VOTE | 646 fans

#520 : Meilleurs ennemis

 

Réalisé par : Robert Singer
Ecrit par : Ben Edlund

SAM ET DEAN FONT FACE AUX CAVALIERS - Le démon Crowley dit à Sam et à Dean qu'il peut les aider à trouver les anneaux restants des Cavaliers de l'Apocalypse, afin qu'ils puissent piéger Lucifer. Les frères sont suspicieux jusqu'à ce que Crowley les conduise à Brady (Eric Johnson), celui qui tient les rênes pour Peste et Mort. Toutefois, Brady refuse de leur indiquer où les anneaux se trouvent, et lance Peste aux trousses des Winchester.

>>Photos promo<<

Popularité


4.14 - 7 votes

Titre VO
The Devil You Know

Titre VF
Meilleurs ennemis

Première diffusion
29.04.2010

Première diffusion en France
26.01.2011

Vidéos

Promo #1

Promo #1

  

Sneak peek #2

Sneak peek #2

  

Sneak peek #3

Sneak peek #3

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Résumé des épisodes précédents.

Dans un laboratoire. Deux chercheurs discutent du dernier vaccin mis au point contre la grippe A. L'un des deux pense qu'il est prématuré de débuter des tests sur les humains, ils n'ont eux-même jamais vu le vaccin. L'agent d'entretien injetce alors le produit dans le cou d'un des chercheurs, et les enferme dans le labo. L'homme qui a reçu l'injection est alors pris d'une pulsion meurtrière et se jette sur son collègue, sous le regard satisfait de l'agent possédé.

*****************************SUPERNATURAL***********************

A l'hopitâl. Dean et Sam sont venus enquêter sur la soudaine épidémie de grippe A. A part le fait qu'il y a un jour et demi il n'y avait aucun cas, et que maintenant il y a épidémie, le médecin n'a rien remarqué d'inhabituel chez les patients. Rien qui signalerait la présence du virus Croatoan.

Sur la route. Dean et Sam font un rapport à Bobby. Ils ne comprennent pas que Pestilence se contente d'une grippe A. Bobby leur rappelle qu'il y a déjà quatre villes contaminées. Sans plus d'indications, il leur dit de se diriger vers l'Est. Crowley apparaît alors sur la banquette arrière de la Chevy. Dean freine brusquement, mais Sam n'a pas le temps de poignarder le démon que celui-ci les attend déjà à l'extérieur. Les boys sont peu enclins à parler calmement, Sam en particulier. Crowley jure qu'il ne savait pas que le Colt n'aurait aucun effet sur Lucifer, et maintenant, il est le démon le plus recherché de l'Enfer. Mais il tient à les aider à récupérer les anneaux qui leur manquent pour piéger le Diable. Il sait également comment retrouver Pestilence et finit par convaincre les boys de le suivre.

Chez Crowley. Les boys et le démon entrent dans ce qu'il reste de sa maison. Crowley leur explique qu'il les a retrouvé grâce à une pièce de monnaie ensorcelée qui fonctionne comme un mouchard démoniaque. Il sait donc ce qu'est le plan et souhaite en être. Il connaît le démon en charge des Cavaliers, et promet qu'il marchandera avec lui afin qu'il leur révèle où se trouve Pestilence. Dean, suspicieux mais intéressé, accepte l'offre.

Salle de réunion, laboratoire Nevo. Le patron, Brady, demande à ses employés d'accélérer la cadence afin que le vaccin soit rapidement mis sur le marché. L'un des employés, Micthell, explique que les tests ne sont pas encore au point et qu'ils font de leur mieux. Brady leur ordonne de faire mieux que mieux.

Bureau de Brady. Mitchell entre. Pensant se faire réprimander pour son attitude lors de la réunion, il se voit en fait offrir une promotion. Naïvement, il accepte. Brady lui tranche la gorge et receuille le sang. Il prononce une incantation en latin afin de parler à Pestilence, qui se manifeste sous forme de mouches. Brady apprend au Cavalier que les tests sont positifs, et même s'il sera difficile de distribuer le vaccin rapidement à une si grand échelle, mais il fera de son mieux.

Chea Crowley. Les boys préparent leurs affaires pour leur expédition. Crowley vient chercher Dean, ne désirant pas que Sam vienne. Sam refuse d'être laissé en arrière, et devant l'absence de réaction de Dean, Crowley fait semblant de s'en aller. Dean accepte finalement de le suivre, sous le regard éberlué de Sam, qui finalement se retrouve seul.

Sam profite de son temps libre pour faire un rapport de la situation à Bobby. Bien que celui-ci ne soit pas fan des démons, il ne pense pas que faire confiance à Crowley soit forcément une mauvaise idée, vu la situation. Sam demande alors à Bobby comment il a procédé pour contrôler le démon en lui quand il était possédé. Bobby, inquiet de cette question, lui demande de s'expliquer. Sam a pensé que pour s'assurer que Lucifer saute bien dans sa cage, il devrait peut-être jouer son rôle de réceptacle. Bobby lui ôte de suite cette idée folle de la tête, il ne pourra pas contrôler le Diable, n'étant pas capable de se contrôler lui-même.

Dean et Crowley évaluent la situation devant les bureaux des Labos Nevo. Crowley entre et tue toutes les personnes au rez-de-chaussée, ce qui scandalise Dean, complètement impuissant. Puis Crowley pousse Dean dans l'ascenseur, précisant qu'il n'ira pas avec lui car l'étage est plein de démons, mais il assure à Dean que tout se passera bien s'il fait comme il le lui a expliqué. Dean, peut rassuré, prépare le couteau.

Brady ouvre la porte de son bureau, invitant Dean à y entrer. Dean s'asseoit, et propose un marché à Brady. Il le suit sans faire d'histoires, et s'il accepte leur proposition, ils lui rendront les anneaux de Famine et War. Brady apprend à Dean que même si les deux Cavaliers nommés retrouvaient leurs anneaux, ils ne recouvriraient pas leurs pouvoirs. En revanche, il souhaite se venger, et est ravi que Dean se soit offert à lui.

Dean se fait jeté hors du bureau, et Brady commence à se défouler avec plaisir sur lui.

Dean, poursuivi par Brady, se réfugie dans l'ascenseur. Arrivé au rez-de-chaussée, il sort prudemment, mais Brady l'attaque par derrière. C'est alors que Crowley décide d'agir, il met un sac sur la tête de Brady et l'assomme. Son plan a fonctionné à merveilles, car effectivement, comme le fait remarqué Dean, c'était l'aîné des Winchester que le démon voulait.

Sur la route. Crowley grave un piège à démons sur le torse de Brady, afin que son hôte ne puisse s'enfuir. Il demande alors à Dean de ne pas retourner chez lui, afin que Sam ne voie Brady, car ils ont une certaine "histoire" ensemble. Dean freine, et demande des explications.

Sam rejoint Crowley. Ce dernier lui explique que lui ne voulait pas revenir, c'est Dean qui a insisté, puis il le laisse passer. Sam rejoint Dean, affairé à attacher Brady. Dean demande à Sam de rester concentré, et il assure qu'il lui fait confiance. Sam ne comprend pas, jusqu'à ce que Brady se manifeste et que Dean lui enlève son sac. Brady n'était autre que le meilleur ami de Sam à l'Université de Stanford. Sam se rend compte que toute sa vie, il a été manipulé par les démons, et le pire, c'est que c'est Brady qui l'a présenté à Jessica. Pris d'un excès de rage, il s'apprête à sauter sur Brady, mais Dean le retient et l'éloigne du démon. Il supplie Sam de se contrôler, car ils ont besoin de Brady pour trouver Pestilence, c'est leur seul moyen, bien que Sam, aveuglé par la colère, n'en soit pas convaincu.

Crowley essaie de convaincre Brady de changer de camps, en lui expliquant que Lucifer, une fois qu'il aura fait de la Terre son royaume, ne les épargnera pas. Brady sait qu'il va mourir, quoiqu'il fasse, et il sait aussi que la situation de Crowley est plus dramatique, car Lucifer le fera torturer toute l'éternité. Brady refuse l'offre de Crowley, et celui-ci décide alors de s'en aller, en précisant à Dean qu'il va casser du démon. Il part avec certains encouragements pour le chasseur.

Dean se rafraichit dans la salle de bain, et Sam profite de l'occasion pour l'enfermer. Il se dirige vers Brady, le laisse expliquer comment il a amené Jessica dans sa vie afin qu'il reste sous contrôle d'Azazel, et enfin, comment il a tué la jeune femme. Puis Sam s'apprête à lui trancher la gorge, sous les encouragements du démon qui jubile de la situation. Mais Sam se ravise, et s'éloigne, laissant Brady ricaner.

Sam libère Dean. Celui-ci s'assure que Brady est toujours vivant. Crowley réapparaît, et apparemment, il s'est battu. Il informe Brady qu'aux yeux des loyaux suivants de Lucifer, il est désormais un traître, tout comme lui-même, et que par conséquent il aura droit aux mêmes châtiments. Il n'a donc plus aucune raison de ne pas coopérer. Soudain, un hurlement retentit, indiquant la présence des Chiens de l'Enfer, qui ont suivi Crowley à cause du mouchard démoniaque qu'il porte sur lui. Il lance le mouchard à Dean et s'éclipse, les laissant dans le pétrin. Dean part chercher du sel, tandis que Sam garde un oeil sur Brady, les suppliant de s'enfuir.

Dean s'apprête à prendre le sel, lorsque la meute fait irruption par la fenêtre. Dean rejoint Sam, en abattant les Chiens monstrueux un par un. Il se trouve à court de munitions alors qu'il reste un molosse, prêt à bondir. Crowley réapparaît, accompagné par son Chien, et ordonne à la bête d'attaquer l'autre. Les boys, Crowley et Brady profitent de la situation pour partir.

Dans un cul-de-sac sombre. Brady livre l'endroit où se trouve Pestilence. Crowley assure à Dean qu'il ne peut plus mentir désormais. Puis le démon s'en va, laissant Sam s'occuper de Brady sous la surveillance de Dean. Brady tente de désarçonné Sam, en lui disant à quel point il n'est pas différent des démons qu'il chasse, et c'est pour ça qu'il les déteste tant, mais Sam garde son sang-froid, et abat le démon.

Chez Bobby. Le vieux chasseur prend des renseignements auprès de Rufus, qui n'a rien trouvé d'intéressant. Il raccroche, et se retourne pour trouver Crowley, qui vient an allié. Le démon connaît un moyen pour localiser Death, mais pour ça, il a besoin de l'âme de Bobby. Ce ne serait qu'un prêt temporaire, il promet de le lui rendre une fois les choses terminées. Bobby répond par des coups de feu. Crowley assure qu'il souhaite voir autant que Bobby et les boys Lucifer retourner dans sa cage, sa propre vie en dépend. Il réitère sa promesse de lui rendre son âme. Bobby, bien qu'extrêmement suspicieux, réfléchit à la proposition.

 

Ecrit par Deanlove35.

INT. LABORATOIRE

(Deux chercheurs entrent dans le labo tout en consultant des dossiers, tandis qu'un agent d'entretien fait le ménage.)

CHERCHEUR 1 : Je suis content qu'on ait quelque chose à proposer au public.

CHERCHEUR 2 : Si tu veux mon avis, tout ça c'est du vent, rien de plus. Une façon de se faire encore plus de pognon.

CHERCHEUR 1 : Attend, on a une épidémie de grippe A sur les bras.

CHERCHEUR 2 : Oui, mais si Niveus s'inquiétait vraiment de l'épidémie, il refilerait le vaccin gratos. Maintenant, leur nouvelle formule miracle...

CHERCHEUR 1 : Ils disent qu'il agit plus rapidement.

CHERCHEUR 2 : Possible, mais ils veulent commencer les tests sur les humains cette semaine.

CHERCHEUR 1 : C'est vrai que c'est un peu précipité.

CHERCHEUR 2 : Ca, c'est le moins qu'on puisse dire. Tu l'as vu, toi, ce nouveau vaccin ?

CHERCHEUR 1 : Non.

CHERCHEUR 2 : Ben je sais, moi non plus.

AGENT : Je l'ai vu moi.

CHERCHEUR 2 : Vous êtes qui ?

AGENT : Je fais une petite expérience.

(L'agent s'approche du chercheur et lui enfonce une aiguille de seringue dans le cou.)

CHERCHEUR 1 : Oh ! Vous êtes dingue ?!

(L'agent frappe l'autre chercheur.)

AGENT : On se détend, vous en faites partie vous aussi.

(L'agent sort du labo et ferme la porte, tandis que le premier chercheur se relève.)

CHERCHEUR 1 : Qu'est-ce que vous faites ?! (L'agent casse le système de sécurite, bloquant ainsi la porte. Tandis que le chercheur frappe contre la porte, l'autre chercheur se lève, les yeux injectés de sang.) Hé, ouvrez tout de suite cette porte !

(Le chercheur infecté se jette sur son collègue et le dévore. A l'extérieur, l'agent d'entretien, possédé par un démon, observe.)

AGENT : Bon, on dirait que ça fonctionne.


SUPERNATURAL


INT. HOPITAL

(Les boys enquêtent sur l'épidémie de grippe A. Ils suivent le médecin, et portent des masques de protection.)

DEAN : Hé, regarde ! Je ressemble au Roi de la Pop.

SAM : Pas tout à fait.

DEAN : Ah bon ?

SAM : Ouais.

MEDECIN : Nous sommes ravies que le CDC s'implique. Mais, on a surtout besoin de vaccins.

DEAN : Oui, ce serait pas du luxe.

SAM : Dites-nous euh, avez-vous noté des effets inhabituels avec cette souche du virus ? Euh, de brusques changements de comportement, une forte agressivité ?

MEDECIN : Je vous demande pardon ?

DEAN : Les malades que vous traitez ont-ils montré des tendances meurtrières ?

MEDECIN : Euh, si j'en juge par les symptômes, nous avons affaire à des cas de grippe A relativement bénins. Les personnes touchées vont se sentir très mal pendant une semaine, c'est tout.

DEAN : Donc, rien qui sorte de l'ordinaire ?

MEDECIN : Il y a une journée et demie, on n'avait pas un seul cas, aujourd'hui on en a 70. C'est l'équivalent viral d'un attentat à la bombe, alors oui, on peut dire que la situation sort de l'ordinaire.

SAM : Une journée et demie ?

DEAN : Au moment où les statues se sont mises à pleurer.

SAM : Ouais.

MEDECIN : Pardon ? Qu'est-ce que vous avez dit ?

SAM : On n'a rien dit.

MEDECIN : Si, vous venez de dire que des statues s'étaient mises à pleurer.

SAM : Qui ça, nous ?! Oh non, on ne dirait jamais ça, voyons !

DEAN : Qui est-ce qui dirait un truc pareil ? Faudrait être dingue !

SAM : Ah oui !

DEAN : Et nous, on n'est pas dingue.

SAM : Non.

MEDECIN : Ecoutez... Il nous faut ces vaccins.

DEAN & SAM : Hm-mm.

(Le médecin s'éloigne, Sam et Dean soupirent de soulagement.)

EXT. ROUTE

(Les boys sont au téléphone avec Bobby.)

BOBBY : Laissez-moi deviner. Encore une ville qui grouille de germes de la grippe A ?

DEAN : Ouais.

SAM : Tout ça n'a aucun sens, Bobby. Pestilence est venu dans le coin, je suis prêt à le parier.

DEAN : Pourquoi est-ce qu'il s'embête avec un petit virus comme la grippe A, alors qu'il a le virus Croatoan dans sa manche ? J'y comprend rien.

BOBBY : On n'en n'a rien à carrer de ce que cette enflure veut faire.

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Ce qui compte, c'est qu'on en est à la quatrième ville où on est sûr qu'il est passé. Et on a toujours un train de retard.

EXT. ROUTE

BOBBY : Vous n'avez rien trouvé du tout ? Vous n'avez pas la moindre petite idée de ce que sera sa prochaine cible ?

SAM : Euh, non, il ne suit pas de route précise.

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : D'accord, une seconde. (Bobby s'approche de la carte de son bureau.) Bon d'après ce que je vois, il a toujours l'air de se diriger vers l'Est.

EXT. ROUTE

BOBBY : Alors, vous n'avez qu'à faire comme lui.

SAM & DEAN : Vers l'Est ?!

DEAN : Bobby, on est dans l'ouest du Nevada, on n'a pas d'autres choix que d'aller vers l'Est.

BOBBY : Ah ouais ? Ben perdez pas de temps, alors.

(Il raccroche. Soudain, Crowley apparait sur le siège arrière.)

CROWLEY : Dites ! J'ai peut-être une idée.

(Aussitôt, Dean fait un dérapage et s'arrête sur le bas-côté, tandis que Sam prend le couteau de Ruby et frappe à l'arrière, mais ne fait que trouer la banquette.)

DEAN : Tu l'as eu ?

SAM : Il s'est envolé.

(Crowley, à l'extérieur, frappe à la fenêtre. Sam sursaute.)

CROWLEY : Alors, vous sortez qu'on discute ? (Les boys sortent.) Je sais que vous êtes furax. On devrait en discuter. Enfin, pas ici, mais....

SAM : On devrait discuter ?! Après ce que tu nous as fais ?!

CROWLEY : Après ce que je vous ai fais ?! Mais je vous ai rien fais du tout, voyons ! Je vous ai donné le Colt !

SAM : Et tu savais très bien qu'il ne fonctionnerait pas contre Lucifer !

CROWLEY : Non, c'est faux !

SAM : Tu nous as piégé ! Je te signale qu'on a perdu du monde dans cette mission suicide, et c'était des gens biens !

CROWLEY : Les gens que vous choisissez d'emmener avec vous, ce sont vos affaires, pas les miennes ! Quoiqu'il en soit, rien n'a changé entre nous. On est toujours partenaires dans cette histoire.

SAM : Ouais, dans tes rêves !

(Sam essaie de nouveau de le poignarder, mais sans succès.)

CROWLEY : Tu veux bien tenir ton frère en laisse ?

(Sam essaie de se jeter sur lui, mais Dean le retient.)

DEAN : Donne-moi une seule bonne raison.

CROWLEY : Je veux vous livrer la Pestilence.

DEAN : Qu'est-ce que tu sais sur lui ?

CROWLEY : Je sais comment le coincer. On dirait que j'ai piqué votre curiosité.

(Sam n'est pas convaincu, mais ce n'est pas le cas de Dean, qui est songeur.)

SAM : Attend, tu crois aux conneries qu'il raconte ?!

DEAN : Sam.

SAM : Mais t'es complètement dingue, ou quoi ?!

DEAN : Ferme-la une seconde.

CROWLEY : Non, vous allez la fermer tout les deux ! Ecoutez. Je vous assure que j'ignorais tout pour le Colt, c'est qu'une petite erreur. Et c'est en commettant des erreurs qu'on apprend. Mais, rien n'a changé. J'ai toujours envie que le Diable se fasse tuer. Bon... Le truc aujourd'hui, c'est que le Diable sait que je veux le faire tuer, ce qui fait d'ailleurs de moi un mort en sursis, et ce où que je décide de foutre les pieds.

DEAN : C'est triste, mais sincérement, on s'en fout.

CROWLEY : Ils ont foutu le feu à ma maison ! Ils ont bouffé mon tailleur ! Ca fait deux mois que je vis sous terre, j'ai l'impression d'être devenu un rat ! Tout les démons, qu'ils soient sur Terre ou en Enfer, sont après moi ! Et aujourd'hui, voilà que je suis au dernier endroit où je devrais me trouver. Au beau milieu d'une route, à discuter avec Sam et Dean Winchester, juste en dessous d'un putain de lampadaire ! (Il fait exploser l'ampoule du lampadair dans un excès de colère, puis il se reprend.) Venez avec moi. S'il vous plait. (Dean et Sam ne disent rien, mais n'ont pas non plus l'intention de bouger.) Vous voulez les bagues des Cavaliers ? Oui, je... je suis au courant de ça. On y va ?

INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Les boys suivent Crowley dans une maison délabrée.)

CROWLEY : Nous y voilà. Ma planque quand je suis en cavale. On peut dire que je suis tombé bien bas. Toutes les fenêtres sont en simple vitrage, il y a quelques capotes usagées dans la cheminée. (Il allume un feu.) Et des infiltrations qui donnent un certain style.

DEAN : Arrête, tu vas me faire chialer. Comment tu sais pour les bagues ?

CROWLEY : Eh bien disons... que j'ai fais en sorte de garder un oeil sur vous deux.

SAM : On a des talismans qui nous rendent invisibles aux démons.

CROWLEY : Ouais, tous sauf un. (Il se montre du doigt.) Le soir où vous êtes entrés par effraction chez moi, notre premier rencard, mon valet a caché un dispositif de localisation dans votre voiture. Une pièce enchantée qui a la faculté de tromper vos petits sacs d'ossements. Et elle me permet d'entendre des choses. Oh, on peut vraiment dire que j'en ai entendu de belles ! Alors comme ça, vous voulez renvoyer le Diable dans sa cage ? C'est audacieux. Je veux en être.

DEAN : Tu peux nous mener à Pestilence ?

CROWLEY : En fait... Je ne sais pas exactement où il peut se trouver... Pour le moment. Mais en revanche, je connais le démon qui le sait. Disons que c'est un peu l'homme à tout faire des Cavaliers de l'Apocalypse. C'est lui qui se charge d'organiser leurs déplacements, qui veille à leurs besoins. C'est lui qu'il vous faut, vous pouvez me croire. Il nous dira où se trouve Atchoum.

DEAN : Comment tu comptes le faire parler ? En lui arrachant les ongles des pieds ?

CROWLEY : Non. Les gars de son rang ne traitent pas aussi facilement. On va le ramener ici, et on va négocier.

SAM : Je te demande pardon ?

CROWLEY : Oui. Ca fait des siècles que je change des saints en pêcheurs. C'est pas un petit démon qui va me faire peur.

DEAN : D'accord, et il est où ce démon ?

INT. NIVEUS PHARMACEUTIQUES

(Lors d'une réunion, le PDG, Brady, donne ses instructions.)

BRADY : Je ne veux pas que ce soit prêt pour dans quelques semaines, je veux que ce soit prêt dans quelques jours.

MITCHELL : Mais, le labo n'a pas encore terminé tout les tests d'usage.

BRADY : Laissez-moi m'occuper du labo.

MITCHELL : Vous nous demandez de distribuer ce vaccin à une échelle jamais vue !

BRADY : Nous sommes face à une épidémie d'une ampleur jamais vue. La nation toute entière est littéralement terrifiée par la grippe A ! Nos concitoyens veulent notre vaccin. Ils ont besoin de notre vaccin ! A vous de fournir une offre suffisante pour satisfaire cette demande !

MITCHELL : Nous faisons de notre mieux.

BRADY : De votre mieux ? Vous en êtes sûr ? Eh bien il a plutôt intérêt à être beaucoup mieux que ça !

(Il tend le journal à son voisin et sort.)

INT. BUREAU DE BRADY

(Mitchell entre.)

MITCHELL : Vous avez demandé à me voir ?

BRADY : Mitchell ! Entrez, je vous en prie.

MITCHELL : Euh, Monsieur Brady, je sais que ce projet est important. Et je suis navré si je vous ai...

BRADY : Inutile de vous excuser. Mitch, j'ai vraiment besoin de gens comme vous.

MITCHELL : C'est vrai ?

BRADY : Tout à fait. Hors, il se trouve que justement, nous avons un poste à pourvoir... au service de comm'. Et j'ai l'impression que vous êtes le candidat idéal.

MITCHELL : Ca a l'air génial.

BRADY : C'est génial. Alors qu'en dites-vous ? Vous vous sentez les épaules pour entrer dans le monde sans pitié de la direction ?

MITCHELL : Oui, je crois.

BRADY : Excellent. (Il lui tranche la gorge et ramasse son sang dans une coupe.) Oh, n'en mettez pas sur mes chaussures. (Un démon vient récupérer le cadavre.) Occupez-vous du reste plus tard, d'accord ? (Le démon sort.) Bien. Au travail. (Il se penche au-dessus de la coupe, et récite une formule. Les lumières vacillent. Une mouche sort du sang.) Seigneur ? J'ai d'excellentes nouvelles au sujet des tests. Les résultats se sont avérés tout à fait grotesques, je suis sûr que vous serez ravis. (D'autres mouches sortent du sang.) Combien de temps ? Pour distribuer à une telle échelle, il nous faudrait plus de cobayes humains, et on ne peut pas tous les posséder, et je ne vous parle même pas du transport. Euh... Oui, je sais, mais je fais de mon mieux. Entendu. Je devrais faire beaucoup mieux. Oui, bien sûr. D'accord.

(La communication touche à sa fin. Ecran noir.)


INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Les boys préparent des affaires pour aller chercher le démon. Sam ne voit pas que Crowley arrive derrière lui.)

SAM : Tu peux me dire pourquoi on écoute ce type ? Je trouve ça vraiment ridicule.

DEAN : Ouais, t'as pas tort.

CROWLEY : Nous voilà une belle et grande famille ! Fantastique.

DEAN : Ca y est, t'es prêt ?

CROWLEY : Oui, oui, je suis fin prêt. Sam, tu te charges du feu ?

DEAN : De quoi est-ce que tu parles ?

CROWLEY : Sam ne vient pas avec nous.

SAM : Je peux savoir pourquoi ?

CROWLEY : Parce que je ne peux pas t'encadrer. Je ne te fais pas confiance. Et aussi... Ah oui, c'est ça ! Tu essayes tout le temps de me tuer.

SAM : Hors de question que je reste ici ! Ca, tu peux toujours rêver !

CROWLEY : Je te demande pas ton avis, mon mignon, t'es pas invité. Mais j'aimerai avoir le tien. Qu'est-ce que tu vas faire ? (Sam se tourne vers Dean, qui ne bouge pas.) Aurevoir messieurs. Profitez de vos derniers couchers de soleil.

DEAN : Attend, attend, pas si vite. (Dean évite le regard de Sam qui est perplexe.) Je viens avec toi. (Il s'avance, suit Crowley, et se retourne une dernière fois vers Sam.) Je suis désolé, mais je le crois.

EXT. PLANQUE DE CROWLEY

(Sam regarde l'Impala s'éloigner.)

INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Sam téléphone à Bobby tout en buvant.)

SAM : Et ensuite, Dean est partie avec Crowley.

INT. CHEZ BOBBY

(Bobby aussi boit.)

SAM : Il a franchi la porte sans hésiter une seconde.

BOBBY : Ecoute Sam, tu sais que j'ai jamais pu saquer les démons. Et c'est vrai que toute cette histoire est à devenir maboule. Le truc c'est que, au bout d'un an sans obtenir de résultats, c'est peut-être le moment de faire quelque chose d'original.

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Ouais, t'as peut-être raison. (Il soupire.) A propos, dis-moi...

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Quoi ?

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Tu te rappelles la fois où t'as été possédé ?

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Ouais, ça me dit quelque chose.

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Lorsque Meg t'a ordonné de tuer Dean, t'as refusé. T'as repris le contrôle.

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Ouais, suffisamment longtemps pour me planter un couteau dans le lard.

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Bon. Et comment t'as fais ?

INT. CHEZ BOBBY

SAM : Comment t'as fais pour reprendre le contrôle ?

BOBBY : Pourquoi tu me demandes un truc pareil ?

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Disons... qu'on arrive à ouvrir la cage, d'accord ? Après, qu'est-ce qu'on fait ? On essaie de... de conduire le Diable au bord du gouffre et de le faire sauter ?

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Je sais pas.

SAM : Et si vous conduisiez le Diable jusqu'au bord du gouffre...

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : ... et que moi je sautais ?

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Sam....

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Ce sera comme quand tu as retourné le couteau contre toi ! Une seule action, il suffira que je le pousse !

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Vous vous êtes donnés le mot pour me faire crever, c'est pas vrai ?!

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Bobby...

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : On vient tout juste de convaincre ton frangin de ne pas faire le saut de l'ange, et toi tu voudrais dire "oui" ?!

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Ca n'a rien à voir ! Je vais pas le faire, si on n'est pas tous d'accord ! Mais, il faut envisager toutes les options !

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Je te signale que ce que tu proposes n'est pas une option.

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Pourquoi ?

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Tu n'y arriveras pas. Ce que moi j'ai fais, j'avais une chance sur un million de le réussir, et il ne faut pas oublier que j'avais affaire à un démon de seconde zone ! Toi, tu voudrais reprendre le contrôle après avoir été possédé par Satan en personne !

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Oui. C'est ça.

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Ecoute. Si on appelle ça "être possédé" , c'est qu'il y a une bonne raison. Je crois que tu es très bien placé pour le savoir.

INT. PLANQUE DE CROWLEY

SAM : Je sais que j'en ai la force.

INT. CHEZ BOBBY

BOBBY : Tu te gourres. Il va faire en sorte de trouver tout les défauts qu'il y a dans ton armure, Sam, et les utiliser contre toi. Ta peur, ton chagrin, ta colère. Et soyons honnête, on peut pas dire que tu sois le type le plus zen sur Terre. Explique-moi comment tu comptes contrôler le Diable, alors que tu n'arrives pas à te contrôler toi-même ?

INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Sam soupire.)

EXT. NIVEUS PHARMACEUTIQUES

(Dean et Crowley surveillent le bâtiment.)

DEAN : Des démons.

CROWLEY : Non, de la chair à canon. Les démons sont dans les bureaux, au 12ème étage.

DEAN : Ok, va falloir qu'on trouve une entrée par derrière.

CROWLEY : C'est une manie chez vous de toujours chercher à faire compliqué.

DEAN : Hein ? (Crowley a disparu.) Oh, j'y crois pas ! (Soudain, il voit Crowley, dans le bâtiment, qui lui fait signe, puis tranche la gorge de l'homme devant lui.) Oh j'y crois pas ! Oh j'y crois pas, bordel !

INT. NIVEUS PHARMACEUTIQUES

(Dean frappe à la porte.)

CROWLEY : Tu peux y aller, c'est ouvert ! (Dean entre et voit les cadavres des employés.) Quoi ?

DEAN : Mais, qu'est-ce qui t'a pris de les tuer ?!

CROWLEY : On a un planning très serré. (Il attrape Dean par le bras.) Amène-toi. (Dean ne quitte pas les cadavres des yeux, tout en avançant.) C'est maintenant que tu joues les petites natures ? (Il amène Dean dans l'ascenseur, appuie sur un bouton, et sort avant que les portes ne se ferment.) Allez, bonne chance, champion.

(Dean bloque la porte.)

DEAN : Tu viens pas avec moi ?

CROWLEY : Oh non. C'est trop dangereux là-haut. Il y a des démons.

DEAN : Ouais, je suis au courant.

CROWLEY : Tu n'as qu'à faire exactement ce que je t'ai dis. Et surtout, essaie d'avoir l'air convaincant. Tout se passera très bien. Fais-moi confiance.

(Crowley repousse Dean au fond de l'ascenseur. Les portes se ferment. Le démon fait signe à Dean de l'extérieur. L'ascenseur monte. Dean sort le couteau de Ruby, et soupire.)

INT. BUREAU DE BRADY

(Brady entend les démons mourir dehors. Il ouvre les portes d'un geste de la main, et voit Dean.)

BRADY : Dean Winchester. Est-ce que tu as rendez-vous ?

(Dean entre.)

DEAN : Je me suis décidé à la dernière minute.

BRADY : Alors tu arrives à point nommé. (Les portes se referment.) Assied-toi. Comment va ton frère ? (Dean s'asseoit sans rien dire.) Tu as raison, passons aux choses sérieuses. Alors, qu'est-ce que je peux faire pour toi ?

DEAN : Hum, en fait, c'est moi qui peut quelque chose pour toi.

BRADY : Ah vraiment ?

DEAN : Moi et Sam, on a zigouillé deux de tes patrons. Tu dois être au courant ?

BRADY : Oui, j'ai reçu un mémo.

DEAN : Eh bien, figure-toi qu'on a conservé leurs super bagues magiques. C'est pour ça que je suis là. D'après ce qu'on m'a dit, tu cherches à les récupérer. Et tu serais prêt à payer.

BRADY : Et où est-ce qu'elles sont ?

DEAN : Je ne les ai pas sur moi. Mais si tu les veux, tu viens avec moi, sans faire d'histoires, on va faire un tour hors de ta grotte, et discuter des termes de la transaction.

BRADY : Euh... Qui a dit que je les voulais ?

DEAN : Quoi ?

BRADY : Qui - a dit - que je les voulais ?

DEAN : Et.. Eh ben euh... Des-des gens.

(Brady fixe Dean, qui se sent mal à l'aise.)

BRADY : Vois-tu... Concernant la Guerre et la Famine, je crois que même si j'arrivais à remettre leurs fameuses bagues à leurs doigts squelettiques, je doute fort que ça changerait quoi que ce soit. Aujourd'hui ce ne sont plus que des carcasses déssechées, recroquevillées sur le sol. Et tout ça, c'est à cause de vous. Ce que je veux, ce ne sont pas leurs bagues. En fait, je ne désire qu'une chose. Vous voir payer pour ça. Alors je vais me faire un plaisir de te coller la raclée de ta vie !

INT. COULOIRS

(Dean est projeté en dehors du bureau.)

BRADY : Alors là ! Je dois dire que ça fait un bien fou ! (Il s'approche de Dean et lui donne un violent coup de pied dans le ventre.) Et c'est très thérapeutique. Très franchement, je tiens à te remercier du fond du coeur. Parce que grâce à ta visite, (nouveau coup de pied), je me sens, (coup de pied), beaucoup mieux !

(Ecran noir.)


INT. ASCENSEUR

(Dean se précipite dans l'ascenseur, tandis qu'il est poursuivi par Brady.)

BRADY : Dean ? Où est-ce que tu vas, enfin ? Me laisse pas tomber, je commençais tout juste à m'échauffer ! (Dean arrive au rez-de chaussée. Il sort prudemment de l'ascenseur. Tout semble calme. Brady est derrière lui, et le frappe à la tête.) Cette réunion était tout à fait fascinante. Je bouillis d'idées !

(Soudain, Crowley arrive et met un sac sur la tête de Brady.)

CROWLEY : Devine qui c'est ?

(Avec une barre, il frappe dessus à plusieurs reprises, jusqu'à l'assomer. Dean se relève.)

DEAN : Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?

CROWLEY : Tu as été parfait.

DEAN : Comment ça "parfait" ?! Il voulait pas les bagues, c'est moi qu'il voulait !

CROWLEY : J'aurais bien aimé voir la tête que tu as faite.

DEAN : Quoi ?

CROWLEY : Le fait que tu ignorais tout de mon plan a rendu ta réaction plus authentique, c'est quelque chose qu'on ne peut pas feindre. Quoi ? Ca a marché comme sur des roulettes !

DEAN : Non, pas pour moi, espèce de con !

CROWLEY : C'est le genre de choses qui arrive quand on bosse avec un démon.

EXT. ROUTE

(Dean se soigne, tandis que Crowley, sur le siège arrière, grave des signes au couteau sur le ventre de Brady.)

DEAN : Hé, fais gaffe de pas tacher mes sièges.

CROWLEY : M'emmerde pas. Le glyphe garantie que notre ami va rester gentillement avec nous. Il va pas se téléporter, ni s'envoler en fumée, il est coincé dans son pyjama de chair, ce qui sera un élément non négligeable dans nos négociations. Au prochain croisement, tu vas éviter la I50. Prend la 93 Nord à la place.

DEAN : Qu'est-ce que tu me racontes ?

CROWLEY : Ton frère ne doit surtout pas rencontrer ce gars-là.

DEAN : Je peux savoir pourquoi ? (Crowley ne dit rien.) Crowley ?!

CROWLEY : Il s'est passé des trucs entre eux, d'accord ?

(Dean freine brusquement.)

DEAN : Si tu veux aller plus loin, t'as intérêt à te mettre à table ! Quel genre de trucs ?

INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Sam attend anxieusement sur le lit, quand il entend l'Impala arriver. Il descent et part à la rencontre de son frère et de Crowley, mais il trouve seulement le démon.)

SAM : Où est Dean ?

CROWLEY : D'abord, je tiens à signaler que je ne voulais pas revenir ici. Convaincre un gradé de trahir son camp, c'est une affaire extrêmement délicate.

SAM : Et ça veut dire quoi ça ?

CROWLEY : J'ai supplié Dean de ne pas le ramener ici. On devrait être aussi loin que possible de toi. Mais il a répliqué avec un charmant mot d'esprit à propos de mon anus. Vas-y, je t'en prie. Vas-y, te gêne pas pour foutre en l'air notre meilleure piste. (Sam lance un regard chargé de haine à Crowley, et s'avance dans l'autre pièce.) Ce n'est que la fin du monde, après tout.

(Sam trouve Dean en train d'attacher le démon, dont il ne connaît pas encore l'identité, sous un piège à démons.)

DEAN : Sam...

SAM : Qu'est-ce qu'il se passe ?

DEAN : Je veux que tu te concentres sur la mission. D'accord ? Te laisse pas distraire.

SAM : J'y comprend rien. Est-ce que tu peux m'expliquer ?

DEAN : On est revenu parce que j'ai confiance en toi.

(Brady reprend connaissance.)

SAM : Mais qu'est-ce que tu me chantes ?!

(Dean allait répondre, mais Brady intervient.)

BRADY : Sam ? Sam, est-ce que c'est toi ?

(Dean enlève le sac de la tête de Brady.)

SAM : Brady ?!

BRADY : Brady a cessé d'être Brady il y a très longtemps. Je crois que c'était... au milieu de notre deuxième année de fac.

SAM : Quoi ?!

BRADY : Tu as bien entendu. Tu as toujours eu un diablotin sur l'épaule, même à cette époque là. (Sam est abasourdi.) Voilà, c'est ça, on va laisser le temps que ça rentre.

SAM : Espèce d'enfoiré ! Sale ordure ! C'est toi qui m'a présenté Jessica !

(Sam allait se jeter sur Brady, mais Dean le retient.)

BRADY : Ding, ding, ding, nous avons un vainqueur !

DEAN : Calme-toi, Sam.

SAM : Je vais te faire la peau !

(Dean force Sam à sortir de la pièce, tandis que Brady rit.)

DEAN : Arrête ! Arrête !

SAM : Ecarte-toi de mon chemin.

DEAN : Non.

SAM : Je te dis de me laisser passer !

DEAN : On a qu'une seule chance de gagner, et c'est pas en tuant la chose qui se trouve là-dedans.

CROWLEY : Très bien. Grâce à toi, il devrait être juste à point à l'heure qu'il est. Merci du coup de main.

(Crowley va voir Brady.)

DEAN : Ecoute-moi. On a besoin de la bague de Pestilence pour coincer Lucifer, et de Brady pour trouver Pestilence.

SAM : Pourquoi ? Parce que c'est ce que Crowley nous a raconté, hum ? Parce qu'on lui fait confiance ? Comme j'ai fais confiance à Ruby ? Comme j'ai fais confiance à Brady à l'Université ?

(Pendant ce temps, Crowley s'asseoit en face de Brady.)

CROWLEY : Ecoute. Réfléchis un peu à la situation. Si Lucifer est victorieux, il va faire de cette misérable planète son royaume. Et quand l'Etoile du Matin va faire son grand nettoyage, aucun d'entre nous ne sera épargné.

BRADY : C'est lui qui nous a créé. Pourquoi nous détruirait-il ? Ca n'a absolument aucun sens.

CROWLEY : Réfléchis à qui il était... à ce qu'il était à l'origine. Et ensuite, réfléchis à ce que nous sommes.

BRADY : Peut-être que tu devrais t'en faire un petit peu moins à notre sujet, et t'en faire un petit plus pour ta propre sécurité.

CROWLEY : Ca m'a traversé l'esprit. Mais là n'est pas la question.

BRADY : Au contraire, mon frère. Tu te trompes complètement, car il n'y a personne qui connaitra plus de souffrances que toi. Lucifer ne va jamais te laisser mourir. En ce qui me concerne, je sais à quoi m'en tenir. Je vais mourir, quoi que je décide de faire, je suis cuit. Que je vous aide ou non. Alors, si ça ne te dérange pas, je préfère crever dans le camps des vainqueurs.

CROWLEY : Très instructif. Merci.

(Crowley sort de la pièce et rejoind Dean.)

DEAN : Qu'est-ce que ça a donné ? Tu lui as refourgué ta camelotte ?

CROWLEY : Pas encore. Où est passé ton gorille ?

DEAN : Il est allé se calmer.

CROWLEY : Bon. On se revoit tout à l'heure.

DEAN : Je peux savoir où tu vas ?

CROWLEY : Il veut pas se laisser convaincre. Il est temps de tenter le tout pour le tout.

DEAN : Qu'est-ce que tu vas faire ?

CROWLEY : Exactement le genre de bravade désespérée que je voulais à tout prix éviter. Je vais aller donner quelques coups de pied dans un gros nid de démons. Cette histoire de bague a intérêt à fonctionner.

(Dean baisse la tête un instant, juste assez longtemps pour permettre à Crowley de disparaitre. Dean soupire. Puis il se rend dans la salle de bain, histoire de se rafraîchir. Sam en profiter pour l'enfermer à l'intérieur.)

DEAN : Sam ? Oh, c'est bon, arrête de déconner ! Sam ! Ouvre cette porte ! Ouvre cette putain de porte !

(Sam n'écoute pas, et va voir Brady, avec le couteau de Ruby en mains.)

BRADY : Nous y voilà. Je dois dire mes dernières volontés, ou non ?

SAM : En deuxième année, c'est ça ?

BRADY : Le petit Brady, c'était un garçon bien comme il faut. Droit dans ses baskets. C'était vraiment ton meilleur ami, hein ? Donc le meilleur moyen pour t'atteindre.

SAM : A Thanksgiving ?

BRADY : Ouais, c'est ça. Tu te rappelles quand il est revenu de vacances, complètement à la masse ? Adieu médecine, bonjour la drogue et les plans culs. C'était plus Brady. C'était moi. Et est-ce que tu te souviens de tout les efforts que tu as fais pour me remettre dans le droit chemin ? T'as été un ami sensationnel. Mais Azazel ne m'a pas envoyé sur Terre pour que je sois ton copain, non, parce qu'on se rendait compte qu'on était en train de te perdre. Peu à peu, tu devenais un tocard bien gentillet et propre sur lui. On ne pouvait pas accepter ça. Tu étais notre petit chouchou. Alors, je t'ai trouvé une petite poulette. Douce et innocente, comme l'agneau qui vient de naître. Et ensuite je l'ai fais crâmer sur ton plafond. Eh oui, c'est Azazel qui a ordonné qu'on tue Jessica,  mais c'est moi qui ai eu la chance de lancer le feu de joie ! (Il rit.) Et tu sais pas la meilleure ? Elle aussi, elle a cru que j'étais ami avec elle. Elle m'a laissé rentrer. Elle faisait cuire des cookies. Elle a eu l'air tellement surprise, tellement déçue quand j'ai commencé à lui faire sa fête ! (Sam se précipite, tire la tête de Brady en arrière et pose le couteau sur sa gorge.) Allez, tue-moi ! Vas-y, tu te sentiras beaucoup mieux ! (Sam lui entaille la peau.) Allez, Sammy, fais-le, un peu de cran ! Allez !

(Finalement, Sam se retire, et sort. Brady rit. Ecran noir.)


INT. PLANQUE DE CROWLEY

(Dean toujours enfermé dans la salle de bains, tourne en rond et tape contre la porte.)

DEAN : C'est pas vrai !

SAM : Oh, ça va, ça va, c'est bon, attend ! Je vais t'ouvrir.

(Sam ouvre, Dean sort en trombe et se dirige vers la pièce où Brady est retenu.)

DEAN : Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

SAM : Rien du tout.

DEAN : Mon cul !

SAM : Je t'assure que je vais bien.

DEAN : Et Brady, comment il va lui ?

SAM : Tu l'as dis tout à l'heure. (Dean se rend compte que Brady est toujours vivant.) On a besoin de lui.

(Crowley réapparait dans un mauvais état.)

CROWLEY : Seigneur, quelle drôle de journée ! (Crowley va voir Brady.) Excellente nouvelle ! Tu vas vivre pour l'éternité.

BRADY : Qu'est-ce que t'as fais ?

CROWLEY : J'ai trouvé un nid de démons, et j'ai fais un vrai massacre. Mais, je dois commencer à me faire vieux. J'ai laissé la vie sauve à un de ces têtards. Oups ! Et, il se peut également que j'ai laissé croire au dit têtard que tu avais abandonné ton poste dans la soirée d'hier parce que, toi et moi, nous sommes, tu vas adorer ça... des amants en ligue contre Satan. (Brady soupire.) Salut, chéri. Autrement dit, tu ne risques plus de mourir. En échange, le grand patron va se faire un plaisir de te torturer pour l'éternité en ma compagnie.

BRADY : Oh, non, non, non, non, non !

CROWLEY : Nous avons donc quelque chose en commun, en dehors de la passion dévorante qui nous unit. Un très fort instinct de conservation. Alors, trésor, tu pourrais peut-être nous dire où on peut trouver la Pestilence ?

BRADY : Je.... (Soudain, des hurlements venant de l'extérieur leur proviennent.) Qu'est-ce que t'as fait, Crowley ?

DEAN : Euh, est-ce que c'est un chien de l'Enfer ?

CROWLEY : Je crains que oui.

DEAN : Qu'est-ce qu'il vient foutre ici ?

(Crowley fouille dans ses poches, et sort une pièce en soupirant.)

SAM : Qu'est-ce que c'est ?

CROWLEY : Vous vous rappelez la pièce enchantée dont je vous parlais tout à l'heure ?

SAM : Ouais.

CROWLEY : Les démons en ont collé une sur moi.

SAM : Tu veux dire qu'un chien de l'Enfer t'a suivi jusqu'ici ?!

CROWLEY : Techniquement, c'est cette pièce qu'il a suivi.

BRADY : Détachez-moi et je vous dirais tout ce que vous voulez.

SAM : La ferme.

DEAN : Je crois qu'on devrait s'arracher d'ici.

CROWLEY : Désolé, les enfants. Personne n'en sait plus que moi sur ces créatures, et il est beaucoup trop tard pour fuir.

(Crowley lance la pièce que Dean rattrape par réflexe. Quand Dean relève la tête, Crowley a disparu.)

DEAN : Oh l'enfoiré !

SAM : Tu vois ? Qu'est-ce que je t'avais dis ?!

DEAN : Oh, monsieur avait raison ! Heureusement, il y a du sel dans la cuisine.

(Dean va dans la cuisine.)

SAM : Je surveille Brady.

BRADY : Me surveiller ? Détache-moi et foutons le camp tout de suite !

(Dean cherche le sel. Il en voit un paquet posé sur un meuble, mais il n'a pas le temps de l'atteindre, car un chien de l'Enfer passe par la fenêtre à ce moment. Dean revient rapidement sur ses pas, récupère son fusil, et tire où il peut, jusqu'à ce qu'il soit revenu dans la pièce où sont Brady et Sam.)

DEAN : Merde !

SAM : T'as le sel ?

(Dean lance un rapide regard à Sam puis concentre son attention sur le chien qui s'avance vers lui.)

BRADY : Par pitié, sortez-moi de là !

SAM & DEAN : La ferme !

BRADY : Génial. Ca c'est vraiment génial.

(Soudain, Crowley réapparaît.)

CROWLEY : Hé !

DEAN : Crowley, t'es revenu ?

CROWLEY : Ouais, et je suis pas tout seul. Juste au cas où. Pas bouger !

DEAN : T'arrives à les contrôler ?

CROWLEY : (il montre celui face à Dean.) Pas celui-là. (Il tape sur la tête d'un énorme chien invisible.) Je suis venu avec le mien. Il est plus grand. (Au chien.) Dégomme-moi ça !

(Le chien de Crowley se jette sur l'autre, et un combat de molosses de l'Enfer commence.)

DEAN : On s'arrache ! (Ils détachent et libèrent Brady.) Allez, dépêche-toi !

EXT. PLANQUE DE CROWLEY

(La bagarre fait rage dans la planque, tandis que tout le monde se précipite dans l'Impala.)

CROWLEY : Je vous parie 1000 dollars que c'est mon bébé qui gagne. Haha !

(Ils embarquent et s'en vont.)

EXT. RUELLE

(Dans un cul-de-sac, Brady donne un papier à Crowley.)

BRADY : Ouais, je suis sûr que la Pestilence sera là. Ne me remerciez pas.

(Crowley observe l'adresse.)

DEAN : Qu'est-ce que t'en dis ?

(Crowley donne le papier à Dean.)

CROWLEY : Il dit vrai. C'est pas dans ton intérêt de mentir, pas vrai ? Comme je te l'ai déjà dit, on est dans le même bateau.

BRADY : A cause de toi, ils vont me traquer. Jusqu'à la fin des temps.

CROWLEY : Non, tu ne vivras pas aussi longtemps. Tu peux me croire.

BRADY : Où est-ce que tu vas ?

CROWLEY : Je vais faire un truc. Te rendre un dernier service. (A Sam.) J'espère qu'on restera en contact.

(Dean construit une ligne de sel entre deux murs, il attend que Crowley soit passé et ait disparu pour la fermer.)

BRADY : A quoi est-ce que vous jouez ?

DEAN : En fin de compte, tout les anges, tout les démons, et toutes les ordures qui nous pourrissent la vie... Ils n'ont rien compris, pas vrai, Sammy ?

SAM : Non, rien du tout, Dean.

DEAN : Tu vois, Brady ? C'est de nous que vous devriez tous avoir peur.

(Sam rit sarcastiquement. Sam s'approche avec le couteau.)

BRADY : Je parie que ça doit être un grand moment pour toi, mon lapin. Tu crois que ça t'aidera à te sentir mieux, hein ?

SAM : C'est un début.

BRADY : Tu crois vraiment que ça va compenser toutes les fois où on t'a mené par le bout du nez ? Que ce soit Azazel, Ruby, ou moi. C'était pas notre faute, tu comprends ? Non, non, c'est toi qui nous a fait confiance, qui nous a laissé entrer dans ta vie. Qui nous a permis de t'influencer, encore, et encore, et encore. Tu t'es jamais demandé pourquoi, Sammy ? Pourquoi on arrivait tellement bien à exploiter toutes tes faiblesses ? Hein ? C'est peut-être parce que le même liquide coule dans nos veines, et qu'au plus profond de toi, tu le sais très bien. Tu es comme nous. (Après avoir reculé jusqu'au mur, Brady attaque, mais Sam le blesse avec le couteau, tandis que Dean observe.) Peut-être que la raison pour laquelle tu nous détestes à ce point, c'est que tu ne supportes pas de voir ton reflet dans le miroir ! T'as déjà réfléchi à ça ?! Hein ?! Peut-être que la seule vraie différence qu'il y a entre toi et un démon, c'est que ton enfer se trouve sur Terre.

(Sam le poignarde.)

SAM : C'est une théorie intéressante.

(Il se retourne, et s'en va. Ecran noir.)


INT. CHEZ BOBBY

(Bobby est au téléphone avec Rufus.)

BOBBY : Ouais, j'ai suivi toutes les pistes. Ce sont des révélations pas piquées des hanetons, mais rien qui semble être signé la Grande Faucheuse. Ouais, passe-moi un coup de fil si jamais ça donne quelque chose. Rufus ? Surtout, fais bien gaffe à toi.

(Crowley est apparu dans la cuisine, tandis que Boby raccroche.)

CROWLEY : Haut les coeurs ! La cavalerie est arrivée ! (Bobby se retourne et braque une arme sur Crowley.) Charmant, comme accueil. Mais, ça ne marchera pas sur moi. Je m'appelle Crowley. Vous avez peut-être déjà...

BOBBY : Alors c'est vous Crowley ?

CROWLEY : En chair et en os. Enfin, ceux d'un agent littéraire relativement bien côté à New-York. (Bobby tire. Crowley grogne de douleur.) Donc, vous avez entendu parler de moi ? Je l'aimais bien ce costume.

BOBBY : Qu'est-ce que vous foutez ici ?

CROWLEY : J'essaye de sauver ma carcasse.

BOBBY : C'est-à-dire ?

CROWLEY : Les garçons sont sur la piste de la troisième bague, mais il nous manque toujours la quatrième. Je viens donner un coup de main.

BOBBY : Vous savez où on peut la trouver ?

CROWLEY : Non, j'en n'ai pas la moindre idée.

(Bobby prend son fusil.)

BOBBY : Alors, vous feriez mieux de décarrer de chez moi au trot, avant que je ne vous plombe tellement le cul de gros sel que vous en chierez des margaritas.

CROWLEY : C'est pas très amical. Sachant que je peux vous donner la Mort en moins de tant qu'il en faut pour recharger votre putain de fusil.

BOBBY : Qu'est-ce que vous allez faire ? Aller taper la discute avec des démons en espérant qu'ils vous reconnaissent pas ?

CROWLEY : Oh, non, je risquerai de me faire tuer. Mais figurez-vous qu'il y a un petit sortilège de ma connaissance.

BOBBY : Vous m'en direz tant.

CROWLEY : Oh, résultat garanti à 100%.

BOBBY : Ah ouais ? Alors pourquoi vous me faites ce petit numéro ?

CROWLEY : Eh bien, c'est un petit peu... embarrassant. Il y a un minuscule détail technique. J'ai besoin d'un petit quelque chose pour réussir ce tour.

BOBBY : Et c'est quoi, exactement ?

CROWLEY : Vous faites un voeu, et je peux vous donner tout ce que vous voulez, compris ? L'endroit où se trouve la Mort à l'heure actuelle. Tout ce dont j'ai besoin, c'est-

BOBBY : Que je vous donne mon âme.

CROWLEY : Je peux faire de vrais miracles. Tout les chanteurs qui recoivent des récompenses ne devraient pas remercier Dieu. Ca vaut le coup, Bobby. Réfléchissez.

BOBBY : D'accord. Dans ce cas, je vais surenchérir.

(Bobby tire. Crowley tombe sous le choc.)

CROWLEY : Aow ! Nom d'un chien ! (Bobby se retourne pour voir Crowley derrière lui.) Vous avez de la suite dans les idées.

BOBBY : Dégagez !

CROWLEY : Je vous rendrai votre âme après coup.

BOBBY : Attendez, vous me prenez pour un abruti ou quoi ?

CROWLEY : Non, bien au contraire. Vous avez raison de trouver ça suspect. Mais je suis votre allié. Les ennemis de mon ennemi, enfin, etc, etc. J'ai besoin que le Diable retourne dans sa cage. En fait... C'est même ma seule chance de survie. Je vous le promet. C'est un emprunt temporaire. Je vous la rendrai aussitôt après.

(Bobby réfléchit à cette proposition.)


FIN DE L'EPISODE.

 

Ecrit par deanlove35.

TEASER: INT. LAB

DOCTOR #1 : I'm just glad we got something to offer people.

DOCTOR #2 :  Well, I'm sorry. It's a load of crap -- pure profit-driven crap.

DOCTOR #1 :  Well, swine flu --it's an epidemic.

DOCTOR #2 :  Yeah, well, if Niveus was really worried about the epidemic, they'd be giving the vaccine out for free. This supposed new formula?

DOCTOR #1 :  Well, they say it's faster-acting.

DOCTOR #2 :  Maybe it is, but human trials this week?

DOCTOR #1 :  Yeah, it does seem a little rushed.

DOCTOR #2 :  A little rushed? Have you even seen the new vaccine? No. Yeah. Neither have I.

JANITOR : I have.

DOCTOR #2 : Who the hell are you?

JANITOR : I'm running the experiment. (janitor jabs doctor #2 with a syringe)

DOCTOR #2 : (sinks to the ground) oh!

DOCTOR #1 : What the hell?!

(Janitor knocks doctor 1 to the ground)

JANITOR : Relax. You're part of it, too.

(Janitor locks the two doctors in the lab together)

DOCTOR #1 : (pounding on the door) Hey! You open this door! (Doctor 2 gets off the floor, his eyes red, and lunges for doctor 1) Aah! Aah! Get off of me! God, no! Get off! Aah!

JANITOR : Well, looks like it works.




INT. HOSPITAL

DEAN :  Check it out --I look like the king of pop.

(Sam sighs)

DEAN : (chuckles) too soon?

SAM : Too soon.

DOCTOR : Don't get me wrong --I'm glad the CDC is here, but what we really need is vaccine.

DEAN : You got that right.

SAM : Well, tell me, have you noticed anything unusual about the strain --Any signs of behavioral change, like aggression, maybe?

DOCTOR : Excuse me?

DEAN : Have the flu victims shown any signs of, uh, homicidal tendencies?

DOCTOR : (chuckling) uh...Symptomatically speaking, we're looking at a relatively mild case of swine flu here. Probably add up to a miserable week off of work, and that's about it.

DEAN : So nothing unusual.

DOCTOR : Hmm. Day and a half ago, we didn't have a single case. Now we're looking at over 70 -- The infectious equivalent of a briefcase bomb. So, yeah, I might call that a little unusual.

SAM : Day and a half?

DEAN : That's the same time those statues started crying.

SAM : Yep.

DOCTOR : I'm sorry. What was that?

DEAN : What was what?

DOCTOR : Did you just say a bunch of statues started crying?

SAM : What? (laughing) why, no. No. W-who would --

DEAN : Who would say that, huh? Crazy people.

SAM : Exactly.

DEAN : Yeah, which we are not.

SAM : No.

DOCTOR : Just...Get us some vaccine.

DEAN : Whew.



INT. IMPALA

(Bobby is on speakerphone)

BOBBY : Let me guess -- another steamin'-hot pile of swine flu.

DEAN : Yep.

SAM : Doesn't make any sense, Bobby. Pestilence touched down here. I'm sure of it.

DEAN : But why is he dealing them soft serve like swine flu when he's got the croatoan virus up his sleeve? I-I-I don't get it.

BOBBY : Doesn't matter what the sick son of a bitch is doing. (cut to Bobby's house - shot of Bobby on the phone with the brothers) What matters is this is the fourth town he's hit --That we know of -- and we're still eating his dust. (cut back to the Impala) Did you get anything? We got even a snowball at probable next target?

SAM : Uh, no pattern we can see.

BOBBY : (sighs) okay. (cut to Bobby's house) Hold on. Well, far as I can tell, he's still heading East, So... (cut back to the Impala) Head East, I guess.

SAM & DEAN : East?

DEAN : Bobby, we're in West Nevada. East is practically all there is.

BOBBY : Yeah, well, you better get to drivin'.

CROWLEY : Say...I've got an idea.

(tires screech as Dean swerves, slamming on the brakes. Sam tries to stab Crowley with Ruby's knife, but only stabs the seat of the Impala)

DEAN : (grunts) did you get him?

SAM : He's gone.

CROWLEY : (from next to the Impala) Fancy a fag and a chat? You're upset. We should discuss it. Not here,but --

(Sam and Dean exit the Impala)

SAM : (stalking after Crowley) You want to talk? After what you did to us?

CROWLEY : After what I --what I did to you?! I gave you the colt!

SAM : Yeah, and you knew it wouldn't work against the devil!

CROWLEY : I never!

SAM : You set us up. We lost people on that suicide run --Good people!

CROWLEY : Who you take on the ride is your own business! Look, everything is still the same. W-we're all still in this together.

SAM : Sure we are. (Sam attempts to stab Crowley again, but Crowley teleports)

CROWLEY : Call your dog off --please.

DEAN : Give me one good reason.

CROWLEY : I can give you Pestilence.

DEAN : What do you know about Pestilence?

CROWLEY : I know how to get him. That's got your interest, doesn't it?

SAM : Are you actually listening to this?

DEAN : Sam --

SAM : Are you friggin' nuts?!

DEAN : Shut up for a second, Sam!

CROWLEY : Shut up, the both of you! Look...I swear... I thought the colt would work. It's an honest mistake. It's all part of the learning process. But nothing's changed. I still want the devil dead. Well...one thing's changed. Now the devil knows that I want him dead. Which, by the way, makes me the most buggered son in all of creation.

DEAN : Holy crap. We don't care.

CROWLEY : They burnt down my house! They ate my tailor! Two months under a rock, like a bloody salamander! Every demon on hell and earth's got his eyes out for me! And yet... Here I am...Last place I should be --In the road, talking to Sam and Dean Winchester, under a friggin' spotlight! (Crowley gestures to the light above them, and it explodes) So come with me. Please. Do you want the horsemen rings or not? Yes, I know all about that. Shall we?



INT. ABANDONED HOUSE

CROWLEY : (sighs) here we are --My life on the lam. How the mighty have fallen. Single-pane glass, Used contraception in the fireplace. The water damage alone --

DEAN : My heart's bleeding for you. Now, how do you know about the rings?

CROWLEY : Well, now...I've been keeping a close eye on you lot.

SAM : We got hex bags. We're hidden from demons.

CROWLEY : All but one. That night you broke into my house, our first date, my valet hid a tracking device in your car --A magical coin that easily trumps your little bags o' bones. It allows me to hear things, too --and, my, the things I've heard. (chuckles) So you want to cram the devil back in the box? Cunning scheme. I want in.

DEAN : You said you could get us pestilence.

CROWLEY : Well, now...I don't know where pestilence is...Per Se. But I do know the demon who does. He's what you might call the horsemen's stable boy. He handles their itineraries, their personal needs. He's who you want --believe me. He'll tell us where Sneezy's at.

DEAN : Well, how do we get him to spill? Rip out his toenails?

CROWLEY : No. Nuts at his pay grade don't crack. We bring him here, then I sell him.

SAM : Sell him?

CROWLEY : Please. I've sold sin to saints for centuries. Think I can't close one little demon?

DEAN : All right, so where's this demon of yours?



INT. NIVEUS PHARMACEUTICAL'S BOARD ROOM

BRADY : I don't want to hear "weeks." I want to hear "days."

MITCHELL : But the lab isn't even finished testing yet.

BRADY : You let me worry about the lab.

MITCHELL : But, sir, you're asking for distribution on an unprecedented scale.

BRADY : Well, we have an unprecedented outbreak.The nation...is terrified of swine flu. They want our vaccine. They need our vaccine. It's called "demand," people. Now, supply!

MITCHELL : We're doing our best.

BRADY : Oh, you're doing your best? You're doing your best? Well, then do the best of somebody better!

(Brady exits board room)




INT. NIVEUS PHARMACEUTICAL- BRADY'S OFFICE

MITCHELL : (enters the office, nervously) You wanted to see me?

BRADY : Mitchell, yes. Come on in.

MITCHELL : Look, Mr. Brady, I know how important this is, and I-I'm sorry if I sounded --

BRADY : (gestures dismissively) No apologies. Mitch, I need people like you.

MITCHELL : Really?

BRADY : Really. In fact, there is a position in communications that I think you would be perfect for. (Brady walks over next to Mitchell and picks up an ornate chalice)

MITCHELL : Sounds great.

BRADY : Is great. So what do you say? You ready to enter the cutthroat world of upper management?

MITCHELL : Awesome.

BRADY : Awesome. (Brady slices a straight-razor across Mitchell's throat. Mitchell gurgles) (to Demon) Ooh. Watch the shoes, please. Get the rest later. Thanks. (Demon drags Mitchell's body out of Brady's office ; gazing into blood-filled chalice) Dis manibus praeest praesens...obtine mihi dominum. Pestilentiarum omnium. Sir, great news. The vaccine trials --the results have been...(chuckles)...Really quite grotesque. I think you'll be pleased. (fly buzzes) How soon? Distribution on this scale --I mean, we do need some humans. We can't possess them all. And don't even get me started on the teamsters. I -- (fly buzzes) I know. I'm doing my best. (fly buzzes) Yes, sir.The best of someone better.



INT. ABANDONED HOUSE

SAM : Why are we even listening to him, Dean? This is totally insane.

DEAN : I don't disagree.

CROWLEY : One big happy family, are we, then? Fantastic.

DEAN : You ready to go?

CROWLEY : Yes. Yes. I am. Sam, keep the home fires burning.

DEAN : What are you talking about?

CROWLEY : Sam's not coming.

SAM : And why the hell not?

CROWLEY : Because I don't like you...I don't trust you...And -- oh, yes --You keep trying to kill me.

SAM : There's no damn way. This isn't gonna happen!

CROWLEY : I'm not asking you, am I? 'cause you're not invited. I'm asking you.(points at Dean) What's it gonna be? (scoffs) gentlemen...Enjoy your last few sunsets.

DEAN : Wait. I'll go. (to Sam) What can I say? I believe the guy.

(Sam watches Crowley and Dean leave in the Impala)

SAM : (on the phone, holding a bottle of whiskey) And then Dean just walks...(scoffs) (cut to Bobby on the phone, also drinking) ...Right out the door with Crowley.

BOBBY : Well, look, Sam, I got no love for demons, and, yeah, this whole thing is crazy, but...I don't know. After a year of chasing up zilch, maybe it's time to go crazy.

(cut back to Sam)

SAM : (scoffs) yeah, maybe. (sighs) Hey, Bobby?

BOBBY : Yeah?

SAM : Uh...Remember that time you were possessed?

BOBBY : Yeah. Rings a bell.

SAM : When Meg told you to kill Dean, you didn't. You took your body back.

BOBBY : Just long enough to shank myself, yeah.

SAM : Well, how'd you do it? I mean, how'd you take back the wheel?

BOBBY : Why are you asking, Sam?

SAM : (takes a swig from his bottle) Say we can open the cage. Great. But then what? W-we just lead the devil to the edge and get him to jump in?

BOBBY : You got me.

SAM : What if you guys lead the devil to the edge and I jump in?

BOBBY : Sam.

SAM : It'd be just like when you turned the knife around on yourself. One action -- just one leap.

BOBBY : Are you idjits trying to kill me?!

SAM : Bobby --

BOBBY : We just got done talking your brother off the ledge, and now you're lining up to say "yes"?

SAM : It's not like that. I'm not gonna do it. Not unless we all agree. But I think we got to look at our options.

BOBBY : This isn't an option, Sam.

SAM : Why not?

BOBBY : You can't do it. What I did was a million-to-one, and that was some pissant demon I was brain-wrestling. You're talking about taking back control from Satan himself.

SAM : Yeah.Yeah, I am.

BOBBY : Kid...It's called "possession" for a reason. You, of all people, ought to know.

SAM : I'm strong enough.

BOBBY : You ain't. He's gonna find every chink in your armor, Sam, and use it against you --Your fear, your grief, your anger. And let's face it -- You're not exactly Mr. Anger management. How are you gonna control the devil when you can't control yourself?




EXT. NIVEUS PHARMACEUTICAL

(Dean, from inside the Impala, is watching the building through binoculars)

DEAN : Demons?

CROWLEY : Nah. Human shields. The demons are up top --12th floor.

DEAN : All right, then. We'll have to find a way in through the back.

CROWLEY : You Winchesters make everything so complicated. (Crowley disappears)

DEAN : Ah, crap. (Crowley reappears in the building behind the security guard, slitting his throat) Oh, crap.Crap! Crap!

(Dean exits the Impala, runs to the door of the building, and knocks on the door)

CROWLEY : Door's open! What?

DEAN : You killed them?

CROWLEY : We're on a tight schedule. Come on. Now you're squeamish? Please. (Crowley walks Dean to the elevator, Dean steps inside, Crowley does not.) Go get 'em, tiger.

DEAN : wh--You're not coming?

CROWLEY : Oh, no. It's not safe up there. There's demons.

DEAN : Yeah, I get that.

CROWLEY : Look, just do what I told you, a-and try to be convincing. It'll work like a charm. Trust me.




INT. BRADY'S OFFICE

(Brady hears a thud out in the hall and gestures towards his door, which open)

BRADY : Dean Winchester. What, no appointment?

DEAN : Kind of an 11th-hour thing, you know?

BRADY : Well, then, you're just on time. Have a seat. How's your brother? Well, down to business, then. What can I do for you?

DEAN : Actually, it's about what I can do for you.

BRADY : Really?

DEAN : Me and Sam dropped two of your jockeys. I think you know that.

BRADY : Yes. I got the memo.

DEAN : Well, we kept their, uh, secret power rings.

BRADY : Mm.

DEAN : Which is why I'm here. I heard some folks saying that you wanted them back and you were willing to pay.

BRADY : Hmm. Where are they?

DEAN : Not here. But you want them, you'll come with me --Nice and civil --We'll get out of your little batcave here, and we'll discuss a transaction.

BRADY : Who says I want them?

DEAN : What?

BRADY : Who...Says...I want them?

DEAN : You know...Folks.

BRADY : See...(clears throat)...War and famine, even if I could cram the rings back on their bony fingers, I doubt it would do much good. They're withered husks right now --Fetal position on the floor --All thanks to you. So I don't want the rings. What I want is retribution.And I'm gonna rip it right out of your ass!

 



INT. HALLWAY

(Dean is thrown out through Brady's office door. He groans.)

BRADY : This...(chuckles)...is so good. (Dean grunts.Braddy chuckles)...therapeutic, for sure. You know, Dean, I really owe you one, buddy, 'cause I feel...(Brady kicks Dean)So...

DEAN : Unh!

BRADY : Much... (Brady kicks Dean)

DEAN : Unh!

BRADY : Better! (Brady kicks Dean)

(Dean groans)





INT. NIVEUS PHARMACEUTICAL BUILDING

(Dean runs into the elevator and pushes buttons repeatedly)

BRADY : Dean, where are you going? We're just getting started! (Dean exits on ground floor. Brady appears behind him and hits him on the head. Dean grunts.) ...good meeting, Dean. You know, I'm excited.

(Crowley approaches from behind, and drops a sack covered in a devil's trap over Brady's head, then bashes Brady's head with a crowbar)

CROWLEY : Evening, Uncle.

DEAN : What the hell was that?

CROWLEY : That was perfect.

DEAN : Perfect? He didn't want the rings. He wanted me.

CROWLEY : Imagine the surprise on your face.

DEAN : What?

CROWLEY : Your ignorance and misinformation --I mean, completely authentic. You can't fake that. What? I-it went like clockwork.

DEAN : Not for me, you son of a bitch!

CROWLEY : That's what you get --working with a demon.




INT. IMPALA

(Crowley carves a sigil into Brady's torso)

DEAN : Hey, hot stuff, watch the upholstery!

CROWLEY : Up yours, mate. This bit of carving will tie our friend here down. No zapping off, no smoking out --Locked in the meat suit...An important piece of our bargaining strategy. Now, up here, we don't want I-50. Take 93 north.

DEAN : What are you talking about?

CROWLEY : Look, we can't take this guy back to your brother.

DEAN : Why the hell not? Crowley!

CROWLEY : They got history, all right?

(Dean angrily screeches the Impala to a halt)

DEAN : You want to go anywhere, you start talking. What history?

 



INT. ABANDONED HOUSE

(Sam sits on a bed waiting. He hears The Impala approaching and finds Crowley downstairs)

SAM : Where's Dean?

CROWLEY : Now...For the record, I'm against this. Negotiating a high-level defection -- It's very delicate business.

SAM : What are you talking about?

CROWLEY : I begged Dean not to come back. We should be miles away...from you. He replied with a colorful rejoinder about my "corn chute."  So, go ahead. Go --ruin our last best hope. It's only the end of the world.

(Sam enters the room where Dean has Brady -still hooded- tied to a chair)

DEAN : Sam.

SAM : What's going on, Dean?

DEAN : I need you to stay on mission, okay? Focused.

SAM : I don't understand. What's all this about?

DEAN : I'm doing this 'cause I trust you.

SAM : Trust me to what?

BRADY : Sam? (clears throat) Sam, is that you?

(Dean removes Brady's hood)

SAM : Brady?

BRADY : (chuckles) Brady hasn't been Brady in years. Not since, oh..middle of our sophomore year?

SAM : What?

BRADY : That's right. You had a devil on your shoulder even back then. All right, now, let it all sink in.

SAM : You son of a bitch. You son of a bitch! (Sam approaches Brady, Dean holds him back) You introduced me to Jess!

BRADY : Ding, ding! I think he's got it!

(Sam struggles to push past Dean and get to Brady)

DEAN : Damn it, Sam!

SAM : I'm gonna kill you! (Dean pushes Sam out of the room, while Brady laughs) Get out of my way!

DEAN : No.

SAM : Get out of my way, Dean.

DEAN : There is only one way to win, and it ain't by killing that thing in there.

CROWLEY : Well...sounds like you got him nice and fluffed.Thanks so much.

DEAN : Listen to me. We need pestilence to get at the devil, and we need Brady to get to pestilence.

SAM : Why? Because Crowley said so? Because we trust him now? Like I trusted Ruby? Or like I trusted Brady back at school?

CROWLEY : Look...Do the math yourself. If Lucifer wins, he'll turn this place into his kingdom. When the morningstar cleans house, we all get the mop.

BRADY : He created us. Why would he destroy us? That makes no sense.

CROWLEY : Look at who --at what he is. Then take a look at what we are.

BRADY : Maybe you should be a little less worried about our necks and be a little more worried about yours.

CROWLEY : Has crossed my mind. That's not really the point.

BRADY : Actually, Crowley, that is the point. No one will know greater torment than you. Lucifer is never gonna let you die. As for me, I know the score. I'm dead, whether I tell you anything or not. So I think I'll die on the winning side, thanks.

CROWLEY : Good talk. Cheers.

( Crowley exits the room and goes back to Dean)

DEAN : Well, how'd it go? He buy your girl scout cookies?

CROWLEY : Not yet. Where's your moose?

DEAN : He's cooling off.

CROWLEY : All right, then. Get bent.

DEAN : You going somewhere?

CROWLEY : Well, he won't budge, so now I go stick my neck out.

DEAN : What are you gonna do?

CROWLEY : Exactly the kind of desperate swashbuckle I've been trying to avoid. Now I go kick open a hive of demons. This whole bloody ring business better work.

(Crowley disappears, Dean goes into the bathroom to wash his face. Sam comes by closes the door and puts a chair against the doorknob of the bathroom, preventing Dean from exiting)

DEAN : Sam? Come on, Sam! Don't do this! (bangs on door) Sam, come on! Hey! Open the door! Open the door!

(Sam goes to Brady)

BRADY : Well, here we go. We doing last words or no?

SAM : Sophomore year, huh?

BRADY : Brady, here, he was a good kid --Straight arrow. I mean, your best friend, really. Perfect point of access.

SAM : Thanksgiving.

BRADY : Yes, sir. Remember when I came back from break all messed up -- Dropped out of pre-med, the drugs, the bitches? That was the new Brady. That was me. Remember how much time you spent trying to get me back on the right track? You really were a good friend. But ol' yellow eyes didn't send me back to be your friend. No, we could tell we were starting to lose you. You were becoming a mild-mannered, worthless sack of piss. Now, come on. We couldn't have that. You were our favorite. So I hooked you up with a pure, sweet, innocent piece of tail. And then I toasted her on the ceiling. That's right -- Azazel might have put the hit out on Jessica, but, man, I got to have all the fun! (Sam's hand twitches around Ruby's knife. Brady laughs.) You know, she thought we were friends, too. Let me right in. She was baking cookies. (laughing) she was so surprised...So hurt when I started in on her. (Sam presses Ruby's knife against Brady's throat)  Come on! Do it if it'll make you feel better! (Sam nicks Brady's throat will the knife) Do it, Sammy! Do it! Come on! Come on.(laughing) Ohhhhh. (chuckles, sighs)




INT. BATHROOM

DEAN : (banging on door) Come on.

SAM : Hey, hey, hey! All right! Wait! I'm gonna open it. (Sam lets Dean out)

DEAN : What happened?

SAM : Nothing.

DEAN : My ass.

SAM : Dean, I'm fine.

DEAN : Yeah? And what about Brady?

SAM : (sighs) Like you said...We need him.

CROWLEY : God. The day I've had. Good news. You're going to live forever.

BRADY : What did you do?

CROWLEY : Went over to a demons' nest --had a little massacre. Must be losing my touch, though -- Let one of the little toads live. Oops. Also might have given said toad the impression that you left your post last night because you and I are --wait for it --Lovers in league against Satan. (chuckles) Hello, darling. So, now death is off the table. Now you get to be on the boss's eternal-torment list with little old me.

BRADY : Oh, no, no, no, no. No.

CROWLEY : Something else we have in common --apart from our torrid passion, of course --Craven self-preservation. So, now, why don't you tell me where Pestilence is at?

( far off howling)

BRADY : Oh, God, Crowley.

DEAN : Was that a hellhound?

CROWLEY : I'd say yeah.

DEAN : Why was that a hellhound?

(Crowley groans, and pulls out a coin)

SAM : What's that?

CROWLEY : Remember I was telling you about my crafty little tracking device?

SAM : Yeah.

CROWLEY : Demons planted one on me.

SAM : You're saying a hellhound followed you here?

CROWLEY : Well, technically, he followed this.

BRADY : Get me out of here. I'll tell you anything you want.

SAM : Shut up.

DEAN : Okay, well, then we should go.

CROWLEY : Sorry, boys. No one knows more about the hounds than I. You're long past the point of "go."

(Crowley tosses the coin to Dean who catches it)

DEAN : Damn it.

SAM : I told you!

DEAN : (mockingly) oh, well, good for you. Luckily, we have salt in the kitchen.

SAM : I'll watch Brady.

BRADY (scoffs) watch me? Get me the hell out of here!

( howling and snarling continues, Dean finds the salt but before he can get to it the window shatters as the Hellhounds break through)

DEAN : (firing shotgun rounds at the hellhounds)Sammy!

SAM : Salt?

(hellhound growling)

BRADY : Damn it, get me out of here!

SAM & DEAN : Shut up!

BRADY : Great. Just great.

CROWLEY : Hey!

DEAN : You're back?

CROWLEY : I'm invested. Currently. (hellhound barks) Stay!

DEAN : You can control them?

CROWLEY : Not that one. (Crowley points behind Dean) I brought my own. ( Crowley pats the hellhound beside him) Mine's bigger. Seek him, boy!

( hellhound barking and growling as the hellhounds fight each other)

DEAN : ( to Sam and Brady) Go, go go go

 



EXT. OUTSIDE OF HOUSE

CROWLEY : I'll wager $1,000 my pup wins.




EXT. ALLEY

BRADY : (hands Crowley a piece of paper) Yeah. I'm sure pestilence will be there. Thanks.

DEAN : What do you think?

CROWLEY : It's good. You got no reason to lie, have you? Like I said before, you're in my boat now.

BRADY : You've screwed me --for eternity.

CROWLEY : Nah. Won't last that long. Trust me.

(Crowley follows Dean down the alley past Sam who is standing, staring at Brady)

BRADY : Where are you going?

(Dean bends down and begins to pour a salt-line behind Sam)

CROWLEY : I'm going to do you a favor. (to Sam) I expect we'll be in touch.

(Dean lets Crowley pass, then closes the salt-line)

BRADY : What is this?

DEAN : All those angels, all those demons, all those sons of bitches --They just don't get it, do they, Sammy?

SAM : No, they don't, Dean.

DEAN : You see, Brady...We're the ones you should be afraid of.

(Brady scoffs. Sam approaches Brady with Ruby's knife)

BRADY : I bet this is a real moment for you, big boy. Gonna make you feel all better?

SAM : It's a start.

BRADY : Gonna make up for all the times that we yanked your chain --Yellow eyes, Ruby, me? But it wasn't all our fault, was it? No, no, no, no. You're the one who trusted us. You're the one who let us into your life, let us whisper in your ear over and over and over again. Ever wonder why that is, Sammy? Ever wonder why we were so in your blind spot? Maybe it's because we got the same stuff in our veins and, deep down, you know you're just like us. (Brady lunges at Sam, Sam nicks him with the blade) Aaah! (panting) maybe you hate us so much because you hate what you see every time you look in the mirror. You ever think of that?! (laughing) maybe the only difference between you and a demon...is your hell is right here.

SAM : (stabs Brady hard in the stomach until Brady dies) Interesting theory. (Sam walks out the alley, past Dean)




INT. BOBBY'S HOUSE

BOBBY : Yea, I followed up. Nasty omens, but none of it's death with a capital "d." Well, just give me a ring if it turns into anything. And, Rufus...You watch your ass out there.

CROWLEY : Chin up. Cavalry's arrived. (Bobby cocks his gun) Charming. That won't work on me. Name's Crowley. Maybe you've...

BOBBY : You're Crowley?

CROWLEY : In the flesh --of a moderately successful Literary Agent out of New York. (Bobby shoots Crowley) Aah! I see you have heard of me. I liked this suit.

BOBBY : What are you doing here?

CROWLEY : Looking out for Crowley.

BOBBY : Meaning...?

CROWLEY : The boys are on to ring number 3, but we still need number 4. I'm here to help.

BOBBY : You know where death is?

CROWLEY : No. Haven't the foggiest.

(Bobby cocks his shotgun and aims it at Crowley)

BOBBY : Well, then get the hell off my property before I blast you so full of rock salt, you crap margaritas.

CROWLEY : That's a mite unfriendly, seeing as I could be getting you death's location in about the time it'd take you to reload.

BOBBY : You're just gonna chat some demons up and hope they don't recognize you?

CROWLEY : God, no. That could get me killed. But there is this little spell that I know.

BOBBY : That so?

CROWLEY : Results are 100% guaranteed.

BOBBY : Okay. Then why are you snake-oiling me?

CROWLEY : Well, it's a little bit...Embarrassing. There's this...Technicality.

BOBBY : Uh-huh.

CROWLEY : I need a little something to get the magic going.

BOBBY : And what's that?

CROWLEY : You make a wish. I can give you anything you want, mate -- Up to and including death's coordinates. All I need is...

BOBBY : My soul.

CROWLEY : I've done more with less. Let's just say when they're getting their Grammys, they shouldn't all be thanking God. It's worth it, Bobby. Think.

BOBBY : Okay. Here's my counter. (Bobby shoots Crowley with the shotgun)

CROWLEY : Ow! Bloody hell! Feisty.

BOBBY : Get out.

CROWLEY : I'll give it right back.

BOBBY : You think I'm a natural-born idjit?

CROWLEY : Quite the contrary. Look, you're right to be suspicious. But I'm your ally. Enemy of my enemy and all that. I need the devil back in his stock. In fact, my delicate ass depends on it. I promise you --temporary loan. I'll give it...Right...Back.

 



CREDITS

END OF THE EPISODE.

 

Ecrit par deanlove35.

Kikavu ?

Au total, 114 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Terilynn 
06.01.2019 vers 15h

melou2121 
30.12.2018 vers 17h

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

CassieAuro 
29.06.2018 vers 13h

Fleurdelun 
27.06.2018 vers 21h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

HypnoCup

Quel est ton représentant de l'ordre préféré ?

Clique ici pour voter

Ne manque pas...

On recherche des volontaires pour rédiger des news pour l'Accueil d'Hypnoweb !
On recrute !! | Plus d'infos

HypnoCup 2019: On vote!
Voter! | Teaser YouTube

Activité récente

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 21:56

Le Roadhouse 28
Hier à 17:06

Staff
05.01.2019

Meg Masters
Hier à 23:17

Katie Cassidy
Hier à 23:14

Partie Personnages
Hier à 21:43

Jessica Moore
Hier à 21:19

DJ Qualls
Hier à 21:09

Felicia Day
Hier à 21:05

Kevin McNally
Hier à 21:00

Prochaines diffusions
Logo de la chaîne Série club

14.11 : Damaged Goods (inédit)
Vendredi 25 janvier à 23:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.10 : Nihilism (inédit)
Jeudi 17 janvier à 20:00
1.44m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.09 : The Spear (inédit)
Jeudi 13 décembre à 20:00
1.43m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.08 : Byzantium (inédit)
Jeudi 6 décembre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.07 : Unhuman Nature (inédit)
Jeudi 29 novembre à 20:00
1.49m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Synopsis des épisodes à venir

Synopsis des épisodes à venir
Des épisodes 14.12 Prophet and Loss et 14.13 Lebanon (le 300e épisode) ainsi que la promo du...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Qu'avez-vous pensez de l'épisode de reprise, le 14.10 "Nihilism" ? Venez voter puis n'hésitez pas à...

Ce soir c'est le retour de Supernatural

Ce soir c'est le retour de Supernatural
Et pour vous permettre d'attendre voici la nouvelle promo de l'épisode 14x10 "Nihilism" dans notre...

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW

Interview de Jeffrey Dean Morgan par EW
S'il y a des semaines où c'est très très calme, ce n'est pas le cas actuellement, après l'interview,...

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e

Entertainment Weekly a interviewé le cast concernant le 300e
épisode de Supernatural, avec vidéos et sessions photos. Interview à retrouver dans notre section...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Qu'avez-vous pensé de l'épisode de reprise "Nihilism" ? N'hésitez pas à venir commenter dans le topic S14

Total : 8 votes
Tous les sondages

Téléchargement
HypnoRooms

pretty31, Hier à 23:00

Skins : nouveau sondage (Nicholas Hoult) et nouveau duel Dowton abbey vs The Tudors !!

quimper, Aujourd'hui à 00:51

Nouveau sondage sur Engrenages. Pas besoin de connaitre la série pour pouvoir voter.

Sas1608, Aujourd'hui à 15:09

Concours sur le quartier de Grey's Anatomy. A vous de créer un médecin qui va intégrer le Grey-Sloan ! On compte sur votre présence !!!

sauveur, Aujourd'hui à 21:32

La photo du mois du quartier Dallas attend toujours vos votes. Venez voter

juju93, Aujourd'hui à 22:19

"Souvenir du P-L-anet" : mur d'images du quartierThe L Word. Venez poster votre image préférée du générique.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site