VOTE | 651 fans

#521 : La onzième heure

 

Réalisé par : Phil Sgriccia
Ecrit par : Sera Gamble

BOBBY VEND SON AME POUR AIDER A STOPPER L'APOCALYPSE/DEAN SE REND A UN FACE A FACE AVEC MORT - Crowley dit à Bobby qu'il lui révèlera où se trouve Mort (Julian Richings), le quatrième Cavalier, en échange de son âme. Sachant que Sam et Dean ont besoin du quatrième anneau pour stopper l'Apocalypse, Bobby est d'accord. Sam et Dean sont confrontés à Peste (Matt Frewer), mais il libère un virus mortel contre eux, donc Castiel doit intervenir. Dean rencontre Mort pour discuter de Lucifer, et une alliance se forme à un prix élevé pour Dean.

>>Photos promo<<

Popularité


4.57 - 7 votes

Titre VO
Two Minutes To Midnight

Titre VF
La onzième heure

Première diffusion
06.05.2010

Première diffusion en France
08.02.2011

Vidéos

Promo #1

Promo #1

  

Sneak Peek #1

Sneak Peek #1

  

Sneak peek #2

Sneak peek #2

  

Sneak peek #3

Sneak peek #3

  

Sneak Peek #4

Sneak Peek #4

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Résumé des épisodes précédents.

Davenport, Iowa. Dans un hopitâl, Pestilence, déguisé en Dr Green, rend visite à une vieille patiente. Il la contamine avec quatre maladies : l'encéphalite japonaise, la dengue, un rhume, et la varicelle. La patiente meurt en quelques secondes, non sans avoir vomi sa soupe de poix à la tête de Pestilence.

*****************************SUPERNATURAL***********************

Chez Bobby. Dean vient d'apprendre la brillante idée de Sam, de dire "oui" à Lucifer, et constate avec colère que Bobby était au courant. Dean interdit formellement à son frère de mettre son plan à bien, et est interrompu par son téléphone. C'est Castiel, étonnament vivant, qui se trouve à l'hopitâl. Si son sacrifice ne l'a pas tué, il lui a en revanche enlevé tout ses pouvoirs. Maintenant qu'il est humain, il a besoin d'argent pour les rejoindre, et aussi pour manger. Dean lui dit que Bobby s'en chargera, tandis que lui et Sam partent à la recherche de Pestilence. Sur le départ, Bobby leur demande d'être prudents, puis les boys s'en vont.

Devant l'hopitâl. Dean et Sam repèrent les lieux avec leurs jumelles. L'endroit est particulièrement déprimant. Ils n'ont aucun moyen de différencier les humains des démons, et encore moins de reconnaître Pestilence. Quand soudain, Dean repère la caméra de surveillance à l'entrée.

Dans la salle de vidéosurveillance. Dean se débarasse du gardien en improvisant. Puis il s'installe avec son frère devant les écrans, sans savoir quoi chercher. Soudain, l'un des écrans se brouille au moment où le "Dr Green" y apparaît. Les boys comprennent qu'ils viennent de trouver Pestilence.

On revoit la scène avec la vieille patiente. Puis les boys traversent un couloir et passent devant une chambre où une infirmière possédée les repère. Elle va immédiatement prévenir Pestilence, et le supplie de s'en aller. Mais le Cavalier compte bien profiter de cette occasion pour venger ses frères, et qu'importe les ordres de Lucifer. Il manipule le démon et répand des virus dans les couloirs de l'hopitâl.

Les boys se rapprochent de la chambre de Pestilence, et plus ils se trouvrent près du but, plus ils se trouvent infectés. Ils finissent par s'écrouler à l'entrée de la chambre, alors que la porte s'ouvre.

Tandis que les boys se trouvent à terre, Pestilence leur explique que son but personnel est de montrer à Dieu qu'il est ridicule d'accorder aux humains autant d'importance, alors que ce sont les créatures les plus faibles qui existent, incapables de résister aux bactéries et aux virus. Il s'apprête à les achever quand Castiel débarque, mais devenu humain, il tombe à son tour. Cependant il parvient à se relever et à couper le doigt de Pestilence portant l'anneau, et à tuer le démon. Les boys se relèvent pour récupérer l'anneau, mais Pestilence leur dit qu'il est déjà trop tard, et il disparaît.

De retour chez Bobby. Celui-ci est satisfait de voir l'anneau récupéré. Il apprend par les mines déconfites des boys qu'il serait déjà trop tard. Puis il leur apprend que Chicago sera bientôt rayée de la carte, car une tempête monstrueuse s'y prépare. La bonne nouvelle, c'est que Death y sera. Sam demande comment il peut savoir tout ça. Evasif, Bobby se contente de répondre qu'il a reçu de l'aide. Crowley apparaît à ce moment là, confirmant les craintes des boys que ce soit lui l'informateur. Puis il fait avouer à Bobby qu'ils ont pactisé. Il prouve même qu'ils ont scellé le pacte par un baiser, avec une photo. Dean est furieux et ordonne à Crowley de rendre l'âme de Bobby. Crowley promet qu'il lui rendra, mais une fois que tout sera terminé, en attendant, c'est son assurance-vie.

Dean range le coffre de la Chevy, et Sam le rejoint pour terminer leur discussion. Il lui dit qu'il est conscient d'être responsable de tout ce qu'il se passe, et sans doute n'est-il pas capable de contrôler le Diable, mais il est leur seule solution désormais, et il ne sait pas quoi faire d'autre. Dean ne sait quoi répondre. Crowley s'incruste, et tend un journal à Sam. Ce dernier lit que Niveus Pharmaceutique s'apprête à distribuer son vaccin. Crowley leur rappelle que c'était Brady le patron de la boîte. Dean et Sam comprennent alors que la grippe A n'était qu'un prétexte pour répandre le virus Croatoan à l'aide du vaccin. Dans peu de temps, le monde sera rempli de zombies.

Chicago, Illinois. Une voiture de collection blanche crème se gare. Un homme, portant un imper noir et une canne en sort. Le sinistre homme n'est autre que Death, qui traverse la rue et bouscule un passant. Celui-ci meurt quelques secondes après ce contact.

Chez Bobby. Castiel regarde pensivement l'arme qu'il tient. Quand Bobby lui demande ce qui ne va pas, Cas' avoue qu'il se sent inutile maintenant qu'il n'a plus de pouvoirs. Bobby n'est pas d'humeur à l'entendre se plaindre, et lui ordonne de charger le camion.

Les boys s'apprêtent à se séparer. Dean accompagnera Crowley pour trouver Death, tandis que Sam, avec Bobby et Castiel, partira détruire les stocks de vaccins. Les deux frères se souhaitent mutuellement bonne chance, en essayant de se rappeler le temps où ils se contentaient de chasser des wendigos. Crowley donne la Faucille de Death à Dean, le seul objet capable de tuer le Cavalier. Puis il demande à Bobby de se lever de son fauteuil, ce à quoi le vieux chasseur répond par un sarcasme. Crowley lui explique qu'il a rajouté une clause à son contrat, et lui demande à nouveau de se lever. A la grande surprise de tous, Bobby se lève, et tient parfaitement sur ses deux jambes. Il remercie le démon, et tous partent pour leurs missions respectives.

Dans le camion. Castiel vient d'être mis au fait concernant le plan de Sam. A la grande surprise de ce dernier, l'ex-ange ne trouve pas ça stupide, au contraire. Mais Michael a pris Adam comme réceptacle, et si Sam échoue, le combat sera inévitable, avec toutes les conséquences que ça implique. De plus, Castiel révèle qu'il faudra que Sam ingurgite énormément de sang de démon pour pouvoir supporter la présence de Lucifer, ce que Sam ignorait totalement.

Entrepôt de stockage de Niveus Pharm. Bobby explique à Castiel et à Sam qu'ils ont une heure avant que le premier camion ne parte, pour poser le C4 et tout faire exploser. Mais le plan doit changer quand ils se rendent compte qu'un camion est déjà sur le départ.

Castiel se débarasse du chauffeur du camion et détruit le système d'ouverture du portail. Un démon entend le klaxon et prévient son chef que les Winchester sont là. Le chef fait fermer l'entrepôt et sort une boîte de vaccin. Sam et Bobby font sortir les survivants et entrent, découvrant plusieurs infectés. Ils se préparent à lutter.

Sam et Bobby abattent les infectés les uns après les autres. Un cri se fait entendre et Sam décide d'aller voir. Il demande à Bobby de rester là et lui donne le couteau. Bobby tue alors le démon qui tente de l'attaquer par derrière.

Pendant ce temps, Dean et Crowley se dirigent vers un entrepôt. Le quartier est plein de faucheurs, ce qui indique la présence de Death. Crowley s'éclipse un court instant et réapparaît en disant que Death n'est pas là, et qu'il faut chercher ailleurs.

Niveus Pharm. Sam sauve une jeune femme qu'il fait rapidement sortir. Puis il repart à l'assaut, sous le regard médusé et admiratif de Bobby.

Dean et Crowley remontent dans l'Impala. Tandis que Dean demande au démon comment faire évacuer une ville de trois millions d'habitants, Crowley disparaît pour réapparaître devant une pizzeria. Il revient vers Dean et lui dit que Death se trouve dans le restaurant. Dean s'y rend.

Niveus Pharm. Sam fait sortir les derniers rescapés. Soudain il se fait surprendre par un infecté, et Bobby est à cours de munitions. Contre toute attente, c'est Castiel qui tire dans la tête de l'infecté et sauve Sam. Bobby leur propose de poser les explosifs et de partir rapidement.

Dans la pizzeria. Tout le monde est mort, à l'exception d'un homme, Death, qui mange tranquillement sa pizza au milieu de ses victimes. A l'extérieur, l'orage bat son plein. Dean s'approche discrètement du Cavalier, mais celui-ci le sent venir et récupère la Faucille. Puis il l'invite à sa table. Peu rassuré, Dean s'asseoit. Death n'a pas l'intention de le tuer, contrairement à ce qu'il pense. En vérité, ça fait un moment que le Cavalier cherche à le rencontrer et ceci dans le but de lui proposer un marché. Death révèle à Dean qu'il est tellement puissant qu'un jour il emportera Dieu lui-même. Mais il se retrouve à jouer le rôle d'un jouet dans les mains du gamin capricieux qu'est Lucifer. Death propose alors à Dean de lui donner son anneau, et par la même occasion d'épargner la ville de Chicago, mais à la condition qu'il fasse tout pour que Lucifer entre dans sa cage, même si cela implique de sacrifier Sam. Dean hésite un moment, puis accepte le marché. Death lui donne l'anneau, et lui explique comment l'utiliser. Dehors, l'orage s'est arrêté.

Chez Bobby. Dean, rejoint par Bobby, lui montre comment les anneaux se rassemblent maintenant qu'ils sont réunis. Bobby n'ose pas les toucher. Dean lui explique alors le marché qu'il a fait avec Death, mais il n'a pas l'intention de laisser Sam se sacrifier. Il pense que Death pourrait aussi avoir menti. Bobby ne pense pas, et a reconsidéré l'idée de Sam, après l'avoir vu sauver une dizaine de personnes. Il pense qu'ils ont été durs avec lui, car même s'il a un côté sombre, il est foncièrement bon. Et il se battra jusqu'au bout contre Satan, même s'il doit en mourir. Dean le sait aussi. Bobby lui demande alors ce qui l'effraie le plus : perdre, ou perdre Sam ?

 

Ecrit par Deanlove35.

INT. HOPITAL

(Davenport, Iowa. Pestilence, sous l'identité du Dr Green, rend visite à une patiente, Céleste.)

CELESTE : Dr Green ! Vous avez fait bon voyage ?

PESTILENCE : Ah oui, j'ai bien travaillé ! (Il s'asseoit auprès d'elle.) Et comment va cette chère Céleste, ma patiente préférée ? L'infirmière m'a dit que vous n'arriviez pas à dormir.

CELESTE : Oh, je me sens de plus en plus mal jour après jour.

PESTILENCE : Eh bien, c'est parce que vous souffrez de plusieurs pathologies concomittantes. Vous avez une grippe, le virus de la dengue, ainsi qu'une vilaine, une très vilaine encéphalite japonaise qui fait monter votre fièvre.

CELESTE : Qu'est-ce que... Enfin, je ne comprend pas.

PESTILENCE : Si, vous avez compris. (Il passe sa main sur le front de Céleste, et son visage se couvre de pustules.) Oh, voyez vous ça ! Vous n'aviez jamais eu la varicelle quand vous étiez petite ? Je peux dire qu'avec vous, je ne risque pas de m'ennuyer.

CELESTE : Mais... Comment ais-je pu attraper....

PESTILENCE : Attraper toutes ces maladies différentes en même temps ? Eh bien, il s'agit d'une petite recette que j'ai concocté moi-même, et que j'ai mise à culture dans un tube à essai spécial. Vous. (Céleste a du mal à respirer.) Essayez de vous détendre, tout va bien se passer.

CELESTE : Est-ce que vous allez réussir à me guérir ?

PESTILENCE : Hum, non. Vous allez y rester. Dans exactement, 4, 3, 2... (Céleste vomit un liquide vert semblable à de la soupe de poix, puis elle meurt.) Très intéressant.


SUPERNATURAL


INT. CHEZ BOBBY

(Dean et Sam se disputent dans la cuisine, tandis que Bobby consulte des journaux.)

DEAN : Qu'est-ce qui tourne pas rond chez toi ?!

SAM : Dean....

DEAN : Non, n'essaie pas de m'amadouer ! C'est pas la première idée débile que tu me sers, mais celle-là, elle bat tout les records ! (A Bobby, qui approche.) Est-ce qu'il t'en a parlé ?

BOBBY : De quoi ?

DEAN : De son idée grotesque de dire "oui" au Diable ! (Bobby acquiesce.) Qu'est-ce que t'attendais pour m'en parler ?!

BOBBY : Mais, pourquoi c'est moi qui prend ?

DEAN : (à Sam.) Tu peux pas faire ça.

SAM : Ca, c'est ce que tout le monde croit.

DEAN : Eh ben, parfait ! Tout le monde a raison. (Le téléphone de Dean sonne.) On en reparlera. (Il décroche.) Allo ?

CASTIEL : Dean ?

DEAN : Castiel ?!

SAM : Comment il va ?

(Dean lui fait signe d'attendre.)

DEAN : Tout le monde te croyait mort, où est-ce que tu te planques ?

INT. HOPITAL

(On voit Castiel allongé dans un lit.)

CASTIEL : Dans un hôpital.

DEAN : Est-ce que tout va bien ?

CASTIEL : Non.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Tu pourrais développer ?

INT. HOPITAL

CASTIEL : Je-je me suis réveillé ici. Les médecins ont été surpris, ils ont pensé que mon cerveau ne fonctionnait plus.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Alors, t'es dans un hôpital ? Et où ?

INT. HOPITAL

CASTIEL : Apparemment... Après Van Huys, je suis réapparu plein de sang et inconscient sur un chalut à crevettes au large de Delacroix.

INT. CHEZ BOBBY

CASTIEL : On m'a dit que j'avais fais peur aux marins pêcheurs.

DEAN : Euh, oui, on peut dire que tu tombes à pic, en tout cas. On a trouvé un moyen d'ouvrir la porte de l'Enfer.

INT. HOPITAL

CASTIEL : Comment ?

DEAN : C'est une longue histoire.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Mais on va partir à la recherche de Pestilence, là tout de suite., Alors, si tu pouvais pointer ton cul, ce serait pas mal.

INT. HOPITAL

CASTIEL : Je ne peux pas me télétransporter.

DEAN : Qu'est-ce que tu racontes ?

CASTIEL : Disons que ma batterie est complètement à plat.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Quoi, tu as perdu tes supers pouvoirs d'ange ?

CASTIEL : Tout ce que je sais, c'est que j'ai soif et que j'ai mal à la tête.

INT. HOPITAL

CASTIEL : J'ai une piqûre de moustique qui me démange, pourtant, j'arrête pas de la gratter. Apparemment, je suis presque devenu...

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Humain ?

INT. HOPITAL

CASTIEL : Ouais.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : Pas de bol. Désolé.

INT. HOPITAL

CASTIEL : En résumé, je peux aller nulle part sans avoir de l'argent pour... acheter un billet d'avion, de la nourriture et des médicaments contre la douleur.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : T'en fais pas pour ça. Bobby est là, il va t'envoyer de l'argent.

BOBBY : Sans blague !

CASTIEL : Ce n'est pas tout.

INT. HOPITAL

CASTIEL : T'as dis "non" à Saint-Michel. Je te présente mes excuses.

DEAN : Je t'en prie.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : C'est rien du tout.

INT. HOPITAL

CASTIEL : Ca veut dire que t'es pas aussi abattu et désespéré que je me l'étais imaginé.

INT. CHEZ BOBBY

DEAN : C'est gentil. Ca me va droit au coeur.

INT. HOPITAL

CASTIEL : Je t'en prie.

EXT. CHEZ BOBBY

(Les boys montent dans l'Impala.)

BOBBY : Faites gaffe.

(Bobby regarde l'Impala s'éloigner.)

EXT. HOPITAL SERENITY VALLEY

(Les boys surveillent l'entrée et repèrent les lieux.)

DEAN : Alors, voilà l'antre du docteur d'Enfer ?

SAM : C'est trise à mourir comme endroit.

DEAN : Sauf qu'on y meure pas d'ennui, mais réellement. Evidemment, c'est Disneyland pour Pestilence.

SAM : Super. On a un bâtiment rempli de gens, mais on ne sait pas qui est un démon, qui est humain et qui est Pestilence. Qu'est-ce qu'on fait ?

DEAN : Une seconde.

(Dean repère la caméra de surveillance.)

INT. HOPITAL

(Dean entre dans la salle de vidéosurveillance.)

DEAN : Euh, salut ! Ca va ? Je cherche ma grand-mère, elle s'appelle Eunice, Eunice Kennedy.

GARDIEN : Allez voir l'infirmière à l'accueil.

DEAN : Mais euh, vous pouvez peut-être me donner un coup de main, monsieur ? E-elle est pas plus grande que ça, elle est toute ratatinée, elle a les cheveux gris, et elle met des couches.

(Dean profite de l'attention du gardien pour l'assommer d'un coup de poing. Puis, il frappe à la porte pour dire à Sam de rentrer, et éloigne le gardien inconscient du moniteur.)

SAM : Eunice Kennedy ?

DEAN : Ce qu'il y a de bien dans l'impro, Sammy, c'est qu'on ne sait jamais ce qui va sortir de notre bouche.

(Quelques instants plus tard, Sam surveille les caméras, tandis que Dean dort.)

SAM : Qu'est-ce qu'on... (il frappe son frère.) Hé ! Qu'est-ce qu'on cherche au juste ?

DEAN : Pestilence. Il a sûrement l'air malade.

SAM : Tout le monde a l'air malade. (Dean soupire, puis de nombreuses minutes de surveillance passent. Dean somnole, quand Sam aperçoit un écran qui se brouille au passage du Dr Green, aka Pestilence.) Hé !

(Dean s'approche du moniteur et observe le passage de Pestilence.)

DEAN : Je crois qu'on le tient.

(Dean et Sam se regardent.)

INT. CHAMBRE DE CELESTE

(On revoit la scène d'introduction.)

CELESTE : Docteur Green ! Vous avez fait bon voyage ?

PESTILENCE : Ah oui, j'ai bien travaillé ! Comment va Céleste, ma patiente préférée ?

INT. COULOIRS

(Dean et Sam traversent rapidement, et le plus discrètement possible les couloirs. Ils passent devant une chambre, où une infirmière s'occupe d'un patient. Elle se retourne sur leur passage.)

INT. CHAMBRE DE CELESTE

(Pestilence essuie le vomi qu'il a sur la figure tandis que l'infirmière, qui est possédée, entre.)

DEMON : Monsieur ? Les Winchesters sont là. Allons-nous en.

(Pestilence rit.)

PESTILENCE : Tu me fais marcher, là ?

DEMON : Ils sont déjà venus à bout de deux chevaliers.

PESTILENCE : Deux de mes frères. C'est inutile de me le rappeler. Non. La seule chose à faire est de les attendre, et de les terrasser dans la fleur de l'âge.

DEMON : Monsieur, nous avons reçu l'ordre de ne pas tuer les véhicules.

PESTILENCE : Si Satan les veut à ce point, il n'a qu'à aller se les carrer où je pense ! (Il se calme, et fait signe au démon d'approcher.) Viens, approche. (Elle approche doucement, et il la prend dans ses bras.) Et maintenant....

(Il tourne son anneau.)

INT. COULOIRS

(Un médecin et une infirmière discutent.)

MEDECIN : Appelez-moi si elles sont fausses.

INFIRMIERE : Bien, docteur.

(Le médecin soudain s'écroule, et vomit de la soupe de poix. L'infirmière s'agenouille à ses côtés, mais elle est rapidement recouverte de pustules, et s'étouffe. Les boys s'approchent des couloirs contaminés, et ont du mal à avancer, et commencent à tousser.)

SAM : On doit plus être très loin.

DEAN : Tu crois ?

SAM : Ouais. (Dean ne peut plus avancer.) Dean !

(Sam l'aide un peu, mais ils tombent. Sam avance tout seul et avec difficulté jusqu'à la chambre 210. Le démon ouvre la porte.)

DEMON : Le docteur va vous recevoir.

PESTILENCE : Sam ! Dean ! Entrez ! (Sam, à bout de forces, tombe inconscient.) Entrez donc.

(Ecran noir.)


INT. CHAMBRE DE CELESTE

(Le démon traîne Dean à l'intérieur, jusqu'à côté de Sam. Les boys continuent de tousser.)

PESTILENCE : Hmm, ça n'a pas l'air d'aller très fort. C'est peut-être euh, la scarlatine, ou alors une... méningite ? Non ! C'est la syphillis. On rigole moins. (Il attrape la tête de Sam par les cheveux.) Ce que tu ressens en ce moment, n'est rien comparé à ce que tu vas bientôt ressentir. Des questions ? (Il lâche Sam, et se met du produit antiseptique sur les mains.) La maladie a toujours eu une très mauvaise réputation. Pour tout le monde, c'est quelque chose de sale et d'incontrôlé, alors qu'en réalité, ce sont plutôt les personnes malades qui sont ainsi. La maladie, ou l'infection en elle-même, est vraiment... pure. Elle est tenace. Les bactéries n'ont qu'un seul but, se diviser pour mieux régner. (Dean essaie d'attraper le couteau de Ruby tandis que Pestilence parle, mais ce dernie l'aperçoit et lui écrase la main avec son pied. Dean crie de douleur.) Et c'est pour ça qu'au final... cette pure maladie l'emporte toujours. (Il éloigne le couteau de l'autre pied, et libère la main de Dean.) Et donc, on peut se demander pourquoi Dieu a choisi de mettre son amour dans des choses aussi abjectes ! Et faibles ! C'est ridicule. Oh enfin... Tout ce que moi je peux faire c'est, lui prouver qu'il a tort en provoquant une épidémie après l'autre. A présent, sur une échelle de un à dix, où situez-vous votre douleur ?

(Castiel entre.)

DEAN : Castiel ?!

PESTILENCE : Comment es-tu venu ?

CASTIEL : J'ai pris le bus. Ne vous en faites pas, je...

(Il tombe à genoux, et crache du sang.)

PESTILENCE : Voyez-vous ça ? Un véhicule occupé, mais sans aucun pouvoir. Oh, c'est fascinant ! Il n'y a plus aucune trace d'ange en toi, on dirait.

(Soudain, Castiel se relève, saisit le couteau, et coupe le doigt de Pestilence.)

CASTIEL : Peut-être une petite trace !

(Le démon se jette sur Castiel, qui réussit à la tuer. Dean et Sam se relèvent, guéris, et Dean prend le doigt portant l'anneau.)

PESTILENCE : Ca n'a pas d'importance. Il est trop tard.

(Pestilence disparaît.)

INT. CHEZ BOBBY

(Dean pose l'anneau sur le bureau de Bobby.)

BOBBY : Bien. Pour une fois qu'on arrive à gagner un match sans trop de dégâts. (Bobby se rend compte que les boys n'ont pas tellement l'air victorieux.) Quoi ?

SAM : La dernière chose que Pestilence a dite, c'est... "Il est trop tard".

BOBBY : Et il a pas développé ?

SAM : Non.

DEAN : On se dit qu'il a peut-être laissé une bombe quelque part, alors... S'il te plait, dis-nous que t'as de bonnes nouvelles à nous donner.

BOBBY : Chicago ne va pas tarder à être rayée de la carte. A cause d'une tempête apocalyptique. Ca va être le début d'une série de catastrophes naturelles. Trois millions de personnes vont mourir.

CASTIEL : J'ai un peu de mal à comprendre ta définition de "bonne nouvelle".

BOBBY : Eh bien, disons que la Mort, le Cavalier, sera bientôt à Chicago. Ce serait bien qu'on puisse l'arrêter avant qu'il déclenche la tempête et qu'on récupère sa bague.

DEAN : T'as raison. Dis comme ça, ça a l'air super facile.

BOBBY : Je m'efforce simplement de faire avancer les choses.

SAM : Ouais. Mais au fait, comment t'as fais pour avoir cette info ?

BOBBY : Disons qu'on m'a donné un coup de main.

(Crowley apparaît et se sert un verre de scotch.)

CROWLEY : Ne soyez pas si modeste. Ma contribution a été mineure. Salut, les mecs. Comment ça va, etc. (Il sent le scotch, et repose le verre sans le boire.) Allez-y ! Dites leur. Vous n'avez pas à avoir honte.

SAM : Bobby... Qu'est-ce que tu dois nous dire ?

(Bobby regarde longuement Crowley, puis il se lance.)

BOBBY : Le monde va s'éteindre. Ce serait vraiment débile de vouloir s'attacher à une petite âme de rien.

DEAN : Tu lui as vendu ton âme ?!

CROWLEY : Je dirais plutôt qu'il l'a mise en gage. J'ai bien l'intention de la lui rendre.

DEAN : Rend lui tout de suite !

CROWLEY : Ca viendra.

DEAN : Tout de suite !

SAM : T'as dû l'embrasser ?

DEAN : Sam !

SAM : C'est pour savoir.

(Dean et Sam se tournent vers Bobby.)

BOBBY : Mais non ! (Crowley râcle sa gorge et montre son portable, où les boys voient une photo du baiser scellant le pacte.) Pourquoi vous avez pris une photo ?

CROWLEY : Pourquoi vous avez mis la langue ?

(Bobby fulmine, Crowley jubile.)

DEAN : Bon, ça suffit, on a assez rigolé. Je veux que tu lui rendes son âme, illico.

CROWLEY : Je suis désolé, mais je ne peux pas.

DEAN : Tu ne peux pas ou tu ne veux pas ?

CROWLEY : Je ne veux pas, c'est vrai, c'est une assurance.

DEAN : De quoi tu parles ?

CROWLEY : Vous tuez les démons. Ton frère, Bruce Banner, se transforme dès qu'il en aperçoit un. Mais vous ne me tuerez pas. Pas tant que je garde cette âme sous le coude, bien au chaud dans ma boîte de dépôt.

BOBBY : Espèce de sale fils de pute !

CROWLEY : Je vous la rendrai. Quand cette histoire sera finie. Et je pourrais repartir tranquillement, est-ce que la situation est claire ?!

EXT. CHEZ BOBBY

(Dean range le coffre de l'Impala, tandis que Sam vient s'appuyer contre la voiture en soupirant.)

DEAN : Qu'est-ce qu'il y a encore ? Tu veux qu'on parle ?

SAM : Ecoute, Dean... Je veux que tu saches que... je suis d'accord avec toi. A-à propos de moi. Tu crois que je suis trop faible pour affronter Lucifer ? Moi aussi, je le crois. Je suis pas complètement idiot. Je sais que je n'ai pas les épaules. A côté de toi, Bobby, ou Castiel, je ne tiens pas la route une seule seconde.

DEAN : Oh, Sam...

SAM : C'est la vérité, c'est pas la peine de le nier. Mais je suis tout ce qu'on a. Je rêve d'un autre moyen. Mais... Mais il y en a aucun autre. Il y a que moi. Alors je vois pas comment faire autrement. Je dois essayer d'appliquer la seule option qu'on ait à notre disposition.

(Dean va pour répondre, mais Crowley les interrompt.)

CROWLEY : Et... coupez ! (Il approche et tend un journal à Sam.) Il faut que vous voyez ça.

(Sam ouvre le journal et lit l'article montré par Crowley.)

SAM : Euh, "Niveus Pharmaceutiques accélère la mise sur le marché de son nouveau vaccin contre la grippe A, afin, je cite, de rapidement endiguer l'épidémie sans précédent qui se propage comme une traînée de poudre. La distribution commencera mercredi."

CROWLEY : Niveus Pharmaceutiques. Vous pigez ? (Les boys se regardent, perplexes.) Vous avez de la chance d'être beaux gosses. Ton petit copain démon, Brady ? Vice président de la distribution chez Niveus ? (Cette fois, les boys se regardent, mais avec une lueur de compréhension.) Ah, ça y est. C'est enfin monté au cerveau ? Vous avez compris ?

SAM : Alors Pestilence a répandu la grippe A.

DEAN : Ce n'était pas pour rien. C'était la première étape, la deuxième était le vaccin. Et tu crois que... ?

CROWLEY : J'en suis sûr. Je met ma réputation en jeu. Ce vaccin regorge de virus Croatoan qui ne demande qu'à être diffusé à grande échelle.

SAM : Une distribution simultanée à travers tout le pays. Super plan.

CROWLEY : N'est pas Cavalier de l'Apocalypse qui veut. Vous feriez donc mieux de... de vous équiper. Ma foi, tout ce que vous avez. A la même heure jeudi prochain, ce sera "Bienvenue A Zombieland".

EXT. RUE

(Chicago, Illinois. La Mort arrive en ville, à bord de sa Cadillac blanche. Il sort, traverse le trottoir pleine de passants, et en bouscule un, occupé à son téléphone.)

PASSANT : Vous pouvez pas faire attention ?!

(La Mort passe sa main sur l'épaule ayant été en contact avec le passant, et au même moment, ce dernier trépasse d'une crise cardiaque. Ecran noir.)


EXT. CHEZ BOBBY

(Bobby et Castiel chargent un camion d'explosifs. Castiel soupire.)

BOBBY : C'est quoi ton problème ?

CASTIEL : C'est donc ça ce que les gens appellent la onzième heure ?

BOBBY : Plus ou moins, ouais.

CASTIEL : C'est la onzième heure et je ne sers strictement à rien. (Regarde son fusil.) Tout ce que j'ai c'est ce truc. Qu'est-ce que je suis censé en faire ?

BOBBY : Tu le braques et tu tires.

CASTIEL : Quand j'étais comme avant-

BOBBY : T'as vraiment envie de te plaindre ? Devant moi ? Arrête de pleurnicher en pensant à tes années dorées. (Il s'approche et lance le sac à Castiel.) Et va charger le camion.

(Castiel obéit en soupirant. Plus loin, Dean et Sam finissent de charger l'Impala.)

DEAN : Bon, ben, on y est. J'espère que tu pourras empêcher l'invasion des zombies.

SAM : Ouais. Et moi j'espère que tu pourras tuer la Mort.

DEAN : Ouais.

SAM : Tu te rappelles quand on chassait les... les wendigos ? Tout était tellement plus simple.

DEAN : Pas vraiment.

SAM : Euh... (Il tend le couteau de Ruby à Dean.) Tu vas avoir besoin de ça.

CROWLEY : Garde-la. Dean est couvert. (Il tend la faux de la Mort à Dean.) La faux, la vraie, l'originale. Elle peut venir à bout des démons, des anges, des faucheuses, et selon la rumeur, de la Mort en personne.

CASTIEL : Comment tu l'as eu ?

CROWLEY : Tu rigoles ? Je suis un démon de haut rang, monsieur. On y va ? Bobby, vous restez assis là ?

BOBBY : Non bien sûr, je vais danser la gigue.

CROWLEY : C'est un super moyen pour draguer. (Personne n'a l'air de comprendre ce que Crowley essaie de dire.) Bobby, Bobby, Bobby; Bobby, Bobby.... Vous ne voulez pas tirer profit de notre pacte ? En réalité, on obtient plus, quand on s'exprime comme il faut. Enfin bref, j'ai pris la liberté d'ajouter à votre contrat une clause particulière, de votre part. Qu'est-ce que vous voulez ? Je suis un altruiste. Vous restez assis là ?

(Bobby commence à bouger un pied, puis l'autre, et enfin, précautionneusement, il se lève.)

BOBBY : Bordel de merde !

CROWLEY : Ouais je sais, ça valait bien votre âme. Je suis un mec super.

BOBBY : Merci.

CROWLEY : Ca devient larmoyant. On décolle ?

(Toujours un peu sous le choc, les boys et Bobby sourient.)

EXT. ROUTE

(Dans le camion, Castiel a pris connaissance de la suggestion de Sam.)

CASTIEL : Dire "oui" à Lucifer pour ensuite te jeter dans le trou. Génial comme plan.

BOBBY : Je ne te le fais pas dire.

SAM : Allez, vas-y, dis-moi que c'est le pire plan que t'ais jamais entendu.

CASTIEL : Bien sûr. Je suis prêt à le dire si c'est vraiment ce que tu veux entendre. Mais ce n'est pas ce que je pense.

SAM : C'est vrai ?

CASTIEL : Ton frère et toi avez l'habitude de dépasser mes espérances. Dean a résisté à Saint Michel, il se peut que tu résistes à Lucifer. Mais il y a une chose que tu dois savoir.

SAM : Laquelle ?

CASTIEL : Saint Michel a trouvé un autre véhicule.

SAM : Quoi ?!

CASTIEL : Ton frère, Adam. Tu as forcément dû y penser.

SAM : J'essayais de l'occulter.

CASTIEL : Sam... Si jamais tu dis "oui" à Lucifer, et qu'ensuite tu échoues, le combat ultime aura bien lieu. Et les dommages collatéraux... Je t'en parle même pas. Et il y a le sang de démon.

SAM : Hein ? Qu'est-ce que tu racontes ?

CASTIEL : Pour battre Lucifer, tu vas devoir en boire des litres.

SAM : Mais... Pourquoi ?

CASTIEL : Pour renforcer le véhicule. L'empêcher d'exploser.

SAM : Mais son véhicule actuel, il-

CASTIEL : Il en boit régulièrement.

BOBBY : Et t'oses dire que c'est pas le pire plan que t'ais jamais entendu ?!

EXT. ENTREPOT DE NIVEUS

(Bobby, Sam et Castiel surveillent les allées et venues des camions.)

BOBBY : Ca y est, ils chargent le virus croatoan dans les camions. Très bien. Le premier ne part que dans une heure. On entre, on place des explosifs tout les dix mètres, et on déclenche l'alarme incendie.

CASTIEL : Il y a un camion qui s'en va.

(Sam et Bobby constatent que Castiel a raison.)

BOBBY : Bordel ! D'accord, nouveau plan.

(Plus tard, Castiel assomme le chauffeur du camion, avant que celui-ci ne s'en aille. Puis il casse le dispositif du portail.)

INT. ENTREPOT

(Les démons s'organisent.)

DEMON 1 : C'est les Winchesters.

DEMON 2 : T'inquiète pas, on va leur préparer un comité d'accueil.

(Ils ferment les portes de l'entrepôt, et déballent des cartons.)

EXT. ENTREPOT

(Sam et Bobby arrivent trop tard pour pouvoir pénétrer dans le bâtiment.)

BOBBY : Par la porte !

(La porte est fermée. Sam sort son arme.)

SAM : Recule ! (Il tire sur la serrure, et fait sortir les employés coincés à l'intérieur.) Venez ! Allez, sortez ! Dépêchez-vous !

INT. ENTREPOT

(Sam et Bobby pénètrent enfin dans l'entrepôt. Ils entendent des cris d'agonie, et voient alors une hore d'infectés dévorant un homme. Les infectés aperçoivent Sam et Bobby, qui se préparent à tirer. Ecran noir.)


INT. ENTREPOT

(Sam et Bobby éliminent les infectés les uns après les autres. Un cri d'appel à l'aide retentit.)

SAM : Il y a encore des gens.

BOBBY : Non, Sam !

SAM : Attend-moi ici.

(Sam donne le couteau à Ruby.)

BOBBY : Fais chier !

(Sam s'est éloigné. Bobby reste sur ses gardes, aussi le démon qui arrive derrière lui n'a pas le temps de l'attaquer qu'il se fait poignarder mortellement.)

EXT. CHICAGO

(Dean et Crowley marchent.)

CROWLEY : Tiens ! Et si on se faisait une pizza ?

DEAN : Tu rigoles ?

CROWLEY : A ce qu'on m'a dit, c'est délicieux. (Il arrête Dean et lui montre un entrepôt.) Dans ce grand bâtiment, pas très joli. L'épicentre. La planque de notre Cavalier. Il est là.

DEAN : Qu'est-ce que t'en sais ?

CROWLEY : Tu te fous de moi ? Je le sais, c'est tout. Et aussi parce que l'endroit est encerclé par des faucheuses. (On voit alors ce que Crowley voit, un rassemblement de faucheuses.) Ne bouge pas. (Il disparait et réapparait quelques secondes après.) J'ai honte, je ne sais plus où me mettre. La Mort n'est pas là.

DEAN : Tu vas arrêter tes conneries et me dire où elle se planque tout de suite.

CROWLEY : Désolé. J'en sais rien.

(Il fait demi-tour, rapidement suivi par Dean.)

DEAN : Wow, wow, wow, wow, wow, pas si vite ! Qu'est-ce que tu racontes ?

CROWLEY : Les signes m'ont induit en erreur, je suis aussi choqué que tu peux l'être.

DEAN : Bobby t'a vendu son âme pour ça !

CROWLEY : Relax : Tout mes clients sont satisfaits ou remboursés. On coincera enfin la Mort à la prochaine ville de son choix.

DEAN : Hors de question ! Des millions de personnes ne vont pas tarder à mourir !

CROWLEY : C'est vrai. C'est pour ça que je te conseille de pas traîner.

INT. ENTREPOT

(Une jeune femme est attaquée par un infecté. Sam arrive et lui tire une balle dans la tête.)

SAM : Ca va ?

(Un autre infecté arrive par derrière, mais Sam en a rapidement fini. Il ramène vers la sortie les rescapés, alors que Bobby manque de leur tirer dessus.)

BOBBY : Dehors ! Vite !

(Bobby regarde Sam repartir à la recherche de survivants, et une lueur, comme une révélation, s'allume dans son regard.)

EXT. RUE DE CHICAGO

(Dean retourne dans l'Impala, où Crowley l'attend déjà.)

DEAN : Et maintenant ? On déclenche une alerte à la bombe ? Il en faudrait plusieurs milliers ! Comment je fais moi, pour évacuer trois millions de personnes de Chicago en dix minutes ? (Crowley a disparu.) Et allez ! (Dean soupire, puis il aperçoit Crowley devant la vitrine d'une pizzeria. Crowley essaie de lui dire quelque chose.) Quoi ? J'entend rien du tout !

(Dean sursaute quand Crowley réapparait dans la voiture.)

CROWLEY : Je disais "j'ai trouvé la Mort". Il est là, dans ce restaurant.

(Dean descend, puis se penche vers Crowley.)

DEAN : Bon, tu viens.... (Crowley est déjà partie.) D'accord.

(Dean se dirige vers le restaurant.)

INT. ENTREPOT

(Bobby tue un démon, tandis que Sam revient avec d'autres survivants.)

SAM : Allez ! Sortez ! C'était les derniers.

BOBBY : Sam !

(Un infecté saute sur Sam. Bobby tente de lui tirer dessus, mais son fusil n'a plus de munitions. Finalement, c'est Castiel qui sauve le jour.)

CASTIEL : Ces choses peuvent être utiles en fin de compte.

BOBBY : On pourrait commettre notre acter de terrorrisme d'intérieur, au lieu de bavarder ? Allez, en route !

INT. RESTAURANT

(Dean entre discrètement par derrière. Tout les personnes sont mortes. Il voit la Mort, attablée, de dos, et avance prudemment et à pas de loup. Soudain, la faux brûle, et sous la douleur, Dean la lâche.)

MORT : Merci de me l'avoir rapportée. (Lorsque Dean regarde de nouveau au sol, la faux n'y est plus. Elle est désormais posée sur la table, à côté du Cavalier.) Joins-toi à moi, Dean. Leurs quiches sont délicieuses. (Dean avance doucement, et constate que la Mort déguste une quiche.) Assied-toi. (Dean s'asseoit.) T'en as mis du temps pour me trouver. J'avais hâte qu'on discute.

DEAN : J'avoue que... ça ne m'enchante pas des masses. Alors ça y est, c'est le moment où... où vous allez me tuer ?

MORT : Tu surestimes l'importance de ta petite personne. Pour une chose comme moi, les choses comme toi sont... bref. Qu'est-ce que tu ferais si une bactérie s'installait à ta table, et commençait à être désagréable ? La Terre est une minuscule planète. Notre système solaire, tout petit, dans une galaxie qui a encore du lait derrière les oreilles. Je suis très vieux, Dean. Vraiment très vieux. Alors, je te laisse le soin d'imaginer à quel point tu es insignifiant à mes yeux. (Il sert une part de tarte à Dean.) Mange. (Ne voulant pas contrarier la Mort, Dean mange un morceau.) C'est bon, n'est-ce pas ?

DEAN : Il y a un truc que je voudrais savoir. Vous avez quel âge ?

MORT : L'âge de Dieu. Peut-être plus. Ni lui ni moi ne nous en souvenons. La vie ou la mort, l'oeuf ou la poule, ça n'a pas d'importance. Vu qu'au final, je vais le faucher, lui aussi.

DEAN : Dieu ?! Vous allez faucher Dieu ?!

MORT : Bien sûr que oui. Dieu aussi va devoir mourir.

DEAN : Ca va bien au-delà de mes compétences tout ça.

MORT : Légèrement.

DEAN : Alors, euh, pourquoi je respire encore ? Assis là, en face de vous... Qu'est-ce que vous voulez ?

MORT : Que tu m'aides à retirer la laisse que j'ai autour du cou. Je suis lié à Lucifer, il me tient sous sa coupe, à cause d'un sortilège on ne peut plus inconvenant. Je suis contraint d'aller où il veut, quand il veut. C'est pour ça que je n'ai pu venir jusqu'à toi. J'ai dû attendre patiemment que tu me trouves. Il se serre de moi comme d'une arme. Je provoque des tempêtes, des inondations, je réveille les morts. Je suis plus fort que tu ne peux l'imaginer, et je suis réduit en esclavage par un enfant gâté qui nous fait une crise de colère.

DEAN : Et vous croyez que... que je peux vous libérer de lui ?

MORT : Encore une preuve de ton égo démesuré, bien sûr que non tu ne peux pas me libérer. En revanche, tu peux m'aider à enlever les balles qui se trouvent dans son arme. (Il tend la main et montre son anneau.) J'ai cru comprendre que tu avais besoin de ceci ?

DEAN : Ouais.

MORT : Je suis prêt à te la remettre.

DEAN : Me remettre votre bague ?

MORT : C'est ce que j'ai dis.

DEAN : Et qu'es-ce que vous faites de...de-de Chicago ?

MORT : Je peux l'épargner. J'aime leurs quiches. (Il retire son anneau.) J'ai quelques conditions.

DEAN : D'accord, lesquels ?

MORT : Tu dois faire tout ton possible pour renvoyer Lucifer dans sa cellule.

DEAN : Evidemment.

MORT : Quelque soit les enjeux.

DEAN : C'est ce qui est prévu.

MORT : Non, pas tout à fait. Ton frère est le seul à pouvoir mettre fin aux actions de Lucifer.

DEAN : Vous voulez dire-

MORT : Oui. Il faut donc que tu me promettes une chose. Tu vas laisser ton frère plonger tête baissée avec le Diable en Enfer. (Il tend l'anneau vers Dean.) Tu m'en donnes ta parole ?

DEAN : D'accord, ouais, promis.

MORT : Tu ferais mieux de ne pas me décevoir, Dean. Tu sais bien qu'on ne peut pas tromper la Mort. (Il dépose l'anneau dans la main de Dean.) A présent, veux-tu que je te donne la notice ?

(La tempête faisant rage dehors s'arrête subitement, tandis que dans le restaurant, la Mort explique à Dean comment utiliser les anneaux. Ecran noir.)


EXT. CHEZ BOBBY

(Dean pose les quatre anneaux sur un établie. Aussitôt, les quatre se rassemblent, comme aimantés les uns aux autres. Bobby arrive.)

DEAN : Comment s'est passée ton audition avec la troupe de danseuses ?

BOBBY : Oh, je lève bien les jambes, mais j'ai pas assez de seins. J'ai monté et descendu les escaliers toute la nuit, sans aucune raison. (Il rit.) J'ai un début de crampe. Ca fait tellement de bien. J'ai peur que ce soit un rêve. En même temps, je me dis que le monde est à feu et à sang, alors... Une bière ?

(Dean prend la bière, et fait un signe de remerciement.)

DEAN : Regarde ça.

(Dean sépare les anneaux, et les laisse se rassembler de nouveau. Bobby a failli avaler de travers. Il tend la main vers les anneaux, mais n'ose pas les toucher.)

BOBBY : La Mort t'a dit comment procéder ? Il t'a tout expliqué ?

DEAN : Ouais, et c'est dingue. Le truc, c'est que maintenant, je suis dans la merde.

BOBBY : La merde ? C'est-à-dire ?

DEAN : A ton avis, elle fait quoi, la Mort, aux gens qui lui mentent ?

BOBBY : Rien de bon.

DEAN : Ouais.

BOBBY : Qu'est-ce que tu lui as dis ?

DEAN : Que j'étais d'accord pour que Sam conduise le bus à destination de l'Enfer.

BOBBY : La Mort pense que Sam devrait dire "oui" à Satan ?

DEAN : J'en sais rien. Ouais. En même temps, c'est normal, étant donné qu'il bosse pour Lucifer.

BOBBY : D'après ce que tu m'as dis, contre son gré.

DEAN : Je suis pas certain qu'il faille prendre tout ce qu'il dit au pied de la lettre. Après tout, c'est la Mort.

BOBBY : Exactement, c'est la Mort. Ca veut dire que c'est pas le dernier des guignols.

DEAN : Tu plaisantes ?

BOBBY : Non, je constate.

DEAN : Arrête ! Je pensais que t'étais opposé à tout ça ?!

BOBBY : Ecoute. Je suis le premier à dire que Sam est plein de défauts, qu'il est pas fiable, mais...

DEAN : Mais quoi ?

BOBBY : Quand on était à l'entrepôt de Niveus, je l'ai regardé évacuer tout les civils innocents les uns après les autres. En tout, il a bien dû sauver une dizaine de personnes, il a pas ralenti une seule seconde. On est dur avec lui. On l'a toujours été. Mais, il faut bien admettre que.. c'est toujours lui, le premier à vouloir porter secours aux gens de puis qu'il a quoi, 12 ans ?

DEAN : A quelque chose près.

BOBBY : Bon. C'est vrai que Sam a un... un côté obscur. Je peux pas dire le contraire. Mais il a aussi du bon en lui, il y en a énormément.

DEAN : Je sais.

BOBBY : Alors dans ce cas, tu sais que Sam va battre le Diable. Il va tout faire pour y arriver. C'est ce qu'on peut espérer de mieux. Alors pose-toi la question. Au fond de toi, qu'est-ce qui te fait le plus peur ? Perdre ? Ou perdre ton frère ?


FIN DE L'EPISODE.

 

Ecrit par deanlove35.

INT. SERENITY VALLEY CONVALESCENT HOME

CELESTE : Dr. Green, how was your trip?

DR. GREEN : Oh, very productive. And how are we tonight, Celeste, my favorite patient? The nurse says you can't sleep.

CELESTE : Oh, I just feel worse and worse.

DR. GREEN : Well, that's because you're suffering from a combination of the common cold...Dengue fever...and a nasty, nasty case of Japanese encephalitis.

CELESTE : What are you...I'm sorry. I --

DR. GREEN : Oh, you heard me. Oh, and look at that. You never had chicken pox as a child. Oh, this is gonna be fascinating.

CELESTE : But I --h-how could I...have all those diseases at once?

DR. GREEN : Well, it's a proprietary blend. I mix it up in a petri dish --The petri dish being...You. Try and relax. It'll be all right.

CELESTE : Are you...Gonna c-cure me?

DR. GREEN : No. You're going to die. In four, three...two... (Celeste vomits green goop onto Dr. Green and dies) Interesting.




INT. BOBBY'S HOUSE

DEAN : What the hell is wrong with you?

SAM : Dean --

DEAN : ...no, don't "Dean" me. I mean, you -- you have had some stupid ideas in the past, But this --(to Bobby) d-did you know about this?

BOBBY : What?

DEAN : About Sam's genius plan to cram the devil down his throat. (Bobby nods) Well, thanks for the heads up!

BOBBY : Hey, this ain't about me.

DEAN : You can't do this.

SAM : That's the consensus.

DEAN : All right. Awesome. Then, end of discussion. (Dean's phone rings) This isn't over. Hello?

CASTIEL : Dean?

DEAN : Cass?

SAM : Is he okay?

DEAN : We all thought you were dead. Where the hell are you, man?

(cut to Castiel in a hospital bed)

CASTIEL : A hospital.

DEAN : Are you okay?

CASTIEL : No.

DEAN : You want to elaborate?

CASTIEL : I just woke up here. The doctors were fairly surprised. They thought I was brain-dead.

DEAN : S-so, a hospital?

CASTIEL : Apparently, after Van Nuys, I suddenly appeared, bloody and unconscious, on a shrimping boat off Delacroix. I'm told it upset the sailors.

DEAN : Uh, well, I got to tell you, man -- You're just in time. We figured out a way to pop Satan's box.

CASTIEL : How?

DEAN : It's a long story, but, look --we're going after Pestilence now. So if you want to zap over here...

CASTIEL : I can't "zap" anywhere.

DEAN : What do you mean?

CASTIEL : You could say my batteries are -- are drained.

DEAN : What do you mean? You're out of angel mojo?

CASTIEL : I'm saying that I am thirsty and my head aches. I have a bug bite that itches no matter how much I scratch it, and I'm saying that I'm just incredibly...

DEAN : Human. Wow. Sorry.

CASTIEL : Well, my point is -- I can't go anywhere without money for...an airplane ride. And food. And more pain medication, ideally.

DEAN : All right. Well, look, no worries. Uh, Bobby's here. He'll wire you the cash.

CASTIEL : Dean, wait.

BOBBY : I will?

CASTIEL : You said "no" to Michael. I owe you an apology.

DEAN : Cass...I-it's okay.

CASTIEL : You are not the burnt and broken shell of a man that I believed you to be.

DEAN : Thank you. I appreciate that.

CASTIEL : You're welcome.



EXT. BOBBY'S YARD

(Sam & Dean get into the Impala)

BOBBY : Be careful.

(Sam & Dean leave in the Impala)



EXT. SERENITY VALLEY CONVALESCENT HOME

(Sam & Dean watch the home from the Impala)

DEAN : So this is Dr. Evil's lair, huh?

SAM : It's kind of more depressing than evil.

DEAN : It's like a four-color brochure for dying young. Of course, to Pestilence, it's probably Dollywood in there.

SAM : Great. A whole building full of people. We don't know who's human, who's demon, and who's pestilence. So what do we do?

DEAN : Hang on.



INT. SERENITY VALLEY CONVALESCENT HOME

DEAN : Hey. Hi. Uh, I'm looking for my Nana. Uh, her name is Eunice Kennedy.

SECURITY GUARD : Go around front and see the nurse.

DEAN : You mind just helping me out, sir? Uh, she's about, uh, about that small and gray hair, wears diapers.

(Dean knocks out security guard)

SAM : Eunice Kennedy?

DEAN : That's the beauty about improv, Sammy. You never know what's gonna come out of your mouth.

SAM : So, what are --(Sam sees Dean drifting off to sleep and taps his arm) Hey. What are we even looking for?

DEAN : Well, he's Pestilence, so he probably looks sick.

SAM : Everybody looks sick. (pointing at distortion on the monitor) Hey.

DEAN : Oh, now we're talking.



INT. CELESTE'S ROOM

CELESTE : Dr. Green, how was your trip?

DR. GREEN : Oh, very productive. And how are we tonight, Celeste, my favorite patient?

DEMON NURSE : Sir...The Winchesters are here. We should go.

DR. GREEN : Are you kidding me?

DEMON NURSE : They have a track record with horsemen.

DR. GREEN : You mean my brothers. What they did to my brothers. No. The only reasonable thing to do here is to...take it out of their healthy young asses.

DEMON NURSE : We're under strict orders not to kill the vessels.

DR. GREEN : Oh, if Satan wants them so bad, (yelling) he can glue them back together! (beckoning nurse closer) Come. Come. Now then.

DOCTOR : Page me if she's dying.

(Doctor vomits and falls to the floor, the nurse next to him breaks out in spots and starts gasping. Sam and Dean round the corner and find the bodies of the doctor and nurse. sam coughs up blood)

SAM : Ugh...Must be getting close.

DEAN : You think?

(Dean starts to sink to the floor)

SAM : Dean? (Sam tries to help Dean , but stumbles and Dean falls to the floor) Get up.

DEMON NURSE : The doctor will see you now.

DR. GREEN / PESTILENCE : Sam. Dean. (Sam holds his knife up, but then keels over and falls to the floor) Come right in.




INT. SERENITY VALLEY CONVALESCENT HOME

PESTILENCE : Hmm. You boys don't look well. It might be the, uh, Scarlet fever. Or, uh, the meningitis. Oh! Or the syphilis. That's no fun. However you feel right now? It's gonna get so very, very much worse. Questions? Disease gets a bad rap, don't you think? For being filthy. Chaotic. Uh, but, really, t-that just describes people who get sick. Disease itself... Very...Pure...Single-minded. Bacteria have one purpose --divide and conquer. (Pestilence steps on Dean's hand) That's why, in the end...It always wins. So, you've got to wonder why God pours all his love into something so messy...And weak.It's ridiculous. All I can do is show him he's wrong, one epidemic at a time. Now... On a scale of 1 to 10, how's your pain?

(Door opens, Castiel enters)

DEAN : Cass.

PESTILENCE : How'd you get here?

CASTIEL : I took a bus. Don't worry, I --(Castiel falls to the floor, coughing)

PESTILENCE : Well, look at that. An occupied vessel, but powerless. Oh, that's fascinating. There's not a speck of angel in you, is there? (Castiel grabs Sam's knife and cuts off Pestilence's ring finger and pinky finger) Oh!

CASTIEL : Maybe just a speck.

PESTILENCE : It doesn't matter. It's too late.



INT. BOBBY'S HOUSE

BOBBY : Well, it's nice to actually score a home run for once, ain't it? What?

SAM : Last thing Pestilence said. "it's too late."

BOBBY : He get specific?

SAM : No.

DEAN : We're just a little freaked out that he might have left a bomb somewhere. So please tell us you have actual good news.

BOBBY : Chicago's about to be wiped off the map. Storm of the millennium. Sets off a daisy chain of natural disasters. Three million people are gonna die.

DEAN : Huh.

CASTIEL : I don't understand your definition of good news.

BOBBY : Well...Death, the horseman -- he's gonna be there. And if we can stop him before he kick-starts this storm, get his ring back --

DEAN : Yeah, you make it sound so easy.

BOBBY : Hell, I'm just trying to put a spin on it.

SAM : Well...Bobby, h-how'd you put all this together, anyways?

BOBBY : I had, you know...Help.

CROWLEY : Don't be so modest. I barely helped at all. Hello, boys. Pleasure, et cetera. Go ahead. Tell them. There's no shame in it.

SAM : Bobby? Tell us what?

BOBBY : World's gonna end. Seems stupid to get all precious over one little...Soul.

DEAN : You sold your soul?

CROWLEY : Oh, more like pawned it. I fully intend to give it back.

DEAN : Well, then give it back!

CROWLEY : I will.

DEAN : Now!

SAM : Did you kiss him?

DEAN : Sam!

SAM : Just wondering.

BOBBY : No! (Crowley holds out his phone which has a picture of him and Bobby kissing on it) Why'd you take a picture?

CROWLEY : Why do you have to use tongue?

DEAN : All right. You know what? I'm sick of this. Give him his soul back now.

CROWLEY : I'm sorry. I can't.

DEAN : Can't or won't?

CROWLEY : I won't, all right? It's insurance.

DEAN : What are you talking about?

CROWLEY : You kill demons. Gigantor over there has a temper issue about it. But you won't kill me... As long as I have that soul in the deposit box.

BOBBY : You son of a bitch.

CROWLEY : I'll return it. After all this is over, and I can walk safely away. Do we all understand each other?



EXT. BOBBY'S YARD

DEAN : Let me guess. We're about to have a talk.

SAM : Look, Dean, um...For the record...I agree with you. About me. You think I'm too weak to take on Lucifer. Well, so do I. Believe me, I know exactly how screwed up I am. You, Bobby, Cass...I'm the least of any of you.

DEAN : Oh, Sam...

SAM : No, it's true. It is. But...I'm also all we got. If there was another way...But I don't think there is. There's just me. So I don't know what else to do. Except just try t-to do what's got to be done.

CROWLEY : And...Scene. There's something you need to see. (hands newspaper to Sam)

SAM : (reads from newspaper) Niveus pharmaceuticals is rushing delivery of its new swine-flu vaccine to "stem the tide of the unprecedented outbreak." Uh, shipments leave Wednesday.

CROWLEY : Niveus pharmaceuticals. Get it? You two are lucky you have your looks. Your demon lover, Brady? V.P. of distribution, Niveus. Ah, yes, that the sound of the abacus clacking? We all caught up?

DEAN : So, pestilence

SAM : ...was spreading swine flu.

DEAN : Yeah, but not just for giggles. That was step one. Step two is the vaccine. And you think --

CROWLEY : I know. I'll stake my reputation -- That vaccine is chock-full of grade-a, farm-fresh croatoan virus.

SAM : Simultaneous, countrywide distribution. It's quite a plan.

CROWLEY : They don't get to be horsemen for nothing. So, you boys better stock up on...Well, everything. This time next Thursday, we'll all be living in zombieland.



EXT. CHICAGO

('Oh Death' plays as Death is shown exiting his car and walking down the sidewalk. A man walking towards Death is texting and not looking up- he bumps into Death)

MAN : Watch where you're walking, pal.

(Death brushes off his shoulder and behind him, the man falls to the ground and dies)



EXT. BOBBY'S YARD

BOBBY : What's your problem?

CASTIEL : This is what they mean by "the 11th hour," right?

BOBBY : Pretty much.

CASTIEL : Well, it's the 11th hour, and I am useless. All I have is this. (Castiel waves a shotgun) What am I even supposed to do with it?

BOBBY : Point it and shoot.

CASTIEL : What I used to be --

BOBBY : Are you really gonna bitch --to me? Quit pining for the varsity years...And load the damn truck.

DEAN : All right, well...Good luck stopping the whole zombie apocalypse.

SAM : Yeah. Good luck killing Death.

DEAN : Yeah.

SAM : Remember when we used to just...hunt wendigos? How simple things were?

DEAN : Not really.

SAM : Well, um...(Sam pulls out Ruby's knife)...You might need this.

CROWLEY : Keep it. (Crowley hands Dean a small scythe) Dean's covered. Death's own. Kills, golly, demons and angels and reapers and, rumor has it, the very thing itself.

CASTIEL : How did you get that?

CROWLEY : Hello --king of the crossroads. So, shall we? Bobby, you just gonna sit there?

BOBBY : No, I'm gonna riverdance.

CROWLEY : I suppose if you want to impress the ladies. Bobby, Bobby, Bobby. Really wasted that crossroads deal. Fact -- you get more if you phrase it properly. So, I took the liberty of adding a teeny little sub-a clause on your behalf. What can I say? I'm an altruist. Just gonna sit there?

(Bobby gets out of his wheelchair)

BOBBY : Son of a bitch.

CROWLEY : Yes, I know. Completely worth your soul. I'm a hell of a guy.

BOBBY : Thanks.

CROWLEY : This is getting maudlin. Can we go?



INT. BOBBY'S VAN

CASTIEL : "Yes" to Lucifer. Then jump in the hole. It's an interesting plan.

BOBBY : That's a word for it.

SAM : So? Go ahead and tell me it's the worst plan you ever heard.

CASTIEL : Of course. I am happy to say that if that's what you want to hear. But it's not what I think.

SAM : Really?

CASTIEL : You and Dean have a habit of exceeding my expectations. He resisted Michael. Maybe you could resist Lucifer but there are things that you would need to know.

SAM : Like?

CASTIEL : Michael has found another vessel.

SAM : What?

CASTIEL : It's your brother Adam. You must have considered it.

SAM : We were trying not to.

CASTIEL : Sam....If you say yes to Lucifer and then fail...This fight will happen. And the collateral... It'll be immense. There's also the demon blood.

SAM : What? What are you talking about?

CASTIEL : To take in Lucifer, it would be more than you've ever drunk.

SAM : But...Why?

CASTIEL : It strengthens the vessel. Keeps it from exploding.

SAM : But the guy he's in now --

CASTIEL : He's drinking gallons.

BOBBY : And how is that not the worst plan you ever heard?



EXT. NIVEUS PHARMACEUTICALS WAREHOUSE

INT. BOBBY'S VAN

BOBBY : Yup, they're loading up hotshots of Croatoan in the trucks. Okay. First truck don't leave for an hour. We get in, we plant the c-4 every 25 feet, then we pull the fire alarm.

CASTIEL : That truck is leaving.

BOBBY : Balls! Okay, new plan.



INT. NIVEUS PHARMACEUTICALS WAREHOUSE

DEMON 1 : It's the Winchesters.

DEMON 2 : Well, then, let's bake them up a little treat.

WAREHOUSE EMPLOYEE : Help!

BOBBY : Side door!

WAREHOUSE EMPLOYEE : Help me, please! Help!

SAM : Get back! (Sam shoots through the door lock, the door opens)

BOBBY : Go. Come on. Go.

(Sam and Bobby see a whole pack of Croatoan infected people attacking someone, they take aim)




(Sam and Bobby shoot down the Croatoan infected)

WAREHOUSE EMPLOYEE : Help me! Please! Help!

SAM : There's still people here. (Sam starts to move further into the warehouse)

BOBBY : Sam, no!

SAM : Wait here. (Sam hands Bobby his knife)

BOBBY : Damn.



EXT. CHICAGO

CROWLEY : Hey, let's stop for pizza.

DEAN : Are you kidding?

CROWLEY : Just heard it was good. That's all. Up ahead. Big, ugly building. Ground zero. Horseman's stable, if you will. He's in there.

DEAN : How do you know?

CROWLEY : Have you met me? 'cause I know. Also, the block is squirming with reapers. I'll be right back. (Crowley disappears and reappears again) Boy, is my face red. Death's not in there.

DEAN : You want to cut the cute and get to the part where you tell me where he is?

CROWLEY : Sorry. I don't know.

DEAN : Whoa, whoa, whoa. Wait a minute. You don't know?

CROWLEY : Signs pointed. I-I'm just as shocked as you.

DEAN : Bobby sold his soul for this!

CROWLEY : Relax. All deals are soul back or store credit. We'll catch Death in the next doomed city.

DEAN : Millions, Crowley. Millions of people are about to die any minute.

CROWLEY : True. So I strongly suggest we get out of here.



INT. NIVEUS PHARMACEUTICALS WAREHOUSE

(Sam kills a Croatoan infected attacking a warehouse employee)

SAM : You okay?

(Sam takes the employee to Bobby who is holding off other Croatoan infected)

BOBBY : Go! Go!



INT. IMPALA

DEAN : So, what? Call in a bomb threat? 1,000 bomb threats? I mean, how the hell am I supposed to get three million people out of Chicago in the next 10 minutes? (Crowley has disappeared) Come on! (Crowley speaks to Dean from across the street in front of a pizzeria) What? I can't hear you!

CROWLEY : I said I found him. Death --he's in there.

DEAN : You coming or...(Crowley has disappeared)...Not.



INT. NIVEUS PHARMACEUTICALS WAREHOUSE

BOBBY : Go! Go!

SAM : All clear.

BOBBY : Sam! (Sam is attacked by a Croatoan infected, Castiel shoots him with his shotgun)

CASTIEL : Actually, these things can be useful.

BOBBY : Can we commit our act of domestic terrorism already? Let's go.



INT. PIZZERIA

(as Dean approaches Death, the scythe heats up, Dean drops it and it reappears on the table Death is sitting at)

DEATH : Thanks for returning that. Join me, Dean. The pizza's delicious. Sit down. Took you long enough to find me. I've been wanting to talk to you.

DEAN : I got to say --I have mixed feelings about that. S-so is this the part where...where you kill me?

DEATH : You have an inflated sense of your importance. To a thing like me, a thing like you, well...Think how you'd feel if a bacterium sat at your table and started to get snarky. This is one little planet in one tiny solar system in a galaxy that's barely out of its diapers. I'm old, Dean. Very old. So I invite you to contemplate how insignificant I find you. (Death gestures to the pizza) Eat. (Dean takes a bite of the pizza) Good, isn't it?

DEAN : Well, I got to ask. How old are you?

DEATH : As old as God. Maybe older. Neither of us can remember anymore. Life, death, chicken, egg. Regardless -- at the end, I'll reap him, too.

DEAN : God? You'll reap God?

DEATH : Oh, yes. God will die, too, Dean.

DEAN : Well, this is way above my pay grade.

DEATH : Just a bit.

DEAN : So, then why am I still breathing, sitting here with you? Uh...w-what do you want?

DEATH : The leash around my neck --off. Lucifer has me bound to him. Some unseemly little spell. He has me where he wants, when he wants. That's why I couldn't go to you. I had to wait for you to catch up. He made me his weapon. Hurricanes, floods, raising the dead. I'm more powerful than you can process, and I'm enslaved to a bratty child with a temper tantrum.

DEAN : And you think...I can unbind you?

DEATH : There's your ridiculous bravado again. Of course you can't. But you can help me take the bullets out of Lucifer's gun. I understand you want this. (Death holds up his ring)

DEAN : Yeah.

DEATH : I'm inclined to give it to you.

DEAN : To give it to me?

DEATH : That's what I said.

DEAN : But what about...

DEATH : Chicago? I suppose it can stay. I like the pizza. There are conditions.

DEAN : Okay. Like?

DEATH : You have to do whatever it takes to put Lucifer in his cell.

DEAN : Of course.

DEATH : Whatever it takes.

DEAN : That's the plan.

DEATH : No. No plan. Not yet. Your brother. He's the one that can stop Lucifer. The only one.

DEAN : What, you think --

DEATH : I know. So, I need a promise. You're going to let your brother jump right into that fiery pit. Well, do I have your word?

DEAN : Okay, yeah. Yes.

DEATH : That had better be "yes," Dean. You know you can't cheat death. Now, would you like the instruction manual?




BOBBY'S YARD

DEAN : Well, how'd it go at the Rockettes audition?

BOBBY : Well, high kicks -- fair. Boobs need work. I walked up and down stairs all night for no damn reason. I'm sore. Feels so good, I'm scared it's a dream. But then I remember that the world's dying bloody, so, drink? (Bobby hands Dean a beer)

DEAN : Check it out. (Dean shows Bobby how the rings link together)

BOBBY : Hmm. Oh. So death told you how to operate those? The whole deal?

DEAN : Yeah. It's nuts. Of course, I got bigger problems now.

BOBBY : Really? Like?

DEAN : What do you think Death does to people who lie to his face?

BOBBY : Nothing good.

DEAN : Yeah.

BOBBY : What'd you say?

DEAN : That I was cool with Sam driving the bus on the whole Lucifer plan.

BOBBY : So Death thinks Sam ought to say yes, huh?

DEAN : I don't know. Yeah.

BOBBY : Hmm.

DEAN : But, I mean, of course he'd say that. He works for Lucifer.

BOBBY : Against his will, I thought he said.

DEAN : Well, I'd say, take his sob story with a fat grain of salt. I mean, he is Death.

BOBBY : Exactly. He's Death. Think of the kind of bird's-eye view.

DEAN : Seriously?

BOBBY : I'm just saying --

DEAN : well, don't. I mean, what happened to you being against this?

BOBBY : Look, I'm not saying Sam ain't an ass-full of character defects. But...

DEAN : But what?

BOBBY : Back at Niveus? I watched that kid pull one civilian out after another. Must have saved 10 people. Never stopped. Never slowed down. We're hard on him, Dean. We've always been. But in the meantime... He's been running into burning buildings since he was, what, 12?

DEAN : Pretty much.

BOBBY : Look, Sam's got a... darkness in him. I'm not saying he don't. But he's got a hell of a lot of good in him, too.

DEAN : I know.

BOBBY : Then you know Sam will beat the devil...Or die trying. That's the best we could ask for. So I got to ask, Dean. What exactly are you afraid of? Losing? Or losing your brother?



CREDITS

END OF THE EPISODE.

 

Ecrit par deanlove35.

Kikavu ?

Au total, 119 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

CassieAuro 
29.06.2018 vers 22h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Participe à notre jeu HypnoChance pour gagner un hors-série LiRE Game of Thrones !
Tirage au sort le 23/04 | Participation gratuite

Activité récente

Petit jeu (suite)
Hier à 23:20

Survivor (suite)
Hier à 21:42

Jack Kline
Hier à 20:42

Rowena
Hier à 20:15

Billie
Avant-hier

Arthur Ketch
Avant-hier

Eileen Leahy
17.04.2019

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne The CW

14.20 : Moriah (inédit)
Jeudi 25 avril à 20:00

Logo de la chaîne Série club

14.20 : Moriah (inédit)
Vendredi 26 avril à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.19 : Jack in the Box (inédit)
Jeudi 18 avril à 20:00
1.28m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.18 : Absence (inédit)
Jeudi 11 avril à 20:00
1.47m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.17 : Game Night (inédit)
Jeudi 4 avril à 20:00
1.25m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.16 : Don't Go in the Woods (inédit)
Jeudi 21 mars à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.15 : Peace of Mind (inédit)
Jeudi 14 mars à 20:00
1.51m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.14 : Ouroboros (inédit)
Jeudi 7 mars à 20:00
1.28m / 0.4% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Marathon Boston

Marathon Boston "Run Pads Run"
Genevieve et Jared Padalecki ont couru hier le marathon de Boston. Le couple, qui courait pour...

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]

Décollage Imminent - Manifest [Jeu]
Un nouveau duel est en cours sur le quartier "Manifest"! "Décollage Imminent" vous demande de...

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois

Nouvelle Photo de la Quinzaine/Mois
Le thème du mois : Dean au fil des saisons, lequel est votre préféré ?!? Venez voter PAR ICI  ...

Nouvel épisode ce soir

Nouvel épisode ce soir
Reprise de la saison 14 ce soir sur Série Club, avec l'épisode 14.17 "Game Night". Vous pouvez...

Nouveau sondage pour le 1er Avril

Nouveau sondage pour le 1er Avril
Selon vous que va-t-il se passer aujourd'hui ?!? Venez voter pour votre préféré......

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
HypnoRooms

Luna25, Hier à 18:13

Désolée pour le bug

Xanaphia, Hier à 19:08

22 votants... je suis sûre que l'on peut mieux faire Et pas besoin de connaître les séries ! Direction le quartier Arrow

teddymatt, Hier à 19:16

128 au départ ! Une seule personnalité gagnera au final ! Venez voter sur le quartier The L Word (Animation : Quelle personnalité inviter ?)

choup37, Hier à 22:11

PDM, survivor, pendu, citations et sondage vous attendent sur Doctor Who!

choup37, Hier à 22:11

Le calendrier aussi ainsi que sur kaamelott et musketeers!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site