that they’re going inside]

 

DEAN: [To the barman] How’s it going?

BARMAN: Living the dream. What can I do for you?

DEAN: Two beers, please.

SAM: So we’re looking for some people.

BARMAN: Sure, it’s hard to be lonely.

SAM: Yeah, but that’s not what I meant. [He give 50$ to the barman.]

 

[The barman takes the money. We see a black men (Gordon), seat at a table, drinking, he watch Sam and Dean.]

 

SAM: Great, so these people, they would’ve moved around here about six months ago. Probably pretty rowdy, like to drink-

DEAN: Yeah, real night owls, you know? Sleep all day, party all night.

BARMAN: Barker Farm got leased out a couple months ago. Real Winners. They’ve been in here a lot. Drinkers. Noisy. I’ve had to eighty-six them once or twice.

DEAN: Thanks

 

[They leave the tavern. Gordon’s not there anymore. Outside: Dean & Sam going in the parking. Gordon follows them. The brothers catch him.]

 

DEAN: Smile.

GORDON: What?

DEAN: Show us those pearly whites.

GORDON: Oh, for the love of—you wanna stick that thing somewhere else? I’m not a vampire. Yeah that’s right. I heard you guys and euh—

SAM: What do you know about vampires?

GORDON: How to kill them. Now seriously, bro, that knife’s making me itch. [He tries to move but Sam keeps him on the wall.]

SAM: Hey

GORDON: Whoa, easy there, Chachi. [He shows his gum.] See? Fangless. Happy? [They unloose him] Now, who the hell are you?

 

[FADE IN: Now Sam, Dean and Gordon are on the side of a car. The men show them his artillery.]

 

GORDON:  Sam & Dean Winchester. I can’t believe it. I met your old man once. Hell of a guy. Great hunter. I heard he passed. I’m sorry. That’s big shoes. But from what I hear, you fill them. Great trackers. Good in a tight spot.

DEAN: Seem to know a lot about our family.

GORDON: Word travels fast. You know how hunters talk.

DEAN: No, we don’t, actually.

GORDON: I guess there’s a lot your dad never told you, huh?

SAM: So, um. So those two vampires, there were yours.

GORDON: Yup. Been here two weeks.

DEAN: Check out that Barker Farm?

GORDON: A bust, just a bunch of hippie freaks. They could kill you with that patchouli smell.

DEAN: Where’s the nest, then?

GORDON: I got this one covered, don’t get me wrong, it’s a real pleasure meeting you. But I’ve been on this for over a year. I killed a fang back in Austin, tracked the nest here. I’ll finish it.

DEAN: We could help.

GORDON: Thanks. But I’m a go-it-alone type of guy.

DEAN: Come on men, I’ve itching for a hunt.

GORDON: Sorry. But, hey, I hear there’s a chupacabra two states over. Go ahead and knock yourselves out. [He opens the car’s door, come inside, close the door.] It was real good meeting you, though. I’ll buy you a drink on the flip side. [He leaves]

 

[FADE IN: A men is alone, he’s working, in a workshop of soldering close to the sea. He hears a sound, he try to find what did it. He walks close to the water when Gordon attacks him. They fight and we realise that the men is a vampire. Gordon is on the floor, the vampire will kill him but Dean & Sam arrives. Dean jumps on the vampire and kills him.]

GORDON: So I guess I gotta buy you that drink.

 

[FADE IN: Back at the tavern, Dean, Sam & Gordon are seat at a table, drink some beers.]

 

WAITRESS: Here you go.

 

[Dean takes money in his pocket.]

 

GORDON: No, no, I got it.

DEAN: Come on.

GORDON: I insist.

GORDON: [to the waitress] Thanks sweetie.

WAITRESS: You’re welcome. Thanks.

GORDON: [He raises his glass] Another one bites the dust.

DEAN: That’s right.

 

[Sam watching them with a septic face.]

 

GORDON: Dean, [He laughs] you gave that big-ass fang one hell of a haircut, my friend.

DEAN: Thank you.

GORDON: That was beautiful, absolutely beautiful.

DEAN: Well, you all right, Sammy?

SAM: Yeah, I’m fine.

GORDON: Well, lighten up a little, Sammy?

SAM: He’s the one who gets to call me that.

GORDON: Okay, no offence meant. Just celebrating a little. Job well done.

SAM: Right, well, decapitations aren’t my idea of a good time, I guess.

GORDON: Oh, come on, man. It’s not like it was human. You gotta have fun with your job.

DEAN: See, that’s what I’ve trying to tell him. You could learn a thing or two from this guy.

SAM: Yeah, I bet I could. Look I’m not gonna bring you guys down. I’m just gonna go back to the motel.

DEAN: Are you sure?

SAM: Yeah.

DEAN: Sammy. Remind me to beat that buzz kill out of you later, all right? [He gives his keys to Sam.]

GORDON: Something I said?

DEAN: No, he just gets that way sometimes. Tell you what…match quarters for the next round.

 

[Sam is back to the motel, he put the keys on the night table.]

 

[Back to the tavern]

DEAN: So I pick up this crossbow and I hit that ugly sucker with a silver-tipped arrow right in his heart. Sammy’s waiting in the car and me and my dad take this thing into the woods and burn it to a crisp. I’m sitting there and I’m looking into the fire and I’m thinking to myself: ‘’I’m 16 years old. Kids my age are worried about pimples, prom dates. I’m seeing things that they’ll never even know. Never even dream of. ‘’ So right then, I just sort of - -

GORDON: Embraced the life?

DEAN: Yeah.

GORDON: Yeah.

DEAN: Yeah. How’d you get started?

GORDON: First time I saw a vampire, I was barely 18. Home alone with my sister. I hear the window break in her room. I grab my dad’s gun, run in. Try to get it off her. It was too late. So I shoot the damn thing which is about as useful as snapping it with a rubber band. It rushes me, picks me up, flings me across the room knocks me out cold. When I wake up the vampire’s gone, my sister’s gone.

DEAN: And then?

GORDON: Then. Try explaining that one to your family. So I left home. And then bummed around looking for information. How you track them, how you kill them. And I found that fang. It was my first kill.

DEAN: Sorry about your sister.

GORDON: Yeah. She was beautiful. I can still see her, you know? The way she was. But, hey, that was long time ago. I mean, your dad. It’s gotta be rough.

DEAN: Yeah…Yeah, you know, he was just one of those guys. Took some terrible beatings and just kept coming. So you’re always saying to yourself, you know: ‘’He’s indestructible. He’ll be always around. Nothing can kill my dad.‘’ And just like that: [slams fingers] He’s gone. I can’t talk about this to Sammy. You know, I gotta keep my game face on. But, uh…But the truth is, I’m not handling it very well. Feel like I have this- -

GORDON: Hole inside you? And it just gets bigger and bigger and darker and darker? Good, you can use it. Keeps you hungry. Trust me, there’s plenty out there needs killing and this’ll help you do it. Dean, it’s not a crime to need your job.

 

[At the roadhouse]

 

ELLEN: Harvelle’s Roadhouse.

SAM: Hey, Ellen, Sam Winchester.

ELLEN: Sam, it’s good to hear from you. You boys are okay, aren’t you?

SAM: Yeah, yeah, everything’s fine. Got a question.

ELLEN: Yeah, shoot.

SAM: You ever run across a guy named Gordon Walker?

ELLEN: Yeah, I know Gordon.

SAM: And?

ELLEN: He’s a real good hunter. Why you asking, sweetie?

SAM: We ran into him on a job and we’re kind of working with him.

ELLEN: Don’t do that, Sam.

SAM: I- - I thought you said he was a good hunter.

ELLEN: And Hannibal Lecter’s a good psychiatrist. Look he’s dangerous to everyone and everything around him. If he’s working on a job, let him handle it, move on.

SAM: Ellen- -

ELLEN: No, Sam. You just listen to what I’m telling you, okay?

SAM: Right, okay.

 

[Back to the tavern]

 

GORDON: Know why I love this life?

DEAN: Hm?

GORDON: It’s all black and white. There’s no maybe. You find the bad thing, kill it. See most people spend their lives in shades of gray. Is this right, is that wrong? Not us.

DEAN: I’m not sure Sammy would agree with you, but…

GORDON: Doesn’t seem like your brother’s much like us. I’m not saying he’s wrong, just different. You and me, we were born to do this. It’s in our blood.

 

[FADE IN: Sam is outside, buying something to drink, he goes back to the room of the motel, but he hears a crack behind him. He makes as he had hear nothing, opens his bottle drinks a sip. He opens the door and come inside and closes the door. He laughing put the bottle on a table. Somebody jump on him, they are two. But one of them take the phone and hit Sam with it. They kidnapped him. We saw a car on a bridge. Sam on a chair, he’s tied. The barman of the start, takes away the bag of on Sam’s Head. He’s a vampire, he want bit Sam but a woman, Lenore, intervenes.]

 

LENORE: Wait. Step back Eli. [The men steps back. She takes away the blindfold from Sam.] My name’s Lenore. I’m not gonna hurt you. We just need to talk.

SAM: Talk? Yeah, okay. But I might have a tough time paying attention to much beside Eli’s teeth.

LENORE: We won’t hurt you. You have my word.

SAM: Your word? Oh, yeah, great. Thanks. No offence, but you’re not the first vampire I’ve met. 

LENORE: We are not like the others. We don’t kill humans. We don’t drink their blood. We haven’t for a long time.

SAM: What it this, some king of joke?

LENORE: Notice you’re still alive.

SAM: Okay, correct me if I’m wrong here, but shouldn’t you be starving to death?

LENORE: We’ve found another ways: cattle blood.

SAM: You’re responsible for al the- -?

LENORE: It’s not ideal. In fact, it’s disgusting. But allow us to get by.

SAM: Okay, why?

LENORE: Survival. No deaths, no missing locals… no reason for people like you to come looking for people like us. We blend in. Our king is practically extinct. Turns out we weren’t as high up the food chain as we imagined.

ELI: Why are we explaining ourselves to this killer?

LENORE: Eli.

ELI: We choke on cow’s blood so that none of them suffer? Tonight they murdered Conrad and celebrated.

LENORE: Eli that’s enough.

SAM: Yeah, Eli, that’s enough.

LENORE: What’s done is done. We’re living this town tonight.

SAM: Why did you bring me here? Why are you even talking to me?

LENORE: Believe me, I’d rather not. But I know your kind. Once you have to scent, you’ll keep tracking us. It doesn’t matter where we go. Hunters will find us.   

SAM: So you’re asking us not to follow?

LENORE: We have right to live. We’re not hurting anyone.

SAM: Right, so you keep saying. But give me one good reason why I should believe you.

LENORE: [she closer to Sam.] Fine. You know what I’m going to do? I’m going to let you go. [She talks to Eli.] Take him back. Not a mark on him.

 

[They’ve put a bag on Sam’s head. They seat him in the car and drive him back to the motel.]

 

[Dean & Gorgon are at the motel.]

 

GORDON: This is the best pattern I can establish. It’s sketchy at best.

DEAN: it’s all coming from this side of town. The nest would be around here, right?

GORDON: Yeah, that’s what I’m thinking. Problem is there’s 35, 40 farms out there. I’ve searched about half of them already, but nothing yet. Covering their tracks real good.

DEAN: Well, I guess we’ll just have to search the other half. What time is it? Where is Sam?

GORDON: Car’s parked outside. Probably went for a walk. Seem like the take-a-walk type.

DEAN: Yeah, he is, but, - -

 

[Sam opens the door.]

 

DEAN: Where you been?

SAM: Can I talk to you alone?

DEAN: You mind chilling out for a couple minutes? [Gordon makes sign that yes of the head. Dean & Sam going outside.]

SAM: Dean, maybe we gotta rethink this hunt.

DEAN: What are you talking about? Where were you?

SAM: In the nest.

DEAN: You found it?

SAM: They found me, man.

DEAN: Wha—how’d you get out? How many did you kill?

SAM: None.

DEAN: They didn’t just let you go.

SAM: That’s exactly what they did.

DEAN: Al right, well, where is it?

SAM: I was blindfolded. I don’t know.

DEAN: Gotta know something.

SAM: We went over that bridge outside the town but, Dean listen, maybe we shouldn’t go after them.

DEAN: Why not?

SAM: I don’t think they’re like others vampires. I don’t think they are killing people.

DEAN: You’re joking. Then how do they stay alive or undead, what ever the hell they are?

SAM: The cattle mutilations. They said they live off of animal blood. 

DEAN: And you believe them?

SAM: Look at me, Dean. They let me go without a scratch.

DEAN: Wait, so you’re saying- -? No man. No way. I don’t know why they let you go. I don’t really care. We find them and we waste them.

 

[Dean walk to the door.]

 

SAM: Why? 

DEAN: What part of ‘’ vampires ‘’ don’t you understand, Sam? If it’s a supernatural, we kill it. End of the story. That’s our job. 

SAM: No, Dean, that is not our job. Our job is hunting evil. If these things aren’t killing people, they’re not evil.  

DEAN: Of course they’re killing people that’s what they do. They’re all the same, Sam. They are not human, okay? We have to exterminate them.

SAM: No, Dean. I don’t think so, all right? Not this time.

DEAN: Gordon’s on those vamps for a year men, he knows.

SAM: Gordon?

DEAN: Yes.

SAM: You’re taking his word for it?

DEAN: That’s right.

SAM: Ellen says he’s bad news.

DEAN: You called Ellen?

 

[Sam says yes with his head.]

 

DEAN: And I’m supposed to listen to her? We barely know her, Sam. No, thanks. I’ll go with Gordon.

SAM: Right, because Gordon’s such an old friend. You think I can’t see what this is?

DEAN: What are you talking about?

 

SAM: He’s a substitute of dad, isn’t he? A poor one.

DEAN: Shut up, Sam.

SAM: He’s not even close, Dean. Not on his best day.

DEAN: You know I’m not gonna talk—

SAM: You slap on his big fake smile but I can see through it. Cause I know how you feel. Dad’s dead, and he left a hole and it hurt so bad you can’t take it. But you can’t just fill that hole with whoever you want to. It’s an insult to his memory.

DEAN: Okay. [He turns around and hit Sam.]

SAM: You hit all you want. It won’t change anything.

DEAN: I’m going to that nest. You don’t wanna tell me where it is, fine. I’ll fine it myself.

SAM: Dean.

 

[They’re going into the motel room. Gordon’s gone. With the impala’s keys. ]

 

DEAN: Gordon?

SAM: You think he went after them?

DEAN: Probably.

SAM: Dean, we have to stop him.

DEAN: Really? Sam, because I say we lend a hand.

SAM: Just give me the benefit of the doubt, would you? You owe me that.

DEAN: Yeah, we’ll see. I’ll drive, give me the keys.

 

[Sam show the place where he put earlier the keys, they’re not there anymore.]

 

SAM: He snaked the keys.

 

[In the car, Dean tries to start up the car without keys]

 

DEAN: I can’t believe this. I just fixed her up too. [The car starts up.] The bridge, is that all you got?

SAM: The bridge was four and a half minutes from their farm.

DEAN: How do you know?

SAM: I counted. They took a left out of the farm, then turned right onto a dirt road. Followed that for two minutes, slightly uphill. Then took another quick right and we hit the bridge.

 

DEAN: You’re good. A monster pain in the ass…but you’re good.

 

[They left the motel parking.]

 

[FADE IN: Lenore and Eli pack their suitcase.]

 

LENORE: In the truck, thank you.

ELI: We can’t leave like this. Lenore, listen to me. We need to stay and fight. 

LENORE: They were my friends, too, Eli. My family.

ELI: That’s not what I’m talking about. This is self-defense. Kill or be killed. They can’t hunt us if they’re dead.

LENORE: Killing those three wouldn’t solve anything. There’s more where they came from. We’re outnumbered. This is all we can do. Try and reason with- -

ELI: You can’t reason with these people. They’re gonna kill us all anyway. We should at least take a few of them with us.

LENORE: I’m not giving up hope. If we can change, they can change. Now, go into town and gather the others. We leave before sunrise.

 

[We saw Gordon’s car on the bridge and fallows the good way. Just after Gordon, Dean takes the same road.] [Lenore goes out, put a box in the truck. She looks everywhere. When she turns around, Gordon’s there. He catches her, show her a bloody knife, he hurt her.]

 

GORDON: Dead man’s blood, bitch.

 

[Gordon continues to hurt Lenore with dead man’s blood. Dean & Sam arrive.]

                                                                                                                                                                                

GORDON: Sam, Dean, come on in.

DEAN: Hey, Gordon, what’s going on?

GORDON: Just poisoning Lenore here with some dead man’s blood. She gonna tell us where all her friends are. [Dean looks anxious.] Wanna help?

DEAN: Look, man- -

GORDON: Grab a knife. I was just about start in on the fingers. [He cuts her arm.]

DEAN: Whoa, hey, let’s all just chill out, huh?

GORDON: I’m completely chill. 

SAM: [He advances towards Gordon.] Gordon, put he knife down.

GORDON: Sounds like it’s Sammy that need to chill.

SAM: Just step away from her, all right?

GORDON: [Looks Lenore.] You’re right. I’m wasting my time here. [He put the knife on the table.] This bitch’ll never talk. [He takes a bigger knife.] Might as well put her out of her misery. I just sharpened it so it’s completely humane.

SAM: [He advances towards Lenore.] Gordon, I’m letting her go.

GORDON: You’re not doing a damn thing. [He checks off its knife on Sam.]

DEAN: Hey, hey, hey. Gordon, let’s talk about this.

GORDON: What’s there to talk about? It’s like I said, Dean, no shades of gray.

DEAN: Yeah, I hear you. And I know how you feel.

GORDON: Do you?

DEAN: The vampire that killed you sister deserved to die. But this- - [Gordon Laughing]

GORDON: Killed my sister? That filthy fang didn’t kill my sister. It turned her. Made her one of them. So I hunted her down and killed her myself.

DEAN: You did what?

GORDON: Wasn’t my sister anymore. It wasn’t human. I didn’t blink. Neither would you.

SAM: So you knew all long then? You knew about vampires. They weren’t killing anyone. You knew about the cattle and just didn’t care.

GORDON: Care about what? A nest of vampires suddenly acting nice? Taking a little time-out from sucking people and we’re supposed to buy that? Trust me. Doesn’t change what they are. And I can prove it. [He turns around, front of Sam, with the big knife, take Sam’s arm and do it bleed under Lenore.]

SAM: Ahh!

DEAN: [He charges his fun.] Let him go. Now !

GORDON: Relax. If I wanted to kill him, he’d already be on the floor. Just making a little point. [He presses on Sam’s arm for do it bleeds on Lenore. Her teeth changes, she’s in vampire.]

DEAN: Hey!

GORDON: You think she’s so different? Still wanna save her? Look at her. They’re all the same. Evil, bloodthirsty.

LENORE: [She comes back normal.] No, no.

SAM: You hear her, Gordon?

LENORE: No, no.   [Gordon put his knife down.]

SAM: We’re done here.

DEAN: Sam, get her out of here.

SAM: Yeah. [Sam takes Lenore in his arm and gets her out.] I’ve got you.

 

[Gordon moves.]

 

DEAN: Uh-uh. Uh-uh.

DEAN: Gordon, I think you and I got some things to talk about.

GORDON: Get out of my way.

DEAN: Sorry.

GORDON: You’re not serious.

DEAN: Having a hard time believing it, but I know what I saw. If you want those vampires, you gotta go through me.

 

[Gordon puts the top of his knife in the table.]

 

GORDON: Fine.

 

[Dean takes out the loader of his gun, puts the gun in his pocket but Gordon hit Dean. A fight just started Gordon takes back his knife, Dean avoids the knife and hits Gordon again and again.]

 

GORDON: What are you doing, man? You’re doing this for a fang? Come on, Dean. We’re on the same side here.

DEAN: I don’t think so, you sadistic bastard. [Gordon hit Dean again and again.]

GORDON: You’re not like your brother. You’re a killer. Like me.

 

[Dean’s on the floor but he makes fall Gordon on the floor and wheel of blow. Gordon is K.O and Dean hits him the head on a column.]

 

DEAN: Oh, sorry. [He ties him to a chair.] You know I might be like you and I might not. But you’re the one tied up right now.

 

[At the sunrise, Gordon’s always tied up. Sam is back.]

 

SAM: I miss anything?

DEAN: Not much. Lenore get out okay?

SAM: Yeah. All of them did.

DEAN: Then I guess our work here is done. [He looks Gordon.] How are you doing, Gordy? You gotta tinkle yet? All right. Well, get comfy. We’ll call someone in two or three days, have them come out, untie you.

SAM: Ready to go, Dean?

DEAN: Not yet. [He’s front of Gordon now.] I guess this is goodbye. Well, it’s been real. [He takes down a right hook to Gordon.]  Okay. I’m good now. We can go.

 

[Outside.]

 

DEAN: Sam.

SAM: Yeah?

DEAN: Clock me one.

SAM: What?

DEAN: Come on. I won’t even hit you back. Let’s go.

 

[Sam smiles.]

 

SAM: No.

DEAN: Let’s go. You get a freebie. Hit me. Come on.

 

[They’re going to the car.]

 

SAM: You look like you just went 12 rounds with a block of cement, Dean. I’ll take a rain check.

DEAN: I wish we never took this job. It’s jacked everything up.

SAM: What do you mean?

DEAN: Think about the hunts we went on, our whole lives.

SAM: Okay.

DEAN: What if we killed things that didn’t deserve killing? I mean, the way dad raised us- -

SAM: Dean, after what happened to mom, dad did the best he could.

DEAN: I know he did. But the man wasn’t perfect. And the way he raised us to hate those things? And, man, I hate them. I do. When I killed that vampire at the mill I didn’t even think about it. Hell, I even enjoyed it.

SAM: You didn’t kill Lenore.

DEAN: Well, but every instinct told me to. I was gonna kill her, kill them all.

SAM: Yean, Dean, but you didn’t. And that’s what matters.

DEAN: Yeah. And because you’re a pain in my ass.

 

[Sam smiles.]

 

SAM: I guess I might have to stick around and be a pain in the ass, then.

DEAN: Thanks.

SAM: Don’t mention it.

 

[Sam sat down in the car. Dean stays a couple of seconds alone, then he sat down to.]

 

 

 

 End

 

 

Ecrit par fredeuhh.

Kikavu ?

Au total, 130 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Crowley61 
10.04.2019 vers 20h

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

arween  (06.04.2016 à 20:13)

Episode intéressant car pour un fois, on voit que tout n'est pas noir ou blanc dans la série. On avait déjà eu les humains mauvais et là, on a les gentils vampires. La seule chose que je trouve un peu dommage pour cet épisode, c'est qu'il était clair que ça serait Sam qui découvrirait la vérité en premier et qui essayerait de persuader Dean. Ca aurait été intéressant de voir l'inverse. Mais l'épisode était vraiment pas mal.

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Participe à notre jeu HypnoChance pour gagner un hors-série LiRE Game of Thrones !
Tirage au sort le 23/04 | Participation gratuite

Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 23:20

Survivor (suite)
Hier à 21:42

Jack Kline
Hier à 20:42

Rowena
Hier à 20:15

Billie
Avant-hier

Arthur Ketch
Avant-hier

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Luna25, Hier à 18:13

Désolée pour le bug

Xanaphia, Hier à 19:08

22 votants... je suis sûre que l'on peut mieux faire Et pas besoin de connaître les séries ! Direction le quartier Arrow

teddymatt, Hier à 19:16

128 au départ ! Une seule personnalité gagnera au final ! Venez voter sur le quartier The L Word (Animation : Quelle personnalité inviter ?)

choup37, Hier à 22:11

PDM, survivor, pendu, citations et sondage vous attendent sur Doctor Who!

choup37, Hier à 22:11

Le calendrier aussi ainsi que sur kaamelott et musketeers!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site