VOTE | 644 fans

#406 : Le Mal des Fantômes

 

Réalisé par: Andrew Dabb
Ecrit par: Daniel Loflin

 

Dean et Sam enquêtent sur les morts d'hommes qui semblent être littéralement mort de peur. Dean est alors infecté par ce mystérieux phénomène, qui commence par de l'anxiété, pour finir par une terreur incroyable puis la mort. Sam et Bobby doivent alors résoudre très rapidement ce mystère pour sauver la vie de Dean.

>>Photos promo<<

Popularité


4.67 - 9 votes

Titre VO
Yellow Fever

Titre VF
Le Mal des Fantômes

Première diffusion
23.10.2008

Première diffusion en France
12.06.2011

Vidéos

Promo

Promo

  

Dean hurle

Dean hurle

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Dean court à toute vitesse, apparemment poursuivi par un monstre. Il croise un clochard à qui il conseille de fuir pour sauver sa vie en pointant du doigt une ombre. On découvre que l'ombre appartient à celle d'un petit chien minuscule avec un nœud rose entre les oreilles. Dean à l'air extrêmement apeuré et se remet à fuir, suivi de près par le petit chien.

Rock Ridge, Colorado, 43 heures plus tôt :

Sam et Dean arrive à la morgue et on leur présente le corps d'un dénommée Franck, mort d'un arrêt cardiaque 3 jours auparavant. Le fait que Franck soit un marathonien de 44 ans semble intriguer les deux frères, puisqu'il ne semblait pas disposé à mourir d'un arrêt cardiaque.
Le légiste leur demande ce que ça peut bien leur faire, et Dean lui dit qu'il veut qu'il fasse une autopsie.

On assiste donc à l'autopsie en question. Le légiste ouvre le corps, demande si il s'agit de leur premier cadavre et devant la réponse à la négative de Dean, il lui demande de lui passer des pinces. Le corps semble très dur à désassembler, mais Dean se focalise sur les mains de Franck, où apparaissent des marques étranges, comme si son avant-bras avait été griffé profondément.
Le légiste s'étonne de ne pas voir d'artères bouchées et arrache le cœur du corps pour le tendre à Dean. Il tire ensuite sur un vaisseau et une giclée de sang explose sur le visage de Sam, sous le regard amusé de son frère.

On les retrouve dans le poste de police, attendant sur des chaises. Le sheriff sort de son bureau et leur dit de venir, mais les arrête devant la porte en leur demandant de retirer leurs chaussures. Puis il se présente, leur sert la main, et se les lave avec un gel désinfectant. Dean et Sam sont intrigués mais lui explique qu'ils enquêtent sur la mort de Franck O'Brien. Ils viennent le voir car ils savent que lui et Franck étaient proches. En effet, le sheriff Al leur explique qu'ils étaient dans la même équipe de Softball et qu'ils s'entendaient très bien. Sam lui demande si avant sa mort, Franck ne s'était pas comporté de manière inhabituelle, s'il avait peur... Al lui répond que oui, qu'il avait peur de tout, qu'il ne répondait plus au téléphone etc...
Il est soudain pris d'une quinte de toux et se nettoie de nouveau les mains avec le désinfectant. Ils demandent aux frères pourquoi ils s'occupent de ça et Dean le rassure en lui disant qu'il s'agissait vraisemblablement d'un arrête cardiaque.

En sortant du bâtiment, Dean précise à Sam qu'il n'y a aucune chance pour que sa mort soit due à un arrêt cardiaque, ce que Sam approuve. Franck étant la 3ème victime avec ces symptômes, les frères en concluent qu'ils sont tous morts de peur. Ne sachant pas sur quelle créature partir, ils choisissent de faire par élimination et d'aller voir la dernière personne à l'avoir vu vivant, son voisin Mark Hutchens.
Dean s'arrête au milieu de la rue et lui dit qu'il faut qu'il se méfie des adolescents situés quelques mètres plus loin. Puis il part dans une autre direction pour ne pas avoir à les croiser.

Le voisin de Franck est un adorateur des animaux dangereux, et porte un serpent sur ses épaules. Dans la pièce, de nombreux aquariums montrent des tarentules, des crocodiles et d'autres bêtes, mettant Dean très mal à l'aise.
Sam demande à l'homme la dernière fois qu'il a vu Franck et si il lui a semblé apeuré. Mark lui répond qu'il était même complètement terrifié, par tout et n'importe quoi, comme la sorcière du magicien d'Oz qui passait à la télé ce jour là etc...
Sam lui demande ensuite comment était Franck dans la vie. Il répond qu'il s'est amélioré, car il était un vrai crétin lorsqu'ils étaient au lycée. Il leur raconte que sa femme est morte 20 ans auparavant et que cela l'avait complètement détruit. Puis Mark se fige, voyant l'expression apeurée de Dean en face du serpent. Il lui dit qu'il ne devrait pas se méfier de celui-ci mais plutôt du deuxième serpent, qui glisse à côté de Dean et se serre contre lui.

Sam rejoint Dean dans la voiture et le fait sursauter. Dean lui montre les recherches qu'il a faites sur la femme de Franck, morte par suicide, 2 semaines après avoir quitté son mari. Sam suspecte Franck de l'avoir aidé à mourir mais Dean lui répond qu'il avait un alibi à leur de la mort. Puis il lui demande s'il a trouvé quelque chose dans l'appartement de Franck mais Sam lui dit que non. Celui-ci s'étonne que Dean roule à la vitesse maximale autorisé alors que d'habitude il ne se fait pas prier pour aller plus vite et lorsqu'ils passent devant leur motel, Dean refuse de traverser le carrefour, qu'il juge trop dangereux. Les garçons entendent alors le bruit de leur EMF, qui signale la présence d'un esprit et comprennent que Dean est hanté.

Sam raccroche d'avec Bobby et va rejoindre Dean dans la voiture qui écoute « Eyes of the tiger » à fond. Il lui explique qu'il est atteint d'une infection fantôme. Dean semble dévasté mais ne sait même pas de quoi il s'agit. Sam lui explique qu'il a été contaminé par Franck, qui a vraisemblablement eu affaire au fantôme, et a ensuite contaminé les 2 autres personnes. Selon Sam, toutes les personnes infectées sont des crétins, qui font peur aux autres dans leur propre intérêt. Dean s'offusque mais Sam lui dit que l'on peut facilement arrêter cette infection en brûlant les restes comme pour n'importe quel esprit.
Puis il s'étonne que Dean soit dehors et celui-ci lui précise, gêné, que leur chambre est au 4ème étage et qu'il à le vertige. Sam lui dit qu'il va demander à la faire déplacer et part, laissant Dean seul avec des gâteaux qu'il a peur de manger.

Dean est désormais dans la chambre d'hôtel et lit un livre sur les infections fantôme. Le livre précise que les victimes ont souvent tendances à avoir des hallucinations et effectivement, Dean voit des « tu vas mourir » partout. Il s'énerve contre le tintement de l'horloge et la casse.

Sam rentre et retrouve Dean buvant une bière sur le canapé. Il lui explique que Jessie, la femme de Franck a été incinérée, et qu'elle ne peut donc pas être leur fantôme. Dean est ensuite pris d'une quinte de toux et crache un morceau de bois dans l'évier. Sam réalise qu'ils n'ont pas utilisé le plus gros indice qu'il pouvait avoir : Dean. Celui-ci refuse de croire que la maladie veut leur dire quelque chose mais Sam le convainc et les deux partent à l'usine de fabrication utilisant du bois.

Arrivé là-bas, Dean ne veut pas rentrer à l'intérieur du bâtiment mais Sam l'oblige. Après avoir bu quelques gorgées de Whisky pour se donner du courage, Dean refuse de porter une arme et dit qu'il préfère se charger de la lampe torche.
Sam semble blasé mais accepte.

En arrivant  sur les lieux, l'EMF de Sam s'active mais la présence de Dean faussant la donne, ils ne peuvent faire confiance qu'à leurs sens pour savoir où se trouve le fantôme. Sur le sol, Sam ramasse l'alliance de Franck et ils sentent qu'ils sont sur la bonne voie. Ils entendent du bruit provenant d'un casier et se prépare à tirer puis découvre en l'ouvrant qu'il ne s'agit que d'un chat. Dean est terrorisé et hurle sous le regard désespéré de son frère.

Ils poursuivent leur recherche et tombent sur une pièce avec de nombreux dessins de Jessie, la femme de Franck. Dean déchire involontairement l'un des dessins et la scierie se met en marche. Il voit alors un esprit apparaitre derrière Sam et lorsque ce dernier se retourne, Dean à déjà pris les jambes à son cou. L'esprit se jette vers Sam et il tire du gros sel pour el faire disparaitre.

Il retrouve Dean dehors, qui continue de boire sa bouteille de Whisky et lui dit qu'ils sont vraisemblablement au bon endroit.

Ils retournent donc au poste de police, où l'agent leur tend le dossier Garland. Puis il fixe Dean et son air vitreux avant de demander s'il est saoul. Sam lui dit que non et demande ce que « dégâts physiques » signifie dans le cas de la mort de Luther Garland, un employé de la scierie.
L'agent lui dit qu'il ne sait pas et refuse de les laisser voir le sheriff pour lui demander. Sam part et Dean, toujours complètement saoul, lance un « t'es génial » à l'agent avant de se faire attraper par Sam qui le pousse vers la sortie.
Puis on entend le sheriff demander à l'agent ce qu'ils voulaient et il semble très contrarié lorsqu'il lui explique qu'ils voulaient le dossier Garland.
En effet, dans son bureau, le sheriff se gratte le bras jusqu'au sang et charge son pistolet. Il est pris de violentes hallucinations de lui-même lui disant qu'il va payer pour se qu'il a fait.

Sam et Dean sont dans une maison de retraite pour voir l'un des habitants, Tyler Garland, le frère de Luther. Dean est toujours aussi apeuré et manque de révéler qu'ils utilisent de fausses identités en paniquant. Sam rattrape la situation et commence à poser des questions sur Luther après avoir montré sa fausse plaque du FBI. Tyler leur explique que même si tous les gens avaient peur de Luther, c'était l'homme le plus gentil qu'il avait rencontré, mais qu'il était simplement différent. En voyant le dessin de Jessie, il explique aussi qu'elle avait été la seule à se montrer agréable avec son frère et qu'il avait de ce fait un coup de foudre pour elle, ce qui ne plaisait évidemment pas à Franck, son mari.
Il raconte que tout le monde dans la ville savait que Franck avait tué Luther car il l'avait suspecté dès que sa femme avait disparu. On voit donc en flash back Franck venant chercher Luther un fusil à la main et le frappant violemment. Il l'attache ensuite par le cou avec un chaine relié à sa voiture et démarre.
Les frères lui demandent pourquoi Franck n'avait jamais été arrêté et Tyler leur répond que Franck était un ami des hauts placé de la ville alors qu'ils voyaient tous Luther comme un monstre. Il leur dit qu'après avoir longtemps détesté Franck, sa haine a aujourd'hui disparue car Franck n'était qu'un homme venant de perdre sa femme et que la peur peut faire faire d'horribles choses.

Une fois dehors, Dean propose d'aller brûler les restes de Luther afin de le guérir mais Sam le prévient que la tâche s'annonce difficile puisque Luther ayant été trainé sur la route entière, ils ne pourront jamais brûler son corps entier. En apprenant qu'il ne pourra pas être guéri de cette façon, Dean craque et argumenta sur le fait que leur vie est dingue, qu'ils sont dingues de faire ce qu'ils font et qu'il en a marre de tout ça. Puis il part en disant qu'il laisse tomber toute la chasse aux fantômes. On le voit, très anxieux dans la rue lorsqu'il se retrouve en face du petit chien du début de l'épisode. On revoit la scène où il court.

Puis, Sam le rejoint dans le motel et lorsque Dean se plaint de n'avoir plus que 4 heures à vivre, Sam l'enfonce en lui disant qu'il va retourner en enfer. On comprend alors qu'il s'agit d'une hallucination puisque les yeux de Sam virent au jaune et qu'il s'attaque à son frère. Puis soudainement, Dean revient à la réalité et se retrouve nez-à-nez avec le vrai Sam, essayant de la calmer.

A la scierie, Sam est rejoint par Bobby qui lui demande où est Dean, que l'on voit ensuite dans la chambre de motel en train de se gratter.
De retour à l'extérieur, Sam annonce à Bobby qu'ils ont calculé que Dean n'avait plus que 2 heures à vivre te lui demande s'il a trouvé quelque chose. Il lui montre un livre en japonais qui évoque un esprit se nourrissant de la peur : le « booro-booro ». Sam demande s'il y a un moyen de le détruire et Bobby lui répond que le seul moyen sera de faire mourir de peur l'esprit.

L'idée parait saugrenue mais Sam appelle Dean pour le rassurer en lui disant qu'ils ont un plan mais lorsqu'il raccroche, Bobby avoue que le plan est une très mauvaise idée. Puis il entre dans la scierie, où l'esprit l'attend.

Dean est de plus en plus stressé dans la chambre d'hôtel et se fait surprendre par le sheriff qui l'attaque en avouant qu'il a effectivement couvert le meurtre de Luther Garland pour son ami et qu'il ne veut pas qu'on l'accable pour ça maintenant. Il pointe son pistolet vers Dean qui voit son bras ensanglanté et comprend que lui aussi est atteint de la maladie. Dean se défend et lorsque le sheriff se retrouve en position de victime, il meurt littéralement de peur.

Sam ne voit toujours pas l'esprit et signale à Bobby qu'il va devoir le faire s'énerver pour qu'il apparaisse. Il commence donc à déchirer les dessins de Jessie et celui-ci apparait finalement et s'attaque à Sam.

Dean s'agrippe à une bible mais voit Lilith apparaitre à côté de lui. Elle insiste sur le fait qu'il va retourner en enfer et qu'il se souvient de chaque mois passé là-bas, qui correspondent à quarante ans sur terre. Cela terrifie encore plus Dean ressent une douleur au cœur.

De son côté, Sam se débat toujours avec Luther mais réussit à attacher l'esprit à un câble et Bobby le traine derrière sa voiture, se qui terrorise le fantôme et le fait disparaitre, en même temps que Lilith et les marques sur le bras de Dean.

Les trois hommes se retrouvent pour boire une bière et Bobby leur dit au revoir après s'être quelque peu moqué de Dean. Il part. Puis Sam demande à Dean se qu'il a vu en dernier lieu. Dean refuse de lui dire la vérité d'autant plus lorsqu'il regarde Sam dans les yeux et qu'il y voit une lueur jaune pendant un court moment. 

 

Ecrit par Kaylia.

SUPERNATURAL Saison 4 Episode 6

Script VF

 

Le mal des fantômes

(Yellow fever)

 

Après un résumé des épisodes précédents, on voit Dean qui court dans une rue, il semble effrayé et poursuivi par quelque chose. On entend des aboiements féroces derrière lui, ce qui le fait accélérer et regarder fréquemment derrière lui. A un moment, il prend un virage et percute des poubelles, ce qui le fait chuter. Il se relève et voit un SDF qui fouille les poubelles.

DEAN : Va-t’en ! Elle va te tuer !

Il désigne quelque chose du doigt et on voit soudain un tout petit Yorkshire qui regarde Dean sans bouger et qui gémit. Dean se retourne alors et repart en courant et en hurlant, le petit chien le suit et aboie gentiment.

 

***************

 

SUPERNATURAL

« Yellow fever »

 

***************

 

A Rock Ridge, dans le Colorado, 43 heures plus tôt, on voit Dean et Sam qui arrivent en voiture et se rendent dans une morgue.

LE LEGISTE : Agent Tyler, agent Perry, voici Franck O’Brien.

Le légiste ouvre un sac et présente aux deux frères le corps d’un homme mort.

SAM : Il a eu une attaque cardiaque.

LE LEGISTE : Il y a trois jours.

SAM [Tout en lisant un dossier]: Mais, O’Brien avait 43 ans et selon ce qui est écrit là, c’était un marathonien.

LE LEGISTE : Tout le monde doit mourir un jour ou l’autre et personne ne sait quand ça viendra.

DEAN : Mais c’est ici que Franck est mort, et vous savez qu’hier, deux hommes en pleine forme sont morts à Maumee d’attaques cardiaques aussi, c’est curieux non ?

LE LEGISTE : Oh, mas ça c’est le problème de Maumee, pourquoi le FBI s’intéresse à ça ?

DEAN : Nous voulons voir les résultats de l’autopsie de Franck.

LE LEGISTE : Quelle autopsie ?

DEAN [Après un silence] : Celle que vous allez faire.

On voit le légiste qui ouvre la poitrine de Franck avec un scalpel.

LE LEGISTE : C’est votre première ?

On voit Dean et Sam en tenue de protection qui le regardent avec dégout.

DEAN : Non, pas vraiment.

LE LEGISTE : Tant mieux, j’ai déjà vu des tas d’agents tomber dans les pommes. [A Dean] Tiens, passez-moi la pince coupante.

Dean prend alors la pince sur une petite table à côté et la tend au médecin légiste.

LE LEGISTE : Hmm.

On entend des bruits de déchirements, ce qui écœure les deux frères. Dean regarde la main de la victime et remarque quelque chose.

DEAN : C’est bien la marque d’une alliance ? Je savais pas que Franck était marié.

LE LEGISTE : Ça, c’est pas mon domaine.

Le bras de la victime est couvert d’égratignures et de contusions. Sam le soulève, et le montre au médecin.

SAM : Vous savez comment il s’est fait ça ?

LE LEGISTE : Vous savez, quand une personne meure tout à coup, en général elle tombe. Son corps à du frotter par terre quand il est tombé. [Après un silence] Hmm.

SAM : Quoi ?

LE LEGISTE : Je ne trouve rien du tout qui pourrait constituer une quelconque obstruction des artères.

Dean regarde la scène dégouté. Le médecin enlève le cœur de la victime, ce qui provoque un haut-le-cœur chez Dean.

LE LEGISTE : Le cœur semble en très bon état.

Dean acquiesce, ironique.

LE LEGISTE [A Dean] : Tenez-le une seconde voulez-vous.

Il tend le cœur à Dean qui le prend et semble ne plus pouvoir bouger. Sam rigole et se moque de lui gentiment. Le médecin continue son autopsie mais soudain, un jet de sang est éjecté du corps de la victime et atterrit sur la tête de Sam.

LE LEGISTE : Oh désolé, il était bien juteux.

Dean a maintenant un sourire au coin des lèvres et se moque à son tour de son frère.

 

***************

 

Les deux frères sont ensuite assis dans une pièce en train d’attendre quelque chose. On voit en face d’eux, un jeune officier devant un bureau qui rit en les regardant. Soudain, une porte s’ouvre et le supérieur du jeune shérif apparaît. Il s’agit du shérif Al Britton.

AL : Explique-moi un peu où t’as mis mes …

Sam et Dean se lèvent en le voyant. Le shérif s’avance.

AL : Qui est-ce ?

LE JEUNE : Des agents fédéraux, j’ai …

AL : T’aurais pu me le dire.

LE JEUNE : Vous …, vous avez dit de pas vous déranger.

AL [Aux deux frères] : Venez par là messieurs.

Les deux frères s’avancent, mais le shérif les arrête devant la pièce.

AL : Déchaussez-vous.

Les deux frères se déchaussent donc et entrent dans le bureau du shérif, qui lui aussi est déchaussé. Après avoir fermé la porte, le shérif se dirige vers eux et leur serre la main.

AL : Al Britton. Heureux de vous voir.

SAM : De même.

Il leur indique de chaises pour s’assoir.

SAM : Merci.

Le shérif prend alors un flacon de gel nettoyant et se lave les mains devant les deux frères qui ne comprennent pas. Le shérif s’assoit alors.

AL : Alors …, qu’est-ce qu’il veut cette fois l’oncle Sam.

SAM : Et bien, nous enquêtons sur le décès de Franck O’Brien.

Le shérif se fige à l’entente du nom.

SAM : Ce sont vos hommes qui ont trouvé le corps il paraît.

AL [Après un silence, en acquiesçant] : Oui. Franck et moi, étions amis d’enfance. Et c’était un coq de combat lui aussi.

Dean rit alors, croyant que c’était une blague, mais il se rend vite compte, grâce au regard du shérif, que ce n’était pas le cas, et redevient sérieux.

AL [Froid] : C’est le nom de notre équipe de surf-ball.

Dean acquiesce, gêné.

AL : Ce sont de majestueux animaux.

Dean ne sait pas quoi dire.

AL : J’ai connu Franck quand on était au collège. Et pour être franc, j’ai attendu ce matin pour trouver la force d’aller le voir. Franck avait beaucoup de qualités. Qu’il avait souvent montrées.

DEAN : Ouais, et il avait bon cœur.

SAM : Avant sa mort, est-ce qu’il agissait de façon étrange, par exemple, est-ce qu’il avait peur.

AL : Oh, ça oui alors. Il avait très peur.

SAM : Vous savez de quoi il avait peur ?

AL : Non. Il décrochait pas son téléphone. J’ai envoyé des hommes chez lui pour voir s’il allait bien et …, et ben, vous savez le reste.

Lé shérif se met alors à tousser et se relave une nouvelle fois les mains devant les frères qui trouvent ça bizarre.

AL : Pourquoi les fédéraux s’y intéressent tellement ? Vous croyez que c’est une affaire dans vos cordes ?

DEAN : Oh non. Non, non, ce n’est probablement rien, juste une crise cardiaque.

Plus tard, on voit les deux frères dehors en train de marcher dans la rue.

DEAN : C’est sûrement pas une crise cardiaque.
SAM : Non, sûrement pas. Trois victimes avec ces marques rouges et, qui sont passées de l’inquiétude à une trouille mortelle en 48 heures.

DEAN : Ah oui, elles sont mortes de peur.

SAM : D’accord, mais qu’est-ce qui peut faire ça ?

DEAN : Tu as le choix. Fantôme, vampire, chupacabras, et j’en passe.

SAM : Ouais. Bon ben, on va faire une liste, et rayer tout ce qui colle pas.

DEAN : Attends, qui est la dernière personne à avoir vu Franck O’Brien vivant ?

SAM : Euh …, son voisin Marc Hutchins.

DEAN : Attends, attends, attends.

Dean arrête Sam.

SAM : Quoi ?

Dean semble angoissé.

DEAN : Ces jeunes là en face, ils me font peur.

On voit une bande de quatre jeunes sur leurs vélos qui ont l’air totalement inoffensifs.

DEAN : Allez viens, on traverse.

Dean traverse la rue pour éviter les jeunes, ce qui laisse Sam perplexe.

 

***************

 

Juste après, on voit Dean et Sam dans une maison remplie d’animaux en tout genre, en train de discuter avec Marc Hutchins, le voisin de Franck O’Brien. Marc est très calme et porte un serpent autour de son cou.

MARC : Tyler et Perry ? Ils jouent avec Aerosmith.

Dean semble angoissé, il regarde partout autour de lui.

SAM : Oui, c’est un groupe super. Quand avez-vous vu Franck O’Brien pour la dernière fois ?

A ce moment, Dean aperçoit un iguane qui bouge et se retourne furtivement, angoissé par la présence de tous ces animaux.

MARC : Lundi. Il m’observait de sa fenêtre.

Dean et Sam regardent la fenêtre en question.

MARC : Je lui ai fait signe, mais à ce moment là il a tiré les rideaux.

SAM : Avez-vous, parlé avec lui récemment, il paraissait différent ? Effrayé ?

MARC : Oh oui alors, il avait une trouille folle.

Dean aperçoit alors un caïman dans un aquarium et le regarde avec méfiance avant de se retourner, effrayé.

DEAN [Après une respiration] : Et, vous savez …, de quoi il avait peur ?

MARC : Ouais, des sorciers.

SAM : Des sorciers ?

Sam regarde Dean.

SAM [Il continue] : Comme …

MARC : Comme le magicien d’Oz et ce genre de chose là, vous voyez ? Il racontait que le monde entier ne rêvait que de le tuer.

SAM [Après un silence] : Il avait peur d’autre chose ?

MARC : Ah oui, tout lui faisait peur : Al Kaïda, les voitures, le réchauffement climatique, les petits vieux et les petites vieilles avec leurs yeux morts et encore plein d’autres choses.

Pendant ce temps, Dean surveille les divers animaux, vraisemblablement de plus en plus angoissé. Il essaye cependant de se reconcentrer sur la discussion.

SAM : Et dans la vie, comment il était ?

MARC [Après un silence] : Il est mort, ça m’ennuie de dire des choses désagréables. Mais il s’est amélioré.

SAM [Qui veut en savoir plus] : Amélioré ?

MARC [Toujours en train de caresser son serpent] : Ouais, quand on était au collège c’était une tache.

SAM : Une tache ?

MARC : Ouais, il était pas drôle, on pouvait pas le supporter bien longtemps et on partait dès qu’il arrivait.

Dean rit d’un rire jaune.

MARC : Moi le premier.

Dean se reconcentre.

DEAN : Alors ses proches ne l’aimaient pas. Vous croyez que quelqu’un aurait voulu se venger ?

MARC : Pourquoi ? [Après un silence] Franck a eu une crise cardiaque.

SAM : Répondez seulement à la question.

MARC : Non. Je crois pas du tout. Je vous l’ai dit : il s’est amélioré. Et après ce qu’il s’est passé avec sa femme, …

DEAN : Sa femme ? [Les deux frères se regardent] Alors il était marié ?

MARC : Elle est morte, il y a presque vingt ans de ça. Franck ne s’en est jamais vraiment remis.

Dean regarde alors prudemment le serpent autour du cou de Marc, presque avec dégoût.

MARC [Rires] : C’est pas de lui qu’il faut avoir la trouille, Doddy est gentil. [D’un signe de tête, il montre un serpent qui s’approche de Dean par derrière] C’est Marie qui est plus inquiétante. Ouais, elle sent la peur.

Sam tourne la tête et aperçoit le serpent qui s’approche de Dean. Celui-ci le voit lui aussi, et prend une grande respiration pour essayer de contrôler sa peur. Il sourit très légèrement d’un sourire ironique alors qu’un énorme serpent lui passe sur l’épaule gauche et sur les jambes.

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean dans sa voiture qui est à l’arrêt, en train de lire un magazine tout en se grattant le bras gauche, il est seul. Soudain Sam ouvre la porte côté passager, ce qui ne manque pas de faire sursauter Dean, toujours aussi tendu. Sam s’assoit à côté de lui.

SAM [Après une respiration] : T’as trouvé quelque chose aux grèves du comté ?

DEAN : Ouais, mais je suis pas sûr que ce sois intéressant. La femme de Franck, Jessy était maniaco-dépressive. Elle est partie de l’hôpital en 88 et a disparu. Ils l’ont retrouvée deux semaines plus tard dans un motel discret d’une ville voisine pendue dans sa chambre suicidée.

SAM : Aucune chance que Franck ait pu l’aider à se suicider ?

DEAN : Non, Franck était de service le soir où elle a disparu. Et, il avait un alibi.

Dean démarre alors la voiture. On voit les deux frères sur la route, en ville.

DEAN : Et t’as rien appris toi ?

SAM [Avec un signe de la tête] : Non. J’ai fouillé son appartement, ni champ électromagnétique, ni petit grigri, ni souffre.

DEAN : Alors probablement ni fantôme, ni sorcier, ni démon. Il ne nous reste plus que 97 possibilités.

SAM : Ouais.

Sam remarque quelque chose qui cloche.

SAM : Et, tu roules à 20 à l’heure.

DEAN [Très concentré sur sa conduite] : Et alors ?

SAM : T’es sous la limite.

DEAN : La prudence est un délit maintenant ?

Sam lève les yeux au ciel, étonné par le comportement de son frère. Juste après, les deux frères passent devant un motel.

SAM : Mais où tu vas, c’était la notre hôtel.

DEAN : Sam, je ne vais pas tourner à gauche et couper l’autre file, je ne suis pas suicidaire.

A ce moment, Sam remarque qu’il y a vraiment un problème.

DEAN : Pourquoi je dis ça ? Avoues que c’est bizarre non ?

On entend en arrière-plan un léger bruit.

SAM : T’entends ce bruit ?

Sam sort alors de sa poche le détecteur de champ électromagnétique et le pointe vers Dean. A ce moment, le détecteur sonne, et les lumières rouges s’allument.

SAM : Je rêve. Ça vient de toi.

Dean a un visage horrifié.

DEAN : Je suis possédé ? [Plus énervé] Je suis possédé ?

 

***************

 

Plus tard, on voit Sam qui marche dans une rue avec ce qui semble être un gâteau dans les mains.

SAM : Ouais d’accord Bobby. A bientôt.

Sam s’arrête soudain car il entend la musique « Eye of the Tiger » de Survivor. Il remarque alors qu’elle vient de la voiture de Dean, garée juste un peu plus loin. Il traverse alors la route et s’approche de la voiture où il voit Dean, allongé qui imite un batteur. Sam tape alors sur la voiture, ce qui fait sursauter Dean qui éteint la radio. Il sort alors de la voiture.

DEAN : Dis-donc. [Il montre à Sam une marque rouge sur son bras] Regarde ça.

SAM : Je viens de parler à Bobby.

Sam tend le gâteau à Dean.

DEAN : Et alors ?

SAM : Humm, il croit savoir ce que tu as.

Dean pose le gâteau dans sa voiture.

DEAN : Quoi ?

SAM [Après un silence] : C’est le mal des fantômes.

DEAN : Il est sûr de ça ?

SAM : Ouais.

DEAN : Oh seigneur.

SAM : Et si.

DEAN : J’ai aucune idée de ce que c’est.

SAM : Plusieurs cultures pensent que certains esprits infectent les vivants avec des maladies et c’est pour ça qu’elles n’ont plus gardé les cadavres dans les maisons mais les ont placés dans des funérariums.

DEAN : Essaie de faire court, tu veux ?

SAM : Les symptômes sont l’anxiété, …

DEAN : Ouais.

SAM : …, ensuite la peur, et ensuite la terreur totale qui fait arrêter le cœur. Ça te rappelle rien ?

DEAN : Si mais on n’a pas vu de fantôme ces derniers temps.

SAM : A mon avis tu tiens pas ça d’un fantôme, une fois qu’un esprit infecte la première personne, la maladie se transmet ensuite à d’autres personnes comme n’importe quelle autre maladie contagieuse classique. Alors Franck O’Brien a été le premier à mourir, ce qui veut dire que c’est le premier à avoir été infecté. C’est le malade zéro.

DEAN [En acquiesçant] : Et il a ensuite, répandu la maladie ?

On voit pendant ce temps un flash-back retraçant le week-end de Franck. On le voit avec deux autres hommes dans un bar en train de boire et de manger.

SAM : Oui. Franck est allé à Maumee pendant le week-end, à un tournoi de softball. C’est comme ça qu’il a du infecter les deux autres victimes.

DEAN : Elles étaient dans son équipe ?

SAM : Non dans une autre.

DEAN : Un fantôme a passé un virus à Franck, il l’a passé aux deux autres joueurs et je l’ai attrapé à la morgue.

SAM : Oui.

DEAN : Et alors quoi, j’ai 48 heures devant moi avant de mourir de peur ?

SAM [Gêné] : Plutôt 24 heures.

DEAN : Super.

SAM : Ouais.

DEAN : Pourquoi moi et pas toi, t’as pourtant reçu du sang en pleine figure ?

SAM : Oui. Oui mais Bobby et moi on a une théorie là-dessus, il se trouve que les trois victimes étaient en fait semblables et possèdent certains points communs. Franck était ennuyeux, les deux autres victimes, l’un était pion et l’autre videur.

DEAN : D’accord.

SAM : Mais, ces mecs étaient des emmerdeurs.

DEAN [Fait une tête étonnée] : Quoi, et moi je suis un emmerdeur ?

SAM : Non mais, il n’y a pas que ça, les trois victimes n’hésitaient pas à faire peur et on dirait qu’il y a eu un retour de manivelle.

DEAN : J’ai jamais fait peur à personne.

SAM : Ça fait des années qu’on fait peur aux autres.

DEAN : Euh … [Il lève les yeux au ciel] Mais toi aussi t’es un emmerdeur.

SAM : Apparemment non.

DEAN : Je suppose que t’as déjà un plan ?

SAM : On liquide l’esprit qu’il y a derrière tout ça, et alors la vie retrouvera son cours normal.

DEAN : Et la femme de Franck.

SAM [Haussant des épaules] : Qui sait pourquoi elle s’est suicidée ? [Après un silence] A propos, pourquoi est-ce que t’attendais ici ?

DEAN [Il semble embarrassé] : Heu …, notre chambre est au dernier étage.

Sam fait un signe de la tête, il ne comprend pas.

DEAN : Et c’est [il lève la main], c’est haut.

Sam comprend alors et essaie de rester stoïque.

SAM : Et ben je vais nous en trouver une au premier.

DEAN : Merci.

SAM : Je t’en prie.

Sam s’en va et Dean repart dans sa voiture, il ouvre la boîte de gâteau de Sam, mais la referme presque dégouté.

 

***************

 

Plus tard on voit Dean dans un motel assis devant une table, seul dans la pièce, un livre devant lui. Il observe l’horloge dont on entend d’ailleurs le tic-tac. Il se reconcentre sur son livre qui parle de la fameuse maladie.

DEAN [Il lit] : La maladie des fantômes, hallucinations, mort horrible.

Dean tousse et voit alors les images qui illustrent le texte, on y voit un homme avec du sang jaillissant de la poitrine, et un autre crachant du sang, ce qui fait paniquer Dean.

DEAN [Toujours en lisant] : Tu vas mourir, encore, le perdant.

Dean a alors sa vision qui se trouble.

DEAN [En lisant] : Tu vas pleurer ? Le bébé va pleurer.

Dean panique, il a des yeux exorbités, on entend alors le tic-tac de l’horloge de plus en plus lourd, presque effrayant. Puis, écran noir, et un bruit de verre qui se brise. Plus tard, Sam rentre dans la chambre et voit l’horloge cassée au sol, il regarde alors Dean qui est sur le canapé en train de boire une bière.

SAM : Ça va comme tu veux ?

DEAN : Ouais. Oh ouais, je m’éclate.

Sam pose des poches sur un meuble.

DEAN : T’as trouvé quelque chose ?

SAM : Oui, Jessie O’Brien n’est pas du tout lié à ce qui s’est passé.

Sam s’assoit à côté de Dean.

SAM : Parce qu’après sa mort, son cadavre a été incinéré.

Dean se gratte le bras, Sam lui fiche un petit coup de pied dans les pieds.

SAM : Eh, tu veux pas arrêter de te gratter ?

Dean arrête alors, agacé.

SAM : Comment tu te sens ?

DEAN : Aux anges [Il fait un sourire forcé] C’est génial de pouvoir enfin reposer ma tête sur le billot, j’avais oublié ce qu’on ressentait.

SAM [D’un soupir] : Oui.

DEAN : Ça refroidit un peu.

SAM : On finira par trouver.

Dean commence alors à tousser violemment.

SAM : Ça va ? Eh ?

Dean se lève alors et se dirige vers l’évier, continuant à tousser.

SAM : Dean ?

Lui aussi se lève, paniqué. Dean crache alors dans l’évier un petit bout de bois, il le rince.

DEAN : Un copeau de bois ?

SAM : On a complètement ignoré le plus gros indice qu’on avait : toi.

DEAN : Mais je veux pas être un indice.

SAM : Les marques rouges, ça, oui, réfléchis, on dirait que la maladie essaie de nous parler.

DEAN : Quoi, tout ça à cause d’un copeau ?

SAM [Le sourire aux lèvres] : Exactement.

 

***************

 

Plus tard, on voit les deux frères qui arrivent en voiture dans une sorte d’usine. Ils sortent de la voiture. Dean a, encore une fois, peur.

DEAN : Ah, mais moi j’entre pas là-dedans.

SAM [Calme] : Tu dois m’aider, j’ai besoin de quelqu’un. Tu viens avec moi.

Dean boit du whisky, pour se détendre sans doute et claque la porte, énergique.

DEAN : Je suis prêt.

Il se dirige vers le coffre pour l’ouvrir.

DEAN : L’endroit n’est pas très rassurant.

Sam lève les yeux au ciel et Dean ouvre le coffre. Sam se munit d’un fusil et tend un revolver à Dean.

DEAN : Ah non, je touche pas à ça.

Sam se relève étonné.

DEAN : Oui, il arrive que ça parte tout seul.

Il prend alors une lampe torche dans le coffre et la tient à deux mains, devant lui.

DEAN : Ça ça me suffira.

Sam se contrôle et reste courtois malgré son agacement.

SAM : D’accord si tu veux.

Dean hoche de la tête.

On les voit juste après dans l’usine, tout les deux. Dean suivant Sam, effrayé. Sam entend le détecteur d’ondes électromagnétiques et le sort de sa poche.

DEAN : Ça marche très mal avec moi dans le coin.

SAM : Oui je vois ça. Avance.

Sam voit quelque chose au sol, il pose sa main sur l’épaule de Dean pour lui montrer.

SAM : Attends.

Dean bondit. Sam se baisse et ramasse une bague gravée.

SAM [Lisant] : A Franck, je t’aime, Jessie. [A Dean] L’alliance de Franck O’Brien.

DEAN : Qu’est-ce que Franck foutait ici ?

SAM : Aucune idée.

Les deux frères continuent leur inspection de l’usine, et on entend au loin un bruit métallique. Les frères entrent alors dans une pièce avec des armoires métalliques. Du bruit sort de l’une d’entre elles. Sam pose la main sur la poignée, Dean est pétrifié.

SAM [A Dean] : A trois. Un, deux … trois !

Sam ouvre l’armoire qui contient un chat qui miaule et saute à terre. Dean pousse un hurlement strident, comique et ridicule avant de reprendre son souffle.

DEAN [Essoufflé] : Ça fout les miquettes hein ?

Sam quitte la pièce, sceptique.

DEAN : Quoi ?

Juste après, on les voit arriver dans une autre pièce de l’usine. Sam trouve une carte sur un bureau qui représente un homme.

SAM [Lisant] : Luther Garland.

Dean a, quant à lui, trouvé un dessin d’une femme, il déplie alors l’acte de décès de Jessie O’Brien qu’il avait dans sa poche.

DEAN : Hé, on dirait, la femme disparue, retrouvée. C’est la femme de Franck ?

SAM : Ça complique les choses.

Sam s’approche de lui.

DEAN : Oui mais, alors quoi.

Dean veut s’emparer de la photo, mais déchire involontairement la photo. Alors des mécanismes de l’usine se mettent en marche tout seuls, des tapis, des moteurs, etc. …, ce qui fait, bien sûr, bondir Dean qui se retourne violemment. Alors que Sam regarde le dessin, Dean parcourt la salle avec sa torche et aperçoit une silhouette dans le fond de la pièce. Il est hypnotisée, ne peut plus bouger tellement il a peur. Sam aperçoit son regard fixe et se retourne, il voit alors l’homme et prend son fusil. Sam l’interpelle.

SAM : Hé.

Alors que Sam se retourne, Dean s’enfuit en courant, littéralement effrayé. Sam se retourne à nouveau et voit l’homme qui s’approche de lui. Il tire, et l’homme s’évanouit en fumée.

A l’extérieur, Dean est derrière sa voiture en train de boire du whisky pour se rassurer, il a d’ailleurs vidé la bouteille. Sam arrive, une carte à la main.

SAM : C’est bien ici que tout s’est passé.

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean et Sam dans la salle d’attente du shérif, en compagnie du jeune secrétaire qui tend un dossier à Sam.

LE JEUNE : Voici le dossier monsieur.

SAM : Merci.

Il feuillette alors le dossier et on peut apercevoir Dean derrière lui qui parait totalement ivre.

LE JEUNE [A Sam] : Il est … saoul ?

Sam se retourne pour regarder Dean qui lui fait un signe de la main, pour lui assurer que tout va bien, malgré son air totalement à l’ouest.

SAM [Au jeune] : Non. Après un silence. D’après ce que dit le dossier, le décès est du à un choc violent ayant entraîné la mort. Euh, qu’est-ce que ça veut dire ?

LE JEUNE : C’est arrivé il y a vingt ans environs. Bien avant mon arrivée. Désolé.

SAM : Est-ce qu’on pourrait voir le shérif ?

LE JEUNE : Euh, il est malade aujourd’hui.

SAM : Bon alors s’il vous appelle, dites-lui de nous faire signe, on est à l’hôtel Blubber.

Il montre le dossier.

SAM : Ça vous gêne si je le garde ?                                                          

Le jeune fait un non de la tête. Sam s’en va et Dean, toujours à l’ouest s’adresse au jeune.

DEAN : Vous savez quoi ?

Il montre le jeune du doigt.

DEAN : Vous êtes très séduisant.

Le jeune sourit bêtement.

LE JEUNE : Euh …, merci, vous aussi. Enfin je crois …

Sam revient et attrape Dean par l’épaule pour le ramener. Une fois qu’ils sont partis, on entend un interphone dans le bureau du jeune. C’est la voix du shérif.

AL : Qui c’était ?

LE JEUNE : C’était euh, les deux fédéraux.

AL : Qu’est-ce qu’ils voulaient ?

LE JEUNE : Un dossier, celui de Luther Garland.

Il n’y a plus de bruit.

LE JEUNE : Shérif ?

On voit alors le shérif dans son bureau en train de se gratter le bras jusqu’au sang avec une éponge avec un grattoir abrasif. Il charge ensuite un pistolet et on entend ensuite une voix.

LA VOIX : Ils savent.

Il regarde autour de lui, effrayé.

LA VOIX : Ils savent.

Il se lève alors et voix son reflet sur un trophée d’une armoire qui lui parle.

LA VOIX : Ils savent ce que tu as fait.

Le shérif pointe toujours son pistolet vers le trophée.

LA VOIX : Ils sont là pour te faire payer.

 

***************

 

Après on voit les deux frères dans un hôpital. Dean croise une vieille dame dans un couloir, ce qui le fait sursauter, lui tout comme la femme.

DEAN : Ça marchera jamais, c’est vrai, nos badges sont des faux, si on se fait piquer, on sera arrêtés.

SAM : Dean, chut, calme-toi, respire à fond.

Sam montre à Dean comment il doit respirer.

SAM : Tu te sens mieux ?

Dean fait un non de la tête.

SAM [Agacé] : Allez, suis-moi. Et te grattes pas.

Les frères arrivent dans une grande pièce et se dirige vers un vieil homme assis près d’une table.

SAM : Monsieur Garland, euh, je suis l’agent Tyler et voici l’agent Perry du FBI. Nous venons vous poser quelques questions à propos de votre frère Luther.

JACK (Le vieil homme, frère de Luther) : Faites-moi voir vos badges.

Dean a un regard de panique vers son frère.

SAM : Mais bien sûr.

Les deux frères donnent leur badge au vieil homme, Dean est une boule de nerfs. Il remarque que le vieil homme vient de lui jeter un coup d’œil pour le comparer à la photo du badge.

DEAN : Ce sont des vrais. C’est évident.

Sam se racle la gorge pour faire signe à son frère d’arrêter.

DEAN : Qui voudrait se faire passer pour un agent du FBI, il serait fou à lier.

Cette fois-ci Sam lui tape violemment sur le pied pour lui dire d’arrêter. Dean est très gêné alors que Sam est agacé. L’homme leur rend les badges.

JACK : Qu’est-ce que vous voulez savoir ?

SAM [Il sort le dossier] : Et bien, à en croire le dossier de la police, votre frère Luther est mort à la suite d’un choc physique.

JACK : Mmm.

SAM : Vous n’êtes pas d’accord ?

JACK : Bien sûr que non.

SAM : Alors qu’est-ce que c’était ?

JACK : L’opinion d’un vieil homme ne vaut rien.

SAM : Monsieur Garland, nous essayons d’établir la vérité sur votre frère. Parlez. Je vous en prie.

Le vieil homme prend une photo dans le dossier et parle en même temps.

JACK : Tout le monde avait peur de Luther. Ils le traitaient de monstre.

On voit alors un flash-back avec Luther qui marche dans une usine, et ses collègues qui le dévisagent.

JACK : Il était trop gros, il avait l’air trop méchant. Il était trop …, différent.

On voit alors dans le flash-back une jeune femme, Luther la regarde, mais celle-ci s’en va.

JACK : Et tant pis si c’était l’homme le plus gentil que j’ai connu.

On voit Luther prendre un petit chaton dans un carton et le caresser.

JACK : Tant pis s’il n’avait jamais fait de mal à personne.

Fin du flash-back.

JACK : Tout le monde se moquait du sort de Luther. Moi comme les autres. J’étais veuf alors, avec trois jeunes enfants et, je n’avais pas trop de temps à lui consacrer, je dois l’avouer.

SAM [Après un silence] : Monsieur Garland …

Sam sort le dessin de la femme qui avait été trouvé par Dean dans l’usine.

SAM : …, reconnaissez-vous cette femme ?

JACK : C’est Jessie O’Brien. Son mari Franck a tué Luther.

Dean a un regard étonné.

SAM : Comment le savez-vous ?

JACK : Tout le monde le sait. Et tout le monde refuse d’en parler.

On voit un nouveau flash-back avec Jessie O’Brien qui travaille devant un ordinateur.

JACK : Jessica était réceptionniste à la scierie.

La jeune femme fait tomber son crayon, et Luther le lui ramasse.

JACK : Elle était toujours gentille avec Luther, et il avait un faible pour elle.

Fin du flash-back.

JACK : Ça mettait toujours Franck en rogne. Alors, quand Jessie a disparue, Franck a cru que Luther y était pour quelque chose. En réalité, elle s’était suicidée, mais … Franck le savait pas.

On voit un autre flash-back : un homme armé d’un fusil (Franck) s’approche de Luther, et aperçoit alors tous les dessins de sa femme sur le mur. Il charge le fusil, mais s’en sert pour aller frapper Luther avec. Il lui attache ensuite une chaîne au cou et accroche l’autre extrémité à une voiture avec laquelle il démarre. Fin du flash-back.

JACK : Ils ont trouvé Luther avec une chaîne autour du cou, il avait été trainé par terre, le long de la route qui passe près de la scierie, jusqu’à ce qu’il meure.

DEAN : O’Brien n’a jamais été acquitté ?

JACK : J’en ai parlé à tous les flics que j’ai pu trouver mais, ils ne voulaient pas créer d’ennuis à Franck, s’était un pilier de la communauté, et mon frère lui n’avait jamais été qu’un monstre.

SAM : Je suppose que vous avez haït O’Brien ? 

JACK : Oui, pendant longtemps mais …, la vie est trop courte pour haïr les autres. Franck ne raisonnait plus juste. Sa femme avait disparue, il était terrifié, ça l’avait pas empêché de réussir à tuer ce pauvre Luther, mais …, cette peur, elle empirait, elle empirait.

On voit Dean et Sam sortir de l’hôpital.

DEAN : Maintenant, on sait d’où elles viennent ces marques rouges, et je suppose que Luther a avalé des copeaux de bois pendant qu’il était tiré sur cette route.

SAM : Oui, sans doute. Oui, c’est comme si tu revivais sa mort au ralenti.

Les deux frères sont maintenant arrêtés, face à face, de part et d’autre de l’impala.

DEAN : Ouais, et on devrait accélérer et aller bruler ce fantôme si c’est ça qui doit me guérir.

Dean commence à prendre ses clés.

SAM : Dean, ça va pas être facile.

DEAN : Non, non, non, ça va pas être facile. Pourquoi ça va pas être facile ?

SAM : Luther a été trainé sur la route. Son corps était en morceau, il a probablement laissé du sang et de la chair sur toute la route. Et ça fait déjà longtemps, on ne trouvera pas tout ces restes.

Dean comprend le problème et paraît soudain très angoissé.

DEAN : Oh, déconnes pas.

SAM : On va devoir trouver autre chose.

DEAN : Tu sais quoi, on arrête tout.

SAM : Oh, Dean, attends.

DEAN : Sérieusement Sam. Mais qu’est-ce qu’on fait ?

SAM : On chasse un fantôme.

DEAN [Presque en train de pleurer] : Mais oui, c’est ça oui, c’est qui les chasseurs ?

SAM : Nous.

DEAN : Nous ! Exact. C’est la raison pour laquelle on mène une vie de chiotte. J’ai passé ma vie à  traquer des monstres, mais pourquoi ? Les gens normaux, eux, quand lis voient un monstre, ils partent en courant, mais pas nous, non, non, non, non ! Nous on les recherche alors qu’ils veulent nous torturer. Oui, ou même nous bouffer ! Seuls des dingues feraient ça, ou bien des débiles. Oui, ou alors on est cinglés !

Sam est sceptique devant l’attitude de Dean.

DEAN : Et pense un peu à tous ces repas froids et dégueulasses, à tous ces tristes motels minables, et aux serveuses de restaurant avec des boutons douteux, dis-moi qui voudrait de cette vie Sam. Hein, t’en connais ? Et puis, t’es content de rester dans une voiture avec moi, huit heures par jour tous les jours de la semaine ? Ça, ça m’étonnerait. Et puis je conduis trop vite, j’écoute les mêmes cinq albums encore, encore et encore, et je chante faux, c’est intenable à la longue, ça je le sais et toi … tu restes là. Tu passes ton temps à t’empiffrer et tu t’intoxiques en mangeant. Tu sais pas ?

Dean lance les clés à Sam.

DEAN : On oublie tout ça.

Dean s’en va alors.

SAM : Hé attends, où tu vas ?

DEAN : Ne t’approches plus de moi Sam, d’accord ? C’est terminé cette fois-ci, j’en ai marre des monstres de toutes sortes et aussi des chiens de l’enfer, de la maladie des fantômes, et de cette putain d’apocalypse. Merci j’ai eu ma dose, j’arrête.

Dean s’en va, Sam ne sait pas quoi dire. On voit alors Dean marcher dans la rue, très stressé, puis on entend comme un bruit de chaine suivi d’un grognement. Dean se retourne et aperçoit le petit chien du début de l’épisode. On comprend alors que la scène initiale correspondait à ce moment là.

 

***************

 

On voit ensuite Dean assis dans une chambre de motel, et Sam qui entre. Il voit alors Dean.

SAM : Je t’ai cherché partout dans le quartier. Comment t’es rentré ici ?

DEAN [Complètement passif] : En courant.

Sam s’assoit alors à côté de Dean.

DEAN : Qu’est-ce qu’on va faire ? Je te rappelle qu’il me reste que quatre heures.

Sam soupire.

DEAN : Tu penses que je vais mourir ?

SAM : Oui, j’espère.

Dean fronce les sourcils, il ne comprend pas.

SAM : Et c’est normal.

DEAN : Pourquoi ?

SAM : Tu vas retourner en enfer.

Dean angoisse alors.

SAM : Et c’est pas trop tôt. Oui, franchement, tu commences vraiment à m’agacer.

La vision de Dean se trouble, et il voit Sam avec des yeux jaunes. Il se lève alors, mais Sam le plaque contre le mur avec son esprit. Il semble possédé.

DEAN : Non ! Sort de mon frère saleté d’esprit pourri.

SAM [Il se lève] : Non Dean, je ne suis pas possédé. C’est ce que je deviendrai bientôt. Je veux devenir un monstre. Et rien de ce que tu feras ne m’en empêchera.

Sam se met alors à étrangler Dean, ses yeux sont toujours jaunes. Mais soudain, on voit que Dean hallucine. Sam est devant lui, il essaye de l’aider à se remettre de sa crise.

SAM : Hé hé hé hé, Dean ! Hé Dean ! Dean ! Dean.

Dean reprend son souffle et se remet de ses émotions.

 

***************

 

Le lendemain, on voit Sam qui attend quelqu’un, près de l’usine, puis on voit Bobby arriver.

BOBBY : Salut Sam.

SAM : Salut Bobby. Merci d’être venu aussi vite.

BOBBY : Où est Dean ?

Sam s’assoit sur le capot de la voiture.

SAM : Il se planque.

En parallèle, on voit Dean qui regarde la télévision, en se grattant le bras. Mais il voit une scène dans un dessin-animé où un cheval en bois se fait attraper par le cou et se fait kidnapper, ce qui l’effraie.

DEAN : Oh, c’est de pire en pire.

Retour à la scène avec Bobby et Sam.

BOBBY : Est-ce qu’il a déjà commencé à avoir des hallucinations ?

SAM : Oui, il y a plusieurs heures déjà.

BOBBY : Combien il reste de temps ?

SAM : Et bien, on était à la morgue lundi matin vers huit heures alors …, il lui reste à peu près deux heures. [Après un silence] T’as pu trouver quelque chose ?

BOBBY : Cette encyclopédie des esprits qui date de la grande période Edo.

SAM : Tu comprends le japonais ?

Bobby dit alors une phrase en japonais.

SAM : Mm, t’es étonnant, ouais bravo.

BOBBY : Dans la liste des esprits figurant dans ce livre, il y a peut-être celui qui nous intéresse. Ses victimes meurent d’une grande frayeur. C’est le bourou-bourou.

SAM : Ça dit comment le tuer ?

BOBBY : Comme toujours en brûlant les restes.

SAM : Magnifique. Et il y a un plan B ?

BOBBY : Et bien, le bourou-bourou est le fruit de la peur. Ouais, c’est elle qui la crée. Et d’après les écrits, on peut le tuer par la peur.

SAM : Alors une grande frayeur suffirait à le tuer ?

BOBBY : Ben il paraît.

SAM [Après un silence] : Mais comment on va pouvoir faire ?

 

***************

 

On voit Dean au motel devant la télé. Son téléphone sonne, il décroche.

DEAN : Ouais.

SAM : J’ai une excellente nouvelle pour toi. Tu vas t’en sortir, on a un autre plan.

Il éteint la télé.

DEAN : C’est quoi ?

SAM : Un très bon plan, restes bien où tu es.

Sam raccroche et s’approche de Bobby, qui est armé.

BOBBY : Tu sais qu’il est très mauvais ton plan ?

SAM : Ouais, ben, j’ai pas mieux que ça.

Bobby charge son arme.

BOBBY : Oui, je sais que c’est moi qui t’ai dit qu’il fallait lui faire peur, mais alors là …

SAM : Dis-donc, si t’as une meilleure idée, tu peux me la donner.

Bobby fait un signe de tête et ferme le coffre. Sam entre dans l’usine, marche lentement et prudemment. La caméra se place derrière une vitre, et on voit une main se poser dessus : c’est Luther.

 

***************

 

En parallèle, on voit Dean au motel qui se gratte la tête lorsqu’il entend des chiens de l’enfer. Il se met à paniquer, les chiens sont au pas de sa porte et aboient avec férocité, et essayant de l’ouvrir. Dean se cache intuitivement derrière son siège. Soudain, la porte s’ouvre, et contre toute attente, c’est le shérif Al Britton qui entre, il semble exténué. Dean se relève.

DEAN : Shérif ? Qu’est-ce que vous voulez ?

Il aperçoit alors qu’il tient une arme dans sa main. La vue de Dean est alors troublée.

AL : Pourquoi vous intéressez-vous à Luther Garland ?

DEAN [Paniqué] : Hé, [il aperçoit des tâches de sang sur les coudes au shérif] vous avez pas l’air bien. Vous êtes malade, vous êtes malade, ça se voit, oui, oui, vous êtes comme moi, restez tranquille.

Al donne alors un violent coup de poing à Dean.

AL : Franck O’Brien était mon ami, et il a commit une erreur, et je ne l’ai pas arrêté pour ça.

Dean essaie de reprendre conscience.

AL : Et vous allez m’arrêter parce que j’ai fait ça ? Pas question !

Il relève son arme vers Dean qui frappe dedans, et l’envoie valser à travers la pièce. Al s’approche alors de Dean et le plaque contre le mur en essayant de l’étrangler, Dean le repousse, mais Al lui assène plusieurs coups de poing. Dean lui rend la pareille, mais ses hallucinations persistent : Al lui apparaît comme un démon, avec des yeux noirs, ce qui lui donne la force de le propulser en arrière ; Al est au sol. Dean s’approche de lui, mais Al semble s’étouffer. On entend à nouveau la voix.

LA VOIX : Ils savent ce que tu as fait.

AL : Ne vous approchez pas de moi !

DEAN : Arrêtez-vous et calmez-vous.

AL : Non, partez !

Al continue à s’étouffer et Dean est impuissant.

LA VOIX : Ils savent.

Après un dernier soupir, Al meurt. Dean est sans voix, choqué.

 

***************

 

Retour à la scène avec Sam, celui-ci ouvre une porte dans l’usine, on entend Bobby dans son talkie-walkie.

BOBBY : Alors, raconte.

SAM : Il y a quelque chose qui cloche Bobby : la dernière fois, il s’est montré tout de suite. C’est un peu comme si … [après un silence], comme s’il avait la trouille.

Sam pose alors son arme au sol.

BOBBY : Et maintenant ?

SAM : Je vais être un peu plus direct, et le mettre en colère.

Sam trouve alors un portrait de Jessie, et commence à le déchirer.

SAM : Hé Luther !

De la fumée sort de l’usine à l’extérieur. Sam continue à déchirer des portraits.

SAM : Amène-toi Luther ! Mais qu’est-ce que t’attends ?

L’usine se met en marche.

SAM [En continuant à déchirer des papiers] : Allez, montre-toi Luther !

Alors qu’il commence à déchirer un ultime portrait, Luther apparaît derrière Sam. Celui-ci se retourne lentement et aperçoit un homme plus grand que lui qui le prend par la veste, et s’apprête à le lancer.

Retour au motel où Dean est sur le lit, toujours en train de se gratter. Ses bras sont en sang, il panique, et entend dans sa tête la voix de Sam.

VOIX DE SAM : Tu vas retourner en enfer. C’est pas trop tôt.

Sa vision est toujours trouble, et il entend à nouveau des chiens de l’enfer. Il trouve alors au sol une bible, et la prend entre ses mains et ferme les yeux pour prier. Lorsqu’une voix de petite fille retentit.

LA VOIX : Bonjour Dean.

Dean la reconnaît immédiatement, ses yeux s’ouvrent. A côté de lui, sur le lit, se tient Lilith. Dean la voit et tourne la tête.

DEAN : Oh non. NON.

LILITH : Oui. C’est moi, Lilith.

Elle s’accroche à l’épaule de Dean.

LILITH : Oh, tu m’as tellement manqué. Reviens avec moi maintenant.

Dean se relève et se détache d’elle.

DEAN : Non ! Tu n’es pas réelle !

LILITH : Tu n’es pas content ? On avait pourtant bien rigolé tous les deux Dean.

Elle se relève, et on entend alors la musique « stressante » qui caractérise Lilith.

LILITH : Tu n’as pas oublié ?

Dean est immobile.

LILITH : Quatre mois en enfer, c’est quarante ans ailleurs, comme pour l’âge des chiens.

On voit Lilith de la place de Dean, avec sa vision trouble.

LILITH : Tu vas te souvenir de la moindre seconde.

Dean se baisse alors, il pose sa main sur son cœur, et semble avoir eu une vive douleur, il est maintenant à genoux.

DEAN : Tu n’es pas réelle.

Lilith prend la tête de Dean, et le regarde avec ses yeux blancs droit dans les yeux.

LILITH : Aucune importance, tu vas quand même mourir.

On voit Lilith de la place de Dean.

LILITH : Tu vas retourner brûler …

DEAN : Pourquoi moi ? Pourquoi j’ai été infecté ?

LILITH [Pose ses mains sur ses hanches] : Question idiote. Tu le sais bien Dean. Tu entends ton cœur ?

DEAN : Quoi ?

LILITH : Baboum.

Dean ressent alors une douleur, il se baisse à nouveau.

LILITH : Baboum, baboum. Baboum, baboum.

Dean est au sol, la main contre son cœur, il semble être en plein infarctus.

LILITH : Baboum, baboum.

Retour à la scène avec Sam. Celui-ci est au sol, et Luther court vers lui. Il essaie de ramper vers son fusil, mais Luther l’attrape par les pieds et le tire en arrière avant de lui asséner un coup de pied. Sam essaie de repartir, mais Luther le ramène en arrière et le retourne, avant de le frapper contre le sol.

Retour à la scène avec Dean.

LILITH : Baboum, baboum, baboum, baboum, baboum !

Dean est toujours au sol, sa main contre son cœur, sur le point de mourir.

Retour à la scène avec Sam. Celui-ci attrape une corde au sol et l’enroule au cou de Luther qui semble effrayé.

SAM : Bobby, démarre, vite, maintenant !

On voit alors à l’extérieur Bobby au volant de l’Impala, la chaîne est accrochée à l’arrière, Luther est alors emporté par celle-ci.

On entend en parallèle Lilith qui continue à crier « Baboum », et Dean, au bord de la crise cardiaque.

Luther est traîné le long de la route, il essaie de se détacher mais n’y arrive pas. Alors que Lilith continue à crier « Baboum », elle s’arrête soudain, Dean a des yeux exorbités. On voit que Luther, ou plutôt le bourou-bourou est en train de disparaître en fumée. Bobby s’arrête alors ; l’usine s’arrête aussi. Dean au motel semble mort, mais il retrouve de justesse sa respiration ; les marques de sang sur ses bras ont disparu. Il reste au sol, exténué.

 

***************

 

Plus tard, on voit Dean en train de prendre des bières dans sa voiture, il est avec Bobby et Sam.

DEAN : Alors vous avez trainé le fantôme sur la route ?

Bobby refuse sa bière.

DEAN : Avec une chaîne ?

SAM : Une chaîne de fer, avec quelques paroles gravées dessus.

Bobby sourit.

DEAN : Mm, c’est nouveau.

SAM : C’est ce qui lui faisait le plus peur. Il faut reconnaître que c’est brutal.

DEAN : Ouais, mais le résultat c’est que je suis toujours vivant. Bien joué.

SAM : Ouais. Tu te sens comment au fait ?

DEAN : Ca va.

BOBBY : T’en es certain ?

Dean ne comprend pas.

BOBBY : Tu risques de connaître d’autres moments plutôt effrayants.

DEAN : Ca va. Et si tu veux chasser, je suis d’accord, je les tuerai tous.

SAM : Oh …

BOBBY : Toujours aussi câlin.

Sam et Bobby rient.

DEAN : La ferme.

BOBBY : Allez, je vous laisse. [S’en va vers sa voiture] Soyez prudents tous les deux.

SAM : Toi aussi Bobby.

Il leur fait un signe d’adieu.

SAM : Et merci.

Bobby s’en va alors.

SAM : Dis-moi, qu’est-ce que tu as vu, juste avant la fin ?

DEAN : Un policier fou furieux qui m’a tabassé.

 SAM : Non, sérieusement.

Dean relève la tête et on semble apercevoir un reflet jaune dans les yeux de Sam.

DEAN [Après un silence de doute et de peur] : Des éléphants roses. Il y en avait une pièce entièrement remplie, et je t’assure qu’ils me faisaient très peur.

SAM : Oui …

DEAN : Ouais, j’ai rien vu de très anormal, ni de très inquiétant.

 

FIN DE L’EPISODE

 

 

Ecrit par rafijolis.

EXT. ROAD – NIGHT

Dean is seen running on the road, hearing growling and barking noises behind him. He turns around a corner, runs into a shopping cart and falls to the ground. He sees a homeless man rummaging through a garbage bin.

DEAN

Run! It'll kill you! (pointing)

Camera pans away from Dean to the homeless man, then to a pink-ribboned Yorkie. Dean starts running while shouting at the same time.

END TEASER

ACT ONE

43 HOURS EARLIER

INT. MORGUE – DAY

Coroner opens a body bag.

CORONER

Agent Tyler, Agent Perry, meet Frank O'Brien.

SAM

He died of a heart attack, right?

CORONER

Three days ago.

SAM

But O'Brien was 44 years old and, according to this ­ a marathon runner.

CORONER

Everybody drops dead sooner or later. It's why I got job security.

DEAN

Yeah, but Frank kicked it here. Now, just yesterday, two perfectly healthy men bit it in Maumee. All heart attacks, you don't think that's strange?

CORONER

Sounds like Maumee's problem to me. Why's the FBI give a damn, anyway?

DEAN

We just want to see the results of Frank's autopsy.

CORONER

What autopsy?

DEAN

The one you're gonna do.

Coroner cuts open the dead body.

CORONER

First dead body?

DEAN

Far from it.

CORONER

Oh, good. Because these suckers can get pretty ripe. Hey, hand me those

rib cutters, would you?

Sam takes a fortifying breath while Dean picks up the cutters and hands it to the Coroner. Coroner cuts the ribs open while Sam keeps himself from squirming.

DEAN

Is that from a wedding ring? I didn't think Frank was married.

CORONER

Ain't my department.

SAM

Any idea how he got these? (picks up Frank’s arm which is full of scratches)

CORONER

You know what? When you drop dead, you actually tend to drop. Body probably got scraped up when it hit the ground. Huh!

SAM

What?

CORONER

I-I can't find any blockages in any of the major arteries.

Coroner breaks off the heart while Dean tries not to vomit.

CORONER

Heart looks pretty damn healthy. (Hands heart to Dean) Hold that a second, would you? (Sam smirks on the side)

Coroner cuts something else in the body.

CORONER

(Hits Sam’s face with blood) Oh, sorry. Spleen juice. (Dean smirks)

INT. SHERIFF’S STATION – DAY

Sam & Dean sitting down in front of Deputy’s desk, waiting. Deputy smiles at Dean. Sheriff opens his office door.

SHERIFF

Hell's bells, Linus, have you seen my.... Who are they? (Sam & Dean stands)

DEPUTY LINUS

Federal agents. I, uh....

SHERIFF

And you kept them waiting?

DEPUTY LINUS

You, you said not to disturb.

SHERIFF

Come on back, fellas.

Sam & Dean walk over to Sheriff’s office but Sheriff stops them.

SHERIFF

Shoes off.

Sam & Dean take their shoes off and walk into Sheriff’s office.

SHERIFF BRITTON

Al Britton. Good to meet you. (shakes Dean & Sam’s hands)

SAM

You too.

Sheriff gestures for Sam & Dean to sit down.

SAM

Thank you.

Sheriff takes out alcohol gel and start slathering his hands. Dean looks at Sam with a weird look on his face.

SHERIFF BRITTON

Okay. So, what can I do for uncle Sam?

SAM

Well, we're looking into the death of Frank O'Brien. We understand some of

your men found his body.

SHERIFF BRITTON

They did. Me and Frank, we were friends. Hell, we were gamecocks.

Dean snickers. Sheriff gives him a stern look. Dean looks abashed.

SHERIFF BRITTON

That's our softball team's name. (Dean nods) They're majestic animals. I knew Frank since high school. To be honest, I just this morning got up the strength to go see him. Frank was...He was a good man.

DEAN

Yeah. Big heart.

SAM

Before he died, did you notice frank acting strange? Maybe scared of something?

SHERIFF BRITTON

Oh hell, yeah. Real jumpy.

SAM

You know what scared him?

SHERIFF BRITTON

No. Wouldn't answer his phone. Finally, I sent some of my boys over to check on him, and well, you know the rest.

Sheriff starts and pours alcohol gel on his hands again. Dean looks at Sam with a what “WTF?” look on his face.

SHERIFF BRITTON

(Slathering gel on his hands) So, why the Feds give a crap? You don't really think there's a case here?

DEAN

(Looks at Sam) No, no. It's probably nothing. Just a heart attack.

EXT. SAM & DEAN WALKING - DAY

DEAN

No way that was a heart attack.

SAM

Definitely no way. Three victims, all with those same red scratches. All went from jittery to terrified to dead within 48 hours.

DEAN

Something scared them to death?

SAM

All right, so what can do that?

DEAN

What can't? Ghosts, vampires, chupacabra? It could be a hundred things.

SAM

Yeah. So, we make a list and start crossing things off.

DEAN

Alright, who's the last person to see Frank O'Brien alive?

SAM

Uh, his neighbour, Mark Hutchins.

DEAN

(Seeing something ahead) Hang on, hang on.

SAM

What?

DEAN

(Facing Sam) I don't like the looks of those teenagers down there. (Sam looks around, sees teenagers talking near the Impala)

DEAN

Let's walk this way. (Crosses street while Sam stands with a perplexed look on his face)

INT. NEIGHBOUR’S HOUSE - DAY

MARK HUTCHINS

Tyler and Perry. Just like Aerosmith.

Dean is looking around the room.

SAM

Yeah, small world. So, the last time you saw Frank O'Brien? (Dean sees a big lizard and suddenly faces forward, swallowing)

MARK HUTCHINS

Monday, he was watching me from his window. I waved at him, but he just closed the curtains.

SAM

Hmm. did you speak to him recently? Did he seem different? Uh, scared?

MARK HUTCHINS

Oh, totally. He was freaking out.

Sam looks at Dean. Dean looks freaked out too.

DEAN

Do you know, uh..do you know what scared him?

MARK HUTCHINS

Well, yeah, witches.

SAM

Witches? (Sam & Dean look at each other) Like...?

MARK HUTCHINS

Well, "Wizard of Oz" was on tv the other night, right? And he said that green bitch was totally out to get him.

SAM

Anything else scare him?

MARK HUTCHINS

Everything else scared him. Al-Qaeda, ferrets, artificial sweetener. Those pez dispensers with their dead little eyes. Lots of stuff. (Dean looks around again at the animals inside the aquariums)

SAM

So, tell me. What was Frank like?

MARK HUTCHINS

I mean, he's dead, you know? I-I don't want to hammer him but, he got better.

SAM

He got better?

MARK HUTCHINS

Well, in high school he was, he was a dick.

SAM

A dick?

MARK HUTCHINS

Like a bully. I mean, he probably taped half the town's butt cheeks together,

Dean snickers.

MARK HUTCHINS

Mine included.

DEAN

So he pissed a lot of people off. You think anyone would have wanted to get revenge?

MARK HUTCHINS

Well, I don't...Frank had a heart attack, right?

SAM

Just answer the question, sir.

MARK HUTCHINS

No, I don't think so. Like I said, he got better. And after what happened to his wife.

DEAN

His wife? So he was married.

MARK HUTCHINS

She died about 20 years ago. Frank was really broken up about it.

Dean starts staring at the snake around Mark’s neck. Mark notices.

MARK HUTCHINS

Don't be scared of Donny. He's a sweetheart. It's Marie you got to look out for. (Nods to couch) She smells fear.

Albino snake creeps up from behind the couch. Dean sees it and gasps. Stays very still while it crawls down his lap.

EXT. IMPALA – NIGHT

Dean is sitting in the car reading while scratching on his left arm. Sam opens passenger door and climbs in.

SAM

Hey. Any luck at the county clerk's office?

DEAN

I'm not sure I'd call it luck. Frank's wife, Jessie, was a manic-depressive. She went off her meds back in '88 and vanished. They found her two weeks later, three towns over. Strung up in her motel room, suicide.

SAM

Any chance Frank helped her along to the other side?

DEAN

No, Frank was working the swing shift when she disappeared. Airtight alibi. (Turns on car)

Driving in the middle of town.

DEAN

How was Frank's pad?

SAM

Clean. Searched it top to bottom. No EMF, no hex bags, no sulphur.

DEAN

So probably no ghosts, no witches, no demons.

SAM

Pfh...

DEAN

3 down and 97 to go.

SAM

Yeah. (Sees speed Dean is driving in) Dude, you're going 20.

DEAN

And?

SAM

That's the speed limit.

DEAN

What? Safety's a crime now?

Drives through intersection, past their hotel.

SAM

Dude, where are you going? That was our hotel.

DEAN

Sam, I'm not gonna make a left-hand turn into oncoming traffic. I'm not suicidal.

Sam gives Dean a confused look.

DEAN

Did I just say that? That was kind of weird.

EMF goes off in the background.

SAM

Do you hear something? (Takes out EMF meter, moves it from and to Dean where it makes a sound)

DEAN

Am I haunted? Am I haunted?!

END ACT ONE

ACT TWO

EXT. IN FRONT OF HOTEL – DAY

Sam is on the phone talking to Bobby. Hears music from the Impala and walks towards it. See Dean lying on the front seat doing air drums to Eye of the Tiger. Bangs on the roof of the car and scares Dean.

DEAN

Dude. Look at this. (Shows scratches on arm)

SAM

I just talked to Bobby.

DEAN

And? (Smells box of donuts and throws into car)

SAM

(Looking perplexed at Dean ignoring the donuts) Um, well, you're not gonna like it.

DEAN

What?

SAM

It's ghost sickness.

DEAN

Ghost sickness?

SAM

Yeah.

DEAN

God, no.

SAM

Yeah.

DEAN

I don't even know what that is.

SAM

Okay. Some cultures believe that certain spirits can infect the living with a disease, which is why they stopped displaying bodies in houses and started taking them off to funeral homes.

DEAN

Okay, get to the good stuff.

SAM

Symptoms are you get anxious...

DEAN

Yeah.

SAM

Then scared, then really scared, then your heart gives out. Sound familiar?

DEAN

Yeah, but Sam, we haven't seen a ghost in weeks.

SAM

Well, I doubt you caught it from a ghost. Look, once a spirit infects that first person, Ghost sickness can spread like any sickness through a cough, a handshake, whatever. It's like the flu. Now, Frank O'Brien was the first to die, which means he was probably the first infected. Patient zero.

DEAN

Our very own outbreak monkey.

SAM

Right. Get this, Frank was in Maumee over the weekend. Softball tournament. Which is where he must have infected the other two victims.

DEAN

Were they gamecocks?

SAM

Cornjerkers.

DEAN

So, ghosts infected Frank. He passed it on to the other guys and I got it from his corpse?

SAM

Right.

DEAN

So now what, I have 48 hours before I go insane and my heart stops?

SAM

More like 24.

DEAN

Super.

SAM

Yeah.

DEAN

Well, why me? Why not you? I mean, you got hit with the spleen juice.

SAM

Yeah, um, you see Bobby and I have a theory about that too. Turns out all three victims shared a certain, uh, personality type. Frank was a bully. The other two victims, one was a vice principal, the other was a bouncer.

DEAN

Okay.

SAM

Basically, they were all dicks.

DEAN

So you're saying I'm a dick?

SAM

No, no, no. It's not just that. All three victims used fear as a weapon, and now this disease is just returning the favor.

DEAN

I don't scare people.

SAM

Dean, all we do is scare people.

DEAN

Okay, well then, you're a dick too.

SAM

Apparently, I'm not.

DEAN

Whatever. How do we stop it?

SAM

We gank the ghost that started all this. We do that, the disease should clear up.

DEAN

You thinking Frank's wife?

SAM

Who knows why she killed herself, you know? Hey, what are you doing waiting out here, anyway?

DEAN

(Looks up at the hotel) Our room's on the fourth floor.

Sam looks and shakes head.

DEAN

It's...it’s high.

SAM

I'll see if I can move us down to the first.

DEAN

Thanks.

SAM

Sure.

Dean climbs into the Impala and looks at donuts.

INT. HOTEL ROOM – DAY

Dean sits at table with book in front of him. Stares at wall clock ticking loudly in the background. Goes back to reading and starts coughing when he sees disturbing images. Sees words that seem to be talking to him and starts to panic. Irritatingly looks back at the clock.

Scene fades to black with sound of something breaking in the background.

Sam comes into room, sees broken clock on floor. Dean is on the sofa drinking beer.

SAM

Everything all right?

DEAN

Oh,yeah. Just peachy. Find anything?

SAM

Yeah, Jessie O'Brien's body was cremated, so I'm pretty sure she is not our ghost. Hey, quit picking at that. How you feeling?

DEAN

Awesome. It's nice to have my head on the chopping block again. I almost forgot what that feels like.

SAM

Yeah.

DEAN

It's freaking delightful.

SAM

We'll keep looking.

Dean starts to cough.

SAM

You okay? Hey!

Dean starts to choke.

SAM

Dean.

Dean is gagging over the sink where he spits out a wood chip.

SAM

We've been completely ignoring the biggest clue we have, you.

DEAN

I don't want to be a clue.

SAM

The abrasions, this, the disease, it's trying to tell us something.

DEAN

Tell us what, wood chips?

SAM

Exactly.

EXT. OUTSIDE THE LUMBER MILL – DAY

Dean looks at the mill apprehensively.

DEAN

I'm not going in there.

SAM

I need backup, and you're all I've got. You're going in, Dean.

DEAN

(Takes a drink of whiskey) Let's do this. It is a little spooky, isn't it?

Sam hands Dean a gun.

DEAN

Oh, I'm not carrying that. It could go off. I'll man the flashlight.

SAM

You do that.

INT. INSIDE THE LUMBER MILL - DAY

EMF goes off in the background.

DEAN

EMF's not gonna work with me around, is it?

SAM

You don't say. Come on.

SAM

Wait...(startles Dean). "To Frank. Love, Jessie." Frank O'Brien's ring.

DEAN

What the hell was Frank doing here?

SAM

No idea.

Walks into a room full of lockers where they hear rustling. Sam opens a locker and Dean screams after being startled by a cat.

DEAN

That was scary! (Sam walks away) Wait.

SAM

(Looking at an ID card) Luther Garland.

DEAN

(Sees drawing on table) Hey, this is uh...this is Frank's wife.

SAM

Plot thickens.

DEAN

Yeah, but into what?

Dean tears off the drawing and machines turn on. Looking around he sees something in the corner. Sam looks at Dean and sees him looking behind him, he turns around and sees the same thing.

SAM

Hey! (Turns around and sees Dean running out the mill)

Sam shoots the apparition and goes after Dean who is hiding behind the Impala taking another drink.

SAM

Guess we got the right place.

END ACT TWO

ACT THREE

INT. SHERIFF’S STATION – DAY

DEPUTY LINUS

(Hands folder to Sam) This is the Garland file. (Sees Dean swaying) Is he...drunk?

SAM

No. Deputy, according to this, Luther Garland's cause of death was physical trauma. What does that mean?

DEPUTY LINUS

The guy died 20 years ago, before my time. Sorry.

SAM

Then can we talk to the sheriff?

DEPUTY LINUS

Um, he's out sick today.

SAM

Well, if you see him, will you have him call us? We're staying at the Bluebird. Mind if I take this?

DEAN

Know what? You're awesome.

DEPUTY LINUS

Thanks. Um, y-you too, I guess.

SHERIFF BRITTON (Over the intercom)

Who was that?

DEPUTY LINUS

It’s uh, those FBI guys.

SHERIFF BRITTON

What did they want?

DEPUTY LINUS

A file, Luther Garland's. Sheriff?

Inside Sheriff Britton’s office.

(VOICE OVER)

SHERIFF BRITTON

They know. They know. They know what you did, and they're gonna make you pay.

INT. PEACEFUL PINES ASSISTED LIVING – NIGHT

Sam & Dean are walking inside. Dean is startled by a resident that they bump into in the hallway.

DEAN

This isn't gonna work. Come on, these badges are fake. What if we get busted?

We could go to jail.

SAM

Dean, shh! Calm down. Deep breath, okay? (Dean takes a deep breath.) There. You feel better? (Dean shakes his head no.) Just come on. Don't scratch.

SAM

Mr. Garland. Hi uh, I'm Agent Tyler. This is Agent Perry, FBI. We'd like to ask you a few questions about your brother Luther.

MR. GARLAND

Let me see some I.D.

SAM

Certainly.

DEAN

Those are real, obviously. I mean, who would pretend to be an FBI agent, huh? That's just nutty.

MR. GARLAND

What do you want to know?

SAM

Uh, well...according to this, your brother Luther died of physical trauma. (Mr. Garland scoffs)

SAM

You don't agree.

MR. GARLAND

No, I don't.

SAM

Well, then, what would you call it?

MR. GARLAND

Don't matter what an old man thinks.

SAM

Mr. Garland. We're just trying to get the truth on your brother. Please.

MR. GARLAND

Everybody was scared of Luther. They called him a monster. (FLASHBACK) He was too big, too mean-looking. Just too different. Didn't matter he was the kindest man I ever knew. Didn't matter he'd never hurt no one. (END FLASHBACK) A lot of people failed Luther. I was one of them. I was a widower with three young 'uns. And I told myself there was nothing I could do.

SAM

Mr. Garland, um...do you recognize this woman?

MR. GARLAND

It's Jessie O'Brien. Her man, Frank, killed Luther.

SAM

How do you know that?

MR. GARLAND

Everybody knows. They just don't talk about it. (FLASHBACK) Jessie was a

receptionist at the mill. She was always real nice to Luther, and he had a crush on her. (END FLASHBACK) But Frank didn't like it. And when Jessie went missing, Frank was sure that Luther had done something to her. Turns out the old gal killed herself, but Frank didn't know that. (FLASHBACK OF LUTHER BEING DRAGGED) They found Luther with a chain wrapped around his neck. He was dragged up and down the stretch outside that plant till he was past dead.

DEAN

And O'Brien was never arrested?

MR. GARLAND

I screamed to every cop in town. They didn't want to look into Frank. He was a pillar of the community. My brother was just the town freak.

SAM

You must have hated Frank O'Brien.

MR. GARLAND

I did for a long time, but life's too short for hate, son. And frank wasn't thinking straight. His wife had vanished, he was terrified. A damn shame he had to put Luther through the same, but...that's fear. It spreads and spreads.

EXT. PEACEFUL PINES - NIGHT

DEAN

Now we know what these are, road rash. And I'm guessing Luther

swallowed some wood chips when he was being dragged down that road.

SAM

Makes sense. You're experiencing his death in slow motion.

DEAN

Yeah well, not slow enough, huh? Say we burn some bones and get me healthy.

SAM

Dean, it won't be that easy.

DEAN

No, no, it'll be that easy. Why wouldn't it be that easy?

SAM

Luther was road-hauled. His body was ripped to pieces. He was probably scattered all over that road. There's no way we're gonna find all the remains.

DEAN

You're kidding me.

SAM

Look, we'll just have to figure something else out.

DEAN

You know what? Screw this.

SAM

Whoa, whoa, whoa. Dean.

DEAN

Come on. No, I mean, come on, Sam. What are we doing?!

SAM

We're hunting a ghost.

DEAN

A ghost, exactly! Who does that?

SAM

Us.

DEAN

Us? Right. And that Sam, that is exactly why our lives suck. I mean, come on, we hunt monsters! What the hell?! I mean, normal people, they see a monster, and they run. But not us, no, no, no, we -- we search out things that want to kill us. Yeah? Huh? Or eat us! You know who does that? Crazy people! We...are insane! You know, and then there's the bad diner food and then the skeevy motel rooms and then the truck-stop waitress with the bizarre rash. I mean, who wants this life, Sam? Huh? Seriously? Do you actually like being stuck in a car with me eight hours a day, every single day? I don't think so! I mean, I drive too fast. And I listen to the same five albums over and over and over again, a-and I sing along. I'm annoying, I know that. And you --you're gassy! You eat half a burrito, and you get toxic! I mean, you know what? (tosses Sam the keys) You can forget it.

SAM

Whoa, Dean. where are you going?

DEAN

Stay away from me Sam, okay? Cause I am done with it. I'm done with the monsters and -- and -- and the hellhounds and the ghost sickness and the damn apocalypse. I'm out. I'm done. Quit.

Deans is walking when he hears growling behind him.

INT. HOTEL ROOM - NIGHT

SAM

I looked everywhere for you, Dean. How the hell did you get here?

DEAN

Ran. What do we do now? I got less than four hours on the clock. I'm gonna die, Sammy.

SAM

Yeah, you are. (Dean looks puzzled) You're going back.

DEAN

Back?

SAM

Downstairs Dean, hell. It's about damn time, too. Truth is, (Sam turns to Dean with yellow-eyes) You've been a real pain in my ass. (Throws Dean against wall with a hand gesture)

DEAN

No! You get out of my brother, you evil son of a bitch!

YELLOW-EYED SAM

No one's possessing me, Dean. This is what I'm going to become. This is what I want to become. There's nothing you can do about it. (Starts to choke Dean)

SAM

Hey, hey, hey, Dean. Hey, Dean. Dean. Dean.

END ACT THREE

ACT FOUR

EXT. OUTSIDE LUMBER MILL – DAY

Sam is sitting on the Impala as a car drives up.

BOBBY

Howdy, Sam.

SAM

Hey, Bobby. Thanks for coming so quick.

BOBBY

Where's Dean?

SAM

Uh, home sick.

Scene shifts to Dean sitting inside the hotel watching TV.

DEAN

(Sees Pokey being lassoed and dragged) Oh, this isn't helping.

Back to the lumber mill.

BOBBY

So, have his hallucinations started yet?

SAM

Yeah, a few hours ago.

BOBBY

How we doing on time?

SAM

We saw the coroner about 8:00 a.m. Monday morning, so, uh...just under two hours. What about you? You find anything?

BOBBY

This uh, encyclopaedia of spirits dates to the Edo period. (Gives Sam a book with Japanese text)

SAM

You can read Japanese?

BOBBY

(Answers in Japanese)

SAM

Guess so, show-off.

BOBBY

Anyway, this book lists a kind of ghost that could be our guy. It uh, infects people with fear. It's called a Buru Buru.

SAM

It say how to kill it?

BOBBY

Same as usual. Burn the remains.

SAM

Wonderful. Uh...is there a Plan "B"?

BOBBY

Well, the Buru Buru is born of fear. Hell, it is fear. And the lore says we

can kill it with fear.

SAM

So we have to scare a ghost to death?

BOBBY

Pretty much.

SAM

How the hell we gonna do that?

Back at the hotel room, Dean’s cellphone rings.

DEAN

Hey.

SAM

Hey! So, uh, just ride out the trip, okay? You're -- you're gonna be fine. We got a plan.

DEAN

What is it?

SAM (Voice on phone)

Uh, just a good plan, all right? Hang in there.

Back at the mill.

BOBBY

This is a terrible plan.

SAM

Yeah, tell me about it.

BOBBY

I know I said, "scare the ghost to death" but this?

SAM

Hey, you got a better idea, I'm listening.

Sam enters the mill when a hand comes up behind a glass window that shows Luther’s reflection.

Meanwhile, back at the hotel, Dean starts to hear barking. The door rattles then breaks off its hinges.

DEAN

Sheriff? (Sees gun in Sheriff’s hand) What are you doing?

SHERIFF BRITTON

Why are you looking into Luther Garland's death?

DEAN

(Sees blood on Sheriff’s right arm) Hey, hey, you're -- you're sick. You're sick. You're sick, all right? Just -- just like me, okay? You got to relax.

SHERIFF BRITTON

(Hits Dean) Frank O'Brien was my friend. So he made a mistake. So I didn't bust him. So what? And you're gonna bring me down over that?! No, sir. (Points gun at Dean but Dean swats it away)

Fight ensues.

SHERIFF BRITTON (VOICE OVER)

They know what you did.

SHERIFF BRITTON

(Starts to hyperventilate) Get away from me!

DEAN

Al, you got to calm down!

SHERIFF BRITTON

Step back! (Is having a heart attack)

SHERIFF BRITTON (VOICE OVER)

They know...

At the lumber mill.

BOBBY (OVER THE WALKIE TALKIE)

Any luck?

SAM

I don't know what's wrong, Bobby. Last time he came right at us. It's almost like he's, uh...like he's scared. (Puts down shotgun)

BOBBY

So now what?

SAM

I guess I got to make him angry. Hey, Luther! (Start to tear up drawings. Machines turn on) Come on, Luther! Where the hell are you? What are you waiting for? (Turns around and sees Luther)

INT. HOTEL

Dean is sitting on the bed scratching his arms. Hears again what Sam said during his hallucination earlier.

SAM (VOICE OVER)

You're going back. It’s about damn time too. Hahahaha.

Hears barking. Looks down on his watch and sees something on the floor. Picks it up and sees it’s the Bible.

LITTLE GIRL

Hi, Dean.

DEAN

Huh, no! No!

LITTLE GIRL

Yes! It's me, Lilith. (Embraces Dean) Oh, I missed you so much. It's time to go back now.

DEAN

(Moves away from Lilith) You – you are not real!

LILITH

What's the matter, Dean? Don't you remember all the fun you had down there? You do remember. 4 months is like 40 years in hell. Like doggy years. And you remember every second.

DEAN

(Clutches his chest) You are not real.

LILITH

It doesn't matter. You're still gonna die. You're still gonna burn.

DEAN

Why me? Why'd I get infected?

LILITH

Silly goose. You know why, Dean. Listen to your heart.

DEAN

Whu...?

LILITH

Baboom, baboom, baboom, baboom.

Back at the mill, Sam is fighting Luther’s spirit. Scene shifts to hotel room with Lilith taunting Dean. Back again to the mill where Sam manages to wrap the chain around Luther’s neck.

SAM

Bobby, punch it!

Bobby floors the Impala and pulls Luther’s spirit across the road until he disappears. At the same time Dean recovers in the hotel room.

END ACT FOUR

EPILOGUE

EXT. MIDDLE OF NOWHERE - DAY

DEAN

So you guys road-hauled a ghost with a chain?

SAM

Iron chain etched with spell work.

DEAN

Hmm, that's a new one.

SAM

It was what he was most afraid of. It was pretty brutal, though.

DEAN

On the upside, I'm still alive, so uh, go team!

SAM

Yeah. How you feeling, by the way?

DEAN

Fine.

BOBBY

You sure, Dean? 'Cause this line of work can get awful scary.

DEAN

I'm fine. You want to go hunting? I'll hunt. I'll kill anything.

BOBBY

Awwww, he's adorable. I got to get out of here. You boys drive safe.

SAM

You too, Bobby. Hey, thanks.

Bobby drives off.

SAM

So uh...so, what did you see? Near the end, I mean.

DEAN

Oh, besides a cop beating my ass?

SAM

Seriously.

Dean looks at Sam and sees a yellow flash in his eyes.

DEAN

Howler monkeys. Whole roomful of them. Those things creep the hell out of me.

SAM

Right.

DEAN

No, just the usual stuff, Sammy. Nothing I can’t handle.

 

END EPISODE.

 

Source : SuperWiki.

Kikavu ?

Au total, 116 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
11.06.2018 vers 14h

CassieAuro 
18.05.2018 vers 13h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Jess2000 
19.04.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

schumi  (01.05.2017 à 10:16)

Un des épisodes les plus drôles de Supernatural!!! A ne rater sous aucun prétexte, fou rire garanti!

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le nouveau quartier d'Hypnoweb consacré à la série Manifest !
Nouveau quartier ! | Vidéo d'ouverture

Participe à la rénovation du site Hypnoweb en nous aidant à mettre à jour des quartiers sans équipe
Du 19.11 au 02.12 | Edition d'Automne

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne 6ter

12.06 : Veillée funèbre (inédit)
Mercredi 21 novembre à 00:20

12.07 : Anguille sous Rock (inédit) à 02:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.04 : Mint Condition (inédit)
Jeudi 1 novembre à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.03 : The Scar (inédit)
Jeudi 25 octobre à 20:00
1.39m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.02 : Gods and Monsters (inédit)
Jeudi 18 octobre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.01 : Stranger in a Strange Land (inédit)
Jeudi 11 octobre à 20:00
1.49m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Nouvelle vidéo promo

Nouvelle vidéo promo
de l'épisode 14.06 "Optimism" maintenant dans le guide des épisodes. Et nous comptons sur vous pour...

Nouvelles photos promo

Nouvelles photos promo
de l'épisode 14.05 de ce soir "Nightmare logic", vous pouvez retrouver également la vidéo promo dans...

Supernatural ce soir sur 6Ter

Supernatural ce soir sur 6Ter
dans la Trilogie, mais le mardi, pour rappeler celle du samedi diffusée entre 1997 et 2008. Donc ce...

Happy Birthday Samantha Smith !

Happy Birthday Samantha Smith !
l'actrice est connue pour son rôle de Mary dans la série.  Aujourd'hui, elle fête son 49 ième...

Petite mise en bouche pour Halloween

Petite mise en bouche pour Halloween
Fidèle à mes penchants pour la musique, je vous propose d'entamer Halloween avec cet excellent...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 17:33

oups *il est toujours possible* (pourtant pas l'heure de l'apéro...quoique)

mnoandco, Hier à 17:33

Merci!

Supersympa, Hier à 17:34

Dans 25 min l'apéro.

grims, Hier à 18:40

Aujourd'hui venez poster une photo de votre personnage secondaire préféré sur le quartier Vikings

grims, Hier à 18:44

Et n'oubliez pas de faire un petit passage sur le quartier Sons of Anarchy pour voter à la PDLQ

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site