VOTE | 639 fans

#111 : L'épouvantail




A la suite du coup de téléphone de leur père, Sam et Dean se disputent. Sam décide de partir le retrouver en Californie, alors que Dean obéit à l'ordre que John lui a donné et se rend dans l'Illinois, pour enquêter sur la disparition de plusieurs couples prés d'une ville où les habitants semblent "trop" sympathiques. Quand à Sam, il fait la connaissance d'une charmante jeune femme, Meg.

 

>>Photos promo<<

Popularité


4.5 - 10 votes

Titre VO
Scarecrow

Titre VF
L'épouvantail

Première diffusion
10.01.2006

Première diffusion en France
28.04.2007

Vidéos

Plus de détails

 

Scénariste : John Shiban
Réalisateur : Kim Manners

Casting :

¤ Jensen Ackles (Dean Winchester)
¤ Jared Padalecki (Sam Winchester)
¤ Jeffrey Dean Morgan (John Winchester)
¤ Nicky Aycox (Meg Marsters)
¤ Tania Saulnier (Emily Jorgeson)
¤ Tom Butler (Harely Jorgeson)
¤ P. Lynn Johnson (Stacey Jorgeson)
¤ William B. Davis (Professeur)
¤ Brent Stait (Scotty)
¤ David Orth (Shérif)
¤ Dean Wray (Conducteur #1)
¤ Christian Schrapff (Vince Parker)
¤ Brendan Penny (Steve)
¤ Leah Graham (Pauly)
¤ Angela Moore (Guichetière de gare routière)
¤ Lara Gilchrist (Holly Parker)
¤ Tim O'Halloran (Conducteur #2)
¤ Mike Carpenter (L'épouvantail)

>Fiche cast

Burkitsville, Indiana, il y a un an.
Un jeune couple, Vince et Holly se retrouve perdu et ils sont accueillis par une famille très gentille qui leur indique le chemin pour rentrer chez eux. Au moment de se dire au revoir, la jeune fille, Emily, remarque que Vince a un tatouage sur l’avant-bras. Alors qu’ils sont sur la route du verger qu’on leur a indiqué, leur voiture tombe en panne. Ils sortent donc et aperçoivent une maison de l’autre coté du verger. Il fait noir. Dans le verger il y a un épouvantail, et Holly le voit bouger la tête. Puis ils entendent du bruit et sont attaqués par l’épouvantail qui les tue.  

L’épisode commence là où le précédent s’est terminé. Le téléphone sonne, Sam décroche et c’est son père qui appelle. John leur demande d’arrêter de le chercher. Il lui dit qu’il approche enfin du but, qu’il a bientôt retrouvé le démon qui a tué Mary et Jessica. Puis il leur donne des noms de couples et les envoie faire un nouveau travail dans l’Indiana.  

Sur la route, Dean explique à Sam que les noms des personnes donnés par leur père correspondent à des couples qui ont tous disparu sur la même portion de route, à un an d’intervalle à chaque fois, et toujours la seconde semaine d’Avril. Mais Sam arrête la voiture sur le bas côté. Il ne veut pas suivre aveuglément les ordres de son père, contrairement à Dean, alors qu’il est sur le point de venger la mort de leur mère et de Jess. Sam veut aller en Californie, car c’est de là que leur père les a appelés, mais Dean n’est pas d’accord. Alors Sam prend son sac dans le coffre et part seul à pied sur la route dans la nuit, tandis que Dean remonte dans la voiture est continu sa route. 

Dean arrive à Burkitsville. Il montre des avis de recherches de Holly et Vince à un des habitant, mais celui-ci lui dit qu’il ne les a jamais vu. 

Sam est sur le bord de la route, il fait du stoppe. Une jeune femme est assise par terre. Ils commencent à discuter. Une voiture arrive est emmène la femme mais refuse de prendre Sam. 

Dean interroge la famille qui avait accueillit Holly et Vince. L’homme ne semble pas se souvenir d’eux, mais Emily demande si l’homme qu’il cherche n’avait pas un tatouage par hasard. Il lui dit que si, et l’oncle de l’adolescente indique à Dean quel chemin le couple avait prit. Sur la route dans la voiture, Dean entend son CEM faire du bruit. Il sort de la voiture et se retrouve dans le verger où il y a l’épouvantail. Il s’en approche, et remarque que sur le bras de l’épouvantail, il y a le même tatouage que celui de Vince.
Il retourne à Burkitsville, et il discute avec Emily. Elle lui dit que jamais rien de mal arrive dans le village, comme s’ils étaient bénis. Dean remarque une voiture et Emily lui dit que c’est celle d’un couple qui vient d’arriver. 

Sam est en train de parler à une dame qui lui dit qu’il n’y a pas de bus avant le lendemain pour aller à Sacramento. Il est donc obligé de passer la nuit dans la ville où il se trouve. Puis il voit la jeune femme qu’il avait croisé sur la route derrière lui. Ils font plus connaissance et on apprend qu'elle s’appelle Meg. 

Dean rentre dans un petit café-restaurant, où le couple est en train de manger. Il commence à leur parler pour les avertir du danger qu’ils pourraient rencontrer sur la route la nuit, mais le patron du café appel le shérif. Dean se fait raccompagner jusqu’à la sortie de Burkitsville. 

Sam et Meg mangent en discutant. Sam lui parle de Dean, et elle lui raconte un peu sa vie. 
A la nuit tombée, On voit Dean revenir à Burkitsville. Le couple qu’il avait rencontré dans le café est dans le verger, et ils sont poursuivis par l’épouvantail. Dean arrive et les sauve. 

Sam est au téléphone avec Dean qui lui raconte ce qui vient de se passer. Il pense que c’est un Dieu païen qui a été invoqué par les habitants du village, et il a rendez-vous avec un professeur pour en apprendre un peu plus. Chez ce professeur, il apprend qu’il s’agirait d’un dieu Nordique, le Vanir, qui puiserait sa force d’un arbre sacré. Dean remercie l’homme et alors qu’il ouvre la porte, le shérif de Burkitsville se retrouve en face de lui et il l’assomme.  

L’oncle et la tante d’Emily discutent avec le shérif et le patron du café. Ils décident de sacrifier Dean et Emily le soir même car c’est le 7ème soir du cycle, et s’ils ne le font pas, le dieu païen sera en colère contre eux, et ils doivent protéger la ville.
Une trappe s’ouvre et Emily est poussée à l’intérieur, où se trouve déjà Dean. 

Meg prépare son sac car le bus pour la Californie et arrivé, mais Sam lui dit qu’il ne vient pas avec elle. Depuis 3 heures il essaye d’appeler Dean mais il ne répond pas, et Sam s’inquiète. Il part donc pour Burkitsville. 

Les habitants viennent chercher Dean et Emily, et les attachent à des arbres en attendant que la nuit tombe.  

Le soir, ils sont toujours attachés quand ils entendent des bruits de pas. C’est Sam qui vient les aider. Mais l’épouvantail n’est déjà plus sur sa croix. Ils commencent à courir mais les villageois les arrêtent. Ils sont pris au piège, quand l’épouvantail s’attaque à l’oncle et la tante d’Emily et les tue.
Le lendemain matin, Sam, Dean et Emily reviennent chercher l’arbre sacré et ils le brûlent. Sam dit à Dean qu’il a toujours pas changé d’avis, qu’il veut retrouver leur père, mais que pour l’instant ils doivent rester ensemble, et ils repartent sur les routes. 

Le soir, Meg est dans une voiture avec un inconnu. Elle lui demande de se garer sur le bord de la route et il prend ça pour des avances. Elle sort une coupe en argent de son sac, ainsi qu’un couteau, elle égorge le conducteur et récupère son sang dans la coupe. Puis elle récite une incantation et commence à parler à quelque chose en regardant dans la coupe. Elle dit qu’elle aurait pu arrêter Sam et Dean, et elle demande pourquoi elle a dû les laisser partir. Puis elle semble recevoir un ordre et elle finit par « Oui père ».

 

Ecrit par Blackrose.

L’épouvantail

 

Sur un fond noir :

 

 

“Burkitsville, Indiana
Il y a un an”

 

 

Holly et Vince Parker quitte un café, près d’une station essence. Il y a avec eux un couple plus âgé, Harley et Stacy Jorgeson, et leur fille Emily.

 

Stacy : Tendant à Holly une boîte. Tenez. Emportez ça. Une tarte aux pommes. Je vous l’offre.
Holly : Oh, merci ! Vous êtes très aimable.
Stacy : De rien.
Holly : A Vince. On devrait s’égarer plus souvent. C’est vrai. C’est vrai, tout le monde est tellement gentil.
Vince : Oui, c’est adorable.
Harley : Après avoir rempli la voiture des Parker d’essence. Le plein est fait.
Vince : Génial. Merci.

 

Ils se serrent la main et Emily remarque le tatouage sur le bras de Vince.

 

Emily : Joli tatouage.
Vince : Merci.
Harley : Allez, on va vous remettre sur votre route.
Vince : Oui, c’est très gentil.
Harley : Vous allez tout droit en sortant de la ville.
Stacy : Et, sur votre droite, vous prenez Orchard Road.
Vince : D’accord. Merci.

 

Ils se disent au revoir et les Parker s’en vont.

 

 

 

**************

 

 

 

Sur la route, la voiture du jeune couple tombe en panne.

 

Holly : On est en panne ?
Vince : On dirait. C’est très curieux. Il sort son portable de sa poche. Pas de réseau.
Holly : C’est pas possible !

 

Ils sortent de voiture et regardent vers la forêt.

 

Vince : Regarde. Il y a de la lumière là-bas.

 

Vince commence à marcher.

 

Holly : Euh… Moi, je veux pas y aller.
Vince : Sois raisonnable ! Tu peux pas rester là ? Allez, viens.
Holly : Peu convaincue. Oui.

 

Elle suit Vince.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans la forêt, Holly et Vince s’arrêtent au niveau d’un épouvantail accroché à un poteau en bois. Ils échangent un regard et s’approchent de lui.

 

Vince : Regarde ça. Il faut avouer que ça fait peur.
Holly : Ah, oui ! Les pauvres oiseaux.
Vince : C’est vrai. C’est sûrement l’épouvantail le plus terrifiant que j’ai jamais vu.
Holly : Bon, allez. On repart.

 

Ils commencent à partir, mais Holly voit la tête de l’épouvantail bouger. Elle sursaute et s’agrippe au bras de Vince.

 

Holly : On pourrait se dépêcher d’y aller ?

 

Ils s’en vont. Quelques secondes plus tard, ils entendent un bruit de pas dans les arbres et se retournent. Mais, ils ne voient personne.

 

Vince : T’as entendu ? Holly acquiesce. Oh ! Il y a quelqu’un ? Viens.

 

Personne ne répond. Ils commencent alors à courir. Une minute plus tard, Holly se tourne vers Vince qui n’est plus là.

 

Holly : Vince ?

 

Elle commence à courir dans la direction oppose afin de trouver Vince. Elle trébuche et tombe au sol. Elle tourne la tête et voit le corps mutilé de Vince sur le sol. Elle se met alors à crier. Puis, l’épouvantail s’approche d’elle. Holly continue à crier et recule afin qu’il ne l’attrape pas. Le poteau en bois où se tenait l’épouvantail est maintenant vide. Puis, l’écran devient noir.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans une chambre de motel, Sam et Dean dorment. Le téléphone de Dean sonne mais ce dernier ne se réveille pas.

 

Sam : Dean. Comme Dean ne se réveille pas, Sam répond au téléphone. Allô ?

 

 

 

**************

 

 

 

Dans une cabine téléphonique en Californie, le père de Sam et Dean, John, est au téléphone.

 

John : C’est toi, Sammy ?
Sam : Se relevant dans son lit. Papa ? Comment tu vas ?
John : Ça va.
Sam : On n’arrête pas de te chercher. On ne sait pas où tu es ni si tu vas bien.
John : Rassure-toi, je vais bien. Parle-moi de vous deux.

 

Dean se réveille.

 

Sam : Nous, ça va. Mais, toi, où es-tu ?

 

Dean se relève dans son lit après qu’il ait compris que Sam parlait à leur père.

 

John : Désolé, je ne peux pas te le dire.
Sam : Quoi ? Pourquoi ?
Dean : C’est papa ?
John : Ecoute. Je sais que c’est assez difficile à comprendre pour vous. Mais, vous devez me faire confiance.
Sam : Qu’est-ce que tu cherches ? La chose qui a tuée maman ?
John : Oui. C’est un démon.
Sam : Un démon ? Tu en es sûr ?
Dean : Un démon ? Qu’est-ce qu’il dit ?
John : Certain. Ecoute-moi, Sammy. Je… Je sais aussi ce qui est arrivé à ta petite amie. Je suis désolée. J’aurais donné n’importe quoi pour t’éviter ça.
Sam : Et, tu sais où il est ?
John : Oui, je crois bien avoir enfin trouvé sa trace.
Sam : Alors, on arrive tout de suite.
John : Ah, non ! Je ne veux pas vous mêler à ça.
Sam : Pourquoi ?
Dean : Passe-le-moi.
John : C’est justement pour ça que je vous appelle. Toi et ton frère, vous devez arrêter de me chercher. Et, écris les noms que je vais te citer, Sammy.
Sam : Quoi ? Mais, de quoi est-ce que tu parles encore ? Je t’en prie, papa. Raconte-moi ce qui se passe.
John : Ecoute. On a vraiment pas le temps. C’est beaucoup trop grave. Ils sont partout. Et, même le fait de vous téléphoner est dangereux.
Sam : Non. T’entends ? Je veux pas.
Dean : Passe-le-moi, Sam.
John : Il le faut, c’est un ordre. Vous allez faire ce que je vous demande et arrêter de me suivre. Est-ce que c’est compris ? Bon, maintenant, écris ces noms.

 

Dean prend le téléphone des mains de Sam.

 

Dean : Papa, c’est moi. Où es-tu ? D’accord. Oui, j’ai compris. Donne-moi les noms.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans la voiture de Dean, Sam est au volant tandis que Dean se documente.

 

Sam : Donc, ces gens qui ont disparu étaient tous des couples ?
Dean : Trois différents couples, tous disparus.
Sam : Ils venaient de différentes villes ? De différents états ?
Dean : C’est exact. Washington, New York, Colorado. Ils étaient tous partis pour traverser le pays en voiture. Aucun n’est arrivé à destination. Et, on n’a plus entendu parler d’eux.
Sam : Dans un pays aussi grand, ils peuvent avoir disparu n’importe où.
Dean : Oui, c’est exact. Mais, ils ont tous pris une route qui les amenait dans l’Indiana. La deuxième semaine du mois d’Avril. Et, chaque fois, à un an d’intervalle.
Sam : Et, on est la deuxième semaine d’Avril.
Dean
: Ouais.
Sam : Et, papa nous envoie faire un tour dans l’Indiana pour découvrir ce qui s’y passe avant qu’un autre couple disparaisse ?
Dean : Exact. Tu t’imagines un peu tous les efforts pour arriver à faire ça ? Toutes ces différentes morts que papa doit relier ? Chapeau au maître.

 

Sam semble ennuyé. Il se gare sur le bord de la route et enlève le contact de la voiture.

 

Dean : Qu’est-ce que tu fais ?
Sam : On ne va pas dans l’Indiana.
Dean : Ah, non ?
Sam : Non. On va en Californie. Il a téléphoné d’une cabine de Sacramento, si tu veux savoir.
Dean : Sam.
Sam : Attend. Si c’est le démon qui a tué maman et Jess, et si papa l’a retrouvé, on doit être près de lui. Franchement, tu trouves pas ?
Dean : Il nous a dit qu’il voulait pas.
Sam : Oui, et alors ?
Dean : Il nous a donné un ordre.
Sam : Mais moi, j’en ai rien à cirer. On n’est pas toujours obligés de faire ce qu’il dit.
Dean : Sam. Il nous a confiés un travail à faire. Sauver des vies, c’est important.
Sam : Mais oui, je sais tout ça. Tu peux me croire, je le sais. Mais, il me faudra une semaine à peine et j’aurai mes réponses. Et, je me serai vengé.
Dean : D’accord, écoute. Je sais ce que tu ressens.
Sam : Tu crois ? Dean semble choqué du ton de la voix de Sam. Quel âge t’avais quand maman est morte ? 4 ans ? Jess, c’était il y a 6 mois tout juste. Comment tu peux savoir ce que je ressens ?
Dean : Papa a dit que c’était dangereux. Pour chacun de nous. Il faut reconnaître qu’il en sait bien plus que nous. Alors, s’il dit de ne pas y aller, on n’y va pas.
Sam : Mais, qu’est-ce que t’as à toujours lui montrer une confiance aveugle dès qu’il te parle ? C’est vrai. Quoiqu’il te dise, tu ne discutes jamais.
Dean : Je suis un bon fils. J’obéis !

 

Sam, furieux, sort de la voiture. Dean fait de même et regarde Sam sortir des objets du coffre.

 

Dean : T’es salement égoïste. Tu le sais, ça ? Tu fais toujours ce que tu veux. Tu te moques complètement des autres.
Sam : C’est vraiment ce que tu penses ?
Dean : Oui, c’est ce que je pense.
Sam : Et bien, puisque je suis salement égoïste, je vais en Californie.
Dean : Arrête ! T’es pas sérieux ?

 

Sam commence à s’en aller.

 

Sam : Je suis très sérieux.
Dean : C’est le milieu de la nuit. J’ai pas envie de rester là des heures. T’entends ? J’attendrai pas.

 

Sam s’arrête de marcher et se retourne.

 

Sam : Je m’en doute. Tu m’as jamais attendu.

 

Ils se regardent pendant quelques secondes, attendant.

 

Dean : Au revoir, Sam.

 

Dean ferme le coffre, rentre en voiture et s’en va. Sam le regarde partir, puis s’en va à pied.

 

 

 

**************

 

 

 

A Burkitsville, dans l’Indiana, Dean se gare sur le bord de la route et sort son portable. Il sélectionne “Mobile de Sam” et pense à l’appeler. Il change d’avis et range son portable. Il éteint le moteur et sort de voiture.

 

 

 

**************

 

 

 

Devant le Scotty’s Café, Dean s’approche de Scotty, qui est assis sur une chaise sur le porche.

 

Dean : Laissez-moi deviner. Scotty ?

 

Scotty regarde la pancarte avec écrit « Scotty’s Café » dessus.

 

Scotty : Oui.
Dean : Je m’appelle John Bonham.
Scotty : C’est aussi le nom du batteur de Led Zeppelin ?
Dean : Pris par surprise. Bravo. Bien. Un vrai fan de rock !
Scotty : Qu’est-ce que vous voulez, John ?

 

John sort de sa poche deux feuilles de papier avec les photos de Holly et Vince Parker, qui sont portés disparus.

 

Dean : Regardez bien ces personnes. Vous ne les auriez pas aperçues par hasard ?
Scotty : Regardant les photos. Non. Qui est-ce ?
Dean : Des amis à moi. Ils ont disparu il y a presque un an. Il paraît qu’ils seraient passés dans le coin et je suis déjà allé voir à Scottsburg et à Salem.
Scotty : Désolé. Il rend les photos à Dean. On voit pas beaucoup d’étrangers par ici.
Dean : Acquiesçant. Scotty, vous devriez beaucoup moins sourire, vous auriez beaucoup moins de rides, vous savez ? Scotty le regarde étrangement. Dean sourit. Quel humour ! On se reverra.

 

Il s’en va et Scotty le regarde partir.

 

 

 

**************

 

 

 

Sam se tient sur le bord de la route à attendre une voiture. Il se retourne et voit une jeune femme aux cheveux blonds, Meg, assise sur son sac à dos, qui écoute de la musique.

 

Sam : Eh !

 

Elle ne peut pas l’entendre. Sam s’approche d’elle et pose sa main sur son épaule. Meg saute et retire ses écouteurs.

 

Meg : C’est idiot. J’ai eu une de ses peurs !
Sam : Pardon. Je… Je croyais que vous aviez peut-être un problème.
Meg : Non. Non, pas du tout. Merci.
Sam : Euh… Où est-ce que vous allez ?
Meg : Je suis désolée, mais je ne vous dirai pas où je vais.
Sam : Bah, pourquoi ?
Meg : Je sais pas très bien à qui j’ai à faire. Et, je sais pas ce que vous faites là.
Sam : Et vous, qu’est-ce que vous faites là ?

 

Meg rit. Une camionnette blanche klaxonne et s’arrête à côté d’eux.

 

Conducteur : Vous êtes en rade ?
Sam & Meg : Oui.
Conducteur : A Sam. La petite, d’accord. Mais, pas vous, désolé.

 

Meg ramasse ses affaires et entre dans la camionnette.

 

Sam : A Meg. Alors, vous lui faites plus confiance à lui qu’à moi ?
Meg : Oui, sans hésiter.

 

Sam les regarde partir.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans Jorgeson General Store, Dean montre les photos des Parker à Harley.

 

Dean : Vous êtes sûr qu’ils se sont pas arrêtés pour faire le plein ou manger ?

 

Harley montre les photos à Stacy qui fait non de la tête.

 

Harley : Non, je ne m’en souviens pas. C’était des amis à vous ?
Dean : Oui.
Emily : Descendant les escaliers avec des boîtes en main. Est-ce que l’homme était tatoué ?
Dean : Oui, absolument.

 

Emily pose les boîtes sur le comptoir et regarde la photo de Vince.

 

Emily : A ses parents. Tu te souviens ? Ils venaient juste de se marier.
Harley : Se rappelant tout à coup. Oui, tu as raison. Ils ont pris de l’essence. Ils sont pas restés plus de 10 minutes.
Dean : Vous ne vous souvenez de rien d’autre ?
Harley : Je leur ai dit comment retrouver leur route et ils sont partis.
Dean : Vous pouvez m’indiquer la même direction ?
Harley : Bien sûr.

 

 

 

**************

 

 

 

Dean est dans sa voiture. Il conduit vers la forêt quand il entend un bruit venant de l’arrière de la voiture.

 

Dean : Quoi encore ?

 

Il se gare et atteint son sac d’où il sort son EMF (détecteur de champs électromagnétiques) qui bipe.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans la forêt, Dean marche et voit l’épouvantail perché sur un poteau en bois. Dean s’approche de lui et le regarde quelques secondes.

 

Dean : Tu sais que t’es pas beau, toi ?

 

L’épouvantail ne bouge pas. Dean remarque une faucille dans la main de l’épouvantail et un dessin sur son bras. Il prend une échelle située près d’un arbre et la met devant l’épouvantail. Il monte dessus afin d’avoir ses yeux au même niveau que la tête de l’épouvantail. Il regarde le dessin sur son bras et reconnaît le tatouage de Vince. Il sort la photo de Vince et les compare pour en être sûr. Puis, il regarde l’épouvantail à nouveau.

 

Dean : Joli tatouage.

 

Puis, l’écran devient noir.

 

 

 

**************

 

 

 

Dean s’arrête à la station essence de Burkitsville et sort de voiture. Emily tient la pompe à essence.

 

Emily : Vous revenez ?
Dean : On revient toujours.
Emily : Vous cherchez encore vos amis ?

 

Dean acquiesce.

 

Dean : Remarquant le nom sur le collier d’Emily. Vous pourriez me faire le plein, s’il vous plaît, Emily ?

 

Emily prend la pompe et rempli le réservoir de la voiture de Dean.

 

Dean : Alors, vous êtes du pays ?
Emily : Je suis venue ici à 13 ans. J’avais plus mes parents. Accident de la route. Et, mon oncle a décidé de me prendre ici.
Dean : Ça, c’est vraiment gentil.
Emily : Tout le monde est gentil ici.
Dean : Donc, on pourrait dire que c’est la ville parfaite ?
Emily : Vous savez. C’est pas très agité. Mais, j’aime ça. Et puis, dans les villes voisines, pas mal de gens doivent vendre leurs maisons, leurs fermes. Mais, ici, c’est comme si le ciel nous épargnait.
Dean : Acquiesçant. Ce grand verger, là-bas, il y a un gros épouvantail au milieu.
Emily : Oui. Il fait vraiment peur.
Dean : Souriant. A qui c’est ?
Emily : J’en sais rien. Il est là depuis toujours.
Dean : Remarquant une voiture rouge dans le garage. Elle est à votre oncle ?
Emily : A un couple. Le moteur est en panne.
Dean : Et, ce couple, il est plus là ?

 

Emily acquiesce. Dean semble intrigué.

 

 

 

**************

 

 

 

A une station de bus, Sam parle à une employée.

 

Employée : Désolée. Le prochain bus pour Sacramento ne partira pas avant demain. A 5 heures cinq de l’après-midi.
Sam : Pas avant ? Il n’y a pas un autre moyen ?
Employée : Si, bien sûr. Achetez une voiture.

 

Sam, ennuyé, part. Il sort son portable et sélectionne le numéro de son frère.

 

Meg : Assise sur le sol avec ses sacs. Eh !

 

Sam la regarde, confus et éteint son téléphone sans appeler Dean.

 

Sam : Eh !
Meg : On se retrouve.
Sam : Vous avez fini à pied ?
Meg : Vous aviez raison. C’était un gros cochon. Un vieux dégoûtant. J’ai résisté. Alors, il m’a larguée. Sam regarde ailleurs, déçu. Qu’est-ce qu’il se passe ?
Sam : Je voulais me rendre en Californie.
Meg : Surprise. C’est vrai ?
Sam : Oui.
Meg : Moi aussi. Elle se lève et marche vers Sam. Vous savez. Il paraît qu’il y aura pas de bus avant demain.
Sam : Ouais. Ouais, c’est ça le problème.
Meg : Pourquoi ? Ce que vous devez y faire est si important ?
Sam : J’aurais surtout dû le faire depuis très longtemps.
Meg : Bon. Alors, peut-être que ça peut encore attendre un jour, non ? Sam sourit. Meg tend sa main et Sam la serre. Je suis Meg.
Sam : Sam.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans le Scotty’s Café, Scotty sert un couple qui a sa voiture en panne. Il pose deux assiettes de tarte aux pommes devant eux.

 

Scotty : Nous avons d’excellentes pommes ici. Je vais vous faire goûter notre fameuse tarte.
Fille : Oh, non ! Je n’en peux plus.
Scotty : Je vous l’offre.

 

Dean entre dans le café.

 

Dean : Salut, Scotty. Je voudrais un café. Scotty va le chercher. Oh, et une belle part de tarte, s'il vous plaît. Il s’assied à côté de la table du couple et les observe. Tout va bien ? Le couple lui sourit. De passage ici ?
Fille : Brièvement.
Dean : Hum. Oui, moi aussi.

 

Ils acquiescent. Scotty arrive avec un pichet.

 

Scotty : Je vous serre ? Il remplit leur verre. Je pense que ces braves gens veulent dîner en paix.
Dean : Je leur faisais la conversation. Scotty s’en va. J’attends ce café, vous me le servez ? Merci. Scotty semble agité. Dean continue à parler au couple. Et, pourquoi cette ville ?
Fille : Il nous fallait de l’essence et le garagiste nous a sauvés la vie.
Dean : C’est vrai ?
Steve : Oui. On perdait du liquide de frein. On n’en savait rien. Il nous répare ça.
Dean : Ça tombe très bien.
Steve : Oui.
Dean : Quand est-ce que ce sera prêt ?
Homme : Ce soir.
Dean : Ah, oui. Il réfléchit pendant une minute. Alors, il prend son temps ? J’ai pas de grandes connaissances mécaniques, mais je peux pourtant vous réparer ça en moins d’une heure et gratuitement.
Fille : Euh, oui. C’est très gentil. Mais, c’est trop tard. Il doit presque avoir fini.
Dean : Oui, je vois. Est-ce que vous saviez que ce genre de routes est assez dangereux la nuit ?

 

Le couple échange un regard.

 

Fille : Comment ça ?
Dean : Je sais que c’est assez étrange, mais… Mais… vous pourriez être en danger.
Steve : Ennuyé. On voudrait dîner. D’accord ?
Dean : Ouais. Dean semble déçu. C’est bête que ce soit pas mon frère qui vous dise ça parce que vous l’auriez cru tout de suite. C’est marrant. Tout le monde le croit, lui.

 

La porte d’entrée du café sonne et quelqu’un entre. Scotty arrive de la pièce arrière.

 

Scotty : Merci d’être venu, Shérif.

 

Dean semble nerveux et frustré. Scotty chuchote quelque chose à l’oreille du Shérif et tous deux regardent Dean, qui fuit leur regard. Le Shérif s’approche de Dean.

 

Shérif : Je voudrais vous parler.
Dean : J’ai l’impression que c’est pas mon jour aujourd’hui.
Shérif : Je vais vous demander de me suivre.

 

Dean acquiesce lentement.

 

 

 

**************

 

 

 

Sur la route, la voiture du Shérif suit celle de Dean pour s’assurer que Dean s’en va. Quand Dean est parti, le Shérif fait demi-tour et retourne à Burkitsville.

 

 

 

**************

 

 

 

A la station de bus, Sam et Meg sont assis à une table avec des bières et de la nourriture.

 

Sam : Finalement, si j’ai bien compris, t’es en vacances.
Meg : Souriant. Oui, c’est ça. Des vacances particulières, mais attrayantes pour moi. Ils rigolent. Non, en fait, j’ai voulu… J’ai voulu fuir ma famille.
Sam : Pourquoi ?
Meg : Oh, j’aime mes parents. Ils ont toujours voulu mieux pour moi. Mais, en se fichant de savoir si moi je le voulais. Je devais être intelligente, mais pas trop pour pas faire fuir les maris. Sam sourit. Non, c’est juste… Parce que ma famille décidait de tout. J’étais supposée faire les choses comme ils le voulaient. Alors, j’ai pris ma vie en main. Sam l’observe. Je suis désolée. En général, c’est aux bons amis qu’on raconte ces choses-là.
Sam : Non. Non, au contraire. Je sais ce que tu ressens. Tu sais, mon frère dont je te parlais tout à l’heure et avec qui je faisais la route ? Meg acquiesce. Bah, c’est… C’est exactement ça.
Meg : Tu ne veux plus voyager avec lui, si je comprends bien ? Sam fait non de la tête. Meg lève sa bouteille de bière. A la nôtre. On mange peut-être mal. On ne dort pas sur de bons matelas. Mais, au moins, on vit l’existence qu’on a choisit. Et non pas celle des autres.

 

Sam tape sa bouteille contre celle de Meg et tous deux boivent.

 

 

 

**************

 

 

 

Sur la route, pendant la nuit, Dean retourne en voiture à Burkitsville.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans le verger, la voiture du couple est tombée en panne. Le couple marche dans la forêt.

 

Fille : C’est pas possible. On vient de la faire réparer.
Steve : Par là.

 

Ils empruntent un chemin. L’épouvantail passe rapidement derrière eux. Ils entendent un bruit et se retournent.

 

Fille : Steve ?

 

Le couple entend de plus en plus de bruits.

 

Steve : Qui est là ?

 

L’épouvantail sort de derrière les arbres et commence à marcher vers eux. Le couple commence à courir. Il tombe sur Dean qui tient un fusil dans sa main. Ils s’arrêtent devant lui.

 

Dean : Allez vite à la voiture. Steve et sa petite amie regardent derrière eux et voit l’épouvantail s’approcher d’eux. Vite ! Vite !

 

Le couple commence à courir. Dean tire sur l’épouvantail avec son fusil. Ce dernier réagit mais continue à marcher. Dean commence à courir et tire une nouvelle fois. L’épouvantail continue à marcher. Dean essaie une nouvelle fois, mais l’épouvantail continue.

 

Dean : Courez ! Courez !

 

Finalement, Dean et le jeune couple atteignent la voiture de Dean. Dean se prépare à tirer mais l’épouvantail n’est plus là.

 

Steve : Il est où ? Qu’est-ce que c’était ?
Dean : Cherchez pas à savoir.

 

Puis, l’écran devient noir.

 

 

 

**************

 

 

 

A la station de bus, au milieu de la nuit, Meg dort par terre. Sam est assis et parle au téléphone avec Dean, qui est dans sa voiture.

 

Sam : Et, cet épouvantail est descendu de sa croix ?
Dean : Si je te le dis. Burkitsville. Indiana. Jolie ville.
Sam : Il a pas tué le couple, alors ?
Dean : Non. Qu’est-ce que tu crois ? Je sais me débrouiller seul.
Sam : Je me demande quel esprit ça peut être. T’as une idée ?
Dean : Non, c’est plus qu’un esprit. C’est un Dieu. Les païens en avaient des tas.
Sam : Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
Dean : Le cycle annuel des tueries. Le fait que les victimes soient toujours un homme et une femme. Une espèce de rite de la fertilité. Si t’avais vu les gens d’ici, leur façon de guetter le couple, le gavant comme des oies.
Sam : Le dernier repas. Celui qu’on sert aux victimes.
Dean : Oui. Je pense que le rite du sacrifice doit apaiser leur puissant Dieu.
Sam : Et, ce Dieu se manifeste dans l’épouvantail…
Dean : L’épouvantail prend les sacrifiés et pendant ce temps, toute l’année, il y aura plus de maladies et les récoltes seront bonnes.
Sam : T’as trouvé de quel Dieu il s’agit ?
Dean : Non, pas encore.
Sam : Quand t’auras trouvé, il faudra essayer de le tuer.
Dean : Je sais. Je me dirige en ce moment vers l’université locale. J’ai rendez-vous avec un professeur. Tu comprends. Comme j’ai pu mon équipier de confiance pour les recherches, faut bien le remplacer.
Sam : Souriant. Tu sais, Dean. Si c’est trop dur sans mon aide, appelle-moi.
Dean : Non, j’ai pas dit ça. Tu sais, Sam… Je voulais te dire. Très franchement, j’ai pas voulu ça.
Sam : Oui. Je m’en veux aussi.
Dean : Sam. Tu as raison. Tu dois faire ce que tu veux. Tu dois vivre ta propre vie.
Sam : T’es sérieux ?
Dean : Tu as toujours su ce que tu voulais. Et, tu l’as toujours eu. Tu te dressais contre papa. Tu l’as toujours fait. J’aurais aimé… Non, tant pis. J’admire ta volonté. Je suis fier de toi, petit frère.
Sam : Je sais pas quoi te dire.
Dean : Dis que tu feras attention à toi.
Sam : Promis.
Dean : Préviens-moi si tu le trouves.
Sam : D’accord. A bientôt, Dean.

 

Ils raccrochent. Meg se réveille et s’approche de Sam.

 

Meg : Qui c’était ?
Sam : Mon frère.
Meg : Qu’est-ce qu’il a dit ?
Sam : Au revoir.

 

Ils échangent un regard.

 

 

 

**************

 

 

 

Le jour, Dean est avec un professeur de l’université locale avec qui il parle.

 

Professeur : C’est plutôt rare qu’on vienne me poser des questions sur les croyances païennes.
Dean : Oh, c’est une passion chez moi.
Professeur : Et, vous disiez être aussi intéressé par les croyances locales ? Dean acquiesce. En fait, l’Indiana n’a jamais eu de Dieux païens très renommés.
Dean : Ils ont pu être importés. Oui, les immigrants ont pu les amener ici avec eux. C’est une région qui a eu de nombreux immigrants, non ?
Professeur : Oui.
Dean : Prenons les habitants de Burkitsville, leurs ancêtres viennent de quel pays ?
Professeur : Du nord de l’Europe. Je crois bien de Scandinavie.
Dean : Qu’est-ce que vous pourriez me dire de leurs Dieux ?
Professeur : Oh ! Ces pays ont des centaines de Dieux et de déesses.
Dean : J’en cherche seulement un. Qui pourrait vivre dans un verger.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans une classe de l’université, le professeur met un large livre sur une table et l’ouvre.

 

Professeur : Un verger ? Bon, voyons ça.

 

Il feuillette les pages. Sur une page, Dean remarque l’image d’un épouvantail sur un poteau entouré par des fermiers qui travaillent.

 

Dean : Attendez un peu. Qui c’est, celui-là ?
Professeur : Oh, il devait veiller sur les champs des paysans.
Dean : Lisant. Le V… Vanir ? Le professeur acquiesce. Le Vanir vient du nord de l’Europe. Dieu de la prospérité, il protège les habitations locales de tout ennui. Les villageois plaçaient des effigies du Vanir dans leurs champs. Et, d’autres pratiquaient des sacrifices humains. Un homme et une femme. Pointant du doigt l’image. Il ressemble à un épouvantail, non ?
Professeur : Oh, oui ! Je suppose.
Dean : Lisant. Et, pour certains Vanirs, leur énergie proviendrait d’un arbre sacré ?
Professeur : Ou. Les païens pensaient que tout ce qui les entourait était soumis à la magie.
Dean : Et, qu’est-ce qu’i se passait si l’arbre sacré venait à brûler ? Est-ce que ça tuait le Dieu ?
Professeur : Rigolant. Enfin ! Ce sont juste des légendes et rien d’autre.
Dean : Oh, bien sûr. Oui, c’est vrai. Bon, je vous remercie vraiment.

 

Dean serre la main du professeur.

 

Professeur : C’était avec plaisir.

 

Dean marche vers la porte de la classe. Quand il l’ouvre, le shérif le frappe à la tête avec le bout de son fusil. Dean tombe à terre. Le shérif et le professeur échangent un regard interrogateur.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans la rue à Burkitsville, Stacy, Scotty, Harley et le Shérif parlent sous la pluie, contrariés.

 

Scotty : Tu dois le comprendre, Harley. Pour nous tous ici, il est de notre responsabilité de protéger la ville.
Harley : Oui, je comprends. Mieux que vous tous sûrement. C’est moi qui leur aie donné la direction. C’est moi qui les aie envoyés tout droit vers le verger.
Shérif : Harley, je t’en prie.
Harley : Nous avons fermé nos portes. Regardé de l’autre côté. Prétendu ne pas entendre leurs cris. Mais là, c’est différent. C’est… Ce sont des meurtres.
Stacy : Il est en colère après nous. Et, certains légumes perdent leurs couleurs. Ce soir, c’est le septième jour du cycle. Notre dernière chance.
Harley : L’homme, nous l’avons déjà. Lui, il doit mourir. Mais, elle, je ne suis pas d’accord.

 

Ils ne disent rien et fixent le sol, déçus.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans une cave, Dean est enfermé seul. Tout à coup, la porte s’ouvre et Emily est poussée à l’intérieur par son oncle et sa tante. Elle pleure.

 

Emily : Tante Stacy. Oncle Harley. Pourquoi ? Ils l’amènent dans la cave à côté de Dean et remontent les escaliers. Pourquoi vous faites ça ?
Stacy : Pour notre bien à tous.

 

Elle ferme la porte de la cave, laissant Dean et Emily dans le noir. Puis, l’écran devient noir.

 

 

 

**************

 

 

 

A la station de bus, Meg récupère ses affaires. Sam tente d’appeler Dean sur son portable.

 

Meg : Eh ! Le bus va partir.

 

Sam raccroche et secoue sa tête.

 

Sam : Rangeant son portable et mettant son sac sur le dos. Malheureusement, tu le prendras seule. Je vais ailleurs.
Meg : Où ça ?
Sam : A Burkitsville.
Meg : Sam. Pourquoi ?
Sam : Je me tue à appeler mon frère depuis plus de trois heures. Et, à chaque fois, je tombe sur son répondeur.
Meg : Peut-être qu’il a éteint son portable.
Sam : Non, il ne l’éteint jamais. Meg, il a sûrement de gros problèmes.
Meg : Quel genre de problèmes ?
Sam : Ce serait trop long de t’expliquer toute l’histoire. Je suis désolé. Je voudrais pas te faire rater ton bus.
Meg : Mais, qu’est-ce que tu racontes ? Tu vas repartir voir ton frère ? Alors que tu voulais le fuir ? Et, pourquoi ? Parce qu’il ne répond pas au téléphone ? Sam, je t’en prie. Viens plutôt en Californie.
Sam : Je suis désolé. J’ai pas le droit.
Meg : Pourquoi ?
Sam : C’est ma famille.

 

Sam s’en va. Meg le regarde partir, au bord des larmes.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans la cave, Dean essaie d’ouvrir la porte mais échoue.

 

Emily : J’y comprends rien. Est-ce qu’ils vont nous tuer ?
Dean : Nous sacrifier, oui. Ce qui est sans doute, à leurs yeux, différent. Il s’approche d’elle. Vous ne saviez vraiment rien à ce sujet ? Rien du tout ?
Emily : A propos de quoi ? De cet épouvantail ? J’arrive pas à y croire.
Dean : Vous feriez mieux pourtant. Je vais avoir besoin d’un coup de main.
Emily : D’accord.
Dean : Ecoutez. Il nous faudra détruire l’épouvantail, et aussi trouver l’arbre.
Emily : Quel arbre ?
Dean : Ça, c’est plutôt à vous de me le dire. Il est sûrement très vieux. Les gens d’ici doivent le traiter avec respect comme s’il était sacré.
Emily : Il existe un très vieux pommier. Les immigrants l’ont amené avec eux. Ils disent que c’est l’Ancêtre.
Dean : Et, il est dans le verger ?
Emily : Oui, mais je ne sais pas où.

 

La porte de la cave s’ouvre et les quatre adultes se tiennent là.

 

Stacy : C’est l’heure.

 

Dean et Emily se regardent, nerveux.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans le verger, les plus âgés attachent Dean et Emily à deux arbres voisins.

 

Dean : Combien de personnes avez-vous tué, Shérif ? Combien de sang avez-vous versé ?
Shérif : Ce n’est pas nous qui tuons.
Dean : Non, mais vous couvrez tous ces meurtres. Dites-moi combien de voiture vous avez caché, combien de vêtements vous avez brûlé ?

 

Le Shérif s’éloigne.

 

Emily : Oncle Harley, pitié.
Harley : Je ne peux rien faire, Emily. Je ne voulais pas que ce soit toi.
Stacy : Comprend-nous. C’est notre responsabilité. On n’a pas trouvé d’autre solution. Il n’y avait personne à part toi.
Emily : Mais, je fais partie de la famille.
Stacy : Oui, je sais. C’est le sens d’un sacrifice. Donner ce qui nous est le plus cher pour le bien de tous. Cette ville ne sera pas sauvée s’il n’y a pas de sacrifice. L’intérêt général l’emporte sur l’intérêt d’un seul.

 

Stacy, Harley, Scotty et le Shérif s’en vont.

 

Dean : J’espère que vos pommes vous étoufferont tous !
Emily : Alors, quel est le plan ?
Dean : J’ai pas trop d’idées.

 

 

 

**************

 

 

 

Quelques heures plus tard dans le verger, Dean et Emily sont toujours attachés.

 

Emily : Vous n’avez pas de plan, avouez-le.
Dean : Paniqué. Non, mais je réfléchis. Vous le voyez ?
Emily : Quoi ?
Dean : Est-ce qu’il a bougé ?
Emily : Non, je vois rien. Une ombre bouge près des arbres. Oh, mon Dieu ! Tandis que la chose se rapproche, Dean essaie de défaire ses liens. Oh, mon Dieu !

 

Sam sort de derrière les arbres.

 

Sam : Dean ?
Dean : Surexcité. Oh ! Oh ! Je dirai plus jamais du mal de toi. Sam commence à détacher Dean de l’arbre. Ça fait trop plaisir de te voir. Dis-moi. Comment t’as fait ?
Sam : J’ai volé une caisse.
Dean : Rigolant. T’es bien mon frère ! Dépêche-toi de nous détacher. L’épouvantail va bientôt arriver.
Sam : Quel épouvantail ?

 

Dean se lève et voit le poteau de l’épouvantail qui est vide. Lui et Sam échangent un regard nerveux. Puis, l’écran devient noir.

 

 

 

**************

 

 

 

Dans le verger, Sam, Dean et Emily courent.

 

Sam : Bon, très bien. Trouvons l’arbre sacré dont t’as parlé.
Dean : C’est la source de son pouvoir.
Sam : Alors, il faut le trouver et le brûler.
Dean : On fera ça demain matin. Il faut vite partir avant que cette face de rat nous attrape.

 

Une lumière tout à coup les illumine. Ils s’arrêtent et voit les habitants de Burkitsville qui les attendent.

 

Dean : Par là.

 

Ils se retournent mais ils sont bloqués de tous les côtés.

 

Emily : Pitié, laissez-nous.
Harley : Ça se passera très vite. Je te le promets.
Emily : Pitié !
Harley : Emily. Tu dois le laisser te prendre. Et, tu ne dois pas…

 

Tout à coup, l’épouvantail plante sa faucille dans le ventre de Harley. Emily et Stacy crient, puis Stacy est capturée par l’épouvantail. Emily court dans les bras de Dean pendant que l’épouvantail emmène son oncle et sa tante. Le reste des habitants s’en vont en courant

 

Dean : C’est bon. On part. Allez, vite !

 

Sam, Dean et Emily commencent à courir. Ils entendent un bruit et se retournent. Mais, l’épouvantail et ses victimes ont disparu. Tous trois restent là à regarder.

 

 

 

**************

 

 

 

Le lendemain dans le verger, Sam, Dean et Emily marchent vers l’arbre sacré avec de l’essence et un briquet. L’arbre est marqué avec le tatouage de Vince. Sam s’approche de l’arbre et verse de l’essence dessus. Dean ramasse une longue branche qu’il enflamme.

 

Emily : Je peux ?

 

Emily prend la branche des mains de Dean.

 

Dean : Tu sais que toute la ville va en mourir ?
Emily : Je sais.

 

Elle lance la branche enflammée sur l’arbre. Tous trois regardent l’arbre brûler.

 

 

 

**************

 

 

 

A un arrêt de bus, Emily monte dans un bus pour Boston. Elle sourit à Dean qui lui fait un signe de la main. Elle lui rend et prend un siège. Sam et Dean regardent le bus partir.

 

Sam : Tu crois qu’elle s’en remettra ?
Dean : Je l’espère.
Sam : Et les autres habitants, tu crois qu’ils s’en remettront aussi, eux ?
Dean : Avec la mort de leur ville, ils seront punis comme ils le méritent. Ils commencent à marcher vers la voiture de Dean. Bon. Je te dépose quelque part ?
Sam : Non, il va falloir que tu me supportes.

 

Ils s’arrêtent de marcher.

 

Dean : T’as plus envie de partir ?
Sam : Non. Je veux retrouver papa et tu m’énerve toujours autant. Dean acquiesce. Mais, Jess et maman… ont disparu. Papa est Dieu sait où. Toi et moi, c’est tout ce qu’il reste. Alors, si on veut s’en sortir, on doit rester unis.
Dean : C’est beau, Sam. C’est magnifique. Bravo.

 

Il pose sa main sur l’épaule de Sam qui l’enlève. Ils rient.

 

Sam : Tu devrais plutôt me remercier. Tu sais que t’étais fichu sans moi.
Dean : J’avais un plan, Sammy. Mais, je te le dirai pas.
Sam : C’est ça.

 

Ils sourient et montent en voiture.

 

 

 

**************

 

 

 

Sur une route, un autre conducteur à pris Meg en stop.

 

Conducteur : Où vous allez, ma jolie ?
Meg : On pourrait s’arrêter un peu.
Conducteur : La regardant. D’accord. Ça marche. Il se gare. Meg sort de son sac un bol en argent. Qu’est-ce que c’est que ça ?
Meg : Mettant sa main dans le bol comme pour attraper quelque chose. Je dois appeler quelqu’un.
Conducteur : J’ai un téléphone si tu veux.
Meg : Non, merci. J’ai ce qu’il faut. Elle sort un couteau et tranche la gorge du conducteur. Elle met le bol sous son cou afin de récupérer le sang. Ça suffira avec ça. Elle commence à touiller le sang avec son doigt. Je t’appelle. Ô mon maître. Elle retire son doigt et une forme apparaît au milieu du sang. Je ne comprends vraiment pas. J’aurais pu arrêter Sam. Et son frère aussi, en même temps. Pourquoi les laisser partir ? Elle s’arrête, semblant écouter quelqu’un que personne d’autre ne peut entendre. Oui. Oui. Oui, Père.

 

 

****FIN****

 

Ecrit par brucas59.

(FADE IN: Burkitsville, Indiana – One Year Ago. A married couple, HOLLY and VINCE PARKER are leaving a café, which is next to a gas station. With them is an older couple, HARLEY and STACY JORGESON, and their teenage niece, EMILY.)

STACY: And before you leave, one of our apple pies. (She hands HOLLY a box). On the house.

HOLLY: Oh, my God, thank you so much!

STACY: You’re welcome.

HOLLY: (to VINCE) Hey, we should get lost more often. I mean, everyone in this town is so nice.

VINCE: Yeah, what’s the catch?

HARLEY: (after filling the couple’s car with gas) You’re all set.

VINCE: Thanks. (They shake hands. EMILY notices an intricate tattoo on VINCE’s arm.)

EMILY: That’s a cool tattoo.

VINCE: Thanks.

HARLEY: So, let’s get you back to the interstate.

VINCE: Yeah, please.

HARLEY: Take Laskey straight out of town.

STACY: And then you’re gonna turn right on Orchard Road.

VINCE: Ok. Thank you. (They wave goodbye and the couple drives away.)

(CUT TO: The town orchard. The couple’s car breaks down.)

HOLLY: What happened?

VINCE: I don’t know. Car just died. (He takes his cell phone out of his pocket.) Cell phone, too.

HOLLY: How is that possible? (They get out of the car and look around the orchard.)

VINCE: Come on, looks like a house over there. (He starts walking away.)

HOLLY: No, I’m not going down there.

VINCE: Holly, we need help, we can’t just wait here.

HOLLY: (very reluctantly) Ok. (She follows VINCE.)

(CUT TO: Another part of the orchard. HOLLY and VINCE stop by a scarecrow raised on a wooden post. They exchange a look and walk closer to it.)

VINCE: Check it out. If I only had a brain…

HOLLY: We wouldn’t be lost.

VINCE: Thanks. That has got to be the freakiest damn scarecrow I’ve ever seen.

HOLLY: It scares me. (They start walking away, but HOLLY sees the scarecrow’s head move. She gasps.) Please, let’s just hurry, okay? (They start walking away. A few seconds later, they hear a rustling in the trees and turn around. No one is there.)

VINCE: Did you hear that? (HOLLY nods.) Hello? Who’s there? (Nobody responds. They start running through the orchard. A minute later, HOLLY turns to VINCE, and he is gone. She stops.)

HOLLY: Vince? Vince? (She starts running in the opposite direction to try and find VINCE. She trips and falls on the ground. She turns her head and sees VINCE’s mutilated body on the ground. She screams and sees the scarecrow towering over her. She continues to scream while the camera pans to the scarecrow’s now empty post.)

(CUT TO: INT. – motel. SAM and DEAN are sleeping. DEAN’s phone rings but he does not wake up.)

SAM: Dean. (DEAN still doesn’t wake up. SAM answers the phone.) Hello?

(CUT TO: A payphone in California. The scene alternates between the payphone and the motel bedroom.)

JOHN: Sam, is that you? (SAM sits up in bed.)

SAM: Dad? Are you hurt?

JOHN: I’m fine.

SAM: We’ve been looking for you everywhere. We didn’t know where you were, if you were okay.

JOHN: Sammy, I’m all right. What about you and Dean? (At the motel, DEAN is waking up.)

SAM: We’re fine. Dad, where are you? (DEAN sits up in bed.)

JOHN: Sorry, kiddo, I can’t tell you that.

SAM: What? Why not?

DEAN: Is that Dad?

JOHN: Look, I know this is hard for you to understand. You’re just gonna have to trust me on this.

SAM: You’re after it, aren’t you? The thing that killed Mom.

JOHN: Yeah. It’s a demon, Sam.

SAM: A demon? You know for sure?

DEAN: A demon? What’s he saying?

JOHN: I do. Listen, Sammy, I, uh…I also know what happened to your girlfriend. I’m so sorry. I would’ve done anything to protect you from that.

SAM: You know where it is?

JOHN: Yeah, I think I’m finally closing in on it.

SAM: Let us help.

JOHN: You can’t. You can’t be any part of it.

SAM: Why not?

DEAN: Give me the phone.

JOHN: Listen, Sammy, that’s why I’m calling. You and your brother, you gotta stop looking for me. Alright, now, I need you to write down these names.

SAM: Names? What names, Dad—talk to me, tell me what’s going on.

JOHN: Look, we don’t have time for this. This is bigger than you think, they’re everywhere. Even us talking right now, it’s not safe.

SAM: No. Alright? No way.

DEAN: Give me the phone.

JOHN: I have given you an order. Now, you stop following me, and you do your job. You understand me? Now, take down these names. (DEAN grabs the phone from SAM.)

DEAN: Dad, it’s me. Where are you? (…) Yes, sir. (…) Uh, yeah, I got a pen. What are their names? 

(CUT TO: INT.- DEAN’s car.)

SAM: Alright, so, the names Dad gave us, they’re all couples?

DEAN: Three different couples. All went missing.

SAM: And they’re all from different towns? Different states?

DEAN: That’s right. You got Washington, New York, Colorado. Each couple took a road trip cross-country. None of them arrived at their destination, and none of them were ever heard from again.

SAM: Well, it’s a big country, Dean. They could’ve disappeared anywhere.

DEAN: Yeah, could’ve. But each one’s route took ‘em to the same part of Indiana. Always on the second week of April. One year after another after another.

SAM: This is the second week of April.

DEAN: Yep.

SAM: So, Dad is sending us to Indiana to go hunting for something before another couple vanishes?

DEAN: Yahtzee. Can you imagine putting together a pattern like this? All the different obits Dad had to go through? The man’s a master. (SAM looks annoyed, pulls over to the side of the road and turns off the car.) What are you doing?

SAM: We’re not going to Indiana.

DEAN: We’re not?

SAM: No. We’re going to California. Dad called from a payphone. Sacramento area code.

DEAN: Sam.

SAM: Dean, if this demon killed Mom and Jess, and Dad’s closing in, we’ve gotta be there. We’ve gotta help.

DEAN: Dad doesn’t want our help.

SAM: I don’t care.

DEAN: He’s given us an order.

SAM: (firmly) I don’t care. We don’t always have to do what he says.

DEAN: Sam, Dad is asking us to work jobs, to save lives, it’s important.

SAM: Alright, I understand, believe me, I understand. But I’m talking one week here, man, to get answers. To get revenge.

DEAN: Alright, look, I know how you feel.

SAM: Do you? (DEAN seems shocked at SAM’s tone.) How old were you when Mom died? Four? Jess died six months ago. How the hell would you know how I feel?

DEAN: Dad said it wasn’t safe. For any of us. I mean, he obviously knows something that we don’t, so if he says to stay away, we stay away.

SAM: I don’t understand the blind faith you have in the man. I mean, it’s like you don’t even question him.

DEAN: Yeah, it’s called being a good son! (SAM, angry, gets out of the car. DEAN also gets out and watches SAM unloading things from the trunk.) You’re a selfish bastard, you know that? You just do whatever you want. Don’t care what anybody thinks.

SAM: That’s what you really think?

DEAN: Yes, it is.

SAM: Well, then this selfish bastard is going to California. (He puts on his backpack and starts walking away.)

DEAN: Come on, you’re not serious.

SAM: I am serious.

DEAN: It’s the middle of the night! Hey, I’m taking off, I will leave your ass, you hear me? (SAM stops walking and turns around.)

SAM: That’s what I want you to do. (They stare at each other for a few seconds, waiting.)

DEAN: Goodbye, Sam. (He closes the trunk, gets in the car, and drives away. SAM watches him leave, then starts walking away.)

(CUT TO: Burkitsville, Indiana. DEAN pulls over to the side of the road and pulls out his cell phone. He selects the name “Sam Mobile” and thinks about calling SAM. He changes his mind and closes his cell phone, then shuts off the car and gets out.)

(CUT TO: EXT.- Scotty’s Café. SCOTTY is sitting in a chair on the porch. DEAN walks up to him.)

DEAN: (gesturing to the sign) Let me guess. (points to SCOTTY) Scotty. (SCOTTY looks at the sign.)

SCOTTY: Yep.

DEAN: Hi, my name’s John Bonham.

SCOTTY: Isn’t that the drummer for Led Zeppelin?

DEAN: (taken aback) Wow. Good. Classic rock fan.

SCOTTY: What can I do for you, John? (DEAN takes two pieces of paper out of his pocket. They are Missing Person flyers for HOLLY and VINCE PARKER.)

DEAN: I was wondering if, uh, you’d seen these people by chance. (SCOTTY looks at the flyers.)

SCOTTY: Nope. Who are they?

DEAN: Friends of mine. They went missing about a year ago. They passed through somewhere around here, and I’ve already asked around Scottsburg and Salem—

SCOTTY: Sorry. (He hands the flyers back to DEAN.) We don’t get many strangers around here. (DEAN nods.)

DEAN: Scotty, you’ve got a smile that lights up a room, anybody ever tell you that? (SCOTTY stares at him strangely. DEAN chuckles.) Never mind. See you around. (He walks away.)

(CUT TO: Highway. SAM is standing on the side of the road. He turns around and sees a young girl with short blonde hair, MEG, sitting with her back to him. She is listening to music.)

SAM: Hey. (She can’t hear him. He walks over to her and puts his hand on her shoulder. She jumps and takes off her headphones.)

MEG: You scared the hell outta me.

SAM: I’m sorry. I just thought you might need some help.

MEG: No, I’m good, thanks.

SAM: Uh, so where you headed?

MEG: No offense, but no way I’m telling you.

SAM: Why not?

MEG: You could be some kind of freak. I mean, you are hitchhiking.

SAM: Well, so are you. (MEG laughs. A van honks its horn and pulls over.)

VAN DRIVER: Need a ride?

SAM and MEG: Yeah.

VAN DRIVER: (to SAM) Just her. I ain’t takin’ you. (MEG gathers her things and gets in the van.)

SAM: (to MEG) You trust shady van guy and not me?

MEG: Definitely. (They drive away.) 

(CUT TO: INT. – Jorgeson General Store. Burkitsville, Indiana.)

DEAN: You sure they didn’t stop for gas or something? (HARLEY shows the pictures to STACY. STACY shakes her head.)

HARLEY: Nope, don’t remember ‘em. You said they were friends of yours?

DEAN: That’s right. (EMILY comes downstairs carrying some boxes.)

EMILY: Did the guy have a tattoo?

DEAN: Yes, he did. (EMILY puts the boxes on the counter and looks at the picture of VINCE.)

EMILY: (to STACY and HARLEY) You remember? They were just married.

HARLEY: (suddenly remembering) You’re right. They did stop for gas. Weren’t here more than ten minutes.

DEAN: You remember anything else?

HARLEY: I told ‘em how to get back to the Interstate. They left town.

DEAN: Could you point me in that same direction?

HARLEY: Sure.

(CUT TO: INT.- DEAN’s car. He is driving by the orchard when he hears a noise coming from the backseat.) What the hell? (He pulls over and reaches into his bag. He pulls out the EMF meter, which is beeping frantically.)

(CUT TO: Orchard. DEAN is walking around and sees the scarecrow on its post. He walks over to it and looks at it for a second.)

DEAN: Dude, you fugly. (The scarecrow doesn’t move. DEAN notices a sickle in the scarecrow’s hand and a design on its arm. DEAN takes a ladder from a nearby tree and climbs to the top so that he is eye level with the scarecrow. He moves its clothing and recognizes the design from VINCE’s tattoo. He pulls out VINCE’s flyer and compares the designs, which are exactly the same. He looks at the scarecrow again.) Nice tat. (The screen goes black.)

(FADE IN: Burkitsville gas station. DEAN pulls up in his car and gets out. EMILY is standing by the gas pumps.)

EMILY: You’re back.

DEAN: Never left.

EMILY: Still looking for your friends? (DEAN nods.)

DEAN: (noticing EMILY’s nameplate necklace) You mind fillin’ her up there, Emily? (She grabs a pump and starts filling up DEAN’s tank.) So, you grew up here?

EMILY: I came here when I was thirteen. I lost my parents. Car accident. My aunt and uncle took me in.

DEAN: They’re nice people.

EMILY: Everybody’s nice here.

DEAN: So, what, it’s the, uh, perfect little town?

EMILY: Well, you know, it’s the boonies. But I love it. I mean, the towns around us, people are losing their homes, their farms. But here, it’s almost like we’re blessed. (DEAN nods.)

DEAN: Hey, you been out to the orchard? You seen that scarecrow?

EMILY: Yeah, it creeps me out. (DEAN laughs.)

DEAN: Whose is it?

EMILY: I don’t know. It’s just always been there.

DEAN: (nodding towards a red van parked by the garage) That your aunt and uncle’s?

EMILY: Customer. Had some car troubles.

DEAN: It’s not a couple, is it? A guy and a girl? (EMILY nods.)

EMILY: Mmhmm. (DEAN looks concerned.)  

(CUT TO: Bus Station. SAM is talking to the clerk.)

CLERK: Sorry, the Sacramento bus doesn’t run again till tomorrow. (She checks the schedule.) Uh, 5:05 PM.

SAM: Tomorrow? There’s got to be another way.

CLERK: Well, there is. Buy a car. (SAM, annoyed, leaves the ticket window. He takes out his PalmPilot and selects DEAN’s phone number.)

MEG: (sitting on the floor with her bags) Hey. (SAM looks at her, confused, and turns off his PalmPilot without calling DEAN.)

SAM: Hey.

MEG: You again.

SAM: What happened to your ride?

MEG: You were right. That guy was shady. He was all hands. (SAM raises his eyebrows.) I cut him loose. (SAM looks around, disappointed.) What’s the matter?

SAM: Just trying to get to California.

MEG: (surprised) No way.

SAM: Yeah.

MEG: Me too. (She stands up and walks toward SAM) You know, the next bus isn’t until tomorrow.

SAM: Yeah. Yeah, that’s the problem.

MEG: Why? What’s in Cali that’s so important?

SAM: Just something I’ve been looking for. For a long time.

MEG: Well, then I’m sure it can wait one more day, right? (SAM laughs. MEG extends her hand and SAM shakes it.) I’m Meg.

SAM: Sam.

(CUT TO: INT. – Scotty’s Café. SCOTTY is serving the couple whose car broke down. He puts two plates of apple pie in front of them.)

SCOTTY: We’re famous for our apples. So, you gotta try this pie.

GIRL: Oh, no. It—please. 

SCOTTY: It’s on the house. (DEAN walks in.)

DEAN: Oh, hey, Scotty. Can I get a coffee, black? (SCOTTY walks away to get it.) Oh, and some of that pie, too, while you’re at it. (He sits at a table next to the couple.) How ya doin’? (The couple waves and smiles.) Just passing through?

GIRL: Road trip.

DEAN: Hm. Yeah, me too. (They nod. SCOTTY walks over to refill their cider.)

SCOTTY: I’m sure these people want to eat in peace.

DEAN: Just a little friendly conversation. (SCOTTY walks away.) Oh, and that coffee, too, man. Thanks. (SCOTTY looks agitated. DEAN keeps talking to the couple.) So, what brings you to town?

GIRL: We just stopped for gas. And, uh, the guy at the gas station saved our lives.

DEAN: Is that right?

MAN: Yeah, one of our brake lines was leaking. We had no idea. He was fixing it for us.

DEAN: (concerned) Nice people.

MAN: Yeah.

DEAN: So, how long till you’re up and runnin’?

MAN: Sundown.

DEAN: Really. (He thinks about it for a minute.) To fix a brake line? (The man nods.) I mean, you know, I know a thing or two about cars. I could probably have you up and running in about an hour. I wouldn’t charge you anything.

GIRL: You know, thanks a lot, but I think we’d rather have a mechanic do it.

DEAN: Sure. I know. (He pauses.) You know, it’s just that these roads. They’re not real safe at night. (The couple exchange a look.)

GIRL: I’m sorry?

DEAN: I know it sounds strange, but, uh—you might be in danger.

MAN: (annoyed) Look, we’re trying to eat. Okay?

DEAN: Yeah. (He looks disappointed. The couple seems worried by DEAN.) You know, my brother could give you this puppy dog look, and you’d just buy right into it. (The bell above the café door jingles and someone walks in. SCOTTY comes out from a back room.)

SCOTTY: Thanks for coming, Sheriff. (DEAN looks nervous and frustrated. SCOTTY whispers something in the sheriff’s ear, and they both look at DEAN, who looks away. The sheriff walks over to him.)

SHERIFF: I’d like a word, please.

DEAN: Come on. I’m having a bad day already.

SHERIFF: You know what would make it worse? (DEAN nods slowly.)

(CUT TO: Interstate. The sheriff’s car is following DEAN’s car to make sure DEAN leaves. When he is gone, the sheriff turns around and drives back to Burkitsville.)

(CUT TO: Bus Station. SAM and MEG are sitting at a table with beers and different foods around them.)

SAM: So, what, are you on some kind of vacation or something? (MEG laughs.)

MEG: Yeah, right. It’s all sipping Cristal poolside for me. (They laugh.) No. I had to get away from my family.

SAM: Why?

MEG: I love my parents. And they wanted what’s best for me. They just didn’t care if I wanted it. I was supposed to be smart. But not smart enough to scare away a husband. (SAM smiles.) It’s just…because my family said so, I was supposed to sit there and do what I was told. So I just went on my own way instead. (SAM stares at her.) I’m sorry. The things you say to people you hardly know.

SAM: No, no, it’s okay. I know how you feel. Remember that brother I mentioned before, that I was road-tripping with? (MEG nods.) It’s, uh, it’s kind of the same deal.

MEG: And that’s why you’re not riding with him anymore? (SAM shakes his head. MEG raises her beer bottle.) Here’s to us. The food might be bad, and the beds might be hard. But at least we’re living our own lives. And nobody else’s. (SAM taps his bottle against hers and they both drink.)

(CUT TO: Interstate. Night. DEAN is driving back to Burkitsville.)

(CUT TO: Orchard. The couple’s car has broken down and they are walking through the orchard.)

GIRL: I can’t believe it. We just got the car fixed.

MAN: This way. (They start walking towards a clearing. The scarecrow moves quickly behind them. The girl gasps and they turn around.)

GIRL: Steve? (They hear more noises.)

STEVE: Who’s there? (They look around and the scarecrow comes out from behind the trees. It begins walking towards them, and they start running away. They are almost at the clearing when DEAN runs in front of them. They stop.)

DEAN: Get back to your car. (The couple looks behind them and sees the scarecrow getting closer.) Go! Go! (The couple runs away. DEAN cocks his gun and shoots the scarecrow, which stumbles but keeps walking. DEAN begins running, cocks his gun again, and shoots. Again, the scarecrow keeps going. DEAN tries one more time, but the scarecrow keeps moving. DEAN keeps running.) Go! Go! (Finally, DEAN and the couple reach the clearing. DEAN cocks his gun and looks around, but the scarecrow has disappeared.)

STEVE: (panting) What—what the hell was that?

DEAN: Don’t ask. (The screen goes black.)

(FADE IN: Bus Station. Middle of the night. MEG is sleeping on the floor. SAM is sitting by his bags, on the phone with DEAN. The scene alternates between the bus station and DEAN’s car.)

SAM: The scarecrow climbed off its cross?

DEAN: Yeah, I’m tellin’ ya. Burkitsville, Indiana. Fun Town.

SAM: It didn’t kill the couple, did it?

DEAN: No. I can’t cope without you, you know.

SAM: So, something must be animating it. A spirit.

DEAN: No, it’s more than a spirit. It’s a god. A Pagan god, anyway.

SAM: What makes you say that?

DEAN: The annual cycle of its killings? And the fact that the victims are always a man and a woman. Like some kind of fertility right. And you should see the locals. The way they treated this couple. Fattenin’ ‘em up like a Christmas turkey.

SAM: The last meal. Given to sacrificial victims.

DEAN: Yeah, I’m thinking a ritual sacrifice to appease some Pagan god.

SAM: So, a god possesses the scarecrow...

DEAN: And the scarecrow takes its sacrifice. And for another year, the crops won’t wilt, and disease won’t spread.

SAM: Do you know which god you’re dealing with?

DEAN: No, not yet.    

SAM: Well, you figure out what it is, you can figure out a way to kill it.

DEAN: I know. I’m actually on my way to a local community college. I’ve got an appointment with a professor. You know, since I don’t have my trusty sidekick geek boy to do all the research. (SAM laughs.)

SAM: You know, if you’re hinting you need my help, just ask.

DEAN: I’m not hinting anything. Actually, uh—I want you to know….I mean, don’t think….

SAM: Yeah. I’m sorry, too.

DEAN: Sam. You were right. You gotta do your own thing. You gotta live your own life.

SAM: Are you serious?

DEAN: You’ve always known what you want. And you go after it. You stand up to Dad. And you always have. Hell, I wish I—anyway….I admire that about you. I’m proud of you, Sammy.

SAM: I don’t even know what to say.

DEAN: Say you’ll take care of yourself.

SAM: I will.

DEAN: Call me when you find Dad.

SAM: (sadly) OK. Bye, Dean. (They hang up. MEG wakes up and moves next to SAM.)

MEG: Who was that?

SAM: My brother.

MEG: What’d he say?

SAM: Goodbye. (They exchange a look.)

(CUT TO: Community College. Day. DEAN is with the college professor.)

PROFESSOR: It’s not every day I get a research question on Pagan ideology.

DEAN: Yeah, well, call it a hobby.

PROFESSOR: But you said you were interested in local lore?

DEAN: Mmhmm.

PROFESSOR: I’m afraid Indiana isn’t really known for its Pagan worship.

DEAN: Well, what if it was imported? You know, like the Pilgrims brought their religion over. Wasn’t a lot of this area settled by immigrants?

PROFESSOR: Well, yeah.

DEAN: Like that town near here, Burkitsville. Where are their ancestors from?

PROFESSOR: Uh, northern Europe, I believe, Scandinavia. 

DEAN: What could you tell me about those Pagan gods?

PROFESSOR: Well, there are hundreds of Norse gods and goddesses.

DEAN: I’m actually looking for one. Might live in an orchard.

(CUT TO: College classroom. The professor puts a large book down on a table and opens it.)

PROFESSOR: Woods god, hm? Well, let’s see. (He leafs through some pages. On one page, DEAN notices a picture of a scarecrow on a post surrounded by farmers in a field.)

DEAN: Wait, wait, wait. What’s that one?

PROFESSOR: Oh, that’s not a woods god, per se.

DEAN: (reading) The V-Vanir? (The professor nods.) The Vanir were Norse gods of protection and prosperity, keeping the local settlements safe from harm. Some villages built effigies of the Vanir in their fields. Other villages practiced human sacrifice. One male, and one female. (points to the picture) Kind of looks like a scarecrow, huh?

PROFESSOR: I suppose.

DEAN: (reading) This particular Vanir that’s energy sprung from the sacred tree?

PROFESSOR: Well, Pagans believed all sorts of things were infused with magic.

DEAN: So what would happen if the sacred tree was torched? You think it’d kill the god?

PROFESSOR: (laughing) Son, these are just legends we’re discussing.

DEAN: Oh, of course. Yeah, you’re right. Listen, thank you very much. (He shakes the professor’s hand.)

PROFESSOR: Glad I could help. (DEAN walks to the classroom door. When he opens it, the sheriff hits him on the head with the end of his rifle. DEAN falls to the ground, and the sheriff and the professor exchange a knowing look.)

(CUT TO: Streets of Burkitsville. STACY, HARLEY, SCOTTY, and the sheriff are standing in the rain, upset.)

SCOTTY: You don’t understand, Harley. All of us here—It’s our responsibility to protect the town.

HARLEY: I understand. Better than all of you. I’m the one that gives ‘em directions. I’m the one that sends ‘em down to the orchard.

SHERIFF: Harley, please.

HARLEY: We all close our doors. Look the other way. Pretend we can’t hear the screams. But this is different, this—this is murder.

STACY: It’s angry with us. Already the trees are beginning to die. Tonight’s the seventh night of the cycle. Our last chance.

HARLEY: If the boy has to die, the boy has to die. But why does it have to be her? (They say nothing, but stare at the ground, disappointed. The camera pans away from them.)

(CUT TO: Cellar. DEAN is by himself. Suddenly, the cellar door opens and EMILY is there, being held by her aunt and uncle. She is crying.)

EMILY: Aunt Stacy. Uncle Harley, please. (They bring her down the stairs, next to DEAN and go back upstairs.) Why are you doing this?

STACY: For the common good. (She shuts the cellar door and DEAN and EMILY are left in the dark. The screen goes black.)

(FADE IN: Bus station. MEG is gathering her things. SAM is trying to call DEAN on his cell phone.)

MEG: Hey. Our bus came in. (SAM hangs up the phone, shaking his head.)

SAM: You better catch it. I gotta go. (He puts on his backpack.)

MEG: Go where?

SAM: Burkitsville.

MEG: Sam, wait.

SAM: I’ve been trying to call my brother for the last three hours. I’m just getting his voicemail.

MEG: Well, maybe his phone’s turned off.

SAM: No, that’s not like him. Meg, I think he might be in trouble.

MEG: What kind of trouble?

SAM: I can’t really explain right now. I’m sorry, look, I don’t want you to miss your bus.

MEG: But I don’t understand. You’re running back to your brother? The guy you ran away from? Why, because he won’t pick up his phone? Sam—come with me to California.

SAM: I can’t. I’m sorry.

MEG: Why not?

SAM: He’s my family. (SAM leaves. MEG watches him go, close to tears.)

(CUT TO: Cellar. DEAN is trying to open the cellar door, but he fails.)

EMILY: I don’t understand. They’re gonna kill us?

DEAN: Sacrifice us. Which is, I don’t know, classier, I guess? (He walks over to her.) You really didn’t know anything about this, did you?

EMILY: About what? The scarecrow god? I can’t believe this.

DEAN: Well, you better start believing, cause I’m gonna need your help.

EMILY: Okay.

DEAN: Now, we can destroy the scarecrow, but we gotta find the tree.

EMILY: What tree?

DEAN: Maybe you can help me with that. It would be really old. The locals would treat it with a lot of respect, you know, like it was sacred.

EMILY: There was this one apple tree. The immigrants brought it over with them. They call it the First Tree.

DEAN: Is it in the orchard?

EMILY: Yeah, but I don’t know where. (The cellar door opens and the four elders are standing there.)

STACY: It’s time. (DEAN and EMILY look at each other, nervous.)

(CUT TO: Orchard. The elders are tying DEAN and EMILY to two adjacent trees.)

DEAN: How many people have you killed, Sheriff? How much blood is on your hands?

SHERIFF: We don’t kill them.

DEAN: No, but you sure cover up after. I mean, how many cars have you hidden, clothes have you buried? (The sheriff walks away.)

EMILY: Uncle Harley, please.

HARLEY: I am so sorry, Em. I wish it wasn’t you.
 
STACY: Try to understand. It’s our responsibility. And there’s just no other choice. There’s nobody else but you.

EMILY: I’m your family.

STACY: Sweetheart, that’s what sacrifice means. Giving up something you love for the greater good. The town needs to be safe. The good of the many outweighs the good of the one. (The four elders walk away.)

DEAN: I hope your apple pie is freakin’ worth it!

EMILY: So, what’s the plan?

DEAN: I’m workin’ on it.

(FADE TO: Orchard. Hours later.)

EMILY: You don’t have a plan, do you?

DEAN: (slightly panicked) I’m workin’ on it. Can you see?

EMILY: What?

DEAN: Is he moving yet?

EMILY: I can’t see. (A shadow is seen moving near the trees.) Oh my God. (As it moves closer, DEAN tries to untie his ropes.) Oh my God! (SAM comes out from behind the trees.)

SAM: Dean?

DEAN: (overjoyed) Oh! Oh, I take everything back I said. I’m so happy to see you. Come on. (SAM begins untying DEAN from the tree.) How’d you get here?

SAM: I, uh—I stole a car.

DEAN: Haha! That’s my boy! And keep an eye on that scarecrow. He could come alive any minute.

SAM: What scarecrow? (DEAN gets up and sees the scarecrow’s post is empty. He and SAM exchange a nervous look. The screen goes black.)

(FADE IN: Orchard. SAM, DEAN, and EMILY are running.)

SAM: Alright, now, this sacred tree you’re talking about—

DEAN: It’s the source of its power.

SAM: So let’s find it and burn it.

DEAN: Nah, in the morning. Let’s just shag ass before Leather Face catches up. (The three of them reach a clearing. Waiting for them are the elders and a few other townspeople.) This way. (They turn around but they are blocked in all directions.)

EMILY: Please. Let us go.

HARLEY: It’ll be over quickly, I promise.

EMILY: Please.

HARLEY: Emily, you have to let him take you. You have to—(All of a sudden, the scarecrow sticks his sickle through HARLEY’s stomach. EMILY and STACY scream, then STACY is captured by the scarecrow, too. EMILY runs into DEAN’s arms while he her aunt and uncle are dragged away by the scarecrow. The rest of the townspeople run away in fright.)

DEAN: Come on, let’s go. (SAM, DEAN, and EMILY start running. They hear a noise and turn around, but the scarecrow and its victims have disappeared. The three of them stay there and look around.)

(FADE TO: Orchard. Morning. SAM, DEAN, and EMILY walk to the sacred tree with gasoline and a lighter. The tree is marked with VINCE’s tattoo design. SAM goes to the tree and pours the gasoline on it. DEAN picks up a long branch and lights it.)

EMILY: Let me. (She takes the branch from DEAN.)

DEAN: You know, the whole town’s gonna die.

EMILY: Good. (She throws the burning branch onto the tree, and the three of them watch it go up in flames.)

(FADE TO: Bus Stop. EMILY is getting on a bus to Boston. She smiles at DEAN, who waves to her. She waves back and takes a seat. DEAN and SAM watch the bus leave.)

SAM: Think she’s gonna be alright?

DEAN: I hope so.

SAM: And the rest of the townspeople, they’ll just get away with it?

DEAN: Well, what’ll happen to the town will have to be punishment enough. (They start walking to DEAN’s car.) So, can I drop you off somewhere?

SAM: No, I think you’re stuck with me. (They stop at the car.)

DEAN: What made you change your mind?

SAM: I didn’t. I still wanna find Dad. And you’re still a pain in the ass. (DEAN nods.) But, Jess and Mom—they’re both gone. Dad is God knows where. You and me. We’re all that’s left. So, if we’re gonna see this through, we’re gonna do it together. (DEAN pauses.)

DEAN: Hold me, Sam. That was beautiful. (He puts his hand on SAM’s shoulder, who hits it away. They laugh.)

SAM: You should be kissing my ass, you were dead meat, dude.

DEAN: Yeah, right. I had a plan, I’d have gotten out.

SAM: Right. (They smile and get in the car.)

(CUT TO: Highway. Another shady guy is giving MEG a ride.)

VAN DRIVER: So, where to, pretty lady?

MEG: How about you pull over?

VAN DRIVER: (looks at her) Okay. That works. (He pulls over. MEG reaches into her bag and pulls out a silver bowl.) What’s that?

MEG: I’ve got to make a call. (She reaches into the bowl to get something.)

VAN DRIVER: I’ve got a cell phone you could use.

MEG: It’s not that kind of call. (She pulls out a knife and slits the van driver’s throat. She holds the bowl under his neck and lets his blood pour into it.) Thanks for the ride. (She begins stirring the blood in the bowl with her finger.) Tire quiero patem me a di. (The blood swirls around and a silver orb appears in the middle of the liquid.) It makes no sense. I could’ve stopped Sam. Hell, I could’ve taken them both. Why let them go? (She pauses, seemingly listening to someone the audience cannot hear.) Yes. (She pauses again.) Yes. (She pauses one more time.) Yes, Father. (The screen fades to black.)

THE END

 

Ecrit par kaylia.

Kikavu ?

Au total, 121 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Luciole59 
02.05.2018 vers 17h

Jess2000 
19.04.2018 vers 14h

stephane25 
17.02.2018 vers 20h

laeti5 
16.02.2018 vers 22h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bannière de l'animation HypnoTrésor

Ne manque pas...

Vote pour les HypnoAwards 2018 jusqu'au 26 août !
Jusqu'au 26/08 | Votez nombreux !

Activité récente

Petit jeu (suite)
Aujourd'hui à 17:12

Anniversaire !!!
Aujourd'hui à 16:27

Le Roadhouse 28
Aujourd'hui à 16:26

Photo de la quinzaine
Aujourd'hui à 14:11

Survivor (suite)
Aujourd'hui à 14:10

Nouveau sondage
13.07.2018

Calendriers
05.07.2018

Photos Twitter
09.06.2018

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

13.23 : Let the Good Time Roll (inédit)
Jeudi 17 mai à 20:00
1.63m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

13.22 : Exodus (inédit)
Jeudi 10 mai à 20:00
1.30m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

13.21 : Beat The Devil (inédit)
Jeudi 3 mai à 20:00
1.39m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

13.20 : Unfinished Business (inédit)
Jeudi 26 avril à 20:00
1.51m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Anniversaire JARED Padalecki

Anniversaire JARED Padalecki
Aujourd'hui, c'est Anniversaire à notre Jared Padalecki Nationnal ! Il fête aujourd'hui ses 36...

Salvation | Samantha Ferris - Season 2

Salvation | Samantha Ferris - Season 2
Samantha Ferris incarne le rôle de la directrice Evelyn Davis dans la deuxième saison de la...

Garage Sale Mystery: The Mask Murder | Samantha Ferris

Garage Sale Mystery: The Mask Murder | Samantha Ferris
Le synopsis et la date de diffusion du téléfilm Garage Sale Mystery: The Mask Murder, réalisé...

Nouveau sondage

Nouveau sondage
Une petite tendance SPN pour cet été... Et vous comment allez-vous passer vos vacances ?...

Nouvelle Photo de la Quinzaine

Nouvelle Photo de la Quinzaine
Après une victoire écrasante d'Alexander Calvert (Jack) lors de la précédente PDLQ, cette fois, il...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

CastleBeck, 18.07.2018 à 06:42

Le quartier Lethal Weapon compte sur vos votes, d'ici dimanche, pour la 3e catégorie des Awards sur le quartier. Merci.

juju93, 18.07.2018 à 20:38

Plus personne pour voter au 3ème quart de finale du tournoi de chant de The L Word ? Pas besoin de connaître la série !

Sevnol, Avant-hier à 12:24

Des bannières ont besoin de vos votes dans les préférences N'hésitez pas à y passer faire un tour

Locksley, Hier à 16:35

Hypnoweb a 15 ans, joyeux anniversaire ! Découvrez à l'Accueil la nouvelle HypnoCard Collector créée pour fêter l’événement !

juju93, Aujourd'hui à 17:36

Qui sera la ou le L Diva ? C'est parti pour le 4ème quart de finale du tournoi de chant sur The L Word . Venez voter. Merci.

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site