VOTE | 644 fans

#417 : Nés Pour Chasser


Réalisé par: James L.Conway
Ecrit par: Sera Gamble

SI LES WINCHESTERS N'ETAIENT PAS DES CHASSEURS - Dean et Sam vivent des vies très séparées. Dean est un homme d'affaire qui écoute les news à la radio plutôt que des stations de rock. Il travaille dans une société appelée 'Sandover Bridge & Iron Compan' à côté de Sam qui lui est dans le support technique. Il semble que les deux ne se connaissent pas. Cependant, après que les collaborateurs se sucident un par un et que le taux devient alarmant, Sam et Dean vont travailler ensemble pour résoudre ces meurtres.

Popularité


4.57 - 7 votes

Titre VO
It's a Terrible Life

Titre VF
Nés Pour Chasser

Première diffusion
26.03.2009

Première diffusion en France
28.08.2011

Vidéos

Promo 1

Promo 1

  

Sneak Peek 1

Sneak Peek 1

  

Sneak Peek 2

Sneak Peek 2

  

Sneak Peek 3

Sneak Peek 3

  

Plus de détails

 

 

 

 

 

 

Si les frères Winchester n'étaient pas des chasseurs :

Le réveil sonne dans l'appartement de Dean qui se prépare pour aller travailler. Il sort de chez lui et monte dans sa voiture, une Toyota Prius hybride et allume la radio. Il tombe sur une station de rock mais la change de suite pour une station d'information. Il arrive ensuite à son travail, dans un grand building sort de l'ascenseur puis rejoint son bureau, il est écrit sur la porte 'Dean Smith, Directeur des ventes et du marketing'. On le voit travailler toute la journée dans son bureau. Le soir arrive et Dean range ses affaires dans sa sacoche et s'en va. Il prend l'ascenseur et se retrouve avec Sam qui lui demande en le regardant s'ils se connaissent. Dean dit que non et Sam a pourtant l'impression de le connaître.

 

*****SUPERNATURAL*****

Nouvelle journée de travail. On voit Sam dans un box habillé d'un tee-shirt jaune comme tous ses autres collègues. Il travail au support technique et résout au téléphone les problèmes. Son téléphone sonne et Sam répond au nom de 'Sam Wesson'. Une fois le problème résolut, un collègue de Sam, Ian, qui est le seul qui ne porte pas de tee-shirt jaune engage la conversation puis ils décident d'aller prendre une pause café. Ils demandent en passant, à Paul, un autre collègue, de venir avec eux. Paul refuse l'invitation en leur disant qu'il n'a pas le temps. Sam et Ian sont surpris car ce n'est apparemment pas dans l'habitude de Paul de ne pas avoir le temps. Le collègue de Sam lui dit qu'il doit être stressé à cause du rendez-vous qu'il a eu avec les ressources humaines.

Arrivés dans la cuisine, Sam sert un café à son ami qui lui demande s'il a fait des rêves bizarres ces derniers temps. Sam hésite et lui raconte tout de même qu'il a rêvé qu'il sauvait un faucheur appelé Tessa des démons. Ian se moque de Sam qui n'a pas l'air enchanté et aurait préféré se taire.

Sam est de retour dans son box et travaille. Il se sent fatigué et s'assoupie. Il se réveille en sursaut après avoir eu des flashs de Dean et lui entrain de chasser toutes sortes de créatures.

Sam prend l'ascenseur et se retrouve à nouveau avec Dean. Il lui pose des questions sur les fantômes, vampires et s'il lui arrive de faire des rêves bizarres. Dean lui dit qu'il ne voit pas de quoi il parle, qu'ils ne se connaissent pas et sort de l'ascenseur.

Nouvelle journée de travail pour Sam qui est dans son box et dessine tout en parlant au téléphone des démons et autres créatures. Il tape sur un moteur de recherche 'Vampire' et tombent sur plusieurs images. Ian l'interrompt et lui demande s'il a reçu un mail des ressources humaines. Sam dit que non et son collègue lui dit qu'il doit se présenter aux ressources humaines ce qui ne l'enchante guère. Ian se lève pour y aller et Sam continue ses recherches. Il entend dans le box d'en face Paul qui s'énerve sur son ordinateur car il a perdu tout le travail qu'il avait fait.

Le soir arrive et il ne reste que Paul dans son box qui s'acharne sur son ordinateur afin de retrouver ses fichiers perdus. En vain. Paul se lève comme hypnotisé, se dirige vers la cuisine ouvre le micro-ondes puis y met sa tête avant d'appuyer sur le bouton.

Le lendemain, Sam est aux premières loges pour voir les ambulanciers emmener le cadavre de Paul. Il y croise le regard de Dean perplexe de l'autre côté.

Dans son bureau, Dean regarde la fiche de Paul et voit qu'il était à deux semaines de la retraite. De son côté, Sam pause la même question à Ian qui pour la première fois porte le tee-shirt jaune et semble assidue à son travail et n'a pas le temps pour Sam. Sam est étonné et voit bien que quelque chose ne va pas. Ian se lève et dit qu'il doit aller parler au manager. Il arrive donc dans le bureau de Dean qu'il l'a convoqué pour une petite erreur sans gravité. Mais pour Ian, son erreur prend des proportions énormes et il commence à se mettre dans tous ses états sous le regard abasourdi de Dean qui ne comprend pas. Dean essaie de le calmer mais Ian s'enfuie en courant. Dean essaie de le rattraper et le retrouve dans les toilettes face à un lavabo se regardant dans le miroir. Dean lui dit de se calmer. Soudain, une vague de froid se fait sentir comme pour Paul, les robinets s'ouvrent et Dean qui assiste à se phénomène essaie de convaincre Ian se sortir avec lui. Ian se tourne vers Dean, sort un crayon de sa poche et se le plante dans le cou. Ian tombe sur le sol et Dean accoure vers lui. Soudain, Dean voit un vieil homme dans le reflet. Il se retourne mais il a disparu. Dean appelle à l'aide.

Très vite la police arrive et Dean répond à ses questions puis les regards de Sam et Dean se croisent à nouveau. Sam est dans son box et reçoit un coup de fil de Dean qui lui demande de venir dans son bureau.

Dean demande à Sam qu'il est. Sam lui répond qu'il a commencé il y a trois semaines. Dean dit que lui aussi. Puis il lui demande pourquoi il lui a parlé de fantômes dans l'ascenseur. Sam en conclut que Dean a vu quelque chose dans les toilettes. Dean acquiesce. Sam avance sa théorie en lu disant que ce ne sont peut-être pas des suicides mais des meurtres non naturels. Dean a du mal à croire que les fantômes existent et demande à Sam sur quoi il se base. Sam lui répond à l'instinct et étonnement, Dean lui dit qu'il a le même instinct. Sam lui montre alors les recherches qu'il a fait : Ian et Paul ont reçu le même e-mail des ressources humains disant de se rendre dans le bureau 1444 qui ne correspond pas aux ressources humains. Sam et Dean décident d'aller vérifier ce bureau. Au même moment, un collègue de Sam se rend dans ce bureau où se trouvent du matériel informatique stocké sur des étagères. Il entre et la porte se referme brusquement. Il essaie de l'ouvrir mais en vain. Il avance apeuré dans cette pièce et soudain, les écrans s'allument et une vague de froid se fait sentir. Puis les écrans se mettent à bouger. Sam et Dean arrivent dans le couloir et entendent les cris de l'employé. Ils accourent vers la porte du bureau qui est fermé. N'arrivant pas à l'ouvrir, Sam met un coup de pied sec dans la porte sous le regard épaté de Dean. Même Sam semble surpris lui-même. Dean va aider l'employé coincé sous une étagère mais le fantôme apparait et envoyé valser Dean puis Sam. Le fantôme du vieil homme s'approche de l'employé et s'apprête à l'électrocuté mais instinctivement, Dean attrape un objet en fer et frappe le fantôme qui disparait.  Les écrans s'éteignent et les deux hommes sortent l'employé de dessous l'étagère. Sam demande à Dean comment il a su faire disparaître le fantôme et Dean lui répond qu'il n'en a aucune idée.

Sam et Dean se retrouvent chez ce dernier et se demandent comment ils ont fait pour défoncer la porte d'un coup de pied et faire fuir le fantôme. Sam se confie à Dean en lui disant qu'il a l'impression de ne pas être à sa place que même son nom de famille ne lui plait pas. Il sent qu'il devrait faire autre chose, qui le ressent même jusque dans son sang.  Dean quant à lui ne ressent pas la même chose mais pense qu'il doit s'occuper de ce qui est sur son chemin. Sam demande à Dean ce qu'ils vont ensuite faite et instinctivement, Dean appelle Sam, « Sammy » ce qui surprend les deux hommes.

Ils poursuivent leurs recherchent et Dean tombe sur un site de chasseurs de fantômes 'Les Ghostfacers' qui expliquent tout ce qu'il faut savoir pour chasser les fantômes. Puis ils trouvent l'identité du fantôme : P.T Sandover qui travaillait pour la même compagnie. Son bureau se trouvait au quatorzième étage, le 1444.

Sam et Dean préparent un sac avec du sel et des armes en fer comme indiquer sur le site des Ghostfacers qui précise qu'ils doivent brûler le corps et les restes du cadavres pour faire disparaître le fantôme. Sam et Dean découvrent que P.T Sandover a été incinéré et en concluent qu'il doit rester quelque chose lui appartenant dans le building. Ils décident donc de s'y rendre.

Ils se mettent à fouiller dans le bureau 1444 à la recherche du moindre ADN de Sandover. Soudain, un garde les surprend mais Dean arrive à se cacher derrière une étagère et seul Sam se fait prendre et sort avec le garde. Ils prennent l'ascenseur quand il tombe en panne brusquement. Le gardien ouvre les portes et demande à Sam de le suivre. Sam ne veut pas et préfère attendre. Le garde sort alors de l'ascenseur. Pendant ce temps, Dean continue de fouiller. Retour dans l'ascenseur, le garde qui se trouve entre les deux portes dit à Sam de venir soudain, les portes se referment et coupe littéralement la tête du garde et le sang éclabousse Sam sous le choc.   

Sam retrouve Dean à l'étage 22 où se trouvent sous verre les gants de P.T Sandover. Ils s'emparent tous les deux de barres de fer et Sam prend également du sel. Dean brise la vitre et le fantôme apparaît aussitôt. Il envoie une nouvelle fois Dean valser dans le mur et essaie de s'en prendre à Sam qui lui balance du sel. Dean se relève et le fantôme réapparaît derrière lui. Sam lui lance alors la barre de fer que Dean attrape avec brio et vient frapper d'un coup le fantôme. Les deux sont étonnés de leur dextérité. Le fantôme réapparaît et chacun leur tour, le font disparaitre à l'aide des barres de fer. Mais le fantôme arrive de nouveau à les envoyer dans le mur. Le fantôme s'approche alors de Dean pour l'électrocuté et Sam s'empare de la paire de gants et arrivent à la faire brûlé à temps. P.T Sandover disparaît pour de bon.

Le combat est fini et Sam et Dean sont tous excités de ce qui viennent d'accomplir. Encore sous l'effet de l'adrénaline, Dean avoue qu'il ne sait jamais autant amusé. Sam lui dit qu'ils devraient continuer de faire ça qu'il y a d'autres fantômes dehors. Dean est plutôt réticent à cette idée de quitter son job et prendre la route pour vivre comme des nomades et chasser toutes sortes de créatures. Dean pense au côté pratique. Sam lui confesse alors que dans ses rêves il combat les fantômes avec lui, qu'ils étaient comme des chasseurs et étaient frères. Sam essaie de convaincre Dean sceptique. Sam remet en doute toute la vie de Dean, si ce qui croit vrai ne l'est pas en réalité, qu'il est plus ce qu'il est actuellement. Sam lui dit qu'il le connaît. Dean lui dit alors qu'il ne le connait pas et qu'il devrait partir. Sam déçu s'en va.

Le lendemain, Sam est de nouveau dans son box. Le téléphone sonne mais il ne répond pas et le laisse sonner. Soudain, il se lève, prend la barre de fer et casse son téléphone avec sous les regards apeurés de ses collègues. Il annonce qu'il démissionne et s'en va.

Dean travaille dans son bureau. Son patron arrive. Il sait qu'il travaille dur et propose donc à Dean un gros bonus. Il veut s'assurer qu'il restera là et pourquoi pas par la suite devenir vice-président. Dean hésite et dit finalement qu'il démissionne, qu'il a réalisé très récemment qu'il a quelque chose d'important à faire, qu'il est censé être autre ce qu'il est. C'est alors que son patron qui n'est en réalité pas son patron fait recouvrir la mémoire à Dean. Dean revient à lui et se demande ce qu'il fait là et demande à l'homme en face de lui qui il est. L'homme lui répond qu'il s'appelle Zachariah et qu'il est le supérieur de Castiel. Dean est énervé et ne comprend pas pourquoi il a été amené dans cette vie. Zachariah lui explique alors que c'est pour lui montrer que cette voie est dans ses gênes, qu'il est et sera toujours un chasseur et qu'il aime ça. De plus, il est doué et sera gagnant de ce combat, qu'il fera ce qui lui est destiné. Il sait qu'il est effrayé et pense ne pas pouvoir y arriver. Dean est de plus en plus énervé et Zachariah lui montre le bon côté de sa vie : que la plupart des gens ne font rien de spécial de leur vie mais que lui peut changer les choses, sauver des vies, peut-être sauver le monde. Qu'il a don et devrait en être reconnaissant pas pleuré sur son sort, qu'il n'a qu'a regardé autour de lui pour voir qu'il y a pire que sa destinée. Il lui demande alors s'il est prêt à se lever et à être ce qu'il est. Dean le regarde déterminé.

 

Écrit par Luinel.

Résumé des épisodes précédents.

(C'est un DEAN bien différent qui apparaît à l'écran. Il s'appelle DEAN SMITH et est directeur des ventes pour une grosse boîte. Il a une vie sédentaire, saine, et au lieu de rock, écoute les infos. On le voit avec un casque main libre, il rit au téléphone, puis discute avec un collègue dans son bureau.)

DEAN : C'est la semaine de la mode. Je rate pas un seul défilé à la télé ! C'est magique ! (On le voit ensuite manger une salade, puis de nouveau au téléphone.) Je suis d'accord pour le bénéfice net, mais le taux de rétention de nos clients risque de minimiser notre marge opérationnelle ! (Son patron rentre dans son bureau.) Appelle-moi quand t'auras vu les tableaux. (Coupe son main-libre.) Mr Adler !

MR ADLER : Dean ! Beau travail !

DEAN : Beau travail ?

ADLER : Vous prenez les choses en mains ! Joli travail !

DEAN : C'est gentil à vous ! (Plus tard dans la soirée, au téléphone toujours.) Je comprend. Ca fait un bail que je suis pas allé à la salle de muscu, je commence à avoir des bouées !(rit.) On est trop sédentaire, c'est normal qu'on s'empâte y'a pas de miracles. Redonne-moi ta recette, tu m'as dis euh du citron et ? Et puis quoi ? Poivre de cayenne ! Sans blague du sirop d'érable ? Combien t'as perdu ? (Hausse les sourcils. Il finit par ranger ses affaires et sort de son bureau.)

 

(Quelques instants plus tard, il entre dans l'ascenseur. A côté se trouve SAM, lui aussi différent puisqu'employé de la boîte. Il regarde DEAN étrangement.)

SAM : Est-ce qu'on se connait ?

DEAN : Non. Je ne crois pas.

SAM : (instant de réflexion.) Excusez-moi mais, votre visage m'est vraiment familier.

DEAN : Gardez ça pour la salle de muscu.

(Il sort de l'ascenseur, laissant SAM dans ses réflexions.)

 

GENERIQUE

 

(SAM travaille dans son box. Le téléphone de son bureau sonne.)

SAM : (au téléphone.) Assistance technique Sam Wesson ! D'accord euh, vous avez essayé d'éteindre et de rallumer l'appareil ? Bon, dans ce cas éteignez-le... Non, non, non, non, vous appuyez sur le bouton off. Attendez une seconde. Maintenant rallumez-le. Ca y est, votre imprimante fonctionne ? Génial. C'est moi qui vous remercie. (Raccroche.)

(Son collègue IAN se retourne.)

IAN : Hey.

SAM : Oui ?

IAN : Qu'est-ce que tu penses de.... Mimi ?

SAM : Elle est sympa.

IAN : Pourquoi tu tentes pas ta chance ?

SAM : Tu rigoles ? Vu son âge, elle pourrait être ma mère.

IAN : Elle a de l'expérience.

SAM : Et aussi des lunettes à triple foyers.

IAN : C'est une maman qui a faim, ça se voit. Peut-être même qu'elle est grand-mère !

SAM : Steuplait.

IAN : On fait une pause ?

SAM : Ouais, avec joie.

(Ils se lèvent et vont voir un autre collègue, PAUL.)

IAN : Paul tu viens ? On va prendre un café.

PAUL : Désolé, mais j'ai pas le temps.

IAN : Qu'est-ce qu'il te prend ? Tu sais qu'on est payé à l'heure ?

PAUL : (très nerveux.) Je travaille là !

IAN : (avec un regard à SAM.) D'accord on te laisse.

(Ils repartent tous les deux.)

SAM : Il est super stressé.

IAN : Sûrement parce qu'il s'est fait pincer en train de surfer sur des sites de cul.

SAM : Nan tu rigoles ? Quand ?

IAN : Il a été convoqué chez le DRH hier. Ca a dû lui filer une trouille du diable.

(Dans la salle de repos. IAN ouvre un casier et pique des crayons à papier.)

SAM : Ian, qu'est-ce que tu fais ?

IAN : Un peu de shopping. J'en ai presque plus chez moi. (SAM lui tend un café.) Alors, dis-moi, t'as refait des drôles de rêves récemment ? (SAM soupire.) Allez, fais pas autant de mystère ! C'est ce qui me fait venir le matin.

SAM : Je me demande ce qu'il m'a pris de t'en parler.

IAN : Ils sont trop délires tes rêves ! Allez, raconte-les ! (SAM se serre un café mais ne dit rien.) Tu sais bien que je les adore.

SAM : Tu vas encore te foutre de moi.

IAN : Quoi ?! T'es malade ! Je te ferais pas la moindre remarque, je t'en donne ma parole. Allez.

SAM : (après hésitation.) J'ai rêvé que je sauvais une grande faucheuse nommée Tessa, des griffes des démons.

IAN : (essaie de ne pas rire.) C'est classique ! T'as trop joué à Donjons & Dragons quand t'étais petit ! C'est dément ! Alors dans ton rêve t'as (rit), t'as volé au secours de la grande Faucheuse ? T'es un héros ! Remercions le ciel de nous avoir envoyé Harry Potter pour nous protéger de l'Apocalypse. (Rit.)

SAM : Crétin.

IAN : Petit sorcier !

 

(Et le boulot recommence. C'est tellement monotone que SAM finit par somnoler. Il a alors des flashs de lui, en compagnie de DEAN, en train de tuer différentes créatures, démons, esprits. Il se réveille en sursaut.)

(Il prend de nouveau l'ascenseur, ou il retrouve DEAN, qu'il se remet à fixer. Les personnes présentes sortent toutes en même temps, les laissant seuls dans l'ascenseur.)

SAM : (après une hésitation.) Je peux vous poser une question ?

DEAN : Je vous ai déjà dit que j'étais pas intéressé-

SAM : Oh ça va, je suis pas en train de vous draguer, j'ai rien qu'un petit truc à vous demander.

DEAN : Allez-y.

SAM : Euh... Qu'est-ce que vous pensez des... des fantômes ?

DEAN : Des fantômes ?

SAM : Vous croyez aux fantômes ?

DEAN : (petit rire.) Je me suis jamais vraiment posé la question.

SAM : Aux vampires ?

DEAN : Quoi ? Pourquoi ?

SAM : Parce que j'ai fait des... des rêves étranges récemment et.... Vous comprenez ?

DEAN : Ma foi non, pas vraiment.

SAM : Vous voulez dire que vous n'avez jamais fait de... de rêve étrange ?

DEAN : (agacé.) Ecoutez mon vieux, je ne vous connais pas. D'accord ? Mais je veux bien vous donner un petit conseil. Si vous voulez vous faire des amis c'est pas la bonne technique. (Il sort.)

 

(Le lendemain. Le travail recommence. SAM, tout en étant au téléphone, dessine ses rêves.)

SAM : Vous avez essayé d'éteindre et de rallumer l'appareil ? Bon bah, on va commencer par là. Pas de problèmes, j'attends. (Il en profite pour faire une recherche sur les vampires sur le net.) Images de vampires. (Le client revient.) L'imprimante fonctionne ? Génial. C'est moi qui vous remercie. (Il raccroche.)

IAN : Qu'est-ce que tu fais ?

(SAM ferme rapidement la fenêtre.)

SAM : Moi ? Rien.

IAN : T'as eu un mail du DRH toi ?

SAM : Non. Pourquoi ?

IAN : Merde ! Y'a que moi alors. Je dois me présenter au bureau de Monsieur le Directeur des Ressources Humaines.

SAM : Il s'est enfin rendu compte que t'avais volé des tas de fournitures de bureau.

IAN : Pourvu qu'il me donne une petite fessée ! (Il rit puis s'en va.)

(Sur sa machine, PAUL s'énerve.)

PAUL : Non, non, non c'est pas possible ! Ne me fais pas ça, s'il te plaît !

SAM : Y'a quelque chose qui va pas ?

PAUL : Ca a planté.

SAM : Ce sont des vieilles bécanes, elles plantent constamment.

PAUL : Mais quand j'ai voulu réinitialiser l'ordinateur, tout mon travail a été effacé !

SAM : T'as rien sauvegardé ?

PAUL : Non, j'aurais dû faire une sauvegarde, j'aurais rêvé d'en avoir fait une, mais c'est pas le cas. Je vais la récupérer ça va aller. Elle est quelque part. Y'a pas de problèmes, je vais la retrouver.

SAM : Hey Paul calme-toi. Ce sont des choses qui arrivent.

(Mais PAUL n'a pas l'air de se calmer.)

 

(Tard le soir, PAUL est toujours sur son ordinateur, à tenter de récupérer son travail.)

PAUL : S'il te plaît ! S'il te plaît ! S'il te plaît ! Fais-moi plaisir ! Pitié ! Pitié ! (Mais rien ne revient, malgré ses efforts.) Tout mon travail... effacé.... Perdu à jamais !

(Soudain un courant d'air se fait sentir. PAUL change, et son regard se fige. Il se dirige vers la salle de repos. Il casse les dents d'une fourchette en plastique et l'insère dans le système de fermeture de la porte du micro-ondes. Puis il met sa tête dans le micro-ondes et le met en route.)

 

(Le lendemain. SAM voit passer le sac contenant le corps de son collègue. En face de lui il voit DEAN, qui croise son regard. DEAN parle à son collègue.)

DEAN : Y'a pas quelque chose qui te paraît un peu étrange ?

COLLEGUE : Si ! Ça fout les chocottes. Je te le dis mon vieux, je mangerai plus jamais de pop-corn.

DEAN : T'as raison.

 

(Dans son bureau, DEAN fait une recherche sur PAUL. Il découvre alors des choses intéressantes.)

DEAN : Pot de départ dans deux semaines ?!

 

(De son côté, SAM essaie d'en discuter avec IAN.)

SAM : Dis. Pourquoi quelqu'un voudrait se suicider, deux semaines avant son départ à la retraite ? C'est vrai, Paul n'avait plus que deux semaines à attendre pour être libre. Il aurait dû... il aurait dû être aux anges ! Non ?

IAN : (très nerveux.) Je suis vraiment très occupé Sam !

SAM : (rit.) Je la trouve très bonne. (En regardant son ami.) Qu'est-ce qu'il te prend ?

IAN : Je travaille là ! C'est important !

SAM : Le DRH t'a mis une pression de malade ? Tu portes la tenue ? Tu t'es rasé en plus !

IAN : (ignore SAM. Décroche le téléphone.) Assistance technique. Je monte tout de suite. (Il raccroche.) Le directeur des ventes demande à me parler. (Il se lève devant un SAM très étonné.)

 

(Il arrive dans le bureau de DEAN. Il frappe.)

DEAN : Euh, Ian, c'est ça ? (IAN acquiesce.) Entrez. Vous avez rempli un formulaire 4.45 T. Et euh, ce n'est pas important, mais il y a de petites erreurs sûrement dues au changement du système d'exploitation, vous voulez bien remplir à nouveau le formulaire ?

IAN : Oh non !

DEAN : (sort le formulaire.) C'est pas grave, je vous demanderai simplement de m'en refaire un aujourd'hui pour que je puisse le transmettre à la facturation.

IAN : Oh mon Dieu !

DEAN : Y'a pas de mal. Remplissez-le et on en parle plus.

IAN : Comment j'ai pu faire une aussi grosse erreur ? C'est impardonnable je, j'aurais dû faire plus attention !

DEAN : C'est rien. Calmez-vous.

IAN : (complétement paniqué.) Non, non ! J'ai réduit les bénéfices. J'ai des responsabilités ! J'arrive pas à le croire, quel imbécile ! Je vous prie de m'excusez j-.... Comment j'ai pu faire ça ? J'ai fait défaut à Sandover ! J'ai fait défaut au groupe !

DEAN : Asseyez-vous une seconde, d'accord ? (IAN s'en va en courant.) Ian... Ian ? Attendez ! (Il le rattrape dans les toilettes.) Ian ? Ecoutez, calmez-vous mon vieux, c'est rien !

IAN : Qu'est-ce que j'ai faits ?

(Soudain un courant d'air froid, puis les robinets qui s'ouvrent tous seuls.)

DEAN : On devrait pas rester ici, venez. Venez ! Ian ? (IAN ne réagit pas.) Regardez-moi.

(Soudain IAN se retourne vers lui, sort un crayon, et se le plante dans la carotide.)

 

(Un peu plus tard, DEAN dépose son témoignage au policier, tandis que le corps de IAN est emmené.)

DEAN : Je l'ai suivi jusque dans les toilettes et là il était... il était devant la glace, juste au-dessus du lavabo, et ensuite.... (Il voit SAM.)

POLICIER : Allez-y continuez Monsieur.

DEAN : Et ensuite sans prévenir, il s'est enfoncé un crayon dans le cou.

 

(SAM, de retour dans son box, décroche le téléphone.)

SAM : Assistance technique, Sam Wesson.

(C'est DEAN.)

DEAN : Rejoignez-moi dans mon bureau. Tout de suite.

 

(SAM raccroche puis monte dans le bureau de DEAN. Il frappe.)

DEAN : Vous pouvez entrer, allez-y. Et fermez la porte. (SAM s'exécute.) Qui êtes-vous ?

SAM : Je suis pas sûr de le savoir.

DEAN : Comment ça vous n'êtes pas sûr ?

SAM : Je m'appelle Sam Wesson. J'ai commencé à travailler y'a trois semaines.

DEAN : Très bien. Vous m'avez abordé dans l'ascenseur et... et vous m'avez parlé de fantômes. Et bizarrement....

SAM : Je vous écoute.

DEAN : Non rien du tout. Euh .... Comme ça vous avez commencé il y a trois semaines ? (SAM hoche de la tête.) C'est marrant, moi aussi. (Il prend une bouteille qu'il ouvre.) C'est du Master Cleaner. Vous avez essayé ? Ca purifie le corps comme aucune autre boisson. (Il boit.)

SAM : Quand vous étiez aux... aux toilettes avec Ian. Vous avez vu quelque chose ?

DEAN : J'en sais rien, je sais pas ce que j'ai vu.

SAM : Attendez. Vous voulez dire que.... que vous avez vu... un fantôme ?!

DEAN : J'avais pas les idées claires. Il venait de se planter un crayon dans le cou-

SAM : Vous avez vu un fantôme ! Bon écoutez. Et si tous ces suicides... n'avaient rien de naturel ? Quelque chose les force peut-être... à passer à l'action et à se tuer ?

DEAN : (réfléchit.) Alors ce serait un coup des fantômes ? Vous croyez que ce sont eux, les vrais responsables de.... de tous les morts qu'on retrouve dans l'établissement ?

SAM : Je sais que ça a l'air dingue. Mais, oui j'en suis tout à fait convaincu.

DEAN : Et vous vous basez sur quoi ?

SAM : (hésite.) Je dirais que c'est une intuition.

DEAN : (soupire.) C'est drôle, j'ai la même intuition.

SAM : C'est vrai ? Les fameux rêves dont je vous ai parlé. Ils mettaient en scène des fantômes !

DEAN : Ah ouais ?

SAM : Et comme par hasard, il y a eu un vrai fantôme !

DEAN : Vous voulez dire que vos rêves étaient prémonitoires ? Et que vous avez des dons extra-lucides ?

SAM : Non c'est pas ça. Je suis pas cinglé à ce point. Ce que je veux dire, c'est qu'il se passe quelque chose de pas net dans cette société. Et c'est pour ça que j'ai fait des recherches. (Il sort des papiers de son sac, qu'il tend à DEAN.) Je crois avoir trouvé un lien entre nos deux suicidaires.

DEAN : (regarde les documents.) Vous avez fouillé dans leurs boîtes mails ?

SAM : Heum, je me suis rendu compte que j'avais des capacités, et un certain talent, pour assouvir ma... ma curiosité.

DEAN : C'est du joli.

SAM : Enfin bref, voilà ce que j'ai trouvé. Les deux hommes, Ian et Paul, ont tous les deux reçu un email leur demandant d'aller voir le DRH. Bureau 1444.

DEAN : C'est pas le bon bureau.

SAM : Exactement.

DEAN : Et si on allait jeter un coup d'œil ?

SAM : Quoi ? Maintenant ?

DEAN : Heum... Non. Non c'est vrai, il est tard.

(Les boys se regardent.)

SAM : J'ai une envie folle, d'aller jeter un coup d'œil.

DEAN : C'est vrai ?

 

(Pendant ce temps, un employé se rend au fameux bureau 1444, qui fait en fait office de réserve. Il entre.)

EMPLOYE : Bonjour. Y'a quelqu'un ?

(La porte se referme. Il essaie de l'ouvrir, mais en vain. Il s'avance dans la pièce, peu rassuré, quand les écrans d'ordinateurs stockés s'allument. L'air se refroidit soudainement. Au même moment, DEAN et SAM se dirigent vers le bureau 1444, quand ils entendent l'employé crier. La porte semble verrouillée, alors SAM la défonce à coup de pied.)

DEAN : Wow.

(Ils entrent et se retrouvent face à l'esprit. Il projette DEAN contre une étagère et s'apprête à électrifier l'employé avec sa main, quand DEAN prend une barre de fer et le frappe. L'esprit disparaît. DEAN et SAM libèrent l'employé bloqué sous une étagère.)

SAM : Comment vous avez vu su qu'il fallait faire ça ?

DEAN : J'en ai aucune idée.

(Ecran noir.)

 

(Chez DEAN. SAM et lui boivent pour se ressourcer.)

DEAN : C'est un truc de dingue.

SAM : C'est clair. Je boirais bien une bière.

DEAN : J'ai que du Master Cleaner, j'ai enlevé tous les glucides du réfrigérateur.

SAM : Ah. Dis-moi. Comment tu savais que les fantômes craignaient les clés à molette ?

DEAN : Ca m'est venu comme ça. Toi aussi t'as assuré en défonçant cette porte, on aurait dit du Jet Li, t'es ceinture noire de karaté ou quoi ?

SAM : (rit.) Non ! Je sais même pas comment j'ai fait. C'est dément. C'est comme si... Je l'avais déjà fait avant.

DEAN : Qu'est-ce que t'entends par là ? Dans une autre vie, tu veux dire ?

SAM : Non c'est bizarre. J'arrive pas à m'enlever de la tête que ma place est ailleurs, tu comprends ? Comme si j'étais fait pour autre chose que de rester enfermé dans un bureau.

DEAN : Tout les gens qui font ce genre de boulot doivent être d'accord.

SAM : Non attends... C'est pas ça... C'est beaucoup plus grave. Je peux pas voir mon boulot en peinture, je déteste cette vie et les fringues que je porte ! Je déteste même mon nom de famille. Je sais pas comment l'expliquer, simplement.... Quelque chose me pousse à prendre une autre voie. Je le sens. C'est dans mes veines. Comme si, j'étais destiné à autre chose. Et toi ? Tu ressens la même chose ?

DEAN : Je crois pas au destin. Mais j'ai pas l'habitude de me dégonfler quand un problème se présente.

SAM : Très bien, dans ce cas, qu'est-ce qu'on fait ?

DEAN : Ce que je sais faire de mieux Sammy. Des recherches.

SAM : D'accord. (Après un instant.) Tu viens de m'appeler Sammy là ?

DEAN : C'est vrai ?

SAM : Je crois ouais.... Ouais. Evite.

DEAN : Très bien.

 

(Les boys font leurs recherches chacun sur leur ordi.)

DEAN : Oh, j'ai quelque chose !

SAM : Je t'écoute.

DEAN : Je suis tombé sur un site génial ! Tenu par de vrais chasseurs de fantômes. (SAM le rejoint.) Ces types sont des génies ! Regarde.

SAM : Ils donnent des conseils ?

(DEAN met en route une vidéo des Ghostfacers, ED et HARRY.)

ED : On sait pourquoi vous êtes là.

HARRY : Vous avez un problème.

ED : En relation avec des fantômes ?

HARRY : En gros vous avez un problème de fantôme, un problème qui implique des ectoplasmes ? Un problème avec des apparitions su-

ED : Laisse tomber ! En tout cas, vous êtes au bon endroit. Il n'y a pas de meilleur site parce que, les Ghostfacers sont des spécialistes.

HARRY : Un point c'est tout.

ED : Prenez-en de la graine.

HARRY : Première étape pour affronter le surnaturel.... (Avec ED.) Identifiez ce à quoi vous vous mesurez !

(Les boys font alors des recherches sur le bâtiment dans lequel ils travaillent. Ils tombent sur un article avec la photo d'un homme.)

DEAN : C'est notre homme. Notre fantôme.

SAM : Bien, il s'appelle Sandover, mort en 1916, a dédié sa vie à son travail, n'a eu ni femme ni enfant .... Regarde, ils disaient que c'était lui l'âme de la société et que son esprit flottait partout.

DEAN : Et ben, monsieur était un bourreau de travail. Il est possible qu'il soit encore dans le coin. Qu'il surveille son entreprise, en étant prêt à tuer pour ça.

SAM : En plus, on dirait que ce n'est pas la première fois qu'il y a eu des suicides dans le bâtiment. En 1929.

DEAN : Un paquet de mecs se sont jetés par la fenêtre cette année là.

SAM : Oui mais, très peu de sociétés ont compté dix-sept suicides.

DEAN : Ouh. Bon d'accord, alors Sandover, protecteur de l'entreprise, se réveille en fantôme, et passe à l'action, chaque fois que survient une grave crise économique.

SAM : Et la pire crise qu'on ait connu depuis celle de 29...

DEAN : C'est maintenant. C'est vrai que les ventes s'écroulent, les commandes n'ont jamais été aussi faibles-je veux même pas en parler.

SAM : Sandover veut donc gonfler ses résultats financiers.

DEAN : Et pour ça il fabrique des employés modèles.

SAM : Ouais. Comme Ian et Paul. Il les a complétement transformés.

DEAN : En petites fourmis bien obéissantes. Tellement investies dans l'entreprise, qu'elles étaient prêtes à se faire hara-kiri en cas d'échec.

SAM : Y'a autre chose d'intéressant. Le bâtiment n'a pas toujours été aussi haut, avant il ne comptait pas plus de quatorze étages. Et le fantôme est apparu dans le bureau 1444, qui était autrefois, celui de Monsieur le Directeur.

(Retour sur la vidéo des Ghostfacers.)

HARRY : Dès que vous avez la chose en vue .... (Avec ED.) Vous la tuez ! (Seul.) En utilisant des armes spéciales anti-fantômes.

ED : Tout d'abord le sel. Ça agit comme de l'acide sur les fantômes.

HARRY : Le mauvais acide.

ED : Ouais, pas le LSD.

HARRY : Nan, mauvais trip assuré. Arme suivante, le fer.

SAM : D'où l'effet de la clé à molette....

ED : Avec ça vous détenez la force toute puissante.

HARRY : Ca évapore instantanément l'esprit.

ED : La solution suivante, on la tient directement de deux des... des plus belles ordures du pays.

HARRY : Des types qu'on déteste.

ED : Les Winchester.

HARRY : Flingue.

ED : Avec des cartouches, vidées de leur poudre, et remplies avec du gros sel.

HARRY : Super efficace.

ED : Ouais, super top efficace.

HARRY : Les Winchester sont quand même craignos.

ED : Affirmatif. Ils craignent un maximum.

(La vidéo est finie. DEAN remplit un sac d'objets en fer et de sel.)

DEAN : Et où on peut avoir un flingue ?

SAM : Dans une armurerie.

DEAN : On doit pas avoir un genre d'autorisation pour ça ?

SAM : Si t'as raison.

DEAN : Comment on fait alors ?

SAM : Pff, j'en sais rien mon vieux, ça me paraît être mission impossible.

DEAN : C'est clair.

(Ils regardent une autre vidéo des Ghostfacers.)

ED : Les deux raclures de bidets précédemment cités, les Winchester, nous ont également appris une chose très importante.

HARRY : Il faut absolument brûler les restes. C'est là que ça commence à devenir dégueu. Il se peut que... que vous ayez besoin, de déterrer les morts. Désolé.

ED : C'est illégal dans certains états.

HARRY : Tous les états.

ED : Probablement dans tous les états.

(Retour aux recherches.)

SAM : Sandover s'est fait incinérer.

DEAN : Quoi ?! Comment on fait alors ?

(De nouveau la vidéo des Ghostfacers.)

HARRY : Et si la personne s'est fait incinérer.

ED : Pas de panique !

HARRY : Pas de panique !

ED : Il suffit de trouver d'autres restes.

HARRY : Comme des cheveux dans un médaillon, des ongles, des dents de jeunesse-

ED : Des dents de lait.

HARRY : Il faut des traces d'ADN, vous voyez le topo ?

ED : Trouvez-moi tout ça.

HARRY : Que la Force soit avec vous.

ED : Amusez-vous bien.

 

(La vidéo est finie. Ils se rendent dans le bâtiment de l'entreprise et entrent dans l'ascenseur.)

DEAN : Mets ton portable en talkie-walkie au cas où on serait séparé.

SAM : Comment on va faire pour trouver dans un gratte-ciel l'ADN d'un type mort depuis des lustres ?

DEAN : La réserve au quatorzième était bien le bureau de Sandover ?

SAM : Mm-mm.

 

(Ils se rendent dans la réserve, à la recherche de quelque chose ayant appartenu à Sandover. SAM se fait surprendre par un gardien.)

GARDIEN : Qu'est-ce que vous faites là ?

SAM : Oh, c'est pas ce que vous croyez, si je suis là c'est que je....

GARDIEN : Bon suivez-moi.

(Il emmène SAM hors de la réserve, laissant DEAN seul à l'intérieur.)

SAM : Attendez, une seconde, j'ai rien fait de mal, je fais partie de la société !

GARDIEN : Laissez tomber, vous raconterez ça à la police.

(Ils montent dans l'ascenseur. Elle redescend, quand l'écran se brouille, et l'air se refroidit soudainement. L'ascenseur se bloque entre le 10ème et le 9ème étage. Le gardien ouvre la porte manuellement, et regarde dans le couloir.)

GARDIEN : Allez, on n'a pas le choix.

SAM : Quoi ?

GARDIEN : La dernière fois il a fallu deux heures pour débloquer l'ascenseur.

SAM : On a qu'à attendre.

(Le gardien se hisse sur le sol du 10ème étage. Pendant ce temps, DEAN continue les recherches dans la réserve.)

DEAN : (en regardant une cadre.) Construire un rêve.

(Dans l'ascenseur. Le gardien fait signe à SAM de le suivre.)

SAM : Ca va aller. Je peux attendre.

GARDIEN : Hey ! J'ai pas toute la vie alors dépêchez-vous ! (Soudain l'ascenseur se débloque et redescend brusquement, coupant le gardien en deux, en faisant gicler son sang sur SAM.)

 

(Quelques instants plus tard. Tout en s'essuyant, SAM est avec DEAN au téléphone.)

DEAN : Rejoins-moi au vingt- deuxième étage.

SAM : D'accord j'arrive. Le temps de.... de prendre les escaliers.

 

(SAM rejoint DEAN comme prévu, devant une exposition sur l'entreprise Sandover.)

DEAN : La vache. T'as du sang sur toi.

SAM : Oui. J'ai remarqué.

DEAN : Bon... Voilà c'est là. (En montrant des gants dans une vitrine.)

SAM : Ce sont les gants de Sandover ?

DEAN : Oui. Je suis prêt à parier qu'il y a des traces d'ADN là-dedans et, il doit bien y avoir un bout d'ongle, ou un ou deux poils.

SAM : T'es prêt ?

DEAN : (hésitant.) Euh... J'en sais rien du tout.

SAM : Oui. Moi non plus. (Ils prennent des barres de fer et du sel dans le sac.) A toi l'honneur.

DEAN : D'accord. (Il brise la vitre et soudain, l'air se refroidit. Sandover attaque DEAN, puis SAM, qui s'en débarrasse avec le sel. DEAN se relève.) Génial !

(Ils se regardent fièrement, quand Sandover réapparaît derrière DEAN.)

SAM : Dean ! (Il lui jette une barre de fer que DEAN rattrape et s'en sert pour frapper l'esprit, qui disparaît de nouveau.) Jolie réception !

DEAN : T'as vu ça ?

(SAM prend à son tour une barre de fer. Ils réussissent durant un petit moment à déjouer l'esprit, mais plus rapide, il finit par projeter SAM contre un mur, et DEAN à l'autre bout du couloir. SAM, voyant que DEAN est aux prises avec l'esprit, fait brûler les gants, ce qui fait également brûler l'esprit. Les boys se regardent, un peu sonnés mais satisfaits.)

SAM : C'était super !

DEAN : Je suis d'accord ! Génial !

 

(De retour dans le bureau de DEAN, afin de soigner leurs blessures.)

DEAN : Bon sang, je me suis jamais autant éclaté de toute ma vie !

SAM : Pareil !

DEAN : En plus, ça nous fait une séance de muscu.

SAM : On devrait pas s'arrêter.

DEAN : (rit.) T'as raison.

SAM : Sans blague ! Il doit bien y avoir d'autres fantômes à combattre ! On pourrait aider pas mal de monde !

DEAN : C'est ça, et on ferait comme les Ghostfacers ?

SAM : Nan. Je suis sérieux. Je le pense. Sincèrement.

DEAN : Quoi, qu'est-ce que tu veux ? Qu'on démissionne et qu'on prenne la route ?

SAM : Exactement.

DEAN : Et de quoi on vivrait ?

SAM : Bah, heu....

DEAN : T'es pas sérieux, enfin, on survivrait comment ? Grâce à des cartes de crédit volées ? On se nourrirait de mauvaise bouffe riche en graisses saturées ? Et on dormirait dans des motels pourris ?

SAM : Tout ça c'est des détails, c'est rien !

DEAN : Au contraire, on ne peut pas combattre les fantômes sans assurance maladie. (Silence.)

SAM : D'accord euh... Il faut que je t'avoue un truc.

DEAN : Quoi ?

SAM : Tu... tu te rappelles les rêves dont je t'ai parlé avec les fantômes ?

DEAN : Ouais....

SAM : Je les combattais.

DEAN : D'accord.

SAM : Avec toi. On était... des sortes de... de chasseurs et... on était de bons amis. Ou même des frères, en fait. Il est parfaitement possible... qu'on soit vraiment des chasseurs ! T'as bien vu comment on s'en est sorti tous les deux ? Le fantôme a déréglé le cerveau de pas mal d'employés, pourquoi pas nous ?

DEAN : C'est du délire.

SAM : T'es sûr ? Réfléchis ne serait-ce qu'une seconde. Et si jamais ce qu'on croyait être notre vie, n'était pas réel ?

DEAN : On a liquidé le fantôme, et on est toujours les mêmes ! Ta théorie ne tient pas debout.

SAM : Ben tout ce que je sais c'est que.... c'est qu'on est pas dans la peau des bonnes personnes !

DEAN : Bien sûr que si ! Je m'appelle Dean Smith. Je suis directeur des ventes et directeur marketing, je suis allé à Stanford, mon père s'appelle Bob, ma mère s'appelle Ellen et ma soeur s'appelle Jo.

SAM : Quand leur as-tu parlé pour la dernière fois ? Vas-y, je t'écoute.

DEAN : Tu sais plus où t'en es. T'es perturbé mon vieux !

SAM : Je suis arrivé en ville parce que j'avais rompu avec ma fiancée Madison, mais quand j'ai composé son numéro, c'est une clinique vétérinaire qui m'a répondu !

DEAN : Quoi ? Attend, qu'est-ce que tu racontes ? T'essaies de me faire croire que ma famille n'est pas réelle ? C'est ça ? Tu crois qu'on nous a implanté de faux souvenirs dans le cerveau ?

SAM : Je te dis ce que je ressens au fond de moi. Je sais pas à quoi c'est dû, en tout cas je suis sûr que tu partages ce pressentiment. Seulement tu refuses de l'admettre. (DEAN rit.) Notre vie ne peut pas être celle-là, notre vie est ailleurs. Je suis certain que c'est pas toi ! Tu peux pas être ce cadre abruti qui fait attention à sa ligne ! Je te connais bien.

DEAN : Tu me connais ? Tu sais rien de moi mon pote. Tu devrais y aller.

(SAM, voyant qu'il ne pourra convaincre DEAN, s'en va.)

(Ecran noir.)

 

(SAM de retour dans son box. Il laisse le téléphone sonner. Puis il prend la barre de fer qu'il a gardé, et brise le téléphone, sous les yeux des autres employés. Abasourdis, tous le fixent.)

SAM : Je démissionne.

 

(Dans son bureau, DEAN a bien du mal à se concentrer sur son travail. MR ADLER lui rend une visite.)

ADLER : Vous avez une minute ?

DEAN : Oui bien sûr ! Entrez.

ADLER : (en fermant la porte.) Comment vous sentez-vous ?

DEAN : Euh, ça va.

ADLER : Vous avez l'air fatigué. Vous avez dû abuser de la salle de musculation.

DEAN : Ouais....

ADLER : Oh, ne faites pas le modeste, je sais tout sur tout. Et je suis ravi de ce qu'on m'a rapporté. C'est la raison pour laquelle je voudrais vous faire plaisir. (Il prend un stylo et un post-it et y inscrit un chiffre, puis le tend à DEAN.) Que dites-vous de cette prime ?

DEAN : (regarde le papier.) Très généreux !

ADLER : Et très égoïste, je veux m'assurer que vous n'irez pas voir ailleurs.

DEAN : C'est beaucoup d'argent. Vous êtes sûr ?

ADLER : Tout à fait sûr. Vous êtes fait pour cette entreprise, on voit que vous êtes un fonceur. Vous irez très loin, mon petit !

DEAN : Je fais de mon mieux.

ADLER : Vous êtes promis à un grand avenir. Vous pourriez même, devenir vice-président de la région des Grands Lacs. Ne vous méprenez pas, il va falloir travailler dur pour arriver jusque-là, sept jours sur sept en déjeunant derrière votre bureau, mais dans huit ou dix petites années, cette place est à vous.

DEAN : (hésitant.) Hm. C'est très aimable à vous. Merci, monsieur, c'est un honneur. Mais euh... Je vous donne ma démission.

ADLER : Vous rigolez là ? Vous me faites marcher ?

DEAN : Nan, il se trouve... que récemment, et même très récemment, j'ai pris conscience qu'une tâche m'attendait, et que je devais accomplir, c'est.... très important pour moi.

ADLER : Un travail dans une autre entreprise ?

DEAN : Non, c'est pas ça, je sais pas comment vous dire euh.... C'est simplement que tout ça... Tout ça, c'est.... J'ai pas l'impression que ce soit moi. (ADLER sourit.) Quoi ?

ADLER : Dean, Dean, Dean, ce n'est pas trop tôt. (MR ADLER est en fait un ange, ZACHARIE, et touche le front de DEAN pour le ramener à la réalité.)

DEAN : Qu'est-ce que... Pourquoi je porte une cravate ? Bon sang, je meurs de faim !

ZACHARIE : (en riant.) Bienvenue au bercail.

DEAN : Une seconde. Je viens bien d'être touché par-Vous êtes un ange, n'est-ce pas ?

ZACHARIE : Je m'appelle Zacharie.

DEAN : Aah, j'avais bien besoin d'avoir un autre ange sur le dos !

ZACHARIE : Je ne suis pas un autre ange Dean, je suis le supérieur de Castiel. Crois-moi, ce n'est pas une partie de plaisir de venir sur Terre dans cette chose odorante. Mais après le malencontreux... incident avec Uriel, j'ai jugé bon de te rendre une petite visite. Et remettre mes brebis dans le droit chemin.

DEAN : Je ne suis pas votre brebis, d'accord ?!

ZACHARIE : En commençant par leur attitude.

DEAN : Si je comprends bien, tout ça c'était pour me donner, une leçon ? C'est ce que vous voulez dire ? Et ben ! Vous êtes créatif vous !

ZACHARIE : Vous devriez voir mes découpages.

DEAN : Sûrement pas. Je vous les laisse. Nan, mais qu'est-ce qu'il se passe là, j'ai une hallucination ?

ZACHARIE : Pas du tout. Ce lieu est réel, la chasse l'était aussi. Vous avez atterri dans cette aventure sans l'aide de votre mémoire.

DEAN : Tout ça pour qu'on me secoue les puces ? Vous avez dû vous fendre la tronche en me regardant me démener comme un clown en costume de pingouin !

ZACHARIE : Le but était de te prouver que ce que tu fais coule dans tes veines, tu es un chasseur ! Non pas parce que ton père t'as formé, non pas parce que Dieu a décidé de te ramener de l'Enfer, mais parce que c'est ta vraie vocation. Tu adores la chasse, et quelque soit les entraves qu'on peut mettre en travers de ton chemin, tu y reviens toujours ! Tu ne peux pas t'en passer, tu es extrêmement doué ! Tu ne peux que réussir. Tu arriveras à lui faire obstacle.

DEAN : Obstacle à quoi ? A l'Apocalypse ? Hein ? A Lucifer ? A quoi ? Vous pourriez être plus précis ?!

ZACHARIE : Tu feras tout ce à quoi tu es destiné. Sans exception. Mais c'est vrai, j'oubliais ! Tu as peur de ne pas être à la hauteur. Ton papa te manque et tu as peur de le décevoir.

DEAN : C'est pas parce que vous êtes un ange que je peux pas vous en coller une.

ZACHARIE : Tout ce que je cherche à te dire, c'est que tu dois ouvrir les yeux. La plupart des gens mènent une vie sans vague et la seule chose qu'ils sont amenés à remuer, c'est la terre qui recouvre leurs cercueils, toi tu peux changer les choses, et sauver du monde ! Tu peux même sauver LE monde. Tout en conduisant une voiture de collection et en forniquant avec des femmes, ça n'a rien d'un fléau. C'est un don. Pour l'amour de Dieu Dean, arrêtes de te lamenter sur ton sort ! Regarde autour de toi ! Il y a des vies bien plus dures que la tienne ! Alors tu restes ici ? Tu préfères te préparer un autre café latte ? (DEAN soupire d'agacement.) Ou es-tu prêt à prendre les armes ? Et à assumer qui tu es réellement ?

(DEAN lance un regard de réflexion. Ecran noir.)

GENERIQUE.

FIN DE L'EPISODE.

 

 

Ecrit par deanlove35.

INT. BEDROOM - DAY

An alarm clock flips from 5:59 to 6:00 and starts beeping. A hand shuts it off.

MUSIC
'Cause he gets up in the morning

INT. KITCHEN - DAY

A coffee cup being filled from an espresso(?) machine.

MUSIC
And he goes to work at nine

The cup is held by DEAN, who is in business dress with his hair slicked down.

MUSIC
And he comes back home at five-thirty / Gets the same train every time / 'Cause his world is built 'round punctuality

EXT. STREET - DAY

MUSIC
And it never fails

DEAN crosses the street to a silver Toyota Prius.

MUSIC
And he's oh so good

INT. PRIUS - DAY

DEAN starts the car.

MUSIC
And he's oh—

Rock music blares. DEAN looks at it, confused, and changes the station.

RADIO
NPR Morning Edition. It's time for this waste and—

EXT. STREET - DAY

DEAN drives off in the Prius.

MUSIC
He's a well-respected man about town / Doing the best things so conservatively

EXT. SKYSCRAPER - DAY

INT. LOBBY - DAY

DEAN gets out of the elevator and crosses the lobby. There's a Sandover Bridge & Iron history display along one wall.

MUSIC
And he likes his own back yard / And he likes his fags the best / 'Cause he's better than the rest / And his own sweat smells the best

DEAN enters an office labeled "DEAN SMITH—Director, Sales & Marketing".

MUSIC
And he hopes to grab his father's loot / When Pater passes on

INT. DEAN'S OFFICE - DAY

DEAN types at a computer.

MUSIC
'Cause he's oh so good / And he's oh so fine

DEAN laughs into a phone headset.

Cut to a conversation with SOMEONE now in DEAN's office.

DEAN
All I wanna know is when are they gonna have another show like Project Runway? Man.

MUSIC
And he's oh so healthy / In his body and his mind

DEAN flips his tie over his shoulder and eats a salad.

MUSIC
He's a well-respected man about town / Doing the best things so conservatively

DEAN is standing and speaking into the headset.

DEAN
Net profitability aside, it's the client-retention rate that concerns me vis-à-vis maximizing return on sales. Buzz once you've seen the spreadsheets.

Another SOMEONE enters the office.

DEAN
Mr. Adler.

ADLER
Dean.

ADLER slaps DEAN on the shoulder.

ADLER
Good stuff.

DEAN
Good stuff?

ADLER
Big things. Good stuff.

DEAN
Good stuff.

INT. DEAN'S OFFICE - NIGHT

DEAN is sitting at his desk playing with something and speaking into the headset.

DEAN
Oh I hear you. No, I haven't been to the gym in ages. Carrying a little bloat around myself. It's a sedentary lifestyle, my man, no two ways. —All right, tell me one more time. You said lemon and—what was it? Cayenne and maple syrup, are you serious? How much did you lose?

DEAN puts some files in a case and leaves the office.

MUSIC
He's a well-respected man about town / Doing the best things so conservatively

INT. OFFICE LOBBY - NIGHT

DEAN is checking his phone. The elevator dings. DEAN enters, focused on the phone. He looks over at the other occupant of the elevator, who is staring at him; it's SAM, who's wearing a short-sleeved shirt that says "Sandover Bridge & Iron Inc. Tech Support".

SAM
Do I know you?

DEAN
I don't think so.

SAM
I'm sorry, man, you just look really familiar.

DEAN
Save it for the health club, pal.

The elevator dings again and DEAN gets out. SAM stares after him.

ACT ONE


INT. CUBICLE FARM - DAY

A printer whirs and spits out a paper. A fax(?) machine whirs and sucks in papers. An automatic pencil sharpener whirs. A phone rings. SAM presses a button on the phone and talks into a headset.

SAM
Tech support, this is Sam Wesson. Okay. Uh, well, did you try turning it off and then on?

SAM pokes at a vampire bobblehead.

SAM
Okay, go ahead and turn it off. No no no, just, just off. All right, give it a second. Turn it back on. Okay, is it printing now? Great. Anytime.

SAM takes off the headset and presses a button on the phone. A MAN at a cubicle behind SAM, the only one in the room who is not wearing the yellow uniform shirt, rolls his chair over to SAM.

MAN
Hey.

SAM
Yo.

MAN
What do you think of Mimi?

SAM looks over and shrugs.

SAM
She's okay.

MAN
Might have to hit that.

SAM
Oh, dude, that's totally age-inappropriate.

MAN
Experience.

SAM
Trifocals.

MAN
There's a MILF there, Sam. I just know it. Maybe a GMILF.

SAM
Come on.

MAN
Coffee break?

SAM
Yeah, for sure.

SAM and the MAN get up. They pass ANOTHER MAN at his cubicle.

MAN
Paul. Time for a refuel, buddy.

PAUL
Sorry, no time.

MAN
Since when? Dude, we get paid by the hour.

PAUL
Working.

MAN
Okay.

SAM
He seems stressed.

MAN
Freaked because he got busted surfing porn on the Internet.

SAM
No, no, no way. When?

MAN
Got sent up to HR yesterday. Guess they put the fear of God in him.

INT. BREAK ROOM - DAY

The microwave dings and someone takes out a bag of popcorn and leaves. SAM heads for the coffeepot. The MAN goes to a supply cabinet and starts pocketing packets of pencils.

SAM
Ian, dude.

IAN
Just doing a little shopping. Running low at home.

SAM hands IAN a cup of coffee.

IAN
So, Sam, had any of those dreams lately?

SAM turns away.

IAN
What? Don't be like that. Come on. It's the highlight of my day.

SAM
I never should have told you in the first place.

IAN
They're genius. Don't hold out on me, dude. Share with the rest of the class.

SAM
You're just gonna be a dick about it.

IAN
What? No way. I won't say a word. Total respect. Go.

SAM
I dreamt that I saved a Grim Reaper named Tessa from demons.

IAN bursts out laughing. SAM looks away and sighs.

IAN
Classic! How much D&D did you play when you were a kid? Oh, my—okay, so you—rescuing the Grim Reaper. That's—you're a hero. I mean, thank God we got Harry Potter here to save us all from the apocalypse.

SAM
Dick.

IAN
Wizard.

INT. CUBICLE FARM - DAY

A printer whirs and spits out a paper. A fax machine whirs and sucks in papers. An automatic pencil sharpener whirs. SAM is back in his cubicle, filling out a form on a clipboard. He yawns and props his head on his hand, closing his eyes.

A montage of scenes: SAM in a fight, SAM killing a DEMON, SAM and DEAN shooting a striga, SAM dispelling an Acheri, DEAN staking and decapitating a vampire—SAM wakes up in his cubicle and looks around.

INT. ELEVATOR

SAM enters the elevator. DEAN and a few others are there. SAM tries not to stare at DEAN while the elevator whirs. Ding: everyone but SAM and DEAN gets out. The elevator closes.

SAM
Can I ask you a question?

DEAN
Look, man, I told you, I'm not into the, uh—

SAM
Oh come on, I'm not either. I just wanna ask you one question.

DEAN looks around; there's no escape.

DEAN
Sure.

SAM
What do you think about ghosts?

DEAN
Ghosts?

SAM
Do you believe in them?

DEAN laughs.

DEAN
Uh, tell you the truth, I've never given it much thought.

SAM
Vampires?

DEAN
What? Why?

SAM
Because I've been having some weird dreams lately. You know what I mean?

DEAN
No. Not really.

SAM
So you've never had any...weird dreams?

DEAN
All right, look, man, I don't know you, okay? But I'm gonna do a public service and, uh, let you know that you overshare.

DEAN presses a floor button. The elevator dings and DEAN leaves.

INT. CUBICLE FARM - DAY

A printer whirs and spits out a paper. A fax(?) machine whirs and sucks in papers. An automatic pencil sharpener whirs. SAM is again in his cubicle addressing his headset.

SAM
Did you turn it off, then on?

SAM is drawing vampires on a pad of paper.

SAM
All right, well, let's try that. No, no, it's fine, I'll wait.

SAM pulls up a search engine on his computer, looks both ways, and types in 'vampires'. He clicks to image search and glances over the pictures of Dracula wannabes.

SAM
Is it printing now? Oh, that's great. Anytime.

IAN
Whatcha doing?

SAM minimizes the search engine and hides the sketches, then turns to IAN, shaking his head. IAN is still the only one not wearing the yellow shirt.

SAM
Nothing.

IAN
You get an email from Human Resources?

SAM
No. Why?

IAN
Damn it. Guess it's just me, then. I'm supposed to, quote, report to HR, unquote.

SAM
They're probably finally busting you for snaking all those office supplies.

IAN
I hope they spank me.

IAN laughs, shoves his chair back to his cubicle, and leaves. SAM returns to his search engine.

PAUL
No no no no no no. Come on. Don't do this to me. Please.

SAM minimizes the window, takes off his headset, and stands up to lean over PAUL's cubicle.

SAM
Hey, man, you okay?

PAUL
It froze.

SAM
They're crap, Paul. They freeze all the time.

PAUL
You don't understand. When I, when I rebooted, everything was gone. A whole day's work deleted.

SAM
Well, did you back up?

PAUL
No, I didn't back up. I wish to God I backed up but I didn't. I'll get it back. I'll find it. It's somewhere. I'll find it.

SAM
Paul, it's okay, man. These things happen.

INT. CUBICLE FARM - NIGHT

The room is dark and empty except for PAUL's cubicle.

PAUL
Come on. Come on. Come on. Come on. Please. Please.

The screen displays "ERROR: No Files Found".

PAUL
All that work. Gone. Failed.

PAUL's breath is briefly visible. PAUL gets up and walks to the break room. He breaks the tines off two plastic forks, opens the microwave, sticks the forks in where the door latches, enters 10:00 on the timer, sticks his head in, and presses start. Smoke and screams. Cut to black; the microwave dings.

ACT TWO


INT. CUBICLE FARM - DAY

People in coroner outfits roll a body bag past. SAM watches and sighs. DEAN and several other people, some in suits and some in the yellow shirts, also watch. SAM and DEAN notice each other. DEAN addresses another SUIT.

DEAN
Something about this seem not right to you?

SUIT
Uh, yeah, try the whole thing. I'm telling you, man, I'll never eat popcorn again.

DEAN
Yeah, right.

INT. DEAN'S OFFICE - DAY

DEAN is at his computer, accessing the Sandover personnel file for Paul Dunbar. It says his retirement party was supposed to be in two weeks.

DEAN
Two weeks?

INT. CUBICLE FARM - DAY

SAM rolls his chair over to IAN's cubicle. IAN is wearing the yellow shirt for the first time and working busily.

SAM
Hey. Why would someone kill themselves two weeks before they were supposed to retire? I mean, Paul was two weeks from freedom. He should have been happy, right?

IAN
I don't have time for this, Sam.

SAM laughs.

SAM
That's very funny.

SAM notices IAN's shirt and attitude.

SAM
What's with you?

IAN
I'm working. It's important.

SAM
HR bust your balls or something? You're wearing the shirt. Did you shave?

A phone rings.

IAN
Tech support, this is Ian. Be right up. Gotta go up to twenty-two, speak to a manager.

IAN takes off the headset and leaves.

INT. DEAN'S OFFICE - DAY

IAN knocks at the open door. DEAN looks up from his computer.

DEAN
Hi. Ian, is it? Yeah, come on in. Yesterday you filled out a 445-T and no problem, just a few errors when we did your switch over to Vista. So I'm sure you're used to filling out the dash-R's, am I right?

IAN
Oh, no.

DEAN
No no no. It's fine. It's fine. I just need you to redo one today so I can get the show on the road with the invoicing.

DEAN pushes a paper over the desk and smiles. IAN looks at it, terrified.

IAN
Oh my god.

DEAN
No, it's fine. Refile it and we're square.

IAN
I can't believe I did this.

DEAN begins to notice something's wrong.

IAN
I can't believe I—I can't believe I did this.

DEAN
Hey, guy, come on.

IAN
No, no. It affected profits. It—I screwed up. I—I can't—I can't—I am so sorry. I—how could I do that? I failed Sandover. I failed the company.

DEAN
All right, why don't you sit down, Ian?

IAN
No.

IAN runs out of the room.

DEAN
Ian? Ian. Hey.

DEAN follows him.

INT. BATHROOM - DAY

DEAN enters the bathroom.

DEAN
Ian, hey. Just chill out, man. Okay?

IAN is staring into a mirror. DEAN's breath is briefly visible. All the faucets come on even though IAN and DEAN are the only ones in the room; all the soap dispensers, too.

DEAN
Ian, hey, maybe we should get out of here, huh? Come on. Ian. Look at me.

IAN turns toward DEAN and pulls a pencil out of his pocket. IAN stares at DEAN for a moment, then stabs himself in the neck. DEAN stares at the spout of blood and rushes forward as IAN collapses. DEAN looks up and sees an OLD MAN in the mirror, then turns around and no one's there. IAN goes still.

DEAN
Somebody help me!

INT. CORRIDOR - DAY

DEAN
No, I, I followed him into the bathroom.

The coroner people roll a body bag past, again with an audience. DEAN is talking to a police officer. He was—he was standing there in front of the mirror, and then—

DEAN sees SAM and stops.

OFFICER
Continue. Sir.

DEAN
And he stabbed himself in the neck. I'm sorry, that's, um...

INT. CUBICLE FARM - DAY

INT. CUBICLE FARM - DAY

A printer whirs and spits out a paper. A fax(?) machine whirs and sucks in papers. An automatic pencil sharpener whirs. A phone rings. SAM answers the phone.

SAM
Tech support, this is Sam.

DEAN
I need to see you in my office. Now.

SAM hangs up.

INT. DEAN'S OFFICE - DAY

DEAN buttons up a fresh shirt. He looks up at a knock.

DEAN
Come on in. Shut the door.

SAM closes the door behind himself.

DEAN
Who the hell are you?

SAM
I'm not sure I know.

DEAN
What the hell does that mean?

SAM
Sam Wesson. I started here three weeks ago.

DEAN
All right. You cornered me in the elevator talking about ghosts. And now...

SAM
Now what?

A pause.

DEAN
Now nothing. I, uh...so you started working here three weeks ago, huh?

SAM nods.

DEAN
Yeah, me too.

DEAN unscrews the top of a bottle.

DEAN
It's the Master Cleanse. You tried it? Phenomenal. Detoxes you like nobody's business.

DEAN drinks.

SAM
When you were in that bathroom with Ian, did you see something?

DEAN
I don't know. I don't know what I saw.

SAM
Wait. Are you saying that—did you see a ghost?

DEAN
I was freaking out. The guy penciled his damn neck.

SAM
You did, didn't you? Okay, listen. What if these suicides aren't suicides? I mean, what if they're something not natural?

DEAN
So, what, ghosts are real? And they're responsible for all the dead bodies around here? Is that what you're telling me?

DEAN and SAM finally sit down, in unison.

SAM
I know it sounds crazy. But yes. That's what I'm telling you.

DEAN
Uh-huh. Based on what?

SAM looks for an answer.

SAM
Instinct.

DEAN looks down, shaking his head, then back up.

DEAN
I've got the same instinct.

SAM
Seriously? You know those dreams I was telling you about? I was dreaming about ghosts.

DEAN
Yeah.

SAM
And then it turns out that there's a real ghost.

DEAN
So you're telling me that your dreams are special visions and you're some kind of psychic?

SAM
No. I mean, that would be nuts. I'm just saying something weird is definitely going on around here, right? So I've been digging around a little.

SAM pulls papers out of his bag.

SAM
I think I found a connection between the two guys.

SAM passes over the papers. DEAN looks at them.

DEAN
You broke into their email accounts?

SAM
I used some skills that I happen to have to satisfy my curiosity.

DEAN
Nice.

SAM
Yeah. Okay. So it turns out Ian and Paul both got this same email telling them to report to HR, room fourteen forty-four.

DEAN
HR's on seven.

SAM
Exactly.

DEAN
Should we go check this out?

SAM
Like right now?

DEAN
No. No, it's getting late. You're right.

SAM
I am dying to check this out right now.

DEAN
Right?

INT. CORRIDOR - NIGHT

A MAN in tech support yellow comes through, looking around. He finds door number 1444 and goes inside. It's a storeroom.

INT. STOREROOM - NIGHT

MAN
Hello? Hello?

The door slams shut behind the MAN. He rattles the doorknob; it's locked. He looks around, seeing no indication of anyone else. All the monitors abruptly come on, showing only static. His breath is briefly visible. Everything rattles.

INT. CORRIDOR - NIGHT

DEAN and SAM are coming down the corridor when they hear the MAN yelling and hurry to room 1444. It's still locked.

INT. STOREROOM - NIGHT

SAM kicks the door open.

DEAN
Whoa.

A shelf has fallen on the MAN. DEAN and SAM hurry over to lift it off him. The OLD MAN from the bathroom appears behind DEAN and flings him into the wall, then shoves SAM over. His hands spark lightning. DEAN gets up and swings at the OLD MAN with a wrench. The OLD MAN dissipates before he can touch the MAN. The monitors shut off and everything stops shaking. DEAN and SAM lift the shelves so the MAN can scoot out from underneath.

SAM
How'd you know how to do that?

DEAN
I have no idea.

ACT THREE


INT. DEAN'S APARTMENT - NIGHT

DEAN drinks his Master Cleanse.

DEAN
Holy crap, dude.

SAM
Yeah. I could use a beer.

The room is now visible; it's all as upper-class expensive-looking as DEAN's business suits and Prius.

DEAN
Oh, sorry, man. I'm on the Cleanse. I got rid of all the carbs in the house.

SAM
Hey. How the hell did you know that ghosts are scared of wrenches?

DEAN hands SAM a water bottle.

DEAN
Crazy, right? And nice job kicking that door too. That was very Jet Li. What are you, like a black belt or something?

SAM
No. I have no clue how I did that. It's like...we've done this before.

DEAN
What do you mean, before? Like Shirley MacLaine before?

SAM
No. I—I just can't shake this feeling like I don't belong here. You know? Like I should do something more than sit in a cubicle.

DEAN
I think most people who work in a cubicle feel that same way.

SAM
No. Well, look, it's more than that. Like, I don't like my job. I don't like this town. I don't like my clothes. I don't like my own last name. I don't know how else to explain it, except that...it feels like I should be doing something else. There's just something in my blood. Like I was destined for something different. What about you? You ever feel that way?

DEAN
I don't believe in destiny. I do believe in dealing with what's right in front of us, though.

SAM
All right, so, what do we do now?

DEAN
We do what I do best, Sammy. Research.

SAM
Okay. Did you just call me Sammy?

DEAN
Did I?

SAM
I think you did. Yeah. Don't.

DEAN
Sorry.

DEAN sits at one laptop at a corner desk and SAM at another laptop at a table.

DEAN
Oh, jackpot.

SAM
What you got?

DEAN
I just found the best site ever. Real, actual ghost hunters.

SAM goes over to see.

DEAN
These guys are genius. Check it out.

SAM
Instructional videos.

DEAN is looking at the Ghostfacers website. He pulls up a video. ED and HARRY of the Ghostfacers are wearing white lab coats.

ED
We know why you're watching.

HARRY
You've got a problem.

ED
A ghost problem.

HARRY
A ghost-related problem. A ghost—it's like a ghost-adjacent pr—it's like a problem that's—

ED
Whatever. You've come to the right place. The only decent place, really, because the Ghostfacers know how to solve it.

HARRY
Period.

ED
Watch and learn.

HARRY
See, the first step in any supernatural fight:

ED and HARRY
Figure out what you're up against.

DEAN looks over at SAM. On SAM's laptop is an article about the death of Sandover's founder; it has a picture.

DEAN
That's him. That's the ghost.

SAM
P. T. Sandover. Died 1916. Devoted his life to his work. No wife, no kids.

The article text visible next to the picture reads "Office 1444 was considered to be the center of the company's operations, with Sandover himself overseeing all details of any construction project the company undertook. / Considered to be a difficult person to work for, P.T. Sandover had an exceptionally high standard of quality, often marching onto construction sites and halting all work until he personally inspected each aspect of the structure. Aiming for perfection is perhaps why the Sandover legacy is so impressive, dominating the industry with the scale and scope of its projects."

SAM
Used to say he was the company. His very blood pumped through the building.

DEAN
Wow, okay. So slight workaholic. Maybe he's still here, you know, watching over the company, even killing for it.

SAM
Plus, this isn't the first time people started killing themselves in the building. 1929.

DEAN
But lots of guys jumped off high rises that year.

SAM
How many companies had seventeen suicides?

DEAN
Phew. Okay, so P. T. Sandover, protector of the company. His ghost wakes up and becomes active during times of grave economic distress.

SAM
Well, the worst time since the Great Depression—

DEAN
Is now. Yeah, now sucks. My portfolio's in the sewer. I don't even wanna talk about it.

SAM
So Sandover's helping the bottom line—

DEAN
By zapping some model employees.

SAM
Yeah. I mean, Ian and Paul. It was like he turned them into different people.

DEAN
Perfect worker bees, exactly. So devoted to the company that they would commit hara-kiri if they failed it.

SAM
One more interesting fact. The building wasn't always that high. Used to be fourteen floors. And the room where the ghost attacked, fourteen forty-four? Once upon a time, that was the old man's office.

DEAN and SAM return to watching the Ghostfacers video.

HARRY
Once you've got that thing in your sights—

ED and HARRY
You kill it.

HARRY
Using special ghost-hunting weapons.

ED
First, salt. It's like acid to ghosts.

HARRY
Burny acid.

ED
Not LSD.

HARRY
No. It's a bad trip for ghosts. Next up, iron.

SAM
That's why the wrench worked.

ED
Pure power in your hand.

HARRY
Dissipates ghosts instantly.

ED
Next little trick. We learned this from those useless douchebags—

HARRY
That we hate.

ED
The Winchesters.

HARRY
Gun.

ED
Shotgun shell. Pack it up with fresh rock salt.

HARRY
Very effective.

ED
Very effective.

HARRY
Winchesters still suck ass, though.

ED
Affirmative. Suckage major.

DEAN packs two pokers in a duffel bag that contains a salt shaker and unidentifiable items.

DEAN
Where do we even get a gun?

SAM
Gun store?

DEAN
Isn't there some kind of waiting period?

SAM
I think so.

DEAN
How in the hell—

SAM
I don't know. Seems pretty impossible, honestly.

DEAN
Right.

Back to the video.

ED
THe aforementioned super-annoying Winchester douchenozzles also taught us this one other thing. You have to burn the remains.

HARRY
Okay, this next part gets a little gross. Sometimes you might have to dig up the body. Sorry.

ED
It's illegal in some states.

HARRY
All states.

ED
Possibly all states.

SAM
Sandover was cremated.

DEAN
What? So what do we do now?

HARRY
Now, if the deceased has been cremated—

ED
Don't panic.

HARRY
Don't panic.

ED
Just gotta look for some other remains.

HARRY
A hair in a locket, maybe. Fingernails. Baby teeth.

ED
Milk teeth.

HARRY
Genetic material. You know what we're talking about.

ED
Go find it.

HARRY
Fight well, young lions.

ED
Godspeed.

INT. ELEVATOR - NIGHT

SAM and DEAN enter the elevator.

DEAN
Set your cell phone to walkie-talkie in case we get separated.

DEAN has his phone out; SAM gets his.

SAM
How the hell are we gonna find some ancient speck of DNA in a skyscraper?

DEAN
Well, that creepy storeroom used to be Sandover's office, right?

DEAN presses button 14.

INT. STOREROOM - NIGHT

DEAN and SAM look through the things stored in 1444. DEAN goes behind some shelves while SAM rifles through the desk easily visible from the door.

GUARD
What the hell are you doing here?

SAM startles. DEAN ducks out of sight.

SAM
Nothing. I just—

GUARD
Come with me.

The GUARD grabs SAM's arm and shuts the door behind them.

SAM
Man, listen. Look. It's okay. I work here.

GUARD
Whatever. Tell it to the cops.

The GUARD takes SAM down the corridor and into the elevator, which descends several floors. The current-weather screen inside the elevator goes to static, and both men's breath is briefly visible. The elevator screeches to a halt. The GUARD uses his elevator key to open the inner doors, then pries open the outer doors; they're stuck between two floors.

GUARD
Well, come on.

Something makes an ominous sound.

SAM
What?

GUARD
Last time this happened, it took them two hours to get here.

SAM
Let's just wait.

The GUARD crawls out, nearly kicking SAM in the face.

INT. STOREROOM - NIGHT

DEAN continues to search through drawers. He finds a framed picture of a Sandover bridge.

INT. ELEVATOR - NIGHT

The GUARD is out of the elevator and turns back for SAM.

SAM
Seriously, I'll wait.

The GUARD leans back into the elevator.

GUARD
Look, I don't have the rest of my life here.

The elevator jerks downward abruptly, decapitating the GUARD. SAM's face and shirt are covered in blood spray.

DEAN over the phone
Hey. You okay?

SAM slowly reaches for the phone.

SAM
Call you back.

ACT FOUR


INT. CUBICLE FARM - NIGHT

SAM walks between the cubicles, talking into his phone. He's cleaning the blood off his face with a towel.

SAM
Dean, you there?

DEAN
Yeah, listen, I think I got it. Meet me on twenty-two.

SAM
Okay, yeah. Just take the stairs.

INT. LOBBY - NIGHT

DEAN is looking at the Sandover history display when SAM comes in.

DEAN
Whoa. That's a lot of blood.

SAM
Yeah, I know.

DEAN
Right. So, uh, in there.

DEAN points to a glass case containing a pair of gloves.

SAM
P. T. Sandover's gloves.

DEAN
Yeah, how much you wanna bet there's a little smidge of DNA in there? You know, like a fingernail clipping or a hair or two? Something.

SAM
So you ready?

DEAN
I have no idea.

SAM
Me neither.

SAM and DEAN both take a poker and SAM takes a container of salt.

SAM
Go for it.

DEAN
Right.

DEAN smashes the glass. SAM's breath is briefly visible. SANDOVER appears behind DEAN and flings him into the wall, then SAM. His hands spark as he approaches SAM, who grabs the salt and flings some through him. He dissipates. DEAN gets up.

DEAN
Oh. Nice.

SANDOVER appears behind DEAN.

SAM
Dean.

SAM throws DEAN the poker. DEAN turns and swings it through SANDOVER, who dissipates again.

SAM
Nice catch.

DEAN
Right?

SAM gets up and goes over to pick up the other poker. SANDOVER appears between SAM and DEAN, who simultaneously hit him with pokers; he dissipates. He appears behind DEAN, who turns around to get him, then behind SAM, who does the same, then between them, and throws first SAM, then DEAN into opposite walls. His hands spark and he reaches for DEAN. SAM sees the gloves and grabs them and his lighter. They catch fire and so does SANDOVER, who burns into nothing. SAM drops the burning gloves.

SAM
That was amazing.

DEAN
Right? Right?

INT. DEAN'S OFFICE - NIGHT

DEAN pulls a first-aid kit out of his desk.

DEAN
Man, I gotta tell you, I've never had so much fun in my life.

SAM
Me neither.

DEAN
Was a hell of a workout too, wasn't it?

SAM
We should keep doing this.

DEAN
I know.

DEAN looks through the kit and comes out with two gauze pads(?). He gives one to SAM.

SAM
I mean it. There gotta be other ghosts out there. We could help a lot of people.

DEAN
Right, we'd be like the Ghostfacers.

SAM
No, really. I mean, for real.

DEAN
What? Like, quit our jobs and hit the road?

SAM
Exactly.

DEAN
How would we live?

SAM
Uh...

DEAN
You gotta be kidding me. How would we get by? With stolen credit cards? Huh? Eating diner food drenched in saturated fats? Sharing a crap motel every night?

SAM
That's all just details.

DEAN
Details are everything. You don't wanna go fighting ghosts without any health insurance.

SAM
All right. Um. Confession.

DEAN
What?

SAM
Remember those dreams I told you about with the ghosts?

DEAN
Yeah?

SAM
I was fighting them.

DEAN
Okay.

SAM
With you. We were these, like, hunters, and we were friends. More like brothers, really. I mean, what if that's who we really are? You saw us back there, working together. The ghost was scrambling brains. What if it scrambled ours?

DEAN
That's insane.

SAM
Is it? Think about it for just one second. What if we think this is our life, but it's not?

DEAN
The ghost is dead and we're still standing. I mean, I'm sorry, but—

SAM
Look, all I know is this isn't who we're supposed to be.

DEAN
No. I'm Dean Smith, okay? Director of Sales and Marketing. I went to Stanford. My father's name is Bob, my mother's name is Ellen, and my sister's name is Jo.

SAM
When was the last time you talked to them? To any of them?

DEAN
Okay, you're upset. You're upset, confused—

SAM
Yeah, 'cause I only moved here 'cause I just broke up with my fiancée, Madison. But I called her number and I got a damn animal hospital.

DEAN
Okay. What are you saying? Are you trying to say that my family isn't real? Huh? That we've been injected with fake memories? Come on.

SAM
All I know is, I got this feeling in my gut. And I know. I know that deep down, you gotta be feeling it too. We're supposed to be something else. You're not just some corporate douchebag. This isn't you. I know you.

DEAN
Know me? You don't know me, pal. You should go.

SAM leaves.

ACT FIVE


INT. CUBICLE FARM - DAY

A printer whirs and spits out a paper. A fax machine whirs and sucks in papers. An automatic pencil sharpener whirs. SAM is in his cubicle filling out a form on a clipboard. The phone rings. SAM stares at it. He takes off his headset, picks up the poker he brought with him, gets up, and beats the phone to death. Everyone stares.

SAM
I quit.

INT. DEAN'S OFFICE - DAY

DEAN is typing at his computer. ADLER knocks at the door.

ADLER
Got a minute?

DEAN
Sure, of course.

ADLER comes in and shuts the door.

ADLER
How are you feeling, Dean?

DEAN
Uh, great.

ADLER
You look a little tired. Been working hard, I gather.

DEAN
Yeah.

ADLER
Ah, don't be modest. I hear everything. And I'm pleased with what I'm hearing.

ADLER sits down in front of DEAN's desk.

ADLER
That's why it's important to me that you're happy.

ADLER pulls out a pen, grabs a piece of notepaper, and writes down a five-digit number.

ADLER
How's that for a bonus?

DEAN looks at the paper.

DEAN
That's very generous.

ADLER
Purely selfish. Wanna make sure you're not going anywhere.

DEAN
Wow. Are you sure?

ADLER
Positive. You are Sandover material, son. Real go-getter. Carving your own way.

DEAN
Well, thanks. I try.

ADLER
I see big things in your future. Maybe even senior VP, Eastern Great Lakes Division. Don't get me wrong, you'll have to work for it. Seven days a week, lunch at your desk, but in eight to ten short years, that could be you.

DEAN takes off his headset.

DEAN
Well, uh, thank you. Thank you, sir. It's, um...but...

DEAN passes the paper back.

DEAN
I am giving my notice.

ADLER
This is a joke. You're kidding me, right?

DEAN
No. I've—I recently—very recently realized that I have some other work I have to do. It's, uh, very important to me.

ADLER
Other work? Another company?

DEAN
No, I—it's hard to explain. Um. It's just that this—this is—it's just—it's not who I'm supposed to be.

ADLER grins.

DEAN
What?

ADLER
Dean, Dean, Dean. Finally.

ADLER stands up and presses two fingers to DEAN's forehead. Everything goes from saturated color to dim. DEAN looks around at the office and himself.

DEAN
The hell? Why am I wearing a tie? My God, am I hungry.

ADLER laughs.

ADLER
Welcome back.

DEAN stands up.

DEAN
Wait. Did I—did I just get touched by—you're an angel, aren't you?

ADLER
I'm Zachariah.

DEAN
Oh, great. That's all I need is another one of you guys.

ZACHARIAH
I'm hardly another one, Dean. I'm Castiel's superior. Believe me, I had no interest in popping down here into one of these smelly things.

ZACHARIAH indicates his body.

ZACHARIAH
But after the unfortunate situation with Uriel, I felt it necessary to pay a visit. Get my ducks in a row.

DEAN
I am not one of your ducks.

ZACHARIAH
Starting with your attitude.

DEAN
Oh, so, what? This was all some sort of a lesson? Is that what you're telling me? Wow. Very creative.

ZACHARIAH
You should see my decoupage.

DEAN
Gross. No thank you. So, what? I'm just hallucinating all this? Is that it?

ZACHARIAH
Not at all. Real place, real haunting. Just plunked you in the middle without the benefit of your memories.

DEAN
Just to shake things up? Hm? So you guys can have fun watching us run around like ass clowns in monkey suits?

ZACHARIAH
To prove to you that the path you're on is truly in your blood. You're a hunter. Not because your dad made you, not because God called you back from hell, but because it is what you are. And you love it. You find your way to it in the dark every single time and you're miserable without it. Dean, let's be real here. You're good at this. You'll be successful. You will stop it.

DEAN
Stop what? The apocalypse, huh? Lucifer? What? Be specific, man.

ZACHARIAH
You'll do everything you're destined to do. All of it. But I know, I know. You're not strong enough. You're scared. You got daddy issues. You can't do it. Right?

DEAN
Angel or not, I will stab you in your face.

ZACHARIAH
All I'm saying is it's how you look at it. Most folks live and die without moving more than the dirt it takes to bury them. You get to change things.

DEAN turns away.

ZACHARIAH
Save people, maybe even the world. All the while you drive a classic car and fornicate with women. This isn't a curse. It's a gift. So for God's sakes, Dean, quit whining about it. Look around. There are plenty of fates worse than yours. So are you with me? You wanna go steam yourself another latte? Or are you ready to stand up and be who you really are?

 

END EPISODE.

 

Source : SuperWiki.

Kikavu ?

Au total, 115 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Havenina 
02.08.2018 vers 15h

SDCC0121 
24.06.2018 vers 23h

Fleurdelun 
15.06.2018 vers 09h

CassieAuro 
29.05.2018 vers 16h

deanlilith 
12.05.2018 vers 07h

Jess2000 
19.04.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Découvre le nouveau quartier d'Hypnoweb consacré à la série Manifest !
Nouveau quartier ! | Vidéo d'ouverture

Participe à la rénovation du site Hypnoweb en nous aidant à mettre à jour des quartiers sans équipe
Du 19.11 au 02.12 | Edition d'Automne

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne 6ter

12.06 : Veillée funèbre (inédit)
Mercredi 21 novembre à 00:20

12.07 : Anguille sous Rock (inédit) à 02:15

Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

14.06 : Optimism (inédit)
Jeudi 15 novembre à 20:00
1.48m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.05 : Nightmare Logic (inédit)
Jeudi 8 novembre à 20:00
1.43m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.04 : Mint Condition (inédit)
Jeudi 1 novembre à 20:00
1.46m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.03 : The Scar (inédit)
Jeudi 25 octobre à 20:00
1.39m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.02 : Gods and Monsters (inédit)
Jeudi 18 octobre à 20:00
1.53m / 0.5% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

14.01 : Stranger in a Strange Land (inédit)
Jeudi 11 octobre à 20:00
1.49m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Nouvelle vidéo promo

Nouvelle vidéo promo
de l'épisode 14.06 "Optimism" maintenant dans le guide des épisodes. Et nous comptons sur vous pour...

Nouvelles photos promo

Nouvelles photos promo
de l'épisode 14.05 de ce soir "Nightmare logic", vous pouvez retrouver également la vidéo promo dans...

Supernatural ce soir sur 6Ter

Supernatural ce soir sur 6Ter
dans la Trilogie, mais le mardi, pour rappeler celle du samedi diffusée entre 1997 et 2008. Donc ce...

Happy Birthday Samantha Smith !

Happy Birthday Samantha Smith !
l'actrice est connue pour son rôle de Mary dans la série.  Aujourd'hui, elle fête son 49 ième...

Petite mise en bouche pour Halloween

Petite mise en bouche pour Halloween
Fidèle à mes penchants pour la musique, je vous propose d'entamer Halloween avec cet excellent...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

mnoandco, Hier à 17:33

oups *il est toujours possible* (pourtant pas l'heure de l'apéro...quoique)

mnoandco, Hier à 17:33

Merci!

Supersympa, Hier à 17:34

Dans 25 min l'apéro.

grims, Hier à 18:40

Aujourd'hui venez poster une photo de votre personnage secondaire préféré sur le quartier Vikings

grims, Hier à 18:44

Et n'oubliez pas de faire un petit passage sur le quartier Sons of Anarchy pour voter à la PDLQ

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site